Navigation – Plan du site

AccueilNuméros123« Le très ancien taureau vénérabl...

« Le très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud » : contribution du décor de la porte de Tibère à l’état de la question

«الثور المُبَجَّل القديم جدًا المُقيم في المدامود»: مساهمة زخرفة باب تيبريوس في دراسة هذه المسألة

Dominique Valbelle
p. 511-538

Résumés

En dépit des nombreux blocs qui en ont disparu, le décor de la porte dite « de Tibère » à Médamoud conserve un certain nombre d’informations précieuses sur « le très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud ». Après la présentation des scènes et inscriptions qui le concernent sur ce monument, dont une partie date du règne d’Auguste et une autre de Tibère, cette documentation nouvelle est confrontée à l’ensemble de la documentation déjà connue jusqu’ici. Sont abordés le caractère primordial du pȝ kȝ ʿȝ wr šps et les relations qui le liaient aux autres dieux primordiaux, la contribution de la porte de Tibère à l’interprétation du relief cultuel dit « de l’oracle », à la fonction de l’arrière-temple et à l’existence d’une nécropole des dieux primordiaux à Médamoud.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Valbelle 1992.
  • 2 Sambin 1992 ; Goldbrunner 2004, p. 191-199 ; Zivie-Coche 2015, p. 339-340 ; Sambin 2015a et b ; Re (...)
  • 3 Sambin 2021 p. 129-141 ; Thiers 2021, p. 143-161 ; Varga 2021, p. 163-184.
  • 4 Valbelle à paraître, où l’on trouvera le commentaire philologique complet des textes.
  • 5 Valbelle 1992, p. 16 et 21 ; Goldbrunner 2004, p. 191-192 ; Klotz 2012, p. 75 ; Zivie-Coche 2009, (...)

1Depuis la parution de mon article intitulé « Les métamorphoses d’une hypostase divine1 » le pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw a fait l’objet d’un intérêt récurrent de la part des spécialistes des théologies thébaines2 et il a occupé récemment une place notable dans les articles du volume 4 des D3T édité par Christophe Thiers3. Comme cela a déjà été souligné à plusieurs reprises, les inscriptions de la porte de Tibère constituent un apport déterminant à la connaissance de cette divinité. La parution prochaine du décor du monument4 permet de répondre à de multiples interrogations sur ce sujet et sur bien d’autres, en dépit de la disparition d’une proportion importante des blocs qui le composaient. Il m’a donc semblé utile de faire, dès à présent, le point sur nos connaissances relatives à ce dieu qui se nomme pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw tout en arborant un aspect anthropomorphe, ainsi que cela a déjà été remarqué5.

1. Traduction du nom pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw

  • 6 Haikal 1970, p. 21 ; LGG VII, 252-253 ; Zivie-Coche 2009, p. 181 ; ead. 2015, p. 339 et 348 ; Klot (...)
  • 7 Ka2Pyl, no 1, 1.
  • 8 Cette orthographe se trouve également dans Drioton 1926, p. 30, no 53.
  • 9 Sur ʿȝ ʿȝ et ʿȝ wr, voir Quaegebeur 1986, p. 537.

2Le nom pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw est habituellement traduit par « le très grand taureau vénérable qui réside à Médamoud6 », quoique les textes disponibles sur cette entité divine montrent tous, sans aucune ambiguïté, son caractère primordial, comme s’accordent du reste à le reconnaître l’ensemble des chercheurs. L’expression ʿȝ wr šps signifie sans doute « très grand X vénérable » lorsqu’elle est employée pour qualifier un monument, par exemple la porte du deuxième pylône de Karnak7, mais cette signification ne vaut pas pour la désignation qui nous intéresse, qui met l’accent sur le caractère primordial de la divinité. Dans l’ensemble des inscriptions de la porte de Tibère, wr avec la valeur « ancien » est indifféremment écrit par l’homme debout tenant un bâton A21A8 ou par l’hirondelle G36. Indépendamment du nom complet du dieu, où il est toujours orthographié avec l’hirondelle, l’adjectif wr figure, à deux reprises (1, 12 et 18) sur le soubassement du montant nord de la façade de la porte de Tibère avec le signe A21A, qui est aussi employé pour Amon immédiatement après et signifie indubitablement « ancien ». Quant à ʿȝ, il exprime l’importance de la divinité, comme dans nṯr ʿȝ, ou dans ʿȝ ʿȝ où l’un des deux adjectifs prend le sens de « très9 ».

  • 10 Version abrégée et corrompue du texte du P. BM 10209, IV,15-17 (Jørgensen 2009, p. 193-195, n. 80)
  • 11 Haikal 1970, p. 41.
  • 12 LGG VII, 254 traduit « Der grosse und vornehme Stier der übergrossen Achtheit ».
  • 13 Contra Relats Montserrat, Medini 2018, p. 378. Les références du LGG VII, 253-254 ne concernant pa (...)
  • 14 Par exemple, Kurt Sethe rend déjà l’épithète d’Amon pȝ ʿȝ wr n šȝʿ ḫpr par « der grosse älteste Go (...)

3Il convient donc de modifier nos habitudes et de comprendre ainsi le nom de l’entité divine : « le très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud ». Cette traduction serait confortée, si besoin était, par les mentions du dieu sur la stèle Copenhague ÆIN 740, l. 610 – pȝ kȝ wr šps n Ḫmnyw ʿȝw wrw – et dans le P. BM 10209, IV, 15-1711 – nṯrw nṯrwt jmyw st-ʿȝt pȝ kȝ ʿȝ wr šps nty m Mȝdw Ḫmnw ʿȝw wrw nw pȝwtyw tpy – où la même épiclèse double, ʿȝ wr, est reprise pour les Huit, insistant ainsi sur le caractère primordial de l’un comme des autres12. C’est bien sûr également par « le taureau ancien » et non « le grand taureau » qu’il convient de traduire kȝ wr dans la colonne de texte située derrière le roi, sur le relief cultuel dit « de l’oracle13 ». Les égyptologues ont souvent hésité entre plusieurs traductions de wr pour qualifier des divinités manifestement primordiales14.

2. Le pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw dans les inscriptions de la porte de Tibère

4Comme dans le temple, c’est dans des scènes et bandeaux de la partie nord de la porte que le dieu est présent. On notera qu’il apparaît d’abord dans les parties basses du décor du montant nord de l’embrasure est, qui furent réalisées sous le règne d’Auguste (scène 33, bandeau 35 et scène 37). Le programme iconographique étant poursuivi de manière cohérente sous le règne de Tibère, on retrouve le pȝ kȝ ʿȝ wr šps sur le soubassement de la façade du montant nord, dans la scène 13 qui occupe l’extrémité nord du linteau et sur le revers de la porte, dans la scène 55 qui lui correspond (fig. 1).

Fig. 1. Schéma chronologique du décor de la façade ouest et des embrasures de la porte.

Fig. 1. Schéma chronologique du décor de la façade ouest et des embrasures de la porte.

2.1. Scène 1

  • 15 Valbelle 1979, p. 82. Symétriquement sur le soubassement du montant sud de la façade (scène 2), c’ (...)

5Sur le soubassement de la façade du montant nord, la procession de trois Nils et de la Campagne est menée par Tibère en roi de Basse Égypte, vers le pȝ kȝ ʿȝ wr šps15, dont la figuration n’est pas conservée, mais qui est maintes fois mentionné dans les textes :

Image

7 jy.n nswt bjty Tybrys 8 sȝ rʿ Kysrs nty ḫw 9 ḫrk 10 pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw

7 Le roi de Haute et Basse Égypte, Tibère, 8 le fils de Rê, César-sébastos vient 9 auprès de toi, 10 Très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud.

6Le pȝ kȝ ʿȝ wr šps est ainsi défini, d’apostrophe en apostrophe :

Image

6 ntk nṯr šps ḫpr ẖr ḥȝt Jmn jmn […]

6 Tu es un dieu vénérable qui est venu à l’existence au commencement, Amon le caché […].

Image

12 ntk kȝ wr m-ʿ ṯȝ[w]f ms.[n] ḥmtf js m ȝḫt [w]tṯ […]

12 Tu es le taureau ancien avec ses rejeton[s qu’a] certes mis au monde sa femelle dans un champ, qu’a engendrés […].

Image

18 ntk kȝ wr Jmn wr jy m Ḥʿpy r sʿnḫ qmȝ.nf jr ẖrt n Srq-ḥtyt m rḏw pr jmf

18 Tu es le taureau ancien, Amon l’ancien, qui vient en tant qu’Hâpy pour faire vivre ce qu’il a créé et procurer la subsistance à Celui-dont-la-gorge-respire grâce aux humeurs qui s’en écoulent.

Image

24 ntk Ḫmnyw m ḫpr(w)sn r qmȝ pȝwty-tpy n Mḥt-wrt ṯȝ (?) b[…] ṯs (?) […] m wḏȝtyf

24 Tu es les Huit dans leurs manifestations, afin de créer le primordial de Méhet-ouret […] (?) de ses deux yeux-oudjat.

Image

30 ntk jwn wr smḥ.nf Ḥʿpy ḫsbḏ šd[w] m ṯȝwf [n] ʿnḫ jr ww sḫpr ȝḫt […]

30 Tu es le vent ancien (Chou), quand il fait couler Hâpy, rendant bleus les herbages de son souffle [de] vie, faisant les territoires agricoles et créant les champs […].

7Chacune de ces apostrophes commence par l’affirmation du caractère primordial du dieu en l’assimilant à une ou plusieurs autres entités divines en relation avec les origines du monde : Amon, Méhet-ouret, l’Ogdoade et Chou. Lorsque la suite de ces textes est conservée, elle exprime les répercutions théologiques de son existence sur la fécondité des troupeaux et des champs.

2.2. Scène 13

8Le pȝ kȝ ʿȝ wr šps est présent dans la scène 13 située à l’extrémité nord du linteau. Flanqué d’Amonet, il y reçoit de Tibère une offrande de vin. Les inscriptions en relation avec le dieu ne sont pas conservées.

2.3. Scène 33

  • 16 Drioton 1936, p. 24, fig. 4 avait reconstitué la figure de Montou.

9C’est aussi vers le pȝ kȝ ʿȝ wr šps que vont les personnages qui composent le relief dit « du cryptogramme » nord sur le soubassement du montant nord, dans la partie orientale de l’embrasure, où sa représentation et la légende qui l’accompagnait sont détruites16 (fig. 2, bas). La scène proprement dite est interprétée ainsi :

ḥtp dj bjty jn Ḥʿpy mḥw nb qrty r wḏhw n kȝ

  • 17 Interprétation reposant sur la proposition de David Klotz (2020, p. 62).

L’offrande que donne le roi de Basse Égypte, apportant Hâpy de Basse Égypte, maître des deux cavernes, vers l’autel du taureau17.

Fig. 2. Soubassement du montant nord dans la partie orientale de l’embrasure : la procession se dirigeait vers le très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud (scène 33 et bandeau 35).

Fig. 2. Soubassement du montant nord dans la partie orientale de l’embrasure : la procession se dirigeait vers le très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud (scène 33 et bandeau 35).

2.4. Le bandeau 35

10Le bandeau qui surmonte ce relief date, comme celui-ci et le premier registre situé immédiatement au-dessus, du règne d’Auguste (fig. 2, haut). Il renferme une inscription importante relative au pȝ kȝ ʿȝ wr šps :

Image

1 […] hȝyt n [... Ḫmnyw ...] Sȝw-[n]sn jrw nw Mȝdw m mȝrw ḫntys m kȝ sȝb m jrwf n kȝ rnp st pw nty Tȝ-ṯnn wr [mj] qdf [m-]ḫnts ḥtp r ṯȝwf 2 […] pȝ kȝ ʿȝ wr šps sẖkr.tj m qdf ḥr ḫt btšw nw tȝ r ȝwyf ʿwyf ẖr mʿbȝ ḥr [ḫ]r bṯnw mjnb ḥr ḥw rkyw sbyw ḥr [jrsn] m ʿḏyt šʿtf rwḏ [r] ẖȝkw-jbw nt[f] bjk tkk sš ʿnw btg rdwy n sntyw

1 […] le portique de [l’Ogdoade ...] tous les Dieux-Gardiens de Médamoud étant dans le kiosque devant lui, comme un taureau bigarré en sa forme de jeune taureau. C’est la place devant laquelle Taténen l’ancien [en] personne repose près de sa progéniture. 2 […] le très ancien taureau vénérable, étant entièrement équipé pour repousser les ennemis du pays dans sa totalité, ses deux mains armées du harpon lorsqu’il renverse les ennemis, […] de la hache lorsqu’il frappe les rebelles et qu’il les massacre ; son carnage est sévère [envers] les rebelles, car il est le faucon agressif aux griffes sorties, qui extermine (par le feu) les jambes des ennemis.

  • 18 Spencer 1984, p. 155-161.
  • 19 Sethe 1929, p. 45-47 ; LGG V, 741-743.
  • 20 AnLex 78.2468 qui renvoie à D VIII, 134, 12-13.

11La première ligne est malheureusement incomplète. Deux bâtiments y sont mentionnés. Le mot hȝyt18 est employé en relation avec l’Ogdoade dont le nom a disparu, mais qui, inscrit dans un cartouche dont un petit segment est conservé, s’écrivait Nn wr*19, comme dans la scène 1, 24. Le texte fait en outre clairement le lien entre le contenu théologique de la porte et la topographie religieuse de Médamoud, notamment avec le tombeau de Taténen et de ses enfants. Or Taténen est bȝ-nb-hȝyt « le ba maître du hayt20 ».

  • 21 Sur ce type de bâtiment, voir Goldbrunner 2004, p. 246-252, pl. 10 et 19 ; Klotz 2012, p. 271, n.  (...)
  • 22 Grandet 1994, II, p. 91-91, n. 332.

12Le mot mȝr21 est associé ici au pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw dont le nom apparaît aussi au début de la deuxième ligne. Il figure également, sous la graphie mȝȝ22, dans la scène 58, 17 de la porte :

Image

wnn Mryty m ḥqȝ ḥry šṯyt ṯmȝ-ʿ jty ḫnty mȝȝf

Qu’existe Méryty (Montou), comme prince à la tête de la chapelle-chétyt, le héros, le souverain qui préside à son kiosque.

13Un kiosque similaire se trouvait à Djédem, au nord de Tôd :

tp-rd n qd wjȝ ḫft ḏȝt nṯr pn r Ḏdm r jr ḫnf nfr r Ḥwt-Rʿ (...) jw ḥtp n pȝ mȝr mḥt

  • 23 Daressy 1897, p. 14-15 ; Sauneron 1964, p. 37.

Instruction pour faire naviguer la barque, lorsque ce dieu traverse le Nil en direction de Djédem, afin de lui assurer une halte tranquille au Château de Rê ... pour s’installer dans le kiosque du Nord23

14ou :

[...] Mnṯw m nw js sw m ȝbd 2 šmw [...] mȝr mḥw

  • 24 Thiers 2004, p. 560-562.

[... navigation de] Montou dans le canal, car elle (a lieu) assurément lors du 2e mois de chémou, [jour x ... afin de se reposer dans] le kiosque septentrional24.

  • 25 Grenier 1979.
  • 26 Hodjash, Berlev 1982, no 147, 2, p. 217.

15C’est là que Montou, en tant qu’hypostase de Rê, abattait Apopis, ainsi que le commentent de nombreux textes de Tôd25. Or c’est précisément sous l’aspect de combattant redoutable propre à Montou que le pȝ kȝ ʿȝ wr šps est présenté dans la seconde ligne du bandeau 35. Notons qu’ici le nom du dieu n’est écrit que par un hiéroglyphe le représentant, qui n’est attesté nulle part ailleurs : Image. En outre, la stèle du Bucheum datant du règne d’Hadrien et conservée au musée Pouchkine26 révèle :

ḫʿ Bẖ <sȝ> Jht-wrt m Jȝt-Ṯȝmt sʿḥʿf n ʿnḫ ḫnt mȝrf

  • 27 Goldbrunner 2004, p. 248 traduit sʿḥʿ⸗f m ʿnḫ par « Wiederlebter », idée rendue par wḥm.n⸗f mswt d (...)

Boukhis, <fils de> Ihet-ouret, a fait une sortie processionnelle à la Butte de Djémê et s’est dressé en vie27 devant son kiosque.

16Sa localisation n’est pas précisée, mais il paraît raisonnable de proposer Ermant, situé sur la même rive que Djémê, d’autant que la stèle no 20 du Bucheum, sous le règne de Dioclétien, révèle :

rwḏ nf mȝr m ḥb ʿȝ m-ẖnw Spȝt-ḥȝt nt Rʿ njwtf nfrt

  • 28 Sur Spȝt-ḥȝt et Spȝt-ḥȝt-nt-Rʿ, voir Ermant II, p. 77-81.

(On) a construit pour lui un mȝr lors de la grande fête dans la Province du commencement de Rê, sa belle ville28.

17Il semble donc que le pȝ kȝ ʿȝ wr šps, identifié à Montou-Rê, maître de Tôd, et à Montou-Rê-Horakhty, maître d’Ermant, soit associé à un troisième mȝr situé à Médamoud.

2.5. Scène 37

18Immédiatement au-dessus du bandeau 35, Auguste procède à l’offrande de la Campagne au pȝ kȝ ʿȝ wr šps précédé du taureau Boukhis dont l’image, qui était sans doute située sous l’inscription centrale en lignes, n’est pas conservée (fig. 3).

Fig. 3.Auguste offre la Campagne à Boukhis et au très ancien taureau vénérable (scène 37).

Fig. 3. Auguste offre la Campagne à Boukhis et au très ancien taureau vénérable (scène 37).
  • 29 Urk. VIII, 30 = KN 19a.
  • 30 Ermant II, p. 67-69 et 84-89 ; Thiers 2021, p. 144-145 et 148-149.
  • 31 Tôd I, 141 et 154.
  • 32 LD IV, 64a.

19Les offrandes à Boukhis subsistant dans les temples de la région sont rares. Quatre sont des offrandes de la Campagne : la scène 19a de la porte de Karnak-Nord29, où il est associé à Montou (Ptolémée III ou IV), la scène 17 de la porte de Ptolémée VI à Ermant30, et deux scènes de la salle hypostyle du temple de Tôd31, dont la moitié qui comportait la figuration d’une ou deux divinités accompagnant le taureau est détruite. Par ailleurs, une scène du mammisi d’Ermant montrait Cléopâtre VII adorant Boukhis suivi de Montou et de Râttaouy32. Les trois premières attestations sont d’époque ptolémaïque, la quatrième est de peu antérieure à notre scène 37.

  • 33 Quoique ce texte diffère des légendes conservées de Boukhis (Goldbrunner 2004 ; Thiers 2021) et n’ (...)

20Seule la partie inférieure des colonnes de la légende de Boukhis33 subsiste :

Image

x+4 [...] pȝwty wḥm ḫprw n x+5 […] m-ẖnw n ḥwtf ḥw btšw x+6 […] (?) ḫnty (?) r ḏt n ḏdw tp tȝ

x+4 [...] le dieu primordial, qui renouvelle la manifestation de x+5 […] à l’intérieur de son château, qui frappe les ennemis, x+6 […] (?), qui préside à (?) l’éternité des dieux ancêtres sur terre.

21La légende du pȝ kȝ ʿȝ wr šps est majoritairement conservée :

Image

x+7 ḏd mdw (j)n pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw nṯr nṯrj ḫ[pr] x+8 ẖr ḥȝt Nww wr m-ʿb mswf ḥtp [m Dwȝt] x+9 nt(t) ḥr jmy-wrt sw ȝy m kȝ nb Mȝdw m wʿ dmḏ m x+10 [ḏt]s[n] ḥr pw šm ḥr [ḥsbsw] tjt[sn] nt kȝ rnp

x+7 Paroles dites par le très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud, dieu divin, qui s’est manifesté x+8 au commencement, Noun l’ancien accompagné de ses enfants qui reposent [dans la Douat] x+9 qui est à l’Occident ; il est certes le taureau, maître de Médamoud, l’unique qui unit x+10 leu[rs corps], étant fidèle à [leur] image de jeune taureau.

  • 34 Urk. VIII, 27, KN 22a, c, 2.
  • 35 Zivie-Coche 2015, p. 349.

22Le caractère primordial du dieu et son identification à Noun l’ancien entouré de ses enfants qui se subsument en l’image d’un jeune taureau sont exprimés pratiquement de la même manière sur la porte de Karnak-Nord : kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw nṯr nṯrj ḫpr ẖr-ḥȝt Nww wr m-ʿb mswf m tjtsn nt rnp34. Notre texte précise que les enfants du Noun reposent [dans la Douat] qui est à l’Occident, tandis qu’à Médinet Habou les membres de l’Ogdoade ḥtp m Dwȝtsn m Jȝt-Ḏȝmt « reposent dans leur Douat, dans la butte de Djémê35 ». Le texte proclame ensuite sans ambiguïté la relation étroite qui existait entre le pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw et le kȝ nb Mȝdw. La dernière colonne, sévèrement martelée, est plus originale. Quoique se terminant par tjt[sn] nt kȝ rnp comme la légende de Karnak-Nord mentionnée ci-dessus, elle ajoutait une information sans parallèle dans les inscriptions relatives au kȝ ʿȝ wr šps qui nous sont parvenues.

23Le texte du centre de la scène qui surmontait l’image du taureau ne subsiste qu’en partie et de nombreux signes sont incertains.

Image

x+11 […] ȝḫt m prf m Jwnw j[q]ḥ x+12 […] m […] ḏd[t]w Ṯȝw-sp m rn[f] x+13 […] ḏȝ.n[f] (?) ȝḫt (?) n[t] pt ḏd rȝf Nww-jtsn rnsn ḥr mȝȝ x+14 […] ḏ[…] m nn mȝwt dy […] kȝ sȝb […]( ?) rn n njwt t[n] n Mȝdw

  • 36 Comparer Urk. VIII, 27, KN 22a, c, 3 où le cercle est figuré comme le signe Aa1 dans le fac-si (...)

x+11 […] l’horizon quand il sort d’Héliopolis et pénètre x+12 […] (?) […] dans […] l’appelle-t-on Tjaousep36 en [son] nom x+13 [… il] a traversé (?) [l’hori]zon (?) du ciel, prononçant sa formule : « le Noun-est-leur-père » est leur nom, quand [ils] voient x+14 […] (?) […] par ces rayons ici (?) […] le taureau tacheté […] le nom de cette ville de Médamoud.

  • 37 Drioton 1926, p. 16, no 14.
  • 38 Goldbrunner 2004, p. 17 ; AnLex 78.1064.
  • 39 Otto 1938, p. 37 et 51 ; Goldbrunner 2004, p. 20.
  • 40 Le « taureau tacheté » est mentionné sur la stèle de Pithom après Apis et Mnévis, les trois taurea (...)
  • 41 Ermant II, 16-17, p. 65-69 et 84-89 ; Thiers 2021.

24Cette monographie de quatre lignes fragmentaires résumait apparemment le rôle de Boukhis et du pȝ kȝ ʿȝ wr šps dans l’adaptation locale du mythe héliopolitain37. Elle est suffisamment conservée pour qu’on perçoive son importance, mais malheureusement trop lacunaire pour qu’on puisse en interpréter tout le contenu. La précision prf m Jwnw rappelle la connotation héliopolitaine de Boukhis, de même que son épiclèse wḥm Rʿ « hypostase de Rê38 » qu’il semble avoir empruntée à Mnévis39, et le caractère primordial des acteurs. Elle renferme deux épiclèses du pȝ kȝ ʿȝ wr šps : Ṯȝw-sp « Tjaousep » et kȝ sȝb « le taureau tacheté40 », qui le qualifient respectivement dans le bandeau 3, 1 de la porte de Tibère, dans le bandeau 35, 1 mentionné ci-dessus et dans la scène 22a de la porte de Karnak-Nord. Ces indices, qui tendent à associer étroitement les deux entités divines de la scène – le taureau vivant et le pȝ kȝ ʿȝ wr šps anthropomorphe –, sont confirmés par l’association entre Boukhis et les quatre couples Montou-Râttaouy développée dans le bandeau 16 et la scène 17 de la porte de Ptolémée VI à Ermant41. On notera également que « “Le Noun-est-leur-père” est leur nom » constitue une formule à prononcer lors du rite représenté.

2.6. Scène 55

25La scène, qui occupe l’extrémité nord du linteau au revers de la porte et date du règne de Tibère, renferme une offrande de vin au pȝ kȝ ʿȝ wr šps et à Harprê.

Fig. 4. Tibère offre du vin au très ancien taureau vénérable et à Harprê (scène 55).

Fig. 4. Tibère offre du vin au très ancien taureau vénérable et à Harprê (scène 55).

26La légende du pȝ kȝ ʿȝ wr šps reprend le contenu essentiel de celle de la scène 37, mais dans un ordre différent et avec quelques variantes :

Image

7 ḏd mdw [j]n pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw nṯr ʿȝ nb pt tȝ [Dwȝt] mw ḏww 8 sm [n] ṯȝw dmḏ m wʿ Nww wr m-ʿb msw[f…] ʿb(w) 9 m Dwȝtsn nty ḥr jm[y-wrt] m Jmn wr n Ḫmnyw nb ṯst (?) 10 m Mȝdw rʿ nb sp sn m ḏdw (?)[…] mn (?) m hȝw Jmn nty nmt-ʿnḫ mȝwt 11 […]

7 Paroles dites par le très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud, le grand dieu maître du ciel, de la terre, [de la Douat], de l’eau et des montagnes, 8 image [des] enfants mâles réunis en un, Noun l’ancien avec [ses] enfants […] réunis 9 dans leur Douat qui est à l’Occi[dent], en tant qu’Amon l’ancien des Huit, maître de la butte (?) 10 dans Médamoud, chaque jour deux fois, en disant : […] demeurant (?) au voisinage d’Amon de Khénemet-ânkh, à nouveau. 11 […].

  • 42 Voir infra, p. 529.
  • 43 Supra, scène 37, x+10.
  • 44 Urk. VIII, 30, b = KN 19a, c, 3 et Urk. VIII, 27, KN 22a, c, 2.

27Ici, le pȝ kȝ ʿȝ wr šps est d’abord identifié à Amon à travers ses épiclèses les plus fréquentes : nṯr ʿȝ nb pt tȝ [Dwȝt] mw ḏww. Le topos de la réunion des mâles en une seule entité divine, assimilée à Noun l’ancien accompagné de ses enfants et aux Huit, est introduit par sm [n] ṯȝw dmḏ m wʿ « image [des] enfants mâles réunis en un », tandis que sm n est absent des épithètes correspondantes de Montou-Rê à Médinet Habou42 et que c’est le mot tjt qui est employé dans l’épithète tjt n kȝ rnp43/rnp44. La lacune entre jmy-wrt et m est trop courte pour avoir renfermé autre chose que les compléments phonétiques et le déterminatif du mot ; c’est aussi l’expression qui est employée dans la scène 37, x+9 pour définir le lieu où reposent les enfants du Noun, également mentionnés en x+10.

  • 45 Wb V, 401, 5-10. Voir infra, p. 529.

28Le dieu, assimilé à Amon l’ancien des Huit, porte ici une épiclèse rare, nb ṯst (?) m Mȝdw « maître de la butte (?) dans Médamoud », mise en relation avec Amon de Khénemet-ânkh, dans le cadre d’un rite à accomplir deux fois par jour. Ce passage, malheureusement lacunaire, associe néanmoins clairement une butte présente à Médamoud avec la nécropole de Djémê. Le mot ṯst/ṯsyt apparaît en outre dans la scène 6, 20 où Tibère offre la Campagne à Amon qui lui déclare : djj nk ṯsyt [...] « je te donne la butte [...]. » Il désigne une éminence ou une colline45.

3. Le pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw à Médamoud et ailleurs

  • 46 Valbelle 1992 ; Sambin 1992, p. 174-176 ; Zivie-Coche 2015, p. 339-340, n. cc ; Goldbrunner 2004, (...)

29La plupart des attestations du pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw en dehors de la porte de Tibère ont déjà été répertoriées à plusieurs reprises46. Elles lui sont apparemment toutes antérieures, à l’exception de celles du mur péribole nord de Médamoud, dont le décor a été exécuté sous Trajan, du propylône de Deir Chelouit, qui date du règne d’Othon, et du décor extérieur du mur de la salle hypostyle du temple de Tôd, réalisé sous Antonin le Pieux.

Tableau récapitulatif des mentions et figurations du pȝ kȝ ʿȝ wr šps.

  • 47 Munro 1973, p. 325.
  • 48 Carlotti 2015 ; Sambin 2015a.
  • 49 La date de la sculpture du relief fait toujours débat : voir en dernier lieu Relats Montserrat, Me (...)
  • 50 Zivie-Coche 2015, p. 339.
  • 51 Thiers 2007a, II, p. 1809 ; Varga 2021, p. 168, n. 62.
Fin ive s. av. J.C. pȝ kȝ ʿȝ wr šps nty m Mȝdw mnw ʿȝw wrw nw pȝwty tpy Papyrus de Nesmin P. BM 10209, IV, 16-17
250-23047 kȝ wr šps n mnyw ʿȝ wrw Stèle de Pa-hat Copenhague ÆIN 740, l. 6
Ptolémée II Copie du P. Nesmin [pȝ kȝ ʿȝ wr šps nty m Mȝdw mnw ʿȝ wrw nw pȝwty tpy] Revers de la porte de fête-sed à Médamoud
Ptolémée II48 Procession géographique vers le pȝ kȝ ʿȝ wr šps Temple de Médamoud no 68-91 soubassement de l’arrière-temple
Ptolémée II à VIII49 Relief cultuel dit « de l’oracle » : offrande de la Campagne à Boukhis et au [pȝ kȝ ʿȝ wr šps (?)] Temple de Médamoud, relief du mur extérieur sud
Ptolémée III Encensement et libation au pȝ kȝ ʿȝ wr šps Porte de Karnak-Nord, scène 22a
Ptolémée IV ʿq nb r pr pn pȝ kȝ ʿȝ wr [šps ry-jb] Mȝdw wʿb sp fdw Porte de la butte de Djémê à Médamoud, bandeaux des soubassements
... jr.nf m mnwf n jtf pȝ kȝ ʿȝ wr [šps ry-jb Mȝdw] jrt nf sbȝ šps m-ft-r [... ]f nt[y] rnf sbȝ n Jȝt-ȝmt [n]-mrwt rdjt mȝȝ r r Musée des Beaux-Arts de Lyon
Ptolémée VIII Offrande d’encens au ʿȝ wr šps, Râttaouy et Harpré Temple de Tôd, second vestibule : Tôd II, 228, 6
Ptolémée VIII Figuration de la statue du pȝ kȝ ʿȝ wr šps Crypte I : Tôd II, 284 I, 53-54
Ptolémée VIII Offrande de vin au pȝ kȝ ʿȝ wr šps ry-jb Mȝdw, Harprê et Râttaouy Temple d’Opet, paroi sud de la salle du nord, scène 114
Ptolémée IX Offrande des tiges de millions d’années au pȝ kȝ ʿȝ wr šps ry-jb Mȝdw Nww wr pr r ȝt Porte de Médinet Habou, embrasure, extérieur nord, registre supérieur50
Ptolémée IX pȝ kȝ ʿȝ wr šps ry-jb Mȝdw Porte de Médinet Habou, extérieur sud, linteau
Ptolémée XII ? pȝ kȝ ʿȝ wr šps ry-jb Mȝdw pȝwty(w) dm(w) nʿ jts[n] Tȝ-nn Kiosque septentrional de Médamoud no 410
Cléopâtre VII et Césarion Montou-Rê : ȝw fdw n pȝwtyw dm tsn m pȝ kȝ ʿȝ wr šps ry-jb Mȝdw Colonne du Mammisi LD IV, 62a
Auguste Cryptogramme nord : tp dj nswt pour le [pȝ kȝ ʿȝ wr šps] Scène 33 de la porte de Tibère, embrasure nord-est
Auguste […] pȝ-kȝ-ʿȝ-wr-šps skr.tj m qdf r sr btšw nw tȝ r ȝwyf ʿwyf r mʿr []r bnw mnjb r w rkyw sbyw r [jrsn] m ʿyt šʿtf rw […] ȝkw-jbw nt[f] bjk tkk ʿnw btg rdwy n sntyw Bandeau 35, 2 de la porte de Tibère, embrasure nord-est
Auguste Offrande de la Campagne à Boukhis et au pȝ kȝ ʿȝ wr šps Scène 37 de la porte de Tibère, embrasure nord-est, 1er registre
Tibère Procession de Nils et d’une Campagne menée par le roi de Basse Égypte vers le pȝ kȝ ʿȝ wr šps Scène 1 de la porte de Tibère, soubassement de la façade du montant nord
Tibère Offrande de vin au pȝ kȝ ʿȝ wr šps et à Harprê Scène 55 de la porte de Tibère, revers du linteau, extrémité nord
Trajan procession des Nils et Campagnes vers le pȝ kȝ ʿȝ wr šps Temple de Médamoud, soubassement du mur extérieur nord
Othon Offrande d’encens au pȝ kȝ [ʿȝ wr] šps, suivi d’[une déesse] Porte du temple de Deir Chelouit, scène 13, 6
Antonin le Pieux Offrande de blé au pȝ kȝ ʿȝ wr šps et à Amonet Mur extérieur du temple de Tôd51

30Outre sa mention dans le passage du manuel des glorifications lors de la Belle Fête de la Vallée dans le papyrus de Nesmin, dont la copie se trouvait sur le revers de la porte de fête jubilaire à Médamoud et la citation qui en est faite sur la stèle de Pa-hat, le pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw est présent sur plusieurs monuments de la région thébaine : sur les portes de fête-sed et de Ptolémée IV, dans la partie septentrionale du temple et du propylône de Médamoud, sur le relief cultuel dit « de l’oracle » situé sur le mur extérieur méridional dans l’axe de l’arrière-temple, sur le propylône de Karnak-Nord, dans les temples d’Opet et de Tôd, sur les propylônes de Médinet Habou et de Deir Chelouit. On notera son absence sur la porte du deuxième pylône de Karnak, dans le temple de Deir el-Médina et au Kasr el-Agouz.

4. Le caractère primordial du pȝ kȝ ʿȝ wr šps

  • 52 Plusieurs inscriptions lacunaires du soubassement extérieur nord et du kiosque septentrional du te (...)

31Au-delà de la signification de son nom, la quasi-totalité des légendes relatives au pȝ kȝ ʿȝ wr šps relie le dieu aux origines du monde et aux principales entités divines qui y sont associées52 : Amon l’ancien, Noun l’ancien, l’Ogdoade, Méhet-ouret, Taténen, Chou et Montou-Rê.

4.1. Amon l’ancien

– ntk kȝ wr Jmn wr « Tu es le taureau ancien, Amon l’ancien » (scène 1, 18) ;
– m Jmn wr n Ḫmnyw « en tant qu’Amon l’ancien des Huit » (scène 55, 9) ;
– ntk nṯr šps ḫpr ẖr ḥȝt Jmn jmn […] « Tu es un dieu vénérable qui est venu à l’existence au commencement, Amon le caché […] » (scène 1, 6) ;
– nṯr ʿȝ nb pt tȝ [Dwȝt] mw ḏww « le grand dieu maître du ciel, de la terre, [de la Douat], de l’eau et des montagnes » (scène 55, 7).

4.2. Noun l’ancien

  • 53 Urk. VIII, 27, KN 22a, c, 2.
  • 54 Zivie-Coche 2015, p. 363.

– ḫ[pr] ẖr ḥȝt Nww wr m-ʿb mswf ḥtp [m Dwȝt] nt(t) ḥr jmy-wrt « qui s’est manifesté au commencement, Noun l’ancien accompagné de ses enfants qui reposent [dans la Douat] qui est à l’Occident » (scène 37, x+7-9) ;
– ḏȝ(?).n[f ȝḫ]t n[t] pt ḏd rȝf Nww-jtsn rnsn « [… il] a traversé (?) [l’hori]zon (?) du ciel, prononçant sa formule : “le Noun-est-leur-père” est leur nom. » (scène 37, x+13) ;
– sm [n] ṯȝw dmḏ(w) m wʿ Nww wr m-ʿb msw[f …] ʿb(w) m Dwȝtsn nty ḥr jm[y-wrt…] « image [des] mâles réunis en un, Noun l’ancien accompagné de [ses] enfants […] réunis dans leur Douat qui est à l’Occi[dent] » (scène 55, 7-9) ;
– nṯr nṯrj ḫpr ẖr-ḥȝt Nww wr m-ʿb mswf m tjtsn nt rnp « dieu divin qui s’est manifesté au commencement, Noun l’ancien accompagné de ses enfants comme leur image de jeune taureau53 » ;
– Nww wr ḫpr ẖr ḥȝt « Noun l’ancien qui s’est manifesté au commencement54 ».

4.3. L’Ogdoade55, Méhet-ouret et Taténen

  • 55 Outre leur proximité dans le papyrus de Nesmin et ses copies sur la stèle de Pa-hat et le revers d (...)

– ntk Ḫmnyw m ḫprsn r qmȝ pȝwty-tpy n Mḥt-wrt « Tu es les Huit dans leurs manifestations, afin de créer le primordial de Méhet-ouret » (scène 1, 24) ;
– […] hȝyt n [Ḫmnyw …] Sȝw-[n]sn jrw nw Mȝdw m mȝrw ḫntys m kȝ sȝb m jrwf n kȝ rnp st pw nty Tȝ-ṯnn wr [mj] qdf [m-]ḫnts ḥtp r ṯȝwf « […] le portique de [l’Ogdoade ...] tous les Dieux-Gardiens de Médamoud étant dans le kiosque devant lui, comme un taureau bigarré en sa forme de jeune taureau. C’est la place devant laquelle Taténen l’ancien [en] personne repose près de sa progéniture » (bandeau 35, 1).

4.4. Chou

ntk jwn wr « Tu es le vent ancien (Chou) » (scène 1, 30).

4.5. Montou-Rê et les quatre mâles des primordiaux

32Dans une légende de Montou-Rê sur le propylône de Médinet Habou, il est précisé :

  • 56 Zivie-Coche 2015, p. 339-340.

– ... ṯȝyw fdw n pȝwtyw dmḏ(w) ḏtsn m kȝ spd ḥnty m rnf n pȝ kȝ [ʿȝ wr] šps ḥry-jb Mȝdw « ... les quatre mâles des primordiaux ayant réuni leurs corps en un taureau aux cornes acérées, en son nom de très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud » ;
– ... ṯȝyw fdw n pȝwtyw m rnf n pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw « ... les quatre mâles des primordiaux en son nom de très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud56 ».

33On rappellera que les quatre taureaux et leurs quatre femelles se confondent avec les Huit.

5. Le pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw, le pȝ kȝ Mȝdw
et le pȝ kȝ ḥry-jb Mȝdw

  • 57 Zivie-Coche 2015, p. 339.

34Ainsi qu’on l’a vu, l’équivalence entre le pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw et le kȝ nb Mȝdw est affirmée dans la scène 37, x+7-9 de la porte de Tibère : sw ȝy m kȝ nb Mȝdw « il est certes le taureau maître de Médamoud ». Par ailleurs, la porte de Médinet Habou, dont le décor date de Ptolémée IX, renferme déjà la phrase déterminante que nous venons de citer sur l’identité de Montou-Rê et du très ancien taureau vénérable : « Les quatre enfants mâles des primordiaux ayant réuni leurs corps en un taureau aux cornes acérées en son nom de très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud57. »

  • 58 Varga 2021, p. 171.
  • 59 Tôd II, 284 I, 53-54.
  • 60 Ibid., 284 I, 11-12.
  • 61 Ibid., 284 I, entre 14 et 15.
  • 62 Ibid., 284 I, 27 et 48-51.
  • 63 Goldbrunner 2004, p. 200 ; Relats Monserrat 2017, p. 132-133.
  • 64 Hodjash, Berlev 1982, no 92, p. 149 et 152-153 ; Goldbrunner 2004, p. 29 ; Thiers 2021, p. 143, n. (...)
  • 65 Leclant 1961, p. 216, inscr. A, l. 25-26 ; Varga 2021, p. 169.

35Néanmoins, ainsi que l’a rappelé Dániel Varga58, les représentations statuaires des cryptes de Tôd distinguent le pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw anthropomorphe59 du [...] kȝ Mȝdw [...]60 et de plusieurs autres taureaux sur un piédestal61, ainsi que de plusieurs Montou taurocéphales62. Les deux inscriptions citées ci-dessus proclament donc l’assimilation – et non l’identité – du pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw à Montou-Rê et son animal sacré, chacun représentant une entité différente dotée d’une nature propre, d’un aspect distinct – humain pour le pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw, taurocéphale pour Montou-Rê, taurin pour son animal sacré qui s’incarne dans Boukhis. Cette « trinité » s’est formée progressivement. Sous le règne d’Aménemhat Ier, Montou est qualifié de kȝ ḥry-jb Jwnw prj m ḏrty et, dès celui de Sésostris III, de kȝ ḥry-jb Mȝdw63. La plus ancienne représentation connue de Boukhis se trouve sur une stèle de la XXe dynastie64. Sous la XXVe dynastie, l’inscription de Montouemhat dans le temple de Mout à Karnak proclame : [ms].nj pȝ kȝ n Mȝdw m ṯjtf ḏsrt qd.[n]j ḥwtf nfr s(t) r jms (ḥȝt) « J’ai réalisé une image sacrée du taureau de Médamoud et j’ai construit son temple de sorte qu’il soit plus parfait qu’auparavant65. »

  • 66 Varga 2021, p. 176-177.
  • 67 Fairman 1934, pl. I, 2 ; https://www.ifao.egnet.net/bases/cachette/ck170. Voir infra, p. 531.
  • 68 Drioton 1931, p. 260-261.

36Le pȝ kȝ Mȝdw figure dans la formule d’ḥtp-dj-nswt du pilier dorsal de la statue de Rahat qui vivait à la fin de la XXXe dynastie (Caire JE 37342) et dans les titres du clergé de cette époque qui nous sont connus : ḥm-nṯr n pȝ kȝ Mȝdw (statue de Pȝ-dj-jmn-nb-nswt-tȝwy, Caire JE 37167) et ḥm-nṯr n pȝ kȝ ḥry-jb/n Mȝdw (statue de Ihat, Caire JE 37857)66. Sur la statue d’Ahmès (Caire JE 37075) qui date de la XXXe dynastie ou de Ptolémée III, on apprend que le personnage avait « accès à l’imentet du taureau qui réside à Médamoud, qui voit l’image secrète du dieu primordial67 ». Enfin, c’est l’expression pȝ kȝ Mȝdw qui est reprise dans les textes de chacune des quatre statues ptolémaïques taurocéphales de Montou découvertes avec les quatre statues de Râttaouy dans l’arrière-temple de Médamoud : nty ḥtp n tȝ st n pȝ kȝ Mȝdw « qui repose dans la place du taureau de Médamoud68 ». La formule [ḥr]-p[ȝ-rʿ] sȝ pȝ kȝ Mȝdw ḫy šps n rʿ wr ḥtp.tj ḥnʿ jtwf mwwtf jr stf m Mȝdw r-gssn ḥtm ʿbȝsn m ḏfȝw […] « [Har]-p[rê], fils du taureau de Médamoud, enfant vénérable de Rê l’ancien, qui repose avec ses pères et ses mères, qui a fait sa place à Médamoud à leur côté et approvisionne leurs autels en provendes […] » (scène 8, 13-16) fait référence à Montou-Rê et Râttaouy. En outre, Amon est qualifié de sȝ n pȝ kȝ mdw « fils du taureau de Médamoud » dans le bandeau 30, 8.

6. Le pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw et les autres dieux

  • 69 Thiers 2007a, II, p. 1809 ; Varga 2021, p. 168, n. 62.
  • 70 Tôd II, 284, I, 53-54.

37Sur la porte de Tibère, le très ancien taureau vénérable est associé à Amonet dans la scène 13, comme sur le mur extérieur de la salle hypostyle du temple de Tôd69 ; il figure dans la scène 37 avec Boukhis, comme dans le relief cultuel dit « de l’oracle » ; et, dans la scène 55, il est accompagné de Harprê, comme dans la scène 228 du second vestibule du temple de Tôd, où ce dernier est précédé de Râttaouy. Sa statue est suivie de celle de Râttaouy dans la première crypte du même temple70. Dans la scène 22a de la porte de Karnak-Nord, le dieu est seul face au roi. Dans la scène 114 du temple d’Opet, le dieu – qui porte les épithètes nb grḥ sḫpr sšp sḥḏ tȝwy m ḥḏḏwt jtnf « maître de la nuit, qui fait se manifester la lumière, qui éclaire le Double Pays de l’éclat de son disque » – est suivi de Montou-Rê, maître de Thèbes et de Râttaouy, qui réside à Thèbes. Dans la scène 13 du propylône de Deir Chelouit, l’identité de la déesse située derrière lui n’est pas conservée.

7. La contribution de la porte de Tibère à l’interprétation du relief cultuel, dit « de l’oracle »

  • 71 Thiers 2021, p. 143-157. Contrairement à ce qu’écrit Dániel Varga (2021, p. 172, n. 100), il ne s’ (...)
  • 72 Valbelle 1992, p. 15.
  • 73 Thiers 2021, p. 155 et 158.
  • 74 Relats Montserrat, Medini 2018, p. 372-373 et Thiers 2021, p. 157-158.
  • 75 Supra, fig. 3.
  • 76 Relats Montserrat, Medini 2018, p. 369 et 382 ; Sambin 2015b, p. 117.

38Concernant les divinités représentées sur ce relief, Christophe Thiers vient de démontrer définitivement que le taureau est bien Boukhis71, ce qui me paraissait déjà une évidence depuis trente ans72. Quant à l’identité du dieu debout derrière lui, le relief de Karnak-Nord l’a conduit à privilégier qu’il puisse s’agir de Montou-Rê73, supposition qui a du sens, d’autant que l’inscription du chambranle ouest mentionne ce dieu à trois reprises74. En outre, l’épiclèse qui lui est attribuée en scène 57, 10 de la porte de Tibère – sbb ḫrywt « qui fait venir les décrets oraculaires » – pourrait l’associer à ces pratiques. Néanmoins, la scène 3775 me porte plutôt à proposer d’y voir le pȝ kȝ ʿȝ wr šps, éventualité également prise en compte par C. Thiers après avoir pris connaissance du manuscrit de La Porte de Tibère, et déjà envisagée par F. Relats Montserrat et L. Medini, ainsi que Ch. Sambin76. En outre, comme ils le faisaient remarquer, le roi s’adresse au dieu debout derrière Boukhis, en le désignant comme kȝ wr « ancien taureau ». Si cette forme courte de l’épiclèse ne permet pas d’assurer l’identité du dieu, elle contribue à conforter cette hypothèse.

  • 77 Bisson de la Roque 1927, p. 120 ; Valbelle 1992, p. 14.

39Or, la divinité accompagnant le taureau Boukhis est clairement en rapport direct avec le lieu. À Médamoud, la situation que le relief cultuel connu sous le nom de relief « de l’oracle » occupe dans l’axe de l’arrière-temple dévolu au pȝ kȝ ʿȝ wr šps confirme l’identité du dieu associé au tableau (fig. 5) qui externalise, pour les dévots n’ayant pas accès à l’intérieur du temple, la quintessence des mystères qui s’y déroulaient ou y étaient symboliquement figurés77. En effet, l’association de ces deux entités me paraît la clé de la théologie élaborée à Médamoud, combinant une entité divine primordiale anthropomorphe et l’hypostase taurine des quatre Montou.

Fig. 5. Reconstitution hypothétique des acteurs du relief cultuel : l’empereur, « le très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud » et Boukhis, à partir du fac-similé de Jacques Jean Clère (d’après Drioton 1926, p. 43, fig. 6).

Fig. 5. Reconstitution hypothétique des acteurs du relief cultuel : l’empereur, « le très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud » et Boukhis, à partir du fac-similé de Jacques Jean Clère (d’après Drioton 1926, p. 43, fig. 6).
  • 78 Ermant II, nos 16-17 (Thiers 2021, p. 145, fig. 1).
  • 79 Ermant II, p. 68.
  • 80 LD IV, pl. 64a.
  • 81 Mond, Myers 1934.

40Si l’on prend en considération le décor reconstitué de même nature provenant d’une porte ptolémaïque d’Ermant78, où c’est une déesse – peut-être Tanenet – qui se tient derrière Boukhis, il semble que ce type de scène associant ce taureau à une divinité ait été plus fréquent que les vestiges qui nous sont parvenus ne le laissaient supposer. Les scènes 37 de la porte de Tibère, 19a de Karnak-Nord et 154 de Tôd sont des offrandes de la Campagne et il est vraisemblable qu’il en aille de même pour celle d’Ermant, dont le rite n’est pas conservé79. En outre, le contre-don du relief cultuel dit « de l’oracle » – djj nk jmyt-pr r jfdw n tȝ swsḫj tȝšf r-ʿ nnt « Je te donne le titre de propriété des quatre coins de la terre ; j’élargis tes frontières jusqu’aux limites du ciel » – exprime une idée commune à de nombreuses offrandes de la Campagne, notamment la scène 6 de la porte de Tibère : [mn nk sḫt m j]fdw n(w) nnt « [Prends pour toi la Campagne, depuis les q[uatre coins du ciel » (6, 1), djj nk šn n tȝ r ȝw[f…] « Je t’accorde la circonférence de la terre entière […] » (scène 6, 15) et ḥry jdb jrr wpt tȝš « Le supérieur des rives qui procède à l’ouverture des frontières » (scène 6, 17-18). La scène du mammisi d’Ermant est de nature différente, puisqu’elle montre Cléopâtre VII en adoration devant Boukhis, Montou et Tanenet80, et les stèles du Bucheum comportent également divers rites81.

  • 82 Drioton 1926, p. 45, no 100 ; Valbelle 1992, p. 14-15.
  • 83 Relats Montserrat, Medini 2018.
  • 84 Gutbub 1984, p. 33-34.
  • 85 Relats Montserrat, Medini 2018, p. 381, n. c.
  • 86 Râttaouy est nbt wḏt « maîtresse des décrets » dans la même scène 57, 13.
  • 87 Edwards 1960, références p. 125.
  • 88 Deir Chelouit I, 16,2 et 19.
  • 89 Klotz 2012, p. 357-360, 5.11.1.8, n. (c) et n. 873.

41Quant à la signification oraculaire du tableau82, récemment remise en question83, son interprétation comme relief cultuel avait déjà été évoquée par Adolf Gutbub, qui le mettait en relation avec l’arrière-temple84 . Le mot ḫryt85 qualifiant la scène se retrouve dans l’épiclèse de Montou-Rê, sbby ḫrywt « qui fait venir les décrets oraculaires », de la scène 57, 10 de la porte de Tibère86. Le mot est au pluriel et comporte le déterminatif des documents écrits, comme dans tous les exemples définissants les « oracular amuletic decrees » du début de la Troisième Période intermédiaire87. Deux des mentions du mot dans le temple de Deir Chelouit sont déterminées par le rouleau de papyrus88, qui désigne également des documents écrits. L’exemple de Médinet Habou89 comme celui de Médamoud sont déterminés par l’homme assis portant la main à la bouche, ce qui suggère une intervention orale. Concernant ce dernier exemple et l’interprétation à donner à la scène correspondante, on ne peut exclure un lien entre les deux mentions présentes à Médamoud. Les vocables ḫrtw et ḫryt constituent deux états d’un seul et même mot, désignant des démarches divines ou royales proches. L’interprétation de la scène comme un relief cultuel ne me semble pas incompatible avec la notion de décret oraculaire.

8. L’arrière-temple et la chétyt

  • 90 Drioton 1926, p. 25, no 34 ; Sambin 2015a, p. 274.
  • 91 Drioton 1926, p. 36-40, nos 68-91.
  • 92 Ibid., p. 38, no 83.

42Le bandeau de soubassement situé sur le mur est de façade du couloir qui conduit à l’arrière-temple porte l’inscription : jr.nf m mnw n jtf Jmn-Rʿ nswt nṯrw pȝ nṯr ʿȝ n ḏr-ʿ jrn.f […] štyt Ḫmnyw « il l’a fait comme son mémorial pour son père Amon-Rê, roi des dieux, le grand dieu depuis l’origine, l’acte de faire […] chétyt des Huit90 ». Les fragments d’inscriptions conservés sur les soubassements des trois salles de l’arrière-temple de Médamoud indiquent que cette partie du monument était consacrée au pȝ kȝ ʿȝ wr šps, vers lequel se rendait une procession, aujourd’hui très lacunaire, des provinces de Basse Égypte, menée par Ptolémée II91. Dans la salle XVII, le roi se dirige vers Amon, Montou et le très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud92. Sur la porte de Tibère, Montou est nommé Mryty m ḥqȝ ḥry šṯyt « Méryty, comme prince à la tête de la chapelle-chétyt » (scène 58, 17).

  • 93 Ibid., p. 37, no 77, 1.
  • 94 Ibid., p. 16, no 14.

43Si le texte du bandeau de la salle XVI n’est guère révélateur quant au nom et à la fonction de la construction, la phrase stḥn.nf tȝ qȝȝt Mȝdw m prt nbt « il a fait étinceler/rendu bleu le tertre de Médamoud de toutes ses semences93 » fait écho à jwḥ.nf qȝ(yt)k « il (le flot de l’inondation) a irrigué ton tertre » (scène 1, 23) et à jṯ.nf bwȝt « elle (l’inondation) s’est emparée de la colline » (bandeau 2, 24). Par ailleurs, une inscription du montant sud de la porte centrale du portique du temple révèle : jr jȝt tn Mȝdw rns bw pw spr Rʿ rf « Quant à cette butte, dont le nom est Médamoud, c’est le lieu où Rê arriva94 ». Les termes bwȝt, qȝȝt et jȝt font référence à des terres émergées en rapport avec la création du monde, une terre sacrée, voire un tertre funéraire. Rappelons enfin l’épiclèse nb ṯst (?) m Mȝdw (scène 55, 9-10) citée plus haut, qui implique également l’existence d’une éminence en relation avec le très ancien taureau vénérable, ou Amon l’ancien auquel il s’identifie, et la phrase djj nk ṯsyt [...] « je te donne la butte [...] » qui accompagne l’offrande de la Campagne à Amon (scène 6, 20).

  • 95 Voir supra, scène 1, 24.
  • 96 Urk. VIII, 27, b = KN 22a, c.

44Le lien consubstantiel entre l’Ogdoade et le très ancien taureau vénérable est notamment proclamé sur le soubassement nord de la façade de la porte de Tibère : « Tu es les Huit dans leurs manifestations95. » Il est assimilé aux quatre mâles désignés comme les enfants de Taténen ou de Noun l’ancien sur la porte de Tibère (supra, scènes 37, x+7-x+14 ; 55, 7-11) et sur le propylône de Karnak-Nord96. Sur celui de Médinet Habou, Montou déclare :

ṯȝw fdw n(w) pȝwtyw dmḏw ḏtsn m kȝ spd ḥnty m rnf n pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb Mȝdw

  • 97 Zivie-Coche 2015, p. 339-340.

« Les quatre mâles des primordiaux ayant réuni leurs corps en un taureau au cornes acérées en son nom de très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud97. »

  • 98 « Le 13 mars à 15 heures, dans l’angle intérieur sud-est du temple au niveau de l’assise médiane d (...)
  • 99 Relats Montserrat, Medini 2018, p. 387.

Les quatre Montou et les quatre Râttaouy dont les statues en calcaire dorées de Montou ont été découvertes par Ferdinand Bisson de la Roque dans le sous-sol de l’arrière-temple98 ḥry-jb tȝ st n(t) pȝ kȝ Mȝdw « résidant dans la place du taureau de Médamoud99 », se confondent avec les Huit, ainsi que le développe le bandeau 3, 2 de la porte :

[…] ḫprsn n ṯȝw nw pȝwtyw jwsn dmḏ(w) m twt m jrwsn m kȝ sȝb mȝwysn dy m Mȝdw m fdw ṯȝw m-bȝḥ jtsn Tȝ-(ṯn)n ḥr dwȝf mjtt wnnsn m-ḫnt Jpt-swt m sȝ n pȝ bȝ wr šfjt ḥmwtsn r ḥnʿsn m Rʿttȝwy fdwt

« […] leur figuration des enfants mâles des dieux primordiaux. Ils sont réunis en effigies sous leur forme de taureau bigarré, rayonnant ici à Médamoud comme quatre enfants mâles devant leur père Ta(tén)en en l’adorant de même ; ils se tiennent en avant d’Ipet-sout comme protection du ba grand de renommée (Amon). Leurs femelles sont avec eux comme quatre Râttaouy. »

45Ainsi qu’on l’a vu plus haut, le mot šṯyt est attesté une seule fois dans les inscriptions de la porte de Tibère (scène 58, 17) comme épiclèse de Montou-Rê sous sa forme de Méryty :

wnn Mryty m ḥqȝ ḥry šṯyt ṯmȝ-ʿ jty ḫnty mȝȝf

« Qu’existe Méryty (Montou), comme prince à la tête de la chapelle-chétyt, le héros, le souverain qui préside à son kiosque ».

46L’association de celle-ci avec jty ḫnty mȝȝf est significative sur la topographie religieuse de Médamoud.

  • 100 Wb IV, 559, 3-21 ; WPL, 1038-1039.
  • 101 Sambin 2015a, p. 274-294 ; Chantal Sambin a ensuite proposé de l’interpréter comme une ouabet (Sam (...)
  • 102 Drioton 1926, p. 46, no 103. Le fragment sur lequel était gravé ce passage n’a pas été trouvé en p (...)

47Le terme štyt100, qui désigne originellement le sanctuaire de Sokar à Memphis, peut s’appliquer aussi bien à un monument cultuel, une salle dans un temple, qu’à la sépulture d’un dieu, ou bien encore à une nécropole. La présence, dans l’arrière-temple de Médamoud, d’une chétyt apparemment matérialisée par une construction en relation avec le tombeau de divinités primordiales, paraît établie101. L’état de destruction de l’ensemble de ce secteur limite néanmoins son interprétation précise. Plusieurs autres inscriptions du temple de Médamoud ont été mises en relation avec ce dispositif : [...] ḥȝp Dwȝt nt ḥtpyw ʿḥ štȝ n kȝ [...] « [...] qui cache la Douat des défunts, le palais secret du taureau [...]102. » ʿḥ štȝ serait soit une désignation alternative de štyt, soit l’élément monumental de la štyt.

  • 103 Drioton 1926, p. 44, no 99.
  • 104 Koemoth 1994, p. 64-66 ; WPL, 1035-136.
  • 105 Sambin 2015a, p. 276-283 ; Relats Montserrat, Medini 2018, p. 387.
  • 106 Bisson de la Roque 1926, p. 54, fig. 36 ; Sambin 2009 ; ead. 2015a, p. 276-283.
  • 107 Varga 2021, p. 170 propose de comprendre « the secret image ». Zivie-Coche 2009, p. 202 : « la ché (...)
  • 108 Le terme, distinct d’jmntt « l’Ouest », désigne habituellement « un endroit caché » ou « l’au-delà (...)
  • 109 Statue Caire JE 37075, côté gauche (Fairman 1934, pl. I, 2 ; https://www.ifao.egnet.net/bases/cach (...)

48Un bloc encore en place dans l’encadrement du relief cultuel dit « de l’oracle », donc dans l’axe de l’arrière-temple, porte le segment d’inscription gmḥw špsw nw štȝ-st « sous le feuillage vénérable du bosquet sacré103 ». Le terme štȝ-st désignant un arbre sacré ou un bosquet cachant la tombe d’un dieu104, il a été associé à la figuration d’un arbre subsistant au-dessus d’une canalisation qui traverse le mur péribole oriental à la hauteur des bâtiments de l’arrière-temple105. Un autre bloc recueilli hors contexte a été associé au dossier106. Il conserve, notamment, un segment de cartouche de Ptolémée IV, le début d’une inscription verticale – Wsjr šṯyt n Wȝst « Osiris de la chétyt de Thèbes » – et la figuration d’un arbre. Enfin, le titre que porte Ahmès, fils de Smendès – Image ʿq jmntt n pȝ kȝ ḥry-jb Mȝdw mȝȝ štyt/sštȝt (?)107 n pȝwty tpy « qui a accès à la nécropole108 du taureau qui réside à Médamoud, qui voit la chétyt/les secrets (?) du premier primordial »109 – est, selon toute vraisemblance, à mettre en relation avec l’arrière-temple de Médamoud, quoi que recouvrent précisément ces fonctions.

9. La nécropole des dieux primordiaux à Médamoud

  • 110 Valbelle 1992. Les prospections que nous avons menées, Mohamed es-Saghir et moi-même, dans le sect (...)

49La question, que j’avais envisagée, de l’existence d’un taureau vivant propre à Médamoud et d’un cimetière correspondant110 ne concernait que l’animal sacré de Montou-Rê – le pȝ kȝ Mȝdw/kȝ ḥry-jb Mȝdw – et non le pȝ kȝ ʿȝ wr šps toujours anthropomorphe. Elle est donc indépendante du sujet, abordé ici, d’une nécropole de dieux primordiaux. Du reste, l’association de Boukhis et du pȝ kȝ ʿȝ wr šps dans la scène 37, ainsi probablement que dans le relief cultuel dit « de l’oracle », me semble suggérer désormais l’existence d’un seul taureau et d’une seule nécropole de taureaux sacrés – le Bucheum. Le très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud étant une hypostase anthropomorphe, bien que susceptible de se manifester comme un taureau combattant, concentre avant tout l’aspect primordial de Montou-Rê et de son animal sacré, Boukhis.

50Les allusions à une nécropole divine locale sont exprimées par l’identification du pȝ kȝ ʿȝ wr šps avec Taténen, Noun l’ancien, Amon l’ancien, l’Ogdoade ou Osiris, et relèvent d’une géographie symbolique. Néanmoins l’inscription de la ligne supérieure du bandeau 35 – […] hȝyt n [Ḫmnyw ...] Sȝw-[n]sn jrw nw Mȝdw m mȝrw ḫntys m kȝ sȝb m jrwf n kȝ rnp st pw nty Tȝ-ṯnn wr [mj] qdf [m]-ḫnts ḥtp r ṯȝwf « […] le portique de [l’Ogdoade ...] tous les Dieux-Gardiens de Médamoud étant dans le kiosque devant lui, comme un taureau bigarré en sa forme de jeune taureau. C’est la place devant laquelle Taténen l’ancien [en] personne repose près de sa progéniture. » – associe, en dépit des lacunes, les bâtiments hȝyt et mȝr à l’existence d’une nécropole divine locale où Taténen l’ancien reposerait avec ses enfants.

  • 111 Zivie-Coche 2015, p. 349.
  • 112 Ibid., p. 357.

51Les deux scènes d’offrande de la porte de Tibère gardant les légendes du très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud (37, x+8-9 et 55, 7-11) identifient ce dernier à « Noun l’ancien qui repose avec ses enfants dans la Douat qui est à l’Occident » et à « Amon l’ancien des Huit ». Aux deux citations de la porte de Tibère commentées ci-dessus répondent, à Médinet Habou, (Ḫmnyw) ḥtp m Dwȝt m Jȝt-Ṯȝmt « (les Huit) reposent dans leur Douat, dans la butte de Djémê111 » et (Ḥr-ȝḫty) ḥtp m Dwȝt m Jȝt-Ṯȝmt r-gs jtsn Nnyw « (Horakhty) repose dans la Douat, dans la butte de Djémê à côté de leurs pères, les Inertes112. »

52D’autre part, dans la scène 40, où Tibère offre les symboles ânkh, djed et ouas à Osiris, ce dernier est intégré aux rites de la décade :

Image

  • 113 Herbin 1984, p. 109 et 122, n. 67.

53wḥm ʿnḫ m Dwȝt nb ẖrt-nṯr nb jhqst r ḥȝp ẖȝt[f s]ȝḫ s(t) ʿnt tp hrw mḏ nb ḥr [s]fsf ȝwy n kȝf m ḥtpw « qui renouvelle la vie dans la Douat, maître de la nécropole, maître du cimetière pour cacher [son] cadavre qu’Ânat glorifie au début de chaque décade en présentant les offrandes-aout à son ka comme les offrandes-hétep » (scène 40, 10-12), comme dans le P. Vienne 3865, 29 : šṯyt ḏtk Jȝt-Ṯȝmt « le tombeau de ton corps est la butte de Djémê113 » et dans un passage du P. Leyde T 32, III, 13-14 concernant Médamoud :

sn.nk tȝ ẖr jšd šps jrk stk ẖr gmḥwf dgȝk Nnyw dmḏ m fdw m jrwsn m kȝ rnp ptrk jdtsn dmḏ(t) m sp m jrwsn n ʿnt

  • 114 Herbin 1994, p. 54, 156 et 439-441.

Tu embrasses la terre sous l’arbre-iched vénérable et tu prends place sous son feuillage. Tu regardes les Inertes réunis en quatre, en leur forme de jeune taureau ; tu regardes leurs femelles réunies ensemble, en leur forme d’Ânat114.

54Il est assez vraisemblable que les hiérogrammates aient conçu une nécropole sacrée sur le modèle de celle de Jȝt-Ṯȝmt « la butte de Djémê », ainsi que la documentation évoquée le suggère. Les inscriptions des bandeaux de la porte de Ptolémée IV, qui devait donner accès au bâtiment de l’arrière-temple à cette époque, attestent le lien étroit existant entre les deux sites :

jr.nf m mnwf n jtf pȝ kȝ ʿȝ wr [šps ḥry-jb Mȝdw] jr[t nf] sbȝ šps m-ḫft-ḥr [...]f nt[y] rnf r sbȝ n Jȝt-Ṯȝmt [n]-mrwt rdjt mȝȝ ḥr ḥr

  • 115 Sambin 1992, p. 164-167.

Il (l’)a fait comme son monument pour son père, le très ancien taureau [vénérable qui réside à Médamoud], l’acte de faire [pour lui] une porte vénérable sur le parvis de son [...] dont le nom est “La porte de la butte de Djémê”, [afin] qu’un visage voit un autre visage115.

C’est ce que semble confirmer le texte situé derrière l’Ogdoade dans la scène 21, 24 de la porte du Deuxième Pylône de Karnak :

Ḫmnw ʿqsn m Nwn ḫnt jȝ.t m ḥw.t-bnbn jwsn ḏȝj r ȝḫ.t jȝb.t n.t Mȝdw ʿqsn r jȝ.t-Ḏȝm.t Dwȝ.t ḏsr.t n.t Km-ȝ.tf Jmn jt jt.w n Ḫmnw

  • 116 Ka2Pyl, p.124, nos 21, 24 et p. 208-209.

Les Huit, ils entrent dans le Noun depuis la butte de la Demeure du Benben. Ils se déplacent en naviguant vers l’horizon oriental de Médamoud afin d’entrer dans la butte de Djêmé, la Douat vénérable de Kematef, Amon, père des pères de l’Ogdoade116.

10. Conclusion

  • 117 Stèle no 1 du Bucheum : Goldbrunner 2004, pl. I.
  • 118 Grenier 1983.

55La période considérée porte sur près de quatre siècles. Il est inévitable qu’on constate une évolution des théologies locales entre le règne de Nectanébo II, qui vit l’enterrement du premier Boukhis117, l’époque ptolémaïque – à laquelle nous devons la rédaction de plusieurs rituels majeurs et l’édification de nombreux monuments religieux dans la région thébaine – et les règnes d’Auguste et Tibère, sous lesquels fut érigé le propylône de Médamoud. La conception du taureau vivant Boukhis précède de peu la première mention connue du « très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud » dans le papyrus funéraire de Nesmin. La figuration la plus récente qui nous soit parvenue de cette divinité anthropomorphe, sur le mur extérieur de la salle hypostyle du temple de Tôd, date du règne d’Antonin le Pieux, tandis que le dernier Boukhis vivait sous celui de Dioclétien118. Les deux entités sont complémentaires à Médamoud, cependant que les partenaires de Boukhis semblent avoir été Montou-Rê à Karnak et Tôd, ainsi que Râttaouy et Tanenet à Ermant.

56La disparition de la plus grande partie de l’élévation du temple de Médamoud, au-dessus des soubassements, nous prive des informations qui s’y trouvaient sur le rôle que jouait le très ancien taureau vénérable, notamment dans l’espace septentrional qui lui était réservé. Néanmoins, les témoignages se succédant sur le site durant toute la période hellénistique, à partir du règne de Ptolémée II, indiquent sans ambiguïté que cette entité tenait une place clé dans la théologie locale et dans le lien qu’elle entretenait avec le site de Djémê. Les représentations et mentions qui lui sont consacrées sur la porte de Tibère à Médamoud confirment, en les complétant, certaines des spécificités du pȝ kȝ ʿȝ wr šps déjà identifiées d’après la documentation extérieure au monument, montrant l’intérêt qui lui est accordé sous Auguste et maintenu sous Tibère dans la partie nord du complexe religieux, face à Montou-Rê qui occupe la partie sud. La scène 37 révèle le rapport existant entre le dieu et Boukhis, permettant d’identifier les deux divinités dans le relief cultuel dit « de l’oracle ». La scène 55 fait le lien entre la nécropole divine de Médamoud et celle de Khénémet-ânkh, voisine de la butte de Djémê.

Haut de page

Bibliographie

Bisson de la Roque 1926
F. Bisson de la Roque, Rapport sur les fouilles de Médamoud (1926), FIFAO 3/1, Le Caire, 1926.

Bisson de la Roque 1927
F. Bisson de la Roque, Rapport sur les fouilles de Médamoud (1926), FIFAO 4/1, Le Caire, 1927.

Borghouts 1971
J.F. Borghouts, The Magical Texts of the Papyrus Leiden I 348, OMRO 51, Leyde, 1971.

Carlotti 2015
J.-F. Carlotti, « L’œuvre architecturale des premiers Ptolémées à Médamoud », Memnonia 26, 2015, p. 79-113.

Coppens 2007
F. Coppens, The Wabet: Tradition and Innovation in Temples of the Ptolemaic and Roman Period, Prague, 2007.

Daressy 1897
G. Daressy, « Notes et remarques », RecTrav 19, 1897, p. 13-22.

Deir Chelouit I
C. Zivie-Coche, Le temple de Deir Chelouit I, Temples, Le Caire, 1982.

Drioton 1926
É. Drioton, Rapport sur les fouilles de Médamoud (1925). Les inscriptions, FIFAO 3/2, Le Caire, 1926.

Drioton 1931
É. Drioton, « Les quatre Montou de Médamoud, palladium de Thèbes », ChronEg 6/12, 1931, p. 259-270.

Drioton 1936
É. Drioton, « Le cryptogramme de Montou de Médamoud », RdE 2, 1936, p. 21-33.

Edwards 1960
I.E.S. Edwards, Oracular Amuletic Decrees of the Late New Kingdom, HPBM 4, Londres, 1960.

Ermant I
C. Thiers, Y. Volokhine, Ermant I. Les cryptes du temple ptolémaïque, MIFAO 124, Le Caire, 2005

Ermant II
C. Thiers, Ermant II. Bab el Maganîn, MIFAO 147, Le Caire, 2022.

Fairman 1934
H.W. Fairman, « A Statue from the Karnak Cache », JEA 20, 1934, p. 1-4, pl. I-II.

Goldbrunner 2004
L. Goldbrunner, Buchis: Eine Untersuchung zur Theologie des heiligen Stieres in Theben zur grieschich-römischen Zeit, MRE 11, Turnhout, 2004.

Grandet 1994
P. Grandet, Le papyrus Harris I (BM 9999) II, BiEtud 109/2, Le Caire, 1994.

Grenier 1979
J.-C. Grenier, « Djédem () dans les textes du temple de Tôd », dans J. Vercoutter (éd.), Hommages à la mémoire de Serge Sauneron, 1927-1976 I. Égypte pharaonique, BiEtud 81, Le Caire, 1979, p. 381-389.

Grenier 1983
J.-C. Grenier, « La stèle funéraire du dernier taureau Bouchis (Caire JE 31901 = Stèle Bucheum 20). Ermant – 4 novembre 340 », BIFAO 83, 1983, p. 197-208.

Gutbub 1984
A. Gutbub, « Kom Ombo et son relief cultuel », BSFE 101, 1984, p. 21-48.

Haikal 1970
F. Haikal, Two Hieratic Papyri of Nesmin, BiAeg 14-15, Bruxelles, 1970.

Herbin 1984
F. Herbin, « Une liturgie des rites décadaires de Djémê », RdE 35, 1984, p. 105-126.

Herbin 1994
F. Herbin, Le livre de parcourir l’éternité, OLA 58, Louvain, 1994.

Hodjash, Berlev 1982
S. Hodjash, O. Berlev, The Egyptian Relief and Stelae in the Pushkin Museum, Moscow, Léningrad, 1982.

Jørgensen 2009
M. Jørgensen, Catalogue Egypt IV: Late Egyptian Sculpture (1080 BC–AD 400). Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhague, 2009.

Ka2Pyl
M. Broze, R. Preys, La porte d’Amon : le deuxième pylône de Karnak I. Études et relevés épigraphiques, BiGen 63, Le Caire, 2021.

Klotz 2012
D. Klotz, Caesar in the City of Amun: Egyptian Temple Construction and Theology in Roman Thebes, MRE 15, Turnhout, 2012.

Klotz 2020
D. Klotz, “The Enigmatic Frieze of Ramses II at Luxor temple”, dans D. Klotz, A. Stauder (éd.), Enigmatic Writing in the Egyptian New Kingdom, vol. I: Revealing, Transforming and Display in Egyptian Hieroglyphs, ZÄS Beihefte 12/1, Berlin, 2020, p. 49-99.

KN
S. Aufrère, Le propylône d’Amon-Rê-Montou à Karnak-Nord, MIFAO 117, Le Caire, 2000.

Koemoth 1994
P. Koemoth, Osiris et les arbres. Contribution à l’étude des arbres sacrés de l’Égypte ancienne, AegLeod 3, Liège, 1994.

Leclant 1961
J. Leclant, Montouemhat, quatrième prophète d’Amon, prince de la Ville, BiEtud 35, Le Caire, 1961.

Mond, Myers 1934
R. Mond, O. Myers, The Bucheum II, MEEF 41/2, Londres, 1934.

Munro 1973
P. Munro, Die spätägyptischen Totenstelen, ÄgForsch 25, Glückstadt, 1973.

Otto 1938
E. Otto, Beiträge zur Geschichte der Stierkulte in Aegypten, UGAÄ 13, Leipzig, 1938.

Quaegebeur 1986
J. Quaegebeur, « Thot-Hermès, le dieu le plus grand ! », Hommages à François Daumas, OrMons 3, Montpellier, 1986, p. 525-544.

Relats Monserrat 2017
F. Relats Montserrat, « Sésostris III à Médamoud : un état de la question », dans G. Andreu-Lanoë, F. Morfoisse (éd.), Sésostris III et la fin du Moyen Empire. Actes du colloque, Louvre-Lens et Palais des beaux-arts de Lille, 12-13 décembre 2014, CRIPEL 31, 2017, p. 119-139.

Relats Montserrat, Medini 2018
F. Relats Montserrat, L. Medini, avec une annexe d’A. Fortier, « Quelques considérations sur le “tableau de l’oracle de Médamoud” », BIFAO 118, 2018, p. 363-401.

Sambin 1992
C. Sambin, « Les portes de Médamoud », BIFAO 92, 1992, p. 49-184.

Sambin 2015a
C. Sambin, « Le sanctuaire Djémê de Montou », dans C. Thiers, Documents de théologies thébaines tardives. D3T 3, CENiM 13, Montpellier, 2015, p. 273-294.

Sambin 2015b
C. Sambin, « Médamoud, lieu de légitimation royale des Ptolémées », Memnonia 26, 2015, p. 115-127.

Sambin 2016
C. Sambin, « Une Ouabet de Philadelphe à Médamoud. Essai d’interprétation de l’arrière-temple », BIFAO 115, 2016, p. 353-372.

Sambin 2020
C. Sambin, « Un taureau vivant à Médamoud ? », dans S. Aufrère (éd.), Les taureaux de l’Égypte ancienne. Publication éditée à l’occasion de la 14e rencontre d’égyptologie de Nîmes, Égyptonimes 2, Nîmes, 2020, p. 215-230.

Sambin 2021
C. Sambin, « Ptolémée II Philadelphe, le taureau de Médamoud et le Boukhis », dans C. Thiers, Documents de théologies thébaines tardives. D3T 4, CENIM 27, Montpellier, 2021, p. 129-141.

Sauneron 1964
S. Sauneron, « Villes et légendes d’Égypte », BIFAO 62, 1964, p. 33-57.

Sethe 1929
K. Sethe, Amun und die acht Götter von Hermopolis: Eine Untersuchung über Ursprung und Wesen des ägyptischen Götterkönigs, Berlin, 1929.

Spencer 1984
P. Spencer, The Egyptian Temple: A Lexicographical Study, Londres, Boston, 1984.

Thiers 2004
C. Thiers, « Fragments de théologie thébaines. La bibliothèque du temple de Tôd », BIFAO 104, 2004, p. 553-572.

Thiers 2007a
C. Thiers, « Missions épigraphiques de l’Ifao dans les villes méridionales du Palladium thébain », dans J.-C. Goyon, C. Cardin (éd.), Actes du neuvième congrès international des égyptologues, 6-12 septembre 2004, Grenoble, OLA 150, Louvain, 2007, p. 1807-1816.

Thiers 2007b
C. Thiers, Ptolémée Philadelphe et les prêtres d’Atoum de Tjékou. Nouvelle édition de la « stèle de Pithom » (CGC 22183), OrMons 17, Montpellier, 2007.

Thiers 2021
C. Thiers, « Documents anciens et nouveaux relatifs au taureau Boukhis dans la région thébaine », dans C. Thiers, Documents de théologies thébaines tardives. D3T 4, CENIM 27, Montpellier, 2021, p. 163-184.

Tôd I
J.-Cl. Grenier, Tôd. Les inscriptions du temple ptolémaïque et romain copiées par É. Drioton, G. Posener et J. Vandier I. La salle hypostyle, textes nos 1-172, FIFAO 18/1, Le Caire, 1980.

Tôd II
C. Thiers, Tôd : les inscriptions du temple ptolémaïque et romain II. Textes et scènes nos 173-329, FIFAO 18/2, Le Caire, 2003.

Valbelle 1979
D. Valbelle, « La porte de Tibère dans le complexe religieux de Médamoud », dans J. Vercoutter (éd.), Hommages à la mémoire de Serge Sauneron, 1927-1976 I. Égypte pharaonique, BiEtud 81, Le Caire, 1979, p. 73-85.

Valbelle 1992
D. Valbelle, « Les métamorphoses d’une hypostase divine en Égypte », RHR 209/1, 1992, p. 3-21.

Valbelle 2016
D. Valbelle, « Statuettes enterrées, dépôts liturgiques et différentes catégories de favissae », dans L. Coulon (dir.), La cachette de Karnak. Nouvelles perspectives sur les découvertes de Georges Legrain, BiEtud 161, Le Caire, 2016, p. 21-33.

Valbelle à paraître
D. Valbelle, La porte de Tibère à Médamoud, I. Le décor, MIFAO 151, Le Caire, à paraître.

Varga 2021
D. Varga, « The Cult of Montu and the Bull at Medamud in the Ptolemaic Period », dans C. Thiers, Documents de théologies thébaines tardives. D3T 4, CENIM 27, Montpellier, 2021, p. 163-184.

Zivie-Coche 2009
C. Zivie-Coche, «L’Ogdoade à l’époque ptolémaïque et ses antécédents », dans C. Thiers (éd.), Documents de théologies thébaines tardives (D3T 1), CENIM 3, Montpellier, 2009, p. 167-225.

Zivie-Coche 2015
C. Zivie-Coche, « L’ogdoade à Thèbes à l’époque ptolémaïque (III). Le pylône du petit temple de Médinet Habou », dans C. Thiers, Documents de théologies thébaines tardives. D3T 3, CENiM 13, Montpellier, 2015, p. 327-397.

Haut de page

Notes

1 Valbelle 1992.

2 Sambin 1992 ; Goldbrunner 2004, p. 191-199 ; Zivie-Coche 2015, p. 339-340 ; Sambin 2015a et b ; Relats Montserrat, Medini 2018, p. 365-368 ; Sambin 2020 ; LGG VII, 252-253 qui, curieusement, l’enregistre sous kȝʿȝ wr šps en omettant le qui fait pourtant partie du nom.

3 Sambin 2021 p. 129-141 ; Thiers 2021, p. 143-161 ; Varga 2021, p. 163-184.

4 Valbelle à paraître, où l’on trouvera le commentaire philologique complet des textes.

5 Valbelle 1992, p. 16 et 21 ; Goldbrunner 2004, p. 191-192 ; Klotz 2012, p. 75 ; Zivie-Coche 2009, p. 181, 185, 201-202, 205 et 214 ; ead. 2015, p. 348.

6 Haikal 1970, p. 21 ; LGG VII, 252-253 ; Zivie-Coche 2009, p. 181 ; ead. 2015, p. 339 et 348 ; Klotz 2012, p. 75-78 ; contra Valbelle 1992, p. 7-8 ; Sambin 1992, p. 164-167.

7 Ka2Pyl, no 1, 1.

8 Cette orthographe se trouve également dans Drioton 1926, p. 30, no 53.

9 Sur ʿȝ ʿȝ et ʿȝ wr, voir Quaegebeur 1986, p. 537.

10 Version abrégée et corrompue du texte du P. BM 10209, IV,15-17 (Jørgensen 2009, p. 193-195, n. 80).

11 Haikal 1970, p. 41.

12 LGG VII, 254 traduit « Der grosse und vornehme Stier der übergrossen Achtheit ».

13 Contra Relats Montserrat, Medini 2018, p. 378. Les références du LGG VII, 253-254 ne concernant pas notre documentation, elles ne peuvent être invoquées pour justifier une traduction « grand taureau » de kȝ wr.

14 Par exemple, Kurt Sethe rend déjà l’épithète d’Amon pȝ ʿȝ wr n šȝʿ ḫpr par « der grosse älteste Gott des Zuerstenstehens » (Sethe 1929, p. 19) ; Christiane Zivie-Coche traduit, dans la même phrase, Nww wr « Noun l’ancien », mais pȝ kȝ ʿȝ wr šps ḥry-jb mȝdw « le très grand taureau vénérable qui réside à Médamoud » (Zivie-Coche 2015, p. 348) ; Christophe Thiers interprète ʿȝ wr comme « très vénérable » (Tôd II, p. 309 ; Ermant I, 13-14 ; Ermant II, 1, 5 ; 29, 1).

15 Valbelle 1979, p. 82. Symétriquement sur le soubassement du montant sud de la façade (scène 2), c’est vers Montou-Rê que se dirigeait Tibère en roi de Haute Égypte, suivi des Nils et de la Campagne de Haute Égypte.

16 Drioton 1936, p. 24, fig. 4 avait reconstitué la figure de Montou.

17 Interprétation reposant sur la proposition de David Klotz (2020, p. 62).

18 Spencer 1984, p. 155-161.

19 Sethe 1929, p. 45-47 ; LGG V, 741-743.

20 AnLex 78.2468 qui renvoie à D VIII, 134, 12-13.

21 Sur ce type de bâtiment, voir Goldbrunner 2004, p. 246-252, pl. 10 et 19 ; Klotz 2012, p. 271, n. 294.

22 Grandet 1994, II, p. 91-91, n. 332.

23 Daressy 1897, p. 14-15 ; Sauneron 1964, p. 37.

24 Thiers 2004, p. 560-562.

25 Grenier 1979.

26 Hodjash, Berlev 1982, no 147, 2, p. 217.

27 Goldbrunner 2004, p. 248 traduit sʿḥʿ⸗f m ʿnḫ par « Wiederlebter », idée rendue par wḥm.n⸗f mswt dans la stèle Bucheum 16, 9 (BM EA 709).

28 Sur Spȝt-ḥȝt et Spȝt-ḥȝt-nt-Rʿ, voir Ermant II, p. 77-81.

29 Urk. VIII, 30 = KN 19a.

30 Ermant II, p. 67-69 et 84-89 ; Thiers 2021, p. 144-145 et 148-149.

31 Tôd I, 141 et 154.

32 LD IV, 64a.

33 Quoique ce texte diffère des légendes conservées de Boukhis (Goldbrunner 2004 ; Thiers 2021) et n’occupe pas la même place dans les scènes de Karnak-Nord et d’Ermant.

34 Urk. VIII, 27, KN 22a, c, 2.

35 Zivie-Coche 2015, p. 349.

36 Comparer Urk. VIII, 27, KN 22a, c, 3 où le cercle est figuré comme le signe Aa1 dans le fac-similé. ll a été transcrit ṯȝḫ m ʿwt par Sydney Aufrère sans commentaire, ṯȝy m ʿwt par Goldbrunner 2004, p. 195, et ṯȝy m sȝb par Sambin 2021, p. 132 et n. 19, ignorant l’un et l’autre le cercle et les deux traits. Il est transcrit, dans le LGG VII, 584, ṯȝw sp et considéré comme une entité divine prenant la forme d’un taureau, Tjaousep. S’agit-il du même dieu que ṯȝw/ṯȝw-m-sp/ṯȝw-sp⸗f « Männlichster seiner Art » des Coffin Texts ? (LGG VII, 459). Le caractère céleste du dieu (Borghouts 1971, p. 159-163, n. 389) est clairement en rapport avec le contexte : […] ȝḫt m pr⸗f m Jwnw j[q]ḥ ḏd⸗tw ṯȝw-sp m [rn⸗f …] ḥrt n[t] pt : ce passage de la porte de Tibère a pour écho ḏȝ ȝḫt m kȝ⸗f n Ṯȝw-sp sur la porte de Karnak-Nord (Urk. VIII, 27, KN 22a, c, 3).

37 Drioton 1926, p. 16, no 14.

38 Goldbrunner 2004, p. 17 ; AnLex 78.1064.

39 Otto 1938, p. 37 et 51 ; Goldbrunner 2004, p. 20.

40 Le « taureau tacheté » est mentionné sur la stèle de Pithom après Apis et Mnévis, les trois taureaux sacrés auxquels Ptolémée Philadelphe et Arsinoé II rendent visite (Thiers 2007b, p. 76-78).

41 Ermant II, 16-17, p. 65-69 et 84-89 ; Thiers 2021.

42 Voir infra, p. 529.

43 Supra, scène 37, x+10.

44 Urk. VIII, 30, b = KN 19a, c, 3 et Urk. VIII, 27, KN 22a, c, 2.

45 Wb V, 401, 5-10. Voir infra, p. 529.

46 Valbelle 1992 ; Sambin 1992, p. 174-176 ; Zivie-Coche 2015, p. 339-340, n. cc ; Goldbrunner 2004, p. 191-199 ; Sambin 2020, p. 38-41 ; ead. 2021, p. 138-140 ; Varga 2021, p. 167-173.

47 Munro 1973, p. 325.

48 Carlotti 2015 ; Sambin 2015a.

49 La date de la sculpture du relief fait toujours débat : voir en dernier lieu Relats Montserrat, Medini 2018, p. 369-371, qui proposent une fourchette allant du règne de Ptolémée II à celui de Ptolémée VIII.

50 Zivie-Coche 2015, p. 339.

51 Thiers 2007a, II, p. 1809 ; Varga 2021, p. 168, n. 62.

52 Plusieurs inscriptions lacunaires du soubassement extérieur nord et du kiosque septentrional du temple de Médamoud expriment la même idée (Sambin 1992, p. 174) ; elles font l’objet d’une nouvelle étude par Felix Relats Montserrat et Lorenzo Medini.

53 Urk. VIII, 27, KN 22a, c, 2.

54 Zivie-Coche 2015, p. 363.

55 Outre leur proximité dans le papyrus de Nesmin et ses copies sur la stèle de Pa-hat et le revers de la porte de fête-sed de Ptolémée II.

56 Zivie-Coche 2015, p. 339-340.

57 Zivie-Coche 2015, p. 339.

58 Varga 2021, p. 171.

59 Tôd II, 284 I, 53-54.

60 Ibid., 284 I, 11-12.

61 Ibid., 284 I, entre 14 et 15.

62 Ibid., 284 I, 27 et 48-51.

63 Goldbrunner 2004, p. 200 ; Relats Monserrat 2017, p. 132-133.

64 Hodjash, Berlev 1982, no 92, p. 149 et 152-153 ; Goldbrunner 2004, p. 29 ; Thiers 2021, p. 143, n. 6.

65 Leclant 1961, p. 216, inscr. A, l. 25-26 ; Varga 2021, p. 169.

66 Varga 2021, p. 176-177.

67 Fairman 1934, pl. I, 2 ; https://www.ifao.egnet.net/bases/cachette/ck170. Voir infra, p. 531.

68 Drioton 1931, p. 260-261.

69 Thiers 2007a, II, p. 1809 ; Varga 2021, p. 168, n. 62.

70 Tôd II, 284, I, 53-54.

71 Thiers 2021, p. 143-157. Contrairement à ce qu’écrit Dániel Varga (2021, p. 172, n. 100), il ne s’agit pas d’une opinion, mais d’une démonstration solidement argumentée.

72 Valbelle 1992, p. 15.

73 Thiers 2021, p. 155 et 158.

74 Relats Montserrat, Medini 2018, p. 372-373 et Thiers 2021, p. 157-158.

75 Supra, fig. 3.

76 Relats Montserrat, Medini 2018, p. 369 et 382 ; Sambin 2015b, p. 117.

77 Bisson de la Roque 1927, p. 120 ; Valbelle 1992, p. 14.

78 Ermant II, nos 16-17 (Thiers 2021, p. 145, fig. 1).

79 Ermant II, p. 68.

80 LD IV, pl. 64a.

81 Mond, Myers 1934.

82 Drioton 1926, p. 45, no 100 ; Valbelle 1992, p. 14-15.

83 Relats Montserrat, Medini 2018.

84 Gutbub 1984, p. 33-34.

85 Relats Montserrat, Medini 2018, p. 381, n. c.

86 Râttaouy est nbt wḏt « maîtresse des décrets » dans la même scène 57, 13.

87 Edwards 1960, références p. 125.

88 Deir Chelouit I, 16,2 et 19.

89 Klotz 2012, p. 357-360, 5.11.1.8, n. (c) et n. 873.

90 Drioton 1926, p. 25, no 34 ; Sambin 2015a, p. 274.

91 Drioton 1926, p. 36-40, nos 68-91.

92 Ibid., p. 38, no 83.

93 Ibid., p. 37, no 77, 1.

94 Ibid., p. 16, no 14.

95 Voir supra, scène 1, 24.

96 Urk. VIII, 27, b = KN 22a, c.

97 Zivie-Coche 2015, p. 339-340.

98 « Le 13 mars à 15 heures, dans l’angle intérieur sud-est du temple au niveau de l’assise médiane des fondations du mur sud d’enceinte, à 2,30 m. à l’ouest du mur est et contre le mur sud, entre 0,50 m. et 0,80 m. sous le niveau saillant de la partie inférieure du morceau en superstructure du mur d’enceinte, c’est-à-dire sous le niveau du seuil et des cours du temple » (Bisson de la Roque 1927, p. 110). L’enfouissement en terre consacrée des huit statues divines relève d’une pratique courante dans l’Égypte ancienne (Valbelle 2016).

99 Relats Montserrat, Medini 2018, p. 387.

100 Wb IV, 559, 3-21 ; WPL, 1038-1039.

101 Sambin 2015a, p. 274-294 ; Chantal Sambin a ensuite proposé de l’interpréter comme une ouabet (Sambin 2016), mais la situation, le plan du bâtiment et sa disposition transversale par rapport à l’axe du temple, qui reprend l’axe nord-sud du sanctuaire du Moyen Empire, ne confortent pas cette hypothèse. Le bâtiment n’a pas été retenu pat Filip Coppens (2007).

102 Drioton 1926, p. 46, no 103. Le fragment sur lequel était gravé ce passage n’a pas été trouvé en place. Il a été attribué par le fouilleur au bandeau extérieur du soubassement du mur péribole (Bisson de la Roque 1927, p. 120). Goldbrunner 2004, p. 211 ; Sambin 2015a, p. 274.

103 Drioton 1926, p. 44, no 99.

104 Koemoth 1994, p. 64-66 ; WPL, 1035-136.

105 Sambin 2015a, p. 276-283 ; Relats Montserrat, Medini 2018, p. 387.

106 Bisson de la Roque 1926, p. 54, fig. 36 ; Sambin 2009 ; ead. 2015a, p. 276-283.

107 Varga 2021, p. 170 propose de comprendre « the secret image ». Zivie-Coche 2009, p. 202 : « la chétyt ». Il est difficile de trancher : le mot n’est pas déterminé, ce qui est rare comme graphie de štyt, mais un mot štȝ signifiant « image secrète » n’est pas attesté.

108 Le terme, distinct d’jmntt « l’Ouest », désigne habituellement « un endroit caché » ou « l’au-delà » (WPL, 77). Goldbrunner 2004, p. 211 le traduit par « das Grab des Ruhenden » ; Zivie-Coche 2009, p. 202 : « l’Occident » ; voir aussi Varga 2021, p. 170, n. 77.

109 Statue Caire JE 37075, côté gauche (Fairman 1934, pl. I, 2 ; https://www.ifao.egnet.net/bases/cachette/ck170).

110 Valbelle 1992. Les prospections que nous avons menées, Mohamed es-Saghir et moi-même, dans le secteur situé entre le site de Médamoud et l’aéroport, en 1983, n’ont pas donné de résultat, mais une large superficie, classée zone militaire, était inaccessible. La question a de nouveau été soulevée récemment, sans qu’émergent de nouveaux éléments : Carlotti 2015 ; Relats Montserrat, Medini 2018, p. 387-388 ; Sambin 2020 ; Varga 2021, p. 169.

111 Zivie-Coche 2015, p. 349.

112 Ibid., p. 357.

113 Herbin 1984, p. 109 et 122, n. 67.

114 Herbin 1994, p. 54, 156 et 439-441.

115 Sambin 1992, p. 164-167.

116 Ka2Pyl, p.124, nos 21, 24 et p. 208-209.

117 Stèle no 1 du Bucheum : Goldbrunner 2004, pl. I.

118 Grenier 1983.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Schéma chronologique du décor de la façade ouest et des embrasures de la porte.
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/14953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Fig. 2. Soubassement du montant nord dans la partie orientale de l’embrasure : la procession se dirigeait vers le très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud (scène 33 et bandeau 35).
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/14953/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3.Auguste offre la Campagne à Boukhis et au très ancien taureau vénérable (scène 37).
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/14953/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 4. Tibère offre du vin au très ancien taureau vénérable et à Harprê (scène 55).
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/14953/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Titre Fig. 5. Reconstitution hypothétique des acteurs du relief cultuel : l’empereur, « le très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud » et Boukhis, à partir du fac-similé de Jacques Jean Clère (d’après Drioton 1926, p. 43, fig. 6).
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/14953/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Valbelle, « « Le très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud » : contribution du décor de la porte de Tibère à l’état de la question

«الثور المُبَجَّل القديم جدًا المُقيم في المدامود»: مساهمة زخرفة باب تيبريوس في دراسة هذه المسألة »
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (BIFAO), 123 | 2023, 511-538.

Référence électronique

Dominique Valbelle, « « Le très ancien taureau vénérable qui réside à Médamoud » : contribution du décor de la porte de Tibère à l’état de la question

«الثور المُبَجَّل القديم جدًا المُقيم في المدامود»: مساهمة زخرفة باب تيبريوس في دراسة هذه المسألة »
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (BIFAO) [En ligne], 123 | 2023, mis en ligne le 16 juillet 2023, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/bifao/14953 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bifao.14953

Haut de page

Auteur

Dominique Valbelle

Professeur émérite, Sorbonne-Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search