Navegación – Mapa del sitio
Comptes rendus

Jean-Louis Guereña, Les Espagnols et le sexe. XIXe-XXe siècles

Paul Aubert
p. 291-295
Referencia(s):

Jean-Louis Guereña, Les Espagnols et le sexe. XIXe-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 478 p.

Texto completo

1Cette étude, qui regroupe des articles publiés dans diverses revues depuis plus de deux décennies, ne sort pas du champ de l’histoire sociale. Elle est pratiquement la première - après l’approche méthodologique et l’état de la question de Francisco Vázquez García en 1996 (Hispania, n° 194), ou les études de Raquel Álvarez et les travaux recueillis par le n° 218 de la revue du CSIC Hispania en 2004 - qui affirme l’ambition d’entreprendre une histoire de la sexualité en Espagne. Elle est le fruit d’une enquête menée depuis des années, dont les premiers résultats avaient été publiés dans le dossier du n° 25 de ce Bulletin, intitulé Prostitución y sociedad en España. Siglos XIX y XX, et coordonné en 1997 par Jean-Louis Guereña. Après avoir consacré ses recherches à l’histoire de l’éducation, puis de la prostitution, cet ouvrage couronne un travail dont l’originalité est soulignée par l’état de la question qu’il dresse.

2La première enquête sociologique fut l’œuvre du docteur Parent-Duchâtelet en France en 1836. En Espagne depuis la Carta sobre la sanidad pública du Comte de Cabarrus en 1792 jusqu’au règlement de 1845, c’est également par ce biais, et par l’étude de l’évolution réglementaire, depuis le mouvement de Saragosse en 1845 en faveur de la réglementation, que les travaux sur cette question ont commencé. Le juriste Jiménez de Asúa plaide dès les années 1920 dans la première moitié de son ouvrage, Libertad de amar y derecho a morir, pour l’amour libre, c’est-à-dire librement consenti entre deux individus majeurs, considérant qu’il s’agit d’une affaire privée qui ne concerne pas le législateur et encore moins l’Église ou la police, tandis que les médecins commencent à considérer la contagion vénérienne comme un délit (v. Jiménez de Asúa, La lucha contra el delito de contagio venéreo, 1925) et que se voient ébranlés les fondements de la famille catholique par une évocation de plus en plus fréquente du divorce.

3Certes l’auteur ne prétend pas couvrir l’ensemble de ce champ. Les travaux ici réunis sont ordonnés selon trois points de vue : éducation sexuelle, prostitution et érotisme. Les références sont nombreuses à F historiographie espagnole, depuis les travaux sur l’éducation sexuelle et la psychanalyse de Mercedes del Cura et Rafael Huertas jusqu’aux études sur l’hygiène de Ramón Castejón Bolea et Francisco Vázquez García, ou française, depuis les études d’Alain Corbin sur les prostituées (1978), de Michel Foucault sur discours sur la sexualité qu’il se refuse à réduire à une histoire de la répression (1976-1984) Jusqu’à ceux de Michel Bozon qui amorcent une approche sociologique du désir et du plaisir (2002). Bien que Paris occupe une place privilégiée dans l’imaginaire érotique espagnol, elles induisent un parallélisme avec l’histoire des autres pays européens - essentiellement la Grande-Bretagne, les pays d’Europe centrale et l’Italie - quant à la conduite sexuelle de la population, notamment pour expliquer le changement d’attitude des autorités à l’égard de la prostitution qui se traduit, par exemple, par la diminution des maisons de tolérance et l’accentuation de la répression au milieu du XIXe siècle. Il s’agit de prévenir la propagation des maladies vénériennes (on parle alors de 5 000 cas de syphilis annuels à Paris, mais celle- ci ne serait responsable en Espagne que de 1,1 % des décès en 1905, selon les statistiques nationales), au moment où les expériences locales de réglementation de la prostitution se généralisent au niveau étatique, comme l’ont montré Ramón Castejón Bolea ou Andrés Moreno Mengíbar pour Séville. De fait, cette réglementation de la prostitution favorise son développement en banalisant les maisons closes en milieu urbain, afin de protéger les honnêtes femmes et en devenant, un lieu de sociabilité masculine, et notamment celui du rite de passage des jeunes hommes à l’âge adulte. La prostitution est donc tolérée mais les prostituées sont toujours mises au rebut de la société. Car, on les accuse d’avoir causé la dégénérescence du peuple et si on s’efforce de soigner leurs maladies, on n’envisage pas de les réinsérer dans la société.

4En Espagne, où, après les travaux de Gregorio Marañón, les études précédemment citées, et l’essai de Joaquín Latorre, Los españoles y el VI mandamiento (Barcelone, Ediciones 29, 1969), qui reste superficiel mais non trivial, les autres ouvrages n’ont ni la perspective ni les méthodes de l’historien (Amando de Miguel, El sexo de nuestros abuelos, Madrid, Espasa Calpe, 1998) ou ne sont que d’utiles introductions (J. Iglesias de Ussel, « La sociología de la sexualidad en España : notas introductorias », Revista Española de Investigaciones Sociológicas, Madrid, n° 21, janvier 1983), on ne disposait que de quelques études dignes d’être mentionnées, au premier rang desquelles l’article pionnier de Pierre Malerbe, «Sexualité et anticléricalisme», paru en français, en 1971, dans la revue du CSIC, Hispania.

5Le présent ouvrage ne va pas au-delà de la Seconde République. Certes, la documentation est plus rare sous le franquisme et on peut comprendre qu’ensuite l’auteur ait voulu éviter la sociologie ou l’anthropologie bon marché, l’enquête de terrain ou le dépouillement des petites annonces. En 1987, Carmen Martin Gaite, publie Usos amorosos de la posguerra (Barcelone, Anagrama, 1987) dont la source est la revue Chicas ou La Codorniz (elle avait soutenu à l’université de Madrid, en 1972, sa thèse dont est issu le livre intitulé, Usos amorosos del dieciocho en España (Madrid Siglo XXI, 1972). Mais son analyse ne dépasse pas le souvenir des fiançailles des jeunes filles de sa génération, impatientes de se marier, qui ne parvenaient pas à s’emparer de la clé de l’appartement familial et alimentaient leurs rêves de romans à l’eau de rose ou revenaient du cinéma, un mouchoir humide à la main, le regard vague, impressionnées par le drame de Lawrence Olivier dans Rebeca ou le physique des séducteurs hollywoodiens. On leur avait expliqué qu’elles devaient être fières d’avoir fait le sacrifice d’envoyer un fiancé courageux écraser le communisme avec les héros de la Division azul. Elles apprenaient donc la résignation et l’intensité des amours brèves, comme dit la chanson : « Fue solamente un instante/lo que duró nuestro amor/pero un momento es bastante/ para gozar de una flor./ Aquella noche ha pasado/ no volverá nunca más/ tú ya no estás a mi lado/pero en mi pecho aún estás ». Heureuse, celle qui avait été aimée et peuplait donc le souvenir d’autrui pour toujours tandis que les anti-héros, qui étaient restés au pays, n’osaient pas faire une déclaration d’amour et fuyaient le mariage, car ils ne souhaitaient pas que la femme descendît de son piédestal onirique et continuaient à exalter la beauté et la bonté. C’est ainsi que certaines fiançailles pouvaient durer dix ans. Il fallait donc éviter le point de vue superficiel de ces Don Juan ibériques du franquisme adeptes d’une « sexualité sportive » qui opposèrent à la théologie moraliste, et même à l’amour romantique, la question de la génitalité et le caractère accidentel du mariage, et regretter l’absence de Masters et Johnson ibériques. Cette attitude était difficile à expliciter et à analyser tant que l’Église entendait monopoliser l’intimité et que le national-catholicisme niait à nouveau l’autonomie de l’espace public et tout lieu d’échange d’opinions.

6En se fondant sur une enquête qui se veut exhaustive et sur un état de la question, qu’il a lui-même constamment tenu à jour, Jean-Louis Guereña procède à un dépouillement de la presse et d’autres sources imprimées : journaux, littérature populaire et gravures, plus que des sources judiciaires, des archives provinciales ou municipales. Davantage attentif aux pratiques qu’aux représentations, il entend dresser un bilan de la condition sexuelle de la population espagnole qu’il expose en trois parties, en égrenant une qualification qui finit par lasser : « le sexe dévoilé », « le sexe à protéger », « le sexe en vente », « le sexe censuré », « le sexe exalté », « le sexe à la portée de tous » etc.

7La première partie aborde « la découverte du sexe » à partir de l’étude des publications de sexologie et d’éducation sexuelle. On y découvre une affirmation de la norme traditionnelle et une tendance à considérer la sexualité d’un point de vue médical. L’histoire du préservatif masculin depuis son apparition au XVIe siècle rappelle l’importance prophylactique de celui- ci. On connaît les travaux de Ramón Castejón Bolea sur le danger social que représente la syphilis, et la terreur qu’elle inspire. Comme le proclamait, dès 1862, Garcia Duarte à l’Académie de Médecine de Grenade ou les travaux que le docteur Antonio Prats y Bosch, avait consacrés, l’année précédente, aux moyens de lutter contre les maladies vénériennes, celles-ci « menaçaient la paix des familles ». Mais ce n’est qu’après la découverte du gonocoque par Neiser en 1879 qu’elles perdirent leur connotation triviale et firent l’objet de campagnes préventives. On se souvient de la fin tragique de quelques écrivains comme Alejandro Sawa ou Ángel Ganivet, dont la révolte générationnelle fut autant habitée par les affres de la syphilis que par la conscience des carences du libéralisme.

8La deuxième partie du livre est consacrée à la prostitution, à laquelle l’auteur avait jadis dédié un ouvrage (Marcial Pons, 2003) depuis la réglementation qu’elle inspira (après le mouvement de Saragosse de 1845), et la lutte contre celle-ci souvent menée par les pasteurs luthériens, jusqu’aux projets abolitionnistes, initialement impulsés par la franc-maçonnerie, qui acquièrent une plus grande importance sous la Seconde République. Dans le présent ouvrage, cette approche austère est complétée par une étude de la maison close, déjà entreprise jadis pour Madrid par Javier Rioyo (Madrid, casas de lenocinio, holganza y malvivir, Madrid, Espasa Calpe, 1991), comme espace de sociabilité, qui s’efforce de considérer le point de vue des clients sans négliger celui des prostituées, plus difficile à documenter puisqu’elles étaient souvent analphabètes et n’ont pas laissé de souvenirs.

9La troisième partie, intitulée « Érotisme et pornographie » se fonde sur des sources littéraires ou graphiques « clandestines », auxquelles l’auteur avait consacré un essai bibliographique en 2011 (Un infierno español) quelque trois cent cinquante collections populaires représentant près de six mille titres, dont les éditeurs eux-mêmes avaient soin de cacher l’origine, bien que Jean-Louis Guereña, assidu des stands du Rastro et de la Cuesta Moyano, parvienne parfois à reconstituer les réseaux de distribution, comme celui d’Antonio Astiazarain, par exemple, et à élucider quelques pseudonymes : on savait que Fray Gerundio était celui de l’historien Modesto Lafuente. Les parodies d’œuvres littéraires ou de zarzuelas sont nombreuses, à commencer par le Don Juan Tenorio et les allusions satiriques au père Antonio Maria Claret, le confesseur d’Isabelle II, héros involontaire de Los Borbones en pelota des frères Bécquer. Les parodies religieuses comme le Catecismo de las putas (1886) alimentent l’anticléricalisme de la fin du XIXe siècle et mobilise les ligues de vertu qui, une décennie plus tard, se joignirent encore à l’inutile hypocrisie des campagnes morales - auxquelles l’auteur aurait pu accorder une plus grande attention - comme celle qui jeta l’opprobre, dans les années dix, sur les mœurs supposées légères des artistes de music-hall (qui répliquèrent efficacement en menaçant de donner les noms de leurs « admirateurs ») ou celle qui s’opposa ensuite au port de la jupe-culotte.

10Pour ce qui est de l’étude des représentations, on se souvient de l’étude Erotismo fin de siglo (1979) puis de l’anthologie de la « novela corta erotica », de Lily Litvak (1993). Ce dernier ouvrage illustre la recherche souvent infructueuse, pour les auteurs tentés par ce genre, d’un vocabulaire destiné à décrire le corps féminin, avant de se réfugier dans la métaphore florale : « la rizada dalia del sexo » (La voluble Margarita). Et on ne saurait oublier l’étude du cuplé, que l’on doit à Serge Salaün (Espasa Calpe, 1990), illustrée par des refrains érotiques empreints parfois de sous-entendus politiques comme celui de cette jeune fille terrorisée puis effrontée qui ne peut qu’invoquer Sainte Rita, patronne des causes désespérées, dans la chanson éponyme d’Álvaro Retana : « hay feroces bolcheviques,/ creación de Lucifer,/que disfrutan atacando/ el candor de una mujer. [...] Santa Rita, no me dejes/ en poder de estos herejes [...] Santa Rita, Santa Rita,/ lo que se da no se quita. Si un bolchevique has mandado/ ¿Para qué me lo has quitado? Santa Rita, Santa Rita,/ te lo pido, por favor : haz que vuelva un bolchevique/ y si vienen tres, mejor ».

11L’originalité de l’ouvrage de Jean-Louis Guereña est d’avoir voulu étudier un corpus de gravures qui ne servaient jusqu’à présent que d’illustrations aux écrits érotiques ou consacrés à l’érotisme. C’est ainsi que quelques figures d’illustrateurs apparaissent, comme Eusebi Planas - dont le chapitre qui lui est dédié, intitulé « Le sexe en images » est curieusement privé d’illustrations -, après quelques peintres, comme José María Romero et Gutiérrez Solana, qui ne s’inscrivent pas tous cependant dans la lignée des illustrations du Gustavo Bécquer de Los Borbones en pelota.

12Le livre se clôt avec une étude, inédite, sur la polémique qui opposa, en 1933, l’un des pionniers de l’endocrinologie, Gregorio Marañón, partisan d’une normative pour l’organisation sociale de la société, et le hongrois Oliver Brachfeld, un disciple d’Alfred Adler installé à Barcelone, pour qui la psychologie était primordiale. Certes, le célèbre médecin espagnol brise un tabou en se référant à la bi-sexualité humaine, mais son renvoi à la physiologie est encore jugé réactionnaire et anti-féministe, dès lors qu’il rappelle que la réalité biologique définit la femme par la maternité.

13Ceci dit, il est sans doute aussi difficile de mener à bien, même après la formulation des rapports de genre, une histoire de l’intime que d’entreprendre une sociologie de la sexualité (il ne suffit pas pour cela de qualifier l’historien de « voyeur »). Celle-ci est une construction sociale, une expression culturelle autant qu’une révélation de l’intime : « la carne es aima », affirmait dans les années 1910, Eugenio Noël {El « allegreto » de la Sinfonía VII). Elle est le fruit d’un processus d’autonomisation de la personnalité souvent conditionnée ou guidée par le référent masculin de « scripts sexuels » qui sont les vecteurs d’un savoir-faire sexuel stéréotypé que décrivaient John Gagnon et William Simon en 1973 (Sexual Conduct. The Social Sources of Human Sexuality, Chicago, Aldine), alors que la rencontre sexuelle est l’un des ressorts les plus secrets de la personnalité dont l’historien, aussi indiscret soit-il, ne peut heureusement que révéler l’environnement et les prolégomènes.

14Il était certes délicat de constituer cet objet d’études complexe, d’articuler pratiques, discours et représentations, au carrefour de l’histoire de la médecine, du droit, de la théologie, de l’histoire sociale, de l’histoire des femmes, de la sociologie, de l’histoire des représentations, de celle de la littérature et de l’art. On ne peut qu’être reconnaissant à Jean-Louis Guereña, qui était l’un des mieux armés pour ce faire, d’avoir tenté l’aventure en réunissant ses travaux sur la question.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Paul Aubert, « Jean-Louis Guereña, Les Espagnols et le sexe. XIXe-XXe siècles »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, 50 | 2016, 291-295.

Referencia electrónica

Paul Aubert, « Jean-Louis Guereña, Les Espagnols et le sexe. XIXe-XXe siècles »Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne [En línea], 50 | 2016, Publicado el 09 octubre 2018, consultado el 26 mayo 2020. URL: http://journals.openedition.org/bhce/919

Inicio de página

Autor

Paul Aubert

Aix-Marseille Université, CNRS, UMR 7303 TELEMME

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Bulletin d’histoire contemporaine de l’Espagne

Inicio de página
  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme – MMSH
  • Logo Centre national de la recherche scientifique – CNRS
  • Logo Temps, Espace, Langages, Europe Méridionale, Méditerranée – TELEMME
  • OpenEdition Journals