Navigation – Plan du site

AccueilNuméros123Un nouveau document sur la légend...

Un nouveau document sur la légende d’Horus : le P. IFAO H 88 ro

وثيقة جديدة عن أسطورة حورس: اﻟ«P. IFAO H 88 ro»

François René Herbin
p. 215-272

Résumés

Reconstitution partielle et analyse, à partir de quelques fragments hiératiques ramessides, d’un nouveau document sur la légende d’Horus agressé alors qu’il était enfant dans la région de Bouto par un serpent agissant comme substitut de Seth. Le cri d’Isis, sa réaction découvrant son enfant empoisonné, et les incantations qui suivent, adressées au serpent ou à son venin personnifié, sont connus par plusieurs sources qui offrent entre elles nombre de variantes. Des éléments de cette légende se lisent sur de rares documents tardifs connus depuis longtemps : la statue de Djed-Ḥer-le-Sauveur (Caire JE 46341), la base d’une statue similaire (le « socle Béhague », Leyde F 1950/8.2), toutes deux datables du début de l’époque ptolémaïque, et la stèle Metternich (MMA 50.85, règne de Nectanébo II). On en connaît aujourd’hui une version développée plus ancienne sur un papyrus hiératique du Nouvel Empire (P. BM EA 10309+9997). Le papyrus IFAO H 88 ro ici étudié est à ajouter à la liste. Contemporain du manuscrit du British Museum, et bien que lui-même très incomplet, il inclut deux fragments substantiels dont le texte n’était attesté jusqu’à présent que sur le seul P. Brooklyn 47.218.138, un rituel tardif mais antérieur à l’époque ptolémaïque traitant de protection contre les animaux venimeux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sans rapport évidemment avec un manuscrit grec dont la cote est P. IFAO 88, plusieurs fois publié, (...)
  • 2 Daté de Ramsès III (Rʿ-ms-s(w) ḥḳȝ Ỉwnw), le verso du document, qui n’est pas étudié ici, offre, s (...)
  • 3 On trouve aussi, et heureusement plus rarement dans cette collection, les éléments d’un même texte (...)

1Le P. IFAO H 88 ro, document magique d’époque ramesside1, provenant vraisemblablement de Deir el-Médina, est constitué de plusieurs fragments hiératiques opisthographes2, de teinte claire, d’une extrême fragilité, qui ont été rangés à côté d’autres débris sous un seul verre malgré des origines diverses, comme le montrent les différences d’écriture. On peut attribuer aux conditions de leur découverte ce singulier regroupement que rien ne semble justifier autrement. Plusieurs cas similaires s’observent dans la collection de l’institut3.

2L’opération prioritaire a donc consisté à faire un tri parmi ces fragments pour en isoler les éléments offrant une paléographie similaire, les mieux conservés et les plus étendus, ce qui a conduit dans un premier temps à l’éviction d’un certain nombre d’entre eux, également d’époque ramesside, facilement différenciables par leur style et, pour certains, par la présence de ponctuations rouges totalement absentes du texte ici étudié.

  • 4 Le raccord se fait au niveau de la l. 7. Le verso de la pointe dans la partie supérieure du fragme (...)

3Cette soustraction une fois faite, seuls cinq fragments (dont un minuscule au niveau des l. x+3-4 du fragment C), réunis en raison de leur appartenance certaine à un seul et même document d’origine, ont été pris en compte. Comme souvent dans ce genre de configuration, tous ne peuvent pas être positionnés avec précision les uns par rapport aux autres. Quatre d’entre eux appartiennent à la partie supérieure d’une même page. En référence aux parallèles connus, le fragment situé en haut à droite (4,8 × 5 cm), qui conserve les restes de deux lignes, précède de peu, comme le montre la restitution du texte manquant, les deux fragments centraux superposés plus étendus (15 × 13 cm, l. 1-8) et (7,3 × 20,2 cm, l. 7-19) qui, constituant la partie principale du manuscrit, offrent le grand intérêt de permettre, étant jointifs4, de déterminer la hauteur de la page (13 + 20,2 cm) et le nombre précis de lignes qu’elle portait. Pour plus de commodité, les éléments constitutifs de ce puzzle imparfait seront considérés globalement et regroupés sous la seule désignation A. Comme on va le voir, on a ici les vestiges d’une page d’un document qui en comportait manifestement plusieurs, rédigées chacune, probablement, sur une petite vingtaine de lignes. En ce qui concerne la largeur initiale de cette page, on peut l’établir avec une relative précision (25 cm.), grâce au petit fragment en haut à droite du document. Il ressort de l’examen des parallèles que le passage de la première à la deuxième ligne s’opère très probablement après le suffixe .k de sȝt[.k]. Concernant le début de la l. 1, une seule des deux restitutions possibles de la lacune initiale, selon que l’on y intègre ou non le mot ḫrw dans ḫrw ỉnd, semble défendable. La présence, début l. 2, devant [.s], d’une trace du signe Image appartenant au verbe psḥ qui suit s3t.k de la ligne précédente, rend certaine la mention de ce dernier en début de ligne. Pour une raison d’espace, cette disposition conforte la très probable mention du substantif ỉnd au début de la l. 1, lors de la rédaction du papyrus, une mention de ḫrw ỉnd entraînant de facto dans la l. 2 un espace trop grand pour le seul mot psḥ attendu à cette place. Il en résulte que ḫrw devait clore la fin de la page précédente aujourd’hui perdue. D’une manière générale, les graphies reconstituées dans la présente étude suivent celles, très voisines, des P. BM EA 9997 et 10309.

  • 5 Une partie importante de texte semble avoir existé entre ces deux papyrus qui ne constituaient au (...)

4Si l’appartenance au même document des deux fragments B et C ne pose pas question, leur place originelle dans la même page que le fragment A n’est pas envisageable. Un des parallèles du fragment B, le P. BM EA 10309 (BM 1), montre en effet qu’il est relativement éloigné à l’origine du fragment A, lui-même parallèle au seul P. BM EA 99975 (BM 2). Pour le fragment C, des parallèles se lisent dans le P. BM EA 10309 (importantes lacunes) et le P. Brooklyn 47218.138. Le premier (B, 6,6 × 4,9 cm) expose les restes de quatre lignes, la dernière étant réduite à des débris de signes dont une identification est proposée ; le second (10,5 × 9,3 cm), sept lignes tronquées, comme les autres, de leur début et de leur fin. On a pu établir qu’une version parallèle de ces deux fragments se trouvait bien dans la partie perdue de la page III du P. BM EA 10309.

5Enfin, sur la base des caractéristiques paléographiques sur chacune de ses faces, un minuscule fragment (D, 4 × 4 cm., pl. II.1‑2) a aussi été retenu, sans certitude cependant concernant son appartenance au manuscrit original. Il expose en haut de page les vestiges de deux lignes. Les quelques signes qui subsistent sur la première mentionnent un prêtre-ouâb de Sekhmet, dont ne fait état, du moins dans leur état actuel, aucune des versions parallèles précédemment évoquées.

1. Le texte

  • 6 Sur la question d’Horus caché par sa mère pour le protéger de son frère, cf. P. BM EA 9961, col. 5 (...)
  • 7 Formule 14, l. 168-251, éd. Sander-Hansen 1956, p. 59-70.
  • 8 Formule IV, éd. Klasens 1952, p. 22-34.

6Si le thème général du manuscrit est bien connu des documents magiques (on y lit des incantations visant les serpents et les effets du venin), son originalité réside, du moins pour le fragment A, dans un contexte mythologique moins fréquemment évoqué et relatif à un épisode de l’enfance d’Horus à Bouto, caché par sa mère pour le soustraire à l’agressivité de Seth qui le menace sous l’aspect d’un scorpion6. La source principale de cette légende se lit sur la stèle Metternich7, datée de Nectanébo II, et le parallèle fourni par le socle Béhague8, d’époque ptolémaïque.

  • 9 Leitz 1999, p. 3-30 et pl. 1-11.
  • 10 Jelínková-Reymond 1956, ouvrage cité par la suite sous le titre Djed-Ḥer + no de ligne pour les ré (...)
  • 11 Goyon 2012 ; Quack 2013, p. 256-257.
  • 12 Quack 2021a, p. 391-406. Ivan Guermeur m’informe (courriel du 15 septembre 2022) qu’en ce qui conc (...)

7Le texte développe un propos identique à celui du P. BM EA 10309+99979 constituant deux parties non jointives d’un même manuscrit, et aussi, partiellement, à ceux de la statue ptolémaïque de Djed-Ḥer (Caire JE 46341)10, et du P. Brooklyn 47.218.138, dont la rédaction est probablement antérieure à la XXXe dynastie proposée par son éditeur11. La présence de ce dernier parallèle, totalement absent des deux autres versions, laisse à penser que coexistaient originellement dans la partie perdue du P. IFAO H 88 plusieurs textes différents mais axés sur le thème général des serpents et du venin (formules de protection, conjurations et références mythologiques). À eux trois, ces textes partiellement en lacune ne permettent pas une mise en ordre de la plupart des autres parties du manuscrit. Il est par ailleurs notable qu’aucun des fragments non placés mais réunis sous ce numéro ne se rattache à la partie centrale (A). Les parallèles existants, statue de Djed-Ḥer, P. BM EA 10309+9997 et P. Brooklyn 47.218.138 souffrent en effet eux-mêmes d’importantes lacunes, et l’on peut supposer que le texte des fragments non placés figurait probablement dans des sections aujourd’hui détruites de ces documents. Il n’est pas du tout exclu, en ce qui concerne le P. Brooklyn 47.218.138, qu’à l’instar d’autres papyrus (par ex. le P. Brooklyn 47.218.84)12, de nouveaux fragments de ce texte lacuneux soient identifiés parmi les collections du musée, porteurs de textes connus jusqu’à présent par le seul P. IFAO H 88.

2. Fragment A

Ligne 1

  • 13 (...)
  • 14 [...] ỉb.k : si les quelques traces visibles entre Nb-r-ḏr et ỉb.k ne permettent pas une restituti (...)
  • 15 Pour la forme du déterminatif (...)
  • 16 Le mot suivant le nom d’Isis n’est pas clair, on attend l’épithète nṯryt, « divine », bien attesté (...)
  • 17 Même graphie (...)

[ḫrw 1 ỉnd] r-rwty sbȝ(w)13 [mỉ ỉdt n sȝ.s tkn ỉm.f ḫsf.n] Sỉȝ n Nb-r-ḏr m (?) [ḏd wḏȝ ?] ỉb.k14 nb nṯrw Ỉst15 nṯryt (?)16 sȝt[.k]17

  • 18 Ḫsf en lacune, restitué d’après les parallèles. Malgré une graphie (...)

[Un cri de détresse] (s’éleva) à l’extérieur des portes [comme (celui d’)une vache vers son enfant une fois attaqué]. Sia [alla à la rencontre]18 du maître de l’Univers [et (lui) dit] : « Que ton coeur [soit serein], maître des dieux ! Isis la divine (?), [ta] fille. »

8P. BM EA 9997, VI, 1-3 :

  • 19 (...)
  • 20 Sur la lecture ỉdt, cf. Müller 2002, p. 430.
  • 21 Cf. infra, n. 31. Pour le sens de tkn dans ce contexte, associant approche et attaque de l’agresse (...)
[...] r sḏm nṯrw wrw [...] pour que les grands dieux entendent.
ḏd.ỉn Ỉst ntryt Alors Isis la divine dit :
wȝḏ n ṯḥnt « Amulette de faïence,
smỉ.k wỉ n [ỉt(.ỉ) nb ḏr] annonce-moi à [mon père, le maître de l’Univers ! »]
[ḫrw ỉnd]19 r-rwty sbȝw Un cri de détresse] (s’éleva) à l’extérieur des portes
mỉ ỉdt20 n sȝ.s tkn ỉm.f21 comme (celui d’)une vache vers son petit, une fois approché
ḫsf.n Sỉȝ [n ...] Sia alla à la rencontre [de ...]
[...] [...]
[...] sȝt.k [...] ta fille. »
  • 22 Djed-Ḥer, p. 71-72 et 75-76.

9Djed-Ḥer, l. 143-14922 :

  • 23 Les sources font surtout état du cri d’Isis en réaction à l’attaque de son fils par le serpent ou (...)
  • 24 Référence à Horus malgré l’absence d’antécédent. Le texte ne reprend pas dans son début la légende (...)
  • 25 Écrit ici (...)
  • 26 Sur le rôle de Serqet dans les exorcismes d’animaux venimeux, cf. Sauneron 1989, p. 107 (2) ; Vuil (...)
  • 27 Ḥwt-ʿȝt, toponyme de l’Héliopolite, sanctuaire d’Atoum-Rê considéré ici comme le père d’Isis, qui (...)
  • 28 ʿȝw omis dans P. BM EA 9997, VI, 1.
  • 29 Sur cette amulette de faïence, cf. infra, n. 111.
  • 30 Nb-r-ḏr (LGG III, 795b et 796a, M, d), seule mention connue en tant que père d’Isis, est ici une d (...)
  • 31 Ỉm.s pour ỉm.f ? Le groupe indéfinissable entre mỉ et sȝ.s peut difficilement correspondre à la co (...)
ḏd mdw À réciter :
ḫrw sgb r-rwty23 « Un cri de douleur (s’éleva) à l’extérieur,
ỉs (?) Ỉst nhp r.f24 alors Isis accourut vers lui.
ỉn25 Srḳt wrt ḥr ḫrw Ỉst Serqet la grande26 vint au cri d’Isis,
s(ỉ)ʿr.s r ḥwt-ʿȝt27 elle monta vers le Grand-Château
ḥr sȝ.s Ḥr smsw pr ỉm.s à cause de son fils Horus l’aîné, issu d’elle.
dỉ.s [(ỉ)ʿn]w r nb Ḫmnw Elle adressa une supplique au maître d’Hermopolis
r sḏm nṯrw wr(w) ʿȝw28 pour que les très grands dieux (l’)entendent.
ḏd.ỉn Ỉst nṯrt Alors Isis la divine dit :
wȝḏ n ṯḥnt29 “Amulette de faïence,
smỉ.k wỉ n ỉt(.ỉ) nb ḏr30 annonce-moi à (mon) père, le maître de l’Univers !”
ḏd.ỉn nb tmm ḏs.f Alors le maître de l’humanité en personne dit :
ḫrw ỉnd r-rwty sbȝ(yw) “Un cri de détresse (s’est élevé) à l’extérieur des portes
mỉ ỉdt (?) <n> sȝ.s tkn ỉm.s31 comme (celui d’)une vache (?) <vers> son petit, une fois approché.”
ḫsf.ỉn Sỉȝ n [...] Alors Sia alla à la rencontre de [...]
wḏȝ ỉb[.k...] “Que [ton] cœur soit serein
[...] sȝt.k [...] ta fille.” »

10ḫrw ỉnd : cf. supra, n. 23.

  • 32 Nb Ḫmnw : le toponyme est écrit (...)
  • 33 Leitz 1999, p. 12. Le père d’Isis est désigné dans ce texte sous l’appellation de Nb-r-ḏr. C’est l (...)
  • 34 LGG III, 795b et 796a, M, d.
  • 35 Sur Thot comme « fils de Rê » (sȝ Rʿ), cf. LGG VI, 86a, A, w ; comme « aîné de Rê, issu d’Atoum »  (...)
  • 36 La fonction de Thot dans ce contexte est clairement exposée dans Metternich 245 : ỉnk Ḏḥwty sms Rʿ (...)

11Pas de parallélisme strict entre les versions. Le début de l’invocation, perdue dans la page précédente, est ici restitué d’après les parallèles de Djed-Ḥer et du P. BM EA 9997. Dans Djed-Ḥer et probablement le P. BM EA 9997, en lacune partielle, Isis adresse une supplique au maître d’Hermopolis32 pour s’assurer que les « très grands dieux » entendent son propos. Si l’on suit littéralement le texte, ce n’est donc pas à Thot en tant que « maître d’Hermopolis » qu’elle demande d’être annoncée (smỉ) à son père33, mais à l’amulette de faïence (wȝḏ n ṯḥnt), ce qui laisse supposer une relation symbolique entre le dieu et cette amulette. Deux raisons justifient cette fonction d’intermédiaire dévolue à Thot entre Isis et son père (le « maître de l’Univers », ici probable désignation de Rê-Atoum)34 : d’une part, sa relation avec Rê dont il est issu35, qui le conduit à se définir lui-même dans ce rôle d’intermédiaire comme Ḏḥwty smsw sȝ Rʿ, « Thot l’aîné, le fils de Rê » ; d’autre part, sa fonction bien connue d’exorciseur et de guérisseur36.

  • 37 Sur le rôle de Thot dans le combat contre les animaux venimeux, cf. Djed-Ḥer, p. 50, n. 2 ; Sauner (...)
  • 38 P. Chester-Beatty VII vo, 5, 2, Gardiner 1935, pl. 37 et p. 64. L’épithète nb spty, maître des lèv (...)

12On a vu plus haut (n. 14) que la fonction de Sia, dont les mentions sont peu fréquentes dans la littérature magique (LGG VI, 165a), semble ici limitée à sa relation avec le « maître de l’Univers » (Rê-Atoum, cf. LGG III, 795b), sans rapport direct avec l’expulsion (ḫsf, dr, šd) du venin. Pour autant, son rôle protecteur des membres corporels peut expliquer certaines de ses mentions dans des textes évoquant une piqûre ou une morsure d’animaux venimeux. Accompagné de Hou, une séquence du P. BM EA 9997 (I, 9) le signale dans une liste d’images de divinités (Isis, Horus, Thot37, Maât), au-dessus desquelles sont formulées des incantations anti-venin ; plus loin dans le même texte (VI, 15-16), il sera de nouveau question de paroles à prononcer sur plusieurs figurines divines (Atoum, Horus), dont la sienne. Cette protection est exprimée de manière plus précise dans le P. Chester-Beatty VII vo, 5, 238, où il est dit à l’adresse du venin (mtwt) : nn ʿḥʿ.t m pḏ.f Sỉȝ r.t nb pḏt, « Tu ne t’établiras pas dans sa jambe, (car) Sia, maître de la jambe, est contre toi. » Pour sa fonction de protecteur, cf. aussi Kitchen 1988, p. 163 et pl. 154 : ỉw Sỉȝ m sȝ ḥʿw.k, « Sia est la protection de ton corps. »

  • 39 Sur l’usage de la filiation « fils de » (valable pour le féminin), pour exprimer un simple lien de (...)

13Sȝt.k : dans ce contexte, cette « fille » ne peut être qu’Isis, précédement nommée, dont on va apprendre dans la phrase suivante que son fils a été mordu. En toute logique, le texte est donc censé s’adresser à Geb ou à son équivalent Ta, la terre (cf. n. 72), mais les lacunes qui affectent ce passage dans les trois versions ne permettent pas de confirmer sa présence. Dans le P. BM EA 9997, III, 15, la déesse, s’adressant à son père Ta, mais aussi à sa mère Nout et Atoum, déclare : ỉnk Ỉst sȝt n sȝt.k, « je suis Isis, la fille de ta fille », ce qui, théoriquement, la rattache à Chou, mais la filiation importante est celle de son ancêtre Atoum, nommément désigné39.

Ligne 2

  • 40 Wḏ écrit wȝḏ : sur la confusion entre les signes hiératiques (...)
  • 41 La séquence wḏ.n Rʿ r ḫsf.k ... est absente des deux autres versions. Selon toute vraisemblance, R (...)

[psḥ] [.s] ỉn Šp[t-ỉb nṯr ʿȝ šnw.f sw ḏs.f ḫsf mt]wt m sḫm.s šp.k ḫft(y) ỉr m ḫm.f wȝḏ.n40 Rʿ r ḫsf.k [...]41

  • 42 Écrit (...)
  • 43 Cf. Metternich 61 = socle Béhague, formule I, p. 17 = statue Moscou I.1.a.5319, 80, Panov 2014, p. (...)
  • 44 Sur le sens du verbe šp dans ce contexte, cf. Djed-Ḥer, p. 11-12, n. 5. Il s’agit ici pour le veni (...)
  • 45 À propos du venin ỉr m ḫm.f, comprendre peut-être ici : sans savoir ce qu’il fait, ou dans l’ignor (...)

[son] fils [a été mordu] par Šp[t-ỉb42. Le dieu grand, il l’a lui-même exorcisé : « que le ve]nin soit repoussé de son pouvoir43 ! Écoule-toi44, ennemi agissant dans son ignorance45 ! Rê a ordonné de te repousser [... »]

14P. BM EA 9997, VI, 3-[5] :

psḥ sȝ.s ỉn Šp-ỉb « Son fils a été mordu par Šp-ỉb ;
nṯr ʿȝ šn.f <sw> ḏs.f le dieu grand, il <l’>a lui-même exorcisé :
ḫsf mtwt [m sḫm.s] Que le venin soit repoussé [de son pouvoir !]
[…] [...]
wd ḳn m sȝ.s Ḥr qui a infligé un dommage à son fils Horus
nn ỉsft nn try.f sans faute ni impureté ;
nn hȝb (Image) [...] [...] n’a pas été envoyé (?) [...]. »

15P. BM EA 9997, VII, 9-10 :

šp[.t] mtwt ỉr m ḫmt.s « Écoule[-toi], venin agissant dans son ignorance
nty [m ḥʿ n Ḥr] sȝ Wsỉr qui est [dans le corps d’Horus] fils d’Osiris ;
šp.t mtwt ỉr m ḫmt[.s] écoule-toi, venin agissant dans [son] ignorance,
nty m ḥʿ n mn [ms.n] mnt qui est dans le corps d’un tel [né d’]une telle. »

16Djed-Ḥer l. 149-150 :

  • 46 Écrit (...)
  • 47  La suite immédiate de n hb est en lacune dans les deux versions (Djed-Ḥer, l. 150 : (...)
psḥ sȝ.s ỉn Ḫpt-ỉb « Son fils a été mordu par Ḫpt-ỉb ;
nṯr ʿȝ šn.f s(w) ḏs.f [ḥr r]n.f le dieu grand, il l’a lui-même exorcisé [en] son n[om] :
tȝ mtwt m sḫm.s Ô venin dans son pouvoir !
šp.k ḫft(y) ỉr m ḫm.f Écoule-toi, ennemi qui agit dans son ignorance,
wd gnw46 m sȝ<.s> Ḥr qui a infligé un dommage à <son> fils Horus
n ỉsf(t).f n tr.f sans faute ni impureté ;
n hb (Image) [...]47 [...] n’a pas été envoyé [...]. »

Lignes 3 [-4]

  • 48 šd est d’un usage fréquent dans les exorcismes du venin, cf. Wb IV, 561, 21 ; Metternich 8 ; Djed- (...)
  • 49  + r, cf. ligne 5, la construction similaire kȝ.tw n.k + r. Noter ici la forme (...)
  • 50 Le signe (...)
  • 51 Cette lecture Nḥb-kȝ se déduit du trait horizontal noir au-dessous de tm.k écrit en rouge, et dans (...)

šd48 mtwt[.k] kȝ.k49 r [ʿḥʿ]y n Ḫprt (?)50 wr[t] nṯrt [m nṯrw ... nḥb kȝ.k mỉ Nḥb-kȝ]51

« Que [ton] venin soit écarté ! On t’appellera serpent-ʿḥʿyt de Kheperet (?), la déesse [parmi les dieux ... qui pourvoit ton ka comme Nehebka. »]

17P. BM EA 9997, VI, 5 :

  • 52 Cf. n. 54.
  • 53 Texte corrompu. On lit : (...)
[…] « […]
[].k r ʿʿ n Tpt52 wrt (sic) On t’appellera serpent-ʿʿ(w) de Tepet-ouret,
nryt m nrw la déesse parmi les dieux.
ddw.k sȝ ddw.k ʿ (sic)[...]53 qui accorde ta puissance, qui accorde [ton] apparition (?) [...]
[...] [...]. »

18Djed-Ḥer, l. 150-151 :

  • 54 (...)
  • 55 Sur le dieu serpent Nehebka dans la littérature magique, cf. Goyon 1975, p. 386, n. 2.
  • 56 Sens incertain dans ce contexte. Sur nḥb (Wb II, 291, 7-13), cf. Caminos 1954, p. 426 ; Meeks 1981 (...)
šd mtwt.k « Que ton venin soit écarté !
kȝ.k r ʿḥʿy n Tp(y)t wrt54 On t’appellera serpent-ʿḥʿy de Tepet-ouret
nṯryt [m-]m nṯrw la déesse parmi les dieux,
dỉ bȝw.k dỉ ḫʿ.k qui accorde ta puissance, qui accorde ton apparition,
nḥb kȝ.k mỉ Nḥb-kȝ55 qui pourvoit (?)56 ton ka comme Nehebka. »

19Le point commun dans les trois versions, justifiant le recours au pronom suffixe masculin, est le destinataire du texte, le serpent Ḫpt-ỉb/Šp-ỉb, défini précédemment comme un « ennemi » (ḫfty, l. 2). Il est pourtant question de sa puissance et de son apparition, dépendant d’une déesse Tpt-wrt, ce qui semble contradictoire avec ce statut d’ennemi, d’autant que des menaces vont suivre.

20La compréhension de ce passage nécessite quelques remarques concernant d’une part l’interprétation de la tournure kȝ.k r, d’autre part le sens du mot ʿḥʿ.

21La tournure (peu fréquente) kȝ.k r + substantif suppose ici l’élision du pronom .tw, bien attesté infra, l. 5 dans kȝ.tw n.k r + substantif, face à kȝ.k r + substantif dans la version parallèle de Djed-Ḥer (l. 150) seule citée comme exemple par le Wb V, 85, 5 qui traduit le passage kȝ.k r ḫft(y), « dann wirst du zu Feind » en ne retenant que la notion du futur.

22Cette analyse implique de voir dans les mots Image (fragment IFAO H 88), Image (Djed-Ḥer, l. 150), Image (P. BM EA 9997, VI, 5) un substantif qualifiant l’ennemi en tant qu’ophidien précédemment mentionné dans Djed-Ḥer (l. 150), plutôt qu’un verbe selon l’option retenue par Christian Leitz (1999, p. 16, n. 85). La leçon fautive du P. BM EA 9997 est influencée par l’usage courant de ʿḥʿw non seulement comme substantif pour désigner un serpent (Wb I, 222, 12-15), mais aussi comme verbe pour traduire son attitude quand il est dressé sur sa queue (ʿḥʿ ḥr sd, Wb I, 218, 14) ou la place de son venin dans le corps de sa victime (cf. n. 167).

Lignes 4-[5]

[... ỉr] tm.k šd mtwt.k [sḫbḫ m ḥʿt n] Ḥr [sḫbḫ m ḥʿt nb s pn nty ẖr dmt ...]

  • 57 Sur Horus comme victime des animaux venimeux, cf. Koleva-Ivanov 2005, p. 59-73.

[« ... si] tu ne retires pas ton venin [qui est enfermé dans le corps d’]Horus57, [enfermé dans tous les membres de cet homme victime d’une morsure ... »]

23P. BM EA 9997, VI, 6-[7] :

[... ỉr] tm.k šd {tȝ} mtwt.k sḫbḫ m ḥʿt n Ḥr « [... Si] tu ne retires pas ton venin enfermé dans le corps d’Horus,
sḫbḫ [...] enfermé [...]. »

24Djed-Ḥer, l. 151 (p. 72 et 76) :

ỉr tm.k šd mtwt.k sbḫ58 m ỉḥʿw nb n Ḥr « Si tu ne retires pas ton venin enfermé dans tous les membres d’Horus
m ỉḥʿw nb s pn [nty ẖr dmt et dans tous les membres de cet homme [victime de morsure],
mtwt].k (ḥr) wḏb.k ḥr pr m rȝ.k ton [venin] se retournera contre toi en sortant de ta bouche. »

25Le texte s’adressant au serpent, wḏb ḥr, « se tourner vers » (Meeks, Alex 78.1182), mais aussi « se (re)tourner contre » (Wilson 1997, p. 289) traduit ici le mouvement de retour du venin vers l’agresseur.

26Pour l’idée du venin se retournant contre le serpent lui-même, cf. Pyr. 246 a-b :

  • 59 LGG I, 561c.
  • 60 LGG VII, 175a.
ḏd mdw ỉššw ỉnb59 ḳȝʿ ḏbt  (Image)60 (À réciter :) « (Ô) celui que le mur a craché, que la brique a vomi,
nw pr m rȝ.k r.k ḏs.k ce qui sort de ta bouche se retourne contre toi-même. »

27P. Brooklyn 47.218.48+85, 5, 7 (§ 79b) :

[] mtwt sb.n bṯt ỉm.k « [Ce] venin que le serpent-bṯt a placé en toi,
nn r.k sp 2 (il) n’existe plus contre toi (bis).
sb ỉm.k sb n ỉr r.k Ce qui a été placé en toi est placé en celui qui agissait contre toi. »

Ligne 5

[...] kȝ.tw n.k r ḫft m-m rmṯ [ḏȝyw m-m nṯrw ...]

[« ...] on t’appellera ennemi parmi les hommes, [opposant parmi les dieux ... »]

28P. BM EA 9997, VI, 7 :

  • 61 ḏȝy, « opposant », terme fréquent dans la littérature magique.
[...] ḫfty m-m rmṯ ḏȝy61 m nṯrw « [...] ennemi parmi les hommes, opposant parmi les dieux. »

29Djed-Ḥer, l. 151-152 (p. 72 et 76) :

  • 62 Cf. supra, Lignes 3[-4], où ce passage est cité.
kȝ.k r ḫft(y)62 m rmṯ ḏȝy m nṯrw « On t’appellera ennemi parmi les hommes, opposant parmi les dieux. »

Lignes [5]-[6]

[sȝw ỉbḥw.k ṯtf mtwt.k] [« tes dents seront brisées, ton venin se répandra. »]

30P. BM EA 9997, VI, 7 :

  • 63 Meeks 1981, 78.32.80.
sȝw63 ỉbḥw.k ṯtf mtwt.k « Tes dents seront brisées, ton venin se répandra. »

31Djed-Ḥer, l. 152 :

  • 64 Sur la lecture, cf. Djed-Ḥer, p. 76, n. 14.
  • 65 Sur l’usage du verbe ṯtf à propos du venin (Wb V, 412, 18), cf. Djed-Ḥer, p. 76, n. 15 ; P. BM EA  (...)

sȝw64 ỉbḥw.k ṯtf65 mtwt.k

« Tes dents seront brisées, ton venin se répandra. »

Ligne 6

  • 66 Sur pnw, « souris » ou « rat » , cf. Meeks 2012, p. 537, n. 193.
  • 67 On notera l’aspect particulier du déterminatif (...)
  • 68 Ce mot de genre féminin, peu attesté (une liste incomplète dans Arpagaus 2009, p. 19, n. 3), dériv (...)

[... dr tp.k nḥm pḥty.k snḏ.k n] pnw66 nry.k67 n p[gg(t)68 ...] ?

[« ... ta tête sera écartée, ta puissance sera retirée, tu auras peur d’une] souris, tu craindras une gren[ouille ... »]

32P. BM EA 9997, VI, 7-[9] :

  • 69 Écrit ici (...)
  • 70 mswʿʿw. Sous l’influence de la graphie (...)
dr tp.k [nḥm pḥty.k] « Ta tête sera écartée, [ta puissance sera retirée],
[sn]ḏ.k n pnw nry.k n pngg(t) tu [auras pe]ur d’une souris, tu craindras une grenouille ;
nhd.k 69 ḥȝt mswʿʿw70 tu trembleras devant les oiseaux-mswʿʿw,
ḫȝʿ.k [snbt] tu céderas (devant) [l’animal-snbt]. »

33Djed-Ḥer l. 152 (p. 72 et 76) :

dr tp.k nḥm pḥty.k « Ta tête sera écartée, ta puissance sera retirée,
snḏ.k n pnw nry.k pngg(t) tu auras peur d’une souris, tu craindras une grenouille ;
nhp.k r ḥȝt mswʿʿw tu t’enfuiras (de peur) devant les oiseaux-mswʿʿw,
[ḫȝʿ].k snbt71 tu [céderas (devant)] l’animal-snbt ».

Ligne 7

  • 72 La terre, ici quasi divinisée malgré son absence de déterminatif dans ce passage (cf. LGG VII, 334 (...)

[... nn ḥȝ]p tw ỉ[t].k tȝ72 nn wn [n.k mwt.k dbt...]

« Ton père, la terre, [ne] te [couvri]ra pas [et ta mère, la brique,] ne t’ouvrira pas. »

34P. BM EA 9997, VI, 9 :

  • 73 Écrit (...)
  • 74 Bien que les déterminatifs soient en lacune partielle dans le P. BM EA 9997, on y reconnaît le bra (...)
  • 75 Et non sȝt.k (Leitz), cf. infra, n. 110.
  • 76 Les graphies de dbt, au singulier (...)
[rwỉ.k] ỉȝwt73 sḫpr tw « [Éloigne-toi] des buttes qui t’ont créé ;
nn [ḥȝp] tw ỉt.k tȝ Ton père, la terre, ne te [couvrira] pas,
nn wn74 n.k mwt.k75 dbt76 et ta mère, la brique, ne t’ouvrira pas. »

35Djed-Ḥer l. 152 (p. 72 et 77) :

  • 77 Tel qu’il apparaît dans la copie de E. Jelínková-Reymond, le groupe (...)
  • 78 Graphie corrompue (...)
rwỉȝ.k r ỉȝt ỉ-sḫpr tw « Éloigne-toi de la butte qui t’a créé ;
n ḥ(ȝ)p tw77 ỉt.k tȝ ton père, la terre, ne te couvrira pas,
n wn n.k mwt.k78 ḏbt et ta mère, la brique, ne t’ouvrira pas. »

36Cf. Klasens 1952, p. 21 (formule III), où, dans une invocation au venin du scorpion (mtwt nt ḏȝrt), sont exposées avec précision la nature et la fonction de la terre, évoquée comme agent d’action :

  • 79 Écrit (...)
  • 80 Traduit « down on your face » par Adolf Klasens (1952, p. 54). Pour la construction et le sens de (...)
  • 81 Ce terme ʿḫm est fréquemment utilisé métaphoriquement dans des expressions telles que ʿḫm sḏ / ḫt (...)
  • 82 Même fonction de l’eau du Noun, cf. Koenig 2005, p. 91-92, citant le passage de la formule VIII, h (...)
  • 83 st štȝt (écrit (...)
ky rȝ ḏd mdw Autre formule. À réciter :
79 šn.f ḥȝ ẖr(y)-dm(t) « La terre, qu’elle exorcise la victime de morsure,
mỉ šn.n.f ḥȝ nṯr ʿȝ comme elle a exorcisé le dieu grand !
tȝ šn.n.f ẖr(y)-dmt La terre, qu’elle exorcise la victime de morsure,
mỉ ỉr.f sȝ ḥȝ Rʿ comme elle assure la protection sur Rê !
tȝ mk.f ẖr(y)-dmt La terre, qu’elle protège la victime de morsure,
mỉ mk.f sȝ.f Tm pr ỉm.f comme elle protège son fils Atoum issu d’elle !
hȝ ḥr tȝ tȝ mtwt nt ḏȝrt Tombe à terre, ô venin du scorpion,
ḥr ḥr.t{n}80 mtwt nty ḏȝ<r>t (tombe) sur ta face, venin du scorpion !
n šȝỉs.t n pẖr.t Ne chemine pas, ne circule pas,
n wbd.t m ʿwt nb(t) n ẖr(y)-dmt ne brûle dans aucun membre d’une victime de morsure !
ʿḫm81 tw tȝ ỉt nṯrw La terre, père des dieux, t’éteindra
mỉ ʿḫm.f sḏt82 comme elle éteint le feu
m wnwt n ( ?) ʿḫm ḫt pr m st štȝ(t)83 à l’heure d’éteindre la flamme sortie de la place secrète. »

Ligne 8

[ḫtḫt.k ḥr tȝ mḥy.k ḥr mw sb.k n šʿ]d sḫȝ.tw.k p[sg.tw ḥr rn.k]

[« Recule sur la terre, dérive sur l’eau, marche au massa]cre ; (quand) tu es évoqué, on cr[ache sur ton nom. »]

37P. BM EA 9997, VI, 9-11 :

  • 84 L’emploi de la préposition ḥr après ḫtḫt, duplicatif de ḫt, «reculer » (Wb III, 353, 13 – 354, 5), (...)
  • 85 Dans la version de l’IFAO, ligne 8, le groupe (...)
  • 86 C’est ce même verbe psg qui est évoqué dans l’action d’Horus vis-à-vis du venin, cf. P. Brooklyn 4 (...)
ḫtḫt [t]w.k ḥr84 tȝ […] « Recule sur la terre [...]
[sb.k n šʿ]d [ỉw].k n ʿḏ85 [va au massa]cre, [marche] au carnage !
sḫȝ.tw.k psg.tw86 ḥr rnw.k Quand tu es évoqué, on crache sur tes noms.
[mỉ.t] pr ḥr [ [Viens], sors à [terre,
tȝ mtwt ḏw ntt m ʿwt nb n] Ḥr nḫn ô venin nuisible qui te trouves dans chaque membre] d’Horus l’enfant. »

38Djed-Ḥer, l. 153-154 (p. 72) :

ḫtḫt.k ḥr tȝ mḥy.k ḥr mw « Recule sur la terre, dérive sur l’eau,
sb.k n šʿd ỉw.k m ʿḏ va au massacre, marche au carnage !
sḫȝ.tỉ psg.tw ḥr rn.k Une fois évoqué, on crache sur ton nom.
mỉ.t [pr] ḥr tȝ Viens, [sors] à terre,
tȝ mtwt ḏw ntt m ʿwt nb n Ḥr nḫn ô venin nuisible qui te trouves dans chaque membre d’Horus l’enfant,
ntt m ʿwt nb n s pn nty ẖr dmt qui te trouves dans chaque membre de cet homme victime de morsure. »

39Dans le cas présent le crachat n’a rien de l’acte guérisseur que mentionne I. Koenig (1982, p. 289 [h]), à propos d’un passage du P. Deir el-Médina 41, 1-2 et parallèles (Roccati 2011, p. 128, où s’impose dans ce texte l’aspect négatif du geste :

  • 87 Sur cette incantation, cf. aussi P. Brooklyn 47.218.138, x+III, 1, 2 ; la stèle Genève E 925 en fa (...)
šp.t mtwt 7 sp87 « Écoule-toi, venin, 7 fois !
šn.n tw Ḥr Horus t’a exorcisé,
bḥn.f tw psg.f tw il te tranche, il crache sur toi. »

40Au-delà de la graphie tw pour tn que l’on retrouve dans les parallèles de l’apostrophe initiale à la mtwt, la personnification du venin (féminin) en tant que serpent (masculin) n’est pas rare dans les textes magiques. Sur cette personnification, cf. n. 80 et 170.

41On peut enfin noter que la deuxième partie de l’invocation au défunt dans Djed-Ḥer, l. 153-154 : ntt m ʿwt nb n s pn nty ẖr dmt, n’a jamais figuré dans le P. BM EA 9997, VI, 11 comme l’indique clairement la suite immédiate du texte après nḫn ; et selon toute vraisemblance, il en est de même dans la version très proche du P. IFAO H 88, malgré les importantes lacunes qui affectent ce manuscrit.

Ligne 9

[dỉ.ỉ ... n msw nṯr]t tn kȝ <ʿnḫ> ỉmy[w ỉȝt.sn ...]

[« Je donne ... aux enfants de] cette [déesse], de sorte que <vivront> ceux qui sont dans [leur(s) butte(s). »]

42P. BM EA 9997, VI, 11-12 :

  • 88 De msw il ne subsiste plus que le début du signe (...)
  • 89 La restitution [nṯr]t est favorisée par la présence du démonstratif tn, peu attendu après le théon (...)
  • 90 Peut-être rien dans cette lacune.
  • 91 La circulation du venin et l’inflammation qui en résulte vont de pair, cf. ostracon DeM 1046, 6-8  (...)
dỉ.ỉ ʿnḫ m[sw88 nṯr]t tn89 « Je fais que vivent [les enfants] de cette dées]se,
{n} kȝ [ʿnḫ ỉ]myw ỉȝt.sn […]90 de sorte que [vivront] ceux [qui sont dans] leur(s) butte(s) [...],
nn pḫpḫ nn i[ʿ]b[]91 sans circulation (du venin) ni inflammation. »

43Djed-Ḥer, l. 154 (p. 73) :

dỉ.ỉ ṯȝw n msw Srḳt « Je donne le souffle aux enfants de Serqet,
kȝ ʿnḫ ỉmyw ỉȝwt.sn92 de sorte que vivront ceux qui sont dans leurs buttes ;
n pḫpḫ.t n ʿbḫḫ.t tu ne circuleras pas, tu n’enflammeras pas. »

44Pour l’idée, cf. P. Brooklyn 47.218.138, x+IV, 7 :

  • 93 La restitution de J.-C. Goyon (2012, p. 27) : Srḳt, est infondée. Mêmes titres de la déesse dans P (...)
  • 94 Restitution ḥr nb d’après le parallèle du P. BM EA 10309, II, 16, cf. Quack 2011, p. 414 et fragme (...)
ỉnk nb [ʿnḫ]93 ỉr ḥkȝw « Je suis la maîtresse de [la vie], qui crée les formules magiques,
wḏ ʿnḫ n [ḥr nb]94 qui envoie la vie à [chacun]. »

Ligne 10

  • 95 Suffixe restitué d’après les parallèles. Pour la graphie vocalisée (...)

[... ʿḫm] hh<.t>95 šp.k [ḫfty ...]

[« ...] Que <ta> flamme soit éteinte ; écoule-toi [ennemi ... »]

  • 96 Cf. aussi Metternich 8 : šp.k ḫft(y) ʿn.t tȝ mtwt, « Écoule-toi, ennemi, retourne-toi, ô venin ! »
  • 97  Bien que non relevé par le Wb, le déterminatif de l’homme armé dans le mot ʿḫm est d’un usage ass (...)

45Les parallèles de cette séquence sont partiels. Contrairement à ce qui suit dans les deux autres versions, elle s’adresse d’abord au venin (mtwt) puis à l’« ennemi » qu’il incarne, en restituant dans la lacune le mot ḫfty d’après la l. 2 où il est pourvu du même déterminatif)96. Bien qu’attendu, il ne se lit ici dans aucune des deux autres versions du texte. À cette place dans le texte, le signe Image précédant le substantif hh ne peut être que le second déterminatif du mot ʿḫm, « éteindre97 », le premier étant la flamme Image, dont subsistent des traces au début de la l. 10.

46Cf. P. BM EA 9997, VI, 12-13 :

  • 98 Du mot en lacune, probablement dr (d’après les parallèles), il ne reste plus que le déterminatif (...)
  • 99 Sur la « brûlure », le « feu » du venin à chasser, cf. Djed-Ḥer, p. 19, n. 3 ; P. Brooklyn 47.218. (...)
[ḳbḥ.t mỉ] mw sȝḳ.ỉ (sic) mỉ ỉnr « [Tu es froid comme] l’eau, tu es compact comme la pierre ;
[dr]98 tȝw.t99 ʿḫm hh.t [que soit écartée] ta brûlure, que ta flamme soit éteinte
m ḥʿt nb(t) n mn ms.n mnt dans chaque membre d’un tel né d’une telle ! »

47Djed-Ḥer, l. 154 (p. 73 et 77) :

  • 100 sȝḳ.t mỉ ỉnr : l’image est unique ; on peut lui comparer l’expression sȝḳ snṯr pour désigner l’enc (...)
  • 101 Restituer tȝw d’après la leçon du P. BM EA 9997, plutôt que mtwt (Djed-Ḥer, p. 73). Le texte s’adr (...)
ḳbḥ.t mỉ mw sȝḳ.t100mỉ ỉnr « Tu es froid comme l’eau, tu es compact comme la pierre ;
dr.tw {tȝ} [tȝw].t101 ʿḫm hh.t que soit écartée ta [brûlure], que ta flamme soit éteinte
m ʿwt nb(t) n s pn ntt (sic) ẖr dmt dans chaque membre de cet homme victime de morsure
mỉ Ḥr nḫn comme Horus l’enfant. »
  • 102 Un parallèle partiel et très lacuneux se lit au P. BM EA 10309, I, 9-11, Leitz 1999, pl. 9.

48Sur l’idée de brûlure liée au venin, cf. Socle Béhague, formule VIII (Klasens 1952, p. 40-41, h 6-7)102 :

  • 103 Psḏt est considéré comme un substantif collectif et repris par un pronom au pluriel : Barucq, Daum (...)
ḫsf Psḏt ʿȝwt tȝ(w).t « La grande Ennéade repousse ta brûlure,
ʿḫm.w103 rḳḥ.t elle éteint ta flamme ;
n nbỉt(.t) n hh.t m ʿwt nb(t) n ẖr(y) dm(t) ni ton feu ni ta flamme n’existent dans aucun membre de la victime de morsure,
ḥr-nty sw m Ḥr pw sȝ Wsỉr nb sȝ car c’est Horus, le fils d’Osiris, maître de la protection,
sḫpr ȝḫwt.f qui suscite ses formules bénéfiques,
mnḫ wḏȝ ʿȝ mk efficace pour la santé, grand de protection. »
  • 104 Restitutions d’après un discours similaire d’Isis à l’adresse du venin, dans P. Brooklyn 47.218.13 (...)

49Inspirée de la formule VIII du socle Béhague, une section du P. Brooklyn 47.218.138 (x+III, 3-4) développe un texte similaire104 :

  • 105 Du verbe ʿḫm en lacune seul subsiste le déterminatif (...)
[šp.t tȝ mtwt mỉ.t pr] ḥr tȝ « [Écoule-toi, ô venin, viens, sors] à terre !
ḫsf.n tw nṯrw ʿȝw Les dieux grands t’ont repoussé,
dr.w tȝ[w.t ʿḫm].w105 hh.t ils écartent [ta] brûlure, ils [éteignent] ta flamme
m ʿ(t)t nb(t) n [ỉt.ỉ Rʿ-Ḥr-ȝḫty dans tout membre de [mon père Rê-Hor-akhty
m ʿt nb(t) n Pr-ʿȝ ʿnḫ-wḏȝ-snb et dans tout membre de Pharaon v.f.s.,
ntf ỉrt Ḥr] sȝ Wsỉr nb sȝw car c’est Horus], le fils d’Osiris, maître de protection,
sḫpr ȝḫwt.f qui suscite ses formules bénéfiques,
mnḫ mdw aux paroles efficaces. »

Lignes [10-11]

50[... ... ...]

51P. BM 9997, VI, 13 :

[...]w snty wrw [...] nṯrwt snty « Les [...], les deux sœurs, les grands [...], les déesses, les deux sœurs.
mỉ.n m [... ] rȝ n.tn r-ḥnʿ.ỉ Venez dans/en tant que [...] bouche pour vous avec moi. »

Ligne 11

[ỉnk Ỉst m]dw.ỉ ḥr ḫr[... dd(.ỉ) ṯȝw n sȝ.ỉ Ḥr]

[« Je suis Isis. Je pa]rle de [... et j’accorde le souffle à mon fils Horus. »]

52P. BM EA 9997, VI, 14 :

ỉnk Ỉst mdw[.ỉ ḥr …]w.s106 « Je suis Isis. [Je] parle [de ...]
dd(.ỉ) ṯȝw n sȝ.ỉ Ḥr et (j’)accorde le souffle à mon fils Horus. »

53À partir d’ici, toutes les séquences jusqu’à la fin de la page (l. 19) sont absentes dans Djed-Ḥer.

Ligne 12

  • 107 On a vu (supra, n. 91) qu’un substantif écrit (...)

[...].n ẖrt.s107 ȝḫ [...].n m wḏȝ [...]

[« ...] notre [...] sa ... (?) ; notre [...] au moyen de [sa] ... (?) [... »]

  • 108 Noter toutefois que dans un passage très voisin mais non parallèle du P. BM EA 9997 (VI, 14-15), u (...)

54Parallèle inexistant dans P. BM EA 9997, VI ; aucune des lacunes affectant les l. 14 et 15 de cette page n’est assez longue pour contenir cette séquence très mutilée dont le sens reste problématique. C’est aussi, avec la fin de ligne du P. BM EA 9997, VI, 14, le seul endroit du texte où est mentionné (ici à deux reprises), le pronom suffixe .n de la 1re personne du pluriel (« notre » ou « nos »)108. Le double signe Image, transcrit ici Image (à distinguer de la jambe Image Image (l. 12 dans sḫs et Pal. II, no 122), est le probable déterminatif d’une désignation divine, cf. l. 1 : Image dans le théonyme Sia.

Lignes [11-12]

[... ...]

55P. BM EA 9997, VI, 14-15 :

  • 109 Sur cette séquence, cf. Müller 2002, p. 430. Pour le mot gmw, écrit ici dans sa forme féminine moi (...)
mk (?) [...] nṯrw ʿḥʿ m gmw « Vois, [si ?] les dieux se trouvent dans l’affliction,
[...] ḥms.n ḥr st.sn109 [...] nous siègerons à leur place. »

Ligne 13

[mk mn ms.n mnt] snb n mwt.f ḏd.tw rȝ pn [ḥr -...]

[« Vois, un tel né d’une telle] est guéri pour sa mère. On prononce cette formule [sur ... »]

56P. BM EA 9997, VI, 15-16 :

  • 110 Quoiqu’elle ne soit pas systématique (cf. graphie (...)
  • 111 Sur l’amulette-wȝḏ n ṯḥnt, associée à Thot en tant que « maître d’Hermopolis » cf. supra, Ligne 1  (...)
mk mn [ms.n mn]t snb n mwt.f110 « Vois, un tel né d’une telle est guéri pour sa mère.
d mdw r twt n Ỉtm À réciter sur une figurine d’Atoum
ỉr m ḫt n ỉm[ȝ...] Ḥr faite en bois de ỉm[ȝ...] Horus,
twt n Sỉȝ une figurine de Sia
ỉr m [ḫt] n ỉsw faite en [bois] de tamaris.
Ỉwnw wȝḏ n ṯḥnt111 Héliopolis. Amulette-ouadj en faïence. »

Ligne 14

[... rp]yt Nt rpyt Srḳ[t ...]

[« ... effi]gie de Neith, effigie de Serqe[t]. »

57P. BM EA 9997, VI, 16-17 (suite et fin de la liste des images de divinités sur lesquelles doit être prononcée la précédente formule) :

  • 112 Wb III, 340, 9.
  • 113 Sur ce passage, cf. Leitz 1999, p. 18, n. 108 ; Fischer-Elfert 2015, p. 106. L’expression classiqu (...)
  • 114 Transcription de ce passage revue par Quack 2011, p. 414. Sur le champ des sauterelles, cf. Meeks  (...)
rpyt Srt « Effigie de Serqet
ỉr m t n st112 faite en bois à brûler ;
mn m sš (?)113 ... (?) suspendre au moyen d’une corde (?) à ... (?)
ỉny m st snmyw114 apportée du champ des sauterelles. »

Ligne 15

  • 115 La restitution, fondée sur le parallèle du P. BM EA 9997, n’est peut-être pas nécessaire, cf. P. B (...)
  • 116 Pour la restitution, cf. Wb III, 153, 8 ; Roccati 2011, p. 71, 5 : m sš mȝʿ m ḥḥ n sp ; LdM (Lepsi (...)

[rdit r ḫḫ n] s <nty m ẖry dmt> (?)115 <m> sš mȝʿ [m](?) ḥḥ n sp116

[« À placer au cou d’]un homme <victime d’une morsure>, <comme> quelque chose de> (?) véritablement efficace, un million de fois. »

58P. BM EA 9997, VI, 17 :

  • 117 Sur cette formulation, cf. Quack 1996, p. 306, a.
(r)dỉt r ḫḫ n s nty m ry dmt117, « À placer au cou d’un homme victime d’une morsure,
m šs mȝʿ comme quelque chose de véritablement efficace. »

Ligne 15

ḫsf [mtwt ...]

« Repousser [le venin ... »]

59La phrase précédente se terminant par une formule conclusive, l’addition finale d’une précision relative à l’expulsion du venin ne s’impose pas (cf. toutefois, en fin de section mais sans la formule conclusive préalable, P. Turin CGT 54051 ro (= 1993), II, 8, Roccati 2011, p. 68 et 133 § 213 : ḫsf mtwt šs mȝʿ), aussi infra, Fragment C, x+5. Dans le manuscrit britannique, la suite expose le début d’une nouvelle section, apparemment omise, en tout ou partie, dans la version de l’Ifao. Très insuffisante, la place disponible entre la fin de la l. 15 et le début de la l. 16 ne permet pas en effet de contenir un parallèle complet de la section VI, 17 – VII, 1 du P. BM EA 9997. Une simple lacune textuelle dans le P. IFAO H 88 reste donc improbable. Pour autant qu’on puisse en juger, le parallèle avec la version du BM devait reprendre un peu plus bas, cf. Ligne 16.

60P. BM EA 9997, VI, 17-VII, 1 :

  • 118 Sur la tournure ỉ-ỉn, cf. Szczudlowska 1970, p. 75 (15, 9) ; Meeks 1980, 77.0110 ; Kucharek 2010, (...)
  • 119 Écrit (...)
  • 120 Traduction incertaine. Le Wb (V, 549, 23), enregistre un substantif ḏwt-ỉb avec le sens de « Traur (...)
ky rȝ Autre formule :
Nbt-wt ỉ-ỉn118 Ỉst « Nephthys, dit Isis,
dỉ{tw}.ỉ (?) syw nỉȝ119 smyw nw ww ỉb120 je ferai que soient sourds ceux qui refusent d’écouter l’affligé (?)
nn ʿr […] mdw m rȝ n Ỉst sans comprendre […] les paroles (sorties) de la bouche d’Isis. »

Ligne 16

  • 121 Pour la paléographie du groupe (...)

[… ʿwy.sn] ḥw121 [ṯȝw …]

[« ... leurs bras] agitent [l’air ... »]

61P. BM EA 9997, VII, 1-2 :

  • 122 Pour la formulation et sur le cri d’Horus, cf. supra, n. 6.
  • 123 Dét : (...)
  • 124 La lacune suivant le verbe ḥw est trop petite pour restituer l’expression complète ḥw ṯȝw r/n fnḏ, (...)
  • 125 Ỉrk (Meeks 1980, 77.0407) rajouté dans l’interligne supérieur. Sur l’interprétation de ce passage, (...)
ỉw rw r r wd dnỉwt122 « La voix d’Horus pousse une plainte ;
pr Ỉst Nbt-wt Isis et Nephthys sortent,
ʿwy.sn w123 [ȝw]124 leurs bras agitent [l’air].
ptr ỉrk125 sȝ.ỉ r Qu’as-tu donc, mon fils Horus ? »

Ligne 17

  • 126 Après le m, vestige d’un (...)

[...] sḫs.ỉ m nȝ126 [ỉnỉw ...]

[« ...] je suis sorti des [plantes-ỉnỉw ... »]

62P. BM EA 9997, VII, 2-3 :

  • 127 Écrit (...)
  • 128 Restitution probable. Du mot, il ne reste plus que le déterminatif (...)
  • 129 Écrit (...)
  • 130 Un collège divin ? Cf. n. 127. Pour le mot ḫnms entrant dans des désignations de divinités, cf. LG (...)
d.ỉn r n Ỉst Horus dit à Isis :
ỉnk pw ȝb(.ỉ) m ỉnt « C’est moi qui me suis attardé (?) dans la Vallée,
nʿyw nw ȝmw127 en compagnie des enfants faibles (?) de la nouvelle génération ;
[ss].n.ỉ128 m nȝ ỉnỉw129 je suis [sorti] des plantes-ỉnỉw (?)
nm<s>w r-sȝ.ỉ les compagnons130 étant derrière moi. »

Ligne 18

  • 131 Du verbe en lacune il ne reste plus que le déterminatif (...)
  • 132 Sur le mot, cf. Postel 2003, p. 382.

[... mtwt.f tkn]131 ỉm.ỉ mỉ gs(t) 132 [Ḥʿpy ...]

[« ... son venin est par]venu à moi comme la course [d’Hâpy ... »]

63P. BM EA 9997, VII, 4-6 :

  • 133 Sur ce verbe, cf. n. 58.
  • 134 Le signe de la jambe se lit nettement après la lacune qui suit wnm, un verbe dont les attestations (...)
  • 135 Sur ce verbe, cf. infra, n. 176.
  • 136 Sur la comparaison du venin coulant comme l’inondation, cf. P. Chester-Beatty VII ro, 7, 8 et le p (...)
  • 137 (...)
dgȝs.n.ỉ r sd n nbsty « J’ai marché sur la queue du serpent-nbsty,
sb.n.f133 r wnm [(m) rd.ỉ]134 il (m’)a capturé pour avaler [ma jambe] ;
wn.n.f135 r sȝ.ỉ il a piqué mon orteil
mtwt.f tkn ỉm.ỉ mỉ gs(t) ʿpy136 et son venin est parvenu en moi comme la course d’Hâpy,
mỉ s ʿ mw137 comme la rupture d’une digue. 
mtn ʿt.ỉ bdš ʿt.ỉ r nr Voyez, mon corps est faible, mes membres tremblent,
ỉb.ỉ nn sw m-nw t.ỉ mon cœur n’est plus à l’intérieur de mon corps. »

Ligne 19

[... ḏd ỉn Ỉst nṯr]t mỉ[.n ỉrf snw(.ỉ) nṯrw snwt(.ỉ) nṯrwt...]

[... alors Isis la divi]ne [dit] : « Venez donc, mes frères les dieux, mes sœurs les déesses... »]

64P. BM EA 9997, VII, 6-7 :

  • 138 mỉ.n, mȝȝ.n : sur le n comme marque néo-égyptienne de l’impératif pluriel, cf. Kucharek 2010, p. 3 (...)
  • 139 Sur cette lecture, cf. Müller 2002, p. 431.
  • 140 Sur la graphie de snw/snwt impliquant les éléments (...)
  • 141 Ou : mỉ[.t] « Viens », en supposant la mention d’un nom de déesse dans la lacune (Maât ?) avec deu (...)
  • 142 (...)
  • 143 Sur cette lecture, cf. Müller 2002, p. 431.
d ỉn Ỉst nrt Alors Isis la divine dit :
mỉ.n 138ỉr.f139 snw(.ỉ)140 nrw snwt(.ỉ) nrwt « Venez donc, mes frères les dieux, et mes sœurs les déesses
mỉ[.n (?)...]141 Rʿ (?) sn(w)t Rʿ142 venez [...]Rê (?), l’égale de Rê,
mȝȝ.<.t>n143 ỉ-ỉr.wt] r r et voyez ce qui a été fait à l’encontre d’Horus. »

3. Les fragments B, C et D

3.1. Le fragment B

Dim. : 4,9 × 6,6 cm.
Restes de quatre lignes.

65Sachant que toutes les séquences parallèles du fragment A se trouvent dans le seul P. BM EA 9997 et que celui-ci, comme l’a montré Robert Demarée, constitue la suite du P. BM EA 10309 où se lisent les parallèles des fragments B et C (cf. supra, n. 5), on conclut que les fragments B et C précédaient à l’origine le fragment A dans une page aujourd’hui perdue du P. IFAO H 88.

66Le texte du fragment B n’est pas présent dans Djed-Ḥer, mais on en connaît trois parallèles partiels dans le P. BM EA 10309, le P. Brooklyn 47.218.138 et l’ostracon DeM 1681 (Gasse 1990). Les correspondances le concernant avec les divers passages du P. BM EA 10309, non reconnus par J.-C. Goyon (cf. infra à propos du fragment C), impliquent que le texte du fragment B existait dans la page III de ce papyrus, précédant de peu celui du fragment C.

67x+1

  • 144 En dépit de sa graphie (...)

[... sȝ.ỉ Ḥr ʿwy.ỉ] ḥr.f ḫsf tw144 mtwt ỉ[ḫ ʿnḫ ỉmyw ỉȝt.sn]

  • 145 En l’absence de toute indication concernant le début et la fin des lignes, les restitutions propos (...)
  • 146 ʿwy.ỉ ḥr.f : cf. infra, fragment C, x+3 : ʿwy.ỉ ḥr.k [...], « mes mains sont sur toi [...] ». Sur (...)

[« ... mon fils Horus, mes mains]145 sont sur lui146. Retourne-toi, venin ! Al[ors vivront ceux qui sont dans leur(s) butte(s). »]

68P. BM EA 10309, II, 12-13 :

  • 147 On rapprochera la dernière partie de cette séquence, en posant une équivalence entre les particule (...)
  • 148 Écrit (...)
m sn sp 2 snt.ỉ Ỉst « N’aie crainte (bis), ma sœur Isis
[... ].ỉ r ỉs p[w] ʿn{w} [...] c’est mon [fils] Horus, vivant,
ʿwy[.ỉ r.f sf tw] mtwt [mes] mains [sont sur lui. Retourne-toi,] venin !
147 ʿn{w} ỉmyw ỉȝt[.sn]148 Alors vivront ceux qui sont dans leur(s) butte(s). »

69P. Brooklyn 47.218.138, x+IV, 2-3 + fragment 37, 3 (Goyon 2012, pl. XVIII) :

ỉnk ỉr [...] sȝ.t (pour sȝ.ỉ) pn ʿn « Je suis celle qui fait [...] ce fils vivant qui est le mien,
ʿwy.ỉ r.f [sf tw mtwt] mes mains sont sur lui. [Retourne-toi, venin !]
[...]149 ʿn {n} ỉmyw [ỉȝt.sn] [...Al]ors vivront ceux qui sont dans [leur(s) butte(s)]. »

70Ostracon DeM 1681, x+5 (cf. Fischer-Elfert 1993, BiOr 50, 1993, 125) :

  • 150 Restitution d’après P. BM 10309, II, 11 + P. Brooklyn 47.218.138, fragment 37, 1 (Goyon 2012, pl.  (...)
x+3 [...] r bȝbȝ[.sn (?)...]150 [...] vers leur(s) (?) antre(s) [...]
x+4 [...] nrw m ỉbw.s[n ...] [...] les dieux dans le[urs] cœurs
x+5 [...] ỉmyw ỉȝt.s[n] [...] ceux qui sont dans le[ur(s) butte(s). »

71x+2

  • 151 Pour bȝg, « être faible », synonyme de gnn, cf. Sauneron 1989, p. 113 (1) ; en rapport avec le cœu (...)

[... nn sḫsḫ.t m ʿt n Ḥr nn b]ȝgy ỉb.f151 nn smȝ [nȝ mtwt ỉmyw ỉȝt.sn ḫt tw]

[« ... tu ne circuleras dans (aucun) membre d’Horus], son coeur [ne sera pas aff]aibli, [les vaisseaux qui sont dans leur(s) butte(s)] ne seront pas détruits. Recule ! »]

72Après l’évocation des membres (ʿwt) et du cœur (ỉb), celle des mtwt peut difficilement désigner dans le cas présent autre chose qu’un élément du corps, c’est-à-dire les vaisseaux, ceux-là mêmes qui risquent la destruction (smȝ) en véhiculant le venin. Dès lors, loin de désigner une butte abritant des serpents, le mot ỉȝt s’impose comme une appellation métaphorique de l’endroit abritant ces vaisseaux. Sur la question, cf. supra, n. 88.

73P. BM EA 10309, II, 13-14 :

  • 152 Plutôt qu’une construction transitive avec forme sḏm.n.f, inattendue ici (Leitz 1999), p. 29 : « I (...)
  • 153 Sic pour sḫsḫ.t. C’est un des nombreux verbes utilisés pour traduire la circulation ou l’écoulemen (...)
  • 154 Le mot est déterminé par le bout de chair (...)
ȝʿ n.t152 mtwt « Vomis donc, venin,
mỉ[.t pr r tȝ ...] viens, [sors à terre ! ... ]
[tȝ mtwt bỉnt] [Ô venin mauvais,]
nn ss.ỉ153 m ʿt n r tu ne circuleras dans (aucun) membre d’Horus,
nn b[ȝg ỉb].f son [cœur] ne sera pas af[faibli],
nn smȝ nȝ mtw154 ỉmyw [ỉȝt.sn] les vaisseaux qui sont dans [leur(s) butte(s)] ne seront pas détruits.
t tw Recule ! »

74P. Brooklyn 47.218.138, x+IV, [3]-4 + fragment 37, 3-4 :

  • 155 Certaines restitutions proposées dans Goyon 2012, pl. IV pour la ligne 4, ainsi que les traduction (...)
  • 156 Plutôt que [nn bȝg.t] ỉb.f (Goyon : « [... tu n’épuiseras pas] son cœur »), bȝg n’étant pas connu (...)
[šp.t] (?) tȝ mtwt « [Écoule-toi (?),] ô venin,
mỉ.t pr r [ viens, sors à [terre !
tȝ mtwt b]ỉnt Ô venin mau]vais,
[nn] s[]s[.t] m ʿt n r]155 [tu ne] circuleras dans (aucun) membre d’Horus,
[nn bȝg]156 ỉb.f n hh.t Son coeur [ne sera pas affaibli] à cause de ta flamme,
nn sm tȝw.t m ʿwt.f et ta brûlure n’aura pas pouvoir sur ses membres. »

75Ostracon DeM 1681, x+6 :

  • 157 Le singulier tȝ mtwt, écrit (...)
[...] « [...]
nn smȝ tȝ mtwt 157 ỉmy[w ỉȝt.sn] le venin (sic) qui est dans [leur(s) butte(s)] ne sera pas détruit. »

76Djed-er, l. 31 :

n sm mtwt m ʿw.f « Le venin n’aura pas pouvoir sur ses membres,
n bȝg ỉb.f m hh.s son cœur ne sera pas affaibli en raison de sa flamme,
n sm ʿ n nr <nb> ỉm.f et le bras d’aucun dieu n’aura pouvoir sur lui. »

77Metternich 220 = socle Béhague, formule IV, f 7 (cité Djed-er, p. 19 corrigé), cf. Klasens 1952, p. 28-29 :

r sp 2 ỉb.k mn « Horus (bis), ton cœur est ferme,
n b(ȝ)g.f n tȝw il ne sera pas affaibli en raison de la brûlure. »

78Statue Turin 3030 (Kákosy 1999, p. 72, col. 10-11) :

n sm mtwt m ʿw<.f> « Le venin n’aura pas pouvoir sur <ses> membres,
n bȝg ỉb.f n hh<.s> son cœur ne sera pas affaibli en raison de <sa> flamme,
n sm ʿ n nr nb ỉm.f et le bras d’aucun dieu n’aura pouvoir sur lui. »
  • 158 Djed-Ḥer, p. 19, n. 2 ; Lefebvre 1930, p. 93.

79Pour l’influence du venin sur le cœur, cf. aussi statue Louvre E 10777, 3-4158 :

n ʿ mtwt m ỉb.f pn « Le venin n’entrera pas dans ce cœur qui est le sien,
n bḫḫ.s ȝt.f pn il n’enflammera pas ce muscle cardiaque qui est le sien,
r-nty r ỉs rn.f car Horus est assurément son nom,
Wsỉr rn ỉt.f Osiris, le nom de son père,
Nt ỉȝkbt rn n mwt.f et Neith la Pleureuse, le nom de sa mère. »

80x+3

[... ỉnk wḏ ỉṯ wḏ] ẖsy ỉnk wȝḏ r ḫsf [...]

[« ... Je suis celle qui commande la prise de possession et commande] la bassesse ; je suis celle qui est envoyée pour repousser [... »]

  • 159 Avec le sens de « commander », wḏ + r suivi d’un infinitif n’est signalé dans le Wb (I, 394, 15) q (...)

81Vestige d’une série de déclarations de structure binaire formulées à la 1re personne par Isis ou Serqet à l’adresse du venin, cette séquence n’est pas sans ambiguïté. Comme les suivantes, elle est introduite par les mots ỉnk wḏ, qui, sans indice textuel, peuvent être traduits indifféremment « je suis celle qui commande » ou « je suis celle qui a été envoyée ». Écrit Image wȝḏ dans le fragment de l’Ifao (cf. supra, n. 40), le verbe wḏ dans le parallèle du P. BM EA 10309 expose partout une graphie Image, impliquant une interprétation des séquences ne reposant pas sur la seule graphie de ce verbe. Dans chacune de ses mentions dans le P. Brooklyn 47.218.138, wḏ est écrit Image. La préposition r peut suivre dans les deux cas, avec un sens différent selon l’option choisie159. On verra par la suite comment chacune d’elles peut trouver justification. Les graphies ne suffisant pas à établir une distinction, seul le contexte permet d’opter pour l’une ou l’autre de ces traductions.

  • 160 Avis différent dans Quack 2013, p. 261 (x+IV, 6).

82Par ailleurs, un problème de suffixe se pose dans la section suivante du P. BM EA 10309, prononcée par une déesse, qui laisserait supposer qu’on aurait là d’abord un premier discours de portée générale, théoriquement envisageable dans les deux premières déclarations à la 1re personne (ỉnk wḏ ỉṯ, ỉnk sḫm(t)), suivi d’un autre en direction du venin (mtwt), avec présence du suffixe de la 2e personne du féminin. Cette hypothèse semble contredite par la version du P. Brooklyn 47.218.138, où la totalité du discours est adressée au venin160.

83P. BM EA 10309, II, 15-17 :

  • 161 L’usage du verbe ỉṯ, écrit (...)
  • 162 (...)
  • 163 Écrit (...)
  • 164 Écrit (...)
  • 165 Le trait transversal traversant le (...)
  • 166 Littéralement « <t’>entourer ».
  • 167 Le verbe ʿḥʿ, en rapport avec le venin (d’un serpent ou d’un scorpion), peut revêtir plusieurs sen (...)
  • 168 (...)
  • 169 Sur la transcription du groupe hiéroglyphique, cf. supra, n. 94.
[sm md]w.ỉ « [Écoute] mes [parol]es :
ỉnk w161 w sy162 je suis celle qui commande la prise de possession et commande la bassesse ;
ỉnk sm(t)163 w sf164 je suis la puissante qui commande l’acte de repousser ;
ỉnk w [r d]bn.t165 je suis celle qui a été envoyée [pour] te [cir]convenir166,
w ʿʿ.t167 qui commande ton arrêt ;
ỉnk [...].t w ỉh.t168 je suis [...] ta [...], qui commande ta souffrance ;
ỉn ȝw n rȝ.t sf.n.f tw c’est le souffle de ta bouche qui te repousse.
ỉnk nbt ʿn ỉr kȝw Je suis la maîtresse de la vie, qui crée les formules magiques,
ỉnk ʿn n r nb169 je suis la vie pour chacun,
ỉnk Mȝʿt sȝt Rʿ je suis Maât, fille de Rê. »

84P. Brooklyn 47.218.138 x+IV, [5]-7 :

  • 170 La place du suffixe masculin dans l’interligne supérieur est peut-être l’indice d’une hésitation d (...)
  • 171 Ou « pour te dominer », en admettant un régime transitif (rare si avéré) de sḫm, ou simplement une (...)
  • 172 La fin de la phrase et l’absence de la préposition r après wḏ invitent à y voir, malgré une même g (...)
sm mdw[.ỉ] « Écoute [mes] paroles :
[ỉnk] w r st ỉb.k170. [je suis] celle qui a été envoyée pour contrer la bassesse de ton cœur (litt. : « contre la bassesse de ton cœur »),
w r sm.t171 celle qui a été envoyée pour contrer ton pouvoir (litt. : « contre ton pouvoir »),
w [r ...] celle qui a été envoyée [pour ...],
ỉnk [w] r dbn<.t> je suis [celle qui a été envoyée] (?) pour <te> circonvenir,
w ʿʿ {n ?}.t celle qui commande ton arrêt (?)172
ỉnk w r [...]r [...] je suis celle qui a été envoyée pour [...]
[ỉn]k w r ỉhmt n ȝw n rȝ.t  (cf. infra, x+4) je suis (7) celle qui a été envoyée pour contrer la souffrance due aux souffles de ta bouche.
sf.n(.ỉ) tw [fȝ bỉn ?] (Je) t’ai écarté, [ser]pent [mauvais] (?).
ỉnk nb(t) [ʿn] ỉr kȝw Je suis la maîtresse [de la vie], qui crée les formules magiques,
w ʿn n [r nb] celle qui commande la vie pour [chacun]. »

85x+4

86Après examen, dans la page II du P. BM EA 10309, de la partie susceptible de correspondre aux traces qui subsistent à la l. x+4 du fragment B, on voit qu’un seul mot est envisageable : c’est le substantif , « bouche », en lacune, suivi d’un trait vertical et du suffixe féminin Image, tous deux seuls visibles.

3.2. Le fragment C

87Deuxième version partielle d’un texte lui-même fragmentaire donné par J.-C. Goyon comme un unicum dans son édition du P. Brooklyn 47218.138. Il est constitué des restes de sept lignes. Un petit morceau (1,3 × 2,5 cm) a pu être replacé sur son côté gauche, au niveau des l. 3 et 4. L’absence de repères et les différences observées avec le parallèle ne permettent pas de préciser son positionnement par rapport au fragment B qu’il suit de très près. Comme, dans la version de Brooklyn, le texte précédant le parallèle se reconnaît dans le peu qui reste du P. BM EA 10309, III (environ un tiers de page), on peut tenir pour certain que le contenu du fragment C était bien présent, à la suite du fragment B, dans la partie perdue de cette page, comme l’attestent, s’il en était besoin, les restes de la ligne 7 de la version britannique où se lit un court parallèle de la partie finale de la l. 7 du fragment C. Bien qu’au fait de plusieurs correspondances entre le P. Brooklyn 47218.138 et le P. BM EA 10309, J.-C. Goyon n’a curieusement pas remarqué que toute la section x+III, 17 – IV, 19 du premier est un parallèle de la section II, 8 – III, 10 du second, avec nombre de variantes et de lacunes.

88x+1

  • 173 L’unique signe (...)

[...] nḥm[.n.ỉ]173 [...]

[«  ... j’ai] éliminé [... »]

89Les versions parallèles montrent trois mentions du verbe nḥm dans trois courtes séquences et la question se pose ici de savoir laquelle des trois correspond à celle du fragment de l’Ifao. Il est précédé dans ce dernier de minuscules traces non identifiables en l’état, mais un examen des contextes peut s’avérer utile ici.

90P. BM EA 10309, II, 17-18 :

  • 174 La ressemblance entre le signe de l’oreille et celui des jambes marchant (Pal. II, nos 158 et 120) (...)
ỉnk Mȝʿt sȝt Rʿ tmyt sȝt nr ʿȝ « Je suis Maât fille de Rê, Hetemyt fille du dieu grand ;
nm.ỉ prw.tn j’ai éliminé vos manifestations,
nm(.ỉ) ȝt.tn (j’ai) éliminé votre attaque,
nm(.ỉ) pty.tn nmtt.tn 174 (j’ai) éliminé votre puissance et votre marche ».

91P. Brooklyn 47218.138, x+IV, [7]-8 offre ici une variante finale :

  • 175 Cf. l’expression plus courante ḫsf ȝt, « repousser une attaque » (l’acte et son moment), P. Leyde  (...)
[ỉnk ...] ʿt sȝt Rʿ tmyt sȝt nr ʿȝ « [Je suis ...] Maât fille de Rê, Hetemyt fille du dieu grand ;
nm.n.ỉ pr[w.t]n j’ai éliminé vos manifestations,
nm.n.ỉ ȝt.tn175 j’ai éliminé votre attaque,
<n>m.n.ỉ nmtt.tn j’ai éliminé votre marche. »

92Deux possibilités s’offrent théoriquement ici. Si le mot nḥm du fragment de l’Ifao correspond à sa deuxième ou sa troisième mention dans les versions parallèles, les traces le précédant ne peuvent être que celles du pronom dépendant Image ; s’il correspond à la première, elles doivent correspondre à la fin du mot ʿȝ qui le précède dans le P. BM EA 10309, avec comme déterminatif probable le groupe Image. Une comparaison de ces traces avec la paléographie du pronom tn à la l. x+2 ne jouant pas en faveur de la première hypothèse, la probabilité est grande qu’il s’agisse dans le fragment de l’Ifao de la première des trois mentions de nḥm, ce qui implique que l’espace entre les traces de [].t de la l. 4 du fragment B et la première ligne du fragment C doit correspondre à P. BM EA 10309, II, 16-17.

93x+2

[... ṯtf.n.ỉ] mtwt.tn ḥf[ȝ nb ḥfȝt nbt...]

[« j’ai répandu] votre venin, [tout] serp[ent mâle, tout serpent femelle... »]

94P. BM EA 10309, II, 18 – III, 1-2 :

  • 176 La graphie wnḫ, concernant l’activité d’un serpent, est qualifiée de fautive selon le Wb (I, 324, (...)
t[m].ỉ rȝ.tn « J’ai clos vos gueules,
tf<.ỉ> mtwt.tn <j’ai> répandu votre venin,
fȝww nb <fȝwwt nbt> tout serpent mâle, <tout serpent femelle>,
wn[].sn r sȝ Wsỉr qui allez piquer Horus fils d’Osiris,
wn.sn 176 r mn [ms.n mnt] qui allez piquer un tel [fils d’une telle].
[...] [...]
ỉw n.k ḥḥ n ḥḥ n ʿnw à toi appartiennent des millions de millions de vies. »

95P. Brooklyn 47218.138, x+IV, 8-10 :

  • 177 Sur cette phrase, cf. supra, n. 88 et fragment B, x+1.
[tm.n.ỉ] rȝ.tn « [J’ai clos] vos gueules,
tf.n.ỉ mtwt.tn j’ai répandu votre venin,
fȝw nb fȝwt nbt tout serpent mâle, tout serpent femelle,
wn.sn r sȝ Wsỉr qui allez piquer Horus fils d’Osiris,
wn.s[n Pr-ʿȝ ʿn-wȝ-snb] mỉtt qui allez piquer [Pharaon vie-santé-force] semblablement ;
ʿn ỉmyw ỉȝt.sn177 alors vivront ceux qui sont dans leur(s) butte(s).
ʿʿ r.k r m ʿn Dresse-toi donc, Horus, en vie !
w n.k ỉt.k Rʿ ʿn Ton père Rê t’envoie la vie ;
ỉw n.k ʿn [...] la vie t’appartient [...]
[...] n ḥḥ [...] de millions. »

96x+3

[ʿḥʿ r.k m ʿnḫ mn ms.n mnt] wḏ n.k ỉt.k Rʿ ʿnḫ ʿwy.ỉ ḥr.k n [ʿnḫ ...]

[« Dresse-toi donc en vie, un tel né d’une telle !] Ton père Rê t’envoie la vie ; mes mains sont sur toi pour [la vie ... »]

97En lacune dans P. BM EA 10309, III, 1.

98P. Brooklyn 47218.138, x+IV, 11 :

ʿʿ r.k m ʿn Pr-ʿȝ ʿn-wȝ-snb « Dresse-toi donc en vie, Pharaon vie-santé-force !
w n.k ỉt.k Rʿ ʿn Ton père Rê t’envoie la vie,
ʿwy.ỉ r.k n ʿn mes mains sont sur toi pour la vie,
nn mt.k ỉnk Srt et tu ne mourras pas (car) je suis Serqet. »
  • 178 Pour la forme hiératique du signe (...)

99Sur le fragment de l’Ifao, on distingue au début de la l. x+3 le signe Image, qui semble bien être ici un déterminatif178. Comme la version du P. Brooklyn 47218.138, juste avant wḏ n.k ỉt.k Rʿ, s’adresse à Pharaon (ʿḥʿ r.k m ʿnḫ Pr-ʿȝ ʿnḫ-wḏȝ-snb, « demeure en vie, Pharaon vie-force-santé »), on attend ici, dans un texte où est concerné non pas le roi mais n’importe quelle personne, la formulation mn ms.n mnt, « un tel né d’une telle » (cf. supra, fragment A, Ligne 10, P. BM EA 9997, VI, 12-13), ce qui rend probable une restitution du mot mnt, dont seul subsiste le déterminatif Image.

100Sur l’application des mains pour guérir la victime du venin, cf. supra, n. 146.

101x+[3 ?-]4

  • 179 Le trait transversal visible devant le (...)

[ḏd tw rȝ pn ḥr rpyt Mȝʿ]t179 twt n Ḏḥwty ỉr m nbw dỉ r ḫḫ n [ẖr(y) dmt ...]

[« On prononcera cette formule sur une effigie de Maâ]t, une figurine de Thot, faites en or ; placer au cou [d’une victime de morsure ... »]

  • 180 Les restitutions, fondées sur la leçon du P. Brooklyn pour la clarté de l’exposé, sont évidemment (...)

102P. BM EA 10309, III, [2]-4180

  • 181 La mention de twt au lieu de rpyt implique la restitution d’une divinité masculine.
[d.tw rȝ pn ...] « On prononcera cette formule ...]
r rpytʿt sur une effigie de Maât,
twt n [Ḏḥwty181 ỉr m nbw] une figurine de [Thot, faites en or] ;
[dỉ r ḫḫ r(y)-dmt [placer au cou d’une victime de morsure
nʿ sš rȝ pn r stp n] p(ȝ)t m nw et écrire cette formule sur une pièce de] lin avec de l’orpiment ;
dỉt r ḫḫ [r(y)-dmt] placer au cou [d’une victime de morsure]. »

103P. Brooklyn 47218.138, x+IV, 11-12 :

  • 182 Fischer-Elfert, Hoffmann 2020, p. 74, n. 177.
  • 183 Sur l’orpiment-ḳnw, cf. Sauneron 1989, p. 15 (3). Pour son usage dans les dessins sur étoffe, cf., (...)
[d.tw rȝ] pn r rpyt Srt « [On prononcera] cette [formule] sur une effigie de Serqet,
rpyt Mȝʿt rpyt Ỉst une effigie de Maât, une effigie d’Isis,
twt n Ḏḥwty ỉr m nbw une figurine de Thot, faites en or ;
dỉ r ḫḫ r(y)-dmt placer au cou d’une victime de morsure
nʿ [sš rȝ pn] r stp n p(ȝ)t182 m nw183 et [écrire cette formule] sur une pièce de lin fin avec de l’orpiment ;
dỉ(t) r ḫḫ r(y) dmt placer au cou d’une victime de morsure. »

104x+5

  • 184 Trace petite mais probable d’un (...)

[...] m nbw mkt pw ʿȝt ḫsf mtwt pw n [wn-mȝʿ]184

[« ...] en or. C’est une grande protection et c’est repousser le venin, en [vérité]. »

105Fin de section comme l’indique le vestige de la rubrique, indice d’une formule conclusive.

106En lacune dans le P. BM EA 10309, III. [4].

107P. Brooklyn 47218.138, x+IV, 13-14 :

  • 185 Le suffixe .f renvoie au « talisman » selon J.-C. Goyon, mais l’antécédent masculin dans le texte (...)
ỉw ỉr.t(w).f185 m ỉswt n nbw « Il est fait (aussi), au lieu d’or,
[...] pw c’est [...]
d r sf mtwt [pw] m wn-mȝʿ [C’est] ce qui est dit pour repousser le venin, en vérité. »
  • 186 Restitution probable.
  • 187 Par ex. : Urk. VI, 61, 19 ; P. Brooklyn 47.218.138, XV, 10 ; P. Caire CG 58027, III, 13 ; LdM ch.  (...)

108Dans chacun des deux documents, les lacunes sont trop grandes pour identifier avec certitude laquelle des deux mentions de la copule pw dans la version de Brooklyn correspond à celle du fragment de l’Ifao. Sans préjuger de ce qui a pu être écrit dans les lacunes précédant la deuxième mention de l’or (nbw) dans ce fragment, il est difficile d’affirmer que cette deuxième mention correspond à l’idée exprimée dans le P. Brooklyn, celle d’une égale efficacité, en regard à l’emploi des précieuses figurines en or, d’un simple dessin des divinités tracé au moyen d’orpiment (sur cet usage, cf., par ex., Rituel de l’embaumement, VII, 13 et VIII, 19). On doit toutefois noter ici une certaine ambiguïté dans la version de Brooklyn qui évoque une alternative (m ỉswt) à l’emploi de l’or, en même temps qu’elle mentionne la rédaction de la formule ḥnʿ [ rȝ pn]186 sur une pièce de lin. L’interprétation de J.-C. Goyon ajoute à la confusion dans sa transcription et la traduction données de la dernière section (x+IV, 13-14) : « Il (le talisman) peut être confectionné, au lieu d’or avec de [l’orpiment], aussi bien ([m rȝ] pw). C’est ce qui est dit pour chasser le venin, selon ce qui est véridique. » Cette restitution [m ] pw, opérée en fin de l. 13, est visiblement influencée par la mention précédente de m ỉswt n, « au lieu de » ; mais celle-ci suffit pour exprimer une alternative et n’exige pas de précision comme rȝ pw, « ou bien », qui n’a pas lieu d’être ici. Dans la version ramesside, comme dans le papyrus de Brooklyn, il n’est donc pas question de l’expression alternative rȝ pw, mais de la fin d’une formule de protection bien connue des textes magiques et rituels mkt pw ʿȝt  (var. : mkt ʿȝt pw) m šs mȝʿ)187.

109x+6

[... ỉnk sȝt] nṯr [Image non convertie] ỉt(.ỉ) pw Nwn mwt(.ỉ) <pw> N(w)nt

[« ... je suis la fille] d’un dieu [Image non convertie] ; (mon) père est Noun, (ma) mère est Nounet [... »]

110En lacune dans P. BM EA 10309, III, [5].

111P. Brooklyn 47218.138, x+IV, 15 :

  • 188 Noter la simplicité des graphies dans le fragment de l’Ifao, et cf. LGG IV, 246a-247b. Cette parèd (...)
ỉnk sȝt nr sn(w)t n Rʿ « Je suis la fille d’un dieu, l’égale de Rê ;
ỉt(.ỉ) pw Nwn mwt(.ỉ) pw N(w)nt188 (mon) père est Noun, (ma) mère est Nounet. »
  • 189 Par ex. : CT III, 263 d (spell 227) ; III, 264 f (spell 227) : IV, 382 b (spell 349) ; VI, 185 b ( (...)
  • 190 Cf., par ex., Budge 1898, p. 4, 7-8 : ỉt.k (...)

112Avant de constituer avec Noun un des couples constitutifs de l’Ogdoade hermopolitaine dans la cosmogonie élaborée à la Basse Époque par des théologiens thébains, des témoignages plus anciens attestent l’existence de la contrepartie féminine Nwnt du grand dieu des origines, tôt confondue avec Nout, comme le montre la profusion de graphies ambiguës dès le Moyen Empire189. Sauf à reconnaître l’option affichée de cette déesse comme parèdre de Noun190, une lecture Nwnt est attendue naturellement dans le cas d’une juxtaposition textuelle avec Noun.

113Dans le cas présent (version Brooklyn), Nwn (Image) et Nwnt (Image) sont le père et la mère d’une déesse qui se dit sȝt nṯr snt Rʿ, « fille du dieu et l’égale de Rê ». Dans la version de l’Ifao, très fragmentaire, les graphies sont respectivement Image et Image.

  • 191 Liste des sources dans Stewart 1967, p. 64-65 (exclure F, G, H, I, J, omission partielle en D et E (...)
  • 192 Assmann 1983, p. 248, Text 180,
  • 193 Assmann 1983, p. 255, Text 183.
  • 194 Eldamaty 2005, p. 56 et 59.
  • 195 Gardiner 1935, pl. 54.

114Sans être courante, l’association père-Noun/mère-Nounet s’observe ici et là dans la littérature religieuse, notamment dans un hymne solaire connu par plusieurs sources et partiellement intégré dans le Rituel d’Aménophis Ier191. On y lit cette adresse au dieu : hȝ.k m ẖt mwt.k N(w)nt ỉt.k Nwn ḥr ỉrt nỉnỉ, « tu sors du corps de ta mère Nounet et ton père Noun (te) fait le salut-nỉnỉ », avec des graphies telles que Image et Image (TT 192 de Kheruef, 1er hymne)192, Image et Image (Kheruef, 2e hymne)193 : Image et Image (stèle Caire JE 26922, 7-8)194 ; etc. On notera la confusion affichée dans le P. BM EA 10689, ro, IX, 2 : Image et Image195.

  • 196 Nwnt : LGG III, 550b-551a. L’entrée différente dans le LGG (IV, 246a-c) pour le mot Nnt, « der Geg (...)
  • 197 Cf. toutefois, pour l’époque ramesside, P. BM EA 10042, ro, IV, 1 (Leitz 1999, pl. 15), où il est (...)

115On a donc un terme Nnt, « ciel inférieur » (cf. déterminatif ), mi-théonyme mi-substantif, devenu aux époques tardives une simple désignation du ciel comme pt, tandis que N(w)nt, Nounet196 va s’imposer comme parèdre de Noun au sein de l’Ogdoade dite hermopolitaine197.

116x+7

  • 198 Les tracicules précédant sn(w)t sont identifiables comme étant possiblement celles du pronom indép (...)
  • 199 Bien que l’on trouve par ailleurs la même graphie hiératique (cf. Quack 2013, p. 263) (...)

[... ỉnk ʿt wʿt m Ḫpr ḫpr.n.ỉ] ỉm[.f ʿwt.ỉ (?)] pw ʿwt.f [ỉnk]198 sn(w)t199 Rʿ st[.ỉ pw m kȝr.f]

  • 200 Sur l’usage de la copule pw pour introduire une glose, avec le sens de « cela signifie », cf. Mala (...)

[« … Je fais corps avec Khépri (car)je me suis manifestée] à partir de [lui ; mes membres (?) sont] ses membres ; [je suis] l’égale de Rê [et cela signifie que ma] place [est dans sa chapelle]200.

117P. BM EA 10309, III, 6-7 :

[...] ỉnk sn(w)t n Rʿ pr m t.f « ... je suis l’égale de Rê, issue de son corps,
[... ... ] [... ...]
[ỉnk Rʿ] ỉnk sn(w)t Rʿ je suis Rê], je suis l’égale de Rê,
st.ỉ pw m [r.f] et cela signifie que ma place est dans [sa] chap[elle]. »

118P. Brooklyn 47218.138, x+IV, 15-17 :

  • 201 Seules quelques traces subsistent en fin de ligne après ỉnk. Au regard de la version du P. BM EA 1 (...)
  • 202 Cette expression, non retrouvée formellement par ailleurs, est à rapprocher des tournures similair (...)
  • 203 Emploi du .t pour le suffixe .ỉ (Quack 2013, p. 261), comme le montre ici l’exemple st.ỉ pw (P. BM (...)
  • 204 Trace possible du • au-dessus de la lacune succédant à ỉm.
ỉnk [sn(w)t201 n Rʿ] « Je suis l’ég[ale de Rê]
pr.n.ỉ m t.f (car) je suis issue de son corps
nʿ nb tmmw en compagnie du maître de l’humanité ;
ỉnk ʿt wʿt202 m pr je fais corps avec Khépri
pr.n.ỉ ỉm.f (car) je me suis manifestée à partir de lui
r.t203Rʿ m pr.f nb et je connais Rê dans chacune de ses manifesfations.
[ʿwt.ỉ (?)]204 ʿwt.f [Mes membres (?) sont ses membres ;
ỉnk Rʿ <ỉnk> sn(w)t n Rʿ je suis Rê, <je suis> l’égale de Rê
st.ỉ pw m k(ȝ)r.f et cela signifie que ma place est dans sa chapelle. »

119La suite immédiate du texte n’est connue que par la version de Brooklyn, cf. Goyon 2012, p. 30-31. Dans la page III du P. BM EA 10309, perdue dans sa plus grande part, on peut encore en reconnaître quelques bribes, conservées aux tout débuts des lignes 8 à 10.

3.3. Le fragment D

Dim. : 4 × 4 cm. Haut de page. Restes de 2 lignes. Cf. supra, p. 2.

1 [...] wʿb Sḫmt [...]

  • 205 La bibliographie sur cette fonction est fournie. Pour les principales références, cf. Engelmann, H (...)

[...] prêtre-ouâb de Sekhmet205 [...]

2 [...] tr. [...]

Abréviation

Djed-er Cf. JelínkováReymond 1956.
GrMed I H. von Deines, H. Grapow, W. Westendorf, Grundriss der Medizin der alten Aegypter I, Berlin, 1954.
Metternich C.E. Sander‑Hansen, Die Texte der Metternichstele, AnAeg 7, Copenhague, 1956.
Socle Behague Cf. Klasens 1952.

Édition synoptique des documets

A-D : P. IFAO H 88 ro
BM 1 : P. BM EA 10309
BM 2 : P. BM EA 9997
E : Statue de Djed-Ḥer, Caire JE 46341
F : P. Brooklyn 47.218.138
G : Ostracon DeM 1681

120Par mesure de commodité, et en référence aux manuscrits hiératiques majoritaires, la présentation des textes a été faite pour une lecture commune de droite à gauche, ce qui concerne aussi les inscriptions hiéroglyphiques de la statue de Djed-Ḥer, dont la partie couvrant les lignes 143-161 est disposée sur l’original en colonnes se lisant de gauche à droite. En l’absence de photographie précise de cette partie, la copie présentée ici reproduit celle de la publication d’E. Jelínková-Reymond, discutée si nécessaire dans le commentaire. Les restitutions opérées dans le P. Brooklyn 47.218.138 sont en général celles de son éditeur, J.C. Goyon, mais en de nombreux endroits, des vérifications sur des photographies plus lisibles que celles de la publication seraient souhaitables.

Haut de page

Bibliographie

Arpagaus 2009
D. Arpagaus, « On the Alleged Phonetic Value /p/ of the Frog Hieroglyph », AinE 1, 2009, p. 19‑28.

Assmann 1983
J. Assmann, Sonnenhymnen in thebanischen Privatgräbern, Theben 1, Mayence, 1983.

Assmann 2005
J. Assmann, Altägyptische Totenliturgien, Band 2: Totenliturgien und Totensprüche in Grabinschriften des Neuen Reiches, Unter Mitarbeit von M. Bommas und A. Kucharek, Heidelberg, 2005.

Bardinet 2021
T. Bardinet, Le paludisme (malaria) dans l’Égypte des pharaons. Étude d’un contexte médical et historique, CENiM 29, Montpellier, 2021.

Barucq, Daumas 1980
A. Barucq, F. Daumas, Hymnes et prières de l’Égypte ancienne, Littératures anciennes du Proche‑Orient 10, Paris, 1980.

Berlandini 2002
J. Berlandini, « Un monument magique du “ Quatrième prophète d’Amon ” Nakhtefnout », dans I. Koenig (éd.), La magie en Égypte. À la recherche d’une définition, Paris, 2002, p. 83‑148.

Bojowald 2003
S. Bojowald, « Versuchc einer ornithologischen Bestimmung der Vögel “ỉȝb” und “ʿḫt” », GM 194, 2003, p. 5‑15.

Bojowald 2010
S. Bojowald, « Bemerkungen zum ʿʿw-Vogel im ägyptischen pBM 9997, VI, 8 », AltorForsch. 37/2, 2010, p. 260‑262.

Borghouts 1971
J.F. Borghouts, The Magical Texts of Papyrus Leiden I 348, OMRO 51, Leyde, 1971.

Borghouts 1973
J.F. Borghouts, « The Evil Eye of Apopis», JEA 59, 1973, p. 114‑150.

Boyaval 1974
B. Boyaval, « Nouvelles remarques sur le P. IFAO 88 », ZPE 74, 1974, p. 61‑66.

Budge 1898
E.A.W. Budge, The Book of the Dead: The Chapters of Coming Forth by Day., 3 vol., Londres, 1898.

Burkard 1988
G. Burkard, « Ptahhotep und das Alter », ZÄS 115, 1988, p. 19‑30.

Caminos 1954
R.A Caminos, Late-Egyptian Miscellanies, Oxford, 1954.

Daressy 1919
G. Daressy, « Statue de Zedher le Sauveur », ASAE 18, 1919, p. 113‑158.

De Buck, Stricker 1940
A. De Buck, B.H. Stricker, « Teksten tegen schorpioenen naar Pap. I 349 », OMRO 21, 1940, p. 53‑62.

Démarée 2015
R. Demarée, « A Late New Kingdom Administrative Miscellany on the Verso of a Magical Papyrus in the British Museum – Preliminary Notes », dans U. Verhoeven (éd.), Ägyptologische “Binsen”-Weisheiten III: Neue Forschungen und Methoden der Hieratistik – Akten zweier Tagungen in Mainz im April 2011 und März 2013, Stuttgart, 2015, p. 335‑340.

De Meulenaere 1988
H. De Meulenaere, « Le décret d’Osiris », ChronEg 125, 1988, p. 234‑241.

Derchain 1965
P. Derchain, Le Papyrus Salt 825 (B.M. 10051). Rituel pour la conservation de la vie en Égypte, Mémoires de l’Académie royale de Belgique, classe des Lettres, 58/1a‑b, Bruxelles, 1965.

Drioton 1927
É. Drioton, « Religion et magie. L’opinion d’un sorcier égyptien », RegA 1, 1927, p. 133‑137.

Drioton 1939
É. Drioton, « Une statue prophylactique de Ramsès III », ASAE 39, 1939, p. 57‑89.

Drioton 1943
É. Drioton, « Procédé acrophonique ou principe consonantal ? », ASAE 43, 1943, p. 319‑349.

Eldamaty 2005
M. Eldamaty, « Zwei Stelen mit Sonnenhymnen aus dem kairener Museum », BEM 2, 2005, p. 55‑60.

Engelmann, Hallof 1996
H. Engelmann, J. Hallof « Der Sachmetpriester, ein früher Repräsentant der Hygiene und des Seuchenschutzes », SAK 23, 1996, p. 103‑146.

Fairman 1943
H.W. Fairman, « Notes on Alphabetic Signs Employed in the Hieroglyphic Inscriptions of the Temple of Edfu », ASAE 43, 1943, p. 193‑310.

FischerElfert 1993
H.W. Fischer‑Elfert, « Rezension von A. Gasse, Catalogue des ostraca hiératiques littéraires de Deir elMédina. Nos. 1676‑1774. T. 4, fasc. 1. Le Caire, Institut français d’archéologie orientale du Caire, 1990 = Documents de fouilles, 25 », BiOr 50, 1993, col. 125‑130.

Fischer-Elfert 2015
H.W. Fischer-Elfert, Magika Hieratika in Berlin, Hannover, Heidelberg und München, Berlin, New York, 2015.

FischerElfert, Hoffmann 2020
H.W. Fischer‑Elfert, F. Hoffmann, Die magischen Texte von Papyrus Nr. 1826 der Nationalbibliothek Griechenlands, ÄgAbh 77, Wiesbaden, 2020.

Gardiner 1935
A.H. Gardiner, Hieratic Papyri in the British Museum: Third Series – ChesterBeatty Gift, Londres, 1935.

Gardiner 1948
A.H. Gardiner, « The First Two Pages of the Wörterbuch », JEA 34, 1948, p. 12‑18.

Gasse 1990
A. Gasse, Catalogue des ostraca hiératiques littéraires de Deir alMedîna IV, DFIFAO 25, Le Caire, 1990.

Gasse 2004
A. Gasse, « Une stèle d’Horus sur les crocodiles. À propos du “texte C” », RdE 55, 2004, p. 23‑43.

Goyon 1975
J.‑C. Goyon, « Textes mythologiques II. “Les révélations du mystère des quatre boules” », BIFAO 75, 1975, p. 349‑399.

Goyon 2012
J.‑C. Goyon, Le recueil de prophylaxie contre les agressions des animaux venimeux du Musée de Brooklyn. Papyrus Wilbour 47.218.138, SSR 5, Wiesbaden, 2012.

Griffith, Thompson 1904
F.L. Griffith, H. Thompson, The Demotic Magical Papyrus of London and Leiden, 3 vol., Londres, 1904‑1909.

Gunn 1941
B. Gunn, « Notes on Egyptian Lexicography », JEA 27, 1941, p. 144‑148.

Harris 1961
J.R. Harris, Lexicographical Studies in ancient Egyptian Minerals, VIO 54, Berlin, 1961.

Herbin 1988
F.R. Herbin, « Les premières pages du Papyrus Salt 825 », BIFAO 88, 1988, p. 95‑112.

Herbin, Leitz 2022
F.‑R. Herbin, C. Leitz, Le Rituel de la Maison de Chentayt. Le linceul MMA 31.9.8 et la cuve osirienne de Coptos Caire JE 37516, SSR 33, Wiesbaden, 2022.

Hornung 1994
E. Hornung, Texte zum Amduat III: Langfassung, 9. bis 12. Stunde, AegHelv 15, Bâle, Genève, 1994.

Janssen 1975
J.J. Janssen, Commodity Prices from the Ramesside Period, Leyde, 1975.

JelínkováReymond 1956
E. Jelínková‑Reymond, Les inscriptions de la statue guérisseuse de Djed-Ḥer-le-Sauveur, BiEtud 23, Le Caire, 1956.

Jurjens 2021
J. Jurjens, « The Educational Context of a Literary Text: Some Marginalia and Drawings as Found on Material Containing the Teachingif Khety », JARCE 57, 2021, p. 175-196.

Kákosy 1999
L. Kákosy, Egyptian Healing Statues in Three Museums in Italy (Turin, Florence, Naples), CMT 1, Monumenti e testi 9, Turin, 1999.

Kitchen 1988
K.A. Kitchen, Catalogue of the Egyptian Collection in the National Museum, Rio de Janeiro, 2 vol., Warminster, 1988.

Klasens 1952
A. Klasens, A Magical Statue Base (socle Behague) in the Museum of Antiquities at Leiden, OMRO 33, Leiden, 1952.

Koenig 1981
Y. Koenig, Le Papyrus Boulaq 6. Transcription, traduction et commentaire, BiEtud 87, Le Caire, 1981.

Koenig 1982
Y. Koenig, « Deux amulettes de Deir el‑Médineh », BIFAO 82, 1982, p. 283‑293.

Koenig 2005
Y. Koenig, « L’eau et la magie », dans A. Amenta, M.M. Luiselli, M. Novella Sordi (éd.), L’acqua nell’antico Egitto: Vita, rigenerazione, incantesimo, medicamento. Proceedings for the First International Conference for Young Egyptologists – Italy, Chianciano Terme, October 1518, 2003, Rome, 2005, p. 91-103.

KolevaIvanov 2005
E. Koleva‑Ivanov, « Les relations entre Horus et le venin (mtw.t) dans les textes magiques », JES 1, 2005, p. 59‑73.

Kucharek 2010
A. Kucharek, Altägyptische Totenliturgien, Band 4: Die Klagelieder von Isis und Nephthys in Texten der Griechisch-Römischen Zeit, Heidelberg, 2010.

Lefebvre 1930
G. Lefebvre, « La statue “guérisseuse” du musée du Louvre », BIFAO 30, 1930, p. 89‑96.

Leitz 1999
C. Leitz, Magical and Medical Papyri of the New Kingdom, HPBM 7, Londres, 1999.

LenzoMarchese 2007
G. Lenzo‑Marchese, Manuscrits hiératiques du Livre des Morts de la Troisième Période Intermédiaire (Papyrus de Turin CGT 5300153013), Genève, 2007.

Long 1984
B. Long, « À propos de l’usage des menthes dans l’Égypte ancienne », dans Mélanges Adolphe Gutbub, OrMons 2, Montpellier, 1984, p. 145‑159.

Lorton 1994
D. Lorton, « The Invocation Hymn at the Temple of Hibis », SAK 21, 1994, p. 159‑217.

Malaise, Winand 1999
M. Malaise, J. Winand, Grammaire raisonnée de l'égyptien classique, AegLod 6, Liège, 1999.

Massart 1957
A. Massart, « The Egyptian Geneva Papyrus MAH 15274 », MDAIK 15, 1957, p. 172‑185.

Mathieu 2004
B. Mathieu, « Une formation de noms d’animaux (ABCC) en égyptien ancien », BIFAO 104, 2004, p. 377‑388.

Meeks 1980
D. Meeks, Année lexicographique: Égypte ancienne. Tome 1 (1977), Paris, 1980.

Meeks 1981
D. Meeks, Année lexicographique: Égypte ancienne. Tome 2 (1978), Paris, 1981.

Meeks 1982
D. Meeks, Année lexicographique: Égypte ancienne. Tome 3 (1979), Paris, 1982.

Meeks 2006
D. Meeks, Mythes et légendes du Delta d’après le papyrus Brooklyn 47.218.84, MIFAO 125, Le Caire, 2006.

Meeks 2012
D. Meeks, « La hiérarchie des êtres vivants selon la conception égyptienne », dans A. Gasse, F. Servajean, C. Thiers (éd.), Et in Aegypto et ad Aegyptum. Recueil d’études dédiées à JeanClaude Grenier, CENiM 5/3 , 2012, p. 517‑546.

Müller 2002
M. Müller, « Rezension von Ch. Leitz, Magical and Medical Papyri of the New Kingdom (HPBM VII), Londres, 1999 », LinAeg 10, 2002, p. 425‑435.

Müller 2006
M. Müller, « Magie in der Schule? Die magischen Sprüche der Schülerhandschrift pBM 10.085 + 10.105 », dans G.Moers, H. Behlmer (éd.), in jn.t ḏrw: Festschrift für Friedrich Junge, Göttingen, 2006, p. 449‑465.

Ogdon 1989
J.R. Ogdon, « Studies in Ancient Egyptian Magical Thought IV, an Analysis of the “Technical” Language in the Anti-Snake Magical Spells of the Pyramid Texts (PT) », DiscEg 13, 1989, p. 59‑71.

Osing 1976
J. Osing, Der spätägyptische Papyrus BM 10808, ÄgAbh 33, Wiesbaden, 1976.

Osing 1992
J. Osing, « Zu einige magischen Texten », dans U. Luft (éd.), The Intellectual Heritage of Egypt: Studies Presented to László Kákosy on the Occasion of His 60th Birthday, StudAeg 14, Budapest, 1992, p. 473‑480.

Osing 1998
J. Osing, Hieratische Papyri aus Tebtunis I: Text, CNIP 17, Copenhague, 1998.

Panov 2014
M. Panov, Die Statue des Horchebe, Novossibirsk, 2014.

Perdu 2013
O. Perdu, « L’Isis de Ptahirdis retrouvée », RdE 64, 2013, p. 93‑125.

Peust 1999
C. Peust, Egyptian Phonology: An Introduction to the Phonology of a Dead Language, Göttingen, 1999.

Peust 2007
C. Peust, « Die Konjugation des Verbs für “gehen” im Neuägyptischen », GM 212, 2007, p. 67‑80.

Posener 1980
G. Posener, Catalogue des ostraca hiératiques littéraires de Deir elMédineh: Tome III. Nos 12671675, DFIFAO 20/3, Le Caire, 1980.

Postel 2003
L. Postel, « “Rame” ou “course” ? Enquête lexicographique sur le terme ḥpt», BIFAO 103, 2003, p. 377‑420.

Pries 2020
A.H. Pries, « Noch eine weitere neue Beschwörung gegen den bösen Blick », dans K. Ryholt (éd.), Hieratic Texts from Tebtunis, CNIP 45, Copenhague, 2020, p. 61‑66, pl. 13.

Quack 1996
J.F. Quack, « Das Pavianshaar und die Taten des Thot (pBrooklyn 47.218.48+85 3, 1-6 », SAK 23, 1996, p. 305‑333.

Quack 2011
J.F. Quack, « Beiträge zu einigen religiösen und magischen Texten », dans M. Collier, S. Snape (éd.), Ramesside Studies in Honour of K.A. Kitchen, Bolton, 2011, p. 413‑416.

Quack 2013
J.F. Quack, « Rezension von J.C. Goyon, Le recueil de prophylaxie contre les agressions des animaux venimeux du Musée de Brooklyn. Papyrus Wilbour 47.218.138. Studien zur spätägyptischen Religion 5, Wiesbaden, 2012 », WeltOr 43, 2013, p. 256‑272.

Quack 2018
J.F. Quack, Eine magische Stele aus dem Badischen Landesmuseum Karlsruhe (Inv. H 1049), AHAW 58, Heidelberg, 2018.

Quack 2021a
J.F. Quack, « Neue Fragmente zum Handbuch der Religion und Mythologie des Delta (pBrooklyn 47.218.84) », dans O. Collombert, L. Coulon, I. Guermeur, C. Thiers (éd.), Questionner le Sphinx. Mélanges offerts à Christiane ZivieCoche, BiEtud 178, Le Caire, 2021, p. 391‑406.

Quack 2021b
J.F. Quack, « Priestly Scholars in Late Egypt: The Theoretical Side », JANEH 8, 2021, p. 73‑90.

Quack 2022
J.F. Quack, Altägyptische Amulette und ihre Handhabung, ORA 31, Tübingen, 2022.

Quaegebeur 1993
J. Quaegebeur, « Conglomérer et modeler l’encens (sȝḳ snṯr) », ChronEg 135, 1993, p. 29‑44.

Ritner 1986
R.K. Ritner, « Gleanings from Magical Texts », Enchoria 14, 1986, p. 95‑106.

Ritner 1997
R.K. Ritner, The Mechanics of Ancient Egyptian Magical Practice, SAOC 54, Chicago (Ill.), 1997.

Roccati 2011
A. Roccati, Magica Taurinensia. Il grande papiro magico di Torino e i suoi duplicati, AnOr 56, Rome, 2011.

Rouffet 2009
F. Rouffet, « Le “venin éconduit” ou les dangers de son expulsion (O. DeM 1046) », CENiM 2, 2009, p. 1‑8.

SanderHansen 1956
C.E. Sander‑Hansen, Die Texte der Metternichstele, AnAeg 7, Copenhague, 1956.

Sauneron 1958
S. Sauneron, « L’Abaton de la campagne d’Esna (Note préliminaire) », MDAIK 16, 1958, p. 271‑279.

Sauneron 1989
S. Sauneron, Un traité égyptien d’ophiologie. Papyrus du Brooklyn Museum no 47.218.48 et 85, BiGen 11, Le Caire, 1989.

ElSayed 1975
R. El‑Sayed, Documents relatifs à Saïs et ses divinités, BiEtud 69, Le Caire, 1975.

Schenkel 2017
W. Schenkel, « ỉn-/= “sagt” < ỉ(.ỉ) ỉn- “sagt(e), nämlich” », LinAeg 25, 2017, p. 231‑279.

Schwechler 2014-2015
C. Schwechler, « Les registres de la langue entre égyptien et copte. Les exemples des verbes ptpt / ⲡⲟⲧⲡⲧ et ḫrḫr / ϣⲟⲣϣⲣ », BSÉG 30, 2014-2015, p. 127-142.

Smith 2013
M. Smith, « Orthographies of Middle Egyptian Verbal Forms in Demotic, with Particular Reference to the sḏm.n=f », dans S.P. Vleeming (éd.), Aspects of Demotic Orthography: Acts of an International Colloquium held in Trier, 8 November 2010, StudDem 11, Louvain, Paris, Walpole, 2013, p. 117‑126.

Spiegelberg 1918
W. Spiegelberg, « Eine Totenliturgie der Ptolemäerzeit », ZÄS 54, 1918, p. 86‑92.

Stewart 1967
H.M. Stewart, « Traditional Egyptian Sun Hymns of the New Kingdom », BIA 6, 1967, p. 29‑74.

Suys 1934
E. Suys, « Le papyrus magique du Vatican », Orientalia 3, 1934, p. 63‑87.

Szczudlowska 1970
A. Szczudlowska, « Liturgical Text Preserved on Sekowski Papyrus », ZÄS 98, 1970, p. 50‑80.

Tacke 2013/1-2
N. Tacke, Das Opferritual des ägyptischen Neuen Reiches, 2 vol., OLA 222, Louvain, Paris, Walpole, 2013.

Töpfer 2015
S. Töpfer, Das Balsamierungsritual: Eine (Neu-)Edition der Textkomposition Balsamierungsritual (pBoulaq3, pLouvre 5158, pDurham 1983.11 + pSt. Petersburg 18128), SSR 13, Wiesbaden, 2015.

Vandenbeuch 2018
M. Vandenbeusch, « Evidence of an Ancient Archive? The Papyrus British Museum EA 9961 », JEA 104, 2018, p. 177‑194.

Van de Walle 1972
B. Van de Walle, « Une base de statue guérisseuse avec une nouvelle mention de la déesse‑scorpion Ta‑Bithet », JNES 31, 1972, p. 67‑82.

Vandier 1966

J. Vandier, « Iousâas et (Hathor)-Nébet-Hétépet (troisième article) », RdE 18, 1966, p. 67-136.

Vernus 1978
P. Vernus, Athribis. Textes et documents relatifs à la géographie, aux cultes, et à l’histoire d’une ville du Delta égyptien à l’époque pharaonique, BiEtud 74, Le Caire, 1978.

Vernus 1986
P. Vernus, « Études de philologie et de linguistique (V) », RdE 37, 1986, p. 139‑147.

Vuilleumier 2016
S. Vuilleumier, Un rituel osirien en faveur de particuliers à l’époque ptolémaïque. Papyrus Princeton Pharaonic Roll 10, SSR 15, Wiesbaden, 2016.

Wagner 2016
M. Wagner, Der Sarkophag der Gottesgemahlin Anchnesneferibre. 2 vol., SSR 16, Wiesbaden, 2016.

Ward 1979
W.A. Ward, « The Biconsonantal Doublet gp/hb, ’Overflow’ », JEA 59, 1973, p. 228‑231.

Wassell 1991
B.A. Wassell, Ancient Egyptian Fauna: A Lexicographical Study, 2 vol., thèse de doctorat, université de Durham, http://etheses.dur.ac.uk/1152.

Watson 1980
P.J. Watson, « The Interchange of ȝ with n in ancient Egyptian », GöttMisz 37, 1980, p. 41‑57.

Wilson 1997
P. Wilson, A Ptolemaic Lexikon: A Lexicographical Study of the Texts in the Temple of Edfu, OLA 78, Louvain, 1997.

Haut de page

Notes

1 Sans rapport évidemment avec un manuscrit grec dont la cote est P. IFAO 88, plusieurs fois publié, sur lequel cf. Boyaval 1974, p. 61-66.

2 Daté de Ramsès III (Rʿ-ms-s(w) ḥḳȝ Ỉwnw), le verso du document, qui n’est pas étudié ici, offre, sur une surface salie par endroits, un texte présentement non identifié, dont la teneur comme la paléographie sont sensiblement différentes de celles du recto.

3 On trouve aussi, et heureusement plus rarement dans cette collection, les éléments d’un même texte disposés dans deux, voire trois cadres différents. Dans le cas présent, aucun fragment hiératique susceptible d’appartenir au P. IFAO H 88 n’a été retrouvé parmi les autres manuscrits de l’Institut.

4 Le raccord se fait au niveau de la l. 7. Le verso de la pointe dans la partie supérieure du fragment inférieur, visible sur la photographie, garde une trace d’encre qui appartient à la l. 8 du verso, où elle s’insère parfaitement.

5 Une partie importante de texte semble avoir existé entre ces deux papyrus qui ne constituaient au départ qu’un seul document ; cf. Démarée 2015, p. 335-337. En se référant au texte administratif du verso qu’il date de Ramsès XI, l’auteur corrige l’ordre de lecture des deux manuscrits antérieusement retenu par Leitz (Leitz 1999, p. 3), en partant du P. BM EA 10309 et non plus du P. BM EA 9997, ce qui implique que les fragments B et C figuraient à l’origine dans une page précédente du P. IFAO H 88. Il semble donc plus logique de désigner désormais ce document sous la référence P. BM EA 10309+9997.

6 Sur la question d’Horus caché par sa mère pour le protéger de son frère, cf. P. BM EA 9961, col. 5-8, Vandenbeusch 2018, p. 188. Conséquence probable des liens historiques entre les deux villes (cf. Vandier 1966, p. 105, n. 2), un épisode similaire de l’enfance d’Horus est dit se passer non plus à Bouto mais « dans la campagne d’Héliopolis, au nord de Hetepet ». Un seul témoin de son récit est connu (Metternich 89-94). Il est alors question du cri poussé par Horus alors qu’Isis se trouvait dans les « Maisons hautes » (Meeks 2006, p. 214, n. 354) en train de faire une libation à Osiris. Rien n’est dit de ce que fit ensuite la déesse. Alertés par le cri d’Horus, ce sont les « portiers auprès de l’auguste persea » (LGG I, 414c) qui accourent auprès de lui. On notera l’emploi du verbe nhp pour exprimer ce mouvement vers le jeune dieu, identique à celui d’Isis accourant vers lui après son agression ; cf. infra, n. 24. Il est aussi utilisé pour traduire le mouvement impétueux du venin dans le corps d’une victime d’une morsure ou d’une piqûre.

7 Formule 14, l. 168-251, éd. Sander-Hansen 1956, p. 59-70.

8 Formule IV, éd. Klasens 1952, p. 22-34.

9 Leitz 1999, p. 3-30 et pl. 1-11.

10 Jelínková-Reymond 1956, ouvrage cité par la suite sous le titre Djed-Ḥer + no de ligne pour les références textuelles. Présentation synoptique des deux versions dans Leitz 1999, p. 13-15.

11 Goyon 2012 ; Quack 2013, p. 256-257.

12 Quack 2021a, p. 391-406. Ivan Guermeur m’informe (courriel du 15 septembre 2022) qu’en ce qui concerne le traité de prophylaxie publié par Goyon (P. Brooklyn 47.218.138), des fragments supplémentaires semblent bien exister, que l’auteur n’a pas reconnus. À propos du traité médical dont il prépare la publication (P. Brooklyn 47218.2), I. Guermeur a retrouvé en 2015, non rangés avec le manuscrit principal, 93 nouveaux fragments dans les réserves du musée : « Il semble en fait que le conditionnement des papyrus que Wilbour avait rapportés d’Éléphantine au cours du voyage vers Paris, puis vers New York, n’a pas été idéal pour les papyrus et quand le container a été ouvert et inventorié par Cooney en 1947, il y avait énormément de fragments épars détachés des rouleaux. »

13 Image ; Djed-Ḥer, l. 149 : Image ; P. BM EA 9997, VI, 2 : Image.

14 [...] ỉb.k : si les quelques traces visibles entre Nb-r-ḏr et ỉb.k ne permettent pas une restitution sûre de cette partie de la ligne, celles précédant ỉb.k restent suffisantes pour restituer le verbe wḏȝ ; ces traces sont elles-mêmes précédées de ce qui semble être la queue du cobra au repos Image, vestige probable du verbe ḏd. Sur la graphie de ỉb déterminé par le signe Image, cf. fragment B, x+2 ; P. BM EA 9997, IV, 7 ; P. Louvre E 3237, 13. Le mot précédent est en lacune partielle dans le fragment IFAO, totale dans le P. BM 9997 et dans un contexte très mutilé dans Djed-Ḥer (Image selon la copie d’Eva Jelínková-Reymond [1956], p. 72). Pour la formulation, mais dans un contexte différent, cf. l’intéressant parallèle rédigé sur le sarcophage d’Ânkhnesneferibrê (Wagner 2016, p. 71-72 (l. 66) et 83-84) : Sỉȝ <ḥr> ḏd n Nb-r-ḏr wḏȝ ỉb.k nb nṯrw, « Sia dit au maître de l’Univers : “Que ton cœur soit serein, maître des dieux!” », sans exclure pour wḏȝ ỉb le sens envisageable de « prendre connaissance » (d’un message), appelant son interlocuteur à être réceptif à une nouvelle ; cf. Wb I, 400, 11 ; Meeks 1981, 78.1168. À la lumière de ce court texte, on peut donc avancer que dans cette partie du P. IFAO H 88 et de ses parallèles, le texte est prononcé (ḏd en lacune quasi totale) par Sia à l’adresse du « maître de l’Univers », alias Atoum-Rê, dont Isis est désignée en fin de ligne comme la fille (sȝt[.k]).

15 Pour la forme du déterminatif Image dans le nom d’Isis, avec une queue descendant jusqu’à la partie supérieure de la l. 2, cf. l. 14.

16 Le mot suivant le nom d’Isis n’est pas clair, on attend l’épithète nṯryt, « divine », bien attestée dans ce texte (P. BM EA 9997, VI, 1 ; VII, 6, 14, et sur laquelle cf. LGG I, 73c-74b), mais difficilement reconnaissable ici (on attendrait un groupe déterminatif différent, cf. l. 20). La présence à la fin du mot du groupe Image, n’invite pas à y reconnaître le démonstratif twy. L’adjectif démonstratif féminin dans le texte est d’ailleurs clairement écrit tn à la. l. 9.

17 Même graphie Image de sȝt dans P. BM EA 9997, III, 15.

18 Ḫsf en lacune, restitué d’après les parallèles. Malgré une graphie Image (Djed-Ḥer, l. 149), Image (P. BM EA 9997, VI, 2) couramment traduit par le verbe « repousser » à propos du venin, et plusieurs fois mentionné en tant que tel dans le présent texte, la nécessité d’une cohérence dans ce début très lacuneux, toutes versions comprises, incite à reconnaître dans ḫsf le verbe signifiant « s’approcher de », « aller à la rencontre de » (Wb III, 337, 3). Dans la version de Djed-Ḥer, comme celle du P. BM EA 9997, le verbe ḫsf n’est suivi d’aucun complément d’objet (en l’occurrence, le mot mtwt, cf. n. 43), ce qui serait le cas s’il avait le sens de « repousser ». La relation posée ici est celle de deux divinités, Sia et le « maître universel », le premier parlant au second (cf. n. 14).

19 Image. Le mot est écrit Image dans le P. BM EA 9997, III, 18.

20 Sur la lecture ỉdt, cf. Müller 2002, p. 430.

21 Cf. infra, n. 31. Pour le sens de tkn dans ce contexte, associant approche et attaque de l’agresseur, cf. Sauneron 1958, p. 276 (h).

22 Djed-Ḥer, p. 71-72 et 75-76.

23 Les sources font surtout état du cri d’Isis en réaction à l’attaque de son fils par le serpent ou le scorpion (Klasens 1952, p. 55 (e 6), moins souvent des lamentations de collectivités divines (cf. Djed-Ḥer, p. 74, n. 2) ; mais dans l’épisode héliopolitain relatif à sa jeunesse (Metternich 89-100), Horus lui-même pousse un cri lors de son agression ; cf. supra, n. 6. Le texte ne manque pas ici d’ambiguïté, ḫrw sgb pouvant traduire le cri de la mère comme celui du fils. Pour la formulation, cf. P. Boulaq 6, V, 1 (Koenig 1981), p. 52 : ḫrw sgb <m> pt rsy mw mr ḫrw Ỉst m-ḏr (écrit m-dȝy) ỉw.s m-bnr ỉw.s gm Ḥr psḥ, « un cri de douleur (s’éleva) <dans> le ciel du Sud : venin ! (c’est) le cri d’Isis quand elle arriva de l’extérieur en trouvant Horus mordu » ; cf. Metternich 44 (var. Panov 2014, p. 56-57 [l. 137 et n. 171]) : ḫrw sgb ʿȝ m Ḥwt Nt ḫrw ḳȝ m Ḥwt-ʿȝt, « un grand cri de douleur (s’éleva) dans le temple de Neith, et une voix forte se trouva dans le Grand-Château » ; Metternich 47 (var. Panov 2014, p. 54 (l. 139), 58) : hy sp 2 ỉ Rʿ (ỉ)sk n sḏm.k ḫrw sbg ʿȝ ḏr wḫȝ ḥr wḏb n ndyt ḫrw sgb ʿȝ m nṯr nb nṯrt nb(t), « Salut ! (bis), ô Rê ! N’as-tu pas entendu un grand cri de douleur dès le soir, sur la rive de Nedit, un grand cri de douleur de tous les dieux et de toutes les déesses ? »

24 Référence à Horus malgré l’absence d’antécédent. Le texte ne reprend pas dans son début la légende de son enfance à Khemmis/Bouto (Metternich 168-181). Pour lui donner une cohérence, il faut admettre que deux cris sont mentionnés, d’abord celui d’Horus, puis celui d’Isis qui accourt alors (nhp) auprès de son fils. L’épisode de l’enfance d’Horus, caché par sa mère dans les marais de Khemmis (Metternich 168-181) ne signale pas de cri poussé par le jeune dieu ; il est simplement dit qu’Isis trouva son enfant affaissé sur le sol, affaibli, offrant l’apparence d’un empoisonnement. Un cri d’Horus n’est explicitement signalé que dans l’épisode de son enfance dans la campagne d’Héliopolis (Metternich 92). Dans le texte ici étudié, on a donc successivement, selon toute vraisemblance, le cri poussé par Horus (ḫrw sgb r-rwty), la réaction d’Isis qui arrive pour le secourir (nhp), et le cri de la déesse provoquant l’arrivée de Serqet. Dans cette perspective, c’est encore du cri d’Horus qu’il doit être question dans l’évocation du « cri de détresse à l’extérieur des portes » (ḫrw ỉnd r-rwty sbȝ(yw), Djed-Ḥer 149). Jelínková-Reymond 1956, p. 74, n. 2 ne fait état que de celui d’Isis.

25 Écrit ici Image, mais aussi Image pour Image, correspondant à une évolution graphique de la forme sḏm.n.f du verbe ỉỉ. Sur cette originalité graphique, qui se retrouve dans plusieurs endroits du texte de Djed-Ḥer, aux l. 26, 84 et 144, ainsi que dans plusieurs inscriptions du temple de Dendara, cf. Smith 2013, p. 117-126 ; Herbin, Leitz 2022, p. 65, n. 166.

26 Sur le rôle de Serqet dans les exorcismes d’animaux venimeux, cf. Sauneron 1989, p. 107 (2) ; Vuilleumier 2016, p. 271, k). Pour la désignation Srḳt wrt, cf. LGG VI, 440b-c. Elle-même, en tant que déesse-scorpion, est qualifiée de nbt psḥ, « maîtresse de la morsure » (Djed-Ḥer, p. 16, n. 2 = LGG VI, 439a, G) ; dans une adresse à son fils Horus, Isis dit : sš n.k Srḳt ḏrt.s ȝḫw.s m sȝw.k, « Serqet étend sa main vers toi ; ses vertus magiques sont ta protection » (Sauneron 1989, p. 106).

27 Ḥwt-ʿȝt, toponyme de l’Héliopolite, sanctuaire d’Atoum-Rê considéré ici comme le père d’Isis, qui reçoit la désignation de « maître universel », « maître de l’humanité », et auprès duquel elle demande dà être annoncée.

28 ʿȝw omis dans P. BM EA 9997, VI, 1.

29 Sur cette amulette de faïence, cf. infra, n. 111.

30 Nb-r-ḏr (LGG III, 795b et 796a, M, d), seule mention connue en tant que père d’Isis, est ici une désignation de Rê-Atoum.

31 Ỉm.s pour ỉm.f ? Le groupe indéfinissable entre mỉ et sȝ.s peut difficilement correspondre à la copie Image de Daressy (1919), p. 136, qui relève d’une probable erreur de rédaction ou de lecture. Tel qu’il apparaît dans la publication d’E. Jelínková-Reymond, sa forme générale évoque plutôt la préposition ḏr qui, si elle était confirmée, serait précédée de mỉ pour m, mais l’absence de photographie ne permet aucune vérification. La version parallèle du P. BM EA 9997 fait de mỉ la préposition introduisant une comparaison, ce qui incite à reconnaître dans le groupe de la version Djedher le substantif ỉdt ou similaire. Comparée à la leçon ỉm.f de la version britannique, la variante ỉm.s pourrait alors être fautive, car dans les deux cas il faut tenir compte du sens spécifique très probable que revêt dans ce contexte le verbe tkn (cf. supra, n. 21), qui traduit un mouvement ou un acte agressif de l’animal vis-à-vis du petit () de la vache-ỉdt.

32 Nb Ḫmnw : le toponyme est écrit Image dans la copie de Daressy 1919, p. 136, S. III, 27), Image dans celle de Jelínková-Reymond 1956.

33 Leitz 1999, p. 12. Le père d’Isis est désigné dans ce texte sous l’appellation de Nb-r-ḏr. C’est la seule mention connue ; cf. supra, n. 14.

34 LGG III, 795b et 796a, M, d.

35 Sur Thot comme « fils de Rê » (sȝ Rʿ), cf. LGG VI, 86a, A, w ; comme « aîné de Rê, issu d’Atoum » (smsw n Rʿ pr m Ỉtm), cf. Ritner 1986, p. 96. Noter qu’on ne semble pas le connaître en tant que sȝ smsw de Rê.

36 La fonction de Thot dans ce contexte est clairement exposée dans Metternich 245 : ỉnk Ḏḥwty sms Rʿ wḏ n.ỉ Tm ỉt nṯrw r snb Ḥr n mwt.f r snb ẖr(y) dmt mỉt(t), « Je suis Thot, l’aîné de Rê ; Atoum, le père des dieux, m’a ordonné de guérir Horus pour sa mère et de guérir la victime de morsure pareillement. » On lit à son propos dans le P. Brooklyn 47.218.48 + 85, III, 2-3 (Sauneron 1989, p. 62 et Quack 1996, p. 308 b, cité infra, n. 43) : ỉw Ḏḥwty ʿpr m ḥkȝw.f ḏbȝ m ȝḫw.f r šn tȝ mtwt, « Thot est venu pourvu de sa magie, équipé de ses formules magiques, pour exorciser le venin » ; en III, 6, le dieu dit à l’adresse du venin : mỉ pr ḥr tȝ ỉnk Ḏḥwty smsw sȝ Rʿ, « Viens, sors à terre ! Je suis Thot l’aîné, le fils de Rê. »

37 Sur le rôle de Thot dans le combat contre les animaux venimeux, cf. Djed-Ḥer, p. 50, n. 2 ; Sauneron 1989, p. 61-62, § 43 b (1) et 107, § 79 c (2).

38 P. Chester-Beatty VII vo, 5, 2, Gardiner 1935, pl. 37 et p. 64. L’épithète nb spty, maître des lèvres, attribuée à tort à Sia dans LGG VI, 165, K.b), concerne en réalité Anubis, cité précédemment dans le même texte (P. Chester-Beatty VII vo, 3, 1). Toutefois la bonne référence à Sia comme nb pȝḏ, « maître de la jambe », se lit dans LGG III, 629b.

39 Sur l’usage de la filiation « fils de » (valable pour le féminin), pour exprimer un simple lien de descendance avec un ancêtre, cf. Herbin 1988, p. 109.

40 Wḏ écrit wȝḏ : sur la confusion entre les signes hiératiques Image et Image, cf. Lenzo-Marchese 2007, p. 126, i et n. 378.

41 La séquence wḏ.n Rʿ r ḫsf.k ... est absente des deux autres versions. Selon toute vraisemblance, Rê, identifiable au « dieu grand » précédemment mentionné (Berlandini 2002, p. 125, n. 104), intervient pour repousser l’agent venimeux défini ici comme « ennemi » et assurer la protection d’Horus. Il est par ailleurs celui qui ordonne de faire un carnage contre « l’ennemi » dans Djed-Ḥer, l. 118-119 et 135. S’il est défini, avec Ptah, comme le créateur du poison, il a aussi comme lui la capacité de l’anéantir (ʿḫm) dans le P. BM EA 10309, I, 9 et socle Behague, formule VIII, p. 40, cf. Leitz 1999, p. 23 et 26.

42 Écrit Image ; P. BM 9997, VI, 3 : Image ; Djed-Ḥer 149 : Image. Sur Šp(t)-ỉb, cf. LGG VII, 68c-69a. Dans Metternich 188-190 = socle Behague, formule IV, c 1-[2] (épisode de l’enfance d’Horus à Bouto), la question de la nature de l’animal venimeux est posée : smwn rf ḏȝrt ḥr ḏdm.f ʿwn-ỉb ḥr ḫwn.f, « Peut-être qu’un scorpion l’a piqué, que le serpent-ʿwn-ỉb l’a mordu. »

43 Cf. Metternich 61 = socle Béhague, formule I, p. 17 = statue Moscou I.1.a.5319, 80, Panov 2014, p. 36 (ligne 80), à propos d’Isis à qui Geb a donné son pouvoir magique r ḫsf mtwt m sḫm.s, « pour repousser le venin de son pouvoir », et comparer la variante r ḫsf mtwt m ȝt.s, « pour repousser le venin dans son moment d’attaque (la morsure) », restituée d’après d’autres versions dans P. MMA 47/218.138, VIII, 2-4, Goyon 2012 p. 46, en complétant les parallèles cités p. 47 avec les références fournies par Panov (p. 48). Pour l’expression ḫsf mtwt, cf. aussi infra, fragment C, x+5 ; P. BM EA 9997, VI, 3 ; P. Turin CGT 54051 ro, II, 8 et IV, 10 (Roccati 2011, p. 68, 8 et 70, 10) ; etc. Sur le « pouvoir » du venin, cf. Djed-Ḥer, p. 19, n1. Pour sḫm en tant que verbe, cf. stèle BM 190, 24-25 (Osing 1992, p. 477 et pl. XXX) : n dỉ.k sḫm mtwt m ḥʿw.f, « tu ne permettras pas que le venin ait pouvoir sur son corps » ; P. Brooklyn 47.218.138, x+III, 10 : nn sḫm mtwt m ḥʿwt.f n nḏr hh.s ỉm.f = socle Behague, formule VIII, h 15 : n sḫm mtwt m ḥʿw.f n nḏr hh.s ỉm.f, « le venin n’aura pas pouvoir sur son corps, et sa flamme ne le saisira pas » ; P. Brooklyn 47.218.45+85, III, 3 (Sauneron 1989, p. 61, et Quack 1996, p. 308 b) : ỉw Ḏḥwty ʿpr m ḥkȝw.f ḏbȝ m ȝḫw.f r šnt tȝ mtwt nn sḫm.t (pour sḫm.s) m ʿt nb n mn ms.n mnt, « Thot vient, pourvu de sa magie, équipé de ses formules, afin d’exorciser le venin, de sorte qu’il n’ait pas pouvoir sur un tel né d’une telle. » En relation avec le venin, le verbe ḫsf peut aussi avoir le sens de « (se) retourner », normalement formulé à l’impératif ; cf. infra, fragment B, x+1 et n. 144.

44 Sur le sens du verbe šp dans ce contexte, cf. Djed-Ḥer, p. 11-12, n. 5. Il s’agit ici pour le venin de s’écouler pour mourir, cf. Metternich 8 ; P. Brooklyn 47.218.138, x+III, 1, 2 et parallèles (Goyon 2012, p. 20-21) : šp.t tȝ mtwt mỉ.t pr ḥr tȝ, « Écoule-toi, ô venin, viens, sors à terre ! » Même formulation dans P. Brooklyn 47.218.45+85, II, 20 (Sauneron 1989, p. 56). La traduction « tu es aveugle » dans le cas de graphie déterminée non par la bouche crachant Image mais par l’œil Image résulte moins d’une confusion homophonique avec le verbe signifiant « s’écouler » que de l’idée selon laquelle le venin aveuglé devient inopérant, bonne illustration dans P. Brooklyn 47.218.138, x+VI, 10-11 = Metternich 3-4 : šp.t (Image) tȝ mtwt (...) šp.t (Image) nn mȝȝ.t, « Écoule-toi, ô venin (...), écoule-toi sans voir ! » ; x+VI, 15 : ỉỉ.n.ỉ r ḫsf.t šp.t (Image) tȝ mtwt, « Je suis venu pour te repousser, écoule-toi, ô venin ! »

45 À propos du venin ỉr m ḫm.f, comprendre peut-être ici : sans savoir ce qu’il fait, ou dans l’ignorance de sa victime, sans connaître son identité, cf. P. Brooklyn 47.218.45+85, V, 10-11 (Sauneron 1989, p. 108) : mtwt [pr] n mn ms.n mnt mỉ psḥ.k m ḫm.k, « Venin, [sors] d’un tel né d’une telle, puisque tu (l’)as mordu dans ton ignorance. » Aucun rapport donc avec la perte de conscience (ḫm) dont souffre la victime d’une morsure (Sauneron 1989, p. 128, n. 1 ; Goyon 2012, p. 27, n. 5).

46 Écrit Image, graphie probable de ḳn (ỉr, wd —, Wb V, 48, 3).

47  La suite immédiate de n hb est en lacune dans les deux versions (Djed-Ḥer, l. 150 : Image ; P. BM EA 9997, VI, 4 : Image) ; Leitz 1999, p. 16 : « without sending out … -snake ».

48 šd est d’un usage fréquent dans les exorcismes du venin, cf. Wb IV, 561, 21 ; Metternich 8 ; Djed-Ḥer, l. 118, 150, 151, 178 et p. 76, n. 6 ; Leitz 1999, p. 16, n. 87 ; Sauneron 1989, p. 54, (3) ; cf. aussi infra, Lignes 4-[5].

49  + r, cf. ligne 5, la construction similaire kȝ.tw n.k + r. Noter ici la forme Image du percnoptère Image graphié Image dans le substantif hh (l. 10), face à Image (l. 1), Image (l. 5) et Image (l. 9).

50 Le signe Image laisse peu de doute sur la transcription Image. Rien qui évoque l’une ou l’autre des deux versions parallèles. Traces indistinctes au-dessous de lui (signe Image ?). Un rapport avec ḫpry comme désignation de serpent est peu probable (Wb III, 267, 11), de même comme graphie du théonyme Ḫprỉ (LGG V, 713c ; Borghouts 1971, p. 142, n. 333 : « this Chepri-snake »). Il semble s’agir ici d’un terme féminin, suivi comme dans les autres versions de l’épithète wr[t]. Une graphie Tpt commençant avec Imaget < (Fairman 1943, p. 230 no 199 et 272, LIV) n’est pas confortée par les traces subsistantes.

51 Cette lecture Nḥb-kȝ se déduit du trait horizontal noir au-dessous de tm.k écrit en rouge, et dans lequel il convient de voir la fin de la queue d’un serpent, cf. l. 3 dans le mot ʿḥʿ où le déterminatif Image est aussi de forme horizontale très allongée. Du n attendu après ʿḥʿ il ne reste qu’une trace dans la partie supérieure gauche de la queue du serpent. La nécessaire restitution de ỉr, transcrit ici Image (plutôt que Image) laisse à penser que le tracé de cette queue se poursuivait au-dessous de ce groupe.

52 Cf. n. 54.

53 Texte corrompu. On lit : Image. Comprendre comme proposé dd bȝw.k dd ḫʿw[.k], avec antéposition inexplicable (un modèle en colonnes ?) du pluriel Image devant Image pour Image et Image.

54 Image Tp(y)t wrt : LGG VII, 397c-398a. La leçon Niwt wrt du P. BM EA 9997, qui n’offre pas de sens dans ce contexte, résulte probablement d’une confusion graphique entre le signe de la tête Image et celui de la ville Image. Cette « grande Première », est une désignation littérale du « grand uræus » (Wb V, 293), défini dans le papyrus magique de Londres et de Leyde (XII, 16) comme « le grand de magie, l’uræus divin » ; cf. Griffith, Thompson 1904, p. 90.

55 Sur le dieu serpent Nehebka dans la littérature magique, cf. Goyon 1975, p. 386, n. 2.

56 Sens incertain dans ce contexte. Sur nḥb (Wb II, 291, 7-13), cf. Caminos 1954, p. 426 ; Meeks 1981, 78.2173.

57 Sur Horus comme victime des animaux venimeux, cf. Koleva-Ivanov 2005, p. 59-73.

58 Écrit Image. La référence à Djed-Ḥer est la seule fournie par le Wb (IV, 92, 14), avec le sens supposé de « sich aufbreiten » qu’on peut attendre d’un poison diffusé dans un corps ; en l’occurrence il ne semble pas exact, comme le laissent deviner d’autres attestations du mot. Les variantes Image et Image fournies par la version antérieure du P. BM EA 9997 permettent une traduction plus précise et mieux adaptée au contexte. Le Wb (IV, 239, 5-6) cite deux exemples tirés du temple de Médinet Habou, écrits Image et Image (KRI V, 33, 5 et 64, 12) avec le sens de « capturer », « prendre au piège » des animaux (dans : m, m-ẖnw). Pour évoquer un venin « retenu » ou « enfermé » dans un corps, le choix du verbe sḫbḫ correspond donc parfaitement, et c’est probablement l’idée exprimée aussi dans Djed-Ḥer avec le verbe Image. Cette graphie apparaît donc comme une altération tardive d’un ancien sḫbḫ à la suite d’une métathèse graphique assez fréquente dans le groupe Image entre le Image et le Image. Sous la forme Image, le mot est encore mentionné dans un passage malheureusement incomplet du P. BM EA 9997 (VII, 4-6, cf. infra, Ligne 18) évoquant l’agression d’Horus par le serpent-nbsty dont il est dit : sḫbḫ.n.f r wnm [...]. L’idée semble être qu’après avoir marché sur la queue du serpent, celui-ci a « enfermé » le jeune dieu, « retenu », voire « capturé » (en l’enlaçant ?), ce qui suppose la restitution après le verbe du pronom dépendant wỉ (c’est Horus qui parle). La traduction de C. Leitz (1999), p. 19 « it coiled itself up to eat [...] », fait implicitement référence au verbe sbḫ « umschliessen » du Wb IV, 91, 13 et 16.

59 LGG I, 561c.

60 LGG VII, 175a.

61 ḏȝy, « opposant », terme fréquent dans la littérature magique.

62 Cf. supra, Lignes 3[-4], où ce passage est cité.

63 Meeks 1981, 78.32.80.

64 Sur la lecture, cf. Djed-Ḥer, p. 76, n. 14.

65 Sur l’usage du verbe ṯtf à propos du venin (Wb V, 412, 18), cf. Djed-Ḥer, p. 76, n. 15 ; P. BM EA 10309, II, 18.

66 Sur pnw, « souris » ou « rat » , cf. Meeks 2012, p. 537, n. 193.

67 On notera l’aspect particulier du déterminatif Image, figurant la partie supérieure d’un oiseau au bec non crochu et dont les plumes du cou sont hérissées (pour exprimer l’idée de peur ?). L’image est censée correspondre ici au hiéroglyphe Image (tête de vautour, Gardiner H 4, et Pal II, no 231, rendu Image dans la version parallèle du P. BM EA 9997, VI, 8 et Image dans le même manuscrit, VII, 5. Pour une tête de vautour similaire mais non identique, cf. Jurjens 2021, p. 194, fig. 10.

68 Ce mot de genre féminin, peu attesté (une liste incomplète dans Arpagaus 2009, p. 19, n. 3), dérive probablement du verbe *pȝg, « s’accroupir » qui évoque l’attitude caractéristique du batracien ; cf. Mathieu 2004, p. 381. Largement amputé dans le fragment de l’Ifao (Image), il est écrit Image dans le P. BM EA 9997, VI, 8, seul exemple connu de cette graphie sous l’influence phonétique du verbe pgȝ déterminé par les bras Image (Wb I, 562, 1-7), avec la présence guère explicable d’un Image (de valeur n ?, cf. Drioton 1943, p. 330). Pour la graphie Image dans la copie de Djed-Ḥer incluant un n, cf. Leitz 1999, p. 17, n. 93 ; Wilson 1997, p. 378. Il s’agit d’une graphie de pȝgg(t), avec l’alternance bien attestée n/ȝ, sur laquelle cf. de Meulenaere 1988, p. 237 (c) ; Watson 1980, p. 41-57 ; Vernus 1986, p. 142 (k) ; Peust 1999, p. 127-132. Curieusement, la leçon de Djed-Ḥer conserve à la fois le n et le ȝ.

69 Écrit ici Image, le mot nhd (< n + hd, Ward 1979, p. 230, 1) est signalé par le Wb (II, 288, 4) en relation avec les vaisseaux-mtw, avec une référence au P. Ebers 855h (= 100, 21) où il est graphié Image). Bien connu comme verbe signifiant « trembler » (Meeks 1981, 78.2163), le terme a été depuis longtemps rapproché de l’intensif nhdhd de même signification (Wb II, 288, 8, « zittern »). La version de Djed-Ḥer lui substitue nhp, un verbe mentionné dans GrMed I, p. 47 à propos des tremblements des vaisseaux, comme terme comparable à nhd. Pour un sens transitif de nhp en rapport avec le venin, cf. Metternich 29 : nhp.n.f tȝ mtwt r tȝ, « (Khonsou), il a précipité à terre ce venin » ; var. Djed-Ḥer, l. 173-174 (Khonsou de Thèbes), nhp.n.f tȝ mtwt nty m ḥʿw nb n mỉwt tn, « il a précipité (à terre) ce venin se trouvant dans chaque membre de cette chatte ». On le trouve aussi comme participe à valeur adjectivale, cf. Djed-Ḥer l. 118 = Kakosy 1999, p. 44, col. 7 = Panov 2014, p. 65 (var.) : šd.k n.ỉ tȝ mtwt nhp ntt m ʿw nbw n s pn ntt ẖr-dmt, « Tu chasseras pour moi ce venin jaillissant qui est dans tous les membres de cet homme victime d’une morsure » ; Panov 2014, p. 36 : ḫsf ḫt ḥȝ.t tȝ mtwt nhp <...>, « tourne-toi, arrière, ô venin jaillissant <...> ».

70 mswʿʿw. Sous l’influence de la graphie Image dans P. BM EA 9997, VI, 8, Christian Leitz (1999, p. 17, n. 94) reconnaît dans cette désignation « the young of the … ?...-fowl (?) », isolant ainsi un substantif pluriel ʿʿw désignant un oiseau non identifié. Cette option est suivie par Jocelyne Berlandini (2002, p. 127, n. 136), et plus récemment par Stefan Bojowald (2010, p. 260-262) pour qui il s’agit d’une graphie métathétique de ʿwʿ attesté dans les Textes des sarcophages (Meeks 1981, 78.0663) ; E. Jelínková-Reymond (1956, p. 77, n. 2), voit dans Image le mot msyt (Wb II, 143, 3 : « Art Wasservögel ») une identification contestée depuis par Bernard Mathieu (2004, p. 382, no 14).

71 Image : apparemment un hapax, cf. Wb IV, 161, 12 (« ein kleines Tier ») ; Wassell 1991, p. 99.

72 La terre, ici quasi divinisée malgré son absence de déterminatif dans ce passage (cf. LGG VII, 334b-c), doit naturellement sa désignation de « père » à son identification à Geb. Dans une précédente incantation (P. BM EA 9997, III, 14), il est fait état d’une lamentation d’Isis : ỉỉ n.ỉ ỉt(.ỉ) tȝ (écrit Image) mwt.ỉ Nwt, « venez à moi, (mon) père Terre, ma mère Nout ». Dans un contexte différent, la graphie Image se lit dans le P. Brooklyn 47.218.138, x+XVI, 21 où elle est interprétée par Jean-Claude Goyon (2012, p. 121 et 123, n. 17), comme une abréviation de Tȝ-tnn, hypothèse improbable dans le cas présent.

73 Écrit Image ; cf. la graphie au singulier Image un peu plus bas (P. BM EA 9997, VI, 11) ; Image (P. BM EA 10309, II, 13 et ostracon DeM 1681, x+5 (après correction).

74 Bien que les déterminatifs soient en lacune partielle dans le P. BM EA 9997, on y reconnaît le bras armé Image au-dessus duquel devait figurer le signe Image. Passage corrompu dans Djed-Ḥer, lu Image et précédemment Image dans l’édition de Georges Daressy (1919, p. 137, l. 33-34). Bien que mutilé, le groupe Image se devine nettement sur le fragment IFAO H 88. Sur le sens « ouvrir » sans complément d’objet, cf. Wb I, 312, 7-8.

75 Et non sȝt.k (Leitz), cf. infra, n. 110.

76 Les graphies de dbt, au singulier Image (Djed-Ḥer) ou au pluriel Image (P. BM EA 9997), permettent théoriquement plusieurs traductions. Excluant ici une référence à un « bloc » de divers matériaux, on pourrait envisager ici le mot dbt définissant une boîte, un coffre (Wb V, 434, 7 ; Janssen 1975, p. 203-204 ; Meeks 1980, 77.5013, et 1982, 79.3544). Une graphie de ḏbȝt désignant un sarcophage serait aussi concevable. La présence du verbe wn, « ouvrir » n’exclut pas en effet théoriquement une désignation du coffre ou du sarcophage. On notera toutefois que dans Djed-Ḥer, la graphie du mot dbt écrit Image (Image pour Image ?) se distingue bien de ḏbȝt, « sarcophage », toujours écrit Image (l. 80, 87 et 137). Par ailleurs, la mention d’un sarcophage n’offrirait guère de sens ici. Un autre terme homographe, ḏbt, désignant la brique (Wb V, 553, 7 –554, 17), correspond davantage au contexte et pourrait faire plus précisément référence ici à un mur en brique (Harris 1961, p. 30) comme lieu d’habitation du serpent. Un passage des Textes des Pyramides (246a), cité supra (Lignes 4-[5]) va dans ce sens : le serpent y est traité de ỉššw ỉnb ḳȝʿ ḏbt (Image), « celui que crache le mur et celui que la brique vomit », référence probable à son repaire constitué de murs en brique ; cf. Sauneron 1989, p. 137, n. 4.

77 Tel qu’il apparaît dans la copie de E. Jelínková-Reymond, le groupe Image est à l’évidence corrompu. Selon toute vraisemblance, on doit y reconnaître, à la lumière des autres versions, le pronom dépendant tw auquel succèdent le signe Image (valeur ỉt), la corbeille à anse Image puis le signe de la terre Image.

78 Graphie corrompue Image selon la copie de E. Jelínková-Reymond (1952, p. 72) ; Daressy 1919, p. 137 (l. 34) : Image. Lecture restituée mwt.k probable, qui répond ici à ỉt.k.

79 Écrit Image.

80 Traduit « down on your face » par Adolf Klasens (1952, p. 54). Pour la construction et le sens de ḥr ḥr + suffixe, avec probable élision du verbe ḫr, « tomber », cf. Borghouts 1973, p. 141 et n. 2 ; Meeks 1982, 79.2013 ; Ogdon 1989, p. 66 ; Kucharek 2010, p. 273-274 ; Quack 2018, p. 56, n. 119. L’incantation ne s’adresse pas ici au scorpion en tant qu’animal venimeux, mais au venin personnifié, une particularité non relevée par A. Klasens dans son commentaire (1952 p. 81, b 4).

81 Ce terme ʿḫm est fréquemment utilisé métaphoriquement dans des expressions telles que ʿḫm sḏ / ḫt / hh / tȝw pour exprimer l’extinction de la chaleur ou de la brûlure suscitée par la piqûre ou la morsure d’un animal venimeux (cf. n. 97). Pour son usage direct avec le venin-mtwt, cf. van de Walle 1972, p. 77 (p).

82 Même fonction de l’eau du Noun, cf. Koenig 2005, p. 91-92, citant le passage de la formule VIII, h 31-32 du socle Béhague (Klasens 1952, p. 44 et 61).

83 st štȝt (écrit Image) : une désignation vague et ambiguë dont l’identification est incertaine. Dans un contexte différent, on la retrouve dans la formule V du socle Behague à propos d’Isis mnḫt mdt m st štȝt, « au discours excellent dans la place secrète ». Plusieurs versions parallèles (listes dans Perdu 2013, p. 103 et Panov 2014, p. 48, donnent la variante st štȝw. Cette « place secrète » est encore mentionnée dans le P. Brooklyn 47.218.138, x+III, 17, dans un contexte lacuneux, cf. Goyon 2012, p. 26.

84 L’emploi de la préposition ḥr après ḫtḫt, duplicatif de ḫt, «reculer » (Wb III, 353, 13 – 354, 5), semble ignoré des dictionnaires. On peut hésiter ici entre les sens de « reculer sur » ou « reculer de ». Pour l’usage du mot en rapport avec le venin, cf. P. Brooklyn 47.218.48 + 85, V, 1 (Sauneron 1989, p. 105 et 107 [11]) ; Metternich 85.

85 Dans la version de l’IFAO, ligne 8, le groupe Image ne permet pas d’y reconnaître la fin du mot ʿḏ pourtant attendu à cette place (on aurait une disposition Image des signes initiaux). Elle ne peut correspondre ici qu’au substantif šʿd Image. C’est donc la totalité de la séquence ỉw.k n ʿḏ qui est omise dans cette version.

86 C’est ce même verbe psg qui est évoqué dans l’action d’Horus vis-à-vis du venin, cf. P. Brooklyn 47.218.138, x+VI, 10 et parallèles (Goyon 2012, p. 36 et 157-158). Pour l’idée exprimée dans ce passage, cf. P. Bremner‑Rhind, XXVI, 17, dans une imprécation contre Apophis : pgs.tw ḥr.k tnw sḫȝ.tw.k, « On crache sur toi chaque fois que tu es évoqué. » Pour les crachats sur le venin, cf. aussi Massart 1957, p. 180 ; Ritner 1997, p. 85-87.

87 Sur cette incantation, cf. aussi P. Brooklyn 47.218.138, x+III, 1, 2 ; la stèle Genève E 925 en fait une formule conclusive ; cf. Gasse 2004, p. 28 et 33 (ay).

88 De msw il ne subsiste plus que le début du signe Image, ce qui impose de considérer ʿnḫ comme un verbe, contrairement à la version de Djed-Ḥer. On ne peut exclure toutefois une possible omission de la préposition n. Sur les enfants de Serqet, cf. Sauneron 1989, p. 19 (8) ; LGG III, 427c. Compte tenu de sa nature, il devrait s’agir de scorpions, mais la déesse étant aussi mère du serpent Bṯt-ḥnp, plusieurs sources considèrent les msw Srḳt comme des serpents, définis ici comme ỉmyw ỉȝt.sn, « ceux qui sont dans leur butte » (LGG I, 260c-261a). Ces enfants agissent contre Horus (P. Brooklyn 47.218.138, x+III, 19). On notera l’ambiguïté de la désignation ỉmyw ỉȝt.sn qui peut aussi s’appliquer aux vaisseaux-mtw (graphie différente du venin-mtwt), dont la forme sinueuse évoque celle de petits serpents considérés à la fois comme vecteurs de mort à cause du venin produit par les enfants de Serqet et comme vecteurs de vie, en raison des formules magiques de la déesse et évidemment du sang qui y circule. Dans un autre passage du texte (fragment B [x+1-2 et parallèles]), il est clairement question des « vaisseaux qui sont dans leur(s) butte(s) » (mtw ỉmyw ỉȝt.sn). Sur la relation entre la vie et « ceux qui sont dans leur(s) butte(s) », cf. P. Brooklyn 47.218.138, x+IV, 10 (Goyon 2012, p. 28) : ỉḫ ʿnḫ ỉmyw ỉȝt.sn ʿḥʿ r.k Ḥr m ʿnḫ, « Alors ceux qui sont dans leur(s) butte(s) vivront. Dresse-toi donc, Horus, en vie ! » Pour Serqet pourvoyeuse de vie, cf. P. Brooklyn 47.218.138, x+IV, 7 cité infra, et x+IV, 11 (cf. fragment C, x+3) ; aussi Metternich 181-183 : ỉw n.ỉ st rḫt m nỉwt.s rpʿtt ww.s ỉw.s n.ỉ r.s ẖr ʿnḫ mḥ ỉb.s ỉrw ḥr ḫt.s, « Une savante dans sa ville est venue à moi, princesse dans sa région ; elle est venue à moi, porteuse de vie, le cœur entièrement rempli de son art. » Comme désignation de l’habitat des serpents, cf. Borghouts 1971, p. 64, n. 90.

89 La restitution [nṯr]t est favorisée par la présence du démonstratif tn, peu attendu après le théonyme Srḳt implicitement désignée ici. Quatre autres occurrences de nṯrt tn se lisent dans le P. BM EA 9997, II, 1, 9, 14-15 et 16.

90 Peut-être rien dans cette lacune.

91 La circulation du venin et l’inflammation qui en résulte vont de pair, cf. ostracon DeM 1046, 6-8 (Rouffet 2009, p. 1) : mỉ ḥr tȝ nn pḫpḫ (Image) tȝ mtwt mỉ ḥr tȝ nn ptpt (Image) m ʿwt nb n mn ms.n mn[t], « Viens à terre sans circuler, ô venin, viens à terre sans mettre le feu dans aucun membre d’un tel né d’une telle » et le parallèle partiel P. Turin CGT 54051 ro (= 1993), II, 9-10 (Roccati 2011, p. 68) : mỉ ḥr tȝ n pḫpḫ m ʿwt nb(t) n mn ms n mnt, « Viens à terre sans circuler dans aucun membre d’un tel né d’une telle. » On peut ajouter P. Turin CGT 54052 ro, III, x+5 (Roccati 2011, p. 83) : mỉ ḥr tȝ nn pḫpḫ (Image) [...], « Viens à terre sans circuler [...] » ; P. BM EA 10309, I, 1 : [...] nn pḫpḫ.k (Image) m ʿt nb(t)n mn ms.n mnt, « [...] tu ne circuleras dans aucun membre d’un tel né d’une telle. » Le sens admis de ptpt, « piétiner » (Wb I, 563, 9-16 ; Koenig 1982, p. 289-290 [k]), suivi dans l’ostracon DeM 1046 de la préposition m, ne convient guère dans cette séquence où le mot est déterminé du signe de la flamme et non des jambes. En rapport avec le venin, on trouve encore ce verbe dans Metternich 4 et parallèles (cf. Perdu 2013, p. 110, n. x et Panov 2014, p. 48) : n ṯs.t r ḥrt ptpt.t r ẖr(t), « tu ne t’élèveras pas vers le ciel, (mais) tu t’écraseras sur le sol », probable référence à l’impossibilité de « monter » (dans le corps, cf. n. 167 pour les différents usages de ʿḥʿ), et pour la notion de bas (pour définir le sol), cf. socle Behague, formule VIII, h 21 (Klasens 1952, p. 42) : ʿn.t mtwt hȝ r ẖrt, « retourne-toi, venin, tombe sur le sol ! » ; aussi formule V, p. 37, g 8-9 (Klasens 1952, p. 37) : nn ṯs.t r ḥrt [].t r ẖrt, « tu ne monteras pas vers le firmament (mais) tu tomberas sur le sol » ; P. Boulaq 6, ro, VI, 5 (Koenig 1981, p. 67) : tȝ mtwt hȝb tw r ẖrt, « ô venin, tombe sur le sol ! » ; VII, 1-2 (Koenig 1981, p. 73) : ptr {}mỉ r-bnr tȝ mtwt {ḥr} ? hȝy r ẖrt tȝ mtwt nty m ỉb Rʿ, « vois, sors, ô venin ! Tombe sur le sol, ô venin qui es dans le cœur de Rê ! » ; sur la joie générale résultant d’une descente au sol du venin, donc de son inefficacité et de sa mort, cf. P. Brooklyn 47.218.138, x+III, 13 (Goyon 2012, p. 23) : ỉr ỉw tȝ mtwt r ẖrt wnn rȝw-prw m ḥb, « si le venin se dirige vers le sol, les sanctuaires seront en fête », et pour l’idée, x+VIII, 23-24 (p. 45). Dans le cas présent, le verbe Image semble bien être un hapax mais il exprime, concernant le venin, l’idée double de circulation et d’inflammation. Déterminé par un couteau, il traduit celle de destruction (Wilson 1997, p. 379-380). Sur l’usage du verbe ptpt dans ce contexte, cf. Schwechler 2014-2015, p. 134-136. On notera aussi qu’au couple pḫpḫ/ptpt correspond dans le P. BM EA 9997 et la statue de Djed-Ḥer le couple pḫpḫ/ʿbḫḫ, ce dernier terme étant analysé par C. Leitz comme une variante de bḫḫ (« glühen », « brennen », Wb I, 472, 1) et traduit (avec un doute) ; « without inflaming » (Leitz 1999, p. 17, n. 103). Il s’agit alors évidemment ici de brûlure suscitée par le venin (pour l’emploi de bḫḫ dans ce contexte, cf. statue Louvre E 10777, 3-4, citée infra, fragment B, x+2). Graphie tronquée dans P. BM 9997 VI, 12 ; Djed-Ḥer l. 154 : Image. Pour pḫpḫ, cf. aussi Rouffet 2009, p. 4-5 ; P. Genève MAH 15274 ro, VI, 7 (Massart 1957, p. 179 et pl. XXXIII et Bojowald 2003, p. 14) : ỉw(.ỉ) n.k m ỉỉt n ʿḫy n pḫpḫ n ḏrt, « (Je) suis venu à toi comme arrive l’oiseau-ʿḫy, comme circule le milan. »

92 Écrit Image, d’où la possibilité d’un pluriel non marqué rendu dans les traductions des formules parallèles. Sur les variantes graphiques du mot dans ce texte, cf. supra, n. 73.

93 La restitution de J.-C. Goyon (2012, p. 27) : Srḳt, est infondée. Mêmes titres de la déesse dans P. BM EA 10309, II, 16, cité infra, fragment B, x+3.

94 Restitution ḥr nb d’après le parallèle du P. BM EA 10309, II, 16, cf. Quack 2011, p. 414 et fragment B, x+3.

95 Suffixe restitué d’après les parallèles. Pour la graphie vocalisée Image du substantif hh, non rencontrée par ailleurs, cf. la forme Image dans P. Anastasi II, III, 3, peut-être le copte ϩⲁϩ selon Osing 1976, p. 252 (cf. CDD lettre H, p. 96). Sur la forme spéciale du Image hiératique, cf. supra, n. 49. Bien que, d’après les parallèles, un suffixe de la 2e personne du féminin soit attendu après le substantif hh, ce qui semble être un sous le signe de la flamme Image en est probablement la partie inférieure, cf. Pal. II, no 394 ; P. BM EA 9997, II, 9 (Leitz 1999, pl. 2) ; voir aussi, par ex., P. BM EA 9997, VI, 12 (Leitz 1999, pl. 6), où la flamme est suivie du suffixe .t écrit . Ce suffixe est donc à restituer à la l. 10. Un doute subsiste cependant pour certains documents d’époque tardive, cf., par ex., Goyon 2002, pl. III, 3 ; IV, 5.

96 Cf. aussi Metternich 8 : šp.k ḫft(y) ʿn.t tȝ mtwt, « Écoule-toi, ennemi, retourne-toi, ô venin ! »

97  Bien que non relevé par le Wb, le déterminatif de l’homme armé dans le mot ʿḫm est d’un usage assez fréquent, cf. ostracon DeM 1603, 6 (Posener 1980, pl. 51) ; P. BM EA 9997, III, 7 ; VI, 12 ; P. BM EA 10042, VII, 2 ; P. Brooklyn 47.218.138, x+III, 1, 2, 3 ; x+VII, 16 ; etc. Pour l’usage de ce terme en rapport avec le venin, cf. supra, n. 81.

98 Du mot en lacune, probablement dr (d’après les parallèles), il ne reste plus que le déterminatif  ; šd est plus rare mais aussi possible, cf. P. Genève MAH 15274 ro, VI, 9 : šd.ỉ tȝw(.t) ʿḫm(.ỉ) hh.t, « J’écarte ta brûlure, (j’)éteins ta flamme. »

99 Sur la « brûlure », le « feu » du venin à chasser, cf. Djed-Ḥer, p. 19, n. 3 ; P. Brooklyn 47.218.48+85, II, 25 (Sauneron 1989, p. 57), où est évoquée la « brûlure de tes flammes » (tȝw n hhw.k) ; P. BM EA 9997, II, 9 (tȝw n hh.s) ; statue Naples 1065, Kákosy 1999, p. 132, col. 9-10 ([r ʿḫm] tȝw.s r dr hh[.s]).

100 sȝḳ.t mỉ ỉnr : l’image est unique ; on peut lui comparer l’expression sȝḳ snṯr pour désigner l’encens congloméré (cf. Quaegebeur 1993, p. 29-41, en particuier p. 41-43).

101 Restituer tȝw d’après la leçon du P. BM EA 9997, plutôt que mtwt (Djed-Ḥer, p. 73). Le texte s’adresse au venin.

102 Un parallèle partiel et très lacuneux se lit au P. BM EA 10309, I, 9-11, Leitz 1999, pl. 9.

103 Psḏt est considéré comme un substantif collectif et repris par un pronom au pluriel : Barucq, Daumas 1980, p. 88, m ; Assmann 2005, p. 102 ; Lorton 1994, p. 171 ; Kucharek 2010, p. 202.

104 Restitutions d’après un discours similaire d’Isis à l’adresse du venin, dans P. Brooklyn 47.218.138, x+VII, 16-17 (Goyon 2012, p. 42-43), avec parallèles et variantes.

105 Du verbe ʿḫm en lacune seul subsiste le déterminatif Image.

106 Image.

107 On a vu (supra, n. 91) qu’un substantif écrit Image et désignant le sol est mentionné dans les imprécations contre le venin, mais l’absence de contexte et surtout de parallèles ne permet pas d’y reconnaître le même terme.

108 Noter toutefois que dans un passage très voisin mais non parallèle du P. BM EA 9997 (VI, 14-15), une communauté non définie s’exprime aussi à la 1re personne du pluriel (une référence aux « deux sœurs » précédemment citées dans P. BM EA 9997, VI, 13 ?).

109 Sur cette séquence, cf. Müller 2002, p. 430. Pour le mot gmw, écrit ici dans sa forme féminine moins attestée gmwt, cf. Wb V, 169, 14-16 et Sauneron 1989, p. 129 (1).

110 Quoiqu’elle ne soit pas systématique (cf. graphie Image de mwt, fragment C, x+6), la présence ici de l’œuf dans le groupe Image impose une transcription Image mwt et non Image sȝt (Leitz 1999, p. 18 et n. 107). On retrouve ce même groupe dans P. BM EA 9997, VI, 9, cité supra, Ligne 7 ; cf., par ex., la graphie • de sȝt dans la filiation de Maât sȝt Rʿ, « fille de Rê » dans P. BM EA 10309, II, 17. L’expression snb n mwt.f n’est attestée semble-t-il que dans les documents magiques, et spécialement dans des opérations de guérison de morsures ou de piqûres d’animaux venimeux ; cf. Djed-Ḥer, p. 18, n. 10 ; aussi P. BM EA 10085, 1 (Leitz 1999, pl. 47 et Müller 2006, p. 450) : [... šm.f] snb n mwt.f mỉ šm [Ḥr snb n mwt.f] Ỉst dwȝw n psḥ[.f], « [... il marchera], guéri pour sa mère, comme marchera [Horus, guéri pour sa mère Isis, le matin où il a été mordu » (ou : comme marchera Horus vers sa mère Isis, une fois guéri, cf. infra) ; P. Genève MAH 15274 ro, V, 6 (Massart 1957), p. 179 et pl. XXXI = P. Turin CGT 54051 vo, III, 5 (Roccati 2011, p. 76 : ʿḥʿ nty psḥ {n} snb n mwt.f mỉ ỉr.n Ḥr snb n mwt.f Ỉst grḥ n psh.f, « Celui qui a été mordu se lève, guéri pour sa mère, comme a fait Horus, guéri pour sa mère Isis, la nuit où il a été mordu », var. P. Turin CGT 54051 vo, III, 13-IV, 1, à propos d’un berger (mnỉw) victime d’une morsure : ʿḥʿ.f snb n mwt.f mỉ ʿḥʿ Ḥr snb n mwt.f grḥ psḥ.f, « Il se lève guéri pour sa mère comme se lève Horus guéri pour sa mère, la nuit où il a été mordu » ; Djed-Ḥer l. 30 (cf. statue Turin 3030, Kakosy 1999, p. 73, col. 9) : dr.n(.ỉ) ḏw nb r.f ʿḥʿ s pn nty ẖr dmt snb n mwt.f, « J’ai écarté tout mal de lui et cet homme victime de morsure se lève, guéri pour sa mère. » Au terme de la 5e d’une série de formules pour exorciser le scorpion (rȝw nw šn ḏȝrt), gravées sur la statue Caire JE 69771 (Drioton 1939, p. 74 = KRI V, 263, 6), prend place la sentence [ʿnḫ Ḥr] snb n mwt.f Ỉst, « [Horus vivra,] guéri pour sa mère Isis ». On en trouve six mentions sur la stèle Metternich où sont évoqués en parallèle Horus et sa mère Isis, puis la victime de morsure et sa propre mère (l. 236-237 ; 239-240 ; 241-242, sous la forme r snb Ḥr n mwt.f Ỉst, r snb ẖry dmt n mwt.f ; mais il arrive que le nom de la mère de la victime ne soit pas évoqué (l. 243-244 et l. 245 citée supra, n. 36) ; statue Moscou I.1.a.5319, 82, Panov 2014, p. 37 : kȝ snb s pn nty ẖr ḏbʿw.(ỉ) n mwt.f mỉtt, « Cet homme qui est sous mes doigts sera guéri pour sa mère également » ; statue Turin 3030, 4, Kákosy 1999, p. 72 : ʿḥʿ s ẖr ḏbʿ r-ntt ẖr(y) ḏbʿw.ỉ snb n mwt.f, « L’homme se dresse sous (mon) doigt, c’est-à-dire celui qui est sous mes doigts sera guéri pour sa mère » ; statue Moscou I.1.a. 5319, 82, Panov 2014, p. 37 : kȝ snb s pn nty ẖr ḏbʿw.(ỉ) n mwt.f mỉtt, « Cet homme qui est sous mes doigts sera guéri, pour sa mère également » ; P. BM EA 9961 vo, 48-49 (Vandenbeuch 2018, p. 189) : ʿnḫ nḫn [mwt tȝ mt]wt kȝ snb Ḥr n mwt.f Ỉst, « L’enfant vivra et [le ven]in [mourra] ; alors Horus sera guéri pour sa mère Isis » ; P. Strasbourg BNU 124, 2, Pries 2020, p. 63, 64, n. 2 et pl. 13 : [... ʿwt ?].f nbt r snb Pr-ʿȝ ʿnḫ-wḏȝ-snb n mwt.f mỉtt [...], « [...] tous ses [membres] afin que soit guéri Pharaon vie-force-santé pour sa mère également. »
On peut rapprocher cette expression d’autres tournures similaires. Dans la première des formules de la statue Caire JE 69771 mentionnée plus haut (Drioton 1939, p. 67 = KRI V, 262, 4), il est dit du petit Horus (Ḥr šr) : ḥn.f snb n mwt.f, « Qu’il aille, guéri, vers sa mère ! » (à rapprocher de P. BM EA 10105, 1-2, Leitz 1999, pl. 48, nfr au lieu de snb ; pour le verbe ḥn, cf. Peust 2007, p. 67-80) ; à comparer avec la fin de la 9e formule (Drioton 1939, p. 82 = KRI V, 268, 3, sans la mention de snb) : ỉmy ỉw sȝ.ỉ Ḥr n mwt.f, « Que mon fils Horus aille vers sa mère ! » ; P. Chester-Beatty VII, ro, 4, 3-4 : mỉ.t n.ỉ šd.t nn n mrw nty m ḥʿwt n mn ms.n mnt mỉ šmt Ḥr n mwt.f Ỉst grḥ n psḥ.f : « Viens à moi, et écarte ces humeurs maladives qui sont dans les membres d’un tel né d’une telle, de même qu’Horus marcha vers sa mère Isis la nuit où il a été mordu » ; cf. aussi Metternich 220 = socle Behague, spell IV, f 6-7 (Klasens 1952, p. 28), où Thot, à qui Isis vient d’exposer son programme d’action pour la protection d’Horus (Metternich 212-219), lui répond : ỉỉ.n.ỉ m pt ẖr ṯȝw n ʿnḫ r sb(ȝ)ḳ nḫn n mwt.f, « Je suis venu du ciel porteur du souffle de vie pour faire revivre l’enfant pour sa mère » ; Metternich 246-247 = socle Behague formule IV, f 31 : ḏd.n Ỉst nṯrt dỉ.k r.f n ỉmyw Ȝḫ-bỉt mnʿwt ỉmyw P ḥn n.k n.sn wr sp 2 ḥr swḏȝ nḫn n mwt.f, « Isis la divine dit : donne des instructions à son sujet aux habitants de Khemmis, les nourrices qui sont dans Pé ; ordonne-leur fortement de protéger l’enfant pour sa mère » ; Metternich 188 : ḥḥ sp ḫp(r) nn ḥr.f ʿnḫ Ḥr n mwt.f, « Cherche la raison pour laquelle cela est arrivé, et Horus vivra pour sa mère. » 

111 Sur l’amulette-wȝḏ n ṯḥnt, associée à Thot en tant que « maître d’Hermopolis » cf. supra, Ligne 1 et la référence à Djed-Ḥer, l. 148. Pour d’autres attestations de cette « amulette de faïence » dans un contexte magique, en rapport avec le cou (nḥbt), cf. socle Behague, formule VIII, h 9, Klasens 1952, p. 41 = Drioton 1927, p. 134 (l. 9) ; P. Brooklyn 47.218.138, x+III, [5], Goyon 2012, p. 21 ; autres mentions dans LdM ch. 125, 49 et 52 (Lepsius) ; Quack 2022, p. 62, 155 et 191 à propos des amulettes-wȝḏ.

112 Wb III, 340, 9.

113 Sur ce passage, cf. Leitz 1999, p. 18, n. 108 ; Fischer-Elfert 2015, p. 106. L’expression classique est mnḫ ḥr šs / nwt, « suspendre à une corde » (Wb II, 87, 9 ; P. BM EA 10309, II, 7) ; cf. Meeks 1981, 78.3819 ; P. Brooklyn 47.218.138, x+III, 16, Goyon 2012, p. 23 et 25), P. BM EA 10309, II, 7.

114 Transcription de ce passage revue par Quack 2011, p. 414. Sur le champ des sauterelles, cf. Meeks 2006, p. 67-68, n. 116.

115 La restitution, fondée sur le parallèle du P. BM EA 9997, n’est peut-être pas nécessaire, cf. P. BM EA 10309, II, 7 : dỉt r ḫḫ n s, « À placer au cou d’un homme. »

116 Pour la restitution, cf. Wb III, 153, 8 ; Roccati 2011, p. 71, 5 : m sš mȝʿ m ḥḥ n sp ; LdM (Lepsius), ch. 18, 40 : m sš mȝʿ ḥḥ n sp ; 19, 16 : m sš mȝʿt ḥḥ n sp ; 20, 8 ; 31, 12 ; 72 11 ; 89, 7 ; 100, 8 ; 101, 8 ; 125, 69 ; 134, 10 ; 144, 35 ; 148, 5, 22 ; 155, 4 ; 157, 3 : m sš mȝʿ(t) ḥḥ n sp ; P. Louvre N 3283, VII, 13 ; etc.

117 Sur cette formulation, cf. Quack 1996, p. 306, a.

118 Sur la tournure ỉ-ỉn, cf. Szczudlowska 1970, p. 75 (15, 9) ; Meeks 1980, 77.0110 ; Kucharek 2010, p. 69-70 ; Schenkel 2017, p. 231-279.

119 Écrit Image (Wb II, 201, 5).

120 Traduction incertaine. Le Wb (V, 549, 23), enregistre un substantif ḏwt-ỉb avec le sens de « Traurigkeit ». Leitz 1999, p. 19 : « I (?) cause, the refusers to be deaf, those who hear with saddened heart. » Voir aussi Müller 2002, p. 431 (VI, 17).

121 Pour la paléographie du groupe Image, cf. fragment C, x+3 dans le mot ʿwy.

122 Pour la formulation et sur le cri d’Horus, cf. supra, n. 6.

123 Dét : Image ; Wb III, 45, 14 (« Luft zufächeln »).

124 La lacune suivant le verbe ḥw est trop petite pour restituer l’expression complète ḥw ṯȝw r/n fnḏ, sur laquelle cf. el-Sayed 1975, p. 12 (m).

125 Ỉrk (Meeks 1980, 77.0407) rajouté dans l’interligne supérieur. Sur l’interprétation de ce passage, cf. Müller 2002, p. 431.

126 Après le m, vestige d’un Image au-dessus duquel devait figurer un Image. Pour sḫs + m, « aus einem Ort laufen », cf. Wb III, 473, 5.

127 Écrit Image. L’expression ne semble pas attestée par ailleurs, ainsi que le substantif ỉḥw, à rapprocher probablement, à défaut d’un verbe, d’un autre substantif écrit Image ỉḥw connu par une seule mention dans la sagesse de Ptahhotep (cf. Burkard 1988, p. 23), dont le sens « faiblesse » (de la vieillesse, s’agissant de Ptahhotep, mais pas nécessairement, puisqu’il s’agit ici d’une collectivité d’enfants), devra être précisé à la lumière de nouveaux exemples. Pour le mot ḏȝmw, cf. Meeks 1982, 79.3620. C’est probablement à cette collectivité que font référence les « compagnons » mentionnés ci-après.

128 Restitution probable. Du mot, il ne reste plus que le déterminatif Image. Pour sḫs, cf. Wb III, 472, 10 – 473, 9.

129 Écrit Image, précédé de l’article Image . Peut-être selon Leitz 1999, p. 19, n. 110 une graphie de la plante à usage médical nỉȝỉȝ désignant la menthe, une mention à ajouter si confirmée à la liste dressée par Long 1984, p. 145. La plante-ỉnỉw figure parmi les remèdes utilisés pour contrer les effets d’une morsure de serpent ; cf. Sauneron 1989, p. 70 (III, 14) et 79 (III, 25). Malgré un contexte assez obscur, l’usage de cette plante pourrait expliquer sa relation avec Horus victime du venin.

130 Un collège divin ? Cf. n. 127. Pour le mot ḫnms entrant dans des désignations de divinités, cf. LGG V, 756b-c.

131 Du verbe en lacune il ne reste plus que le déterminatif Image. Sur le sens général de tkn, cf. supra, n. 21. Son régime peut être transitif ou intransitif. Pour son fréquent usage en rapport avec un serpent ou son venin, cf. par ex. Wagner 2016, p. 461, l. 94 : n tkn rȝ nb psḥ ỉm.s, « aucune bouche qui mord ne parviendra à elle » ; sarcophage Louvre E 13017, Vernus 1978, p. 110 : nn tkn s(w) rȝ nb psḥ, « aucune bouche qui mord ne l’attaquera » ; P. Brooklyn 47.218.48, V, 26 (Sauneron 1989, p. 122 : nn tkn mtwt ỉm.f, « le venin ne parviendra pas en lui »).

132 Sur le mot, cf. Postel 2003, p. 382.

133 Sur ce verbe, cf. n. 58.

134 Le signe de la jambe se lit nettement après la lacune qui suit wnm, un verbe dont les attestations, concernant l’activité d’un serpent, manquent singulièrement (on le rencontre surtout dans le cas de remèdes à absorber par la victime d’un animal venimeux).

135 Sur ce verbe, cf. infra, n. 176.

136 Sur la comparaison du venin coulant comme l’inondation, cf. P. Chester-Beatty VII ro, 7, 8 et le parallèle avec variante du P. BM EA 10085, 9-10 (Leitz 1999, pl. 47).

137 Image. Sur le mot cf. Wb I, 159, 7 (qui lit ʿ) : « eingedämmter Kanal » ; Meeks 1981, 78.0603 ; la lecture ʿmw est proposée par Osing 1998, p. 106, n. L’image sert à illustrer la rapidité et la violence de l’attaque contre Horus.

138 mỉ.n, mȝȝ.n : sur le n comme marque néo-égyptienne de l’impératif pluriel, cf. Kucharek 2010, p. 339.

139 Sur cette lecture, cf. Müller 2002, p. 431.

140 Sur la graphie de snw/snwt impliquant les éléments Image suivis ici des groupes déterminatifs Image et Image, cf. Wb IV, 150. La quasi-identité paléographique entre les signes Image (Pal. II no 596) et Image (Pal. II no 521) n’interdit pas toutefois la possibilité de reconnaître dans les mots Image et Image des collectivités masculines et féminines globalement désignées sous le substantif Image (Wb IV, 512, 8-9) ; c’est l’option retenue par Müller 2002, p. 431.

141 Ou : mỉ[.t] « Viens », en supposant la mention d’un nom de déesse dans la lacune (Maât ?) avec deux désignations relatives à Rê (peut-être dans ce cas sȝt Rʿ sn(w)t Rʿ, « la fille de Rê, l’égale de Rê »).

142 Image. Une « sœur » de Rê pose question ici. Elle est enregistrée dans le LGG VI (374b) sans identification et sans autres références que celles du P. BM EA 9997, VII, 7 et 10309, III, 6 et 7. Pour la lecture snwt et la traduction « égale », cf. infra, n. 199.

143 Sur cette lecture, cf. Müller 2002, p. 431.

144 En dépit de sa graphie Image ḫsf est probablement ici le verbe signifiant « se retourner » (dans injonction au venin : Wb III, 337, 13, citant Metternich 46 et 61) ; statue Moscou I.1.a.5319, 80, Panov 2014, p. 36), et à analyser comme un impératif.

145 En l’absence de toute indication concernant le début et la fin des lignes, les restitutions proposées en p. 259, tant pour le fragment B que pour le fragment C, ne préjugent pas de leur bonne répartition entre ces lignes. Les graphies suivent conventionnellement celles des P. BM EA 9997 et 10309, d’époque ramesside comme le P. IFAO H 88, mais il va de soi qu’elles ont pu être différentes dans le manuscrit original.

146 ʿwy.ỉ ḥr.f : cf. infra, fragment C, x+3 : ʿwy.ỉ ḥr.k [...], « mes mains sont sur toi [...] ». Sur la protection d’une victime de morsure ou de piqûre par la main d’un guérisseur placée sur elle, cf. Djed-Ḥer, p. 17, n. 6 ; P. Brooklyn 47.218.138, x+IV, 3 (Goyon 2012, p. 27) : sȝ.t pn ʿnḫ ʿwy.ỉ ḥr.f, « ce fils vivant qui est le tien, mes mains sont sur lui » ; aussi x+IV, 11 (Goyon 2012, p. 29) : ʿwy.ỉ ḥr.k nn mt.k, « mes mains sont sur toi et tu ne mourras pas » ; P. BM EA 9961 col. 33-35 (Vandenbeuch 2018, p. 189) : wȝḥ Ỉst ʿwy.s ḥr [nḫnw].s r sʿnḫ gȝw ỉḥty tȝ mtwt Dfn mỉ.t ḥr tȝ, « Isis étendit ses mains sur son [enfant] pour faire revivre celui qui est étroit de gorge (= qui manque d’air). Poison de Defen, viens à terre ! » Le geste est aussi une possible allusion au « travail des deux mains » (kȝt ʿwy) mentionné dans le P. Brooklyn 47.218.48 et 85, I, 25 (Sauneron 1989, p. 17 et 19, n. 6), lors d’une application d’onguent sur la victime d’une morsure ; cf. aussi V, 13 (Sauneron 1989, p. 110). Au lieu des mains, on trouve aussi la mention des doigts (ḏbʿw) du guérisseur, sous lesquels se trouve le patient ; cf. statue Moscou I.1.a.5319, 82, Panov 2014, p. 37, et statue Turin 3030, 4, Kákosy 1999, p. 72, textes cités supra, n. 110.

147 On rapprochera la dernière partie de cette séquence, en posant une équivalence entre les particules ỉḫ et , du passage P. BM EA 9997, VI, 11 et de Djed-Ḥer, l. 154, cités supra, fragment A, Ligne 9.

148 Écrit Image. Sur les variantes graphiques, cf. supra, n. 73.

149 Le signe Image est tronqué mais sûr. Pour cette restitution, cf. P. Brooklyn 47.218.138, IV, 10, cité supra, n. 88. Les deux mentions de ỉḫ dans P. BM EA 9997, IV, 1 et 11, dans lesquelles aucune confusion n’est possible entre les signes Image et Image, infirment une lecture ỉḫr (Müller 2002), p. 432.

150 Restitution d’après P. BM 10309, II, 11 + P. Brooklyn 47.218.138, fragment 37, 1 (Goyon 2012, pl. XVIII).

151 Pour bȝg, « être faible », synonyme de gnn, cf. Sauneron 1989, p. 113 (1) ; en rapport avec le cœur, cf. Drioton 1939, p. 73 ; Djed-Ḥer, p. 19, n. 2.

152 Plutôt qu’une construction transitive avec forme sḏm.n.f, inattendue ici (Leitz 1999), p. 29 : « I have spat out the poison », comparable pour le sens à psg.f tw, « il crache sur toi » ( Roccati 2011, p. 128), un impératif ḳȝʿ n.t est plus adapté au contexte, à l’instar de la fréquente formule šp.t tȝ mtwt, « écoule-toi, ô venin ! » (Klasens 1952, p. 40, h 4, 5 et parallèles).

153 Sic pour sḫsḫ.t. C’est un des nombreux verbes utilisés pour traduire la circulation ou l’écoulement du venin dans le corps ; on trouve aussi pḫpḫ (Djed-Ḥer, l. 154), ʿḳ (Metternich 58), pẖr (Sauneron 1989, p. 107 [10] ; sḳd (Sauneron 1989, p. 108 [5,10]) ; swȝ (ibid. [5,12]) ; (P. Brooklyn 47.218.138, x+III, 11) ; nmỉ (x+III, 11 ; šȝỉs (Metternich 58, cf. Klasens 1952, p. 21, cité supra, fragment A, Ligne 7) ; swtwt (P. Genève MAH 115274, IV, 5) ; wn et wsṯn (Goyon 2012, p. 38 [VI, 14-15] ; nhp (Metternich 61 et 119) peut-être aussi ʿȝʿ (+ r, Van de Walle 1972, p. 72 et 74-75 [c]). Pour le verbe sbḫ, sḫbḫ, traduisant l’état du venin enfermé dans le corps, cf. supra, n. 58.

154 Le mot est déterminé par le bout de chair Image.

155 Certaines restitutions proposées dans Goyon 2012, pl. IV pour la ligne 4, ainsi que les traductions correspondantes, ne sont aucunement justifiées. L’auteur n’a pas tenu compte du fragment 37 reproduit dans la pl. XVIII de sa publication, dont la l. 4, bien que très mutilée, laisse deviner la mention du verbe Image sḫsḫ présent dans le parallèle du P. BM EA 10309 ; cf. Quack 2013, p. 272.

156 Plutôt que [nn bȝg.t] ỉb.f (Goyon : « [... tu n’épuiseras pas] son cœur »), bȝg n’étant pas connu comme verbe transitif ; cf. Quack 2013, p. 261.

157 Le singulier tȝ mtwt, écrit Image semble bien relever d’une confusion du rédacteur. La bonne leçon se lit au P. BM EA 10309, II, 14, citée supra. Dans l’ostracon DeM 1681, la suite du texte est malheureusement en lacune après ỉm[...] mais on doit observer que dans tous les cas, quelle que soit l’interprétation de cette fin de séquence, il est question du pluriel ỉmyw ỉȝt.sn, incompatible avec le singulier tȝ mtwt, tant pour le fond que pour la forme. Une construction génitivale (« le venin de ceux qui sont dans leurs buttes » reste dans ce contexte très improbable.

158 Djed-Ḥer, p. 19, n. 2 ; Lefebvre 1930, p. 93.

159 Avec le sens de « commander », wḏ + r suivi d’un infinitif n’est signalé dans le Wb (I, 394, 15) que pour les époques tardives. Cf. supra, p. 5, Ligne 2 : wḏ.n Rʿ r ḫsf.k, « Rê a ordonné de te repousser » ; Djed-Ḥer, l. 113 et 135 : (Rê) wḏ.f r ỉr šʿd.k, « Il a ordonné de faire ton massacre. »

160 Avis différent dans Quack 2013, p. 261 (x+IV, 6).

161 L’usage du verbe ỉṯ, écrit Image, employé ici absolument, est rare dans ce contexte où il est en rapport direct avec le venin (mtwt) qui « prend possession » de sa victime ; sur cette notion, cf. Gunn 1941, p. 147-148. Pour l’association des deux termes, cf. P. Turin CGT 54051 ro, III, 7 (Roccati 2011, p. 69) = P. Chester-Beatty XI, I, 12 – II, 1 (Gardiner 1935, pl. 64, lacune partielle), à propos de Rê : ỉr s<p>ty.fy ḥr ktkt ʿwt.f nb(t) ỉsdd mtwt ỉṯ.n.s m ỉwf.f mỉ ỉṯ Ḥʿpy m ḫt.f (Image), « Ses lèvres tremblaient, tous ses membres frissonnaient, le venin s’est emparé de ses chairs comme Hâpy s’empare de ce qui l’entoure. »

162 Image pour Image ẖsy.t ?

163 Écrit Image comme partout dans ce manuscrit (P. BM EA 9997 + 10309).

164 Écrit Image. La déesse a le pouvoir de repousser le venin (ḫsf mtwt) ou son attaque (ḫsf ȝt), cf. supra, n. 43 et infra, n. 175. Le substantif ḫsft, « die Strafe, Bestrafung » (Wb III, 338, 1) ne semble pas devoir être retenu.

165 Le trait transversal traversant le Image appartient à un mot de la ligne supérieure aujourd’hui en lacune.

166 Littéralement « <t’>entourer ».

167 Le verbe ʿḥʿ, en rapport avec le venin (d’un serpent ou d’un scorpion), peut revêtir plusieurs sens. Comme impératif (Wb I, 218, 10), mais pas exclusivement, il signifie « arrête-toi », « ne bouge pas », souvent suivi dans ce cas par l’intensif sp 2, cf., par ex., P. Turin CGT 54051 vo, II, 3 ; V, 4, 9, 10 et VI, 4 (Roccati 2011, p. 75, 78 et 79 ; P. Leyde I 349, I, 3 (De Buck, Stricker 1940, p. 56 ; P. Genève MAH 15274, III, 9 ; IV, 4, 5 ; V, 7 ; VI, 3 (Massart 1957, p. 177-179) ; P. Brooklyn 47.218.138, x+II, 9 (Goyon 2012, p. 19, dont la traduction : « Dresse-toi, dresse-toi donc » va à l’encontre du propos de la déesse). Le verbe ʿḥʿ, qui signifie « prendre place », « siéger », est couramment et justement rendu par le terme « monter », un terme qui traduit la victoire du venin sur sa victime. Inversement, à sa « descente » () sur le sol ou à son « écoulement » (šp), fréquemment mentionnés, correspondent son impuissance et sa mort (cf. supra, n. 91). Sur l’usage de ʿḥʿ dans ce contexte, cf. P. Genève MAH 15274, II, 1-6 : nn ʿḥʿ.t m + partie du corps ; P. BM EA 10309, I, 18 : nn ʿḥʿ mtwt m ḥʿt.f, « le poison ne montera pas dans son corps » ; cf. aussi la série d’apostrophes au venin exposées dans le P. Brooklyn 47.28.138, x+VI, 19 – VII, 14 et parallèles (Goyon 2012, p. 39-41) évoquant les risques encourus s’il venait à monter (ʿḥʿ) dans les parties du corps de Pharaon, dont une longue liste est dressée.

168 Image (Wb I, 12, 4-6).

169 Sur la transcription du groupe hiéroglyphique, cf. supra, n. 94.

170 La place du suffixe masculin dans l’interligne supérieur est peut-être l’indice d’une hésitation du rédacteur. Une erreur pour le suffixe féminin est ici très probable. Le substantif ẖst, écrit ici Image comme l’adjectif correspondant ẖsy, « vil », « lâche », ne peut en effet concerner que l’agresseur d’Horus, Seth (cf. LGG VI, 54a-b) ou, dans le cas présent, le venin personnifié, cf. P. Vatican inv. 38576 (ex no 36), II, 3-4 (Suys 1934, p. 71 : tȝ mtwt ẖsy nn nḫt.t šp.t nn mȝȝ.t, « Ô venin misérable, inexistante est ta force, tu es aveugle et ne vois pas » ; Metternich 4 : ẖs.t n ʿḥȝ.k, « Tu es lâche et ne combats pas. »

171 Ou « pour te dominer », en admettant un régime transitif (rare si avéré) de sḫm, ou simplement une omission du m : Wb IV, 248, 19-21 ; Meeks 1980, 77.38.01 ; 783758 ; Wilson 1997, p. 903.

172 La fin de la phrase et l’absence de la préposition r après wḏ invitent à y voir, malgré une même graphie Image, un autre verbe que précédemment, à savoir ici wḏ, « commander », suivi d’un complément d’objet, celui-ci étant soit le substantif ʿḥʿ, « arrêt » (donc lecture ʿḥʿ {n}.t), soit une partie de l’expression toute faite ʿḥʿ n.t signifiant « arrête-toi », ce qui, pour le sens, revient au même. Pour ʿḥʿ avec le sens de « s’arrêter », cf. n. 167.

173 L’unique signe Image suivant le Image dans nḥm se retrouve, régulièrement dédoublé, dans la graphie Image attestée dans P. BM EA 9997, II, 1 ; III, 16 ; IV, 11 ; VIII, 2 ; P. BM EA 10309, II, 17.

174 La ressemblance entre le signe de l’oreille et celui des jambes marchant (Pal. II, nos 158 et 120) explique la présence erronée du déterminatif Image dans le mot. Il s’agit ici de la faculté de marcher plutôt que d’entendre.

175 Cf. l’expression plus courante ḫsf ȝt, « repousser une attaque » (l’acte et son moment), P. Leyde I 348 ro, VI, 6, Borghouts 1971, p. 21 et pl. 6 ; socle Behague formule IV, Klasens 1952, p. 35, g 4-5 et statue Moscou inv. I.1.a 5319, 114, Panov 2014, p. 50 : ḫsf tȝ mtwt m ȝt.s, « Repousser le venin dans son attaque. » Pour le sens de ȝt indiquant à la fois l’attaque (« striking power ») et l’instant où elle se produit (« moment »), cf. Gardiner 1948, p. 15.

176 La graphie wnḫ, concernant l’activité d’un serpent, est qualifiée de fautive selon le Wb (I, 324, 14) qui y reconnaît le verbe ḫwn, « piquer ». Avec plus de nuance, C. Leitz (1999, p. 29, n. 172) y reconnaît une possible erreur pour ḫwn ; difficile en effet de trancher ici à la lumière des rares exemples actuellement disponibles, et qui tous appellent, cohérence oblige, une même traduction. On peut noter ici, pour certains, l’usage occasionnel d’une préposition (r, ḥr, m). Les deux leçons se lisent dans des manuscrits d’époques différentes. La leçon wnḫ se lit deux fois dans le P. BM EA 10309, II, 18 (Image) et III, 1 (Image), une fois dans le P. BM EA 9997, VII, 4 (Image), et ḫwn est attesté à deux reprises dans le P. Brooklyn 47218.138, IV, 9 (Image) (époque saïte). Mais les deux leçons peuvent aussi coexister sur un même document, ce qui s’accorde mal avec l’idée d’une simple erreur. Ainsi, le P. Turin CGT 54051, ro (XXe dynastie), fournit les deux formes en III, 5 (Image) et IV, 4 (Image), cf. Roccati 2011, p. 69 et 70. Peut-être conviendra-t-il d’expliquer autrement que par une simple erreur ou une banale variante métathétique la raison de cette distinction formelle des deux graphies.

177 Sur cette phrase, cf. supra, n. 88 et fragment B, x+1.

178 Pour la forme hiératique du signe dans ce fragment, cf. infra, début de la l. x+6.

179 Le trait transversal visible devant le Image, au début de la l. x+5, est la partie inférieure du serpent Image, en lacune à la l. x+4, déterminatif probable du substantif rpyt précédant le théonyme Maât, écrit en noir comme dans la version de Brooklyn. La restitution du texte dans la partie lacuneuse précédant la l. x+4 est fondée sur le parallèle partiel du P. BM EA 10309, plus proche de version du fragment de l’Ifao que de celle plus tardive du P. Brooklyn 47218.138.

180 Les restitutions, fondées sur la leçon du P. Brooklyn pour la clarté de l’exposé, sont évidemment susceptibles d’offrir des variantes entre les deux manuscrits.

181 La mention de twt au lieu de rpyt implique la restitution d’une divinité masculine.

182 Fischer-Elfert, Hoffmann 2020, p. 74, n. 177.

183 Sur l’orpiment-ḳnw, cf. Sauneron 1989, p. 15 (3). Pour son usage dans les dessins sur étoffe, cf., par ex., Rituel de l’embaumement, VII, 13 et VIII, 19 (Töpfer 2015, p. 157, 175 et 165, k).

184 Trace petite mais probable d’un Image écrit en rouge contrairement au reste de la formule, ce qui est inattendu. La présence de ce petit trait horizontal dans la partie basse de la ligne exclut d’y reconnaître le fragment d’un qui serait le début d’une nouvelle formule (ky rȝ).

185 Le suffixe .f renvoie au « talisman » selon J.-C. Goyon, mais l’antécédent masculin dans le texte se laisse mal identifier.

186 Restitution probable.

187 Par ex. : Urk. VI, 61, 19 ; P. Brooklyn 47.218.138, XV, 10 ; P. Caire CG 58027, III, 13 ; LdM ch. 19, 16 (Lepsius) ; etc.

188 Noter la simplicité des graphies dans le fragment de l’Ifao, et cf. LGG IV, 246a-247b. Cette parèdre de Noun est peu mentionnée à son côté. Dans la 12e heure du Livre de l’Am-Douat, elle est suivie de Noun (Hornung 1994, p. 836).

189 Par ex. : CT III, 263 d (spell 227) ; III, 264 f (spell 227) : IV, 382 b (spell 349) ; VI, 185 b (spell 575) ; VI, 309 b (spell 682) ; VI, 310 l (spell 682) ; 311d (spell 682) ; VII, 45 n (spell 840) ; etc. Cette confusion a pu être favorisée par une lecture Nww de la divinité masculine, retenue aujourd’hui dans plusieurs lexiques (Wb, ALex., etc.). Pour un net cas de distinction graphique entre les désignations des déesses, cf. P. Salt 825, XIV, 5-6 (Derchain 1965, p. 142 et pl. XIV, dans la séquence Gb Nwt (Image) Nwn (Image) Nwnt Image) sḳd m sp wʿ, « Geb, Nout, Noun, Nounet se déplacent ensemble ». Pour une distinction fonctionnelle entre les deux déesses, cf. LdM ch. 79, Budge 1898, p. 176 : ḥʿʿ nṯrw mȝȝ.sn sw m prw nfrw r ẖt n Nwnt (Image) ms.n sw mwt.f Nwt (•), « Les dieux se réjouissent quand ils le voient dans (ses) belles sorties hors du corps de Nounet, après que sa mère Nout l’a mis au monde. »

190 Cf., par ex., Budge 1898, p. 4, 7-8 : ỉt.k Image mwt.k Image ; p. 13, 4 : mwt.k Image, ỉt.k Image.

191 Liste des sources dans Stewart 1967, p. 64-65 (exclure F, G, H, I, J, omission partielle en D et E) ; aussi Tacke 2013/1, p. 232 et 2013/2, p. 203, où l’on trouvera d’autres versions parallèles. Dans un contexte différent : P. Vienne ÄS 3871, VI, 24 (Spiegelberg 1918, p. 90, 8).

192 Assmann 1983, p. 248, Text 180,

193 Assmann 1983, p. 255, Text 183.

194 Eldamaty 2005, p. 56 et 59.

195 Gardiner 1935, pl. 54.

196 Nwnt : LGG III, 550b-551a. L’entrée différente dans le LGG (IV, 246a-c) pour le mot Nnt, « der Gegenhimmel » est discutable pour nombre de références citées.

197 Cf. toutefois, pour l’époque ramesside, P. BM EA 10042, ro, IV, 1 (Leitz 1999, pl. 15), où il est dit d’Amon-Rê-Horakhty, précédemment défini comme « créé par l’Ogdoade lors de la Première fois » (ỉr.n nȝ Ḫmnw nw pȝwt tpy), qu’« il se lève hors du Noun et de Nounet » (wbn.f m Nwn Nwnt Image).

198 Les tracicules précédant sn(w)t sont identifiables comme étant possiblement celles du pronom indépendant 1re personne, écrit Image cf. fragment B, x+3. La place est trop réduite pour insérer après ʿwt.f les mots ỉnk Rʿ comme dans la version de Brooklyn.

199 Bien que l’on trouve par ailleurs la même graphie hiératique (cf. Quack 2013, p. 263) Image dans le substantif snt désignant la « sœur » (P. BM EA 10042, vo, I, 2, Leitz 1999, pl. 2), cette traduction pose problème dans le cas présent où Isis s’identifie explicitement à Rê, quand elle n’est pas donnée comme sa fille, «issue de son corps». Une lecture snwt du mot Image, imposée par le contexte, est donc retenue ici, avec le sens d’« égale », « double », qu’on retrouve dans d’autres endroits du texte avec des graphies variables : cf. P. BM EA 9997, VII, 7 (Image Rʿ), P. Brooklyn 47218.138, x+IV, 15 (Image n Rʿ) et x+IV, 17(Image n Rʿ). Toutefois, quand Nephtys s’adresse à Isis, le mot Image snt désigne bien la « sœur » (P. BM EA 10309, II, 12 ; LGG VI, 374b).

200 Sur l’usage de la copule pw pour introduire une glose, avec le sens de « cela signifie », cf. Malaise, Winand 1999, § 468 et 615.

201 Seules quelques traces subsistent en fin de ligne après ỉnk. Au regard de la version du P. BM EA 10309, III, 6, la restitution Image de l’éditeur et la traduction qui s’ensuit « je suis celle qui donne » sont à reconsidérer.

202 Cette expression, non retrouvée formellement par ailleurs, est à rapprocher des tournures similaires plus connues intégrant les mots ḥʿw wʿ, Wb III, 39, 10, « Eines Leibes (sein mit jmd) », cf. Meeks 1980, 77.2607 (ḥʿ wʿ ḥnʿ.tn et Meeks 1982, 79.1899 (m ḥʿ wʿ).

203 Emploi du .t pour le suffixe .ỉ (Quack 2013, p. 261), comme le montre ici l’exemple st.ỉ pw (P. BM EA 10309, III, 7) face à st.t pw (P. Brooklyn 47.218.138, x+IV, 17 ; aussi peut-être supra, B, x+1 : sȝ.t (P. Brooklyn 47.218.138, x+IV, 2), face à sȝ.ỉ, « mon fils » (P. BM EA 10309, III, 13).

204 Trace possible du • au-dessus de la lacune succédant à ỉm.

205 La bibliographie sur cette fonction est fournie. Pour les principales références, cf. Engelmann, Hallof 1996, p. 103-146 et n. 1 ; Bardinet 2021, p. 42 et 52-62 ; Quack 2018, p. 91-95 ; Quack 2021b, p. 76-81 à propos des différentes charges du prêtre-ouâb de Sekhmet dans le Livre du temple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François René Herbin, « Un nouveau document sur la légende d’Horus : le P. IFAO H 88 ro

وثيقة جديدة عن أسطورة حورس: اﻟ«P. IFAO H 88 ro» »
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (BIFAO), 123 | 2023, 215-272.

Référence électronique

François René Herbin, « Un nouveau document sur la légende d’Horus : le P. IFAO H 88 ro

وثيقة جديدة عن أسطورة حورس: اﻟ«P. IFAO H 88 ro» »
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (BIFAO) [En ligne], 123 | 2023, mis en ligne le 16 juillet 2023, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/bifao/15335 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bifao.15335

Haut de page

Auteur

François René Herbin

Directeur de recherche honoraire, CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search