Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52En el centenario de Manuel Tuñón ...Manuel Tuñón de Lara et ses maîtr...

En el centenario de Manuel Tuñón de Lara (1915-2015)

Manuel Tuñón de Lara et ses maîtres : Manuel Núñez de Arenas et Pierre Vilar

Manuel Tuñón de Lara y sus maestros : Manuel Núñez de Arenas y Pierre Vilar
Manuel Tuñón de Lara, and his masters : Manuel Núñez de Arenas and Pierre Vilar
Joseph Pérez
p. 123-129

Résumés

Manuel Tuñón de Lara (1915-1997) a eu deux maîtres Il a appris d’eux trois choses : la nécessité de s’engager dans les combats du monde contemporain ; la fécondité d’une méthode –le marxisme– ; l’ouverture d’esprit. Il souhaitait quitter Paris, ville où les contacts intellectuels étaient nombreux et attractifs, mais où il avait aussi l’impression de perdre beaucoup de temps. Tuñón voulait écrire une œuvre, avoir des élèves, être à deux pas de l’Espagne. Voilà pourquoi Pau l’attirait. En quittant Paris, il s’éloignait du parisianisme et du snobisme qui guettaient certains intellectuels. On est en présence d’un recul significatif de la rationalité. À Pau, Tuñón a résisté avec succès à ces phénomènes de mode et il a cherché à en préserver ceux qui ont choisi d’être

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour la petite histoire, on relèvera que Tuñón et Vilar ont fait connaissance en septembre 1951, à (...)

1Manuel Tuñón de Lara (1915-1997) a eu deux maîtres : Manuel Núñez de Arenas (1886-1951) et Pierre Vilar (1906-2003)1. Il a appris d’eux trois choses : la nécessité de s’engager dans les combats du monde contemporain ; la fécondité d’une méthode —le marxisme— ; l’ouverture d’esprit.

2On passera rapidement sur le premier point. On rappellera seulement que tous trois ont combattu pour des causes qui leur paraissaient dignes d’être soutenues - la liberté, la justice sociale… -, qu’ils ont pris des risques et que cela leur a valu des déboires : la prison et l’exil pour Núñez et pour Tuñón, l’expulsion d’Espagne pour Vilar. On se demandera : l’engagement est-il compatible avec l’objectivité à laquelle est tenu tout historien ? À cette question, Vilar répondait : se dire objectif quand on se sait partisan est malhonnête ; se croire objectif alors qu’on est partisan est le fait d’un sot : il vaut donc mieux exposer son parti-pris et s’efforcer de le justifier, laissant la conclusion au lecteur. L’historien ne peut pas se contenter de collecter des faits et d’en vérifier l’exactitude ; il s’agit, bien sûr, de ne rien dissimuler, de ne rien inventer. Après quoi, il s’efforcera moins de faire savoir que de faire comprendre. Plutôt que d’adopter une attitude faussement objective et de distribuer d’une manière apparemment équitable l’éloge et la critique, nos trois auteurs se sont attachés à établir les faits, à les expliquer et à les comprendre dans une tentative pour s’élever au-dessus de la polémique et situer les problèmes sur leur vrai terrain : celui des faits, des explications profondes, d’une histoire scientifique.

3Núñez de Arenas, Vilar et Tuñón se déclaraient marxistes, ce qui aujourd’hui peut poser problème dans la mesure où certains de ceux qui se réclament de Marx ont tendance à ramener sa doctrine au rang d’une vulgate qu’on applique mécaniquement. Ils réduisent ainsi le marxisme à une sorte de scolastique, par exemple, en prenant au pied de la lettre l’idée que l’infrastructure économique est la base réelle de la société, celle sur laquelle se fondent la politique, l’art et la religion. Ni Núñez, ni Vilar ni Tuñón n’ont adopté une attitude aussi simpliste. Pour eux, le matérialisme historique est bien l’élément déterminant de l’histoire, celui qui, en fin de compte, commande la production et la reproduction de la vie réelle, mais ils n’en déduisaient pas que le facteur économique est le seul déterminant ; la situation économique est bien la base, mais condition n’est pas cause ; pour qu’un phénomène se produise, il faut que soient réunies certaines conditions, nécessaires, mais pas suffisantes ; les divers éléments de la superstructure exercent aussi leur influence, et dans beaucoup de cas une influence prépondérante. Marx « savait que dans la relation entre travail et valeur tient tout le secret de l’histoire sociale. Mais Marx ne simplifiait pas. Il ne faisait pas de la productivité la condition suffisante de la transformation historique. Il se contentait d’en faire (ce qui est très différent) la condition nécessaire ». C’est ainsi que Núñez, Vilar et Tuñón ont compris le marxisme : comme une méthode qui permet de mieux aborder les problèmes que soulève l’évolution de l’Espagne. C’est ce que Pierre Vilar expose dans son livre Une histoire en construction (Paris, 1982) ou encore dans Or et monnaie dans l’histoire (Paris, Flammarion, 1974) : le matérialisme historique consiste à découvrir, sous ce que disent les gens et sous ce qu’ils pensent, ce qu’ils sont en analysant ce qu’ils font.

4Tuñón a été moins explicite, mais il a prouvé le mouvement en marchant. Dans son œuvre, on relève la volonté de présenter un tableau cohérent qui permette de faire comprendre l’évolution de l’Espagne depuis 1815, dans une perspective qui rend compte de la totalité des phénomènes concernés. Tuñón bannit tout sectarisme. On pense, en particulier, aux liens entretenus avec des mouvements d’inspiration chrétienne, nettement engagés dans la lutte antifranquiste : la revue Esprit dans laquelle il a publié plusieurs articles, la revue Frères du monde, fondée par des franciscains soucieux de confronter réflexion chrétienne et analyse marxiste, la publication Cuadernos para el diálogo, inaugurée en 1963 par l’ancien ministre de Franco, Joaquín Ruiz-Giménez, qui se proposait d’œuvrer en faveur de la démocratie, de la liberté, des droits de l’homme et de préparer les esprits à la réconciliation et à la transition qui devait se dérouler à la mort de Franco. Les colloques que Tuñón a organisés à Pau témoignent de cette volonté de fuir tout sectarisme : des Espagnols de l’intérieur y retrouvaient des Espagnols de l’exil ; les uns et les autres rencontraient des collègues d’autres pays - pas seulement des Français - ; des intellectuels de tous horizons - marxistes, chrétiens, agnostiques - confrontaient leurs points de vue sur l’évolution de l’Espagne contemporaine.

5Núñez de Arenas, Vilar et Tuñón enfin n’entendaient pas s’enfermer dans une spécialisation étroite. Bien entendu, ils avaient un centre d’intérêt principal : le mouvement ouvrier pour le premier, la Catalogne pour le deuxième, l’histoire sociale pour le troisième, mais cela ne les empêchait pas de s’intéresser aussi à d’autres sujets. Núñez de Arenas a travaillé sur les libéraux et les afrancesados, sur Goya, sur le romantisme ; Vilar, géographe de formation, puis historien de l’économie et de la Catalogne, a montré comment l’œuvre de Cervantès pouvait enrichir notre connaissance de l’Espagne moderne ; Tuñón avait commencé une thèse de science politique sur l’Etat, à laquelle il a vite renoncé, pour s’intéresser à l’histoire sociale, mais aussi à la littérature contemporaine avec ses livres sur Antonio Machado et sur le mouvement intellectuel de 1880 à nos jours.

6Tous trois ont ainsi abordé des sujets en apparence éloignés de leur spécialité qui leur ont permis de suivre le renouvellement des méthodes et des thématiques. Tuñón a souffert d’être séparé de son pays. Les longues années d’exil lui ont permis cependant d’assimiler ce que les grands universitaires français des années qui ont suivi la Libération - aussi bien ceux qui se réclamaient du marxisme comme Vilar que ceux qui venaient de l’école des Annales première manière comme Lucien Febvre et Fernand Braudel - ont apporté de fondamental : concevoir l’histoire comme science, comme problématique et comme méthode. Lucien Febvre, Pierre Vilar et Fernand Braudel envisageaient l’histoire comme une totalité et comme une longue durée, pas comme une succession de points de vues.

  • 2 «Enfoques de moda». «Por ejemplo, el carnaval, la literatura popular y el estudio carnavalesco, que (...)
  • 3 Cette histoire est d’autant plus prisée que sa définition en est plus vague. Cf. Josep Fontana, La (...)
  • 4 On fait passer pour des recherches en profondeur des essais suggérés par de simples anecdotes. Exem (...)
  • 5 « Le commerce de l’histoire a ceci de commun avec le commerce des détergents que l’on y fait volont (...)

7Cette curiosité intellectuelle s’accompagnait d’esprit critique. Vilar et Tuñón n’ont jamais pris au sérieux ce que Francisco Rico appelait les sujets à la mode2 : le structuralisme, le thème carnavalesque, l’histoire des mentalités3, l’histoire culturelle - ou de la culture ? -, la microhistoire, etc.4. Ces thèmes renoncent aux perspectives d’ensemble au profit de vues fragmentaires ; or l’histoire ne devrait pas être découpée en morceaux : car l’activité de l’homme est une. Il ne faut pas confondre nouveauté et innovation, écrivait Vilar5 ; ce qui est le plus récent - ce qui est à la mode - n’est pas forcément le plus vrai.

  • 6 Eric Hobsbawm, Franc-tireur, Autobiographie, Paris, Ramsay, 2005, p. 352-353. Josep Fontana, discip (...)

8La sûreté de la méthode et la fécondité des résultats se comprennent mieux, dans le cas de Tuñón, si l’on pense à une circonstance qu’on met rarement en avant. C’est Tuñón qui a choisi de s’installer à Pau ; ce que Noël Salomon lui avait demandé, c’était de nous recommander un lecteur capable de faire cours sur l’Espagne contemporaine, mais la personne à laquelle on pensait n’a pu se libérer ; c’est alors que Tuñón s’est déclaré lui-même candidat pour les raisons qu’il nous a données alors : il souhaitait quitter Paris, ville où les contacts intellectuels étaient nombreux et attractifs, mais où il avait aussi l’impression de perdre beaucoup de temps. Tuñón voulait écrire une œuvre, avoir des élèves, être à deux pas de l’Espagne. Voilà pourquoi Pau l’attirait. En quittant Paris, il s’éloignait du parisianisme et du snobisme qui guettaient certains intellectuels. De ce point de vue, l’évolution de l’Ecole dite des Annales est significative. Dans son Autobiographie, Eric Hobsbawn en a relevé les aspects les plus importants : « Quelque chose […] a basculé […]. La structure était dépassée et la culture devenait à la mode […]. On s’éloignait désormais des modèles historiques, ou des explications profondes sur le pourquoi des choses […]. Il s’agissait de rendre compte des sentiments plutôt que des faits : la description prenait le pas sur l’analyse, la culture sur la structure économique et sociale, le microscope sur le téléscope. »6 On est en présence d’un recul significatif de la rationalité. À Pau, Tuñón a résisté avec succès à ces phénomènes de mode et il a cherché à en préserver ceux qui ont choisi d’être ses élèves.

Haut de page

Notes

1 Pour la petite histoire, on relèvera que Tuñón et Vilar ont fait connaissance en septembre 1951, à l’enterrement de Núñez de Arenas ; quelques personnes seulement étaient présentes.

2 «Enfoques de moda». «Por ejemplo, el carnaval, la literatura popular y el estudio carnavalesco, que es de un libro gracioso de Bakhtine, que está bien […] pero que en mi opinión no se puede generalizar como se ha hecho. El carnaval y la oralidad son importantes, pero estas modas de enfoque tienden a sustituir muchas veces un panorama conjugado en el que todos los elementos casen entre sí […]. Lo que existen ahora son tendencias : el carnaval, lo esóterico, la marginalidad». (Francisco Rico, interview dans El País, 27 mai 1991).

3 Cette histoire est d’autant plus prisée que sa définition en est plus vague. Cf. Josep Fontana, La historia después del fin de la historia. Barcelona, Crítica, 1992, p. 105-111.

4 On fait passer pour des recherches en profondeur des essais suggérés par de simples anecdotes. Exemples de cette atomisation : histoires de la sexualité, du mariage, de la famille, de l’enfance, de l’allaitement, des maladies, de la folie, de la mort, des femmes, de la pauvreté, des marginaux, des prisons, du péché, de l’alimentation, de l’habillement, etc.

5 « Le commerce de l’histoire a ceci de commun avec le commerce des détergents que l’on y fait volontiers passer la nouveauté pour l’innovation. Il a ceci de différent que les marques y sont très mal protégées. N’importe qui peut se dire historien » (P. Vilar, « Histoire marxiste, histoire en construction », dans Annales ESC, janvier-février 1973, p. 165). « Rien […] n’est plus périlleux que l’illusion de la "nouveauté" qui n’est souvent qu’ignorance de l’histoire » (Or et monnaie dans l’histoire, 1450-1920), Paris, Flammarion, 1978, 8).

6 Eric Hobsbawm, Franc-tireur, Autobiographie, Paris, Ramsay, 2005, p. 352-353. Josep Fontana, disciple de Vilar, ajoute : « Habría que añadir también la parte que en este tratar de erigir la historia de las mentalidades en algo nuevo tiene el afán de los herederos de Annales de seguirse considerando el centro del mundo y su tradicional ignorancia de lo que se hace en otras lenguas. » (Josep Fontana, La historia después del fin de la historia. Barcelona, Crítica, 1992, p. 106, note).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Pérez, « Manuel Tuñón de Lara et ses maîtres : Manuel Núñez de Arenas et Pierre Vilar »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, 52 | 2017, 123-129.

Référence électronique

Joseph Pérez, « Manuel Tuñón de Lara et ses maîtres : Manuel Núñez de Arenas et Pierre Vilar »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne [En ligne], 52 | 2017, mis en ligne le 09 octobre 2018, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bhce/358 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bhce.358

Haut de page

Auteur

Joseph Pérez

Ancien Président de l’Université de Bordeaux III
Ancien Directeur de la Casa de Velázquez
Prix Príncipe de Asturias, Sciences Sociales 2014

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin d’histoire contemporaine de l’Espagne

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme – MMSH
  • Logo Centre national de la recherche scientifique – CNRS
  • Logo Temps, Espace, Langages, Europe Méridionale, Méditerranée – TELEMME
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search