Navigation – Plan du site

Présentation

Le Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, dirigé par Paul Aubert, est une revue internationale semestrielle bilingue, fondée en 1985 à la Maison des Pays Ibériques (CNRS et Université de Bordeaux III) avec l’appui de Joseph Pérez et de Bartolomé Bennassar, par Paul Aubert et Jean-Michel Desvois, actuellement professeurs à l’université d’Aix-Marseille et à l’université de Bordeaux. Il a pris la suite du Bulletin du Département de Recherches Hispaniques de l’Université de Pau créé en 1971 par Manuel Tuñón de Lara. Publiée depuis 1997 à l’université d’Aix-Marseille, avec le soutien de l’UMR Telemme, cette revue devient à partir de 2007 une publication des Presses de l’université de Provence qui en assurent une double diffusion, par abonnement et vente au numéro.

Le comité de rédaction du Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne est composé par Paul Aubert, Jean-Michel Desvois, José Luis de la Granja (université de Bilbao) et Eduardo González Calleja (université Carlos III, Madrid) ; Eve Giustiniani (université d’Aix-Marseille) est secrétaire de rédaction. Il est doté d’un conseil de rédaction (qui comporte quatre membres de l’UMR Telemme) et d’un conseil scientifique international composés d’universitaires français, espagnols, italiens, allemands et anglais.

Le Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne diffusé en Europe, aux Etats-Unis et au Japon, est un instrument de travail pour les chercheurs intéressés par le domaine hispanique. Il rend compte des travaux les plus récents et publie des numéros de 350 pages comportant : 

  • un dossier monographique (établi sous la direction d’un spécialiste) accompagné d’un état de la question ;

  • des études ouvrant de nouvelles perspectives ;

  • des résumés des meilleures thèses et HDR récemment soutenues ;

  • des comptes rendus d’ouvrages.

La liste des numéros parus, et des collaborateurs, montre qu’aucun des grands sujets abordés par l’historiographie au cours des vingt-cinq dernières années n’a été négligé et que la revue est lieu de réflexion, d’information et de rencontre. La diversification et l’augmentation de sa diffusion prouvent qu’elle a suscité un intérêt croissant.

À l’heure où l’étude de l’Espagne contemporaine prend une part grandissante dans l’hispanisme français, il semble plus que jamais nécessaire de poursuivre ce travail, à la frontière du culturel et du politique, sur la construction de l’histoire contemporaine, c’est-à-dire sur la nature et les rythmes des processus de mutation autant que sur les implications du langage de la modernité.

  • OpenEdition Journals