Navigation – Plan du site

AccueilNuméros123Les inscriptions du portail ptolé...

Les inscriptions du portail ptolémaïque du temple d’Esna (Esna II, 32-45). Traduction et commentaire

نقوش البوابة البطلمية لمعبد إسنا (إسنا II، ٣٢-٤٥). الترجمة والتعليق

Abraham I. Fernández Pichel
p. 93-136

Résumés

Traduction et commentaire de l’ensemble méconnu des inscriptions du portail de la façade ptolémaïque du temple d’Esna en Haute Égypte. L’analyse de ses scènes permet d’identifier des motifs, aussi bien textuels que visuels, en rapport à trois thèmes théologiques principaux : la création, le mythe de la déesse lointaine et la royauté. Ceux-ci sont configurés au moyen des subtiles correspondances spatiales parmi les différentes scènes du portail, d’après les principes de la « grammaire du temple ».

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier René Preys et Christophe Thiers pour leur relecture attentive. Mes remerciements s’adressent aussi à Noémie Monbaron et Burt Kasparian, dont les commentaires linguistiques me sont toujours précieux.

  • 1 Derchain, Recklinghausen 2004. Cet ouvrage inclut également l’étude des inscriptions du bandeau de (...)
  • 2 Fernández Pichel 2018 (Esna II, 17 et 31).
  • 3 Sauneron 1962 (éd. 2012).
  • 4 A.I. Fernández Pichel, D. Klotz, « Fundamental Texts of Latopolitan Theology: The Bandeau Inscript (...)
  • 5 Lepsius 1954, pl. 23b ; Champollion 1845, pl. CXLV (quater, 2) ; el-Sayed 1982, p. 618, doc. 999 ; (...)

1Au cours des dernières décennies, deux monographies ont contribué à améliorer notre connaissance des théologies latopolitaines tardives, l’une de Philippe Derchain et Daniel von Recklinghausen, consacrée à la traduction des textes et à l’organisation du décor des scènes dites d’offrande de la façade ptolémaïque d’Esna1, l’autre par moi-même, portant sur l’analyse des longs hymnes des soubassements de cette même façade2. Ces théologies avaient certes déjà fait l’objet d’une étude magistrale de la part de Serge Sauneron, mais la plupart des inscriptions traduites par cet auteur, notamment celles des colonnes du pronaos, appartiennent exclusivement à la période romaine3. Afin de compléter cette étude avec des témoignages plus anciens, il restait encore à fournir une traduction et un commentaire de deux ensembles méconnus de la façade ptolémaïque du temple : les textes et les scènes du portail, ainsi que les inscriptions des bandeaux des soubassements. Pour ces dernières, une publication intégrale est en cours4. Quant au portail ptolémaïque, l’intérêt qui lui a été porté de la part des spécialistes a été très limité, au point que seuls quelques passages épars sont mentionnés dans la littérature égyptologique5. Cela reste d’autant plus étonnant si on tient compte de la richesse du contenu théologique de ses inscriptions et de la simplicité relative de leur traduction.

2Le portail occupe l’axe principal de la façade ptolémaïque du temple, du côté ouest du pronaos bâti sous le règne de l’empereur Claude (fig. 1).

Fig. 1. Position des textes du portail ptolémaïque d’Esna sur le plan et l’élévation du monument.

Fig. 1. Position des textes du portail ptolémaïque d’Esna sur le plan et l’élévation du monument.

© F. Pirou

  • 6 Sauneron 1963 (éd. 2012), p. 2, qui suit Legrain 1917, p. 74.

3La structure du monument est tout à fait conventionnelle, le décor, gravé dans le creux, ayant était disposé en quatre registres verticaux pour chacun des montants et en quatre scènes horizontales sur le linteau (fig. 2). L’ensemble est agrémenté par une corniche à gorge et par des soubassements dans la partie basse des montants, qui ont été également décorés. En ce qui concerne ses dimensions, le portail mesure 7,04 m de hauteur totale, la largeur du passage sur sa base étant de 2,10 m6. L’ensemble a subi de fortes dégradations et les cassures du mur sont nombreuses, notamment dans la partie inférieure du linteau et aux extrémités des montants. Les lacunes dans le texte concernent surtout ces secteurs, mais il faudrait encore signaler l’état piteux des inscriptions sur quelques parties des scènes, empêchant parfois l’identification de signes encore visibles dans les années 1960. Il n’y a pas la moindre trace des couleurs qui décoraient jadis le portail.

  • 7 Preys 2017, p. 339‑340.

4La figure de Ptolémée VI Philométor sur les scènes du portail est omniprésente, le roi étant accompagné de Cléopâtre II à deux reprises sur les scènes extérieures du linteau. Il s’agit des seules représentations de la reine sur la façade ptolémaïque d’Esna. À l’instar du reste de la façade, le décor du portail peut être daté de la période de la corégence des trois souverains (170-163 av. J.-C.) : Philométor et ses frère et sœur Ptolémée VIII Évergète II et Cléopâtre II. En raison de l’emploi duel du titre nṯrw mryw mwt de Philométor sur la scène du premier registre du montant sud, une datation plus tardive de la gravure de cette scène, entre 163 et 145 av. J.-C., a été proposée7.

5Quant aux divinités représentées, elles concernent exclusivement le panthéon local latopolitain. On trouve ainsi Khnoum-Rê en ses deux formes, nb Tȝ-sny « seigneur d’Esna » et nb sḫt « seigneur de la campagne », les déesses Neith, Menhyt et Nebtou et, finalement, le dieu enfant Heka. La figuration de ces personnages sur le portail suit sans exception les conventions iconographiques générales adoptées ailleurs dans le temple : criocéphale pour Khnoum-Rê, léontocéphale pour Menhyt et ses différentes formes, et purement humaine pour Neith, Nebtou et Heka.

6La nature des offrandes apportées établit, ensuite, un deuxième élément d’analyse du décor. Sur le linteau sont représentés à deux reprises le don de l’onguent-mḏt et, avec toute certitude, l’offrande de Maât. Quant aux montants, et de façon descendante, ils montrent le don du collier-wsḫ et des vêtements-mnḫt (quatrième registre), du vin et de la bière (troisième registre), des plantes-rnpt et des bouquets montés (deuxième registre), ainsi que des aliments (premier registre).

7La traduction et le commentaire des textes des scènes permettent d’insérer ces questions purement visuelles dans un discours théologique précis qui articule le décor de l’ensemble du portail et justifie les choix opérés. À ce propos, on a pu relever trois thèmes essentiels : la création, le mythe de la Lointaine et la royauté. De notre enquête se déduit également la répartition géographique des générations divines d’Esna, la première correspondant au temple de la ville, tandis que la seconde appartient à la campagne septentrionale. Tous ces éléments trouvent des parallèles dans le programme décoratif de la façade ptolémaïque dans son ensemble.

  • 8 Sauneron 1963 (éd. 2012), p. 83‑97.
  • 9 Sauneron 1965. Ces photographies sont numérotées ts_2021_00833 à ts_2021_00846. Il m’est agréable (...)
  • 10 Ce séjour scientifique s’est déroulé pendant les mois d’octobre et novembre 2021.

8L’enquête philologique de cet article s’est servie fondamentalement de l’édition intégrale des textes du portail publiée par S. Sauneron dans son volume Esna II8. À cela nous avons pu ajouter la consultation de photographies conservées dans les archives de l’Institut français d’archéologie orientale (fonds S. Sauneron) et qui sont publiées ici pour la première fois9. En outre, le collationnement des textes in situ fut possible grâce à un financement de l’Ifao, dans le cadre d’une bourse postdoctorale de courte durée10. Avec ce matériel, nous présentons ainsi la première traduction et le commentaire intégral des inscriptions du portail ptolémaïque, numérotées 32 à 45 dans l’édition de S. Sauneron.

1. Textes et traduction

1.1. Esna II, 32 :
linteau, scène intérieure sud (offrande de Maât)

[fig. 3]

Description 

9Seule la partie supérieure de la scène est encore en place. Elle montre, à gauche, le roi face à deux divinités, Khnoum-Rê criocéphale coiffé de la couronne à plumes d’autruche, (dite « de Tatenen ») et Menhyt-Sekhmet-[…], dont seuls le disque solaire et l’uræus sur la tête sont encore visibles. La présence fréquente de l’offrande de Maât dans la partie centrale du décor du linteau des portes des temples gréco-romains et la mention de Maât dans la formule de contre-don du dieu permettent d’identifier la nature exacte de la scène. Le roi, Ptolémée VI Philométor, porte la double couronne et une perruque ronde (jbs) ornée de l’uræus.

Texte 

10Roi :

1 nswt-bjtj (jwʿ-nṯrwy-pr(wy)-ḫpr(w)-Ptḥ-jrj-mȝʿ(t)-Rʿ-stp.n-Jmn)| a 2 sȝ-Rʿ (Ptwlmys-ʿnḫ-ḏt-mr(y)-Ptḥ)| 3 nṯrw mr(y)w mwt

  • 11   Une lecture nṯrw mr(yw) mwt.w de (...)

1Le roi de Haute et Basse Égypte (héritier des dieux Épiphanes, manifestation de Ptah, celui qui établit la Maât de Rê, l’élu d’Amon)|. 2 Le fils de Rê (Ptolémée, vivant à jamais, aimé de Ptah)|. 3 Les dieux Philométors11.

11Dieu :

4 ḏd-mdw (j)n H̱nmw-Rʿ nb Tȝ-sny

5 dj.j n.k r(ȝ) nb ʿpr ẖr mȝʿtb

4 Paroles à dire par Khnoum-Rê, seigneur d’Esna :

5 « Je te donne toute bouche pourvue de Maât. »

12Déesse :

6 ḏd-mdw (j)n Mnḥ(y)t-Sḫmt […] c 7 nbt Wpt-tȝ d

6 Paroles à dire par Menhyt-Sekhmet […], 7 maîtresse de Wpt-tȝ.

13Colonne marginale divine :

8 sḫm m nṯrw nb nḥp […] … […]

8Puissant parmi les dieux, le créateur, celui qui façonne au tour […] … […].

Notes 

14a Une synthèse des différentes propositions de lecture et de traduction du nom de couronnement de Ptolémée VI Philométor se trouve dans Habachy 2016, p. 125‑134. Plus récemment, voir Preys 2017, p. 331‑332.

15b Pour cette phraséologie, voir également D IV, 36, 13 (r(ȝ) nb ʿpr.tj m Mȝʿt) ; Ptah I, no 8, 7. Dans le même esprit, une formule de contre-don sur une scène du mur du fond du contre-temple romain de Deir el-Médina affirme : dj.j n.k r(ȝ).k []r mȝʿt « Je te donne ta bouche [port]ant la Maât » (DEM 184, 11).

16c La déesse Menhyt-Sekhmet est également attestée dans Esna III, 233, 20 (32) ; 22 (47), ainsi que sur le décor du mur extérieur ouest du temple de Komir (« Menhyt-Sekhmet dans Esna » (Mnḥyt-Sḫmt m Jwnyt) (es-Saghir, Valbelle 1983, p. 165, fig. 10 (l. 25)). Pour la lacune, qui occupe un seul cadrat du texte, on songerait a priori à wrt ou ʿȝt, épithètes qui accompagnent souvent les noms des déesses mentionnées. À ce propos, voir LGG VI, 560c-561c, 562a-b, pour Sekhmet, et LGG III, 307a, pour Menhyt, avec plusieurs témoignages du temple d’Esna. Néanmoins, l’observation sur place rend improbables ces deux propositions. On constate plutôt la présence d’un signe vertical fragmentaire dans la partie initiale de la lacune (Image  ?) et de quelques traces dans la partie médiane, le reste à droite étant fortement endommagé. D’après ces indices et l’agencement des signes au sein du cadrat on pense, avec toute réserve, à une possible graphie du nom de Bastet. Pour Menhyt-Sekhmet-Bastet, voir Esna II, 6, 14.

  • 12   Gauthier 1925, p. 194-195 ; Wb I, 298, 3.
  • 13   Sur l’obélisque ouest de la face sud du VIIe pylône de Karnak, dont le fragment de plus grande ta (...)
  • 14   Gauthier 1927, p. 184 ; Meeks 1982, col. 50, n. 11 ; Montet 1961, p. 48. Les inscriptions Esna II (...)
  • 15   Pour cette traduction, voir Sauneron 1982, p. 26 ; LGG V, 929c-930a.
  • 16   Les témoignages concernant Menhyt de Wpt-tȝ ont été cités ci-dessus. Quant à Menhyt, en ses multi (...)

17d L’exemple présent est le seul enregistré dans LGG IV, 40a de la désignation nbt Wpt-tȝ (Image ). L’emplacement de cette localité à Esna ou ses alentours est suggéré par l’épithète nbt Wpt-tȝ m Tȝ-sny « maîtresse de Wpt-tȝ à Esna » portée par Menhyt dans Esna III, 233, 15 (2). Sur le mur ouest du pronaos romain du temple, Khnoum de la Campagne est ḫnt(y) Wpt-tȝ « celui qui préside à Wpt-tȝ » (Esna VI, 521, 7) et la divinité qualifiée « celui qui se tient à l’avant de Wpt-tȝ » (ʿḥʿ ḥr ḫnt n(t) Wpt-tȝ) dans Esna III, 212 B est probablement Khnoum-Rê. D’autres attestations de ce toponyme montrent son rapport aux frontières de l’Égypte, notamment celle au sud du pays, comme cela se déduit aisément de son nom : « Le commencement/ouverture (wpt) du pays12 ». Dans ce contexte, Wpt-tȝ sert à désigner la limite méridionale de l’Égypte accompagnée ensuite de la mention de sa frontière nord sur quelques témoignages depuis le Nouvel Empire13. À Esna, ces questions rapprocheraient Wpt-tȝ du lieu-dit Ḫnty-tȝ14 dans la IIIe province de Haute Égypte. Tout comme Wpt-tȝ, Ḫnty-tȝ renvoie à l’extrémité sud du pays, soit en Nubie, soit dans la région de la première cataracte. Un passage de la colonne 5 du pronaos d’Esna affirme ainsi : « Menhyt, celle qui est à la tête de la campagne (ḫnt(y)t sḫt), depuis Ḫnty-tȝ jusqu’aux régions marécageuses (du Delta)15 » (Esna III, 233, 25 (60)). Du point de vue théologique, on remarque la position prééminente à Wpt-tȝ et à Ḫnty-tȝ de la déesse Menhyt16. À ce propos, la longue litanie inscrite sur la même colonne 5 débute par l’invocation à Menhyt de Ḫnty-tȝ et Menhyt de Wpt-tȝ successivement (Esna III, 233, 15 (1-2)).

1.2. Esna II, 33 :
linteau, scène intérieure nord [offrande de Maât] 

[fig. 4]

Description

18À peu près deux tiers de la scène sont perdus, sa partie supérieure étant la seule préservée. Dans ces conditions, seules les couronnes et une partie des têtes des personnages représentés sont reconnaissables, de même que leurs légendes et une partie de la colonne marginale divine. L’absence de la formule/titre et de la représentation de l’objet porté par le roi n’empêche pas sa caractérisation comme une scène d’offrande de Maât. D’après les inscriptions, l’identification des dieux est certaine : Khnoum-Rê de la campagne précède la déesse Nebtou. Le dieu est coiffé de la couronne à plumes d’autruche pourvue du disque solaire et des deux uræi, tandis que Nebtou montre la couronne à cornes entourant le disque solaire et la coiffe de vautour. Quant au roi, il porte le pschent et la perruque ornée de l’uræus.

Texte 

19Roi :

1 nswt-bjtj (jwʿ-nṯrwy-pr(wy)-ḫpr(w)-Ptḥ-jrj-mȝʿ(t)-Rʿ-stp.n-Jmn)|2 sȝ-Rʿ (Ptwlmys-ʿnḫ-ḏt-mr(y)-Ptḥ)|3 nṯrw mr(y)w mwt

1 Le roi de Haute et Basse Égypte (héritier des dieux Épiphanes, manifestation de Ptah, celui qui établit la Maât de Rê, l’élu d’Amon)|. 2 Le fils de Rê (Ptolémée, vivant à jamais, aimé de Ptah)|. 3 Les dieux Philométors.

20Dieu :

4 ḏd-mdw (j)n H̱nmw-Rʿ nb sḫt

5 dj.j wr mȝʿt m tȝ m rk.ka

4 Paroles à dire par Khnoum-Rê, seigneur de la campagne :

5 « Je fais en sorte que la Maât soit grande sur terre en ton temps. »

21Déesse :

6 ḏd-mdw (j)n Nb(t)-ww nb(t) Tȝ-s[ny] 7 jrt-Rʿ nb(t) pt ḥnwt nṯrw nb(w) b

6Paroles à dire par Nebtou, maîtresse d’Esna, 7 l’œil de Rê, maîtresse du ciel, souveraine de tous les dieux.

22Colonne marginale divine :

8 (j)m(y)-r(ȝ) ȝḥwt n Rʿ c wp [tȝ]š n [psḏt …] d … […]

8 Directeur des champs de Rê, celui qui sépare les limi[tes] (des terres) pour [l’ennéade…] … […].

Notes 

23a Des variantes de cette formule se trouvent dans Esna VII, 322, 10 ; VII, 58, 8 (fragmentaire) ; Clère 1961, pl. 14 (= KIU 3987, 13) ; Opet I, 31 (= KIU 4296, 8) et 90 (= KIU 1754, 21). Dans tous les cas signalés, il s’agit de scènes d’offrande de Maât.

24b Cette séquence d’épithètes de Nebtou est verbatim attestée sur une scène de l’ante sud de la façade romaine du pronaos d’Esna (II, 50, 9). Si ces désignations servent à définir d’autres divinités féminines, telles qu’Hathor, Râttaouy, Sekhmet ou Tefnout, c’est Mout de Karnak la plus souvent qualifiée de jrt-Rʿ nbt pt ḥnwt nṯrw nbw. À Esna même, voir II, 11, 15-16.

25c C’est en tant que Khnoum-Rê de la campagne assimilé à Chou que le dieu latopolitain devient jmj-rȝ ȝḥt n Rʿ dans Esna II, 41, 6-7 et VI, 500, 8. Pour cette épithète à Esna, voir Recklinghausen 2021, p. 295‑296. Comparer avec une scène du mur intérieur sud du pronaos, qui montre le dieu Khnoum-Rê identifié à Chou jmj-rȝ ȝḥt (Esna VI, 515, 9-10). Pour Chou comme « directeur des champs » par excellence, voir LGG I, 240c-241b. Voir également les témoignages analysés par Quaegebeur 1989, p. 165‑166.

  • 17   Meeks, AnLex III, p. 320 (79.3355).

26d Dans la partie de la colonne marginale partiellement en lacune dans l’édition de S. Sauneron, on restitue aisément Image , dont les vestiges sont clairement reconnaissables sur place. Avec cette structure, LGG II, 357a enregistre la désignation wp tȝš n psḏt « celui qui sépare les limites (des terres) de l’Ennéade17 », attestée à quatre reprises dans le temple d’Esna : II, 29, 3 ; VI, 498, 10-11 ; VI, 500, 8-9 (lacunaire) et VII, 606. Ajouter encore VII, 632, 7. Sur plusieurs de ces témoignages, l’épithète jmj-rȝ ȝḥt n Rʿ est suivie par wp tȝš n psḏt (II, 29, 3 ; VI, 500, 8-9 ; VII, 632, 7), ce qui apporterait un autre argument pour soutenir la lecture psḏt du mot terminé par Image dans Esna II, 33, 8.

1.3. Esna II, 34 :
linteau, scène extérieure sud (offrande de l’onguent-mḏt) 

[fig. 5]

Description 

27Seules la partie inférieure droite et la colonne marginale royale manquent à cette scène montrant le roi et la reine face à Neith et Heka. Ptolémée VI Philométor, coiffé de la couronne blanche, présente un vase à onguent, tandis que Cléopâtre II, vêtue d’une longue robe, tient deux sistres en mains. La reine porte la couronne dite « hathorique » à deux plumes qui encadrent les cornes de vache et le disque solaire, ainsi qu’une perruque pourvue d’un diadème à uræus frontal. En ce qui concerne les divinités, Neith, assise sur un trône cubique, est coiffée de la couronne blanche ; Heka est couronné du pschent et porte la boucle de l’enfance sur le côté.

Texte18 

  • 18   Des dessins à main levée de la scène se trouvent dans Lepsius 1954, pl. 23b ; Champollion 1845, p (...)

28Titre :

1dj(t) mḏ(t) n mwt.f jr.f d(w) ʿnḫ

1 Donner l’onguent-mḏt à sa mère. Puisse-t-il être doué de vie.

29Roi :

2 nswt-bjtj (jwʿ-nṯrwy-pr(wy)-ḫpr(w)-Ptḥ-jrj-mȝʿ(t)-Rʿ-stp.n-Jmn)|3 sȝ-Rʿ (Ptwlmys-ʿnḫ-ḏt-mr(y)-Ptḥ)|4 nṯrw mr(y)w mwt

sȝ ʿnḫ wȝs nb ḥȝ.f mj Rʿ ḏt

2 Le roi de Haute et Basse Égypte (héritier des dieux Épiphanes, manifestation de Ptah, celui qui établit la Maât de Rê, l’élu d’Amon)|. 3 Le fils de Rê (Ptolémée, vivant à jamais, aimé de Ptah)|. 4 Les dieux Philométors.

Toute protection, vie et force autour de lui, comme Rê éternellement.

30Reine :

5 jr(t) sšštj m ḥr.ṯ nfr nb(t) (r)-ḏr ḥnwt nṯrw nṯrwt

5 Jouer des deux sistres devant ton beau visage, maîtresse de tout, souveraine des dieux et des déesses.

6 ḥḳȝt nb(t) Tȝwy (Ḳlȝwptrȝ)|7snt ḥmt n(t) sȝ-Rʿ (Ptwlmys-ʿnḫ-ḏt-mr(y)-Ptḥ)| nṯrw mr(y)w mwta

6 Régente, maîtresse des Deux Terres (Cléopâtre)|.7 Sœur et épouse du fils de Rê (Ptolémée, vivant à jamais, aimé de Ptah)|. Les dieux Philométors.

31Déesse :

8 ḏd-mdw (j)n Nt wrt mwt-nṯr nb(t) 9 Tȝ-sny ṯs(t) prt n(t) nṯrw rmṯ b

10dj.j n.k jrtjw (Image) ẖr bȝk(w).snc

8Paroles à dire par Neith la grande, mère du dieu, maîtresse 9 d’Esna, celle qui lie la semence des dieux et des humains :

10 « Je te donne les habitants-jrtjw portant leurs tributs. »

32Dieu :

11 ḏd-mdw (j)n Ḥkȝ p(ȝ)-ẖrd wr-ḥkȝw12sȝ Sḫmt sḏ(ty) jḳr13ʿšȝ-msw(t)d

11 Paroles à dire par Heka l’enfant, grand de magie, 12 le fils de Sekhmet, enfant excellent, 13 celui aux multiples naissances.

Notes 

  • 19   Malgré l’absence de cartouches due à de nombreuses lacunes sur les colonnes initiales d’Esna II, (...)

33a Le protocole royal de Cléopâtre II apparaît encore à cinq reprises sur la façade ptolémaïque : Esna II, 2 A ; II, 17, 4 et II, 31, 4 (fragmentaire) en lien avec les cartouches de Ptolémée VI Philométor et ceux de Ptolémée VIII Évergète II19, ainsi que Esna II, 2 B et II, 35, 6-7 avec Philométor.

34b Pour ṯs prt, voir la bibliographie apportée par Leitz, Löffler 2019, p. 134, n. (o). Ajouter encore Menu 1975, p. 146‑147 ; Zivie-Coche 2013, p. 254‑255, n. c.

  • 20   Pour bḥn, absent de l’édition d’Edfou VIII par Émile Chassinat, voir Kurth 1998, p. 377.

35c Pour les jrtjw, peuplade étrangère dont l’origine géographique serait peut-être à situer au sud-est de l’Égypte, voir Wb I, 116, 15 ; Kurth 1998, p. 115, n. 7 ; Kurth 2004, p. 382, n. 11. Dans le temple de Philae les jrtjw sont cités parmi les ennemis frappés par le pharaon sur le décor du môle est du premier pylône  (Philä I, 25, 14, Fig.13) et sur celui du temple d’Edfou on lit : « Les terres étrangères sont tombées, les jrtjw sont subjugués (rtḥ), les Libyens sont repoussés de ton sanctuaire (E VIII, 117, 12). » Sur ce dernier monument, le pharaon est décrit comme « celui qui écrase (ptpt) les jrtjw » (E VIII, 118, 1-2) et « celui qui découpe (bḥn) les jrtjw » (E VIII, 62, 17)20. Par ailleurs, une scène d’offrande d’encens du pylône d’Edfou, encore une fois, affirme : « (Je) t’accorde que les jrtjw t’apportent leurs produits et emportent leurs biens pour ton ka (E VIII, 66, 6-7). » Comparer avec l’inscription qui précède un défilé de porteurs de parfums sur le soubassement de la paroi est du laboratoire d’Edfou : « (Je) t’accorde que les jrtjw (soient) des serviteurs pour ton ka apportant leurs produits à ton sanctuaire (E II, 216, 7). » De ces derniers exemples et celui d’Esna II, 34, 10, on peut déduire le rapport des jrtjw à la production d’onguents et aromates. À ce propos, voir aussi Esna VII, 318, 3, où Horus nb jrtjw « seigneur des jrtjw » reçoit de la myrrhe de la part du roi. Plus proches de notre exemple d’Esna au niveau de la phraséologie seraient les contre-dons de deux scènes du temple d’Opet : dj.j n.k ḫȝswt Tȝ-nṯr ẖr bȝk(w).sn (Opet I, 130 droite = KIU 2030, 9 ; I, 164 droite = KIU 1893, 9). Comparer avec E VIII, 62, 1-2.

36d La séquence Ḥkȝ pȝ-ẖrd wr-ḥkȝw sȝ Sḫmt constitue une sorte de titulature étendue de Heka d’Esna dans plusieurs occurrences : Esna II, 72, 12 ; II, 157 B (omission de pȝ-ẖrd) ; II, 167 ; II, 174 ; III, 242, 16 (5) (omission de pȝ-ẖrd). La description de Heka comme fils de Sekhmet dérive du rapprochement fréquent de cette divinité à Menhyt dans la théologie locale latopolitaine. Son père à Esna, c’est Khnoum, comme le montrent notamment les épithètes « le premier (né) de Khnoum-Rê » (tpy n H̱nmw-Rʿ) et « le très grand et premier (né) de Khnoum » (ʿȝ wr tpy n H̱nmw). Des témoignages de ces désignations se trouvent dans LGG VII, 392a et II, 19b-c. Pour les familles divines d’Esna, voir en dernière lieu Gamelin 2017, p. 176‑181.

1.4. Esna II, 35 :
linteau, scène extérieure nord (offrande de l’onguent-mḏt) 

[fig. 6]

Description 

37La perte du côté inférieur gauche de la scène a entraîné la disparition partielle de la représentation de Heka et, dans une moindre mesure, du trône cubique de la déesse. De la colonne marginale royale rien n’est conservé. Le parallélisme entre les figures du roi et de la reine sur cette scène et celles d’Esna II, 34 ne varie que pour les couronnes que Philométor porte à chaque occasion (couronne blanche dans Esna II, 34, couronne rouge dans Esna II, 35). Comme dans la scène précédente, le roi élève un vase à onguent en l’honneur des divinités et Cléopâtre II tient les deux sistres. En face, Menhyt-Nebtou léontocéphale et coiffée du disque solaire et de l’uræus est assise sur le trône, Heka étant représenté debout avec le pschent et la boucle de l’enfance.

Texte 

38Titre :

1 dj(t) mḏ(t) n mwt.f jr.f d(w) ʿnḫ

1 Donner l’onguent-mḏt à sa mère. Puisse-t-il être doué de vie.

39Roi :

2 nswt-bjtj (jwʿ-nṯrwy-pr(wy)-ḫpr(w)-Ptḥ-jrj-mȝʿ(t)-Rʿ-stp.n-Jmn)|3 sȝ-Rʿ (Ptwlmys-ʿnḫ-ḏt-mr(y)-Ptḥ)|4 nṯrw mr(y)w mwt

sȝ ʿnḫ wȝs nb ḥȝ.f mj Rʿ ḏt

2 Le roi de Haute et Basse Égypte (héritier des dieux Épiphanes, manifestation de Ptah, celui qui établit la Maât de Rê, l’élu d’Amon)|. 3 Le fils de Rê (Ptolémée, vivant à jamais, aimé de Ptah)|. 4Les dieux Philométors.

Toute protection, vie et force autour de lui, comme Rê éternellement.

40Reine :

5 jr(t) sšštj m ḥr.ṯ nfr wʿt n ḥr ḫw.sa

6 ḥḳȝt nb(t) Tȝwy (Ḳlȝwptrȝ)|7snt ḥmt n(t) sȝ-Rʿ (Ptwlmys-[ʿnḫ-ḏt-mry-Ptḥ])|8nṯrw mr(yw) mwt

5 Jouer des deux sistres devant ton beau visage, l’unique, sans pareil.

6 Régente, maîtresse des Deux Terres (Cléopâtre)|.7 Sœur et épouse du fils de Rê (Ptolémée, [vivant à jamais, aimé de Ptah])|. Les dieux Philométors.

41Déesse :

9 ḏd-mdw (j)n Mnḥ(y)t-Nb(t)-ww10nb(t) Ḫnt(y)-tȝb

11 dj.j mȝʿ-ḫrw.k r ḫftyw.k

9 Paroles à dire par Menhyt-Nebtou, 10 maîtresse de Ḫnty-tȝ :

11 « Je fais que tu triomphes sur tes adversaires. »

42Dieu :

12 ḏd-mdw (j)n Ḥkȝ p(ȝ)-ẖrd ʿȝ wr13 tp(y) n H̱nmw ḥwn nfr14 bnr mrwtc

12 Paroles à dire par Heka l’enfant, le très grand 13 et premier (né) de Khnoum, le beau jeune homme, 14le très aimé.

Notes :

43a À la graphie de wʿt il faut ajouter le déterminatif du cobra (Image) absent de l’édition de S. Sauneron. Pour l’épithète wʿt n ḥr ḫw.s de Menhyt-Nebtou, voir Esna II, 24, 1-2 ; III, 334, 16 et VI, 484, 14 dans sa variante inversée n ḥr ḫw.s wʿt.

44b Comme nous l’avons signalé dans la note d du commentaire d’Esna II, 32, Menhyt est habituellement liée au lieu-dit Ḫnty-tȝ. Ajoutons à cela qu’en sa forme de Menhyt-Nebtou/Nebtou-Menhyt, elle est désignée nbt Ḫnty-tȝ sur plusieurs exemples d’Esna : II, 6, 14 ; II, 10, 8 ; II, 22, 8 ; III, 207, 23 ; III, 220 B ; III, 349, 1 et IV, 468.

45c Pour la séquence Ḥkȝ pȝ-ẖrd ʿȝ wr tpy n H̱nmw ḥwn nfr bnr mrwt, voir encore Esna II, 51, 13-14 ; III, 227, 12-13 (fragmentaire). La filiation divine de Heka l’enfant a été commentée dans la note e à la traduction d’Esna II, 34.

1.5. Esna II, 36 :
montant sud, quatrième registre (offrande du collier-wsḫ) 

[fig. 7]

Description 

46À gauche, Ptolémée VI Philométor coiffé du pschent et vêtu du pagne court à devanteau triangulaire présente le collier large qu’il tient de ses mains. Le récipiendaire de l’offrande, à droite de la scène, est Khnoum-Rê, qui porte la couronne-ȝtf sur sa tête.

Texte 

47Titre :

1 dj(t) wsḫ ḏd-mdw mn n.k m(ȝ)ḥ (Image) n jt.k2 Jtm (Image)aṯḥn šnbt.k sḫm pḥty.k

1Donner le collier-wsḫ. Paroles à dire : « Prends pour toi la guirlande-mȝḥ de ton père 2 Atoum. Puisse ta poitrine resplendir et ta force être puissante. »

48Roi :

3 nswt-bjtj (jwʿ-nṯrwy-pr(wy)-ḫpr(w)-Ptḥ-jrj-mȝʿ(t)-Rʿ-stp.n-Jmn)|4 sȝ-Rʿ (Ptwlmys-ʿnḫ-ḏt-mr(y)-Ptḥ)|5 nṯrw [mryw] mwt

3 Le roi de Haute et Basse Égypte (héritier des dieux Épiphanes, manifestation de Ptah, celui qui établit la Maât de Rê, l’élu d’Amon)|. 4 Le fils de Rê (Ptolémée, vivant à jamais, aimé de Ptah)|. 5 Les dieux [Philo]métors.

49Dieu :

6 ḏd-mdw (j)n H̱nmw-Rʿ nb Tȝ-sny 7 Šw sȝ-Rʿ ḥry-nst Jtm 8 js-n[ȝw] b sʿnḫ wnnt c

9 dj.n(.j) n.k mȝʿ-ḫrw r sbyw r.k

10 d.j n.k pḏt psḏt dmḏ ẖr ṯbty.k

6 Paroles à dire par Khnoum-Rê, seigneur d’Esna, 7 Chou,fils de Rê, successeur d’Atoum, 8 le souf[fle] qui fait vivre ce qui existe :

9 « (Je) t’accorde le triomphe sur ceux qui se rebellent contre toi.

10 Je te donne les Neuf Arcs réunis sous tes sandales. »

Notes 

  • 21   Aux exemples précédents, ajouter D II, 81, 6-7 ; IV, 43, 3-4. Voir aussi les commentaires et la d (...)
  • 22   Voir les traductions de mȝḥ dans Meeks, AnLex III, p. 112 (79.1137) ; WPL, p. 451-453 ; Wb II, 31 (...)
  • 23   Le parallélisme entre mȝḥ et le collier-wsḫ, à claires connotations héliopolitaines, serait égale (...)
  • 24   Voir Derchain 1955, p. 225, n. 1, 270 (E II, 71, 8), 271 (E III, 141, 11), 282 (D III, 19, 14).
  • 25   Derchain 1955, p. 231. Cette thématique s’accorderait en dernière instance avec la dimension divi (...)
  • 26   Pour cette scène concernant le collier-mȝḥ et son rapport à la couronne de justification, voir Eg (...)

50a Comparer ce passage avec Esna VI, 482, 6 : « Prends pour [toi] le collier-wsḫ d’Atoum pour ton cou (wsḫ n Jtm r ḫḫ.k), des guirlandes-m(ȝ)de Khepri pour ta poitrine (m(ȝ)ḥw n Ḫpr r šnbt.k) » ; et avec II, 8, 2 : « [Prends] pour toi le collier-wsḫ de ton père Atoum (Image), la guirlande-mȝḥ de Khepri (est) pour ta [poitrine]. » Voir encore Esna III, 361, 1-2 (fragmentaire) ; VI, 495, 1 (fragmentaire) ; VII, 577, 4. D’après la référence à šnbt « poitrine, gorge » en relation à mȝḥ sur ces témoignages, une traduction « collier, guirlande » de ce dernier semble justifiée21. Il en est de même du passage Esna II, 36, 1-2, qui décrit la magnificence des ornements destinés à la poitrine de la divinité : ṯḥn šnbt.k. En outre, mȝḥ peut apparaître également associé à la tête du dieu et dès lors être rendu par « couronne » ou « bandeau22 ». À ce propos, la mention de la guirlande-mȝḥ d’Atoum ne serait pas sans rapport avec la couronne de justification (mȝḥ n mȝʿ-ḫrw) offerte aux divinités dans plusieurs scènes des temples gréco-romains23. Dans quelques-uns de ces exemples, c’est ce dieu qui est souvent chargé de nouer la couronne-mȝḥ autour de la tête de la divinité à qui elle est destinée24. L’épithète ḥry-nst Jtm de Khnoum-Rê (Esna II, 36, 7) insisterait encore sur ce point, la succession légitime du dieu étant un des thèmes essentiels du rituel de justification25. Cette ambivalence consciente concernant l’objet de l’offrande est également à signaler pour d’autres scènes du collier. Voir notamment Clère 1961, pl. 29 (= KIU 4014)26.

51b Pour cette épithète de Khnoum dans le temple d’Esna, voir l’exemple d’Esna III, 277, 21 (3) et probablement Esna II, 17, 23 (Fernández Pichel 2018, p. 46, n. (h)).

52c Corriger Image dans l’édition de Sauneron par Image.

1.6. Esna II, 37 :
montant nord, quatrième registre (offrande des tissus) 

[fig. 8]

Description 

53La représentation du roi, à droite du registre, est très endommagée, seuls le pagne court, une partie du torse et des extrémités inférieures étant encore visibles. L’offrande qu’il devait apporter à la divinité n’est reconnaissable que par deux bandelettes de tissus se prolongeant vers le bas. Quant à Khnoum-Rê, à gauche, une cassure verticale, qui atteint la totalité de la scène, n’empêche pas d’identifier sa figure coiffée de la couronne-ȝtf.

Texte 

54Titre :

1 ḥnk mnḫt ḏd-mdw mn n.k nṯr(j) (Image) a r sṯȝm 2 ḥʿw.k ʿwy Tȝyt r jwf.k b

1 Offrir les vêtements. Paroles à dire : « Prends pour toi le vêtement divin pour habiller 2 ton corps, les deux bras de Tayt (sont) sur ta chair. »

55Roi : 

3 nswt-bjtj (jwʿ-nṯrwy-pr(wy)-[ḫprw]-P[tḥ-jrj-mȝʿt-Rʿ-stp.n-Jmn])| 4 sȝ-Rʿ (P[twlmys-ʿnḫ-ḏt-mry-Ptḥ])| c

[…] mj Rʿ ḏt

3 Le roi de Haute et Basse Égypte (héritier des dieux Épiphanes, [manifestation de] P[tah, celui qui établit la Maât de Rê, l’élu d’Amon])|. 4 Le fils de Rê (P[tolémée, vivant à jamais, aimé de Ptah])|.

[…] comme Rê éternellement.

56Dieu :

5 ḏd-mdw (j)n H̱nmw-Rʿ nb Tȝ-sny 6 nṯr ʿȝ ḥry st.f wrt wr 7 ḥswt m-m nṯrw

8 dj.j n.k šrt nt mȝʿ-ḫrwd

9 d.j n.k ḫʿw n Ḥr m šṯw.f e

5Paroles à dire par Khnoum-Rê, seigneur d’Esna,6 dieu grand, celui qui est sur son grand trône, grand de 7 louanges parmi les dieux :

8 « Je te donne les vêtements de justification.

9 Je te donne l’apparition d’Horus avec ses étoffes. »

Notes 

57a Pour le vêtement-nṯrj, voir Wb II, 365, 14-15 et les références apportées par Rickert 2011, p. 232, n. 899. Dans la graphie Image d’Esna II, 37, 1, le signe Image est à la suite des autres éléments phonétiques du mot, ce qui est assez inhabituel ; on n’a pu retrouver qu’un seul exemple similaire, également dans le temple d’Esna : Esna II, 85, 2 (Image ). La raison du choix des signes du mot dans Esna II, 37, 1 n’est pas claire, mais il serait possible qu’ils visent à renforcer l’allitération des phonèmes /ṯȝ dans la séquence composée par nṯ{ȝ}r(j), sṯȝm et Tȝyt.

58b Un répertoire d’attestations de cette expression dans les sources depuis le Nouvel Empire se trouve dans Klotz 2014, p. 193, 200, n. c (qui cite Esna II, 37, 2). Les « deux bras de Tayt » sont évoqués dans les textes à maintes reprises : Herbin 1999, p. 191, 218 (pLouvre N 3166, II, 11) ; KRI I, 289, 11-12 ; Opet I, 124 (= KIU 5412, 1), parmi d’autres. Quant à la déesse Tayt dans les scènes d’offrande des vêtements à Esna, voir Esna VI, 490, 15 ; VII, 624, 6 ; VII, 626, 16. Dans Opet I, 226 droite (= KIU 4110, 5-6), il est question de Tayt et des vêtements-nṯrj. Comparer avec D II, 120, 4-5 où le « travail (des bras/mains) de Tayt » est chargé de la confection de ces vêtements : nṯr(j) nn m r(ȝ)-ʿwy Tȝyt.

59c Comme sur la scène symétrique Esna II, 36, une ligne horizontale de texte à droite du cartouche qui contient le nom de naissance de Ptolémée VI Philométor serait à ajouter à l’édition de S. Sauneron : 5 [nṯrw mryw mwt]« [Les dieux Philométors] ».

60d Le déterminatif de šrt, en lacune dans l’édition de S. Sauneron, est visible sur place : Image. Pour les « vêtements de justification » (šrt mȝʿ-ḫrw), voir WPL, p. 1026 : Penelope Wilson signale plusieurs témoignages du temple d’Edfou où Horus Behedety et le dieu Harsomtous accordent ces vêtements au roi dans le contexte de la victoire sur les ennemis (voir par exemple E I, 238, 3 ; I, 273, 13). Dans le même esprit, voir šrt nt Ḥr « vêtements d’Horus » (E I, 130, 2 ; D II, 120, 13).

61e Des exemples de cette phraséologie (avec variantes) se trouvent dans Broze, Preys 2021, p. 58, n. 85 (doc. 5).

1.7. Esna II, 38 :
montant sud, troisième registre (offrande du vin) 

[fig. 9]

Description 

  • 27   Pour cette couronne royale et ses variantes, voir encore Esna II, 50 ; III, 294 ; VI, 502 ; VII, (...)

62Ptolémée VI Philométor apporte deux vases globulaires de vin à Neith, qui est debout et tient le sceptre-wȝs, l’arc et les flèches dans sa main droite. La déesse est coiffée de la couronne rouge de Basse Égypte. Le roi, quant à lui, est figuré avec l’habituel pagne court triangulaire. Sa coiffe est composée de la couronne bleue, surmontée du disque solaire, des cornes torsadées et des deux plumes à uræi27. Il porte également la boucle de l’enfance sur le côté.

Texte28 

  • 28   Une traduction partielle des inscriptions de cette scène se trouve dans el-Sayed 1982, p. 622, do (...)

63Titre :

1 ḥnk jrp ḏd-mdw mn n.ṯ šȝ r sḥʿʿ jb.ṯ2 wp r(ȝ) n kȝ.ṯ m jrt-Ḥr-wȝḏta

1 Offrir le vin-jrp. Paroles à dire : « Prends pour toi le vin-šȝ afin de réjouir ton cœur. 2 Puisse la bouche de ton ka s’ouvrir avec l’œil-vert-d’Horus. »

64Roi :

3 nswt-bjtj (jwʿ-nṯrwy-pr(wy)-ḫpr(w)-Ptḥ-jrj-mȝʿ(t)-Rʿ-stp.n-Jmn)|4 sȝ-Rʿ (Ptwlmys-ʿnḫ-ḏt-mr(y)-Ptḥ)|5 nṯrw mryw mwt

sȝ ʿnḫ wȝs nb ḥȝ.f mj Rʿ ḏt

3Le roi de Haute et Basse Égypte (Héritier des dieux Épiphanes, manifestation de Ptah, celui qui établit la Maât de Rê, l’élu d’Amon)|. 4 Le fils de Rê (Ptolémée, vivant à jamais, aimé de Ptah)|. 5Les dieux Philométors ».

Toute protection, vie et force autour de lui, comme Rê éternellement.

65Déesse :

6 ḏd-mdw (j)n Nt wrt mwt-nṯr 7 nb(t) Tȝ-sny tmȝt n(t) Rʿ grg(t) tȝ 8 m pr(t) [ȝḫt] b

9dj.n(.j) n.k tḫ m ẖrt-ḫrw

10dj.j n.k pḫ(ȝ)-jb nn jrt ȝbwc

6 Paroles à dire par Neith la grande, mère du dieu, 7 maîtresse d’Esna, mère de Rê, celle qui fonde la terre 8 avec le fruit des [champs] :

9 « Je t’accorde l’ivresse chaque jour.

10 Je t’accorde la joie sans cesse. »

Notes 

66a Pour jrp, šȝ et jrt-Ḥr-wȝḏt comme désignations du vin, voir en dernier lieu Poo 1995, p. 21‑25, 92-93 (où il est question d’Esna II, 38, 1-2). Les trois termes sont cités ensemble dans deux autres scènes d’offrande du vin du temple d’Esna : VI, 515, 7 ; VII, 568, 1, 6.

67b L’observation sur place permet de constater la présence d’au moins un cadrat complet en lacune pour la fin de la ligne 8, au lieu du demi-cadrat signalé par l’édition de S. Sauneron. Cela permet aisément de restituer ȝḫt « champs », comme le propose LGG VII, 323c. L’épithète grgt m prt ȝḫt qualifie également la déesse Neith dans Esna II, 28, 14.

68Malgré les doutes de S. Sauneron concernant quelques signes de pḫȝ-jb (Image ), ils sont clairement identifiables sur place. En outre, les attestations du mot dans les formules de contre-don des scènes d’offrande du vin et de la bière sont nombreuses. Voir, par exemple, E IV, 113, 16 ; IV, 3, 11, 1, ainsi que les exemples rassemblés par WPL, p. 364. À maintes reprises, la joie (pḫȝ-jb) est associée à la mention de l’ivresse-tḫ : VI, 164, 8 ; E I, 151, 13 ; I, 459, 4-5 ; VII, 238, 12-13 ; Esna VI, 479, 14 ; Clère 1961, pl. 13 (= KIU 3984, 18) ; Philä I, 226, 1.

1.8. Esna II, 39 :
montant nord, troisième registre (offrande de la bière) 

[fig. 10]

Description 

69La figure de la divinité recevant l’offrande des cruches de bière de la part du roi est fort abîmée, un bras, les pieds et une partie de la robe étant les seuls éléments conservés. Son identification néanmoins est certaine d’après la légende divine. Ptolémée VI Philométor est vêtu du pagne triangulaire et coiffé de la couronne composite déjà signalée pour Esna II, 38.

Texte 

70Titre :

1 ḥnk ḥ(n)ḳ(t) ḏd-mdw mn n.ṯ ḏsr nḏm n2kȝt Mnḳtasʿm.ṯ (Image) jm ḫntš jb.ṯb

1 Offrir de la bière. Paroles à dire : « Prends pour toi de la bière-ḏsr et de la bière-nḏm du 2 travail de Menket. Puisses-tu en boire afin que ton cœur se réjouisse. »

Roi :

3 nswt-bjtj (jwʿ-nṯrwy-pr(wy)-ḫpr(w)-Ptḥ-jrj-mȝʿ(t)-Rʿ-stp.n-Jmn)|4sȝ-Rʿ (Ptwlmys-ʿnḫ-ḏt-mr(y)-Ptḥ)|5 nṯr[w] mryw [mwt]

sȝ [ʿnḫ] wȝs nbcḥȝ.f mj Rʿ ḏt

3 Le roi de Haute et Basse Égypte (héritier des dieux Épiphanes, manifestation de Ptah, celui qui établit la Maât de Rê, l’élu d’Amon)|. 4 Le fils de Rê (Ptolémée, vivant à jamais, aimé de Ptah)|. 5 Les dieu[x] Philo[métors].

Toute protection, [vie] et force autour de lui, comme Rê éternellement.

71Déesse :

6 ḏd-mdw (j)n Nb(t)-ww nb(t) Tȝ-sny7nb(t) tḫ ʿšȝt ḥbw nb(t) […]d

8dj.j n.k ȝwt-jb nn ḥȝt-jb (Image)e

9dj.j pẖr n.k jbw nw tp(y)w-tȝf

6 Paroles à dire par Nebtou, maîtresse d’Esna, 7 maîtresse de l’ivresse, celle aux nombreuses fêtes, maîtresse de […] :

8« Je t’accorde la joie sans souffrance.

9J’accorde que les cœurs des habitants de la terre tournent pour toi. »

Notes 

72a Pour kȝt Mnḳt « le travail de Menket » et des expressions analogues dans les textes, ainsi que pour l’association de cette divinité à d’autres dans le contexte des processions économiques et des scènes d’offrandes de la bière dans les temples tardifs, voir en dernière instance Guglielmi 1994, p. 123‑124 ; Rickert 2011, p. 190‑193. À plusieurs reprises, la bière douce-nḏm et la bière-ḏsr ensemble font partie de l’offrande : D I, 24, 13 ; I, 25, 3 ; E I, 113, 14 ; I, 114, 1.

  • 29   Das Digitalisierte Zettelarchiv du Wörterbuch recueille une graphie de sʿm avec ce déterminatif p (...)
  • 30   À titre de comparaison lexicale, le verbe swr « boire » présente souvent (...)
  • 31   À ce propos, voir D IV, 18, 17 ; D IX, 98, 16-17 ; E I, 469, 3. Comparer avec E I, 109, 10.
  • 32   La valeur jb de (...)

73b La graphie de sʿm avec les vagues comme déterminatif ne trouve pas à ma connaissance de parallèles dans les sources29. C’est très surprenant, compte tenu du rapport évident entre le verbe et les offrandes liquides30. Par ailleurs, si l’on suit l’édition de S. Sauneron, qui reproduit Image pour la fin de la colonne 2, l’ensemble de la phrase soulève des problèmes. Tout d’abord, après le signe de l’arbre (M1) on attendrait la présence d’un suffixe renvoyant aux boissons précédemment mentionnées : jm.sn ou jm.w « (puisses-tu boire) d’elles ». Des emplois de cette expression incluent néanmoins des exemples sans suffixe31. Vient ensuite le signe de l’oiseau-ṯȝ (G47) et une lacune d’à peine un tiers de cadrat sous celui-ci. Avec ces éléments, toute tentative de traduction s’est avérée improductive. L’observation sur place permet pourtant de constater, malgré l’état piteux de cette partie de l’inscription, qu’à l’intérieur du cadrat prétendument occupé par G47, la figure de l’oiseau est clairement décalée vers la droite et semble se poser sur un élément rectangulaire. Plutôt qu’à Image , dont l’identification n’est pas certaine, cette description semble mieux correspondre à Image , servant à écrire ḫntš « se réjouir » (Wb III, 311, 11-18). Dès lors, il serait tentant de voir dans Image une graphie de jb « cœur32 ». Si, en revanche, on rend ce groupe par l’expression bien connue ȝb jb, on songe à « puisses-tu boire en allégresse m ḫntš) ce que ton cœur souhaite », avec Image à valeur m, ou encore « puisses-tu en boire et te réjouir avec ce que ton cœur souhaite ». Cette dernière proposition demanderait pourtant plusieurs additions au texte, notamment celle du suffixe accompagnant ḫntš.

74c Derrière la figure du roi, des traces de wȝs et nb, restituées dans l’édition de S. Sauneron, sont encore identifiables.

  • 33   Pour la danse-wrh dans le contexte du retour de la Lointaine à Esna, voir mon analyse dans la tro (...)

75d Les épithètes nbt tḫ ʿšȝt ḥbw définissant la divinité sont à signaler également dans Esna III, 233, 25 (63) ; VI, 497, 11, ainsi que la variante ʿšȝt ḥbw nbt tḫ dans VI, 530, 9-10, pour Menhyt, tandis que Nebtou les porte dans III, 239 B. L’exemple d’Esna VI, 483, 12 dans une scène d’offrande du vin à Menhyt sur le mur intérieur sud du pronaos montre à la suite de cette séquence la désignation nb(t) wrh « maîtresse de la danse-wrh ». En raison du contexte général du décor du troisième registre du portail et de la place disponible sur le mur, la restitution du mot wrh dans la lacune finale de la colonne 7 d’Esna II, 39 pourrait être envisageable33. Quant à cette caractérisation de Nebtou, comparer deux séquences de sa litanie sur la colonne 6 du pronaos : nb(t) wpw ḥnwt tḫ (…) nb(t) wrh « maîtresse des fêtes, souveraine de l’ivresse (…) maîtresse de la danse-wrh » (Esna III, 241, 5-6 (37-38)).

  • 34   Voir aussi l’expression dr ḥȝt-jb « repousser la souffrance » dans Tôd II, 273, 7 et II, 261, 5 ((...)

76e La négation de ḥȝt-jb (Wb III, 7, 10-11) est fréquemment attestée dans les scènes d’offrandes du vin et de la bière en opposition à un quelconque terme pour « joie » : D I, 25, 11 (ḥʿʿ, nn ḥȝt-jb) ; VI, 165, 4-5 (ȝwt-jb, nn ḥȝt-jb)34. Dans E I, 459, 17 « je te donne l’ivresse (tḫ) dépourvue de souffrance (šw m ḥȝt-jb) » et VII, 142, 5 « je te donne l’ivresse quotidiennement, sans que [tu] aies de souffrance (n ḥȝt-jb ḫr[.k]) », la mention de ḥȝt-jb renverrait de manière explicite aux maux qui suivent l’enivrement, d’après Kurth 2004, p. 128, n. 6. La graphie de ḥȝt-jb dans Esna II, 39, 8 même si elle est peu habituelle, trouve des parallèles dans E VII, 75, 15 (Image ) et VII, 89, 16 (Image ).

77f L’expression pẖr jb signifie le changement d’un état d’esprit négatif à positif (Wb I, 544, 14 ; Kurth 2014, p. 502, n. 2). Dans le contexte général de l’allégresse et de la joie liées à l’offrande de la bière, une traduction « se réjouir » serait donc possible. Ce sens est indiqué dans WPL, p. 366 et il est bien attesté dans la forme pẖr jb m (Wb I, 545, 3). En outre, deux exemples extraits du temple d’Esna témoignent du rapport de pẖr jb, dans l’épithète divine ḥnwt pẖr jb, avec les désignations nbt ḥnḳt « maîtresse de la bière » et nbt nbtyw « maîtresse des cruches de bière » (Esna III, 312, 13-14 ; VI, 516, 11‑12) ; d’autant plus que, dans le premier de ces cas comme dans Esna II, 39, il s’agit de scènes d’offrande de la bière. Des parallèles à cette expression dans les formules de contre-don sont néanmoins rares et on ne peut signaler qu’un seul exemple du temple de Dendera : « Je fais que tout le monde se réjouisse (ḫntš) de te voir et que leurs cœurs se tournent à ta suite (pẖr jb.sn m-ḫt.k) (D I, 83, 9-10). » Comparer avec E VII, 63, 14-15, qui utilise pourtant le causatif spẖr à la place de pẖr : [s]pẖr.j n.k jbw n ḥnmmt.

1.9. Esna II, 40 :
montant sud, deuxième registre (offrande des bouquets-msw) 

[fig. 11]

Description 

78Le roi, couronné de l’ȝtf, présente deux bouquets montés courts à Menhyt-Nebtou. La déesse, léontocéphale, est coiffée du disque solaire et de l’uræus.

Texte 

79Titre :

1ms msw m ḥr.ṯ nfr ṯḥn2kȝ.ṯ m wȝḏ n ʿnḫa

1 Présenter les bouquets montés à ton beau visage. Puisse 2 ton ka resplendir avec le papyrus de vie.

80Roi :

3 nswt-bjtj (jwʿ-nṯrwy-pr(wy)-ḫpr(w)-Ptḥ-jrj-mȝʿ(t)-Rʿ-stp.n-Jmn)|4 sȝ-Rʿ (Ptwlmys-ʿnḫ-ḏt-mr(y)-Ptḥ)|5 nṯrw [mryw] mwt

sȝ ʿnḫ wȝs nb ḥȝ.f mj Rʿ ḏt

3 Le roi de Haute et Basse Égypte (Héritier des dieux Épiphanes, manifestation de Ptah, celui qui établit la Maât de Rê, l’élu d’Amon)|. 4Le fils de Rê (Ptolémée, vivant à jamais, aimé de Ptah)|. 5Les dieux [Philo]métors.

Toute protection, vie et force autour de lui, comme Rê éternellement.

81Déesse :

6 ḏd-mdw (j)n Mnḥ(y)t-Nb(t)-ww nb(t) […] b 7 mḥnt wrt ḥr(yt)-tp n(t) nṯr(w) nbw 8 n nṯr mḥn.f sw [ḥr tp.s] c

9 dj.j n.k sšnw nḥmw(t) nw(t) […]

10 dj.j n.k mnw ẖr š[mȝw]

6 Paroles à dire par Menhyt-Nebtou, maîtresse de […], 7le grand uræus-mḥnt, l’uræus de tous les dieu(x), 8 [sur la tête de laquelle] aucun dieu ne se love :

9 « Je te donne des fleurs et des boutons de lotus de […] d.

10 Je t’accorde une plantation remplie de fl[eurs] e. »

Notes 

82a La mention du ka en rapport au verbe ṯḥn et de wȝḏ n ʿnḫ n’est pas attestée, à ma connaissance, dans d’autres scènes d’offrandes de fleurs. Une expression similaire, qui emploie le visage-ḥr à la place de ,apparaît dans l’un des textes de l’offrande des bouquets montés de la colonne 10 du pronaos du temple d’Esna (III, 291, 21 : ṯḥn ḥr.k m wȝḏ n ʿnḫ). Comparer avec D VI, 30, 1 : ṯḥn ḥr.ṯ m wȝḏ. Pour le « papyrus-sceptre de vie », voir les références apportées par WPL, p. 203 ; Dittmar 1986, p. 136.

  • 35   Une compilation des sources mentionnant cette épithète se trouve dans LGG IV, 132b.

83b Dans la partie en lacune de la fin de la colonne 6 on attendrait la mention de l’appartenance géographique de la divinité. Pour Menhyt-Nebtou sur la façade ptolémaïque, on peut signaler principalement nbt Tȝ-sny « maîtresse d’Esna » dans Esna II, 6, 8 et nbt Ḫnty-tȝ « maîtresse de Ḫnty-tȝ » dans II, 22, 8 et II, 35, 10. Néanmoins, aucune de ces propositions ne s’accorderait avec la place disponible dans la lacune. Une restitution nb(t) sḫt « maîtresse de la campagne » au moyen d’une graphie réduite de sḫt semble plus probable. En effet, cette épithète sert à décrire Nebtou sur plusieurs témoignages d’Esna35 et elle qualifie Menhyt-Nebtou dans une scène représentant l’offrande des bouquets montés (Esna III, 218, 12).

84c La restitution de la lacune ne pose pas de problèmes en raison de la fréquente attestation de n nṯr mḥn.f ḥr tp.s (et variantes) dans le temple d’Esna (LGG III, 490a-b). La séquence complète d’épithètes portées par Menhyt-Nebtou dans Esna II, 40, 7-8 se retrouve également en VI, 483, 7-9, qui concerne la déesse Menhyt de Ḫnty-tȝ. Comparer avec mḥnt ḥryt-tp nt nṯr nb nn nṯr mḥn.f sw ḥr tp.s décrivant aussi Menhyt dans Esna II, 74, 19-20 ; III, 200, 15-16 ; III, 371, 13 ; VI, 478, 8-10 ; VI, 489, 10-11.

  • 36   Voir aussi Esna III, 231, 3, 10 ; III, 285, 14 ; III, 291, 21. Une lecture sn de (...)

85d La lecture sšnw et nḥmwt de Image est suggérée par un témoignage du temple d’Esna qui reproduit des graphies plus développées des deux mots (III, 273, 6). À l’édition de ce texte par Sauneron 1968 (éd. 2012), p. 175 on doit les traductions de « lotus épanoui » et « lotus aux pétales renfermés », respectivement. Voir également Mariette 1870, pl. 18, 24 (Image). Comparer avec E V, 86, 14 ; VII, 71, 8 ; VII, 78, 13, où, encore une fois, seuls des idéogrammes servent à écrire vraisemblablement ces mots. Un nouvel indice pouvant clarifier la lecture de ces signes à Esna est apporté par la graphie Image (Tȝ-sny) du nom de la ville dans II, 94, où les signes en question correspondraient aux valeurs phonétiques s<sšn et n<nḥmt36. Quant au n avant la lacune de la fin de la colonne, une expression sšn n šmw « lotus d’été » est le seul exemple de l’emploi du génitif avec ces termes que l’on ait pu retrouver. Voir à ce propos Ryhiner 1986, p. 3‑4 ; WPL, p. 929-930.

86e Des parallèles à cette expression se trouvent dans E I, 307, 2 ; E Mam 145, 10-11. Voir également E VI, 37, 13. Pour des occurrences de l’expression mnw ẖr + substantif, voir Ryhiner 1986, p. 41 (45), qui cite l’exemple d’Esna II, 40, 10 sans apporter néanmoins une restitution du mot partiellement en lacune. Dans Esna II, 30, 2, la ville est « la plantation (mnw) remplie de fleurs (šmȝw) de celui qui est sur les rives (ḥry-jdbw) ».

1.10. Esna II, 41 :
montant nord, deuxième registre (offrande des plantes-rnpt) 

[fig. 12]

Description 

87Le roi, coiffé de la couronne rouge surmontée de l’ȝtf et portant deux rameaux de fleurs, s’avance vers le dieu Khnoum-Rê de la campagne, qui porte la couronne à plumes pourvue du disque solaire et des deux uræi.

Texte 

88Titre :

1 ḥnk rnpwt ḏd-mdw rnpwt nb(wt) n kȝ.knmw2 ḥry-jdbw sbtwt gnẖ.tj ( Image)an ḥr.k

1 Offrir des plantes fraîches. Paroles à dire : « Toutes les plantes fraîches (sont) pour ton ka, Khnoum, 2 le préposé aux rives. Les fleurs-sbtt attachées (sont) pour ton visage. »

89Roi :

3 nswt-bjtj (jwʿ-nṯrwy-pr(wy)-ḫpr(w)-Ptḥ-jrj-mȝʿ(t)-Rʿ-stp.n-Jmn)|4 sȝ-Rʿ (Ptwlmys-ʿnḫ-ḏt-mr(y)-Ptḥ)|5 nṯrw mryw mwt

sȝ […] … […] ḏt

3 Le roi de Haute et Basse Égypte (héritier des dieux Épiphanes, manifestation de Ptah, celui qui établit la Maât de Rê, l’élu d’Amon)|. 4 Le fils de Rê (Ptolémée, vivant à jamais, aimé de Ptah)|. 5Les dieux Philométors.

[Toute] protection […] … […] éternellement.

90Dieu :

6ḏd-mdw (j)n H̱nmw-Rʿ nb sḫt (j)m(j)-r(ȝ) ȝḥt7n Rʿ jwn srd smwb

8 dj.j ḳjs n.k tȝ m rnpwtc

9dj.j n.k ȝḫt ṯḥn.tj (Image) ẖr ḥrrw(t)

6 Paroles à dire par Khnoum-Rê, seigneur de la campagne, directeur des champs 7 de Rê, le vent qui fait pousser les herbages :

8 « Je fais que la terre soit inondée pour toi de plantes fraîches.

9Je t’accorde le champ resplendissant, rempli de fleurs. »

Notes 

  • 37   Griffith, Thompson 1904, p. 160‑161, 176‑177.

91a Pour gnẖ « attacher à », voir Meeks, AnLex III, p. 314 (79.3293). Avec ce sens, voir encore E II, 183, 16 ; IV, 267, 1, ainsi que des exemples de l’expression gnẖ m jbw « fixer dans les cœurs » dans WPL, p. 1102-1103. Une lecture gnš ne serait pas exclue : « Les fleurs-sbtt choisies (gnš.tj) (sont) pour ton visage. » Pour gnš « distinguer, choisir, désigner », voir Sauneron 1962 (éd. 2012), p. 116 (hh). La rareté de ces verbes et l’absence de parallèles à cette expression dans les scènes d’offrandes florales empêchent d’être certain de l’une ou l’autre de ces traductions. Une autre difficulté suscitée par Esna II, 41, 2 réside dans le fait qu’aucun témoignage de gnẖ ou gnš dans les sources ne présente à notre connaissance de graphies déterminées par Image (M2). À ce sujet, on peut se demander s’il faut voir dans cette écriture une possible influence du nom de la plante-gnš tenant à son homophonie et/ou sa similitude graphique. Pour cette plante, voir principalement Leitz 1994, p. 81, n. f(Image). Aux attestations de ce mot signalées par cet auteur, ajouter encore Esna II, 130, 4 (Image). Voir également Charpentier 1981, p. 1298, no. 1301. Finalement, un mot gnn « zart, milde sein, feucht sein », que la lecture phonétique de Image rendrait également possible, est connu en démotique (Erichsen 1954, p. 581). À la différence des propositions de lecture précédentes, l’emploi de gnn est bien attesté en rapport avec les fleurs/plantes. Ainsi, sur le papyrus magique London-Leiden, il est question des fleurs-ḥrr (recto, XXVII, 25) et des plantes-ḥmt-ʿf (verso, V, 10) décrites en leur qualité de « fraîches, humides » au moyen de gnn37. Une traduction « les fleurs-sbtt fraîches » d’Esna II, 41, 2 serait dès lors également à considérer.

92b Les épithètes jwn srd smw qualifient encore une fois Khnoum-Rê de la campagne dans Esna III, 333, 16 ; VI, 477, 13. Pour jmj- ȝḥtn Rʿ, voir la note c à Esna II, 33 ci-dessus.

93c Pour cette formule de contre-don, comparer avec Opet I, 235 (= KIU 3949, 11) : « Il inonde pour toi la terre de plantes fraîches » (ḳjs.f n.k tȝ m rnpwt). Le sens « inonder » de ḳjs (« cracher, vomir »),non attesté dans les dictionnaires, serait à lier dans ces exemples au crachat divin faisant croître la végétation des champs, telle que le fait l’inondation. À ce propos, voir Wb V, 17, 5. Dans le même esprit, une épithète de Sobek dans le temple de Kôm Ombo est ḳjs n.f jdbw m ḥrrwt « celui qui crache/inonde pour lui les rives de fleurs » (KO 663).

1.11. Esna II, 42 :
montant sud, premier registre (offrande alimentaire) 

[fig. 13]

Description 

94Le roi, coiffé de la couronne blanche, porte un plateau chargé de produits divers qu’il offre à Khnoum-Rê. Le dieu est représenté avec la couronne à plumes, le disque solaire et les deux uræi.

Texte 

95Titre :

1fȝ(t) ḫt ḏd-mdw jw nn n kȝ.k m ḫt nb(t)2nfr(t) ḥtp ḥm.k ḥr ḥtpw wrw

1 Élever les offrandes. Paroles à dire : « Elles sont pour ton ka, à savoir, toutes les belles offrandes. 2Puisse ta Majesté être satisfaite avec de nombreuses offrandes. »

96Roi : 

3 nswt-bjtj (jwʿ-nṯrwy-pr(wy)-ḫpr(w)-Ptḥ-jrj-mȝʿ(t)-Rʿ-stp.n-Jmn)|4 sȝ-Rʿ (Ptwlmys-ʿnḫ-ḏt-mr(y)-Ptḥ)|5 nṯrwy mrywy mwt (Image)a

sȝ ʿnḫ wȝs nb ḥȝ.f mj Rʿ ḏt

3 Le roi de Haute et Basse Égypte (héritier des dieux Épiphanes, manifestation de Ptah, celui qui établit la Maât de Rê, l’élu d’Amon)|. 4 Le fils de Rê (Ptolémée, vivant à jamais, aimé de Ptah)|. 5 Les deux dieux Philométors.

Toute protection, vie et force autour de lui, comme Rê éternellement.

97Dieu :

6 ḏd-mdw (j)n H̱nmw-Rʿ [nb Tȝ-s]ny 7 -[…] smsw Tȝ-ṯnn m šȝʿ b 8 Nḥb-kȝw nḥb kȝw c

9dj.j n.k ḥtpw wrw ḳmȝ tȝ

10[dj.j] n.k […] … […]d

6 Paroles à dire par Khnoum-Rê, [seigneur d’Es]na,7 […], l’aîné, Tatenen au commencement, 8 Nehebkaou, celui qui apporte les nourritures :

9 « Je te donne de nombreuses offrandes que crée la terre.

10 [Je] te [donne] […] … […]. »

Notes 

98a Seule attestation sur la façade ptolémaïque d’Esna de la désignation nṯrw mryw mwt en sa forme duelle. Cela conduit S. Sauneron à ajouter « sic » dans son édition du passage. Elle se trouve, néanmoins, encore une fois sur le mur arrière : Image (Esna VII, 643, 3). Pour les conclusions au niveau de la datation, qui peuvent se déduire de l’emploi de ces graphies duelles, voir Preys 2017, p. 339‑340.

99b La lecture du nom divin Tatenen plutôt que du participe ṯn « distingué, élevé » tout simplement pour Image , comme le fait LGG VII, 471a (seul exemple répertorié de l’épithète ṯn m šȝʿ « Der erhabene am Anfang »), serait soutenue par la mention successive de Tatenen et Nehebkaou comme formes de Khnoum-Rê latopolitain sur d’autres témoignages du temple d’Esna (II, 17, 10-11 ; III, 225, 13 (32)). Pour d’autres attestations de Tȝ-ṯnn m šȝʿ à Esna, voir LGG VII, 349b.

100c Pour les possibles traductions de nḥb kȝw comme « celui qui apporte les nourritures » ou « celui qui approvisionne les kaou » d’après des parallèles de cette expression dans le temple d’Esna, voir Fernández Pichel 2018, p. 29, n. (j) ; 32-33.

  • 38   Quelques vestiges dans la partie médiane de la colonne sont également à signaler ((...)

101d Le datif habituel débutant la formule et le signe Image à la toute fin sont les seuls éléments identifiables avec certitude de la colonne 1038. Malgré le peu d’indices pour une restitution du texte, la combinaison des inscriptions des colonnes 9 et 10 permet de supposer une référence aux offrandes issues de la terre (ḳmȝ tȝ) et du ciel ([…] pt). Les formules de contre-don d’une scène d’offrandes alimentaires de la salle hypostyle du temple d’Opet indiquent justement : « Je te donne [toutes] les bonnes choses que crée la terre » (d.j n.k ḫt [nbt] nfr(t) ḳmȝ(t) tȝ) (Geb) et « je te donne la nourriture et les provisions que crée le ciel » (d.j n.k kȝw ḏfȝw ḳmȝ(w) pt) (Haroeris) (Opet I, 20 = KIU 4285, 10, 14). Comparer avec E VII, 215, 4 : « Je te donne toutes les offrandes que le ciel offre (dj(t) pt) et que la terre crée (ḳmȝ(t) ). » Voir également E VII, 289, 3.

1.12. Esna II, 43 :
montant nord, premier registre (offrande alimentaire) 

[fig. 14]

Description 

102La déesse Neith, coiffée de la couronne rouge et tenant le sceptre-wȝs, l’arc et les flèches en main gauche, reçoit les offrandes alimentaires de la part de Ptolémée VI Philométor. Le roi porte la couronne rouge, ainsi que l’uræus frontal.

Texte39

  • 39   Pour une traduction partielle de ces inscriptions, voir el-Sayed 1982, p. 618, doc. 999.

103Titre :

1 fȝ(t) ḫt ḏd-mdw […] [ḫt]2 nb(t) nfr(t) ḥtpw ḏfȝw tp(yw) wdḥw.ṯ a

1 Élever les offrandes. Paroles à dire : « […] 2 toutes les belles [offrandes], les offrandes-ḥtpw et les provisions qui sont sur ta table d’offrandes. »

104Roi :

3 nswt-bjtj (jwʿ-nṯrwy-pr(wy)-ḫpr(w)-Ptḥ-jrj-mȝʿt-Rʿ-stp.n-Jmn)| 4 sȝ-Rʿ (Ptwlmys-ʿnḫ-ḏt-mr(y)-Ptḥ)| 5 nṯrw mryw mwt

sȝ ʿnḫ wȝs nb ḥȝ.f mj Rʿ ḏt

3 Le roi de Haute et Basse Égypte (héritier des dieux Épiphanes, manifestation de Ptah, celui qui établit la Maât de Rê, l’élu d’Amon)|. 4 Le fils de Rê (Ptolémée, vivant à jamais, aimé de Ptah)|. 5 Les dieux Philométors.

Toute protection, vie et force autour de lui, comme Rê éternellement.

105Déesse :

6 ḏd-mdw (j)n Nt wrt mwt-nṯr nb(t) Tȝ-sny7 ḥḳȝt m pt wsrt m tȝbwʿt nn8 […] r ʿḥʿ ḥr nstcḫʿ9nb ẖr st r(ȝ).s

10dj.n(.j) n(.k) ḏfȝw [j]n ḥʿpy

11dj.j n.k kȝw pr(w) m ȝḫt

6 Paroles à dire par Neith la grande, mère du dieu, maîtresse d’Esna, 7 régente dans le ciel, puissante sur terre, l’unique, sans 8 […] pour monter sur le trône, 9 le seigneur apparaît à son ordre :

10 « (Je te) donne les provisions que la crue [appo]rte.

11Je te donne la nourriture issue des champs. »

Notes 

  • 40   Si le sens de la formule semble bien établi, l’estimation de la place que notre restitution du te (...)

106a L’édition de S. Sauneron ne reproduit pas dans le titre de la scène la graphie complète de ḫt, qu’il faut amender Image . Pour la partie en lacune, on songe aisément à mn n.ṯ « Prends pour toi » introduisant ensuite l’énumération des produits placés sur la table d’offrandes de la divinité : offrandes-ḫt et ḥtpw et les provisions-ḏfȝw40. À ce propos, comparer avec V, 112, 5-6 ; E VIII, 163, 12-13 ; Esna III, 227, 1-2. Concernant le suffixe .de wdḥw, absent de la colonne 2 dans l’édition de S. Sauneron, il est encore visible sur place.

107b Seule attestation de ḥḳȝt m pt dans le temple d’Esna enregistrée dans LGG V, 542b-c. Comme dans notre exemple, d’autres textes témoignent de la paire formée par cette désignation et wsrt m tȝ (D IV, 134, 14-15 ; XI, 151, 4). Une variante de cette formule, servant à décrire Nebtou et Isis, est attestée à Esna : ʿȝt m pt wsrt m tȝ « grande dans le ciel, puissante sur terre » (Esna IV, 404, 3 ; VI, 478,14 ; VI, 519, 11).

  • 41   Voir les références dans LGG VII, 567a.
  • 42   Voir les références dans LGG VI, 690a. Le renvoi dans cet ouvrage à KO 743 pour stpt mr.s r [ʿḥʿ] (...)

108La présence de Image précédant la lacune permettrait d’envisager une lecture wʿt nn [sn-nwt.s] « l’unique sans [son égal] », épithète portée par Neith à trois reprises à Esna : III, 334, 16 ; VI, 484, 14 et VI, 528, 8. Concernant la suite de l’inscription, il manque le début de la désignation […] r ʿḥʿ ḥr nst. Dans cette position, LGG enregistre dans peu d’exemples les verbes dhn et stp, toujours en emploi transitif. En ce qui concerne le premier, les déesses Hathor et/ou Isis sont présentées comme « celle qui désigne celui qu’elle aime pour monter sur le trône » (dhnt mr.s r ʿḥʿ ḥr nst), « celle qui désigne celui que son cœur souhaite pour monter sur le trône » (dhnt ȝb jb.s r ʿḥʿ ḥr nst) et « celle qui désigne celui qu’elle souhaite pour monter sur son trône » (dhnt ȝb.s r ʿḥʿ ḥr nst.f)41. Quant à stp, Isis est « celle qui choisit celui que son cœur souhaite pour monter sur le trône » (stpt ȝb jb.s r ʿḥʿ ḥr nst) et « celle qui choisit celui qu’elle aime pour [monter] sur le trône » (stpt mr.s r [ʿḥʿ] ḥr nst)42. Le sens du passage fragmentaire d’Esna II, 43, 8 serait sans doute à intégrer dans le même contexte, d’autant plus que dans deux témoignages provenant du temple d’Edfou et de Philae quelques-unes de ces désignations sont précédées ou suivies, comme à Esna, par ḫʿ nb ẖr st r(ȝ).s (E VII, 253, 13 ; Philä II, 9, 17-18). Étant donné le peu de place qui demeure entre notre restitution de nn sn-nwt.s et la préposition r après la lacune (en toute apparence un seul cadrat), seule une graphie abrégée du participe initial et du/des mot(s) concernant le destinataire de la dignité royale serait pourtant envisageable (peut-être Image  ?).

1.13. Esna II, 44 :
montant sud, bandeau du soubassement 

[fig. 15]

Texte 

[sbȝ šp]s jr.n nswt-bjtj (jwʿ-n-nṯrwy-pr(wy)-ḫpr(w)-Ptḥ-jrj-[mȝʿt]-Rʿ-stp.n-Jmn)| r[n].f nfr mr[...] 

[La porte vénéra]ble qu’a faite le roi de Haute et Basse Égypte (héritier des dieux Épiphanes, manifestation de Ptah, celui qui établit [la Maât] de Rê, l’élu d’Amon)|. Son beau no[m] (est) […].

1.14. Esna II, 45 :
montant nord, bandeau du soubassement 

[fig. 16]

Texte 

[sbȝ] šps jr.n sȝ-Rʿ (Ptwlmys-ʿnḫ-ḏt-mr(y)-Ptḥ)| nṯrw mr(yw) mwt rn.f nfr […] a

[La porte] vénérable qu’a faite le fils de Rê (Ptolémée, vivant à jamais, aimé de Ptah)|, les dieux Philométors. Son beau nom (est) […]. 

Notes 

  • 43   Grothoff 1996, p. 355‑356.
  • 44   Grothoff 1996, p. 509.
  • 45   Publié par Fernández Pichel 2018, pl. 21 (partie supérieure, au crayon pour Esna II, 44 et à l’en (...)
  • 46   Grothoff 1996, p. 358.

109a Pour la formule initiale sbȝ šps jr.n + protocole royal dans le décor des bandeaux des soubassements des portes, voir les exemples du temple d’Edfou (E III, 59, 6 ; III, 63, 16 ; III, 74, 12 ; III, 79, 7)43 et de Dendera (D IX, 15, 16 ; IX, 18, 7)44. Ensuite, rn.f nfr introduit le nom de la porte proprement dite. Pour cette expression, voir Grothoff 1996, p. 202‑212. Ni la copie des deux textes par Charles Wilbour (W II K9)45 ni celle dans Brugsch 1891, p. 1369 (g) du bandeau du montant nord ne permettent de compléter les lacunes de la fin des lignes. Néanmoins, d’après les quelques signes reproduits par l’édition de S. Sauneron, on constate deux désignations différentes de la porte. Cette divergence, voire complémentarité, est également attestée dans le cas de l’accès à la seconde salle hypostyle d’Edfou (E II, 21, 2 ; II, 26, 2)46.

2. Analyse Du décpr du portail ptolémaïque

  • 47   Derchain, Recklinghausen 2004, p. 118‑155, notamment.
  • 48   Fernández Pichel 2018, p. 162-166.
  • 49   Afin de ne pas trop alourdir le texte au moyen de la mention complète de chaque scène (Esna II, 3 (...)

110La traduction des textes inscrits sur le portail comme l’observation de quelques éléments de l’iconographie et du choix des divinités représentées permettent de déceler de subtiles correspondances entre les différentes scènes d’offrandes qui constituent son décor. Dépassant ce premier niveau d’analyse, il est possible également de constater des rapports thématiques évidents entre ce monument et les inscriptions des deux côtés de la façade ptolémaïque du temple. Sur ce dernier point, l’ouvrage de Ph. Derchain et D. von Recklinghausen demeure un outil fondamental47. Des conclusions de ces auteurs, on retiendra l’élaboration sur la façade ptolémaïque d’Esna d’un ensemble complexe de théologie religieuse valant, pour reprendre la définition qu’ils en donnent, « poème de la création ». Plus récemment, la traduction et l’étude des longs hymnes des soubassements de la façade (17-31) ont révélé leurs nombreuses analogies thématiques avec le décor de la façade elle-même48. Il restait à intégrer les scènes du portail dans l’analyse globale du décor de cette aire du temple49. Dans cette perspective, cette contribution cherche à établir les théologies mises en exergue par les hiérogrammates d’Esna dans les inscriptions qui ornent le portail, selon les principes fondamentaux de la « grammaire du temple ».

  • 50   Pour les deux générations divines d’Esna, voir Fernández Pichel 2018, p. 149‑158.
  • 51   Dans ces séquences typologiques, l’équivalence des différentes scènes d’offrandes végétales et de (...)

111En prélude à l’étude approfondie des différentes scènes d’offrandes des montants et du linteau du monument, quelques observations générales s’imposent. En premier lieu, on note que certains motifs iconographiques répondent à une distribution géographique précise. Ainsi, sur les scènes extérieures du linteau et celles du premier registre des montants, les couronnes portées par le roi renvoient aux directions cardinales, comme cela se vérifie fréquemment dans plusieurs espaces des temples égyptiens : dans les scènes 34 et 42, du côté sud, Ptolémée VI Philométor est coiffé de la couronne blanche de Haute Égypte, tandis qu’il est figuré avec la couronne rouge de Basse Égypte sur le côté nord (35 et 43). Cette orientation spatiale se remarque également dans les groupements des divinités sur le linteau. Ainsi, sur sa moitié sud, les scènes 32 et 34 présentent respectivement Khnoum-Rê nb Tȝ-sny « seigneur d’Esna » et Neith patronne de la même localité comme principaux bénéficiaires des offrandes ; sur la moitié nord, ce sont Khnoum-Rê de la campagne (33) et Menhyt-Nebtou (35). Ces deux couples constituent les générations divines successives des théologies latopolitaines, la première concernant les dieux du temple d’Esna lui-même (sud), et la seconde ceux du sanctuaire de la campagne nord50. En second lieu, il existe une relation thématique entre les offrandes représentées. La position des scènes de la Mâat dans le centre du linteau (32‑33) n’a en soi rien de particulier. Néanmoins, les scènes extérieures du linteau (34-35) et celles du quatrième registre (36-37) regroupent les thèmes souvent apparentés de la toilette et de la parure des divinités. En outre, les trois premiers registres des montants du portail montrent les offrandes liquides du vin et de la bière (38-39), ainsi que le don des plantes (40-41) et des aliments (42-43). Il s’agit bien du thème de l’approvisionnement et du don des produits du sol. Cette succession verticale peut être comparée à celle du premier registre de la moitié nord de la façade ptolémaïque, qui montre la contiguïté horizontale de l’offrande de la campagne (29), du vin (28) et des aliments (26-27)51.

  • 52   Voir, parmi d’autres, D VII, 45, 12-46, 3 et VII, 83, 10-84, 6 ; D XI, 84, 8-85, 6 et XI, 100, 15 (...)
  • 53   Par exemple, D I, 24, 12-25, 11 et I, 25, 13-26, 13 ; D IX, 222, 3-11 et IX, 236, 12-237, 5 ; Phi (...)
  • 54   Voir D I, 112, 11-113, 5 et I, 144, 13-145, 8 ; E IV, 76, 15-77, 12 et IV, 233, 8-234, 5 ; KO II, (...)
  • 55   Voir E V, 247, 10-248, 2 et V, 299, 7-18 ; Favard-Meeks 1991, p. 215, 219, fig. I, IV.
  • 56   Voir, entre autres, D IV, 134, 7-135, 5 et IV, 117, 9-118, 9 ; D IX, 144, 13-145, 5 et IX, 158, 1 (...)
  • 57   La correspondance visuelle entre les scènes des linteaux des deux portes n’est pourtant pas direc (...)

112Quant à la position des différentes scènes du portail, la symétrie entre les types d’offrandes sélectionnées sur les quatre registres des montants est fréquemment attestée ailleurs. C’est le cas des offrandes de bouquets montés (40) et de plantes fraîches-rnpt (41) (deuxième registre)52, de vin (38) et de bière (39) à des divinités féminines (troisième registre)53, ainsi que des offrandes d’aliments (42 et 43) (premier registre)54. Des scènes du collier-wsḫ sont aussi liées à celles des vêtements-mnḫt (36-37) (quatrième registre) dans quelques témoignages tardifs, qui sont cependant moins nombreux que les précédents55. En ce qui concerne le linteau, le rapport entretenu entre deux scènes de l’onguent-mḏt (34-35) est attesté à plusieurs reprises56. Parmi les exemples que l’on peut relever, la même symétrie est à signaler sur le linteau brisé qui se trouve du côté ouest de la porte centrale du pronaos romain d’Esna (145-149), ces deux scènes étant situées face à celles du portail ptolémaïque57.

113On constate la présence de quelques scènes d’offrandes du même type que celles du portail sur les deux môles de la façade ptolémaïque. Nous avons déjà évoqué l’offrande des aliments (26) et du vin-jrp (28) dans le premier registre du môle nord. À cela il convient encore d’ajouter, dans le deuxième registre, les correspondances entre des scènes de Maât (11-25), d’une part, et de l’offrande du collier (8-22), de l’autre. Un dernier exemple reste à signaler : celui de l’offrande des vêtements-mnḫt (18) dans le troisième registre du môle nord.

  • 58   Probablement aussi celles du quatrième registre, qui montre la couronne-sḫmty sur le montant sud, (...)
  • 59   La représentation de la couronne de Geb est habituelle dans les scènes du don des plantes-rnpt da (...)
  • 60   Esna VI, 517 ; VII, 601. Comparer avec Esna III, 243. Pour la couronne de Geb dans ce type de scè (...)
  • 61   Pour le roi coiffé de la couronne-ȝtf dans quelques exemples de l’offrande des bouquets montés, v (...)
  • 62   Sur les montants de la porte de la paroi nord du vestibule central du temple de Dendara, deux pai (...)
  • 63   Voir, par exemple, D II, 135, 8-136, 2, pl. 79 (ms msw) et II, 136, 4-17, pl. 79 (ḥnksḫt) ; D II, (...)

114Une correspondance spatiale peut encore être soulignée entre les couronnes portées par le roi sur les deux côtés du linteau et sur les montants. En plus de la symétrie des couronnes représentées dans les scènes du centre du linteau (double couronne-sḫmty) et du troisième registre des montants (couronne bleue, disque solaire et plumes à uræi)58, rappelons en effet la complémentarité existant entre les couronnes du premier registre et celles de l’extérieur du linteau (couronne blanche au sud et couronne rouge au nord). Il reste à expliquer les scènes du deuxième registre, où le roi est coiffé de la couronne de Geb (41) et de la couronne-ȝtf (40). La présence de la première couronne dans le contexte des offrandes florales et des plantes est très largement attestée, en raison de l’assimilation courante de Geb au sol égyptien et à ses produits59. Dans le cas d’Esna, dans deux des trois scènes du don de bouquets-msw répertoriés, c’est cette couronne qui fait partie des regalia ornant la tête du pharaon60. La scène 40 du portail en serait la seule exception, la couronne-ȝtf étant à cette occasion la couronne représentée. Pourtant, la couronne-ȝtf n’est pas inhabituelle dans ce type de scène61. À quelques reprises, les deux couronnes connaissent même une relation de symétrie62, comme dans le cas qui nous occupe, ou de contiguïté dans le décor des murs des temples63.

115Ce cadre général, purement descriptif, du portail étant posé, venons-en à l’analyse des théologies qui articulent la configuration de son décor pariétal. La nature architecturale du portail dicte un rapport essentiellement horizontal entre les différentes scènes disposées symétriquement des deux côtés de l’axe principal du temple. De ce fait, l’organisation des paragraphes qui suivent tient compte surtout de la distribution horizontale des scènes en registres, en offrant éventuellement des rapports verticaux avec d’autres scènes du portail et de la façade dans son ensemble.

  • 64   Sur ce sujet, voir notamment Preys 2006, p. 204‑205.
  • 65   Pour la signification de l’expression ṯs prt en contexte religieux, voir la bibliographie donnée (...)
  • 66   Voir la note c à la traduction d’Esna II, 33.
  • 67   Nebtou est « l’œil de Rê, maîtresse du ciel, souveraine de tous les dieux ». Pour ces épithètes p (...)
  • 68   Malgré l’absence du déterminatif du cobra pour wʿt dans l’édition de S. Sauneron, il est visible (...)

116En ce qui concerne le linteau, une correspondance existe entre les paires des scènes 32-34 (sud) et 33-35 (nord) envisagées séparément. Sur les premières, Khnoum-Rê nb Tȝ-sny (32) et Neith nbt Tȝ-sny (34) sont les principales divinités représentées. Des épithètes portées par le dieu bélier sur la colonne marginale, il ne reste que sḫm m nṯrw nb nḥp […] « puissant parmi les dieux, le créateur, celui qui façonne au tour […] ». Cette désignation présente Khnoum-Rê sous sa forme de créateur, tel qu’il est souvent révéré dans les textes du temple. La couronne aux plumes d’autruche qui coiffe sa tête renforce la dimension primordiale et démiurgique de son œuvre64. Quant à Neith, elle est « celle qui lie la semence des dieux et des humains », fonction génésique qui lui est fréquemment attribuée à Esna65. Si l’on regarde ensuite la seconde paire de scènes du linteau, dans la scène 33 Khnoum-Rê nb sḫt intervient comme responsable des travaux agricoles (colonne marginale), identifié ainsi à Chou dans la campagne nord d’Esna66. Que dans cette fonction sa parèdre soit Nebtou « Maîtresse de la campagne », n’a donc rien de surprenant. La titulature de la déesse établit d’ailleurs son rapport avec l’œil de Rê et l’uræus protecteur de la divinité solaire67, aspects présents également dans la description de Menhyt-Nebtou comme avatar de la Lointaine dans la scène 35 où elle reçoit la désignation de wʿt « la seule68 ». La formule de contre-don de cette dernière scène est encore une allusion au comportement agressif de la déesse, qui concède au roi la victoire face aux ennemis. La complémentarité de Khnoum-Rê de la campagne (= Chou) et de la déesse uræus en tant que Menhyt-Nebtou de Ḫnty-tȝ est aussi attestée sur les scènes symétriques 8 et 22 de la façade ptolémaïque. La caractérisation des divinités représentées sur la moitié nord du linteau renverrait ainsi au mythe du retour de la Lointaine à Esna, dans lequel aussi bien Nebtou que Menhyt-Nebtou permettent la croissance de la végétation dans les champs en tant qu’incarnations des forces germinatives de la nature. Sur ce rôle des divinités, le contenu de la scène 40 du portail se veut plus explicite, en représentant Menhyt-Nebtou dans le cadre de l’offrande des bouquets montés. À cette occasion, comme dans le cas du linteau, une correspondance spatiale s’établit avec la représentation de Khnoum-Rê de la campagne (41). En résumé, l’analyse des groupements divins des scènes du linteau du portail permet d’identifier les acteurs et quelques-uns des événements mythiques en rapport avec le temple de la ville (la création par Khnoum-Rê et Neith) et la campagne septentrionale d’Esna (le retour de la Lointaine).

Image

  • 69   Une possible lecture Menhyt-Sekhmet-Bastet du nom de la déesse a été proposée dans la note c de l (...)
  • 70   En raison de l’attestation de deux épithètes de Heka à Esna exprimant la paternité de Khnoum-Rê n (...)
  • 71   Les caractéristiques de ce décor « en grisaille » ont été exposées par Preys 2021, p. 99-128 (not (...)

117En gardant à l’esprit la nette appartenance géographique nord-sud des divinités récipiendaires de l’offrande sur les scènes du linteau, on peut encore analyser le rôle des divinités féminines représentées dans les scènes 32 et 33. Tout d’abord, Menhyt-Sekhmet-[…]69, dans la scène 32 (côté sud) est la « maîtresse de Wpt-tȝ », désignation à rapprocher de nbt Ḫnty-tȝ, portée par Menhyt-Nebtou dans la scène 35. Ensemble, ces toponymes soulignent le jeu d’allusions au mythe de la Lointaine et à son séjour dans le sud, en Nubie, d’où elle fut ramenée et apaisée en Égypte. Cela rattache Menhyt-Sekhmet-[…] au thème principal de la moitié nord du linteau, tout comme la filiation de Heka dans la scène 34, qui le présente comme sȝ Sḫmt. Puis, dans la scène 33 (côté nord) nous avons signalé la présence de Nebtou aux côtés de Khnoum-Rê nb sḫt, dieux de la campagne. Elle entretient de surcroît un rapport évident à Menhyt-Nebtou dans la scène 35, comme divinité uræus. Néanmoins, elle est désignée nbt Tȝ-sny « maîtresse d’Esna », renvoyant ainsi au thème du décor de la moitié sud du linteau. Encore une fois, Heka fournit un indice éclairant sur ce point : dans la plupart des cas où l’épithète ʿȝ wr tpy n H̱nmw est attestée à Esna, et malgré l’absence de spécificité concernant la forme précise du dieu, un lien est établi avec Khnoum-Rê nb Tȝ-sny ou avec les divinités du temple majeur de la ville70. De ces informations, il ressort que le décor du linteau est conçu de façon à évoquer le thème théologique de la création (côté sud) et le mythe de la Lointaine (côté nord), mais qu’une transition est faite dans ces scènes de manière à introduire les théologies de la moitié opposée. C’est ainsi que Menhyt-Sekhmet-[…], dans la scène 32, se rattache au thème de la Lointaine et apparaît clairement liée à la création maternelle, comme Sekhmet mère de Heka en 34, ce qui renvoie aussi, en dernier ressort, à la déesse Neith, mère par excellence à Esna. Quant à Nebtou, dans la scène 33, elle est, au premier degré, intégrée dans la constellation divine du nord d’Esna, mais en tant que nbt Tȝ-sny, son appartenance au côté sud du linteau reste évidente. Cette caractérisation de la déesse s’accorde bien avec la filiation à Khnoum indiquée pour Heka enfant71.

  • 72   Pour ce type de scène, on trouve des parallèles aussi bien sur la façade ptolémaïque (scènes 8 et (...)
  • 73   Pour la récurrence de ces thématiques héliopolitaines associées au collier-wsḫ, voir Beaud 1990, (...)
  • 74   Une description de ce thème dans le contexte de l’offrande du collier-wsḫ se trouve dans Beaud 19 (...)
  • 75   Voir la note a de la traduction d’Esna II, 36. Pour l’offrande de la couronne de justification à (...)
  • 76   Voir Beaud 1990, p. 58, 61 ; Handoussa 1981, p. 148.
  • 77   Voir WPL, p. 1026‑1027, ainsi que la note d de la traduction d’Esna II, 37.
  • 78   Par exemple, dans Bresciani, Pernigotti 1978, p. 52‑53, doc. B.8 e ; Opet I, 90 (= KIU 1754, 15), (...)
  • 79   Pour šṯ comme protection et son rapport au thème de la victoire sur les ennemis, voir E V, 190, 3 (...)
  • 80   Pour une synthèse des aspects royaux de la couronne-ȝtf, voir Richter 2016, p. 57‑58 ; Fernández (...)

118Le quatrième registre des montants figure l’offrande du collier-wsḫ (36) et des vêtements-mnḫt (37) à Khnoum-Rê d’Esna72. L’étude de la première de ces scènes rend explicite le composant héliopolitain de certains de ses motifs : d’après le texte de la formule, le collier lui-même, assimilé à la guirlande-mȝḥ, appartient à Atoum, et la légende de la divinité définit Khnoum-Rê comme Chou, fils de la divinité solaire et créateur aérien en sa qualité de js-nȝw. La généalogie ainsi exprimée assure le lien entre cette scène et Esna II, 8, qui présente à nouveau la création de Chou et Tefnout à l’occasion de l’offrande du collier73. Un autre aspect souvent en rapport avec ce type d’offrande concerne la confirmation et la légitimité royale74. À ce sujet, les deux scènes du montant trouvent une unité de sens grâce au texte et à l’image. Tout d’abord, dans la scène 36, l’épithète ḥry-nst Jtm désignant Khnoum-Rê (= Chou) insiste sur la succession père-fils au trône divin. De plus, nous avons fait état des analogies entre la guirlande-mȝḥ d’Atoum et la couronne de justification75. Les formules de contre-don visent à confirmer et perpétuer la fonction royale à travers l’évocation du triomphe sur les ennemis et la soumission des peuples étrangers, en accord avec la fonction protectrice dévolue au collier lui-même76. En ce qui concerne la scène 37, le dieu, qualifié de « celui qui est sur son grand trône », donne les vêtements de justification (šrt nt mȝʿ-ḫrw) et l’apparition (glorieuse) d’Horus (ḫʿw n Ḥr m šṯw.f) à Ptolémée VI Philométor en échange de l’offrande. La signification des premiers, comme on l’a suggéré, serait rattachée aux vêtements šrt nt Ḥr, dont le rapport à l’héritage royal d’Horus est indiqué par plusieurs exemples du temple d’Edfou77. Quant à la seconde, des emplois de l’expression ḫʿw n Ḥr associent nettement le roi à Horus détenteur de la souveraineté et des attributs de la royauté78. La mention ensuite des étoffes-šṯw met en avant le rôle prophylactique de la parure divine, qui la relie, comme le collier-wsḫ, au thème de la victoire sur les ennemis et en fait le garant de la continuité de la fonction royale79. Dans ce contexte, le choix de représenter Khnoum-Rê coiffé de la couronne-ȝtf dans les deux scènes ne serait pas un hasard. En effet, à côté de la signification nettement funéraire qu’elle revêt, on connaît les évidentes connotations royales de cette couronne, notamment en rapport avec Rê et Osiris, possesseurs légitimes du pouvoir parmi les dieux, mais aussi Hérichef, d’après les théologies héracléopolitaines80.

  • 81   Voir Esna II, 28 ; II, 122 ; III, 244 ; VI, 479 ; VI, 483 ; VI, 485 ; VI, 515 ; VI, 524 ; VI, 527 (...)
  • 82   Une description des festivités de Khoiak à Esna se trouve dans Sauneron 1962 (éd. 2012), p. 53‑67 (...)
  • 83   Voir Sauneron 1962 (éd. 2012), p. 60‑62. Pour la danse-wrh, voir également Fernández Pichel 2018 (...)
  • 84   Voir la note d de la traduction d’Esna II, 39. Pour Nebtou comme « maîtresse de la danse-wrh », v (...)

119Le don de vin à Neith (38) et de bière à Nebtou (39) est figuré sur le troisième registre du portail. Si pour le don du vin nous avons plusieurs exemples à Esna81, en ce qui concerne l’offrande de la bière, la scène 39 et probablement Esna II, 312 (fragmentaire) en sont les seuls exemples dans la partie conservée du temple. À propos de la description de Neith et de Nebtou dans les scènes 38 et 39, à côté de leurs épithètes habituelles, la première est qualifiée de « celle qui fonde la terre avec le fruit des [champs] » (grg(t) m pr(t) [ȝḫt]), une allusion à la dimension créatrice de la déesse, tandis que Nebtou est « maîtresse de l’ivresse, celle aux nombreuses fêtes » (nb(t) tḫ ʿšȝ(t) ḥbw). La réjouissance et l’ébriété conférées par les boissons alcoolisées sont également mises en exergue dans leurs formules de contre-don. De premier abord, on constate alors sur ce registre la dualité création-mythe de la Lointaine attestée sur le décor du linteau. Neith est néanmoins aussi liée à ce dernier thème, vu que les offrandes représentées sont souvent associées aux rites féminins de l’apaisement et de l’enivrement des déesses dangereuses. Les scènes 38 et 39 rendent ainsi explicite l’association du thème de la fertilité de la nature aux célébrations organisées à l’occasion du retour de la Lointaine, dont l’expression la plus achevée se retrouve à Esna, dans certains épisodes des festivités du début du mois de Khoiak82. Au cours de ces festivités, la déesse rend visite à son frère, Chou (= Khnoum-Rê nb sḫt de la campagne nord), qui exécute alors la danse-wrh en son honneur83. Cette particularité rendrait vraisemblable notre proposition de lecture nb(t) [wrh] « maîtresse de [la danse-wrh] » pour la partie finale de la légende de Nebtou dans la scène 3984. Sur la façade ptolémaïque du temple, la symétrie entre la scène de l’offrande du vin à Neith sur le premier registre du môle nord (28), où la déesse est également décrite comme créatrice (en tant que « celle qui fonde la terre avec le fruit des champs »), et celle des sistres, qui est consacrée à cette même déesse sur le môle sud (14), reprend la plupart de ces mythèmes. Cependant, à la différence de ces deux cas et de celui, signalé, de la scène 35, dans les scènes 38 et 39 il ne s’agit plus de souligner l’aspect agressif des déesses représentées, mais de décrire Nebtou, et dans une moindre mesure Neith, toutes deux pacifiées par l’enivrement.

  • 85   Pour le corpus de scènes de l’offrande des bouquets montés à Esna, voir les tableaux dressés par (...)
  • 86   À ce propos, voir Sauneron 1962 (éd. 2012), p. 137‑139, qui traduit et commente les inscriptions (...)
  • 87   Par exemple, Esna III, 285, 15 ; III, 290, 20.
  • 88   Le rapport de Khnoum de la campagne en tant que vent-pilier aérien-jwn à la croissance végétale e (...)
  • 89   Le texte Esna III, 380, 25-27 est un des plus explicites en ce qui concerne la description de l’a (...)
  • 90   Pour le mythème de l’œil de Rê dans le contexte de la Lointaine, voir principalement Junker 1911, (...)
  • 91   Parmi les nombreux exemples de cette allitération, voir les exemples signalés dans Fernández Pich (...)
  • 92   Dans Esna VI, 482,10-11, Nebtou est « œil de Rê (jrt-Rʿ), celle qui est sur le grand trône, Tefno (...)
  • 93   Pour Chou/Tefnout dans les théologies d’Esna, voir principalement Fernández Pichel 2018, p. 152‑1 (...)

120Au même ensemble thématique correspondent les scènes du deuxième registre du portail, dont les offrandes représentées constituent, comme dans les scènes 38 et 39, des dons de la terre, apportés par les dieux : les bouquets montés-msw (40) et les plantes-rnpt (41). Malgré la relative abondance de ce type de scènes dans les temples tardifs, elles ne sont pas représentées ailleurs sur la façade ptolémaïque d’Esna et pour le cas des scènes ḥnk rnpwt, l’exemple de la scène 41 est même le seul attesté dans la partie conservée du temple85. Les bouquets-msw et les plantes-rnpt sont toutefois mentionnés parmi les offrandes végétales réunies pendant les cérémonies initiales de la fête du premier jour du mois de Phamenoth à Esna86. Dans ces témoignages, le nom de Khnoum-Rê nb sḫt est mentionné à plusieurs reprises, qui en fait la principale divinité bénéficiaire des produits champêtres87. Le même commentaire vaut pour la scène 41, où le dieu, recevant les plantes fraîches de la part de Philométor, est explicitement nommé comme une forme locale de Chou, présenté comme « directeur des champsde Rê, le vent qui fait pousser les herbages88 ». La présence de Menhyt-Nebtou sur la scène symétrique du côté sud (40) ne fait qu’insister sur l’association déjà attestée des divinités de la campagne nord d’Esna dans le contexte de la fertilité et de la croissance végétale89. Cet aspect est clairement exprimé par les formules de contre-don, qui évoquent les fleurs de lotus, les fleurs rnpwt, ḥrrw(t) et, d’après notre restitution, une plantation de fleurs-šmȝw. On relève la même parenté au niveau lexicographique dans les titres et les formules des deux scènes. Un autre aspect de la déesse permet encore de faire le lien avec le mythe de la Lointaine. La séquence d’épithètes mḥnt wrt ḥr(yt)-tp n(t) nṯr(w) nbw n nṯr mḥn.f sw [ḥr tp.s] de Menhyt-Nebtou dans les colonnes 7 et 8 de la scène 40 évoque le mythème de l’uræus divin protecteur. Plusieurs inscriptions tardives font allusion au retour de la Lointaine en Égypte, où elle retrouve son père Rê et se place sur sa tête sous forme d’œil ou d’uræus. Pour le premier de ces motifs, on a déjà signalé que la scène intérieure nord du linteau du portail (33) décrit Nebtou comme « œil de Rê (jrt-Rʿ), maîtresse du ciel, souveraine de tous les dieux90 ». Parmi les multiples témoignages du second à Esna, on remarque l’emploi habituel de l’allitération entre le nom de Menhyt et des désignations construites au moyen des mots mḥn/mḥnt91. Dans le rôle prophylactique ainsi exprimé, l’identification explicite de Menhyt et Nebtou à Tefnout n’est pas rare92. En outre, les passages Esna II, 6, 8-9 et II, 22, 8-9 de la façade ptolémaïque décrivent Menhyt-Nebtou comme « Tefnout, l’uræus de Rê » (ḥryt-tp nt Rʿ). Ces derniers exemples rendent encore plus net le rapport entretenu entre les divinités du deuxième registre du portail : comme forme de Tefnout à Esna, Menhyt-Nebtou est la parèdre de Khnoum-Rê de la campagne, que le texte de la scène 41 identifie explicitement à Chou93. Un chiasme est aussi mis en lumière avec les divinités représentées dans le registre précédent : Neith dans la scène 38 et Khnoum-Rê nb sḫt dans la scène 41 sont des dieux de la nature responsables de la naissance et de la croissance des plantes, tandis que dans les scènes 40 et 39, Menhyt-Nebtou incarne l’uræus protecteur et violent, Nebtou étant la déesse pacifiée au moyen de la bière.

  • 94   À Esna, comparer avec II, 26 ; II, 72 ; III, 227 ; VII, 584 ; VII, 631.
  • 95   Pour le rôle de pourvoyeur de Nehebkaou, voir notamment Klotz 2006, p. 48‑49, n. B ; Rickert 2011 (...)
  • 96   La fonction nourricière d’autres divinités du panthéon égyptien souvent représentées sous forme d (...)
  • 97   Dans Esna II, 26, 13-14, on affirme de Neith : « La vie et la mort lui appartiennent (n.s jmy ʿnḫ (...)
  • 98   Esna II, 26, 10-12.
  • 99   Esna II, 26, 17.
  • 100   Voir Hallof 2007, p. 124‑125.
  • 101   Voir les références signalées dans LGG V, 645c-646a.
  • 102   Voir Esna III, 225, 5 (5) (kȝ sṯy wtṯ nṯrw rmṯ) ; III, 346, 17 (kȝ sṯ ḥry nfrw (…) Ḥḥ twȝ nnt) ; (...)

121Le premier registre aborde, enfin, la question de l’approvisionnement par le biais de la représentation de l’offrande des aliments à Khnoum-Rê (42) et Neith (43). Les textes mentionnent les dons ḫt, ḥtpw, kȝw et ḏfȝw, habituels dans ce type de scènes94. Les formules de contre-don précisent, ensuite, leur origine : les eaux de la crue, les champs-ȝḫt et, dans un but globalisant, le ciel et la terre dans son ensemble. Ce cadre général s’accorde parfaitement avec la présentation de Khnoum-Rê dans la scène 42. À côté de sa nature primordiale, signalée par la désignation « l’aîné, Tatenen au commencement », le dieu est assimilé à Nehebkaou, dont le rapport aux aliments demeure évident d’après l’étymologie de son nom et le rôle que lui est souvent attribué dans les textes95. Son apparence ophidienne serait aussi à rapprocher de cet aspect96. De manière analogue, le serpent des origines Nehebkaou comme forme de Khnoum-Rê nb Tȝ-sny est lié à l’approvisionnement sur les premières colonnes de l’hymne du soubassement sud de la façade ptolémaïque du temple (Esna II, 17, 10-11). À cette occasion le dieu est également nommé « ce Tatenen, plus éminent que les autres dieux ». Dans la scène du montant nord du portail (43), de sa part, Neith est celle qui détermine le titulaire de la royauté sur terre, d’après notre restitution partielle de sa légende, et qui détient le pouvoir universel en sa qualité de ḥḳȝt m pt wsrt m tȝ. À cet égard, la scène 26 de la façade montrant Neith en train de recevoir la grande offrande-ʿȝbt, évoque sa puissance et son autorité sur la totalité de la création97. Le rapport de la déesse dans cette scène à la fertilité et l’approvisionnement se fait, d’une part, par l’intermédiaire de son caractère maternel (elle est en effet la grande vache-jht nourricière qui allaite et élève l’enfant98) ; d’autre part, la colonne marginale divine affirme : « (Neith est) celle qui étend [ses deux] (?) bras pour donner les offrandes-ḥtpw aux dieux et aux déesses99. » En ce qui concerne la scène 43, les formules de contre-don établissent un lien explicite avec le thème principal du premier registre du portail : Neith octroie au roi les provisions-ḏfȝw et les produits-kȝw. Dans le même contexte, la graphie Image de l’épithète wʿt portée par la divinité sur la colonne 7 définit une correspondance de symétrie avec la description de Khnoum-Rê dans la scène 42. Neith, serpent nourricier, forme ainsi un duo avec Khnoum-Rê/Nehebkaou « celui qui apporte les nourritures ». D’ailleurs, les épiclèses nb Tȝ-sny et nbt Tȝ-sny des deux divinités les présentent comme patrons du temple majeur de la ville. Dans celui-ci, le côté nord correspond habituellement à Neith et le côté sud à Khnoum-Rê, comme c’est aussi le cas dans le premier registre des montants de la porte100. Un dernier aspect doit être encore signalé. Au passage nous avons fait mention de Neith et de sa relation à la royauté terrestre en tant que « […] pour monter sur le trône,le seigneur (du pays) apparaît à son ordre ». Si pour la première épithète nous n’avons pas trouvé de parallèles à Esna, plusieurs attestations de ḫʿnb ẖr st rȝ.s témoignent de cette fonction de la déesse101. Dès lors, on constate la complémentarité de cette scène (43) avec celles du quatrième registre du portail. La montée au pouvoir décrite dans la titulature de Neith répond ainsi verticalement aux thèmes de la succession et de la légitimité royale inclus dans les inscriptions des scènes 36 et 37. De ce fait, une correspondance entre les scènes 42 et 37 serait également à considérer afin de justifier la présence d’un chiasme entre le premier et le quatrième registre des montants. Les motifs principaux de la scène 42 ayant été exposés, le seul indice pouvant lier ces scènes se trouve dans l’épithète ḥry st.f wrt portée par Khnoum-Rê d’Esna dans la scène 37. En effet, lorsqu’il reçoit cette désignation, le dieu apparaît souvent en lien avec la création initiale et la fertilité, comme en témoignent les thèmes de l’exhaussement du ciel, du bélier/taureau copulateur ou du créateur de la nature, qui lui sont associés dans les textes d’Esna102.

3. Conclusions

122L’analyse du décor du portail ptolémaïque d’Esna met en évidence un ensemble complexe de théologies, dont la récurrence sur les inscriptions de la façade et du pronaos témoigne de leur rôle central dans le fonctionnement aussi bien mythique que cultuel du temple. La position du portail dans l’axe principal de l’édifice y contribue tout autant. Les divinités d’Esna sont associées, entre autres, à la puissance germinative de la nature, à l’approvisionnement, à l’apaisement (grâce à des boissons alcoolisées), à la parure royale, à l’anéantissement des ennemis ou aux célébrations festives. Ces mythèmes apparemment distincts se combinent afin de mettre en exergue trois thèmes principaux : la création, le retour de la Lointaine et la justification et la succession royales.

123D’emblée, la création active du monde est l’apanage de Khnoum-Rê, qui façonne les hommes sur son tour de potier, et Neith d’Esna, dans son rôle éminent de déesse mère. Mais Neith est également à l’origine de la nature et de ses produits, ce qui la rattache à la forme de Khnoum-Rê vénéré dans la campagne nord.

  • 103   Le choix des mots utilisés dans les formules des scènes des troisième et deuxième registres des m (...)

124Nous avons signalé ensuite la fréquente allusion, sur le décor du portail, à quelques-uns des épisodes des célébrations en honneur de la Lointaine à Esna. La déesse assume la forme de Menhyt ou Nebtou, en leurs multiples syncrétismes, son parèdre étant Khnoum-Rê nb sḫt. Elle est l’uræus agressif qui éloigne les ennemis et retrouve son visage agréable et bienveillant par l’effet enivrant des boissons alcoolisées. Le sud lointain comme lieu d’origine de la déesse est suggéré par deux scènes du linteau qui mentionnent les toponymes Ḫnty-tȝ et Wpt-tȝ. Arrivée à Esna, Menhyt-Nebtou s’avance vers le temple de la campagne nord, ce parcours recréé à l’occasion des festivités de Khoiak rappelant son déplacement sud-nord depuis la Nubie. Sa venue suscite la croissance de la végétation et le renouvellement cyclique de la nature103, comme on a pu le signaler dans le commentaire des scènes du deuxième registre. Dans celles du troisième registre, au-dessus d’elles, Neith et Nebtou répandent la joie et l’allégresse, l’enivrement étant accordé à ceux qui participent à cet événement annuel. La restitution de l’épithète nbt wrh de Nebtou, partiellement en lacune dans la scène nord du registre, pourrait fournir encore un indice non négligeable de l’appartenance de cette scène au thème de la Lointaine : Khnoum-Rê de la campagne, c’est-à-dire Chou, accueille la déesse et exécute la danse-wrh en sa présence. L’installation de l’uræus protecteur sur le front des divinités serait, enfin, liée au thème du retour de l’œil solaire. Comme telle, la déesse se réunit à son père Rê, dont la personnalité est assumée par Khnoum-Rê à Esna.

  • 104   Pour les correspondances spatiales entre ces scènes, voir Derchain, Recklinghausen 2004, p. 125‑1 (...)
  • 105   L’identification du type précis de collier représenté dans cette scène et de sa désignation dans (...)

125Ainsi, le décor du portail fait apparaître les personnages principaux du mythe de la Lointaine en sa variante locale latopolitaine. Un accent particulier est mis sur les divinités féminines et sur la localisation des évènements dans la campagne nord. Le déroulement de ces évènements peut être restitué grâce aux informations fournies par les inscriptions des colonnes du pronaos romain du temple, qui concernent les festivités du calendrier religieux d’Esna. À l’époque ptolémaïque, le décor de la façade confère déjà une place privilégiée au mythe et à ses épisodes. C’est ainsi que les offrandes de l’œil-wḏȝ à Menhyt-Nebtou (6), des miroirs à Nebtou-Menhy (10) et des sistres à Neith (14), toutes trois représentées sur le môle sud, répondent symétriquement, sur le côté nord, à l’offrande de la clepsydre-wnšb à Isis-Nebtou (24) et à celle du vin à Neith (28)104. Des allusions à la Lointaine sont également discernables dans la scène 22 à travers l’offrande du collier à Menhyt-Nebtou105.

  • 106   Voir notamment Esna II, 31, 48-56 (Fernández Pichel 2018, p. 123‑135).
  • 107   Pour cet épisode des festivités de Phamenoth, voir Sauneron 1962 (éd. 2012), p. 185‑244.

126Les inscriptions du portail concernent enfin l’avènement à la dignité royale et la la légitimité de son détenteur. Ainsi qu’on l’a signalé, trois scènes (celles du quatrième registre et celle du montant nord du premier registre) relèvent principalement de cette thématique générale. Tout d’abord, la succession monarchique reprend le modèle de la famille divine héliopolitaine dans l’évocation du collier-wsḫ et de la guirlande-mȝḥ. Neith, quant à elle, est chargée de choisir le détenteur terrestre de la dignité royale, comme le montre la scène du premier registre. Les attributs du pouvoir, tant les vêtements-šrt que les tissus-šṯw, participent à la proclamation de la légitimité à la fonction royale, dont la continuité est assurée par la victoire sur le chaos, personnifié par les ennemis-sbyw et les Neuf Arcs. Plusieurs éléments de la façade ptolémaïque insistent sur le thème de la royauté à Esna et contribuent à compléter les conclusions tirées de l’étude des textes et des images du portail. Ainsi, la scène 24 figure l’offrande de la clepsydre à Isis-Nebtou « souveraine (ḥḳȝt), qui a enfanté le souverain (ms(t) ḥḳȝ) » ; le culte aux rois ancêtres fait partie du décor du registre supérieur du môle sud de la façade (13) ; et un long passage décrivant l’étendue du pouvoir royal de Khnoum-Rê s’intègre dans la partie finale de l’hymne du soubassement nord (31)106, pour ne citer que quelques exemples. Dans le même contexte, il faudrait encore ajouter « le mystère de la naissance royale » intégré parmi les rites qui avaient lieu au début du mois de Phamenoth à Esna, d’après les inscriptions romaines du pronaos du temple107.

127Quand on envisage la configuration de ces thèmes, comme d’ailleurs des autres, sur le décor du portail, il ressort que les représentations et les textes des scènes répondent à une logique spatiale certaine. D’une part, les correspondances horizontales révèlent des symétries qui concernent la typologie des scènes sélectionnées (par exemple : bière-vin, plantes-msw et rnpwt ou onguent-mḏt à deux reprises) et contribuent à établir une unité de sens pour chaque registre. D’autre part, nous avons pu établir des rapports verticaux : les scènes du linteau et du registre supérieur constituent un ensemble lié au thème de la parure et de la toilette des divinités, tandis que les registres inférieurs sont consacrés à l’approvisionnement. Si on adopte ensuite une perspective théologique, les « renvois » d’une scène à une autre sont nombreux, notamment en ce qui concerne les thèmes principaux signalés.

  • 108   La présence de Khnoum-Rê d’Esna et Neith sur le côté sud fait également état de la préférence de (...)
  • 109   À ce propos, voir Fernández Pichel 2018, p. 149‑158, 164‑165.

128Une dernière remarque peut être faite, se rapportant à la figuration des générations divines des théologies latopolitaines. Sur le linteau du portail, la première génération (Khnoum-Rê et Neith) est représentée sur le côté sud, la seconde (Khnoum-Rê nb sḫt/Chou et Menhyt-Nebtou) l’est sur le côté nord. Cette disposition s’explique par le rapport qu’entretient le premier couple avec le temple d’Esna lui-même, et que le second a vis-à-vis de la campagne septentrionale108. Dans ces conditions, on comprend le choix, reposant sur les mêmes orientations cardinales, qui s’est porté sur ces divinités comme destinataires des hymnes des soubassements (Esna II, 17 et 31) et des textes du bandeau des soubassements (Esna II, 16 et 30)109.

129Des pages qui précèdent on peut donc déduire que la configuration sur le décor du portail et de la façade ptolémaïque dans son ensemble obéit à une cohérence thématique et spatiale qui concerne les acteurs divins représentés, mais aussi les lieux et les épisodes mythiques qui les mettent en jeu. C’est sur ce point que les conclusions de notre étude et celles tirées de l’analyse de Ph. Derchain et D. von Recklinghausen se rejoignent pour envisager l’élaboration d’un « poème pariétal » par les hiérogrammates du temple d’Esna.

Fig. 2. Élévation du portail ptolémaïque renvoyant aux scènes (Dessin : Florie Pirou).

Fig. 2. Élévation du portail ptolémaïque renvoyant aux scènes (Dessin : Florie Pirou).

Fig. 3. Esna II, 32.

Fig. 3. Esna II, 32.

© Sauneron 1965, ts_2021_00833

Fig. 4. Esna II, 33.

Fig. 4. Esna II, 33.

© Sauneron 1965, ts_2021_00834

Fig. 5. Esna II, 34.

Fig. 5. Esna II, 34.

© Sauneron 1965, ts_2021_00835

Fig. 6. Esna II, 35.

Fig. 6. Esna II, 35.

© Sauneron 1965, ts_2021_00836

Fig. 7. Esna II, 36.

Fig. 7. Esna II, 36.

© Sauneron 1965, ts_2021_00837

Fig. 8. Esna II, 37.

Fig. 8. Esna II, 37.

© Sauneron 1965, ts_2021_00838

Fig. 9. Esna II, 38.

Fig. 9. Esna II, 38.

© Sauneron 1965, ts_2021_00839

Fig. 10. Esna II, 39.

Fig. 10. Esna II, 39.

© Sauneron 1965, ts_2021_00840

Fig. 11. Esna II, 40.

Fig. 11. Esna II, 40.

© Sauneron 1965, ts_2021_00841

Fig. 12. Esna II, 41.

Fig. 12. Esna II, 41.

© Sauneron 1965, ts_2021_00842

Fig. 13. Esna II, 42.

Fig. 13. Esna II, 42.

© Sauneron 1965, ts_2021_00843

Fig. 14. Esna II, 43.

Fig. 14. Esna II, 43.

© Sauneron 1965, ts_2021_00844

Fig. 15. Esna II, 44.

Fig. 15. Esna II, 44.

© Sauneron 1965, ts_2021_00845

Fig. 16. Esna II, 45.

Fig. 16. Esna II, 45.

© Sauneron 1965, ts_2021_00846

Haut de page

Bibliographie

Backes 2001
B. Backes, Rituelle Wirklichkeit: Über Erscheinung und Wirkungsbereich des Webergottes Hedjhotep und den gedanklichen Umgang mit einer GottesKonzeption im Alten Ägypten, RitesEg 9, Bruxelles, 2001.

Beaud 1990
R. Beaud, « L’offrande du collier-ousekh », dans S. Israelit‑Groll (éd.), Studies in Egyptology Presented to Miriam Lichtheim, fasc. 1, Jérusalem, 1990, p. 46‑62.

Bresciani, Pernigotti 1978
E. Bresciani, E. Pernigotti, Assuan: Il tempio -tolemaico di Isi. I blocchi decorati e inscritti, BSAPis 16, Pise, 1978.

Broze, Preys 2021
M. Broze, R. Preys, La porte d’Amon le deuxième pylône de Karnak I. Études et relevé épigraphique (Ka2pyl nos 133), BiGen 63, Le Caire, 2021.

Brugsch 1891
H. Brugsch, Thesaurus Inscriptionum Aegyptiacarum: Altaegyptische Inschrifen IV, Leipzig, 1891.

Champollion 1845
J.‑F. Champollion, Monuments de l’Égypte et de la Nubie d’après les dessins exécutés sur les lieux II, Paris, 1845.

Charpentier 1981
G. Charpentier, Recueil de matériaux épigraphiques relatifs à la botanique de l’Égypte antique, Paris, 1981.

Clère 1961
P. Clère, La Porte d’Evergète à Karnak 2. Planches, MIFAO 84, Le Caire, 1961.

Collombert 2005
P. Collombert, « Renenoutet et Renenet », BSEG 27, juillet 2005, p. 21‑32.

Derchain 1955
P. Derchain, « La couronne de la justification. Essai d’analyse d’un rite ptolémaïque », ChronEg 30, 1955, p. 225‑287.

Derchain, Recklinghausen 2004
P. Derchain, D. von Recklinghausen, La création. Poème pariétal = Die Schöpfung: Ein Wandgedicht, RitesEg 10, Bruxelles, 2004.

Dittmar 1986
J. Dittmar, Blumen und Blumensträusse als Opfergabe im alten Ägypten, MÄS 43, Munich, 1986.

Egberts 2002
A. Egberts, « Substanz und Symbolik. Überlegungen zur Darstellung und Verwendung des Halskragens im Tempel von Edfu », dans H. Beinlich, J. Hallof, H. Hussy, C. von Pfeil (éd.), 5. Ägyptologische Tempeltagung, Würzburg, 23.-26. September 1999, ÄAT 33, Wiesbaden, 2002, p. 71‑81.

Erichsen 1954
W. Erichsen, Demotisches Glossar, Copenhague, 1954.

EsSaghir, Valbelle 1983
M. Es‑Saghir, D. Valbelle, « Komir. I. The Discovery of Komir Temple. Preliminary Report. II. Deux hymnes aux divinités de Komir : Anoukis et Nephthys », BIFAO 83, 1983, p. 149‑170.

FavardMeeks 1991
C. Favard‑Meeks, Le temple de Behbeit elHagara. Essai de reconstitution et d’interprétation, SAK‑Suppl. 6, Hambourg, 1991.

Fernández Pichel 2018
A.I. Fernández Pichel, Les hymnes au dieu Khnoum de la façade ptolémaïque du temple d’Esna, SSR 20, Wiesbaden, 2018.

Fernández Pichel 2019
A.I. Fernández Pichel, « La porte sud du pylône du temple de Khonsou à Karnak », BIFAO 119, 2019, p. 125‑160.

Fernández Pichel 2023
A.I. Fernández Pichel, « Khnoum, Banebdjed et Hérichef : analogies thématiques et associations dans la documentation tardive », dans M. Claude, A.I. Fernández Pichel (éd.), Cultes et textes sacrés dans l’Égypte tardive. Diffusion, circulation et adaptation, RAPH 46, Le Caire, 2023, p. 101-131.

Gamelin 2017
T. Gamelin, « Déesses-lionnes, déesses anthropocéphales. Précisions sur la maternité de certaines déesses dangereuses », CRIPEL 30 (2013-2015), 2017, p. 175‑190.

Gauthier 1925
H. Gauthier, Dictionnaire des noms géographiques contenus dans les textes hiéroglyphiques I, Le Caire, 1925.

Gauthier 1927
H. Gauthier, Dictionnaire des noms géographiques contenus dans les textes hiéroglyphiques IV, Le Caire, 1927.

Germond 1981
P. Germond, Sekhmet et la protection du monde, AegHelv 9, Genève, 1981.

Griffith, Thompson 1904
F.L. Griffith, H. Thompson, The Demotic Papyrus London and Leiden I, Londres, 1904.

Grothoff 1996
T. Grothoff, Die Tornamen der ägyptischen Tempel, AegMonast 1, Aachen, 1996.

Guglielmi 1994
W. Guglielmi, « Die Biergöttin Menqet », dans M. Minas, J. Zeidler (éd.), Aspekte Spätägyptischer Kultur: Festschrift für Erich Winter zum 65. Geburtstag, AegTrev 7, Mayence, 1994, p. 113‑132.

Habachy 2016
M. Habachy, « À propos de la lecture “orthodoxe” du nom de couronnement de Ptolémée VI Philométor », ENiM 9, 2016, p. 125‑134.

Hallof 2007
J. Hallof, « Der Tempel von Esna – Ein Tempel für Zwei Götter », dans B. Haring, A. Klug (éd.), 6. Ägyptologische Tempeltagung: Funktion und Gebrauch altägyptischer Tempelräume, Leiden, 4.-7. September 2002, KSG 3/1, Wiesbaden, 2007, p. 119‑130.

Handoussa 1981
T.  Handoussa, « Le collier Ousekh », SAK 9, 1981, p. 143‑150.

Herbin 1999
F.-R. Herbin, « Trois manuscrits originaux du Louvre porteurs du Livre des Respirations fait par Isis (P. Louvre N 3121, N 3083 et N 3166) », RdE 50, 1999, p. 149‑239.

Jambon 2017
E. Jambon, « La présentation du bouquet monté (ms ms). Première approche d’un rite d’époque gréco‑romaine », dans S. Baumann, H. Kockelmann (éd.), Der ägyptische Tempel als ritueller Raum: Akten der internationalen Tagung – Haus der Heidelberger Akademie der Wissenschaften, 9.-12. Juni 2015, SSR 17, Wiesbaden, 2017, p. 351‑387.

Junker 1911
H. Junker, Der Auszug der Hathor-Tefnut aus Nubien, Berlin, 1911.

Klotz 2006
D. Klotz, Adoration of the Ram: Five Hymns to AmunRe from Hibis Temple, YES 6, New Haven, 2006.

Klotz 2012
D. Klotz, Caesar in the City of Amun: Egyptian Temple Construction and Theology in Roman Thebes, MRE 15, Turnhout, 2012.

Klotz 2013
D. Klotz, « Remarks on Ptolemaic Epigraphy and Lexicography (§1‑4) », RdE 64, 2013, p. 25‑39.

Klotz 2014
D. Klotz, « Hibis Varia (§1-3). Diverse Liturgical Texts from Hibis Temple », SAK 43, 2014, p. 173‑207.

Kurth 1998
D. Kurth, Edfou VIII: Die Inschriften des Tempels von Edfu – Abteilung I. Übersetzungen, Band 1, Wiesbaden, 1998.

Kurth 2004
D. Kurth, Edfou VII: Die Inschriften des Tempels von Edfu – Abteilung I. Übersetzungen, Band 2, Wiesbaden, 2004.

Kurth 2007
D. Kurth, Einführung ins Ptolemäische: Eine Grammatik mit Zeichenliste und Übungsstücken I, Hützel, 2007.

Kurth 2014
D. Kurth, Edfou VI: Die Inschriften des Tempels von Edfu – Abteilung I. Übersetzungen, Band 3, Gladbeck, 2014.

Labrique 1992
F. Labrique, Stylistique et théologie à Edfou: le rituel de l’offrande de la campagne. Étude de la composition, OLA 51, Louvain, 1992.

Legrain 1917
G. Legrain, « Le logement et transport des barques sacrées et des statues des dieux dans quelques temples égyptiens », BIFAO 13, 1917, p. 1‑76.

Leitz 1994
C. Leitz, Tagewählerei: Das Buch ḥȝt nḥḥ pḥ.wy ḏt und verwandte Texte, I. Textband, ÄA 55, Wiesbaden, 1994.

Leitz, Löffler 2019
C. Leitz, F. Löffler, Chnum, der Herr der Töpferscheibe: Altägyptische Embryologie nach Ausweis der Esnatexte – Das Ritual «Darbringen der Töpferscheibe», SSR 26, Wiesbaden, 2019.

Lepsius 1954
C.R. Lepsius, Denkmäler aus Aegypten und Aethiopien: Vierte Abteilung – IX. Denkmäler aus der Zeit der griechischen und römischen Herrschaft, Berlin, 1854.

Mariette 1870
A. Mariette, Dendérah. Description générale du grand temple de cette ville, tome premier: planches, Paris, 1870.

Meeks 1982
D. Meeks,  V, 1982, col. 48‑51, s.v. « Menhit ».

Menu 1975
B. Menu, « Ṯs prt en Égyptien et le bordereau d’encensement », CRIPEL 3, 1975, p. 141‑149.

Mialon 1998
M.‑C. Mialon, « L’offrande du bijou liturgique beb dans les grands sanctuaires ptolémaïques et romains », Kyphi 1, 1998, p. 63‑84.

Minas 2000
M. Minas, Die hieroglyphischen Ahnenreihen der ptolemäischen Könige: Ein Vergleich mit den Titeln der eponymen Priester in den demotischen und griechischen Papyri, AegTrev 9, Mayence, 2000.

Mohamed 2010
A.‑R.A. Mohamed, « The Dance for Appeasing Menhyt-Nebtou at Esna », dans O. el‑Aguizy, M.S. Ali (éd.), Echoes of Eternity: Studies Presented to Gaballa Aly Gaballa, Philippika 35, Wiesbaden, 2010, p. 151‑165.

Montet 1961
P. Montet, Géographie de l’Égypte ancienne II, Paris, 1961.

Mougenot 2014
F. Mougenot, « Rénénoutet et les étoffes. Déesse de la végétation ou gardienne des trésors ? », ENiM 7, 2014, p. 145‑172.

Nelson, Murname 1981
H.H. Nelson, W.J. Murname, The Great Hypostyle Hall at Karnak, OIP 106, Chicago, 1981.

Poo 1995
M. Poo, Wine and Wine Offering in the Religion of Ancient Egypt, StudEg, Londres, New York, 1995.

Posener 1965
G. Posener, Sur l’orientation et l’ordre des points cardinaux chez les Égyptiens, NAWG 1965/2, Göttingen, 1965.

Preys 2002
R. Preys, Les complexes de la demeure du sistre et du trône de Rê. Théologie et décoration dans le temple d’Hathor à Dendera, OLA 106, Louvain, 2002.

Preys 2006
R. Preys, « Hathor fille de Noun », RdE 57, 2006, p. 199‑216.

Preys 2017
R. Preys, « Le cas “Philométor” dans les temples égyptiens », BIFAO 117, 2017, p. 329‑356.

Preys 2021
R. Preys, « Osiris nswt-nṯr.w et Osiris ḥry-jb-Wȝs.t dans le temple d’Opet. La décoration des temples “en grisaille” », dans C. Thiers (éd.), Documents de théologies thébaines tardives (D3T 4), CENiM 27, Montpellier, 2021, p. 99‑128.

Quack 2002
J.F. Quack, « A Goddess Rising 10.000 Cubits into the Air… Or Only One Cubit, One Finger? », dans J.M. Steele, A. Imhausen (éd.), Under One Sky: Astronomy and Mathematics in the Ancient Near East, AOAT 297, Münster, 2002, p. 283‑294.

Quaegebeur 1989
J. Quaegebeur, « “Phritob” comme titre d’un haut fonctionnaire ptolémaïque », Ancient History 20, 1989, p. 159‑168.

Recklinghausen 2021
D. von Recklinghausen, « Zur Lesung des Wortes [S1:N17:Z1*N21] in den Inschriften von Esna », LingAeg 29, 2021, p. 291‑302.

Richter 2016
B.A. Richter, The Theology of Hathor of Dendera: Aural and Visual Scribal Techniques in the per-wer Sanctuary, WSEA 4, Atlanta, 2016.

Rickert 2011
A. Rickert, Gottheit und Gabe: Eine ökonomische Prozession im Soubassement des Opettempels von Karnak und ihre Parallele in Kôm Ombo, SSR 4, Wiesbaden, 2011.

Riggs 2001
C. Riggs, « Forms of the Wesekh Collar in Funerary Art of the Graeco-Roman Period », ChronEg 76, 2001, p. 57‑68.

Ryhiner 1986
M.‑L. Ryhiner, L’offrande du lotus dans les temples égyptiens de l’époque tardive, RitesEg 6, Bruxelles, 1986.

Sauneron 1962 (éd. 2012)
S. Sauneron, Les fêtes religieuses d’Esna aux derniers siècles du paganisme (1962), Esna 5, Le Caire, 2012 (3e éd.).

Sauneron 1963 (éd. 2012)
S. Sauneron, Le temple d’Esna, 1. Nos. 1-193 (1963), Esna 2, Le Caire, 2012 (3e éd.).

Sauneron 1965
S. Sauneron, « Temple d’Esna : scènes 1 à 493 » (1965), photographies, Archives de l’Ifao, fonds S. Sauneron 38.

Sauneron 1968 (éd. 2012)
S. Sauneron, Le temple d’Esna (1968), Esna 3, Le Caire, 2012 (3e éd.).

Sauneron 1982
S. Sauneron, L’écriture figurative dans les textes d’Esna, Esna 8, Le Caire, 1982.

elSayed 1982
R. el‑Sayed, La déesse Neith de Sais II. Documentation, BiEtud 86, Le Caire, 1982.

Sternberg 1985
H. Sternberg, Mythische Motive und Mythenbildung in den ägyptischen Tempeln und Papyri der griechischrömischen Zeit, GOF 14, Wiesbaden, 1985.

The Epigraphic Survey 1981
The Epigraphic Survey, The Temple of Khonsu II: Scenes and Inscriptions in the Court and the First Hypostyle Hall, OIP 103, Chicago, 1981.

ZivieCoche 2013
C. Zivie‑Coche, « L’Ogdoade à Thèbes à l’époque ptolémaïque (II) : le périptère du petit temple de Médinet Habou », dans C. Thiers (éd.), Documents de théologies thébaines tardives (D3T 2), CENiM 8, Montpellier, 2013, p. 227‑284.

Haut de page

Notes

1 Derchain, Recklinghausen 2004. Cet ouvrage inclut également l’étude des inscriptions du bandeau de la frise de la façade (Esna II, 2-3). Les scènes d’offrande, pour leur part, portent les numéros 4 à 15 et 18 à 29 dans l’édition de S. Sauneron (Sauneron 1963 [éd. 2012], p. 9‑37, 48‑75).

2 Fernández Pichel 2018 (Esna II, 17 et 31).

3 Sauneron 1962 (éd. 2012).

4 A.I. Fernández Pichel, D. Klotz, « Fundamental Texts of Latopolitan Theology: The Bandeau Inscriptions from the Soubassements of the Ptolemaic Façade (Esna II, 16 and 30) », SAK 53, 2023 (à paraître).

5 Lepsius 1954, pl. 23b ; Champollion 1845, pl. CXLV (quater, 2) ; el-Sayed 1982, p. 618, doc. 999 ; 622, doc. 1005 ; 625, doc. 1009.

6 Sauneron 1963 (éd. 2012), p. 2, qui suit Legrain 1917, p. 74.

7 Preys 2017, p. 339‑340.

8 Sauneron 1963 (éd. 2012), p. 83‑97.

9 Sauneron 1965. Ces photographies sont numérotées ts_2021_00833 à ts_2021_00846. Il m’est agréable de remercier Laurent Coulon, directeur de l’Ifao, et Cédric Larcher, responsable du service des archives et collections scientifiques, pour l’autorisation de reproduction de ces clichés.

10 Ce séjour scientifique s’est déroulé pendant les mois d’octobre et novembre 2021.

11   Une lecture nṯrw mr(yw) mwt.w de Image avec Image pour le suffixe .w de la troisième personne du pluriel serait également possible : les dieux Philométors comme « les dieux qui aiment leur mère ». Contre cet avis, voir Minas 2000, p. 30, n. 108.

12   Gauthier 1925, p. 194-195 ; Wb I, 298, 3.

13   Sur l’obélisque ouest de la face sud du VIIe pylône de Karnak, dont le fragment de plus grande taille se trouve aujourd’hui à Istanbul, le roi Thoutmosis III est « celui qui fixe sa frontière à Wpt-tȝ (sud) et aux confins de Nhrn (Naharina) (nord) » (Urk. IV, 587, 2-3 = KIU 2198, 2 – Nota : la référence aux documents de Karnak est donnée avec les numéros KIU « Karnak Identifiant Unique » qui permettent d’accéder aux notices complètes de ces documents dans le projet Karnak à l’adresse http://sith.huma-num.fr/karnak). Sous Sethi Ier, plusieurs monuments de Karnak reprennent cette phraséologie. Voir par exemple KRI I, 26, 2 (= KIU 1012, 10-11) ; Nelson, Murname 1981, pl. 165 (= KIU 810, 6). Dans le temple de Kôm Ombo, Haroeris est « celui qui préside depuis le commencement du pays jusqu’à la côte du Delta » (ḫnt(y) Wpt-tȝ r-mn pdswt nt š) (KO 289, colonne marginale divine).

14   Gauthier 1927, p. 184 ; Meeks 1982, col. 50, n. 11 ; Montet 1961, p. 48. Les inscriptions Esna II, 60, 3 et II, 64, 1 insistent sur la situation méridionale de cet endroit.

15   Pour cette traduction, voir Sauneron 1982, p. 26 ; LGG V, 929c-930a.

16   Les témoignages concernant Menhyt de Wpt-tȝ ont été cités ci-dessus. Quant à Menhyt, en ses multiples formes, en rapport à Ḫnty-tȝ, voir LGG IV, 119c-120a (nbt Ḫnty-tȝ).

17   Meeks, AnLex III, p. 320 (79.3355).

18   Des dessins à main levée de la scène se trouvent dans Lepsius 1954, pl. 23b ; Champollion 1845, pl. CXLV (quater, 2). Pour une traduction partielle des inscriptions, voir elSayed 1982, p. 625, doc. 1009.

19   Malgré l’absence de cartouches due à de nombreuses lacunes sur les colonnes initiales d’Esna II, 31, le nom de Ptolémée VI Philométor serait sans doute à restituer d’après le parallélisme de la titulature royale de ce texte et celle symétrique d’Esna II, 17 sur les soubassements de la façade ptolémaïque du temple.

20   Pour bḥn, absent de l’édition d’Edfou VIII par Émile Chassinat, voir Kurth 1998, p. 377.

21   Aux exemples précédents, ajouter D II, 81, 6-7 ; IV, 43, 3-4. Voir aussi les commentaires et la documentation rassemblée par Klotz 2013, p. 26‑30.

22   Voir les traductions de mȝḥ dans Meeks, AnLex III, p. 112 (79.1137) ; WPL, p. 451-453 ; Wb II, 31, 1‑5. Quelques graphies du mot permettent de mieux cerner sa signification précise d’après l’emploi du déterminatif spécifique. Voir, par exemple, Image (Fernández Pichel 2019, p. 148, fig. 16 = KIU 9259, 1) ; Image (E VI, 275, 9) ; Image (E VIII, 119, 8). Les exemples d’Esna mentionnés utilisent le déterminatif Image (M2), qui évoque les éléments floraux constitutifs de l’objet-mȝḥ.

23   Le parallélisme entre mȝḥ et le collier-wsḫ, à claires connotations héliopolitaines, serait également à la base de cette désignation mȝḥ n Jtm, comme le montre Beaud 1990, p. 60.

24   Voir Derchain 1955, p. 225, n. 1, 270 (E II, 71, 8), 271 (E III, 141, 11), 282 (D III, 19, 14).

25   Derchain 1955, p. 231. Cette thématique s’accorderait en dernière instance avec la dimension divine et royale visée par l’offrande du collier-wsḫ. Pour ce dernier aspect, voir Beaud 1990, p. 58.

26   Pour cette scène concernant le collier-mȝḥ et son rapport à la couronne de justification, voir Egberts 2002, p. 75. Voir également Derchain 1955, p. 225, n. 1.

27   Pour cette couronne royale et ses variantes, voir encore Esna II, 50 ; III, 294 ; VI, 502 ; VII, 579 ; VII, 602 ; VII, 607 ; VII, 611 ; VII, 635.

28   Une traduction partielle des inscriptions de cette scène se trouve dans el-Sayed 1982, p. 622, doc. 1005.

29   Das Digitalisierte Zettelarchiv du Wörterbuch recueille une graphie de sʿm avec ce déterminatif parmi les attestations du mot dans le temple d’Edfou (DZA 28.939.460). L’éditeur du document exprime cependant des doutes sur cette écriture et signale Image . Malheureusement, la notice n’inclut de renvoi ni au volume ni à la page de l’édition des inscriptions du temple, et la copie du texte lui-même n’apparaît pas dans le vaste répertoire de sources mentionnant le mot compilé dans cette archive.

30   À titre de comparaison lexicale, le verbe swr « boire » présente souvent Image comme déterminatif. Voir Wb III, 428, 5-17.

31   À ce propos, voir D IV, 18, 17 ; D IX, 98, 16-17 ; E I, 469, 3. Comparer avec E I, 109, 10.

32   La valeur jb de Image (R15) est soutenue par quelques attestations compilées par Kurth 2007, p. 367, 373, n. 137 (D III, 33, 14 : jbȝ) et WPL, p. 58 (E I, 468, 18 : wnn.k jm.sn ḥʿʿ jb.k (Image )).

33   Pour la danse-wrh dans le contexte du retour de la Lointaine à Esna, voir mon analyse dans la troisième partie de cet article.

34   Voir aussi l’expression dr ḥȝt-jb « repousser la souffrance » dans Tôd II, 273, 7 et II, 261, 5 (dr ḥȝt), toutes les deux des scènes de l’offrande du vin.

35   Une compilation des sources mentionnant cette épithète se trouve dans LGG IV, 132b.

36   Voir aussi Esna III, 231, 3, 10 ; III, 285, 14 ; III, 291, 21. Une lecture sn de Image dérivée de snw « égal, semblable » en raison de la succession de deux signes identiques ou similaires dans des graphies de Tȝ-sny n’est pas à exclure. On comparera avec la graphie du toponyme au moyen de deux béliers, deux faucons ou des deux couronnes, entre autres (Esna II, 17, 5 ; III, 318, 8 (7) ; VII, 587, 31).

37   Griffith, Thompson 1904, p. 160‑161, 176‑177.

38   Quelques vestiges dans la partie médiane de la colonne sont également à signaler (Image  ?) d’après l’observation sur place.

39   Pour une traduction partielle de ces inscriptions, voir el-Sayed 1982, p. 618, doc. 999.

40   Si le sens de la formule semble bien établi, l’estimation de la place que notre restitution du texte occuperait dans la lacune montre clairement qu’il resterait à compléter au moins un cadrat de la colonne 1.

41   Voir les références dans LGG VII, 567a.

42   Voir les références dans LGG VI, 690a. Le renvoi dans cet ouvrage à KO 743 pour stpt mr.s r [ʿḥʿ] ḥr nst serait à corriger : KO 745.

43   Grothoff 1996, p. 355‑356.

44   Grothoff 1996, p. 509.

45   Publié par Fernández Pichel 2018, pl. 21 (partie supérieure, au crayon pour Esna II, 44 et à l’encre et numéroté I pour Esna II, 45).

46   Grothoff 1996, p. 358.

47   Derchain, Recklinghausen 2004, p. 118‑155, notamment.

48   Fernández Pichel 2018, p. 162-166.

49   Afin de ne pas trop alourdir le texte au moyen de la mention complète de chaque scène (Esna II, 32, 33, 34…), nous allons juste les citer par le chiffre (32, 33, 34…).

50   Pour les deux générations divines d’Esna, voir Fernández Pichel 2018, p. 149‑158.

51   Dans ces séquences typologiques, l’équivalence des différentes scènes d’offrandes végétales et de la scène de l’offrande de la champagne-sḫt est évidente.

52   Voir, parmi d’autres, D VII, 45, 12-46, 3 et VII, 83, 10-84, 6 ; D XI, 84, 8-85, 6 et XI, 100, 15-101, 11 ; E IV, 125, 10-126, 8 et IV, 281, 12-282, 12.

53   Par exemple, D I, 24, 12-25, 11 et I, 25, 13-26, 13 ; D IX, 222, 3-11 et IX, 236, 12-237, 5 ; Philä I, fig. 19 et 27.

54   Voir D I, 112, 11-113, 5 et I, 144, 13-145, 8 ; E IV, 76, 15-77, 12 et IV, 233, 8-234, 5 ; KO II, 822 et II, 823.

55   Voir E V, 247, 10-248, 2 et V, 299, 7-18 ; Favard-Meeks 1991, p. 215, 219, fig. I, IV.

56   Voir, entre autres, D IV, 134, 7-135, 5 et IV, 117, 9-118, 9 ; D IX, 144, 13-145, 5 et IX, 158, 14-159, 9 ; E I, 270, 6-15 et I, 276, 7-16.

57   La correspondance visuelle entre les scènes des linteaux des deux portes n’est pourtant pas directe, en raison de la plus grande largeur de l’accès de l’époque romaine.

58   Probablement aussi celles du quatrième registre, qui montre la couronne-sḫmty sur le montant sud, la figure du roi sur le montant nord étant malheureusement abîmée dans sa partie supérieure.

59   La représentation de la couronne de Geb est habituelle dans les scènes du don des plantes-rnpt dans les temples tardifs. Voir, parmi d’autres, D III, 15, 4-13, pl. 169 ; III, 24,13-25, 6, pl. 176 ; Philä I, 53-54, pl. 26. Pour une telle représentation dans le contexte général de l’offrande des plantes, voir les exemples répertoriés dans Preys 2002, p. 330, n. 2938.

60   Esna VI, 517 ; VII, 601. Comparer avec Esna III, 243. Pour la couronne de Geb dans ce type de scène ailleurs, voir D II, 143, 10-144, 8, pl. 127 ; II, 153, 16-154, 8, pl. 135 ; E II, 179, 2-9 = IX, pl. 42b.

61   Pour le roi coiffé de la couronne-ȝtf dans quelques exemples de l’offrande des bouquets montés, voir D II, 13, 7-14, 3, pl. 88-89 ; E I, 93, 17-94, 12 = IX, pl. 18 ; VII, 62, 17-63, 17 = X, pl. 166.

62   Sur les montants de la porte de la paroi nord du vestibule central du temple de Dendara, deux paires de scènes symétriques présentent une correspondance verticale qui lie le thème de l’offrande de la campagne (premier registre : D IV, 51, 16-52, 6 et IV, 54, 11-55, 4, pl. 272) et celui des bouquets montés (troisième registre : D IV, 53, 5-11 et IV, 56, 3-9, pl. 272). Sur les premières, le roi porte la couronne de Geb, tandis que sur celles placées au-dessus, il est coiffé de la couronne-ȝtf.

63   Voir, par exemple, D II, 135, 8-136, 2, pl. 79 (ms msw) et II, 136, 4-17, pl. 79 (ḥnksḫt) ; D II, 4, 15-5, 14, pl. 88 (ḥnksḫt) et II, 13, 7-14, 3, pl. 88 (ms msw).

64   Sur ce sujet, voir notamment Preys 2006, p. 204‑205.

65   Pour la signification de l’expression ṯs prt en contexte religieux, voir la bibliographie donnée dans la note b de la traduction d’Esna II, 34. Les attestations de l’épithète ṯst prt nt nṯrw rmṯ de Neith sont rassemblées dans LGG VII, 497c-498a. À Esna, Khnoum-Rê possède également cette capacité, comme le montrent II, 87 ; III, 200, 10 ; VI, 501.

66   Voir la note c à la traduction d’Esna II, 33.

67   Nebtou est « l’œil de Rê, maîtresse du ciel, souveraine de tous les dieux ». Pour ces épithètes portées notamment par Mout de Karnak dans le contexte de la Déesse Lointaine, voir Klotz 2012, p. 167, n. 1078.

68   Malgré l’absence du déterminatif du cobra pour wʿt dans l’édition de S. Sauneron, il est visible sur place, comme signalé dans la note a de la traduction d’Esna II, 35. Quant à l’épithète wʿt n ḥr ḫw.s de Menhyt-Nebtou dans la scène 35, elles se retrouve dans Esna II, 24, 1-2 sur le môle nord de la façade, pour décrire Isis-Nebtou en sa forme de Menhyt dans le contexte de l’apaisement de la Lointaine.

69   Une possible lecture Menhyt-Sekhmet-Bastet du nom de la déesse a été proposée dans la note c de la traduction d’Esna II, 32.

70   En raison de l’attestation de deux épithètes de Heka à Esna exprimant la paternité de Khnoum-Rê nb sḫt (sȝ-smsw n nb sḫt, smsw n Šw), Gamelin 2017, p. 179 propose que ʿȝ wr tpy n H̱nmw renvoie à cette forme de la divinité plutôt qu’à Khnoum-Rê nb Tȝ-sny. En dehors de cette attestation, unique pour ces deux épithètes à Esna, Heka enfant en tant que ʿȝ wr tpy n H̱nmw n’apparaît en relation avec Khnoum de la campagne que sur deux scènes : Esna III, 201, 14 ; VII, 577, 7-8. Néanmoins, pour les scènes figurant Heka enfant « le très grand et premier (né) de Khnoum » et Khnoum-Rê nb Tȝ-sny, voir Esna II, 61 ; II, 70 ; III, 371 ; VII, 585 ; VII, 588 ; VII, 619 ; VII, 628 ; VII, 635. Ajouter encore les scènes représentant Heka avec des déesses désignées nbt Tȝ-sny : III, 227 (Neith) ; III, 244 (Nebtou) ; VI, 513 (Neith). Quant à Nebtou comme mère de Heka enfant, voir par exemple Esna III, 241, 12 (77) ; III, 325, 12 ; III, 340, 5.

71   Les caractéristiques de ce décor « en grisaille » ont été exposées par Preys 2021, p. 99-128 (notamment p. 111-116).

72   Pour ce type de scène, on trouve des parallèles aussi bien sur la façade ptolémaïque (scènes 8 et 18) que sur les murs du pronaos du temple (Esna III, 361 ; VI, 482 ; VI, 495 ; VII, 556 ; VII, 577, pour le collier-wsḫ et VI, 490 ; VII, 624 ; VII, 626, pour les tissus-mnḫt).

73   Pour la récurrence de ces thématiques héliopolitaines associées au collier-wsḫ, voir Beaud 1990, p. 60‑61 ; Riggs 2001, p. 61‑62 ; Handoussa 1981, p. 147‑148.

74   Une description de ce thème dans le contexte de l’offrande du collier-wsḫ se trouve dans Beaud 1990, p. 58.

75   Voir la note a de la traduction d’Esna II, 36. Pour l’offrande de la couronne de justification à Esna, voir III, 350.

76   Voir Beaud 1990, p. 58, 61 ; Handoussa 1981, p. 148.

77   Voir WPL, p. 1026‑1027, ainsi que la note d de la traduction d’Esna II, 37.

78   Par exemple, dans Bresciani, Pernigotti 1978, p. 52‑53, doc. B.8 e ; Opet I, 90 (= KIU 1754, 15), 161 (= KIU 1834, 17) ; The Epigraphic Survey 1981, pl. 115.A (= KIU 9178, 7).

79   Pour šṯ comme protection et son rapport au thème de la victoire sur les ennemis, voir E V, 190, 3-4 ; VII, 100, 5-6 ; VII, 158, 1-2. Un témoignage extrait du temple de Dendera affirme : « Je te donne ces étoffes d’Horus (šṯw jpnw nw Ḥr) afin que tu triomphes sur tes ennemis (mȝʿ-ḫrw.k r ḫftyw.k) » (D IV, 57, 2). Le caractère royal de l’étoffe a été également souligné par Backes 2001, p. 29, 58, d’après l’exemple d’E I, 430, 15-16.

80   Pour une synthèse des aspects royaux de la couronne-ȝtf, voir Richter 2016, p. 57‑58 ; Fernández Pichel 2023, p. 113-117.

81   Voir Esna II, 28 ; II, 122 ; III, 244 ; VI, 479 ; VI, 483 ; VI, 485 ; VI, 515 ; VI, 524 ; VI, 527 ; VII, 568 ; VII, 617 ; VII, 635. De tous ces exemples, seuls ceux de la façade ptolémaïque (Esna II, 28 et 38) figurent la déesse Neith comme bénéficiaire de l’offrande.

82   Une description des festivités de Khoiak à Esna se trouve dans Sauneron 1962 (éd. 2012), p. 53‑67, notamment 58-60. Pour la partie des rituels qui nous intéresse, il s’agissait de célébrer la procession verdoyante de la déesse Nebtou vers la campagne nord d’Esna dans une ambiance généralisée de joie et d’allégresse. Voir également la description des rites du 23 du mois d’Athyr à Esna dans Sauneron 1962 (éd. 2012), p. 37‑38.

83   Voir Sauneron 1962 (éd. 2012), p. 60‑62. Pour la danse-wrh, voir également Fernández Pichel 2018, p. 106‑107 ; Klotz 2013, p. 34‑38 ; Mohamed 2010.

84   Voir la note d de la traduction d’Esna II, 39. Pour Nebtou comme « maîtresse de la danse-wrh », voir encore Esna III, 382, 15 ; VII, 582, 13-14.

85   Pour le corpus de scènes de l’offrande des bouquets montés à Esna, voir les tableaux dressés par Jambon 2017, p. 380‑381.

86   À ce propos, voir Sauneron 1962 (éd. 2012), p. 137‑139, qui traduit et commente les inscriptions de la colonne 10 du pronaos du temple : Esna III, 285 (ʿȝb rnpwt), 286 (ḥnk rnpwt), 287 (ms rnpwt) et 289 (ms msw), 290 (ḥnk msw), 291 (ms msw).

87   Par exemple, Esna III, 285, 15 ; III, 290, 20.

88   Le rapport de Khnoum de la campagne en tant que vent-pilier aérien-jwn à la croissance végétale et la fertilité apportée par l’eau de la crue est également à signaler dans Esna II, 8, 1, 8-13 ; II, 50, 5-8 ; III, 333, 16.

89   Le texte Esna III, 380, 25-27 est un des plus explicites en ce qui concerne la description de l’avancée verdoyante de la déesse dans la campagne nord. Voir également Esna III, 218, 3-5.

90   Pour le mythème de l’œil de Rê dans le contexte de la Lointaine, voir principalement Junker 1911, p. 19‑23. Dans le temple d’Esna, les occurrences de l’épithète jrt-Rʿ ont été compilées dans Sternberg 1985, p. 42‑43.

91   Parmi les nombreux exemples de cette allitération, voir les exemples signalés dans Fernández Pichel 2018, p. 86, n. (b). À ceux-là, ajouter encore Esna II, 15, 19 ; II, 66 ; II, 104, 3-4 ; III, 220 B ; VI, 520, 11-12. En outre, Menhyt associée à Nebtou est « l’uræus-mḥnt de Rê » dans Esna III, 344, 13. Comparer avec II, 24, 3, où Isis-Nebtou est « l’uræus-mḥnt sur la tête de son [maître], en son nom de Menhyt ».

92   Dans Esna VI, 482,10-11, Nebtou est « œil de Rê (jrt-Rʿ), celle qui est sur le grand trône, Tefnout la grande, l’uræus de Rê (ḥr(yt)-tp n(t) Rʿ) ». Quant à Menhyt, elle est « Tefnout la grande, l’uræus de Rê (ḥr(yt)-tp n(t) Rʿ), le grand uræus-mḥnt (mḥnt wrt) » (VI, 483, 6-8).

93   Pour Chou/Tefnout dans les théologies d’Esna, voir principalement Fernández Pichel 2018, p. 152‑158.

94   À Esna, comparer avec II, 26 ; II, 72 ; III, 227 ; VII, 584 ; VII, 631.

95   Pour le rôle de pourvoyeur de Nehebkaou, voir notamment Klotz 2006, p. 48‑49, n. B ; Rickert 2011, p. 163-166 (avec bibliographie).

96   La fonction nourricière d’autres divinités du panthéon égyptien souvent représentées sous forme de serpent ou à tête de serpent renforce cette affirmation. Voir, par exemple, Collombert 2005, p. 26‑30 ; Mougenot 2014, p. 154‑160, concernant la déesse Renenoutet.

97   Dans Esna II, 26, 13-14, on affirme de Neith : « La vie et la mort lui appartiennent (n.s jmy ʿnḫ mwt), le ciel est sur sa supervision (pt ẖr st-ḥr.s), la terre est sous son ordre (tȝ ẖr wḏ.s). »

98   Esna II, 26, 10-12.

99   Esna II, 26, 17.

100   Voir Hallof 2007, p. 124‑125.

101   Voir les références signalées dans LGG V, 645c-646a.

102   Voir Esna III, 225, 5 (5) (kȝ sṯy wtṯ nṯrw rmṯ) ; III, 346, 17 (kȝ sṯ ḥry nfrw (…) Ḥḥ twȝ nnt) ; III, 360, 8‑9 ; III, 373 D (Ḥḥ twȝ nnt) ; VI, 515, 8-9 (wr-kȝw ʿšȝ-ḏfȝw) ; VI, 519, 7-8 (nb sḫt sḫpr (?) ḫt nbt).

103   Le choix des mots utilisés dans les formules des scènes des troisième et deuxième registres des montants du portail renforce le contexte général lié au renouvellement de la nature. C’est le cas notamment du vin jrt-Ḥr-wȝḏt (38) ou du sceptre de vie (wȝḏ n ʿnḫ) (40), souvent en rapport avec la renaissance et la prospérité dans les textes tardifs. À ce propos, voir Dittmar 1986, p. 136, 139 ; Germond 1981, p. 268 ; Poo 1995, p. 25. Le retour de la déesse est souvent lié à l’arrivée de la crue et de ses bienfaits en Égypte, comme le montrent les témoignages compilés par Germond 1981, p. 226‑233. Pour l’interprétation générale du mythe de la Lointaine en connexion avec les phénomènes naturels, dont la crue, voir la synthèse de Quack 2002, p. 285‑288.

104   Pour les correspondances spatiales entre ces scènes, voir Derchain, Recklinghausen 2004, p. 125‑127.

105   L’identification du type précis de collier représenté dans cette scène et de sa désignation dans la formule et la colonne marginale royale restent problématiques. Il a été proposé d’y voir le collier-bb (Derchain, Recklinghausen 2004, p. 49‑51). Pour la signification de cette offrande dans le contexte de la Lointaine, voir Mialon 1998, p. 68‑69.

106   Voir notamment Esna II, 31, 48-56 (Fernández Pichel 2018, p. 123‑135).

107   Pour cet épisode des festivités de Phamenoth, voir Sauneron 1962 (éd. 2012), p. 185‑244.

108   La présence de Khnoum-Rê d’Esna et Neith sur le côté sud fait également état de la préférence de la représentation des divinités principales du temple à la droite (le sud, à Esna) du dieu/des dieux y séjournant dans leur naos. À ce propos, voir Labrique 1992, p. 71, n. 352 ; Posener 1965, p. 72.

109   À ce propos, voir Fernández Pichel 2018, p. 149‑158, 164‑165.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Position des textes du portail ptolémaïque d’Esna sur le plan et l’élévation du monument.
Crédits © F. Pirou
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/13788/img-1.png
Fichier image/png, 63k
Titre Fig. 2. Élévation du portail ptolémaïque renvoyant aux scènes (Dessin : Florie Pirou).
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/13788/img-46.png
Fichier image/png, 403k
Titre Fig. 3. Esna II, 32.
Crédits © Sauneron 1965, ts_2021_00833
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/13788/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 985k
Titre Fig. 4. Esna II, 33.
Crédits © Sauneron 1965, ts_2021_00834
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/13788/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Fig. 5. Esna II, 34.
Crédits © Sauneron 1965, ts_2021_00835
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/13788/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 947k
Titre Fig. 6. Esna II, 35.
Crédits © Sauneron 1965, ts_2021_00836
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/13788/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 1013k
Titre Fig. 7. Esna II, 36.
Crédits © Sauneron 1965, ts_2021_00837
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/13788/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 8. Esna II, 37.
Crédits © Sauneron 1965, ts_2021_00838
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/13788/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre Fig. 9. Esna II, 38.
Crédits © Sauneron 1965, ts_2021_00839
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/13788/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 774k
Titre Fig. 10. Esna II, 39.
Crédits © Sauneron 1965, ts_2021_00840
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/13788/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 914k
Titre Fig. 11. Esna II, 40.
Crédits © Sauneron 1965, ts_2021_00841
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/13788/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 1006k
Titre Fig. 12. Esna II, 41.
Crédits © Sauneron 1965, ts_2021_00842
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/13788/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 877k
Titre Fig. 13. Esna II, 42.
Crédits © Sauneron 1965, ts_2021_00843
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/13788/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 825k
Titre Fig. 14. Esna II, 43.
Crédits © Sauneron 1965, ts_2021_00844
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/13788/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 723k
Titre Fig. 15. Esna II, 44.
Crédits © Sauneron 1965, ts_2021_00845
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/13788/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 881k
Titre Fig. 16. Esna II, 45.
Crédits © Sauneron 1965, ts_2021_00846
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/13788/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 806k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abraham I. Fernández Pichel, « Les inscriptions du portail ptolémaïque du temple d’Esna (Esna II, 32-45). Traduction et commentaire

نقوش البوابة البطلمية لمعبد إسنا (إسنا II، ٣٢-٤٥). الترجمة والتعليق »
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (BIFAO), 123 | 2023, 93-136.

Référence électronique

Abraham I. Fernández Pichel, « Les inscriptions du portail ptolémaïque du temple d’Esna (Esna II, 32-45). Traduction et commentaire

نقوش البوابة البطلمية لمعبد إسنا (إسنا II، ٣٢-٤٥). الترجمة والتعليق »
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (BIFAO) [En ligne], 123 | 2023, mis en ligne le 16 juillet 2023, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/bifao/13788 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bifao.13788

Haut de page

Auteur

Abraham I. Fernández Pichel

Postdoctoral researcher (Egyptology), Faculty member, Centro de História, Faculdade de Letras, Universidade de Lisboa

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search