Navigation – Plan du site

AccueilNuméros122Formation de la collection égypti...

Formation de la collection égyptienne au Musée national de la République du Tatarstan (MNRT), Russie
إعداد المجموعة المصرية بالمتحف الوطني لجمهورية تتارستان (MNRT)، روسيا

Anastasia Aksenova
p. 27-54

Résumés

Pendant le xixsiècle, l’égyptologie russe a franchi plusieurs étapes dans sa formation en tant que science. Grâce à de nombreux voyages en Égypte et aux nombreux objets archéologiques rapportés en Russie, les premières collections russes majeures se formèrent au musée Pouchkine et à l’Hermitage. Quant aux collections provinciales, également variées et intéressantes, elles sont aujourd’hui complètement oubliées. Parmi les plus grands musées régionaux, on peut notamment citer le Musée national de la République du Tatarstan (Kazan), qui a une longue histoire de formation. À partir du xixsiècle les portes du musée ont été ouvertes aux différentes collections historiques, y compris celle de l’Égypte qui s’est formée progressivement par l’accumulation d’objets. Il est important de voir son histoire et la description du patrimoine égyptien conservé dans ce musée. Cette collection considérable n’a plus été exposée depuis le début du xxsiècle.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Loktionov 2017, p. 131-132 ; Loktionov 2019, p. 157-160 ; Berlev 1972, p. 500.

1La question du développement de l’égyptologie russe en tant que science n’a été que peu étudiée jusqu’à nos jours et les étapes de formation de cette discipline historique en Russie restent très discutées1.

  • 2 Le messager de l’Europe, p. 183-197.
  • 3 Bierbrier 2019, p. 422.
  • 4 Belyakov 2003, p. 92.
  • 5 Katsnelson 1956, p. 207.

2Soulignons néanmoins que les premiers ouvrages sur l’histoire de l’Égypte furent publiés en Russie sous le gouvernement d’Alexandre Ier (1801-1825). Parmi ces travaux précoces, nous pouvons citer un article intitulé « Des anciens Égyptiens et de l’art de ce peuple », paru en 1813 dans le journal Le messager de l’Europe2. Il s’agit, pour la première fois en Russie, d’une tentative d’analyse scientifique de l’art égyptien ancien. Cinq ans plus tard, Pavel Ulanov (1794-1846)3 soutint à l’université de Moscou une thèse de maîtrise sur le sujet : Les propriétés distinctives de l’art égyptien et pourquoi les plus célèbres des artistes contemporains ne le prennent pas pour modèle4. Par ailleurs, en 1824, suite aux travaux de Jean-François Champollion, la monographie Précis du système hiéroglyphique des anciens Égyptiens fut éditée en russe dans la revue Les fils de la patrie, en huit parties5. L’histoire et la méthode de déchiffrement des hiéroglyphes furent décrites en détail par l’auteur Gavriil Batenkov, qui fit la synthèse du texte original et l’accompagna de ses commentaires personnels.

  • 6 Brodski 1930 (éd. 2001), p. 196.
  • 7 Lilti 2001, p. 99-100, p. 106 ; Roche 1978, p. 204, p. 378 ; Stroev 2017, p. 117.
  • 8 Bobrov 1904, p. 5-35.
  • 9 Stroev 1997, p. 41, p. 335.
  • 10 Stroev, Gretchanaia, Viollet 2012, p. 32-33, 221-235.
  • 11 Leclant 1991, p. 752 ; Dewachter 1993, p. 31-43.
  • 12 Champollion 1909, p. 228.

3Dans le même temps, l’Égypte ancienne devint un sujet de conversation au sein des salons et cercles littéraires de la société mondaine russe des xviiie et xive siècles6. Nés de l’influence du Paris des Lumières7, divers salons se tenaient en effet, non seulement à Saint-Pétersbourg et Moscou, mais aussi dans les villes provinciales, comme Kazan8, Kharkov, Odessa ou Voronej9. Ces salons provinciaux jouaient un rôle significatif dans la vie intellectuelle et spirituelle des noblesses locales, dans les élargissements successifs de la citoyenneté et dans la représentation de nouvelles voix et d’intérêts au cœur du débat public. À ce titre, ils faisaient souvent office de centres intellectuels et d’éducation d’une pensée historique pour la société russe. À partir de 1810-1820, les problèmes socio-politiques de la Russie y furent discutés assez ouvertement10. Enfin, ces salons jouèrent un rôle notable dans les échanges et le développement des idées scientifiques. Typiquement, un représentant de la noblesse organisait de tels salons en réunissant des amateurs et des spécialistes de divers domaines, historiques et politiques. Par exemple, le consul russe, Stanislav Iossifovitch Kossakowsky, organisa une table ronde, à Rome, consacrée aux recherches de Jean-François Champollion11. Dans sa lettre (de Florence, le 22 juin 1825), J.-F. Champollion écrivait à son frère, à propos de S.I. Kossakowsky : « Les hiéroglyphes sont en grand honneur à Rome [...]. Le duc m’ayant mis en rapport avec tout le corps diplomatique, on m’a questionné, interrogé, et on a voulu absolument que je donnasse [...] cinq ou six séances, dans lesquelles j’ai développé mon système et la marche de ma découverte12. »

  • 13 Berlev 1990, p. 236.

4Au-delà de la littérature et de l’engouement de la société mondaine russe pour le sujet, c’est avant tout l’accumulation des monuments de la culture égyptienne dans l’Empire russe, puis en URSS, qui joua un rôle primordial dans le développement de l’égyptologie. Il faut remarquer que le développement de collections privées ou publiques fut une étape indispensable dans la formation de la science nationale et, comme l’écrit Oleg Berlev, « à part l’accumulation des collections, nous ne pouvons pas parler d’une autre activité égyptologique13 » dans l’Empire russe. L’étude des objets égyptiens conservés dans les musées a contribué à la recherche mondiale, de même qu’elle a affirmé la position scientifique russe sur la scène internationale.

5Si l’on envisage les collections du patrimoine égyptien en Russie, celles qui prédominent sont celles conservées au sein des musées des deux « capitales » russes, Moscou et Saint-Pétersbourg. Cependant, il convient de souligner les collections provinciales orientales des musées de Voronej, Perm, Kazan, Ivanovo, Polenovo, etc. Chacun possède une histoire particulière ainsi que des objets uniques, sans lesquels l’image actuelle du patrimoine égyptien serait incomplète. Précisément, dans cet article, nous souhaitons mettre en lumière la richesse de la collection égyptienne de Kazan.

  • 14 Nazipova 2000, p. 15.
  • 15 Sinitsyna 2002, p. 15-16.

6La collection égyptienne du Musée national de la République du Tatarstan (MNRT), dont Kazan est la capitale, connut une longue histoire et contient des exemplaires rares du patrimoine égyptien. Pourtant, l’étude de cette collection n’a jamais été menée du point de vue historiographique. À l’époque postsoviétique, seulement quelques ouvrages observèrent le processus de création et de développement du Musée national de Kazan, en particulier les ouvrages de Goultchathcak Rakhimzianovna Nazipova14 et de Klara Romanovna Sinitsyna 15.

7L’objectif de notre étude sera de reconstituer les principales étapes de la construction de la collection égyptienne du MNRT. Dans cette démarche, une brève contextualisation permettra d’apprécier le rôle de l’université de Kazan, ainsi que celui des mécènes, dans la fondation du musée et de sa collection égyptienne. Nous proposerons ensuite une étude chronologique de son développement, en suivant quatre périodes distinctes : 1842-1895, 1895-1928, 1928-1934 et 1934 à aujourd’hui.

1. L’état de l’égyptologie russe au xixe siècle et la fondation du MNRT

8La première étape de formation de l’égyptologie russe en tant que science réside dans la connaissance des sources historiques en Égypte grâce aux voyages au Proche-Orient. La deuxième étape, qui consiste en l’accumulation de matériel archéologique, offrit aux chercheurs russes la possibilité d’étudier l’héritage du pays.

  • 16 Bierbrier 2019, p. 170.
  • 17 Bierbrier 2019, p. 419.
  • 18 Bierbrier 2019, p. 342.

9L’ancienne Égypte se présentait alors comme un sujet d’intérêt certain au sein de la société russe du xixe siècle. L’Académie des sciences finança notamment des projets de recherche, des missions en Égypte, ainsi que les premiers ouvrages d’égyptologie. Ceux de Wladimir Golenischeff (1856-1947)16, Boris Alexandrovitch Turaev (1868-1920)17, Adrian Prahov (1846-1916)18, etc., motivèrent les universités à créer des cours d’orientalisme. Les activités scientifiques en Europe, particulièrement en France, inspirèrent à la société russe la constitution de collections d’antiquités et leur étude. C’est pourquoi, à la suite de voyages et de missions de pèlerinage au Sinaï et en Égypte, les Russes rapportèrent des « souvenirs » spéciaux, qui font aujourd’hui partie des collections des plus grands musées de Moscou et de Saint-Pétersbourg.

  • 19 L’Académie impériale des sciences est l’académie russe des sciences et des arts de 1724 à 1917, fo (...)
  • 20 La Bibliothèque publique impériale fut fondée en 1795 par Catherine II et inaugurée en janvier 181 (...)

10Avant la création de grands musées publics, comme l’Ermitage ou le musée Pouchkine, la plupart des objets égyptiens étaient conservés à l’Académie impériale des sciences19 et à la Bibliothèque publique20 – qui se trouvent toutes deux à Saint-Pétersbourg – dans des collections privées (souvent en partie exposées dans les salons et cercles littéraires) et dans les universités impériales (les cabinets de curiosités). De fait, ces endroits représentent les premiers foyers d’étude de l’histoire égyptienne.

  • 21 Otto von Richter est né en 1791 à Neu-Kusthof. Noble, fils d’un riche propriétaire terrien de la B (...)

11Concernant les collections privées, les premiers objets égyptiens furent introduits dans la province occidentale de l’Empire russe par l’intermédiaire du voyageur Otto von Richter21. Malheureusement, l’orientaliste russe ne put voir le devenir de sa collection du fait de son décès prématuré.

  • 22 La traduction « cabinet de curiosités » est généralement usitée pour évoquer les Kunstkammern (et (...)
  • 23 La Kunstkamera est dès sa fondation en 1714 un cabinet de « curiosités » ou de « merveilles » comm (...)

12Au début du xixe siècle, le « cabinet de curiosités22 », la Kunstkamera23, aujourd’hui musée d’ethnographie et d’anthropologie Pierre-le-Grand de l’Académie des sciences de Russie, exposait certains objets égyptiens. L’État russe soutint ce musée par l’achat de nouvelles pièces auprès du consulat égyptien pour augmenter la collection. L’ouverture du « Musée égyptien » de la Kunstkamera, dont la collection comptait environ 900 pièces en 1825, fut une étape importante.

  • 24 Nazipova 2000, p. 15.
  • 25 Sinitsyna 2002, p. 15-16.

13Quant au MNRT de Kazan, sujet de notre étude, le musée bénéficia des bonnes conditions qui s’établirent localement à la fin du xixe siècle, comme l’indique G.R. Nazipova24. La ville de Kazan est en effet historiquement considérée comme un pôle économique et administratif, en plus d’être le centre spirituel et culturel du peuple tatar qui vit sur son territoire. Le rôle éducatif de cette région fut particulièrement endossé par l’université impériale de Kazan, qui fut la plus grande institution d’enseignement de l’Empire russe après celles de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Les scientifiques et les professeurs de l’université sont à l’origine de nombreuses innovations dans la région, notamment l’ouverture de salons et cercles littéraires, ainsi que la création d’événements scientifiques, de publications, d’expositions, de muséums, etc.25 Grâce à l’activité dynamique de l’université, le domaine archéologique et historique connut un fort développement à Kazan.

  • 26 Nazipova 2000, p. 53.
  • 27 Nazipova 2000, p. 14-19.

14La formation du fonds du musée trouve son origine au début du xixe siècle. En effet, la création de dépôts d’antiquités et de fouilles archéologiques dans la région commença avec la fondation de l’université de Kazan en 180426. On note en particulier la création du cabinet d’antiquités et d’objets rares de l’université en 1815. Enfin, le musée de la science et de l’industrie de la ville de Kazan, ancêtre du MNRT, fut inauguré en 1895. Il comptait alors parmi les plus grands établissements scientifiques indépendants de l’Empire russe27.

  • 28 Turaev 1903, p. 81-100.
  • 29 Markov 1980.
  • 30 République socialiste soviétique autonome tatare.
  • 31 Berlev, Hodjash 1998.

15Plusieurs études scientifiques furent menées tout au long de l’histoire du musée, grâce auxquelles nous pouvons connaître le nombre total des antiquités égyptiennes au cours du xixe siècle. Parmi les premières mentions de la collection égyptienne de Kazan, on peut citer la publication Description des monuments égyptiens des musées et collections russes de B.A. Turaev28, publiée en 1903. Il faut ensuite mentionner les données des archives non publiées du Musée national de Kazan, notamment un article de Vladimir Markov29, chercheur de la RSSAT (ou TASSR)30, qui, en 1980, fit la description du fonds archéologique. Enfin, en consultant le catalogue des monuments égyptiens d’Oleg Dmitrievič Berlev et de Svetlana Izmaïlovna Hodjash31, publié en 1998, nous pouvons trouver les objets les plus importants du musée, sélectionnés par les auteurs.

16Dans l’analyse des données présentées, nous souhaitons souligner les étapes de la formation du fonds archéologique du musée, et particulièrement des objets égyptiens. Nous pouvons ainsi distinguer quatre grandes phases, qui seront présentées selon l’ordre chronologique.

2. 1842-1895 : le cabinet des antiquités de Kazan, les prémices universitaires de la collection

17La première étape correspond à la période se situant entre 1842 et le dernier quart du xixe siècle. Elle marque le commencement du processus de formation de la collection égyptienne à l’université de Kazan, notamment grâce au cabinet des antiquités et des raretés, à de nombreuses expéditions au Proche-Orient, ainsi qu’aux échanges archéologiques entre les universités russes.

  • 32 Markov 1980, p. 7.

18Comme exemple de ces échanges, on peut mentionner, en 1842, la première arrivée documentée d’objets égyptiens au cabinet des antiquités de Kazan32, notamment des scarabées (fig. 1, 2) et des figures de divinités, donnés par l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg.

Fig. 1. Scarabée du grand prince Rnjj (945-715 av. J.-C.). Vue de trois quarts.

Fig. 1. Scarabée du grand prince Rnjj (945-715 av. J.-C.). Vue de trois quarts.

© Musée national de la République du Tatarstan, NMRT

Fig. 2. Scarabée du grand prince Rnjj (945-715 av. J.-C.). Vue du dessous.

Fig. 2. Scarabée du grand prince Rnjj (945-715 av. J.-C.). Vue du dessous.

© Musée national de la République du Tatarstan, NMRT

  • 33 Nijni-Novgorod est l’une des principales villes de Russie. Elle est située dans la partie centrale (...)
  • 34 Chestakov 1868, p. 1-2.
  • 35 Chestakov 1868, p. 1.

19Un autre don significatif intervient en septembre 1868, quand plusieurs objets sont transférés à l’université par Mikhail Prutchenko, administrateur honoraire de l’Institut d’Alexandre Ier à Nijni-Novgorod33. Par lettre du 10 août 186834, accompagnée d’une boîte d’antiquités égyptiennes, M. Prutchenko demande d’accepter comme cadeau des objets égyptiens rapportés par son frère au début des années 1850 : « La plupart ont été sortis de la tombe en sa présence35. »

  • 36 Berlev, Hodjash 1998, p. 12-13, 83-114, p. 141.

20Certains de ces objets appartiennent à la xxie dynastie, et proviennent de Deir el-Bahari36 ; parmi les plus significatifs, on compte :

  • 37 Berlev, Hodjash 1998, p. 22 ; Turaev, p. 88.

21– le couvercle d’un cercueil à fond jaune au nom de Hori37 ;

  • 38 Turaev 1903, p. 94 ; Berlev, Hodjash 1998, p. 141.

– une partie d’un papyrus de l’Amdouat avec une vignette et un texte hiéroglyphique38 (n5404(4)) ;

– des oushebtis inscrits de faïence bleue au nom d’Jmn-m-jpt : de Nsj-ʿjmn (n5404(15) ; n5404(27) ; n 11617(4) ; fig. 3) et d’autres ;

– le cartonnage de Tȝ-mjwt (no 11609) ;

– des statuettes anthropiques et totémiques de divinités ;

– des momies animales (crocodiles) ;

– des amulettes.

  • 39 Chestakov 1868, p. 1.

22Le propriétaire trouve ces antiquités intéressantes à étudier et décide de les conserver à l’université39. N’étant pas certain que l’université impériale de Kazan puisse être intéressée par des trouvailles égyptiennes, M. Prutchenko précise qu’en cas de refus, il réorientera son offre vers Moscou.

  • 40 Prutchenko 1868, p. 6.

23Cependant, à cette date, l’université de Kazan dispose déjà d’une petite collection orientale, périodiquement enrichie grâce aux professeurs orientalistes envoyés en Égypte et au Sinaï. Par exemple, dans la conclusion de l’acte de transfert de don de M. Prutchenko40, le chef de cabinet indique que le musée de l’université conserve aussi des antiquités transférées par un ancien professeur du nom de Wagner, parmi lesquelles figurent un bras et une jambe de momie, ainsi que plusieurs figurines. Entre autres choses, la collection réunit également déjà des exemplaires de papyrus, de scarabées et de vases au moment de la réception du cadeau.

  • 41 Prutchenko 1868, p. 4-5.

24Ainsi, le don de M. Prutchenko fut accepté par le Cabinet ethnographique no 74341 de l’université impériale de Kazan, le 9 septembre 1868.

  • 42 Krol 2017, p. 991-1008.
  • 43 Ivanov 2009, p. 46.

25Le dernier apport notable du xixe siècle eut lieu en 1894, lorsque le khédive d’Égypte Abbas II Hilmi fit don à Alexandre III d’un important lot d’antiquités. Le cadeau égyptien no 642 de la Direction générale du Service des antiquités comprenait 5 cercueils et environ 45 petits objets (annexe 3). Il fut subdivisé et transféré dans les plus grandes institutions éducatives de l’Empire russe : les universités de Moscou, Kiev, Kazan, Kharkov, Novourossiisk, Yourievski, Varsovie, Helsingfors et deux écoles d’art43. Ainsi, l’université de Kazan reçut, accompagné d’un certain nombre d’oushebtis, le cercueil de la prêtresse d’Amon à Thèbes, Nsjj-tȝ-wḏȝt-ȝḫt (Nesytaoudjatakhet), qui constitue encore aujourd’hui la pièce maitresse de la collection égyptienne du MNRT.

  • 44 Turaev 1903, p. 81-100.

26Grâce à la description des monuments égyptiens au musée de l’université impériale de Kazan entreprise en 1903 par B.A. Turaev44, on peut composer une liste des éléments importants de la collection à la fin de cette première période. Si l’on sait que le fonds comptait alors 165 éléments, il est néanmoins difficile, à cette étape, de reconstituer l’inventaire exhaustif de tous les objets égyptiens de la collection universitaire acquis au xixe siècle.

Fig. 3. Oushebti de Nsj-ʿJmn (1069-945 av. J.-C.).

Fig. 3. Oushebti de Nsj-ʿJmn (1069-945 av. J.-C.).

© Musée national de la République du Tatarstan, NMRT

3. 1895-1928 : la formation du musée de Kazan, une collection égyptienne modique

  • 45 I.F. Likhachev est le frère du collectionneur et scientifique A.F. Likhachev.

27La deuxième étape de notre étude commence en 1895, date officielle de l’ouverture du musée de Kazan, indépendamment et distinctement du fonds de l’université. Jusqu’en 1918, le musée connaît une période d’acquisitions importantes provenant de collections privées, comme celle d’Andreï Fedorovich Likhachev45, Vassily Ivanovich Zausaïlov et d’autres mécènes. Bien que ces dons soient conséquents, les objets égyptiens y sont en revanche peu représentés.

  • 46 Nazipova 2000, p. 198-205.
  • 47 Toute cette collection comprend des objets d’anciennes cultures égyptiennes, de l’âge du bronze, d (...)

28Archéologue et numismate russe, Andreï Fedorovich Likhachev (1832-1890), passa sa vie à collectionner des objets archéologiques et artistiques d’Europe occidentale. Ce scientifique de Kazan participa à quatre congrès archéologiques panrusses (les Ier, IIe, IVe et VIe) et devint le premier acquéreur de monuments datant du Néolithique et de l’Âge du Bronze dans la région de la Volga46. Le principal mérite de cet archéologue est d’avoir constitué une collection de valeur, qui est la base du MNRT. Après sa mort, en 1890, la collection fut abritée chez lui, rue Novo-Kamissariat. Cependant, aucun testament ne fut conservé concernant l’avenir de sa collection. La même année, le frère du scientifique, Ivan Fedorovich Likhachev, l’achète à sa belle-sœur, puis l’offre au gouvernement de la ville. Finalement, en 1895, après l’ouverture du musée de la ville de Kazan, elle y est déposée dans des conditions particulières. Selon l’accord passé avec I.F. Likhachev, les objets exposés devaient être conservés séparément des autres départements du musée. Ainsi, jusqu’en 1918, cinq salles furent allouées pour cette collection (comprenant notamment des objets archéologiques, slaves, artistiques, etc.) qui ne fut malheureusement pas classifiée. Les cartels des objets sont rédigés de façon aléatoire en russe, souvent en tatar, ou bien en anglais. Pendant cette étape, la collection archéologique ne fut pas décrite dans les documents du musée47.

  • 48 Sickler 1901.

29Une description de la collection est publiée pour la première fois par Léon Sikler48 en 1895. Réimprimée à plusieurs reprises, la publication ne donne aucune information concernant les objets égyptiens. La première mention de ceux-ci est due à B. Turaev en 1903 qui ne dénombra que 15 objets, en plus d’une note manuscrite précédemment laissée par A.F. Likhatchev lui-même, détaillant de nombreuses perles et colliers, ainsi qu’un oushebti en argile (annexe 2). Comme A.F. Likhachev ne visita pas l’Égypte, la plupart des objets égyptiens furent probablement acquis lors de voyages en Europe, le plus souvent en France. La collection contient des oushebtis en faïence des xiiie et viie siècles av. J.-C., ainsi que des objets du culte funéraire :

30– amulettes ;

– momies d’animaux ;

  • 49 Une partie d’un cercueil avec l’image du naos qui est décoré par les fines lignes rouges, une vach (...)

– fragments de cercueils à fond jaune49 (nos 5404(5a), 5404(19) ; fig. 4, 5, 6).

  • 50 Annuaire du MNRT 1901, p. 260-261.
  • 51 Annuaire du MNRT 1901, p. 80.

31Un autre amateur d’art qui eut une influence considérable sur la constitution de la collection MNRT à ce stade, V.I. Zausaïlov, effectue un premier transfert d’objets au musée en 1898. Ce marchand possédait la plus grande collection privée de culture locale. Au moment de sa vente, en 1909, la collection comptait un total de 11 000 objets, y compris certains objets égyptiens. D’autre part, V.I. Zausaïlov eut un impact significatif sur la constitution de la collection égyptienne, non seulement en tant que donateur, puisqu’il continua d’acheter des objets pour la collection du musée, notamment à ses propres frais50, mais également en tant que membre actif de la commission pour l’organisation du musée. Ainsi, une tentative de description de la collection fut déjà entreprise par V.I. Zausaïlov en 1898-1900, dans l’annuaire du musée51. La collection y fut systématisée selon un principe thématique : archéologie de l’église, plats et autres objets en métal, porcelaines et faïences, verre et cristal, ethnographie et histoire, objets égyptiens, sites archéologiques. Certains de ces monuments égyptiens font encore aujourd’hui partie de la collection archéologique du MNRT (fig. 7).

Fig. 4. Fragment de la tête d’un cercueil de type jaune avec des images de la déesse Nout les bras ouverts.

Fig. 4. Fragment de la tête d’un cercueil de type jaune avec des images de la déesse Nout les bras ouverts.

© Musée national de la République du Tatarstan, NMRT

Fig. 5. Fragment d’un cercueil de type jaune (Dj-jmnw) (1069-945 av. J.-C.). Vue de trois quarts.

Fig. 5. Fragment d’un cercueil de type jaune (Dj-jmnw) (1069-945 av. J.-C.). Vue de trois quarts.

© Musée national de la République du Tatarstan, NMRT

Fig. 6. Fragment d’un cercueil de type jaune (Dj-jmnw) (1069-945 av. J.-C.). Vue de face.

Fig. 6. Fragment d’un cercueil de type jaune (Dj-jmnw) (1069-945 av. J.-C.). Vue de face.

© Musée national de la République du Tatarstan, NMRT

Fig. 7. Figurine d’oiseau à tête humaine () (viie-ive siècles av. J.-C.).

Fig. 7. Figurine d’oiseau à tête humaine (bȝ) (viie-ive siècles av. J.-C.).

© Musée national de la République du Tatarstan, NMRT

  • 52 Annuaire du MNRT 1901, p. 287.
  • 53 Annuaire du MNRT 1912, p. 80.

32Enfin, la collection fut augmentée grâce aux dons de voyageurs et de pèlerins en Égypte. Selon l’annuaire du MNRT52 et le rapport du Conseil des musées pour 1901, en 1899, O.S. Lebedeva fit don de « souvenirs » rapportés d’Égypte. De même, en 1911, A.M. Souvorov fit don d’objets égyptiens53.

33Malheureusement, aucune information archivistique plus détaillée ne fut conservée au musée pendant la période prérévolutionnaire.

4. 1928-1934 : le MNRT s’enrichit de la collection universitaire

34Les changements les plus importants du fonds archéologique eurent lieu au cours de la troisième étape, en 1928-1934, lorsque la collection muséale fut enrichie par les fonds de l’Institut d’enseignement de l’Est, notamment les dons de M. Prutchenko et le cercueil de Nsjj-tȝ-wḏȝt-ȝḫt (Nesytaoudjatakhet).

  • 54 Rapport du département historique, p. 2.
  • 55 Rapport du département historique, p. 2.
  • 56 Rapport du département historique, p. 2.

35Il faut noter que, selon le rapport du MNRT pour 1919, 4 salles sont réservées au département d’histoire : « Dans la première salle, les collections sont historiques : collections anciennes égyptiennes, antiques et numismatiques, ainsi que monuments de l’histoire russe54. » La collection de monuments égyptiens est donc exposée au musée au début du xxe siècle. Cependant, le petit nombre d’objets dans le département d’histoire oblige les responsables du musée, Nikolaï Filippovitch Kalinin et Mikhail Georgievitch Khudyakov, à ne pas exposer une partie des monuments archéologiques, y compris égyptiens, puis à poser la question du développement futur de la collection. Selon une Note sur l’état actuel et les perspectives de développement du cadre de travail du département d’histoire et d’archéologie du Musée central de la R.T.55, « une petite collection d’objets grecs, étrusques, égyptiens et mexicains56 » totalisait une quarantaine de monuments. Ces petites collections « d’importance non locale » ne correspondaient pas à la nouvelle politique du musée de la région. À ce propos, une question fut soulevée au sujet du transfert d’objets à des fins de conservation dans des « musées spéciaux ».

  • 57 Kalinine 1928, p. 41-44.

36Elle fut résolue lorsqu’une grande collection du cabinet d’histoire de la culture matérielle de l’Institut d’enseignement de l’Est (anciennement Cabinet des antiquités et des raretés de l’université de Kazan) entra dans le département d’archéologie du MNRT. D’abord en 1922 avec un premier don constitué d’oushebtis (fig. 8), mais surtout en 1928 avec un don conséquent comprenant notamment la collection de M. Prutchenko. Selon la liste de transfert d’objets du catalogue documentaire du musée des antiquités et des arts de l’université57 de 1928, la vaste collection se composait de 524 objets, de 7 boîtes de petits objets et d’un colis, parmi lesquels sont mentionnés : « VIIa. Égypte – 37 objets ; VIIc. Antiquités anciennes – 51 objets ». La liste des monuments égyptiens contient des liens vers le catalogue de B. Turaev pour certaines antiquités. De plus, les rapports du musée évoquent la présence d’affiches sur lesquelles nous trouvons des explications sur la vie quotidienne en Égypte ancienne, on peut supposer qu’elles furent réalisées en vue d’une exposition temporaire dans les années 1930. Cependant, compte tenu des spécificités locales du musée, la collection égyptienne ne fut plus exposée par la suite.

Fig. 8. Oushebti de Pȝ-ḫr (1069-945 av. J.-C.).

Fig. 8. Oushebti de Pȝ-ḫr (1069-945 av. J.-C.).

© Musée national de la République du Tatarstan, NMRT

5. 1934-aujourd’hui : les difficultés de conservation de la collection

  • 58 Dénomination du MNRT durant la période soviétique.

37D’importantes acquisitions et modifications de la collection égyptienne eurent lieu en 1934. Une partie de l’exposition fut transférée à l’Ermitage pour y être conservée, notamment un cercueil avec la momie d’un enfant, des papyri, etc. Les monuments de la culture égyptienne nécessitent des conditions de conservation spéciales, éventuellement une restauration. De nombreux rapports sur le travail du musée RSSAT (MNRT)58 dans la période d’avant-guerre confirment son état extrêmement problématique : les locaux sont chauffés de manière irrégulière en hiver, les objets sont déplacés constamment dans différents bâtiments, la restauration de la collection n’est pas financée. Il est probable que ces difficultés de préservation des antiquités ont fortement motivé leur transfert à Saint-Pétersbourg.

  • 59 Markov 1980, p. 7.

38La même année, l’Ermitage réalisa, en échange de ce qu’il avait reçu, le dernier don important de la collection égyptienne de Kazan. Selon un article non publié de Vladimir Nikolaevitch Markov, chercheur au musée RSSAT, figurent parmi les monuments59 :

39– une statuette d’Osiris en bronze (no 11741 ; fig. 9) ;

– une statuette en bronze d’Isis avec l’enfant Horus (no 11639) ;

– une statuette du taureau sacré Apis ;

– des statuettes de Shou en faïence égyptienne ;

– plusieurs vases égyptiens (no 11642) ;

– des statuettes en bois (nos 11641, 11715) ;

– des échantillons de tissus ;

– plusieurs amulettes.

  • 60 Sipyagin 1873, p. 30-31.
  • 61 Sipyagin 1873, p. 30-31.

40Il faut encore signaler deux donations isolées. En 1944, M.N. Ivanova remet un modèle de bateau égyptien importé d’Égypte dans les années 1880. On remarquera que durant la seconde moitié du xixe siècle, l’Égypte bénéficie de l’intérêt croissant manifesté pour le pèlerinage en Terre sainte et pour le Sinaï, et attire un grand nombre de voyageurs. Dans les récits de voyage de Vsevolod Nikolaevitch Sipyagin60, en 1872, l’auteur décrit un nombre important de voyageurs sur un navire se rendant en Égypte et en Palestine, indiquant que « la majorité de nos pèlerins russes, environ 100 personnes, se compose principalement de femmes61 ». En combinant ces informations, on peut supposer que M.N. Ivanova ou l’un de ses parents ou proches a acquis ce bateau égyptien lors d’un pèlerinage en Égypte, dans la seconde moitié du xixe siècle.

  • 62 Markov 1980, p. 8.

41Un autre don, en 1970, fut le fait de K.G. Grecheva. Il s’agit d’un oushebti qui appartenait au professeur Aleksandre Andreevitch Mislavsky62, acquis pour le cabinet des antiquités et curiosités de l’université de Kazan pendant sa mission au Proche-Orient.

  • 63 Selon la note du musée du 27.10.1955.

42D’autre part, durant cette période récente, certains monuments furent perdus. Cela concerne en premier lieu de petits objets. En particulier, en 1955, 8 objets de la collection égyptienne, peut-être des amulettes (zoomorphes), furent volés63. À ce jour, la collection d’antiquités égyptiennes a cessé de s’accroître.

43De manière générale, pendant les deux siècles au cours desquels elle s’est constituée, la collection égyptienne du fonds archéologique du MNRT s’est enrichie de monuments de différentes périodes de l’histoire de l’Égypte ancienne. Elle compte actuellement environ 170 objets, dont des pièces rares et précieuses (annexe 1). Parmi les monuments égyptiens importants, on compte :

44– le cercueil à fond jaune de Nsjj-tȝ-wḏȝt-ȝḫt (Nesytaoudjatakhet) (nos 11605, 5404/1) ;

– le couvercle du cercueil à fond jaune au nom de Hori ;

– une riche collection d’oushebtis, d’amulettes et d’équipements funéraires ;

– une partie d’un papyrus de l’Amdouat (fig. 10) ;

– des jarres (no 11642) ;

– des résilles de momie en perles (nos 11667, 11668(8)) ;

– des statuettes en bois (no 5404(34) ; fig. 11).

  • 64 Krol 2003, p. 249-252.

45Malheureusement, de nombreuses antiquités sont dans un mauvais état de conservation et nécessitent une restauration urgente64. L’examen de la collection a révélé un certain nombre d’oushebtis cassés, des objets conservés dans des contenants et des conditions inadaptés, provoquant notamment l’apparition de champignons sur une main de momie, ou encore la dégradation du bois et des peintures de divers cercueils, dont celui, très précieux, de Nsjj-tȝ-wḏȝt-ȝḫt (Nesytaoudjatakhet).

46En outre, depuis le début du xxie siècle, la collection n’a été que partiellement exposée, à une seule reprise, en 2015. Devant l’urgence de sa préservation, il nous paraît essentiel de la faire connaître aux scientifiques et aux mécènes susceptibles de s’intéresser à ce patrimoine. En guise de suggestion, une collaboration avec les autres musées provinciaux, notamment ceux de Voronej, Perm ou Odessa (Ukraine), pourrait faire l’objet d’une exposition temporaire autour du culte funéraire égyptien.

  • 65 Daressy 1907, p. 18-21

47À une échelle internationale, une collaboration scientifique (échange d’expertises, base de données, collections interactives, etc.) pourrait-être envisagée avec les musées hôtes des cadeaux diplomatiques d’Abbas II Hilmi. Ce don, partie de l’extraction de la cachette de Bab el-Gasus en 1891, dans le cirque de Deir el-Bahari, comprenait 16 lots de 4 à 5 cercueils et de nombreux objets funéraires65, dispersés aujourd’hui. Le reconstituer et le représenter interactivement présenterait une valeur scientifique indéniable, tout en offrant une certaine visibilité au MNRT.

48Enfin, beaucoup d’objets restant sans datation ni provenance pourraient faire l’objet de recherches approfondies et de publications. Dans tous les cas, une étude de la précieuse collection du MNRT apporterait une contribution importante à la connaissance de la culture égyptienne en Russie et dans le monde.

Fig. 9. Statuette d’Osiris.

Fig. 9. Statuette d’Osiris.

© Musée national de la République du Tatarstan, NMRT

Fig. 10. Fragment de papyrus de l’Amdouat (1069-945 av. J.-C.).

Fig. 10. Fragment de papyrus de l’Amdouat (1069-945 av. J.-C.).

© Musée national de la République du Tatarstan, NMRT

Fig. 11. Statuette de chat en bois.

Fig. 11. Statuette de chat en bois.

© Musée national de la République du Tatarstan, NMRT

Annexe 1
Les objets égyptiens de la collection actuelle du MNRT (2019), par collections et périodes d’entrée

49Ce tableau présente la liste, d’après l’auteur, des objets égyptiens de la collection actuelle du MNRT, reconstruite sur la base de ses observations (août 2019) et des sources historiques suivantes :

50Catalogue de O. Berlev et S. Hodjach (1998) ;

  • 66 Turaev 1903, p. 81-100.

Les objets égyptiens de la collection du cabinet de curiosités et d’antiquités de l’université de Kazan (République du Tatarstan de la Fédération de la Russie) selon les données de B.A. Turaev en 190366 ;

  • 67 Prutchenko 1868.

Les monuments égyptiens de la collection de B.M. Prutchenko offerts au cabinet de curiosités et d’antiquités de l’université de Kazan (Empire russe), selon le document no 809 du Conseil de l’université impérial du Kazan, signé par le responsable du cabinet ethnographique (27 septembre 1868)67 ;

  • 68 Likhatchev, p. 136-137.

Les monuments égyptiens de la collection d’A.F. Likhatchev : liste des données d’A.F. Likhatchev68 ;

  • 69 Kalinine 1928, p. 41-44.

Liste d’objets offerts par le cabinet d’histoire de la culture matérielle (VPI : le domaine archéologique du Musée central TSSR) selon le catalogue documentaire de la collection du musée des antiquités et l’art de KGU (1928)69.

Collection d’Abbas II Hilmi (1893)

Dénomination Numéro d’inventaire Matériau Datation
1. Cercueil intérieur de la prêtresse d’Amon à Thèbes, Nsjj-tȝ-wȝt-ȝt no 11605 (no 5404/1) Bois peint XXIe dynastie Psousennès Ier-Menkhéperrê

Collection de Likhatchev (1894-1895)

Dénomination Numéro d’inventaire Matériau Datation
2. Collier de perles biconiques no 10500 Verre Période gréco-romaine
3. Collier de perles biconiques no 10501 Verre Période gréco-romaine
4. Fragment d’un cercueil de type jaune (Dj-jmnw) no 5404(19) no 31070(2) Bois XXIe dynastie ou plus tard
5. Fragment de la tête d’un cercueil de type jaune avec des images de la déesse Nout les bras ouverts no 5404(5 a) Bois XXIe dynastie ou plus tard
6. Fragments d’un cercueil. Mesurant entre 2 et 20 cm Bois Troisième Période intermédiaire ou plus tard
7. Collier de perles tubulaires et sphériques. Longueur : 30 cm no 11623(3) Pâte de verre dorée Basse Époque
8. Collier de perles tubulaires et sphériques no 5404(5b) Faïence égyptienne Époque ptolémaïque
9. Collier de perles tubulaires et sphériques no 5404(7) Verre Époque ptolémaïque
10. Collier de perles tubulaires et sphériques no 5404(8) Faïence égyptienne Basse Époque
11. Collier de perles tubulaires bleues, vertes et noires no 11508(1) Faïence Époque ptolémaïque
12. Collier de perles tubulaires et en forme d’anneau no 11508(2) Pâte de verre Basse Époque
13. Collier de perles tubulaires no 10509 Verre Époque ptolémaïque
14. Collier de perles tubulaires no 11585(2) Verre Basse Époque
15. Collier de perles tubulaires et sphériques no 11623(1) Verre Époque ptolémaïque 
16. Collier de perles tubulaires et sphériques no 11623(2) Pâte de verre bleue et verte Basse Époque
17. Collier de perles bleues tubulaires et rouges en forme d’anneau, avec un pendentif en forme de scarabée no 11624 Faïence Basse Époque
18. Perle circulaire avec projections rectangulaires. Diamètre : 1 cm no 10453(1) Faïence égyptienne Époque ptolémaïque
19. Perle sphérique. Diamètre : 0,8 cm no 10453(2) Faïence égyptienne Basse Époque
20. Perle sphérique. Diamètre : 1,1 cm no 10453(4) Faïence égyptienne Basse Époque
21. Perle. Diamètre : 0,8 cm no 10453(5) Faïence grise Basse Époque
22. Perle sphérique. Diamètre : 0,6 cm no 10453(7) Faïence verte Époque ptolémaïque
23. Perle. 0,9 × 0,3 cm no 11668(1) Faïence Basse Époque
24. Six perles sphériques. 0,6 × 1,1 cm no 11668(2) Faïence égyptienne. Basse Époque
25. Perle. 1,3 × 0,4 cm no 11668(3) Faïence égyptienne. Basse Époque
26. Sept perles tubulaires. 3,5 × 0,3 cm no 11668(7) Faïence égyptienne. Basse Époque
27. Perle carrée. 0,8 × 0,8 × 0,4 cm no 10453(7 a) Faïence égyptienne. Basse Époque
28. Perles en clairon bleu, noir, rouge et vert. 89 pièces, diamètre : 0,2-0,5 cm no 11668(9) Verre Basse Époque
29. Perle en forme de tonneau. 1,4 × 0,6 cm no 11753(2) Faïence égyptienne Basse Époque
30. Deux perles en forme de tonneau. 1,5 × 0,8 cm no 11753(3) Basse Époque

Collection de Zausaïlov (1898-1909)

Dénomination Numéro d’inventaire Matériau Datation
31. Figurine d’oiseau à tête humaine () no 11666 Bois peint viie-ive s. av. J.-C.
32. Figurine de Bès no 11664 Faïence égyptienne (verte)
33. Oushebti no 11659(1) Terre cuite
34. Oushebti no 11659(2) Terre cuite
35. Résille de momie no 11667 Faïence Basse Époque
36. Résille de momie no 11668(8) Faïence égyptienne Basse Époque
37. Amulette (cochon). 2,3 × 3,5 × 1,4 cm no 11663 Faïence égyptienne
38. Statuette de Bès. 5,5 × 3 × 2,2 cm no 11662 Faïence égyptienne
39. Statuette funéraire. Hauteur : 30 cm no 11665 Bois peint XXIe dynastie ou plus tard

Collection de l’Institut pédagogique oriental
– Collection de Prutchenko (1868)

Dénomination Numéro d’inventaire Matériau Datation
40. Statuette de Sekhmet. 4,9 × 1 × 1,5 cm no 11716(2) Faïence égyptienne
41. Cartonnage féminin (Tȝ-mjwt). 144 cm no 11609 Tissus peint (lin) XXIIe-XXIVe dynasties
42. Fragment de papyrus de l’Amdouat. 17 × 7,8 cm no 5404(4) XXIe dynastie
43. Oushebti (Nsj-ʿjmn) no 5404(15) Faïence égyptienne XXIe dynastie
44. Oushebti (Nsj-ʿjmn).
10,5 × 4,7 × 4 cm
no 5404(27) Faïence égyptienne XXIe dynastie
45. Oushebti (Nsj-ʿjmn). 10,5 × 3,5 × 2 cm no 11617(4) Faïence égyptienne XXIe dynastie
46. Cercueil de Hori (rj). 189 × 57 cm Bois peint XXIe dynastie

Collection de l’Institut pédagogique oriental – Don de 1922

Dénomination Numéro d’inventaire Matériau Datation
47. Oushebti (Pȝ-r). 7,7 × 2,9 × 1 cm no 5404(21) Faïence égyptienne XXIe dynastie
48. Oushebti (Pȝ-r). 8,1 × 2,8 × 2 cm no 5404(22) Faïence égyptienne XXIe dynastie
49. Oushebti. 8,3 × 4 × 4 cm no 5404(32) Faïence égyptienne XXIe dynastie
50. Oushebti (d-mȝʿt-jw.s-ʿntj). 11,5 × 3,2 × 3 cm no 11626(1) Terre cuite XXIe dynastie, Psousennès Ier
51. Oushebti (d-mȝʿt-jw.s-ʿntj). 11,5 × 4,3 × 4 cm no 11626(2) Argile brun XXIe dynastie, Psousennès Ier
52. Oushebti. 10 × 3 × 3 cm no 11626(4) Faïence verte XXIe dynastie
53. Oushebti. Hauteur : 11 cm no 5404(1) Faïence XXIe dynastie
54. Oushebti. 13 × 3,8 × 3 cm no 5404(26) Terre cuite XXIIe-XXIVe dynasties
55. Oushebti (Nȝj.w-bj).
11,3 × 2,8 × 1,5 cm
no 11607(6) Faïence égyptienne XXVIe dynastie ou plus tard
56. Oushebti (ʿn-m-r). 11,6 × 3,4 × 3 cm no 11607(26) Faïence égyptienne Basse Époque
57. Oushebti (Pȝ-ȝʿw-sw). 20,8 × 6 × 6 cm no 11760 Faïence verte Basse Époque
58. Oushebti (Psmk-ʿ-njtj).
9 × 2,4 × 2 cm
no 5404(7) Faïence verte Basse Époque
59. Oushebti (Psmk-ʿ-njtj).
9 × 2,4 × 2 cm
no 11607(7) Faïence égyptienne Basse Époque
60. Oushebti (Psmk-ʿ-njtj). 9,5 × 2,5 × 2,5 cm no 5404(24) Faïence égyptienne Basse Époque
61. Oushebti (Pȝ-šrj-nj-Pt). 9,7 × 2,3 × 2 cm no 5404(18) Faïence verte Basse Époque
62. Oushebti (Njtj-m-ȝt). 9,7 × 2,5 × 2 cm no 11761 Faïence égyptienne Basse Époque
63. Oushebti. 10,5 × 3,5 × 2 cm no 11617(6) Faïence égyptienne Basse Époque

Collection de l’Institut pédagogique oriental – Don de 1928

Dénomination Numéro d’inventaire Matériau Datation
64. Oushebti no 11607(5) Faïence verte XXIe-XXIVe dynasties
65. Oushebti. 6 × 2 cm no 11607(4) Faïence égyptienne XXIe-XXIVe dynasties
66. Oushebti. 10 × 3,5 × 3 cm no 11661 Faïence égyptienne XXIe-XXIVe dynasties
67. Oushebti (incomplet). 7 × 4 × 3 cm no 11725 Faïence égyptienne XXIe-XXIVe dynasties
68. Oushebti. 7,8 × 2,2 × 2 cm no 5404(1 a) Faïence verte
69. Oushebti. 10,3 × 4 cm no 5404(2) Faïence égyptienne XXIe-XXIVe dynasties
70. Oushebti. 8,5 × 2 × 2 cm no 5404(3) Faïence jaune
71. Fragment de sistre d’Hathor. 4,5 × 2,5 cm no 11719 Bronze Basse Époque
72. Collier de perles tubulaires et sphériques avec un pendentif en forme de scarabée no 5404 (1) Faïence égyptienne Basse Époque
73. Statuette de Sekhmet. 4,9 × 1 × 1,5 cm no 11716(2) Faïence égyptienne
74. Scarabée. 2,7 × 1,8 × 1,1 cm no 11717(2) Faïence bleue et verte
75. Scarabée du grand prince Rnjj. 8,8 × 5,9 × 3,5 cm no 11619 Faïence égyptienne XXIe-XXIVe dynasties
76. Semelle d’une sandale d’enfant. 15,3 × 5,5 × 0,4 cm no 11621 Basse Époque
77. Collier de perles tubulaires et sphériques no 5404(11) Faïence égyptienne Basse Époque
78. Collier de perles tubulaires et sphériques avec un pendentif en forme de scarabée. 6 × 4 × 1,1 cm no 5404(16) Faïence égyptienne Nouvel Empire
79. Statuette de femme. 4,5 × 1,5 × 1,5 cm no 11716(1) Faïence verte
80. Statuette d’Osiris. 11,5 × 2 × 3,8 cm no 11721 Bronze
81. Statuette d’Osiris. 7,2 × 2 × 1,5 cm Bronze
82. Amulette de Thot et de Taouret. 4,5 × 3,5 × 1,5 cm no 11615 Bronze
83. Toile (bandage). 164,15 × 50 cm no 5404(14)
84. Tissus (momie). 185 × 120 cm no 5404(15 a)
85. Toile (bandage). 12 × 40 cm no 11649
86. Tissus (momie). 26 × 4 cm no 11728(1)
87. Tissus (momie). 25 × 3 cm no 11728(2)

Collection de l’Ermitage (don de 1934)

Dénomination Numéro d’inventaire Matériau Datation
88. Statuette d’homme assis. 11 × 2 × 5 cm no 11641 Bois peint VIIIe-XIIe dynasties
89. Statuette d’Isis avec Horus. 13,5 × 3 × 4 cm no 11639 Bronze
90. Statuette d’Osiris. 7,9 × 1,8 × 1,3 cm no 11741 Bronze
91. Jarre. Hauteur : 13,5 cm, diamètre : 5 cm no 11642 Pierre Nouvel Empire
92. La déesse Taouret. 5 × 1,3 × 1 cm no 11638 Faïence égyptienne
93. Statuette d’un serviteur. 14,5 × 4,5 × 2,5 cm no 11715 Bois peint VIIIe-XIIe dynasties

Arrivées tardives (à partir de 1970)

Dénomination Numéro d’inventaire Matériau Datation
94. Oushebti. 11 × 4 × 3 cm no 15701 Faïence égyptienne XXIe dynastie
95. Partie supérieure d’un bâton de marche. 3,5 × 3 cm no 6465 Os

Provenances inconnues

Dénomination Numéro d’inventaire Matériau Datation
96. Partie d’une statuette d’Amun. 6,5 × 2,9 cm no 11633 Bronze
97. Statuette de Harpocrate. 12,5 × 5 × 4,5 cm no 19255 Bronze
98. Statuette de faucon. 7 × 13 × 6,5 cm no 6462 Bois peint
99. Statuette de chat. 15,5 × 6 × 9 cm no 5404(34) Bois
100. Statuette d’un ichneumon. 6,2 × 1,9 × 0,4 cm no 21581 Bronze
101. Statuette d’Osiris. 13 × 3 × 2 cm no 5404(30) Bronze
102. Statuette d’Osiris. 7,5 × 2,1 × 1 cm no 11588(1) Bronze
103. Statuette d’Osiris. 2,8 × 2 cm no 21589 Bronze
104. Amulette de Pataikos. 4 × 2 × 1,5 cm no 11742 Bronze
105. Oushebti du prince Mntw-r-pš.f no 5404(28) Faïence égyptienne XXe dynastie, Ramsès IX
106. Oushebti (ʿn.f-n-mwt.tw) no 4636 Terre cuite XXIe dynastie
107. Oushebti de (ʿȝ-ntw). 10 × 2,7 × 7 cm no 11626(3) Faïence verte XXIe dynastie
108. Oushebti. 12 × 5 × 4 cm no 11617(3) Faïence égyptienne Basse Époque
109. Oushebti no 5404(4 a)
110. Oushebti no 5404(5)
111. Scarabée avec des trous pour attacher des ailes. 6,3 × 4 × 1,5 cm no 11717(1) Faïence égyptienne Nouvel Empire
112. Fermoir triangulaire avec une base arrondie. 4,3 × 2,7 × 0,6 cm no 11581(15) Faïence égyptienne Basse Époque
113. Pendentif en forme de lotus. 1 × 0,8 × 0,2 cm no 11668(5) Faïence égyptienne Nouvel Empire
114. Quatre pendentifs en forme de grenade. 1,3 × 0,5 cm ; 1,2 × 0,6 cm ; 1 × 0,5 cm ; 1 × 0,4 cm no 11753(4) Nouvel Empire
115. Pendentif en forme de lotus. 2,5 × 0,5 × 1 cm no 10453(6) Faïence égyptienne Nouvel Empire
116. Pendentif en forme de lotus. 1,2 × 0,5 cm no 10489(5) Verre noir Époque ptolémaïque
117. Pendentif en forme de lotus. 1,5 × 0,5 cm no 10489(6) Verre noir Époque ptolémaïque
118. Pendentif en forme de lotus. 2 × 0,8 × 0,4 cm no 11754(7) Faïence Basse Époque
119. Pendentif oblong avec une projection. 0,3 × 0,5 × 0,3 cm no 11668(4) Faïence égyptienne Basse Époque
120. Pendentif ovale avec une projection. 4,5 × 1,3 × 0,7 cm no 11745 Faïence égyptienne Basse Époque
121. Pendentif conique. 2 × 1 × 0,3 cm no 10489(1) Verre noir Époque ptolémaïque
122. Pendentif conique. 2,2 × 0,9 × 0,8 cm no 10489(2) Verre noir Époque ptolémaïque
123. Pendentif conique. 1,7 × 0,9 × 0,8 cm no 10489(3) Verre vert Époque ptolémaïque
124. Pendentif conique. 1,5 × 0,9 × 0,8 cm no 10489(4) Verre noir Époque ptolémaïque
125. Pendentif de forme parallélépipède. 1 × 0,7 × 0,5 cm no 10489(5) Verre Époque ptolémaïque
126. Pendentif avec une projection. 2 × 0,8 × 0,8 cm no 11754(3) Faïence égyptienne Basse Époque
127. Boule de pendentif. Diamètre : 4 cm no 6253 Faïence Nouvel Empire
128. Bague. Diamètre : 2,4 cm no 11747 Faïence blanche Basse Époque
129. Bague. Diamètre : 2,4 cm no 11748 Faïence blanche Basse Époque
130. Bague ovale. 2,3 × 2 × 0,5 cm no 11757(1) Époque ptolémaïque
131. Bague ovale. 2 × 1,6 × 0,7 cm no 11757(2) Époque ptolémaïque 
132. Bracelet d’enfant. Diamètre : 4,5 cm no 11750 Verre Époque ptolémaïque
133. Figurine (chat). 1,3 × 0,2 × 0,7 cm no 21798(3) Faïence égyptienne
134. Amulette de Bès. 2 × 1,3 × 0,8 cm no 11581 Faïence verte
135. Amulette de Bès. 1,5 × 0,9 × 0,8 cm no 11581(12) Faïence verte
136. Amulette de Bès. 1,7 × 0,7 × 0,5 cm no 11581(21) Faïence égyptienne
137. Amulette de Bès. 3,1 × 2,1 × 0,8 cm no 11729 Faïence grise
138. Kébehsénouf. 3,6 × 0,8 × 0,6 cm no 11637 Faïence égyptienne
139. Amulette (faucon). 1 × 1 × 0,6 cm no 21798(5) Faïence égyptienne
140. Figurine d’Osiris. 3,8 × 0,9 × 0,6 cm no 11581(25) Bois
141. Amulette de Pataikos. 1,9 × 1 × 0,5 cm no 11581(4) Faïence égyptienne
142. Amulette de Pataikos.
4,5 × 2 × 1,5 cm
no 11617(1) Faïence égyptienne
143. Amulette de Pataikos. 3,9 × 1,7 × 1,5 cm no 11617(3) Faïence égyptienne
144. Figurine de Sekhmet. 2,3 × 0,6 × 0,6 cm no 11581(23) Faïence égyptienne
145. Figurine de Shou. 2 × 1,3 × 1 cm no 11581(13) Faïence verte
146. Figurine de Shou. 2 × 1,1 × 1 cm no 11581(16) Faïence verte
147. Figurine de Shou. 2 × 1.3 × 1 cm no 11581(17) Faïence verte
148. Figurine de Shou. 4 × 2,2 × 1 cm no 11635 Faïence égyptienne
149. Figurine de Thot. 2,7 × 1,4 × 0,5 cm no 11581(6) Faïence égyptienne
150. Figurine d’homme.
2,7 × 0,8 × 0,5 cm
no 11581(4-6) Pâte
151. Amulette (wȝ). 1 × 0,8 × 0,5 cm no 11754(4) Faïence égyptienne
152. Amulette (crocodile). 1 × 4,3 × 1 cm no 11581(7) Faïence égyptienne
153. Amulette (crocodile). 0,7 × 1,2 × 0,4 cm no 11581(11) Faïence verte
154. Amulette (canard). 0,9 × 2 × 0,1 cm no 11585(6) Bronze
155. Amulette (cochon). 0,9 × 1 × 0,5 cm no 11581(14) Faïence verte
156. Tête de serpent. 2,2 × 0,4 cm no 11753(4)/1
157. Amulette (wȝ). 2,8 × 0.8 × 0.8 cm no 11581(8) Faïence égyptienne
158. Amulette d’Isis. 2,1 × 0,7 × 0,5 cm no 11581(2) Faïence égyptienne

51D’autres objets (environ 15), auxquels j’ai eu accès, mais qui ne sont pas inventoriés dans le catalogue de O. Berlev et S. Hodjach, et pas davantage par le MNRT, ne sont pas renseignés dans le tableau. Il s’agit de perles, pierres, parties de momies (un pied, deux mains), ainsi que des momies d’animaux (crocodiles).

Annexe 2
Les monuments égyptiens de la collection d’A.F. Likhatchev : liste des données d’A.F. Likhatchev

  • 70 Likhatchev, p. 136-137.

52Synthèse de la liste des objets, d’après les notes manuscrites d’A.F. Likhatchev70.

Groupe d’objets Description
Statuettes  Au total, 6 objets : – figurines en argile ; – petite figurine en argile d’animal fantastique sous forme de lion avec des jambes de sphinx ; – grand scarabée. 
Colliers  – pièces de collier en faïence (48 objets) ; – boutons en masse bleue ou en verre (15 objets), et bouton en masse blanche ou en verre semblable à l’ivoire ; – pièces de collier en masse noire, sans décoration (74 objets) ; – pièces de collier en masse noire avec incrustation de taches circulaires en masse blanche (90 objets).

Annexe 3
Lot nº 6, le don au musée de Saint-Pétersbourg du ministre des Affaires Étrangères d’Égypte, d’après A.A. Krol.

1. Lettre du ministre des Affaires Étrangères, Tigrane pacha au Consul Général de Russie A.I. Koyander (le 3/15 février 1893)71

  • 71 Krol 2017, p. 993-995.

Le Caire, le 15 Février 1893

Monsieur l’Agent et Consul Général,

53Plusieurs Égyptologues étrangers ont manifesté au Gouvernement de Son Altesse le désir de voir figurer dans les musées d’Europe des objets, provenant de la découverte dite sérié(sic) des Prêtres d’Ammon, qui ne seraient pas indispensables au Musée de Ghizeh. Le Gouvernement Khédival s’est empressé de faire examiner cette demande qu’Il est heureux de pouvoir, après cet examen, accueillir favorablement, et Il a décidé que sept collections principales de ces objets seraient formées d’offertes aux Musées d’Allemagne, d’Autriche-Hongrie, de France, de Grande-Bretagne, d’Italie, de Russie et de Turquie.

54La composition de ces collections, qui doivent être cataloguées avec soin, exige un certain temps et ne pourra être terminée que dans le courant du mois de Mars, époque à laquelle elles seront réparties, par voie de tirage au sort, et j’aurai l’honneur de vous faire alors, Monsieur l’Agent et Consul Général, la remise officielle de celle attribuée au Musée de l’Ermitage.

55Sans attacher aucune idée de compensation à ce don, que le Gouvernement de Son Altesse est heureux, je le répète, d’être en mesure de faire aux Musées étrangers, permettez-moi, Monsieur l’Agent et Consul Général, d’exprimer l’espoir que ceux de ces musées qui posséderaient des antiquités autrefois exportées d’Égypte, et dont les semblables ne se trouveraient pas au musée de Ghizeh, voudront bien nous adresser, soit des moulages de ces antiquités, soit des publications intéressant la science égyptologique.

56Veuillez agréer, Monsieur l’Agent et Consul Général, les assurances de ma haute considération.

Le Ministre des Affaires Étrangères.

2. Lettre du ministre des Affaires Étrangères, Tigrane pacha,
au Consul général de Russie A.I. Koyander (le 15 juin 1893)
72

  • 72 Krol 2017, p. 996.

Monsieur Koyander, Agent et Consul Général de Russie Monsieur l’Agent et Consul Général,

57Comme suit à ma Dépêche en date du 15 février 1893, no 150, j’ai l’honneur de porter à votre connaissance que Monsieur de Ortega y Morejón, Doyen du Corps Diplomatique, a bien voulu procéder le samedi 10 juin, au tirage au sort des collections provenant de la découverte des prêtres d’Amon.

58Le lot attribué par ce tirage au musée de Saint-Pétersbourg porte le no 6, et je me hâte de vous en adresser, ci-inclus, le catalogue sommaire.

59La Direction Générale du Service des Antiquités s’occupe actuellement de faire emballer ces collections d’après l’ordre du tirage au sort, et dès qu’elles seront prêtes à être transportées Monsieur de Morgan s’empressera de vous annoncer qu’il les tient à votre disposition.

60Veuillez agréer, Monsieur l’Agent et Consul Général, les assurances de ma haute considération,

Le Ministre des Affaires Étrangères.

3. Liste des objets du lot no 6 selon les documents d’archive73

Sixième Lot

No 29.712. 96. 120

61Très beau cercueil de la dame : Nesitaou Zakhou, chanteuse d’Ammon.

62Le cercueil extérieur est orné de scènes remarquables. La pesée du cœur. Les 3 taureaux de la défunte coiffée de 2 plumes d’autruche, disposées de manière à représenter des cornes de génisse. Thot et Osiris. La défunte agitant le sistre. La vache Hathor sortant de la montagne, précédé par Thot et 4 autres divinités. Scènes également intéressantes sur le cercueil intérieur.

No 29.687. 73. 96

63Cercueil de la dame …ankht, chanteuse d’Ammon. Intéressant.

No 29.634. 48. 57

64Très joli cercueil de la dame chanteuse d’Ammon Rà, roi des dieux, musicienne avec la main pour Mout la grande, dame d’Ashrou « Nesimout ». Joli cartonnage. Représentation du petit Horus enfant dans le disque. À l’extérieur du cercueil Isis et Nephthys oignant le corps d’Osiris. À l’intérieur, personnage dont on ne voit que la tête et le bras qu’il étend pour embrasser l’Amenté, sur la tête de la déesse occidentale. Porte verrouillée de l’autre monde à l’autre extrémité du cercueil. À droite et à gauche, figures d’Osiris se soulevant sur le lit pour la résurrection.

No 29.620

65Cercueil de « Thot khonsou anf ankh » fils de Shedsonhor.

Archives

66Annuaire du MNRT 1901
« Annuaire du musée de la ville de Kazan: 1895-1900 » (1901), annuaire, édition d’État, fonds du MNRT, Kazan [« Ежегодник музея города Казани: 1895-900 » (1901), ежегодник, государственное издание, фонд НМРТ, Казань, с. 260-261].

67Annuaire du MNRT 1912
« Annuaire du musée scientifique et industriel de la ville de Kazan » (1912), annuaire, manuscrit, fonds du MNRT, Kazan [« Ежегодник научно-промышленного музея города Казани » (1912), ежегодник, рукопись, фонд НМРТ, Казань].

68Chestakov 1868
Chestakov, « Notification du directeur du département éducatif concernant le don des objets égyptiens de Prutchenko à l’université de Kazan » (1868), déclaration, manuscrit, Archives nationales de la République Tatarstan, fonds 977, série 4, liasse 5174-5119, p. 1-3 [Шестаков, « Извещение попечителя Казанского учебного округа о пожертвовании Прутченко в дар университету вещей из Египта » (1868), извещение, рукопись, Национальный архив Республики Татарстан, фонд 977, оп. 4, д. 5174-5119, c. 1-3].

69Kalinine 1928
N. Kalinine, « Liste de dépôt des objets du catalogue documentaire de la collection du musée des antiquités et l’art de KGU » (1928), Archives nationales de la République Tatarstan, fonds Р-2021, série 1, liasse 116, p. 41-44 [Н. Калинин, « Список о передаче предметов из документального каталога Коллекции Музея древностей и искусства КГУ » (1928), Национальный архив Республики Татарстан, фонд Р-2021, оп. 1, д. 116, c. 41-44].

70Likhatchev
A.F. Likhatchev, « Les monuments égyptiens de la collection d’A.F. Likhatchev : Liste des données d’A.F. Likhatchev », liste, manuscrit, fonds du MNRT, p. 136-137 [А.Ф. Лихачев, « Египетские предметы из коллекции А.Ф. Лихачева: Список А.Ф. Лихачева », список, рукопись, фонд НМРТ, с. 136-137].

71Markov 1980
V. Markov, « Collection égyptienne au musée d’État de la RSSAT » (1980), article, manuscrit, fonds du MNRT, 8 p. [В.М. Марков, « Египетская коллекция в государственном музее ТАССР », (1980), статья, рукопись, фонд НМРТ, 8 с.]

72Prutchenko 1868
M. Prutchenko, « Au conseil de l’Université impériale de Kazan, du responsable du cabinet ethnographique de Nijni Novgorod » (1868), correspondance, manuscrit, Archives nationales de la République Tatarstan, fonds 977, série 4, liasse 5174-5119, p. 4-6 [М. Прутченко, « В совет императорского казанского университета от заведующего этнографическим кабинетом Нижнего Новгорода » (1868), корреспонденции, рукопись, Национальный архив Республики Татарстан, фонд 977, оп. 4, д. 5174-5119, c. 4-6].

73Rapport du département historique
« Rapport du département historique » (1919), rapport, manuscrit, Archives nationales de la République Tatarstan, fonds Р-2021, série 1, liasse 5, 5 p. [« Отчет исторического отдела » (1919), отчет, рукопись, Национальный архив Республики Татарстан, фонд Р-2021, оп. 1, д. 5, 5 c.].

Haut de page

Bibliographie

Belyakov 2003
V. Belyakov, « L’égyptomanie : La passion de l’Égypte en Russie prérévolutionnaire », Collection orientale, Moscou, 2003, p. 90-97 [В. Беляков, « Египтомания: Увлечение Египтом в дореволюционной России », Восточная коллекция, Москва, 2003, с. 90-97].

Berlev 1972
O. Berlev, « L’égyptologie », Musée asiatique, département de Leningrad IO AS URSS, Мoscou, 1972, p. 500-515 [О. Берлев, « Египтология », Азиатский музей – Ленинградское отделение ИВ АН СССР, Москва, 1972, с. 500-515].

Berlev 1990
O. Berlev, Histoire des études orientales russes jusqu’à la moitié du xixe s., Moscou, 1990 [О. Берлев, История Отечественного Востоковедения до Середины xix в., Москва, 1990].

Berlev, Hodjash 1998
O. Berlev, S. Hodjash, Catalogue of the Monuments of Ancient Egypt, OBO 17, Fribourg, 1998.

Bierbrier 2019

M.L. Bierbrier, Who Was Who in Egyptology, Londres, 2019 (5e éd).

Bobrov 1904
E. Bobrov, « A.A. Fuks et les littérateurs kazanais des années 30-40 », L’antiquité russe, 1904, t. XVIII, p. 5-35 [Е. Бобров, « А.А. Фукс и казанские литераторы 30-40-х годов », Русская старина, 1904, т. XVIII, с. 5-35].

Brodski 1930 (éd. 2001)
N. Brodski, Les salons et les cercles littéraires de la première moitié du xixe siècle, Moscou, 1930 (éd. 2001) [Н.Л. Бродский, Литературные салоны и кружки. Первая половина xix века, Москва, 1930 (ред2001)].

Champollion 1909
J.-F. Champollion, Lettres de Champollion le Jeune. Lettres écrites d’Italie, recueillies et annotées par H. Hartleben, Paris, 1909.

Daressy 1907
G. Daressy, « Les cercueils des prêtres d’Ammon (2e trouvaille de Deir el-Bahari) », ASAE 8, 1907, p. 3-38.

Dewatcher 1993
M. Dewachter, « Champollion et la Russie », Cahiers du Musée Champollion, no II, 1993, p. 31-43.

Ivanov 2009
S. Ivanov, « La formation des collections égyptiennes dans les Musées russes », Retour en Égypte : Pages de l’histoire de l’égyptologie russe, Moscou, 2009 [С. Иванов, « Формирование египетских коллекций в музеях России », Возвращение в Египет: Страницы истории российской египтологии, Москва, 2009].

Katsnelson 1956
I. Katsnelson, « Le décembriste, G. Batenkov, auteur du premier ouvrage russe sur le ­déchiffrage des hiéroglyphes », Essais sur l’histoire de l’orientalisme russe, no II, Moscou, 1956, p. 207-224 [И. Кацнельсон, « Декабрист Г. С. Батеньков — автор первой русской книги о дешифровке иероглифов », Очерки по истории русского востоковедения, no II, Москва, 1956, с. 207-224].

Krol 2003
A. Krol, « Preservation of Ancient Egyptian Objects in Russian Museums » in Z. Hawass, L. Pinch-Brock (éd.), Egyptology at the Dawn of the Twenty-first Century. Proceedings of the Eighth International Congress of Egyptologists (Cairo, 2000), vol. 3 : Language, Conservation, Museology, Le Caire, New York, 2003, p. 249-252.

Krol 2017
A. Krol, « Les Nouvelles sources des archives concernant les antiquités égyptiennes offertes à la Russie par le khédive Abbas II », Messager de l’Antiquité, 2017, p. 91-100 [А. Крол, « Новые архивные материалы о египетских древностях, подаренных хедивом Аббасом II России », Вестник Древней истории, 2017, с. 91-100].

Leclant 1991
J. Leclant, « Aux sources de l’égyptologie européenne : Champollion, Young, Rosellini, Lepsius », CRAIBL 135, 1991, p. 743-762.

Lilti 2001
A. Lilti, « Sociabilité mondaine, sociabilité des élites ? Les salons parisiens dans la seconde moitié du xviiisiècle », Hypothèses 4/1, 2001, p. 99-107.

Loktionov 2017
A. Loktionov, « Of Pilgrims and Poets, Prisoners and Politics. The Story of Egyptology in Russia » in C. Langer (éd.), Global Egyptology, GHP Egyptology 26, 2017, p. 129-145.

Loktionov 2019
A. Loktionov, « A Revolution in Egyptology, or an Egyptology of the Revolution? Changing Perspectives on Ancient Egypt in Russia » in H.T. Navratilova et al. (éd.) Towards a History of Egyptology: Proceedings of the Egyptological Section of the 8th ESHS Conference in London, 2018, Münster, 2019, p. 157-170.

Le messager de l’Europe
« Des anciens Égyptiens et de l’art de ce peuple », Le messager de l’Europe, t. XIX, 1813, p. 183-197 [« О древних египтянах и об искусствах у сего народа », Вестник Европы, т. XIX, 1813, с. 183-197].

Nazipova 2000
G. Nazipova, Le musée de la ville de Kazan : Essais historiques des années 1895-1917, Kazan, 2000 [Г. Назипова, Казанский городской музей: Очерки истории 1895-1917 годов, Казань, 2000].

Roche 1978
D. Roche, Le siècle des Lumières en Province. Académies et académiciens provinciaux (1680-1789), vol. 2, Paris, 1978.

Sickler 1901
L. Sickler, Une brève liste de la collection du Musée scientifique et industriel de la ville de Kazan, Kazan, 1901 [Л. Сиклер, Краткий указатель коллекции Казанского городского научно-промышленного музея, Казань, 1901].

Sinitsyna 2002
K. Sinitsyna, Un demi-siècle des musées à Kazan et au Tatarstan : essais historiques des années 1917-1967, Kazan, 2002 [К. Синицына, Полвека музеев Казани и Татарии: Очерки истории 1917-1967 годов, Казань, 2002].

Sipyagin 1873
V. Sipyagin, Voyage de Sa Majesté Impériale le Grand-Duc Nikolaï Nikolaïevitch Aîné en Turquie, Syrie, Palestine et Égypte en 1872, Saint-Pétersbourg, 1873 [В. Сипягин, Путешествие его императорского величества государя Великого князя Николая Николаевича Старшего по Турции, Сирии, Палестине и Египту в 1872 году, Санкт-Петербург, 1873].

Stroev 1997
A. Stroev, Les aventuriers des Lumières, Paris, 1997.

Stroev 2017
A. Stroev, La Russie et la France des Lumières. Monarques et philosophes, écrivains et espions, Paris, 2017.

Stroev, Gretchanaia, Viollet 2012
A. Stroev, E. Gretchanaia, C. Viollet, La francophonie européenne aux xviiie-xixe siècles. Perspectives littéraires, historiques et culturelles, Bruxelles, Bern, Berlin, 2012.

Turaev 1903
B. Turaev, « Description des monuments égyptiens des musées et collections russes » in Les notes du département oriental de la société impériale archéologique russe, Saint-Pétersbourg, t. XV, 1903, p. 81-100 [Б. Тураев, « Описание египетских памятников в русских музеях и собраниях », Записки восточного отделения Императорского русского археологического общества, Санкт-Петербург, т. XV, 1903, с. 81-100].

Haut de page

Notes

1 Loktionov 2017, p. 131-132 ; Loktionov 2019, p. 157-160 ; Berlev 1972, p. 500.

2 Le messager de l’Europe, p. 183-197.

3 Bierbrier 2019, p. 422.

4 Belyakov 2003, p. 92.

5 Katsnelson 1956, p. 207.

6 Brodski 1930 (éd. 2001), p. 196.

7 Lilti 2001, p. 99-100, p. 106 ; Roche 1978, p. 204, p. 378 ; Stroev 2017, p. 117.

8 Bobrov 1904, p. 5-35.

9 Stroev 1997, p. 41, p. 335.

10 Stroev, Gretchanaia, Viollet 2012, p. 32-33, 221-235.

11 Leclant 1991, p. 752 ; Dewachter 1993, p. 31-43.

12 Champollion 1909, p. 228.

13 Berlev 1990, p. 236.

14 Nazipova 2000, p. 15.

15 Sinitsyna 2002, p. 15-16.

16 Bierbrier 2019, p. 170.

17 Bierbrier 2019, p. 419.

18 Bierbrier 2019, p. 342.

19 L’Académie impériale des sciences est l’académie russe des sciences et des arts de 1724 à 1917, fondée par Pierre le Grand en même temps que l’université impériale de Saint-Pétersbourg.

20 La Bibliothèque publique impériale fut fondée en 1795 par Catherine II et inaugurée en janvier 1814.

21 Otto von Richter est né en 1791 à Neu-Kusthof. Noble, fils d’un riche propriétaire terrien de la Baltique, il reçut une brillante éducation à Moscou et à Vienne. Le 30 mars 1815, O. von Richter et Sven Fredrik Lidman (1784-1845), arrivèrent à Alexandrie. Leur itinéraire se composait de sites comme Karnak, Louqsor, Kôm Ombo et Assouan. Suite à ses voyages en Orient, en Palestine et en Anatolie, O. von Richter aurait dû prendre le poste de consul, mais il périt de la dysenterie à Istanbul en 1816, à l’âge de 25 ans. Sa collection d’objets égyptiens fut envoyée à Derpt (Tartu), où son père l’offrit à l’université. Aujourd’hui ses objets représentent la majeure partie de la collection égyptienne du musée de Voronej.

22 La traduction « cabinet de curiosités » est généralement usitée pour évoquer les Kunstkammern (et donc par extension en russe le terme Кунсткамера/Kunstkamera), comme les Wunderkammern.

23 La Kunstkamera est dès sa fondation en 1714 un cabinet de « curiosités » ou de « merveilles » comme l’indique la nature des collections qui le constitue (naturalia en tous genres et livres), mais aussi le fait qu’elle soit intégrée à l’Académie des Sciences par la suite ou même encore dans le nom qu’elle porte aujourd’hui « Musée d’Anthropologie et d’Ethnographie Pierre le Grand ».

24 Nazipova 2000, p. 15.

25 Sinitsyna 2002, p. 15-16.

26 Nazipova 2000, p. 53.

27 Nazipova 2000, p. 14-19.

28 Turaev 1903, p. 81-100.

29 Markov 1980.

30 République socialiste soviétique autonome tatare.

31 Berlev, Hodjash 1998.

32 Markov 1980, p. 7.

33 Nijni-Novgorod est l’une des principales villes de Russie. Elle est située dans la partie centrale de la Russie européenne, au confluent de la Volga et de l’Oka.

34 Chestakov 1868, p. 1-2.

35 Chestakov 1868, p. 1.

36 Berlev, Hodjash 1998, p. 12-13, 83-114, p. 141.

37 Berlev, Hodjash 1998, p. 22 ; Turaev, p. 88.

38 Turaev 1903, p. 94 ; Berlev, Hodjash 1998, p. 141.

39 Chestakov 1868, p. 1.

40 Prutchenko 1868, p. 6.

41 Prutchenko 1868, p. 4-5.

42 Krol 2017, p. 991-1008.

43 Ivanov 2009, p. 46.

44 Turaev 1903, p. 81-100.

45 I.F. Likhachev est le frère du collectionneur et scientifique A.F. Likhachev.

46 Nazipova 2000, p. 198-205.

47 Toute cette collection comprend des objets d’anciennes cultures égyptiennes, de l’âge du bronze, des céramiques bulgares, des produits en bronze et en fer, etc.

48 Sickler 1901.

49 Une partie d’un cercueil avec l’image du naos qui est décoré par les fines lignes rouges, une vache avec une couronne de Hathor, une partie de la tête d’un cercueil à fond jaune avec des images de la déesse Nout avec les bras ouverts.

50 Annuaire du MNRT 1901, p. 260-261.

51 Annuaire du MNRT 1901, p. 80.

52 Annuaire du MNRT 1901, p. 287.

53 Annuaire du MNRT 1912, p. 80.

54 Rapport du département historique, p. 2.

55 Rapport du département historique, p. 2.

56 Rapport du département historique, p. 2.

57 Kalinine 1928, p. 41-44.

58 Dénomination du MNRT durant la période soviétique.

59 Markov 1980, p. 7.

60 Sipyagin 1873, p. 30-31.

61 Sipyagin 1873, p. 30-31.

62 Markov 1980, p. 8.

63 Selon la note du musée du 27.10.1955.

64 Krol 2003, p. 249-252.

65 Daressy 1907, p. 18-21

66 Turaev 1903, p. 81-100.

67 Prutchenko 1868.

68 Likhatchev, p. 136-137.

69 Kalinine 1928, p. 41-44.

70 Likhatchev, p. 136-137.

71 Krol 2017, p. 993-995.

72 Krol 2017, p. 996.

73 Krol 2017, p. 998.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Scarabée du grand prince Rnjj (945-715 av. J.-C.). Vue de trois quarts.
Crédits © Musée national de la République du Tatarstan, NMRT
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/11097/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 982k
Titre Fig. 2. Scarabée du grand prince Rnjj (945-715 av. J.-C.). Vue du dessous.
Crédits © Musée national de la République du Tatarstan, NMRT
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/11097/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 3. Oushebti de Nsj-ʿJmn (1069-945 av. J.-C.).
Crédits © Musée national de la République du Tatarstan, NMRT
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/11097/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Titre Fig. 4. Fragment de la tête d’un cercueil de type jaune avec des images de la déesse Nout les bras ouverts.
Crédits © Musée national de la République du Tatarstan, NMRT
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/11097/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 5. Fragment d’un cercueil de type jaune (Dj-jmnw) (1069-945 av. J.-C.). Vue de trois quarts.
Crédits © Musée national de la République du Tatarstan, NMRT
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/11097/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 6. Fragment d’un cercueil de type jaune (Dj-jmnw) (1069-945 av. J.-C.). Vue de face.
Crédits © Musée national de la République du Tatarstan, NMRT
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/11097/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 7. Figurine d’oiseau à tête humaine () (viie-ive siècles av. J.-C.).
Crédits © Musée national de la République du Tatarstan, NMRT
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/11097/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 898k
Titre Fig. 8. Oushebti de Pȝ-ḫr (1069-945 av. J.-C.).
Crédits © Musée national de la République du Tatarstan, NMRT
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/11097/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 690k
Titre Fig. 9. Statuette d’Osiris.
Crédits © Musée national de la République du Tatarstan, NMRT
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/11097/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Titre Fig. 10. Fragment de papyrus de l’Amdouat (1069-945 av. J.-C.).
Crédits © Musée national de la République du Tatarstan, NMRT
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/11097/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 11. Statuette de chat en bois.
Crédits © Musée national de la République du Tatarstan, NMRT
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/11097/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 850k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anastasia Aksenova, « Formation de la collection égyptienne au Musée national de la République du Tatarstan (MNRT), Russie
إعداد المجموعة المصرية بالمتحف الوطني لجمهورية تتارستان (MNRT)، روسيا »
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (BIFAO), 122 | 2022, 27-54.

Référence électronique

Anastasia Aksenova, « Formation de la collection égyptienne au Musée national de la République du Tatarstan (MNRT), Russie
إعداد المجموعة المصرية بالمتحف الوطني لجمهورية تتارستان (MNRT)، روسيا »
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (BIFAO) [En ligne], 122 | 2022, mis en ligne le 07 juillet 2022, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/bifao/11097 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bifao.11097

Haut de page

Auteur

Anastasia Aksenova

Doctorante en histoire, université Lyon 2, ED 483, Laboratoire HiSoMA (UMR 5189)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search