Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Colaboraciones olvidadas de Manue...Colaboraciones de Manuel Tuñon De...L’autre face de l’Espagne

Colaboraciones olvidadas de Manuel Tuñón de Lara
Colaboraciones de Manuel Tuñon De Lara en la revista Esprit (1956-1972, Paris)

L’autre face de l’Espagne

Manuel Tuñón De Lara
p. 318
Référence(s) :

Manuel Tuñón De Lara, « L’autre face de l’Espagne », revue Esprit, n° 362, juillet-août 1967, p. 109-111.

Texte intégral

1Parmi les quatorze millions de touristes qui se rendent chaque année en Espagne, la moitié environ sont des Français. On pourrait donc penser que la connaissance du pays, jadis identifié aux castagnettes et aux courses de taureaux, fait des progrès.

2En effet, vous rencontrez un peu partout des amis qui vous parlent des routes espagnoles (bien meilleures qu’il y a quelques années), des embouteillages à la Gran Vía madrilène, du style moderne de la « Costa Brava » et de toutes les beautés naturelles et artistiques de l’Espagne. On vous parle parfois des hommes vivants ; je crains bien que le tourisme ne permette pas de connaître les gens en profondeur, mais tout de même il aide à la compréhension réciproque des peuples quand il s’agit, comme dans le cas des Français en Espagne, d’un tourisme qui n’est pas l’apanage des « privilégiés de la fortune. »

3Cependant, les touristes ne sont pas forcément des sociologues, et le flot des impressions saisies au hasard d’un itinéraire de quelques semaines, risque inévitablement de fausser, plutôt que les images, les traits essentiels de cette Espagne toujours contradictoire et un peu déconcertante.

4Notre ami Alfonso Carlos Comín, a choisi la voie difficile de connaître en profondeur sa patrie, non seulement par les livres et les statistiques, mais par ses rapports humains et directs avec tous les milieux sociaux et professionnels de l’Espagne. Si nous sommes amenés à parler aujourd’hui de lui, c’est parce que cette connaissance, faite à la fois d’amour et d’objectivité rigoureuse, a cristallisé dans une œuvre qui a été accueillie déjà par la plupart des journaux espagnols et par les milieux sociaux et religieux comme un événement.

  • 1 Éditions Tecnos, Madrid, 1966.

5Comín a traité un sujet qu’il connaît bien : l’Espagne du Sud1, titre qui évoque des « corridas », des processions de la Semaine sainte, des femmes aux cheveux noirs ! Eh, bien, rien à voir avec l’Espagne du Sud d’Alfonso C. Comín. Il va au fond des choses, il connaît la pauvreté de cette Andalousie et, pour commencer, reprend un sujet qui –je l’avoue– nous est cher, car nous l’avions abordé ici même il y a une dizaine d’années : le mensonge de la pauvreté séculaire de l’Espagne. Il y a par contre une « Espagne riche » et une « Espagne pauvre ». Comín n’écrit qu’avec des preuves à l’appui, et pour mieux faire il étudie l’aspect le moins connu de l’Andalousie : la structure industrielle, l’entreprise et ses hommes, le progrès social, ses entraves et ses horizons et, plus que tout, l’homme au travail dans cette Espagne méridionale. Or, en se servant de toutes les statistiques et des travaux socio-économiques faits jusqu’à maintenant – et en ajoutant les enquêtes et sondages faits par lui-même – il décrit la réalité andalouse dans son ensemble. Qu’est-ce que l’Andalousie, cette Andalousie qui éblouit les touristes ? 17,3 % du territoire espagnol, 20 % de sa population totale, 17,8 % de sa population active ; une région dont le revenu agraire est de 31 %, le revenu industriel de 27 %, où les salaires atteignent seulement 74 % de la moyenne nationale... et d’où, naturellement, les gens émigrent, sauf dans quelques villes (par exemple Séville).

6Mais Comín vise les hommes et non les chiffres, ceux-ci lui servant seulement pour appuyer ses affirmations et repousser d’avance toute accusation de « sentimentalisme » et d’approximation.

7Pour saisir, le fond des choses, Comín part à la recherche de l’homme ; il le trouve au travail : ouvrier (qualifié ou manœuvre), technicien, ingénieur, chef d’entreprise aussi... Il interroge, il écoute avant d’en tirer des conclusions. Mais il en tire, bien sûr ! Car, en partant des problèmes brûlants de cette Andalousie « qui ne peut plus attendre », il s’élève à des conclusions qui valent pour l’Espagne tout entière. C’est ainsi que le déséquilibre régional dont pâtit l’Andalousie, la mainmise de quelques groupes financiers sur son industrie ne sont qu’un versant de l’ensemble de l’Espagne. Le problème de la « technocratie » et ce qu’il appelle) non sans humour « la psychologie de héros national des personnages de la banque ou de l’industrie » (ces 130 personnes qui contrôlent 57 % des capitaux des sociétés anonymes !) sont des problèmes d’envergure nationale, sinon planétaire.

8Nous n’allons pas résumer un livre de presque 600 pages. Ce qui compte aujourd’hui c’est de rappeler hors de l’Espagne que là-bas s’élèvent déjà des voix démystificatrices, dont celle de Comín. Si nous choisissions cet exemple, c’est parce qu’il unit la probité scientifique d’un Tamames ou des études du Fomento Social (des PP. Jésuites), avec la chaleur humaine d’un père Llanos ou d’un syndicaliste comme Camacho. « Il ne s’agit pas Seulement, dit Comín, de lutter pour améliorer le niveau de vie... mais pour obtenir un transfert de pouvoir économique, ce qui signifie lutter pour ériger une civilisation du travail, comme alternative à l’actuelle civilisation de consommation. »

Haut de page

Notes

1 Éditions Tecnos, Madrid, 1966.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Tuñón De Lara, « L’autre face de l’Espagne »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, 52 | 2017, 318.

Référence électronique

Manuel Tuñón De Lara, « L’autre face de l’Espagne »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne [En ligne], 52 | 2017, mis en ligne le 09 octobre 2018, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bhce/1072

Haut de page

Auteur

Manuel Tuñón De Lara

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin d’histoire contemporaine de l’Espagne

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme – MMSH
  • Logo Centre national de la recherche scientifique – CNRS
  • Logo Temps, Espace, Langages, Europe Méridionale, Méditerranée – TELEMME
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search