Navigation – Plan du site

Pasteur et la chiralité moléculaire

Alain Sevin
Référence(s) :

Louis Pasteur (1822-1895). « Recherches sur les relations qui peuvent exister entre la forme cristalline, la composition chimique et le sens de la polarisation rotatoire », Annales de chimie et de physique, 3° série, XXIV (1848), p. 442-459 [repris dans Œuvres de Louis Pasteur tome 1 Dissymétrie moléculaire, Masson 1922, p. 65 et ss, ici reproduit]. Texte complémentaire : « La dissymétrie moléculaire », conférence faite à la Société chimique de Paris le 22 décembre 1883 [repris dans Œuvres de Louis Pasteur, tome 1 Dissymétrie moléculaire, Masson 1922, p. 369 et ss, ici reproduit].

Traduction(s) :
Pasteur and Molecular Chirality

Résumés

Pasteur étudie les acides tartriques (fermentation du vin) et décèle les deux formes chirales, la forme lévogyre et la forme dextrogyre ; il explique ainsi – ce qui n’était pas compris – la neutralité optique du mélange des deux composants. Pasteur, en fixant les bases de la chiralité moléculaire a inauguré une des premières découvertes fondamentales de la chimie et de la biologie. Depuis ces travaux de pionnier, la chiralité est devenue centrale dans les sciences de la matière. Ses applications sont innombrables, allant de la synthèse des molécules actives aux propriétés des constituants intervenant dans l’imagerie. Il convient d’ajouter une science récente, l’astrochimie, où la recherche de précurseurs chiraux des molécules terrestres est plus que jamais d’actualité. La grande question posée est en effet : par quel mécanisme la nature a-t-elle sélectionné une seule des formes énantiomères des sucres et acides aminés dont nous sommes constitués ?

Haut de page

Entrées d’index

Index thématique :

Chimie organique
Haut de page

Texte intégral

1

Document analysé

Source de la numérisation : BnF-Gallica

  • 1 De nombreux développements se trouvent dans : Symétrie m’était contée, C. Dézarnaud Dandine, A. Sev (...)

2Le terme chiralité est dérivé du grec keir (main). Il décrit le fait que certaines figures ou corps ne sont pas superposables à leur image dans un miroir, à quelque échelle que se situe le phénomène. La chiralité est devenue centrale dans les sciences physiques, chimiques et biologiques. Celle des objets macroscopiques a été reconnue et discutée dès l’antiquité grecque. Toutefois, nous devons à Pasteur d’avoir étudié cette asymétrie fondamentale de la nature et défini le lien qui unit les propriétés macroscopiques observées, mesurables, à la structure moléculaire des corps considérés. Ses travaux ont inauguré un nombre toujours grandissant de développements en chimie et en biologie1.

Le concept de chiralité avant le XIXe siècle

3Nous devons à Platon la première remarque à caractère scientifique sur la chiralité. Dans le Timée, il propose une analyse théorique du mécanisme de la vision en remarquant :

  • 2 Platon, Timée, 46 a-b, traduction d’Albert Rivaud, Les Belles Lettres, p. 163, 1985.

Quant à l’origine des images que donnent les miroirs et toutes les surfaces brillantes et polies […] Mais alors ce qui est à gauche apparaît à droite2.

  • 3 Pierre Duhem Sauver les phénomènes. Essai sur la notion de théorie physique de Platon à Galilée. So (...)

4Aristote le premier utilise implicitement la chiralité dans son étude du mouvement des astres. Il définit le « mouvement naturel » comme procédant de bas en haut, d’arrière en avant et de droite à gauche. La chiralité apparaît dans le dernier critère. Considérant alors le mouvement apparent du Soleil, il déduit une conséquence logique du fait que l’est soit éclairé avant l’ouest. Pour un observateur grec lui faisant face, le Soleil « semble » posséder un mouvement anti-naturel (de gauche à droite) ! Sauvons le phénomène ! (sauzein ta phainomena3) : le Soleil ne saurait posséder un tel mouvement, la solution est simple : l’axe du monde est orienté de notre tête vers nos pieds. Avec cette convention, il suffit de se mettre la tête en bas : tout rentre dans l’ordre !

  • 4 Aristote, Traité du ciel, traduction J. Tricot, Vrin, 1998, p. 72. Voir aussi : Traité des animaux, (...)

En effet, la droite de quelque chose, disons-nous, c'est le point de départ du mouvement local, et le point de départ du mouvement circulaire est la région du lever des astres, de telle sorte que ce serait là la droite, et la région de leur coucher, la gauche. Si donc, les astres commencent leur parcours à partir de la gauche, pour se porter circulairement vers la droite, le haut est nécessairement le pôle invisible, car si le haut était le pôle visible, le mouvement se ferait vers la gauche, ce qu'en fait nous n'admettons pas4.

5Remarquons la parfaite cohérence du raisonnement qui repose sur la postulation du mouvement naturel. L’arbitraire de la définition n’est qu’apparent. La convention inverse serait tout aussi arbitraire. La définition de la chiralité est relative à un observateur présentant déjà une main droite opposée à une main gauche : pour comprendre et transmettre la chiralité, il faut déjà la posséder.

Figure 1

Figure 1

1a. La pomme est entière ; 1b. On en coupe un quart ; 1c. On en coupe un second quart. La demi-pomme (on a enlevé deux quarts de pomme) en 1c est chirale

Image issue de Dézarnaud-Dandine & Sevin, cf. NbdP 1

6Le caractère intuitif de la chiralité est souligné par Kant qui remarque que de simples volutes sont chirales :

  • 5 E. Kant, Prolégomènes à toute métaphysique future, Pléiade, Œuvres complètes, tome 2, §13, p. 55.

Par suite, nous ne pouvons non plus faire comprendre la différence entre deux choses semblables et égales et pourtant non coïncidentes (par exemple des volutes inversement enroulées) par aucun concept, mais uniquement par la relation de la main droite à la main gauche qui concerne immédiatement l'intuition. […] Quelle est donc la solution ? Ces objets ne sont point des représentations des choses comme elles sont en soi et comme l'entendement pur les connaîtrait, mais ce sont des intuitions sensibles, c'est-à-dire des phénomènes dont la possibilité repose sur la relation de certaines choses inconnues en soi à quelque chose d'autre, à savoir notre sensibilité5.

Découverte de la chiralité moléculaire

7Les travaux de Pasteur sur la chiralité reposent avant tout sur l’utilisation de la lumière polarisée plane pour l’étude des solutions de composés naturels. Deux noms émergent parmi les précurseurs :

  • 6 Voir l’analyse BibNum d’un texte de Fresnel (1822) : Jeanne Crassous, « La double réfraction de Fre (...)

8Augustin Fresnel (1788-1827). Il est le premier à créer une lumière polarisée circulairement, et il propose une construction vectorielle simple de la lumière polarisée plane6.

9Jean-Baptiste Biot (1777-1862). Il développe et utilise vers 1815 le saccharimètre qui utilise la déviation du plan de polarisation de la lumière pour étudier et doser des solutions de sucres. Il établit la loi simple :

\[\alpha = {\left[ {{\alpha _0}} \right]_{T,\lambda }}lc\]

où α, mesuré en degrés, est la déviation observée du plan de la lumière, [α0] est la déviation spécifique du composé étudié, ℓ la longueur en dm de la cuve traversée par la lumière, contenant l’échantillon en solution et c sa concentration en g mL-1. [α0] est défini à température T et longueur d’onde λ données, la nature du solvant étant également précisée.

Louis Pasteur (1822-1895), chimiste actif dès les années 1840

Sa découverte du vaccin antirabique (1885) vaut à Louis Pasteur sa grande renommée dans un large public. Cette popularité associe dans l’imaginaire national Pasteur à la IIIe République et à la science triomphante portée par cette époque – jusqu’à la Première Guerre mondiale.

Or, Pasteur a eu une carrière scientifique active dès les années 1840 (sous Louis-Philippe). Il entre à l’École normale supérieure en 1843 et passe sa thèse en 1847. Le premier texte analysé ici, sur la chiralité moléculaire, date de mai 1848 : ces travaux vaudront à Pasteur la très prestigieuse médaille Rumford de la Royal Society dès 1856.

Une autre image solidement liée à Pasteur est celle de la microbiologie, et de la découverte des microbes. On oublie que s’il a en effet créé cette nouvelle science, il était à l’origine, par sa formation et sa pratique, chimiste – d’où ses travaux sur la polarité des molécules. Il était l’élève du physicien Jean-Baptiste Biot (1774-1862).

Figure 2

Figure 2

Le billet de 5 FF, mis en circulation en 1966. Pasteur est le seul savant en effigie d’un billet de banque français, avec Marie Curie sur le billet de 500FF mis en circulation en 1994. On reconnaît le bâtiment d’origine de l’Institut Pasteur (fondé en 1985 à Paris XV°), toujours existant.

10A partir de années 1840, Pasteur étudie les produits formés lors des fermentations. Il attache une attention particulière aux sels qu’il nomme « paratartrates » et qui sont des sels de l’acide tartrique dont il existe plusieurs variétés, comme montré dans la figure suivante.

Figure 3

Figure 3

Isomérie des tartrates, ou sels tartriques. L’acide tartrique (de formule brute C4H6O6) est un composé organique présent dans de nombreuses plantes, dont la vigne ; les sels issus de l’acide tartrique, ou tartrates, sont recueillis lors de la fermentation du vin. 3a (ci-dessus) : Le premier couple de tartrates, noté (+) (dextrogyre) et (-) (lévogyre) est composé par deux énantiomères (image l’un de l’autre). Le troisième composé, appelé « méso », qui comporte un plan de symétrie est inactif vis-à-vis de la lumière polarisée.

Figure 3b : Formule développée des deux énantiomères (à g. le lévogyre, à dr. le dextrogyre)

Figure 3b : Formule développée des deux énantiomères (à g. le lévogyre, à dr. le dextrogyre)
  • 7 « Recherches sur les propriétés spécifiques des deux acides qui composent l’acide racémique », in A (...)

11Pasteur parvient à séparer à la main deux formes de cristaux qu’il identifie comme étant les formes énantiomères (images l’une de l’autre) d’un même composé. Il observe que mis en solution, chaque type de cristaux fait tourner le plan de la lumière d’un même angle, dans un sens opposé. Ces cristaux sont notés, Fig. 1 et Fig. 4 dans la figure suivante, extraite d’une des publications originales de Pasteur7 (et dessous, schéma moderne de ces deux configurations cristallines).

[Répondant à une conclusion erroné de M. Mitscherlich, reprise par Biot] : Eh bien, par le plus grand des hasards, M. Mitscherlich a été induit en erreur et M Biot à son tour. Le paratartrate de soude et d’ammoniaque dévie le plan de polarisation ; seulement, parmi les cristaux provenant d’une même échantillon, il en est qui dévient le plan de polarisation à gauche, d’autres à droite ; et quand il y a autant d’une espèce que de l’autre, la solution est inactive, les deux déviations complètes se compensent.

12Pasteur en déduit que la propriété macroscopique observée provient d’un arrangement spatial différent des atomes à l’échelle moléculaire. Cette proposition revêt alors un intérêt considérable. Cette découverte cruciale sera corroborée ensuite par les travaux célèbres de Le Bel et van t’Hoff qui établissent indépendamment en 1874 la structure tétraédrique du carbone dans les composés organiques saturés. Grâce à cette constatation, il devient aisé de confirmer et justifier l’hypothèse de Pasteur, qui était fondée sur la structure macroscopique des cristaux, mais n’avait pas été confirmée à l’échelle moléculaire dans les années 1850, faute des connaissances nécessaires des structures moléculaires.

13Notons également que la variété de tartrate nommée « méso » dans la figure précédente est inactive en lumière polarisée car elle est partagée par un plan de symétrie passant au milieu de la liaison C-C. De ce fait, celle molécule est superposable à son image ; il suffit pour s’en convaincre de placer celui-ci en coïncidence avec le plan de symétrie moléculaire.

14Ainsi, trois conséquences fondamentales découlent de cette séparation des formes cristallines :

  • des espèces cristallines énantiomères correspondent à des molécules possédant les mêmes propriétés physiques et ne différant que par la configuration spatiale absolue de leurs constituants. Cette disposition entraîne pour chaque énantiomère un comportement différent vis-à-vis de la lumière polarisée ;

  • le mélange en quantité égale des ces deux formes conduit à une neutralisation des propriétés vis-à-vis de la lumière polarisée plane ;

  • si un composé possède un plan de symétrie moléculaire, il est superposable à son image et inactif en lumière polarisée.

Explication de la découverte de Pasteur

Utilisons le résultat fondamental de Le Bel et van t’Hoff. Un atome de carbone possédant quatre substituants différents (sinon, il aurait un plan de symétrie) n’est pas superposable à son image dans un miroir comme le montre la figure suivante où le carbone central comporte quatre substituants différents notés A, B, D, E.

  • 8 Cette définition est tautologique ! Nous n’y pouvons rien.

I et son image dans le miroir, II, ne sont pas superposables. La disposition spatiale des substituants de l’atome central s’appelle « configuration absolue ». Pour la définir sans ambiguïté, il faut une convention nécessitant un observateur lui-même chiral, c’est-à-dire possédant une main droite qui ne soit pas superposable à sa main gauche8. Les deux molécules I et II, de configurations spatiales opposées sont appelés énantiomères. Leur mélange en quantité égale constitue un mélange dit racémique, ainsi que Pasteur l’avait précédemment énoncé.

Il convient de distinguer la configuration, qui possède un caractère absolu (on ne peut la changer sans détruire la molécule), de la simple conformation, qui résulte d’une libre rotation autour d’un axe C-C ; ces conformations ne changent pas la nature de la molécule (ex. ci-dessous).

Figure 4

Figure 4

Conformations d’une même molécule. À l’inverse de I et II qui sont deux molécules différentes, ici la même molécule, III, peut adopter différentes géométries, comme IIIa et IIIb.

La postérité des travaux de Pasteur : rôle de la chiralité dans le vivant

15C’est en quelque sorte pour clore un long chapitre de l’histoire de la chimie que Pasteur s’adresse à ses collègues de la Société chimique de Paris au cours d’une séance tenue en 1883.

  • 9 Aujourd’hui nous utilisons le terme « asymétrie ».

[…] Les principes de la dissymétrie9 moléculaire étaient fondés [sur la base de mesures polarimétriques]

  • 10 Pasteur, La dissymétrie moléculaire, Conférence faite à la Société chimique de Paris le 22 décembre (...)

[…] A vrai dire, Messieurs, on comprend que les choses soient telles. Vous n’avez peut-être jamais fait une remarque bien simple quand je vous l’aurai signalée pour la première fois. Considérez un objet quelconque, naturel ou artificiel, du règne minéral ou du règne organique, vivant ou mort, fait par la vie ou disposé par l’homme, un minéral, une plante, cette table, une chaise, le ciel, la terre, enfin un objet quelconque. A n’envisager que la forme de tous ces objets, que leur aspect extérieur et la répétition de leurs parties semblables, s’ils en possèdent, vous trouverez que tous peuvent se partager en deux grandes catégories : la première catégorie comprendra tous les objets qui ont un plan de symétrie, la seconde catégorie comprendra tous ceux qui n’ont pas de plan de symétrie. Avoir un plan de symétrie –il peut y en avoir plusieurs pour un même objet- c’est pouvoir être partagé par un plan de telle sorte que vous retrouviez à gauche ce qui est à droite. […] Au contraire, il y a des corps qui n’ont pas de plan de symétrie. Coupez une main par un plan quelconque, jamais vous ne laisserez à droite ce qui sera à gauche. Il en est de même d’un œil, d’une oreille, d’un escalier tournant, d’une hélice, d’une coquille spiralée. Tous ces objets et bien d’autres n’ont pas de plan de symétrie ; ils sont tels que, si vous les placez devant une glace, leur image ne leur est pas superposable10.

16Notons qu’en quelques mots, Pasteur étend la notion de chiralité à des formes qu’il n’a pas trouvées dans les cristaux, en particulier à l’hélice qui est appelée à jouer un si grand rôle en biologie, que ce soit dans l’hélice α des protéines et bien entendu la double hélice de l’ADN. En réalité, Pasteur venait de mettre en évidence non seulement une propriété fondamentale des composés issus du monde vivant, mais les conditions même de leur existence !

Figure 5

Figure 5

Forme courante, en hélice α, d’une protéine (image WikiCommons). Les acides aminés (combinaison de carboxyles –COOH et d’amines –NH2) se forment en hélice, avec création de liaisons hydrogène qui permettent de diminuer l’énergie interne de la molécule et donc de la stabiliser.

La chiralité et la vie : faisons une expérience de pensée

  • 11 Prenons deux constituants A, B. Nous pouvons avoir : A(L)-B(L) ; A(L)-B(D) ; A(D)-B(L) ; A(D)-B(D) (...)

17Afin de montrer que la chiralité est une condition nécessaire de l’existence du monde vivant, effectuons une brève expérience de pensée. Considérons la synthèse d’une protéine formée par l’enchaînement d’un dizaine d’acides aminés notés A, B, …J dont chacun pourrait adopter la configuration absolue (L lévogyre) ou (D dextrogyre), de façon aléatoire. Formons une chaîne de n monomères, du type A(L)-B(D)-C(L)-A(D)-D(D)-J(D)-B(L)-D(L)-E(D)où la configuration de chaque constituant est soit (L), soit (D), de manière aléatoire. Il est aisé de montrer que nous pouvons former 2n composés différents, séparables11, que l’on appelle diastéréoisomères. Si, comme c’est le cas dans la réalité, n est de l’ordre de plusieurs centaines, le nombre 2100 dépasse notre imagination. Dans ces conditions, il serait impossible en pratique de fabriquer deux fois le même composé : la duplication serait impensable, quels que soient les moyens envisagés. Il n’y a qu’une façon d’être certain d’obtenir à chaque duplication un composé identique au modèle : n’utiliser qu’un seul énantiomère de chaque acide aminé, toujours le même. Cette condition est scrupuleusement suivie par le vivant et nous constatons que sans la chiralité la vie ne saurait se reproduire et même plus simplement exister.

18Nous pouvons donc conclure que Pasteur en fixant les bases de la chiralité moléculaire inaugurait une des premières découvertes fondamentales de la chimie et de la biologie. Depuis ces travaux de pionnier, la chiralité est devenue centrale dans les sciences de la matière. Ses applications sont innombrables, allant de la synthèse des molécules actives aux propriétés des constituants intervenant dans l’imagerie. Il convient d’ajouter une science récente, l’astrochimie, où la recherche de précurseurs chiraux des molécules terrestres est plus que jamais d’actualité. La grande question posée est en effet : par quel mécanisme la nature a-t-elle sélectionné une seule des formes énantiomères des sucres et acides aminés dont nous sommes constitués ?

Haut de page

En savoir plus

Livres

Christine Dézarnaud Dandine, Alain Sevin, ill. Piem, Symétrie m'était contée...: Histoires de symétries, Ellipses (2007)

Christine Dézarnaud Dandine, Alain Sevin, ill. Piem , Les formes élémentaires de la nature, Vuibert (2011).

Martin Gardner, L’univers ambidextre, les symétries de la nature, Point sciences, Seuil (1979).

Hermann Weyl, Symétrie et mathématique moderne, Flammarion (1952, souvent réédité).

Livres (pour approfondir)

F. Mathey et A. Sevin, Chimie moléculaire des éléments de transition, un dialogue entre théorie et expérience, Les éditions de l’École Polytechnique, Ellipses (2001).

Jean Sivardière, La symétrie en mathématique, physique et chimie, Presses Universitaires de Grenoble (1995).

Haut de page

Notes

1 De nombreux développements se trouvent dans : Symétrie m’était contée, C. Dézarnaud Dandine, A. Sevin, illustré par Piem, Ellipses, 2007.

2 Platon, Timée, 46 a-b, traduction d’Albert Rivaud, Les Belles Lettres, p. 163, 1985.

3 Pierre Duhem Sauver les phénomènes. Essai sur la notion de théorie physique de Platon à Galilée. Sozein ta phainomena, Bibliothèque des Textes Philosophiques, Paris, Vrin, 2005.

4 Aristote, Traité du ciel, traduction J. Tricot, Vrin, 1998, p. 72. Voir aussi : Traité des animaux, Livre I.

5 E. Kant, Prolégomènes à toute métaphysique future, Pléiade, Œuvres complètes, tome 2, §13, p. 55.

6 Voir l’analyse BibNum d’un texte de Fresnel (1822) : Jeanne Crassous, « La double réfraction de Fresnel et les molécules pharmaceutiques chirales », janvier 2009.

7 « Recherches sur les propriétés spécifiques des deux acides qui composent l’acide racémique », in Annales de chimie et physique,3° série, XXVIII, p. 56-99 ; repris dans Œuvres de Pasteur, tome premier, Dissymétrie moléculaire, Masson (1922), en ligne Gallica (la figure est p. 90).

8 Cette définition est tautologique ! Nous n’y pouvons rien.

9 Aujourd’hui nous utilisons le terme « asymétrie ».

10 Pasteur, La dissymétrie moléculaire, Conférence faite à la Société chimique de Paris le 22 décembre 1883. Extrait de Écrits scientifiques et médicaux, GF-Flammarion, 1994, p. 30-31 (aussi reprise dans Œuvres de Pasteur, Tome I, op. cit.)

11 Prenons deux constituants A, B. Nous pouvons avoir : A(L)-B(L) ; A(L)-B(D) ; A(D)-B(L) ; A(D)-B(D) soit 22 composés distincts, nommés diastéréoisomères.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende 1a. La pomme est entière ; 1b. On en coupe un quart ; 1c. On en coupe un second quart. La demi-pomme (on a enlevé deux quarts de pomme) en 1c est chirale
Crédits Image issue de Dézarnaud-Dandine & Sevin, cf. NbdP 1
URL http://journals.openedition.org/bibnum/docannexe/image/443/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Figure 2
Légende Le billet de 5 FF, mis en circulation en 1966. Pasteur est le seul savant en effigie d’un billet de banque français, avec Marie Curie sur le billet de 500FF mis en circulation en 1994. On reconnaît le bâtiment d’origine de l’Institut Pasteur (fondé en 1985 à Paris XV°), toujours existant.
URL http://journals.openedition.org/bibnum/docannexe/image/443/img-2.png
Fichier image/png, 307k
Titre Figure 3
Légende Isomérie des tartrates, ou sels tartriques. L’acide tartrique (de formule brute C4H6O6) est un composé organique présent dans de nombreuses plantes, dont la vigne ; les sels issus de l’acide tartrique, ou tartrates, sont recueillis lors de la fermentation du vin. 3a (ci-dessus) : Le premier couple de tartrates, noté (+) (dextrogyre) et (-) (lévogyre) est composé par deux énantiomères (image l’un de l’autre). Le troisième composé, appelé « méso », qui comporte un plan de symétrie est inactif vis-à-vis de la lumière polarisée.
URL http://journals.openedition.org/bibnum/docannexe/image/443/img-3.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 3b : Formule développée des deux énantiomères (à g. le lévogyre, à dr. le dextrogyre)
URL http://journals.openedition.org/bibnum/docannexe/image/443/img-4.png
Fichier image/png, 3,8k
URL http://journals.openedition.org/bibnum/docannexe/image/443/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://journals.openedition.org/bibnum/docannexe/image/443/img-6.png
Fichier image/png, 15k
URL http://journals.openedition.org/bibnum/docannexe/image/443/img-7.png
Fichier image/png, 6,8k
Titre Figure 4
Légende Conformations d’une même molécule. À l’inverse de I et II qui sont deux molécules différentes, ici la même molécule, III, peut adopter différentes géométries, comme IIIa et IIIb.
URL http://journals.openedition.org/bibnum/docannexe/image/443/img-8.png
Fichier image/png, 3,1k
Titre Figure 5
Légende Forme courante, en hélice α, d’une protéine (image WikiCommons). Les acides aminés (combinaison de carboxyles –COOH et d’amines –NH2) se forment en hélice, avec création de liaisons hydrogène qui permettent de diminuer l’énergie interne de la molécule et donc de la stabiliser.
URL http://journals.openedition.org/bibnum/docannexe/image/443/img-9.png
Fichier image/png, 196k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Sevin, « Pasteur et la chiralité moléculaire », Bibnum [En ligne], Chimie, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/bibnum/443

Haut de page

Auteur

Alain Sevin

Alain Sevin est directeur de recherches émérite au CNRS (il a dirigé le laboratoire de chimie théorique de l'université Pierre et Marie Curie à Paris) ; il est ancien enseignant à l'École polytechnique et à l'École nationale des techniques avancées. Ingénieur de l'École Nationale Supérieure de Chimie de Paris (1963), il commence sa carrière scientifique dans le domaine de la chimie organique après sa thèse de doctorat (1968). Il est l’auteur d'une centaine d'articles dans les revues majeures et de plusieurs traités de chimie organométallique et de chimie théorique.

Haut de page

Droits d’auteur

© BibNum

Haut de page
  • Logo FMSH - Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals