Navigation – Plan du site

AccueilNuméros119Comment traduire jdnw ?

Comment traduire jdnw ?

Contribution à l’étude d’un titre polysémique
Edwin Dalino
p. 95-114

Résumés

Idénou est un titre attesté à partir du Moyen Empire, dont Heinrich Brugsch, suivi par de nombreux égyptologues, a très tôt déterminé qu’il vise une personne se substituant à une autre. Il a en outre été démontré que son importance dépendait de l’administration dans laquelle la personne en question travaillait et du niveau hiérarchique qui était le sien. Dans cette étude, l’auteur établit que le titre peut être employé selon deux schémas distincts. Dans le premier, le titre se réfère à une personne, dans le second, à un groupe de personnes ou à une institution. S’appuyant sur différents exemples, l’auteur montre ensuite l’ambivalence de l’idénou, à la fois substitut et dirigeant, ce qui le conduit à proposer, dans les emplois correspondant au second schéma, une traduction de jdnw par « régisseur ». Ses hypothèses sont confirmées par l’étude de plusieurs cas particuliers.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Autres graphies données par les dictionnaires : (...)
  • 2 Cette étude a été réalisée dans le cadre de ma thèse de doctorat portant sur Les grands prêtres d’É (...)
  • 3 Brugsch 1880.
  • 4 Par exemple (Brugsch 1880, p. 24-25) : jʿḥ psḏ ḏbȝ⸗f n(y) rʿ ; cf. Wilson 1997, p. 127. On trouvera (...)
  • 5 Wb I,154, 1-5.
  • 6 Notamment sous la forme r-ḏbȝ. Cf. Wb V, 555, 5-556, 10 et 559, 1-560, 2 ; AnLex 77.5184, 77.5188, (...)

1Le terme Image 1, jdnw2, fut pour la première fois étudié en 1880, dans une publication remarquable de Heinrich Brugsch3. Partant d’une brève approche du lexème Image , bȝw, qu’il traduisit par « paiement, récompense », il en proposa le sens dérivé de « substitut » à partir d’exemples d’époque ptolémaïque, relatifs notamment au dieu lunaire qui « se substitue » la nuit au soleil4. Ensuite, à l’aide de parallèles limpides, il démontra la proximité sémantique – dans des emplois contemporains et dans le même contexte – du lexème verbal Image /Image , jdn/jtn5. Or, si les rapprochements que le savant allemand établit entre les deux termes doivent être nuancés, bȝw signifiant plutôt « équivalent, contrepartie6 », il avait en revanche vu juste en ce qui concerne la traduction de jdn, « action de substitution » qu’accomplit la lune envers le soleil durant la nuit.

  • 7 Brugsch 1880, p. 28-29.

2Cela lui permit ensuite d’opérer un rapprochement entre le substantif jdnw, employé comme titre, et le terme arabe وكيل, « wakil », qu’il définit ainsi7 :

Ce dernier joue un grand rôle dans l’administration gouvernementale de l’Égypte moderne, car c’est lui qui dirige les affaires de son chef (nous soulignons) […]. Le wakil, c’est la main droite de son chef et de son maître. Rien ne se fait sans sa volonté et sans son consentiment (sic), c’est lui qui est l’âme de toutes les affaires jusqu’aux moindres détails.

  • 8  Notamment Gauthier 1932, p. 125-126 ; Gardiner 1953b, p. 11 ; AEO I, p. 25* et 88* ; Gardiner 1948 (...)
  • 9 Voir infra. Également « bras droit » : Valbelle, Bonnet 1996, p. 189. Voir aussi Favry 2017.

3Cette analyse, suivie par la plupart des commentateurs postérieurs8, mena à différentes traductions, dont « substitut », « lieutenant », « deputy » et « Vertreter » figurent parmi les plus courantes, d’autres étant plus rares : « serviteur », « intendant » ou encore « Agenten »9. Or, si à première vue certaines peuvent paraître légitimes, un examen rigoureux des emplois d’jdnw montre que, dans l’ensemble, elles ne restituent pas, ou ne restituent que partiellement, la signification de ce titre. De fait, sa traduction est rendue délicate par deux problèmes : d’une part son aspect polysémique, comme on le verra, et d’autre part le fait que l’on n’ait pas, jusqu’ici, suffisamment considéré tous les cas d’emploi de ce titre.

1. Les deux schémas d’emploi d’jdnw

  • 10 Wb I, 154, 6-9 ; AnLex 77.0536, 78.0586, 79.0389 ; Ward 1982, nos 573-583 ; Fischer 1985, nos 574, (...)
  • 11  FCD, 35 ; Lesko 2002, p. 54 ; al-Ayedi 2006, nos 631-676.
  • 12 DemGloss, p. 48 ; CDD, , p. 247-248.
  • 13 Cauville 1997, p. 72. Voir aussi supra, n. 4.

4Attesté dès le Moyen Empire10, le titre idénou, qui est particulièrement courant au Nouvel Empire11 et encore en usage en démotique12 et en ptolémaïque13, peut être employé selon deux grands schémas.

1.1. Le premier schéma

  • 14 Gauthier 1921b, p. 229‑230 ; Gardiner 1948b, p. 20-21 ; Gardiner 1953b, p. 11 ; Gardiner 1953a, p.  (...)
  • 15 a. : stèle Bologne KS 1933 (Moyen Empire) = Bresciani 1985, p. 32-33, no 7 ; b. : inscription SEH 3 (...)

5Le premier schéma met en relation l’idénou avec une personne bien précise. Le titre est alors complété par la mention de la fonction de la personne en question. Le plus souvent, il s’agit du directeur (jmy-rȝ) d’une institution, mais il peut s’agir aussi, parfois, du roi, du vice-roi de Nubie, etc.14. En voici quelques exemples15 :

a.  Image

jdnw n(y) (j)m(y)-r(ȝ) pr wr Sbk-mnḫ.

L’idénou du surintendant, Sobekménekh.

b.  Image

jdnw n(y) sȝ nswt m Tȝ-Wȝwȝ.t sš Nṯr-ḥtp.

L’idénou du vice-roi dans le pays de Ouaouat, le scribe Nétjerhotep.

c.  Image

jdnw n(y) nb Tȝ.wy Ȝny.

L’idénou du seigneur du Double-Pays, Any.

  • 16 Christophe 1948, p. 33.

6Les traductions proposées par les égyptologues pour ces exemples sont variées (cf. supra), mais se rejoignent généralement pour donner au terme jdnw le sens de « celui qui remplace, qui représente », parfois « qui seconde ». Ce sont d’ailleurs les attestations relevant de ce 1er schéma qui furent la plupart du temps commentées et qui, sans doute, sont à l’origine de la définition proposée par Louis Christophe16 :

Le titre [jdnw] […] s’applique à celui qui remplace son supérieur dans l’exercice de ses fonctions administratives. Au Nouvel Empire, ce remplaçant peut s’acquitter non seulement de fonctions civiles mais encore de fonctions militaires ; dans ce cas, il correspond à notre lieutenant.

7Effectivement, le cadre dans lequel exerce l’idénou semble s’élargir particulièrement au Nouvel Empire, mais cela découle simplement de son caractère polysémique. En vérité, ce qui est marquant à partir de cette époque est le grand nombre d’attestations relevant du schéma suivant.

1.2. Le second schéma

  • 17  Lefebvre 1929,p. 42, n. 4 ; Černý 1939, p. 23, 1 et p. 24, 11 ; Parker 1962, p. 16-17, 9-10 et p.  (...)
  • 18 Références données parH. De Meulenaere (1993, p. 47, n. 3). Ajouter Contardi 2006, p. 143-144, pl.  (...)
  • 19 Letellier 1971, p. 125-126 ; KRI V, 424, 15 ; Raue 1999, p. 205.
  • 20 Gauthier 1932, p. 125-126.
  • 21  Vercoutter 1962, p. 4 et 7, n. I ; al-Ayedi  2006, no 652.
  • 22 Caire CG 882 = Borchardt 1930, p. 133‑134 ; Gardiner 1948a, p. 36, 12-13.
  • 23 Rubensohn, Knatz 1904, p. 21 ; Griffith 1909, p. 108-109, n. 12, o.
  • 24 Coulon 2001, p. 138-139, n. c.
  • 25 Frood 2003, p. 65 et 67, n. c (voir infra, doc. 1).
  • 26 ÄgInschr II, p. 83, no 19580, 4-5 ; Gauthier 1921a, p. 27 ; Černý 1939, p. 55, 8 ; Wild 1971, p. 10 (...)
  • 27 Brunner-Traut, Brunner 1981, p. 96, pl. 65, no 470 ; Raue 1999, p. 220, n. 8.
  • 28 Gardiner 1938, p. 161 (voir également infra, doc. 1 et n. 42).
  • 29 Kemp 1978, p. 131.
  • 30 Wild 1971, p. 101 ; Černý 2001, p. 133-147.
  • 31 Wild 1971, p. 99 et 102.
  • 32  Ouaouat et Kouch : Mûller 2013, p. 197-206, nos 9-12, 14, 16-18, 20, 24-26 et 29-30 ; cf. infra.
  • 33 Schulman 1963, p. 85, n. 63 et p. 92-93 ; Schulman 1964, p. 34-35 et 133-136 ; Chevereau 1994, p. 3 (...)
  • 34  Voir Brugsch 1880, p. 30 ; Wild 1971, p. 100-101 (g) ; Jones 1988, p. 68, nos 79-80 ; Raue 1999, p (...)

8Le second schéma met en relation l’idénou avec un groupe de personnes ou une institution, pouvant relever de l’armée comme du « civil » et, dans une moindre mesure, du religieux. Sont ainsi attestés de nombreux idénou du domaine (pr) de divinités, telles qu’Amon17, Mout18, Rê19, Montou20, Ptah21, Sobek22, Hérychef23, Chentayt24, du temple (w.t) d’Osiris25, de celui d’un roi26, d’une reine27, mais aussi de la Maison de Vie28, du « harem »29, des équipes d’ouvriers de Deir el-Medina30, d’une cité31, d’une région32, de branches de l’armée comme la charrerie33, etc.34.

  • 35 Gardiner 1948b, p. 20-21.

9Or, ces attestations sont problématiques car, comme l’avait remarqué Alan H. Gardiner35, on ne sait plus de qui l’idénou serait le « substitut », et celui-ci apparaît plus nettement en tant que « permanent member of the […] administration ». Dès lors, la définition de L. Christophe ne peut plus être acceptée, et la question se pose de savoir comment traduire jdnw dans ce schéma-là, pour lequel les traductions généralement employées n’apparaissent pas satisfaisantes. Il est difficile en effet de traduire par exemple jdnw n pr Jmn par « suppléant du domaine d’Amon », ou jdnw n Wȝwȝ.t par « délégué du pays de Ouaouat ». Aussi, à travers différentes occurrences du terme jdnw dans des contextes variés, allons-nous tenter de déterminer quelles sont les significations que ce lexème véhicule.

2. Études de cas

  • 36 Statue double Caire JE 35257 = KRI III, 448, 8.

10La titulature de Méry, « frère » du grand prêtre d’Osiris Ounennéfer (Ramsès II), est intéressante à plus d’un titre36 :

Doc. 1 : Image

sn⸗f wʿb Sḫm.t sr(w) ḫpr.w jdn(w) m pr-ʿnḫ Mry mȝʿ ḫrw.

  • 37 Voir von Känel 1984, p. 53, doc. 26.
  • 38 Pour une expression sans doute comparable à sr ḥb. Cf. Cannuyer 2010, p. 404-405, doc. 168-170.
  • 39 C. Cannuyer (2010, doc. 169) ne lit pas jdnw mais sḏm-ʿš, en comprenant probablement (...)

Son (= Ounennéfer) frère, le prêtre-ouâb de Sekhmet37 qui annonce les manifestations38, l’idénou39 dans la Maison de Vie Méry, justifié.

  • 40 Gardiner 1938, p. 161 (12).
  • 41  = KRI V, 432, 11.
  • 42 Si on y ajoute l’exemple précédent et l’jdnw n pr-ʿnḫ Méry, fils du vizir (Pa)Râhotep (statue Londr (...)
  • 43 Gardiner 1938, p. 177.
  • 44 Cette institution devait constituer une sorte de dépendance du temple, attachée, proche, mais presq (...)
  • 45 On peut noter le parallèle du titre de « idénou de la place des archives (jdnw n tȝ s.t n šʿt) » (s (...)
  • 46 Concernant les liens entre le prêtre-ouâb de Sekhmet et la Maison de Vie, voir von Känel 1984, p. 2 (...)
  • 47 Cependant, étant donné le peu d’attestations de ce titre et sa variante jdnw n pr-ʿnḫ n nb Tȝ.wy (v (...)

11Au cours de la réalisation de son article sur le per-ânkh, A.H. Gardiner40 ne fut confronté qu’une seule fois au titre jdnw, attestation qui lui parut étrange, car seule connue alors41, mais qui, bien que rare, n’était en fait probablement pas exceptionnelle42. Remarquons tout d’abord qu’aucun titre désignant spécifiquement le directeur de la Maison de Vie n’est connu43, ce qui laisse penser qu’elle était placée systématiquement sous le patronage du grand prêtre du temple correspondant44. Cependant, sa gestion n’était pas l’activité principale du pontife ; l’institution avait donc besoin de quelqu’un qui, sans être nécessairement un clerc très qualifié, était chargé de son organisation45. Or, il apparaît ici que Méry n’« annonce les manifestations » que dans le cadre de sa fonction de wʿb Sm.t46. Celle d’jdnw est quant à elle mise à l’écart de ces activités religieuses. Il devient ainsi légitime de penser que l’idénou de la Maison de Vie était celui qui gérait l’organisation principalement administrative de cette structure, en lien direct avec le grand prêtre47.

  • 48 Frood 2003.
  • 49 BM EA 1199, l. 3‑4.

12Le cas de Nebouâouy, grand prêtre d’Osiris à Abydos sous Thoutmosis III et Amenhotep II est également significatif. Ses deux stèles autobiographiques, publiées par Elizabeth Frood48, racontent les épisodes marquants de sa carrière, qu’il aurait commencée ainsi49 :

Doc. 2 :

Image

jr~n⸗j jȝ(w).t(⸗j) tp(y).t m pr jt⸗f Wsjr d⸗kw r r(ȝ)-ḥr(y) m r(ȝ)-pr pn r jdnw n(y) ḥw.t-nṯr.

  • 50 Ou : « à la place de », « comme ».

J’ai rempli ma première fonction dans le domaine de son (= Thoutmosis III) père Osiris, après avoir été nommé dirigeant dans ce sanctuaire et50 idénou du temple.

  • 51 Frood 2003, p. 67, n. c.
  • 52 Wb II, 390, 6-9 ; Frood 2003, p. 66, n. c. Peut-être était-il le second d’un jmy-rȝ ḥw.t-nṯr, titre (...)

13E. Frood51 suppose que l’jdnw n w.t-nr pourrait être l’équivalent du deuxième prophète, mais cette possibilité paraît devoir être écartée dans la mesure où le titre idénou n’est pas une prêtrise ; il est ici lié à un rôle de direction : « rȝ-ry »52. Il ne fait aucun doute que les deux fonctions sont ici mises sur un même plan, quelle que soit l’interprétation de la préposition « r », c’est-à-dire induisant une autorité conférée par le roi. Ainsi, bien que le cas de Nebouâouy soit assez particulier, avec cet exemple semblent apparaître les deux aspects de la fonction d’idénou : représentant d’une autorité plus haute dans la direction de l’administration d’une structure, telle celle d’un temple.

14La question de la nature de la fonction d’jdnw ayant été cernée, se pose à présent le problème de son positionnement et de son rôle dans l’administration, vis-à-vis notamment des directeurs (jmy-rȝ).

  • 53 P. Sallier IV, vo 9, 1-5 = Gardiner 1937, p. 93-94 ; Caminos 1954, p. 355-356.

15Dans une lettre du « scribe royal, l’intendant du temple de millions d’années de Mérenptah dans le domaine d’Amon Hornakht », celui-ci s’adresse à l’idénou Montouherkhépéchef (sans autre précision, mais on peut penser qu’il était attaché à la même institution) en ces termes53 :

Doc. 3 :

Image

nȝ (j)m(y).w-r(ȝ) šnw.ty (ḥr) ṯt[ṯ.t] m-dj⸗j ḥr nȝ jt j.d(w)⸗k m ȝṯp r pȝ qwr n(y) tȝ šnw.t Pr-ʿȝ ʿ.w.s. r-ḫt sš nswt (j)m(y)-r(ȝ) šnw.ty Nfr-rnp.t nty r ḥȝ.t jdnw Mnṯw-r[-ḥȝ].t⸗f [n(y)] pȝ mšʿ.

Les directeurs du Double-Grenier m’ont cherché querelle au sujet du grain que tu as transporté à bord du bateau-qour du Grenier de Pharaon V.S.F., sous l’autorité du scribe royal, le directeur du Double-Grenier Néferrenpet, qui est le supérieur de l’idénou de l’armée Montouher[ha]tef.

Il lui reproche ensuite :

Image

j.jr⸗k jr(.t) n ḥȝty n(y) nȝ rwḏw.w.

Tu aurais dû agir conformément à la volonté des contrôleurs !

  • 54 On n’étudiera pas ici la raison de tels liens entre un idénou de l’armée et un directeur du Double- (...)

16La subordination de l’idénou vis-à-vis du directeur du Double-Grenier est ainsi exprimée à deux reprises : d’une part en ce qui concerne Montouherkhépéchef (r-t), et d’autre part pour Montouherhatef (r-ȝ.t)54. En outre, on apprend que le premier devait organiser le transport des sacs de blés selon les directives des rww,ce qui est loin de correspondre à la condition d’un « chef » !

  • 55 P. Chester Beatty III (BM EA 10683), vo 4, 10-12 = KRI IV, 87, 1-3.

17La distinction entre l’jmy-rȝ et l’idénou est également mise en évidence dans cette lettre du scribe de la tombe Qenherkhépéchef au vizir Panéhésy55 :

Doc. 4 :

Image

  • 56 Voir KRI III, 87, n. 5a.

jr pȝy⸗j nb r ḏd⸗tw⸗f mjt.t n pȝ (j)m(y)-r(ȝ) pr-ḥḏ n(y) Pr-ʿȝ ʿ.w.s. mtw⸗f hȝb n jdnw n(y) pr-ḥḏ n(y) Pr-ʿȝ ʿ.w.s. Pyjȝy mtw⸗f sdbḥ ḫnr.w mstj.w mtw⸗f hȝb n pȝ jdnw 2 n(y) tȝ kȝ.t r d.t jry⸗w ḫr.t⸗n 56 m qḏw.

Puisse mon maître faire que cela soit dit pareillement au directeur du Trésor de Pharaon V.S.F., et il écrira à l’idénou du Trésor de Pharaon V.S.F. Piay, et (celui-ci) fournira outils et paniers, puis écrira aux deux idénou des travaux, afin de faire en sorte qu’ils pourvoient à nos besoins en plâtre.

  • 57 Jdnw n tȝ kȝ.t, certainement équivalent aux jdnw.w n tȝ js.t m S.t-Mȝʿ.t, titre traduit par H. Wild (...)

18Comme on peut le voir, le vizir doit informer le directeur, mais c’est l’idénou du Trésor qui est immédiatement impliqué dans le traitement de la « commande ». Le scribe était certainement au courant de ce fonctionnement, et devait être habitué à ce que ce soit cet idénou qui s’occupe de ce type d’approvisionnement, puisqu’il en précise le nom, au contraire du directeur du Trésor. On peut donc en déduire que l’idénou ne remplissait pas un rôle de remplaçant, mais plutôt de second, voire de « sous-directeur », de même pour les deux idénou des travaux de Deir el-Médina57.

  • 58 Černý 2001, p. 146-147.

19L’étude de ces derniers par Jaroslav Černý58 fournit d’ailleurs des informations importantes :

The “deputy of the gang” deputizes for the foreman. When this latter is not present, the deputy heads the list of workmen, otherwise he follows after the foreman, the foreman and the scribe or the scribe alone […]. The deputy was a member of the body to whom reports were made, acted as member of the court (ḳnbt sḏmy), and as a witness to oaths and to legal and commercial dealings.

20Il montre également que l’idénou n’était pas un chef, mais avant tout un membre de l’équipe et l’homme de confiance de ses collègues, à qui ceux-ci confiaient la gestion de leurs biens. Le titulaire de cette fonction avait en outre tout autant de comptes à rendre à ses supérieurs, quant au maintien de l’ordre :

We see them, together with the scribe, the foreman and the wʿrtw-officials, reasoning with the workmen on strike at the end of the reign of Ramesses III, for, with the others, the deputies were responsible for order in the community of workmen.

  • 59 P. Leyde 348, vo 10, 5-6 = Gardiner 1937, p. 137 ; Caminos 1954, p. 498 et 500-501.

21On peut donc en déduire que, de manière générale, le rôle de l’idénou était habituellement de faire le lien entre la direction de son institution – qu’il pouvait ponctuellement assumer, tel un suppléant – et les employés de celle-ci, chargés de s’occuper des tâches ingrates. Une liste de titres relatifs à la construction, établie par le scribe Bakenptah, constitue à cet égard un argument supplémentaire, puisque la mention de l’idénou y suit immédiatement celle des « chefs » : ry kȝ.t, jmy-rȝ mw.t et mw.t wr, et précède celle des ouvriers : sš qdw, ȝy mȝ.t, jkw, etc.59.

3. Analyse

22Nous l’avons vu, cantonner la fonction de l’jdnw à celle de « suppléant » ou de « représentant » est trop restrictif et ne rend pas bien compte de son rôle. Deux faits ressortent de l’étude des documents précédents : l’idénou pouvait se situer à différents niveaux dans la hiérarchie de l’administration qui l’employait, mais se trouvait toujours à la transition entre la direction qu’il secondait et le personnel qu’il dirigeait, ces deux aspects fondant la polysémie du titre.

  • 60 Wb I, 154, 1-4 ; FCD, 35 ; AnLex 77.0535, 78.0584, 79.0388 ; Van Der Molen 2000, p. 62 ; Hannig 200 (...)
  • 61 Brugsch 1880, p. 29.
  • 62 Stèle de Kouban (Grenoble MG 1937), l. 15-16 = KRI II, 356, 1-3.

23Or, celle-ci transparaît également des deux interprétations possibles du lexème verbal jdn, attesté dès l’Ancien Empire et jusqu’à l’époque gréco-romaine. Écrit le plus souvent Image ou Image, il pouvait signifier « suppléer, représenter » tout autant que « gouverner, régir »60. Heinrich Brugsch en citait déjà, dans son article, deux occurrences révélatrices, dans la traduction desquelles il donne au verbe jdn le sens d’« administrer »61. La première apparaît dans un discours des courtisans à Ramsès II62 :

Doc. 5 :

Image

sp nb sn(⸗w) ḥr msḏr.wy⸗k ḏr wn⸗k ḥr jdn tȝ pn jr~n⸗k sḫr.w jw⸗k m swḥ.t m jȝ.wt⸗k n(y.wt) ẖrd (j)r(y)-pʿ.t.

  • 63 À mettre en parallèle avec la Grande Inscription Dédicatoire, l. 44 (= KRI II, 327, 12-14).

Quel que soit l’événement, (il) était passé par tes oreilles, lorsque tu régissais ce pays, ayant élaboré des projets alors même que tu étais dans l’œuf, grâce à tes fonctions d’enfant (royal) et de préposé aux pât63.

  • 64 Statue Turin 1379, l. 9 = Gardiner 1953a ; Hari 1965, p. 208-214, pl. XXXVII.

24Quant à la seconde, elle est empruntée à la version de Turin du texte dit du « couronnement d’Horemheb »64 :

Doc. 6 :

Image

jst rf sw ḥr jdn Tȝ.wy r-ʿḥʿw rnp.wt ʿšȝ.

Ensuite, il régit le Double-Pays pendant de nombreuses années.

  • 65 Bien entendu, ces deux inscriptions procèdent de la propagande royale (cf. infra, n. 68-69). Voir a (...)
  • 66 Statue New York MMA 23.10.1, socle, l. 8 = Winlock 1924, p. 1-5, pl. IV et tombe d’Horemheb à Saqqâ (...)
  • 67 Sur cette notion, voir Grandet 1987.
  • 68 « C’est toi qui m’as établi toi-même [sur le trône] de To-Méri en tant qu’idénou de ton Double-Pays (...)
  • 69 « Sois loué, toi dont Amon dit : “Les membres de [ta] famille ont été rassemblés, (et c’est) toi qu (...)
  • 70 « Replace my position with a son of mine » (époque ptolémaïque, statue Rosenbach 1954.1969 = Klotz (...)
  • 71 « Then my father was asked by the overseer of fields Mersu deputising for the Member [of Officialdo (...)
  • 72 Stèle Louvre AF 9916 (Deuxième Période intermédiaire) = Delange 1987, p. 221‑223 ; Franke 1994, p.  (...)

25Jdn est, dans les deux cas, utilisé pour désigner l’autorité du roi avant qu’il ne soit roi65. Concernant Ramsès II, la période désignée est clairement le règne de son père Séthy Ier, qu’il seconda dans l’exercice du pouvoir pharaonique. Quant à Horemheb, l’allusion vague des « nombreuses années » renvoie tout aussi logiquement au règne de Toutânkhamon, sous lequel il portait le titre de « idénou du roi qui préside au Double-Pays » (jdnw n nswt nty Tȝ.wy) et une variante : « idénou du roi dans le pays entier » (jdnw n nswt m tȝ r-rf)66. Est ainsi clairement visible l’ambivalence à la fois du verbe jdn et du titre idénou : Horemheb est l’idénou du souverain, mais son rôle est thématisé en lien avec le Double-Pays. Il était à la fois l’idénou de la personne qu’était le Pharaon et de l’institution67 qu’était l’Égypte. Le roi lui-même pouvait d’ailleurs se considérer comme un idénou de l’Égypte – par la grâce d’Amon –, à l’image de Ramsès III68 et Ramsès VII69. Il est notable de surcroît qu’jdn soit parfois employé pour exprimer la transmission d’une charge d’un père à son fils, voire la substitution du premier par le second70. D’autres emplois de ce verbe peuvent également être mentionnés71, comme le suivant72 :

Doc. 7 :

Image

tj sw šw⸗f m ḥȝt(y)-ʿ jdn~n{n}⸗f ʿšȝ.t m tp-nfr.

Lorsqu’il fut privé de gouverneur, il régit/(le) remplaça de nombreuses fois avec succès.

26Cette occurrence ne laisse aucun doute quant à la double notion de « remplacement » et de « direction » que comportent à la fois jdn et jdnw, mais n’induit pas nécessairement que le scribe Khnoumhotep, le sujet du texte, ait « secondé » le gouverneur de manière permanente, le titre jdnw ne lui étant pas attribué par ailleurs.

  • 73 Si aucun vocable anglais ne semble correspondre parfaitement à ce terme, il peut en revanche être r (...)
  • 74  Comparer : Trésor de la Langue Française Informatisé, s.v. « régisseur ».

27On comprend donc que l’idénou, en raison même de son rôle de substitut, de second, obtient également une fonction de direction. In fine, la nuance avec les différents dirigeants d’institution n’est que lexicale : tandis que le vizir ou l’jmy-rȝ dirigent intrinsèquement, l’idénou agit en vertu du mandat accordé par son supérieur. Il est le fondé de pouvoir de son chef, celui qui éventuellement le supplée en son absence, mais qui toujours s’occupe des affaires courantes. Un terme, déjà employé dans la traduction du verbe jdn, paraît pouvoir rendre compte de cette ambivalence : « celui qui régit », c’est-à-dire « le régisseur »73, que l’on peut définir comme étant celui qui s’occupe de l’organisation générale et de la logistique d’une structure ou d’un groupe de personnes dont il n’est pas le dirigeant intrinsèque74.Il convient maintenant d’appliquer cette définition à différents cas particuliers d’emplois d’jdnw, relevant principalement du 2nd schéma.

3.1. L’idénou dans l’armée

  • 75 Schulman 1964, p. 34-35 ; Shirley 2011, p. 308-312.
  • 76 Schulman 1964, p. 34-35. Il décrit le rôle de l’idénou en contexte militaire, dont les tâches « mai (...)
  • 77 Yoyotte, López 1969, p. 7.
  • 78 Schulman 1964, p. 134, 312b et p. 169, 512b ; Kruchten 1981, p. 45-46 (N). Voir les remarques de R. (...)
  • 79 Cf. Trésor de la Langue Française Informatisé, s.v. « lieutenant » : « Celui qui tient la place du (...)
  • 80 « Militaires gradés de certaines catégories, chargés d’en aider d’autres d’un grade plus élevé » ; (...)
  • 81 « Officier supérieur du grade de commandant, dans les régiments. Il est spécialement chargé de surv (...)
  • 82 AEO I, p. 25*-26* ; Chevereau 1994, p. 34‑42 ; Grandet 2013, p. 870-872. Lieutenant : « Étymologie  (...)
  • 83 Cf. Chevereau 1994, p. 34. La traduction « Feldmarschall » pour jdnw n ḥm⸗f m/n tj n.t-ḥtrj, propos (...)

28Le cas de l’armée n’était en fait pas très éloigné des autres contextes d’emplois de ce titre. En effet, Alan R. Schulman a montré que les responsabilités de l’idénou y procédaient essentiellement du domaine administratif75. À cet égard, il propose de l’identifier de près ou de loin au grade actuel d’adjudant (« adjutant »)76. Pour autant, « il paraît que l’étendue de (son) pouvoir et (son) rang relatif purent être différents selon les cas et selon les périodes »77. De fait, certains se trouvent à une place si distinguée – proche de celle d’un général –, qu’elle ne saurait être identifiée à celle de l’adjudant actuel78. Toutefois, rien ne permet de penser que l’éventuel rang élevé d’un idénou entraînait nécessairement une modification profonde de la nature de sa fonction, celle-ci pouvant simplement s’étendre à une échelle plus large, voire parfois devenir honorifique. Quoi qu’il en soit, il apparaît que les porteurs des différentes variantes de ce titre se trouvaient à la fois à la tête d’une troupe, plus ou moins conséquente, et au service de quelqu’un, un officier ou le roi, qui lui-même ne s’impliquera jamais dans les tâches relevant de l’administration, ni dans le fonctionnement de cette troupe, celle-ci lui restant pour autant subordonnée. C’est pourquoi la traduction la plus appropriée – dans le 1er schéma – semble bien être celle de « lieutenant », comme le proposait notamment L. Christophe (voir supra), non en tant que grade militaire – le lieutenant étant un officier subalterne –, mais dans son sens premier et plus large de « second », « bras droit » et donc éventuellement « remplaçant »79. Il faut ainsi bien comprendre que, dans les cas correspondant au 2nd schéma, où la personne est dite idénou d’une troupe (ʿ, tr, Mȝy, etc.), traduire par exemple jdnw n Mȝy.w par « lieutenant des Médjays » conduirait à une mauvaise interprétation du terme, puisque l’idénou est le lieutenant de son chef, pas des hommes qu’il dirige ! De ce fait, dans le cadre de ce schéma-là, et étant donné que dans l’Égypte ancienne l’armée était, à peu de choses près, une institution administrée comme une autre, la traduction d’idénou par « régisseur » reste à notre avis à privilégier. Néanmoins, par un actualisme relatif, il ne paraît pas illégitime de penser que des traductions comme « adjudant »80, avancée par A.H. Schulman (voir supra), « major »81, voire, dans les plus hautes sphères de l’armée, « lieutenant-général »82, puissent convenir de manière assez satisfaisante à certains cas, selon la place du titulaire dans la hiérarchie83. Ainsi, si nous reprenons l’exemple ci-dessus, le titre jdnw n Mḏȝy.w devrait de préférence être traduit « régisseur des Médjays » (c’est-à-dire du « corps des Médjays »), son titulaire étant le « lieutenant » de son supérieur, le wr ou le ḥry Mḏȝy.w.

3.2. L’idénou d’une zone géographique

  • 84 Wild 1971, p. 102.
  • 85 Wild 1971, p. 104.
  • 86 Gauthier 1921b, p. 229-231 ; Mûller 2013, p. 44-46 et 197-206.

29Dans ce cas particulier, Henri Wild84 explique, à raison, que « l’importance de l’dnw varie selon le rôle politique, stratégique ou économique de la région ou de la ville que désigne (le) complément », ce qui est d’ailleurs une réflexion applicable à l’ensemble des emplois de ce titre. Discutant d’un jdnw n Tp-jw du Moyen Empire, titre qu’il traduit « lieutenant d’Atfih », il estime qu’il ne devait pas exister, alors, de maire (ȝty-ʿ) pour cette localité, puisque dans le cas contraire, « le personnage de la statuette eût été logiquement désigné par le titre dnw n ȝty-ʿ n… »85. On peut cependant objecter à cela que les idénou des pays de Ouaouat et de Kouch peuvent être désignés aussi bien comme jdnw n Wȝwȝ.t/Kš que comme jdnw n sȝ nswt m tȝ Wȝwȝ.t, ou jdnw n Kš n sȝ nswt86. L’équivalence de ces différentes expressions possibles est par ailleurs très intéressante, en ceci que, à l’image des titres d’Horemheb vus précédemment, elle reflète particulièrement bien la polysémie d’idénou, d’où les traductions que nous proposons :

1. jdnw n Wȝwȝ.t/Kš : impossible ici de traduire idénou par « représentant, suppléant ». D’après cette étude, la traduction qui s’impose serait plutôt « régisseur du pays de Ouaouat/de Kouch ».

2. De même pour jdnw n Kš n sȝ nswt : « régisseur du pays de Kouch pour le vice-roi ».

3. jdnw n sȝ nswt m tȝ Wȝwȝ.t : dans ce cas-ci, en revanche, deux traductions paraissent acceptables : « régisseur pour le vice-roi dans le pays de Ouaouat » et « lieutenant (ou similaire) du vice-roi dans le pays de Ouaouat ».

30On le voit, jdnw avait une signification multiple, que la traduction par régisseur paraît le mieux restituer, mais qui elle-même peut sembler parfois inopportune. Il n’est donc pas malvenu d’employer différents termes selon le contexte ou la syntaxe.

3.3. L’idénou d’un domaine

  • 87 1. Coulon 2001,p. 138-139, n. c ; la même traduction (« desservant ») est employée dans el-Nubi, G (...)

31Comme nous l’avons indiqué en début d’article, différentes traductions du titre jdnw n pr N ont pu être proposées, qui ne paraissent convenir en aucun cas, dont en particulier les suivantes87 :

1. « serviteur du sanctuaire de Chentayt » (jdnw n pr Šntȝy.t) ;

2. « intendant de la demeure d’Amon de la première phylè » (jdnw pr Jmn sȝ tpy) ;

3. « Agenten des Hauses des Amun » (jdnw n pr Jmn).

  • 88 Ward 1982, no 575. Concernant les fonctions de l’jmy-rȝ pr, voir Haring 1997, p. 225‑229 ; Eichler  (...)

32Nous avons établi que l’jdnw est généralement celui qui régit une structure, tout en se trouvant dans une position hiérarchiquement inférieure par rapport au véritable responsable. Il occupe de ce fait une place relativement élevée dans son administration. Une traduction par « serviteur » ne paraît donc pas pertinente. La traduction « intendant » correspond davantage à l’jmy-rȝ pr, auquel un idénou pouvait être subordonné88. Quant à la traduction Agenten, « agent », elle est trop vague et ne reflète aucunement les caractéristiques de l’idénou que nous avons relevées.

  • 89 Gasse 1988, p. 137 et 208.

33Entre la fin de la XXe et la XXIe dynastie, on trouve, au sein de l’administration du domaine d’Amon de Karnak, des mentions du titre « jdnw n jdnw »89. Apparue sans doute en raison de l’accroissement significatif du personnel du temple au cours du Nouvel Empire, sa création servit certainement à combler les espaces entre le personnel et les dirigeants et à permettre une organisation plus efficace. Dans ce cas, la traduction par « délégué du régisseur » paraît adaptée, dans la mesure où l’on comprend bien qu’il est, en vérité, « celui qui régit à la place du régisseur ».

Conclusion

34En définitive, il apparaît que la signification du titre idénou ne peut être totalement restituée par aucun vocable de nos langues modernes, ce qui contraint à choisir une traduction presque au cas par cas, selon différents paramètres, comme le contexte et, surtout, le « schéma » dans lequel il est employé. Au sein du premier, c’est-à-dire lorsqu’il se rapporte à une personne en particulier (N), on peut ainsi considérer que l’idénou doit être compris comme celui qui régit/gère/s’occupe des affaires de/pour N. Selon le contexte, on pourra donc le traduire par « délégué, représentant, lieutenant, etc., de N ». En revanche, lorsque son emploi relève du second schéma, c’est-à-dire lorsqu’il se rapporte à une institution, comme un domaine (pr), la Maison de Vie ou une zone géographique, ou bien à un ensemble de personnes comme une troupe de l’armée ou une équipe d’artisans à Deir el-Médina, c’est la traduction « régisseur » qui doit être privilégiée. Par ce terme, on entend que l’idénou était le relais de la personne réellement détentrice de pouvoir à son endroit, celui qui s’occupait de l’organisation et mettait en œuvre le fonctionnement des structures qu’il régissait, et ce directement en lien avec ses subordonnés. Fondamentalement, le titre jdnw ne désigne ni un gestionnaire économique, ni un prêtre, ni un soldat, ni un gouverneur, mais son titulaire pouvait administrer un domaine ou le personnel d’un temple, s’occuper de la logistique d’une troupe ou encore de l’organisation d’une région ou d’une ville. Son importance comme ses compétences étaient ainsi, avant tout, définies par son domaine d’activité.

Haut de page

Bibliographie

al-Ayedi 2006
A.R. 
al-Ayedi, Index of Egyptian Administrative, Religious and Military Titles of the New Kingdom, Ismailia, 2006.

Borchardt 1930
L. Borchardt, Statuen und Statuetten von Königen und Privatleuten im Museum von Kairo. Teil 3. Text und Tafeln zu Nr. 654-950, CGC, Berlin, 1930.

Bresciani 1985
E. Bresciani, Le stele egiziane del Museo Civico Archeologico di Bologna, Bologne, 1985.

Brugsch 1880
H.K. Brugsch, « Le mot ådon », RevEg 1, 1880, p. 22-32.

Brunner-Traut, Brunner 1981
E. Brunner-Traut, H. Brunner, Die ägyptische Sammlung der Universität Tübingen, Mayence, 1981.

Caminos 1954
R.A. Caminos, Late-Egyptian Miscellanies, BEStud 1, Londres, 1954.

Cannuyer 2010
C. Cannuyer, La girafe dans l’Égypte ancienne et le verbe sr, AOB-Subsidia 4, Bruxelles, 2010.

Cauville 1997
S. Cauville, Le temple de Dendara. Les chapelles osiriennes – Index, BiEtud 119, Le Caire, 1997.

Černý 1939
J. Černý, Late Ramesside Letters, BiAeg 9, Bruxelles, 1939.

Černý 2001
J. Černý, A Community of Workmen at Thebes in the Ramesside Period, BiEtud 51, Le Caire, 1973, 2001 (2e éd.).

Chevereau 1994
P.-M. Chevereau, Prosopographie des cadres militaires égyptiens du Nouvel Empire, Antony, 1994.

Christophe 1948
L. Christophe, « La stèle de l’an III de Ramsès IV au Ouâdi Hammâmât, no 12 », BIFAO 48, 1948, p. 1-38.

Collier, Quirke 2004
M. Collier, S. Quirke, The UCL Lahun Papyri. Religious, Literary, Legal, Mathematical and Medical, BAR 1209, Oxford, 2004.

Condon 1978
V. Condon, Seven Royal Hymns of the Ramesside Period, MÄS 37, Berlin, 1978.

Contardi 2006
F. Contardi, « The stela of Seshen-Nefertem from the tomb of Sheshonq (TT 27) », Or 75, 2006, p. 141-155.

Coulon 2001
L. Coulon, « Un serviteur du sanctuaire de Chentayt à Karnak », BIFAO 101, 2001, p. 137-152.

Daumas 1959
F. Daumas, Les mammisis de Dendara, PIFAO, Le Caire, 1959.

De Meulenaere 1993
H. De Meulenaere, « Trois membres d’une famille sacerdotale thébaine », ChronEg 68, 1993, p. 45‑64.

Delange 1987
É. Delange, Catalogue des statues égyptiennes du Moyen Empire, musée du Louvre, Paris, 1987.

Delange 2019
É. Delange, Reliefs égyptiens du Nouvel Empire, musée du Louvre, Paris, 2019.

Desplancques 2006
S. Desplancques, L’institution du Trésor en Égypte des origines à la fin du Moyen Empire, IEA 2, Paris, 2006.

Eichler 2000
S.S. Eichler, Die Verwaltung des « Hauses des Amun » in der 18. Dynastie, BSAK 7, Hambourg, 2000.

Faulkner 1953
R.O. Faulkner, « Egyptian Military Organization », JEA 39, 1953, p. 32-47.

Favry 2017
N. Favry, « Bras-droit, substitut, adjoint, assistant… Une question de subordination au Moyen Empire » in N. Favry, C. Ragazzoli, C. Somaglino et al. (éd.), Du Sinaï au Soudan. Itinéraire d’une archéologue. Mélanges offerts au Professeur Dominique Valbelle, Orient & Méditerranée 23, Paris, 2017, p. 107-122.

Fischer 1985
H.G. Fischer, Egyptian Titles of the Middle Kingdom. A Supplement to Wm. Ward’s Index, [s.l.], 1985.

Franke 1994
D. Franke, Das Heiligtum des Heqaib auf Elephantine. Geschichte eines Provinzeheiligtums im Mittleren Reich, SAGA 9, Heidelberg, 1994.

Frood 2003
E. Frood, « Ritual Function and Priestly Narrative : the Stelae of the High Priest of Osiris, Nebwawy », JEA 89, 2003, p. 59-81.

Gardiner 1937
A.H. Gardiner, Late-Egyptian Miscellanies, BiAeg 7, Bruxelles, 1937.

Gardiner 1938
A.H. Gardiner, « The House of Life », JEA 24, 1938, p. 157-179.

Gardiner 1948a
A.H. Gardiner, Ramesside Administrative Documents, Londres, 1948.

Gardiner 1948b
A.H. Gardiner, The Wilbour Papyrus, vol. 2 : Commentary, Oxford, 1948.

Gardiner 1953a
A.H. Gardiner, « The Coronation of King Ḥaremḥab », JEA 39, 1953, p. 13-31.

Gardiner 1953b
A.H. Gardiner, « The Memphite Tomb of the General Ḥaremḥab », JEA 39, 1953, p. 3-12.

Gasse 1988
A. Gasse, Données nouvelles administratives et sacerdotales sur l’organisation du domaine d’Amon XXe-XXIe dynasties à la lumière des papyrus Prachov, Reinhardt et Grundbuch (avec édition princeps des papyrus Louvre AF 6345 et 6346 - 7), BiEtud 104, Le Caire, 1988.

Gasse, Rondot 2007
A. Gasse, V. Rondot, Les inscriptions de Séhel, MIFAO 126, Le Caire, 2007.

Gauthier 1921a
H. Gauthier, « À travers la Basse-Égypte », ASAE 21, 1921, p. 17-39 et 197-213.

Gauthier 1921b
H. Gauthier, « Les “fils royaux de Kouch” et le personnel administratif de l’Éthiopie », RecTrav 39, 1921, p. 179-238.

Gauthier 1932
H. Gauthier, « Une tombe de la XIXe dynastie à Qantir (Delta) », ASAE 32, 1932, p. 115-128.

Goedicke 1970
H. Goedicke, Die privaten Rechtsinschriften aus dem Alten Reich, WZKM (Beihefte) 5, Vienne, 1970.

Gnirs 1996
A.M. Gnirs, Militär und Gesellschaft. Ein Beitrag zur Sozialgeschichte des Neuen Reiches, SAGA 17, Heidelberg, 1996.

Grandet 1987
P. Grandet, « L’Égypte, comme institution, à l’époque ramesside », DiscEg 8, 1987, p. 77-92.

Grandet 2013
P. Grandet, « The Ramesside State » in J.C. Moreno Garcia (éd.), Ancient Egyptian Administration, HbOr 104, Leyde, Boston, p. 831-899.

Griffith 1909
F.L. Griffith, Catalogue of the Demotic Papyri in the John Rylands Library Manchester, vol. 3, Manchester, 1909.

Grimal 1986
N.-C. Grimal, Les termes de la propagande royale égyptienne de la XIXe dynastie à la conquête d’Alexandre, MAIBL 6, Paris, 1986.

Guermeur 2005
I. G
uermeur, Les cultes d’Amon hors de Thèbes. Recherches de géographie religieuse, BEHE Sciences religieuses 123, Turnhout, 2005.

Hannig 2003
R. Hannig, Ägyptisches Wörterbuch, vol. 1 : Altes Reich und Erste Zwischenzeit, Hannig-Lexica 4, KAW 98, Mayence, 2003.

Hannig 2006
R. Hannig, Ägyptisches Wörterbuch, vol. 2 : Mittleres Reich und Zweite Zwischenzeit I, Hannig-Lexica 5, KAW 112, Mayence, 2006.

Hari 1965
R. H
ari, Horemheb et la reine Moutnedjemet ou la fin d’une dynastie, Genève, 1965.

Haring 1997
B.J.J. Haring, Divine Households. Administrative and Economic Aspects of the New Kingdom Royal Memorial Temples in Western Thebes, EgUit 12, Leyde, 1997.

Jansen-Winkeln 1985
K. Jansen-Winkeln, Ägyptische Biographien der 22. und 23. Dynastie, ÄAT 8, Wiesbaden, 1985.

Jones 1988
D. Jones, A Glossary of Ancient Egyptian Nautical Titles and Terms, StudEg, Londres, 1988.

von Känel 1984
F. von Känel, Les prêtres-ouab de Sekhmet et les conjurateurs de Serkhet, BEHE 87, Paris, 1984.

Kemp 1978
B. Kemp, « The Harim-Palace at Medinet el-Ghurab », ZÄS 105, 1978, p. 122-133.

Koenig 1981
Y. Koenig, « Les effrois de Keniherkhepeshef (Papyrus Deir el-Médineh 40) », RdE 33, 1981, p. 29‑37.

Klotz 2016
D. Klotz, « A Good Burial in the West. Four Late Period Theban Statues in American Collections » in L. Coulon (éd.), La Cachette de Karnak. Nouvelles perspectives sur les découvertes de George Legrain, BiEtud 161, Le Caire, 2016, p. 433-464.

Klotz, Brown 2016
D. Klotz, M.W. Brown, « The Enigmatic Statuette of Djehutymose (MFA 24.743) : Deputy of Wawat and Viceroy of Kush », JARCE 52, 2016, p. 269-302.

Kruchten 1981
J.‑M. Kruchten, Le Décret d’Horemheb. Traduction, commentaire épigraphique, philologique et institutionnel, Bruxelles, 1981.

Kubisch 2008
S. Kubisch, Lebensbilder der 2. Zwischenzeit. Biographische Inschriften der 13.-17. Dynastie, SDAIK 34, Berlin, New York, 2008.

Leblanc 2007
C. Leblanc, « L’école du temple (ât-sebaït) et le per-ânkh (Maison de Vie). À propos de récentes découvertes effectuées dans le contexte du Ramesseum » in J.‑C. Goyon, C. Cardin (éd.), Proceedings of the Ninth International Congress of Egyptologists, vol. 2, OLA 150, Louvain, 2007, p. 1101‑1108.

Lefebvre 1929
G. Lefebvre, Histoire des grands prêtres d’Amon de Karnak jusqu’à la XXIe dynastie, Paris, 1929.

Lesko 2002
L.H. Lesko, A Dictionary of Late Egyptian, Providence (RI), 1982-1989, 2002 (2e éd.).

Letellier 1971
B. Letellier, « Un groupe héliopolitain de Basse Époque », BIFAO 70, 1971, p. 119-131.

Martin 1989
G.T. Martin, The Memphite Tomb of Ḥoremḥeb, commander-in-chief of Tut’ankhamūn, vol. 1, ExcMem 55, Londres, 1989.

Martin 2005
G.T. Martin, Stelae from Egypt and Nubia in the Fitzwilliam Museum, Cambridge, c. 3000 BC – AD 1150, Fitzwilliam Museum, Cambridge, 2005.

Nouveau dictionnaire militaire, s.v. « adjudant ».
Nouveau dictionnaire militaire par un comité d’officiers de toutes armes sous la direction d’un officier supérieur, 1891-1892, p. 13-14, s.v. « adjudant ».

Nouveau dictionnaire militaire, s.v. « lieutenant ».
Nouveau dictionnaire militaire
par un comité d’officiers de toutes armes sous la direction d’un officier supérieur, 1891-1892, p. 460-461, s.v. « lieutenant ».

Nouveau dictionnaire militaire, s.v. « major ».
Nouveau dictionnaire militaire par un comité d’officiers de toutes armes sous la direction d’un officier supérieur
, 1891-1892, p. 493-494, s.v. « major ».

Moreno Garcia 2013
J.C. Moreno Garcia (éd.), Ancient Egyptian Administration, HbOr 104, Leyde, Boston, 2013.

Müller 2013
I. Müller, Die Verwaltung Nubiens im Neuen Reich, Meroitica 18, Wiesbaden, 2013.

Murnane 1977
W.J. Murnane, Ancient Egyptian Coregencies, SAOC 40, Chicago (Ill.), 1977.

el-Nubi, Gabolde 1999
M. el-Nubi, L. Gabolde, « Fragment of a Stela of a Deservant of the Ramesseum », GöttMisz 168, 1999, p. 35-37.

Parker 1962
R.A. Parker, A Saite Oracle Papyrus from Thebes in the Brooklyn Museum (Papyrus Brooklyn 47.218.3), BEStud 4, Providence (RI), 1962.

Pasquali 2011
S. Pasquali, Topographie cultuelle de Memphis, vol. 1 : a- Corpus. Temples et principaux quartiers de la XVIIIe dynastie, CENiM 4, Montpellier, 2011.

Quirke 1986
S. Quirke, « The Regular Titles of the Late Middle Kingdom », RdE 37, 1986, p. 107-130.

Quirke 2004
S. Quirke, Titles and Bureaux of Egypt 1850-1700 BC, GHP Egyptology, Londres, 2004.

Raue 1998
D. Raue, « Ein Wesir Ramses’ II » in H. Guksch, D. Polz (éd.), Stationen : Beiträge zur Kulturgeschichte Ägyptens, Rainer Stadelmann gewidmet, Mayence, 1998, p. 341-351.

Raue 1999
D. Raue, Heliopolis und das Haus des Re : eine Prosopographie und ein Toponym im Neuen Reich, ADAIK 16, Berlin, 1999.

Rubensohn, Knatz 1904
O. Rubensohn, F. Knatz, « Bericht über die Ausgrabungen bei Abusir el Mäläq im Jahre 1903 », ZÄS 41, 1904, p. 1-21.

Schulman 1963
A.R. Schulman, « The Egyptian Chariotry : a Reexamination », JARCE 2, 1963, p. 75-98.

Schulman 1964
A.R. Schulman, Military Rank, Title and Organization in the Egyptian New Kingdom, MÄS 6, Berlin, 1964.

Shirley 2011
J.J. Shirley, « What’s in a Title ? Military and Civil Officials in the Egyptian 18th Dynasty Military Sphere » in S. Bar, D. Kahn, J.J. Shirley (éd.), Egypt, Canaan and Israel : History, Imperialism, Ideology and Literature. Proceedings of a Conference at the University of Haifa, 3-7 May 2009, CHANE 52, Leyde, 2011, p. 291-319.

Spalinger 2013
A. Spalinger, « The Organisation of the Pharaonic Army (Old to New Kingdom) » in J.C. Moreno Garcia (éd.), Ancient Egyptian Administration, HbOr 104, Leyde, Boston, p. 393-478.

Trésor de la langue Française informatisé, s.v. « lieutenant ».
Trésor de la langue Française informatisé, dictionnaire en ligne, http://www.atilf.fr/tlfi, ATILF - CNRS & Université de Lorraine, consulté le 20/05/2019.

Trésor de la langue Française informatisé, s.v. « régisseur ».
Trésor de la langue Française informatisé, dictionnaire en ligne, http://www.atilf.fr/tlfi, ATILF - CNRS & Université de Lorraine, consulté le 20/05/2019.

Valbelle, Bonnet 1996
D. Valbelle, C. Bonnet, Le Temple d’Hathor de la Turquoise au Moyen Empire à Sérabit el-Khadim, Paris, 1996.

Van Der Molen 2000
R. Van Der Molen, A Hieroglyphic Dictionary of Egyptian Coffin Texts, ProblÄg 15, Leyde, Boston, 2000.

Van Der Plas, Borghouts 1998
D. Van Der Plas, J.F. Borghouts, Coffin Texts Word Index, PIREI 6, Utrecht, Paris, 1998.

Vercoutter 1962
J. Vercoutter, Textes biographiques du Sérapéum de Memphis, BEHE 316, 1962.

Vittmann 1998
G. Vittmann, Der demotische Papyrus Rylands 9, ÄAT 38, Wiesbaden, 1998.

Vittmann 2002
G. Vittmann, « Der groβe Priesterstammbaum in Karnak », SAK 30, 2002, p. 351-371.

Ward 1982
W.A. Ward, Index of Egyptian Administrative and Religious Titles of the Middle Kingdom, Beyrouth, 1982.

Wild 1971
H. Wild, « Quatre statuettes du Moyen Empire dans une collection privée de Suisse », BIFAO 69, 1971, p. 89-130.

Wilson 1997
P. Wilson, A Ptolemaic Lexikon. A Lexicographical Study of the Texts in the Temple of Edfu, OLA 78, Louvain, 1997.

Winlock 1924
H.E. Winlock, « A Statue of Horemhab before his Accession », JEA 10, 1924, p. 1-5.

Yoyotte, López 1969
J. Yoyotte, J. López, « L’organisation de l’armée et les titulatures de soldats au Nouvel Empire égyptien », BiOr 26, 1969, p. 3-19.

Haut de page

Notes

1 Autres graphies données par les dictionnaires : Image , Image , Image (Wb I, 154, 6‑9) ; Image (Lesko 2002, p. 54). On trouve également Image (voir infra, doc. 3), Image (doc. 2) et de nombreuses variantes d’écriture sans autre apport significatif (cf. Contardi 2006, p. 151 [l]), ainsi que la graphie cryptographique Image (statue Boston MFA 24.743 = Klotz, Brown 2016, p. 281‑282, n. g).

2 Cette étude a été réalisée dans le cadre de ma thèse de doctorat portant sur Les grands prêtres d’Égypte à la fin du Nouvel Empire (XIXe-XXe dynasties). Histoire du haut-clergé sous les Ramessides. Je remercie mon directeur de recherche, M. Frédéric Servajean, et M. Marc Gabolde, ainsi que Mounir Habachy et Simon Thuault pour leurs relectures et remarques, de même que Laurie Rouvière (VÉgA), Federico Contardi et les referees anonymes de cet article pour les compléments qu’ils m’ont apportés.

3 Brugsch 1880.

4 Par exemple (Brugsch 1880, p. 24-25) : jʿḥ psḏ ḏbȝ⸗f n(y) rʿ ; cf. Wilson 1997, p. 127. On trouvera une série de parallèles dans LGG I, col. 644c-645c.

5 Wb I,154, 1-5.

6 Notamment sous la forme r-ḏbȝ. Cf. Wb V, 555, 5-556, 10 et 559, 1-560, 2 ; AnLex 77.5184, 77.5188, 78.4896, 78.4899, 79.3641 et 79.3644.

7 Brugsch 1880, p. 28-29.

8  Notamment Gauthier 1932, p. 125-126 ; Gardiner 1953b, p. 11 ; AEO I, p. 25* et 88* ; Gardiner 1948b, p. 20‑21 et 84 ; Wild 1971, p. 99-102.

9 Voir infra. Également « bras droit » : Valbelle, Bonnet 1996, p. 189. Voir aussi Favry 2017.

10 Wb I, 154, 6-9 ; AnLex 77.0536, 78.0586, 79.0389 ; Ward 1982, nos 573-583 ; Fischer 1985, nos 574, 576a et 578b ; Quirke 2004, p. 146 (index) ; Hannig 2006, col. 455c-456c ; Favry 2017, 112.

11  FCD, 35 ; Lesko 2002, p. 54 ; al-Ayedi 2006, nos 631-676.

12 DemGloss, p. 48 ; CDD, , p. 247-248.

13 Cauville 1997, p. 72. Voir aussi supra, n. 4.

14 Gauthier 1921b, p. 229‑230 ; Gardiner 1948b, p. 20-21 ; Gardiner 1953b, p. 11 ; Gardiner 1953a, p. 18, n. v ; Murnane 1977, p. 59 (avec bibliographie) ; Ward 1982, nos 575-576 (directeur), 577-578 et 580 (autres) ; Fischer 1985, nos 574 et 576a ; Quirke 1986, p. 113 ; Quirke 2004, p. 49-50, 61 et 111 ; al-Ayedi 2006, nos 638‑641 (directeur), 658‑662 (roi), 665 (vice-roi), 643 et 645 (autres) ; Desplancques 2006, p. 350-354 ; Hannig 2006, col. 455c-456c ; Kubisch 2008, p. 371 (index) ; Müller 2013, p. 197-205, nos 3-8, 19, 21 et 28 (vice-roi), 13 (roi), bibliographie non exhaustive. Des idénou de divinités sont également attestés, comme pour Amon et Khnoum (voir notamment Griffith 1909, p. 108-109, n. 12, o ; Vittmann 1998, p. 589, avec par exemple : jdnw n nṯr pn [avec nṯr = Amon]) ; Favry 2017. On trouve également, à partir de l’époque tardive, des entités idénou de divinités (Koenig 1981, p. 30-31, n. e ; LGG I, col. 644c‑645c).

15 a. : stèle Bologne KS 1933 (Moyen Empire) = Bresciani 1985, p. 32-33, no 7 ; b. : inscription SEH 303 (XVIIIe dynastie) = Gasse, Rondot 2007, p. 183-184 ; c. : KRI III, 612, 3.

16 Christophe 1948, p. 33.

17  Lefebvre 1929,p. 42, n. 4 ; Černý 1939, p. 23, 1 et p. 24, 11 ; Parker 1962, p. 16-17, 9-10 et p. 30-31 ; Eichler 2000, p. 191‑192 et 308, no 448 ; Vittmann 2002, p. 352 et 358, n. ee ; al‑Ayedi 2006, no 647 ; De Meulenaere 1993, p. 47, n. a (voir également références données par ce dernier en n. 2, et 4 pour Amon de Louqsor).

18 Références données parH. De Meulenaere (1993, p. 47, n. 3). Ajouter Contardi 2006, p. 143-144, pl. XI.

19 Letellier 1971, p. 125-126 ; KRI V, 424, 15 ; Raue 1999, p. 205.

20 Gauthier 1932, p. 125-126.

21  Vercoutter 1962, p. 4 et 7, n. I ; al-Ayedi  2006, no 652.

22 Caire CG 882 = Borchardt 1930, p. 133‑134 ; Gardiner 1948a, p. 36, 12-13.

23 Rubensohn, Knatz 1904, p. 21 ; Griffith 1909, p. 108-109, n. 12, o.

24 Coulon 2001, p. 138-139, n. c.

25 Frood 2003, p. 65 et 67, n. c (voir infra, doc. 1).

26 ÄgInschr II, p. 83, no 19580, 4-5 ; Gauthier 1921a, p. 27 ; Černý 1939, p. 55, 8 ; Wild 1971, p. 101, n. 6‑8 ; Haring 1997, p. 236-237 ; al-Ayedi 2006, nos 634 et 668 ; Pasquali 2011, p. 12, A.25.

27 Brunner-Traut, Brunner 1981, p. 96, pl. 65, no 470 ; Raue 1999, p. 220, n. 8.

28 Gardiner 1938, p. 161 (voir également infra, doc. 1 et n. 42).

29 Kemp 1978, p. 131.

30 Wild 1971, p. 101 ; Černý 2001, p. 133-147.

31 Wild 1971, p. 99 et 102.

32  Ouaouat et Kouch : Mûller 2013, p. 197-206, nos 9-12, 14, 16-18, 20, 24-26 et 29-30 ; cf. infra.

33 Schulman 1963, p. 85, n. 63 et p. 92-93 ; Schulman 1964, p. 34-35 et 133-136 ; Chevereau 1994, p. 34-42.

34  Voir Brugsch 1880, p. 30 ; Wild 1971, p. 100-101 (g) ; Jones 1988, p. 68, nos 79-80 ; Raue 1999, p. 405 ; Quirke 2004, p. 27 et 103 ; Guermeur 2005, p. 617.

35 Gardiner 1948b, p. 20-21.

36 Statue double Caire JE 35257 = KRI III, 448, 8.

37 Voir von Känel 1984, p. 53, doc. 26.

38 Pour une expression sans doute comparable à sr ḥb. Cf. Cannuyer 2010, p. 404-405, doc. 168-170.

39 C. Cannuyer (2010, doc. 169) ne lit pas jdnw mais sḏm-ʿš, en comprenant probablement Image au lieu de Image , et traduit « homme à tout faire dans la Maison de Vie ». Cependant, qualifier le frère, même factice, d’un grand prêtre d’Osiris de « personnel subalterne » est quelque peu gênant, aussi cette lecture – possible au demeurant – sera-t-elle écartée.

40 Gardiner 1938, p. 161 (12).

41  = KRI V, 432, 11.

42 Si on y ajoute l’exemple précédent et l’jdnw n pr-ʿnḫ Méry, fils du vizir (Pa)Râhotep (statue Londres BM EA 712 = KRI III, 65, 10), peut-être le même que celui du doc. 1 d’après D. Raue (1998, p. 347).

43 Gardiner 1938, p. 177.

44 Cette institution devait constituer une sorte de dépendance du temple, attachée, proche, mais presque autonome (Gardiner 1938, p. 177), ce qui est corroboré par les découvertes archéologiques à el-Amarna et dans les temples de millions d’années de Thèbes-ouest (Leblanc 2007, p. 1101-1107 [bibliographie p. 1105, n. 15-16]).

45 On peut noter le parallèle du titre de « idénou de la place des archives (jdnw n tȝ s.t n šʿt) » (stèle BM EA 167 = KRI III, 207, 8).

46 Concernant les liens entre le prêtre-ouâb de Sekhmet et la Maison de Vie, voir von Känel 1984, p. 279-281, § 8.

47 Cependant, étant donné le peu d’attestations de ce titre et sa variante jdnw n pr-ʿnḫ n nb Tȝ.wy (voir supra, n. 42), on peut également penser qu’il s’occupait en vérité de l’organisation générale de l’institution, c’est-à-dire à l’échelle du pays entier, ce qui pourrait expliquer la mise sur un pied d’égalité de Méry et d’Ounennéfer.

48 Frood 2003.

49 BM EA 1199, l. 3‑4.

50 Ou : « à la place de », « comme ».

51 Frood 2003, p. 67, n. c.

52 Wb II, 390, 6-9 ; Frood 2003, p. 66, n. c. Peut-être était-il le second d’un jmy-rȝ ḥw.t-nṯr, titre attesté dès le Moyen Empire (Ward 1982, nos 250-256 ; Fischer 1985, no 254a).

53 P. Sallier IV, vo 9, 1-5 = Gardiner 1937, p. 93-94 ; Caminos 1954, p. 355-356.

54 On n’étudiera pas ici la raison de tels liens entre un idénou de l’armée et un directeur du Double-Grenier, déjà abordés par Schulman 1964, p. 34-35 ; Spalinger 2013, 671.

55 P. Chester Beatty III (BM EA 10683), vo 4, 10-12 = KRI IV, 87, 1-3.

56 Voir KRI III, 87, n. 5a.

57 Jdnw n tȝ kȝ.t, certainement équivalent aux jdnw.w n tȝ js.t m S.t-Mȝʿ.t, titre traduit par H. Wild (1971, p. 101) « les deux représentants de la troupe (des ouvriers) dans la Place-de-Vérité » et par J. Černý (2001, p. 133) « deputy of the Gang in the Place of Truth ».

58 Černý 2001, p. 146-147.

59 P. Leyde 348, vo 10, 5-6 = Gardiner 1937, p. 137 ; Caminos 1954, p. 498 et 500-501.

60 Wb I, 154, 1-4 ; FCD, 35 ; AnLex 77.0535, 78.0584, 79.0388 ; Van Der Molen 2000, p. 62 ; Hannig 2003, p. 245 ; Hannig 2006, p. 455. Les CT VII, 270a [TS 1033], attestent l’emploi d’un vocable jdn.t servant à signifier qu’une formule était une version « alternative ». On constate en effet dans l’extrait en question que le nom de la divinité y est remplacé par celui d’une autre. Cette variante rejoint donc le sens de « suppléer, remplacer ». Pour d’autres sens dérivés, voir Van Der Plas, Borghouts 1998, p. 45 ; Daumas 1959, 76, 6 ; Edfou V, 114, 7 (à comparer à Edfou IV, 181, 11).

61 Brugsch 1880, p. 29.

62 Stèle de Kouban (Grenoble MG 1937), l. 15-16 = KRI II, 356, 1-3.

63 À mettre en parallèle avec la Grande Inscription Dédicatoire, l. 44 (= KRI II, 327, 12-14).

64 Statue Turin 1379, l. 9 = Gardiner 1953a ; Hari 1965, p. 208-214, pl. XXXVII.

65 Bien entendu, ces deux inscriptions procèdent de la propagande royale (cf. infra, n. 68-69). Voir aussi, sur le cas d’Horemheb, Hari 1965, p. 43, 139-140 et 152.

66 Statue New York MMA 23.10.1, socle, l. 8 = Winlock 1924, p. 1-5, pl. IV et tombe d’Horemheb à Saqqâra, montant de porte Londres BM EA 550, col. 6 = Martin 1989, p. 86, pl. 109-110 (pilaster 71). Autre variante (jdnw n ḥm⸗f m tȝ r-ḏr⸗f) sur le relief Louvre E 11273 = Delange 2019, p. 326-329, no 108.

67 Sur cette notion, voir Grandet 1987.

68 « C’est toi qui m’as établi toi-même [sur le trône] de To-Méri en tant qu’idénou de ton Double-Pays » (Karnak, temple de Ramsès III = KRI V, 224, 4 ; cf. Grandet 2013, p. 837-838, n. 15).

69 « Sois loué, toi dont Amon dit : “Les membres de [ta] famille ont été rassemblés, (et c’est) toi qui as été choisi parmi eux pour devenir le grand idénou de Kémet” » (P. Turin 1892, ro 1, 2 = KRI VI, 390, 6-8 ; Condon 1978, p. 8, 17 et 25, pl. I ; Grimal 1986, p. 208-209).

70 « Replace my position with a son of mine » (époque ptolémaïque, statue Rosenbach 1954.1969 = Klotz 2016, p. 440, l. 4) ; « [Bezüglich seines Sohnes] nicht soll er ihn vertreten in [seinem Monatsdienst für mein Totenopfer hier] » (VIe dynastie, tombe de Nebkaouhor = Goedicke 1970, p. 82 et 86, n. 10) ; « Er (der Sohn) ersetze meine Tätigkeit durch das, was er tat » (XXIIe dynastie, Caire CG 42213 = Jansen-Winkeln 1985, p. 102, [e, 3], 106 [19], 419 [5.9.17] et 484 [3]) – nous soulignons. Pour un exemple avec la mère, voir Martin 2005, p. 20-23, l. 3.

71 « Then my father was asked by the overseer of fields Mersu deputising for the Member [of Officialdom] » (Moyen Empire, P. UCL 32055, l. 5 = Collier, Quirke 2004, p. 102-103.

72 Stèle Louvre AF 9916 (Deuxième Période intermédiaire) = Delange 1987, p. 221‑223 ; Franke 1994, p. 82‑83, n. f ; Kubisch 2008, p. 266-267, n. L4/5.

73 Si aucun vocable anglais ne semble correspondre parfaitement à ce terme, il peut en revanche être rapproché de « deputy manager ».

74  Comparer : Trésor de la Langue Française Informatisé, s.v. « régisseur ».

75 Schulman 1964, p. 34-35 ; Shirley 2011, p. 308-312.

76 Schulman 1964, p. 34-35. Il décrit le rôle de l’idénou en contexte militaire, dont les tâches « mainly of an administrative nature » sont diverses, puisqu’il peut participer à l’approvisionnement des troupes, aussi bien qu’au transport de la turquoise des mines, en même temps qu’il exerce ses fonctions de « active superior of the ordinary “infantryman” ».

77 Yoyotte, López 1969, p. 7.

78 Schulman 1964, p. 134, 312b et p. 169, 512b ; Kruchten 1981, p. 45-46 (N). Voir les remarques de R.O. Faulkner (1953, p. 46) et de J. Yoyotteet J. López (1969, p. 7).

79 Cf. Trésor de la Langue Française Informatisé, s.v. « lieutenant » : « Celui qui tient la place du chef de guerre en l'absence de celui-ci ou le seconde ordinairement ».

80 « Militaires gradés de certaines catégories, chargés d’en aider d’autres d’un grade plus élevé » ; on en compte ainsi à différents niveaux de la hiérarchie, comme l’adjudant-général ou l’adjudant-major, qui sont à chaque fois chargés de seconder leur supérieur et de superviser les tâches relevant de la logistique quotidienne de la troupe (Nouveau dictionnaire militaire, s.v. « adjudant »).

81 « Officier supérieur du grade de commandant, dans les régiments. Il est spécialement chargé de surveiller et de contrôler toutes les parties de l’administration et de la comptabilité » (Nouveau dictionnaire militaire, s.v. « major »).

82 AEO I, p. 25*-26* ; Chevereau 1994, p. 34‑42 ; Grandet 2013, p. 870-872. Lieutenant : « Étymologie : Tenant lieu d’un autre. Officier qui est immédiatement au-dessous d’un chef, et qui est chargé de le suppléer en cas d’absence » ; on peut en trouver à différents niveaux, tels le lieutenant-colonel (second du colonel) et le lieutenant-général (général de division), mais à la différence de l’adjudant et du major, les tâches qu’il doit remplir s’apparentent directement à celles de son supérieur et relèvent donc essentiellement de l’aspect strictement militaire, l’administration étant secondaire, ou du moins uniquement supervisée, et la gestion quotidienne de la troupe absente de ses fonctions habituelles (Nouveau dictionnaire militaire, s.v. « lieutenant »).

83 Cf. Chevereau 1994, p. 34. La traduction « Feldmarschall » pour jdnw n ḥm⸗f m/n tj n.t-ḥtrj, proposée par A.M. Gnirs (1996, p. 31-34), paraît en revanche difficilement défendable.

84 Wild 1971, p. 102.

85 Wild 1971, p. 104.

86 Gauthier 1921b, p. 229-231 ; Mûller 2013, p. 44-46 et 197-206.

87 1. Coulon 2001,p. 138-139, n. c ; la même traduction (« desservant ») est employée dans el-Nubi, Gabolde 1999, p. 35-36. 2. De Meulenaere 1993, p. 47, n. a. 3. Vittmann 2002,p. 352 et 358, n. ee.

88 Ward 1982, no 575. Concernant les fonctions de l’jmy-rȝ pr, voir Haring 1997, p. 225‑229 ; Eichler 2000, p. 11-22.

89 Gasse 1988, p. 137 et 208.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edwin Dalino, « Comment traduire jdnw ? »Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (BIFAO), 119 | 2019, 95-114.

Référence électronique

Edwin Dalino, « Comment traduire jdnw ? »Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (BIFAO) [En ligne], 119 | 2019, mis en ligne le 05 mai 2020, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/bifao/3348 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bifao.3348

Haut de page

Auteur

Edwin Dalino

Doctorant en égyptologie UMR 5140 – Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, université Paul-Valéry Montpellier 3, CNRS, MCC.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search