Navigation – Plan du site

AccueilNuméros120Menkhéperrê A, Padiamenopé (TT 33...

Menkhéperrê A, Padiamenopé (TT 33) et Nectanébo II. La transmission du Livre de l’Amdouat de la Troisième Période intermédiaire à la Basse Époque
منخبرع أ، وبادي امنوبيس (مقبرة 33)، نقتانبو الثاني. انتقال كتاب الإمى-دوات الجنائزي من الفترة الانتقالية الثالثة إلى العصر المتأخر

Isabelle Régen
p. 357-391

Résumés

Sous les XXIe et XXIIe dynasties, l’Amdouat se diffuse au sein des grands prêtres d’Amon puis du personnel du dieu. Les modèles adoptés semblent puiser leurs racines dans les copies des premières tombes royales de la XVIIIe dynastie ; le dernier manuscrit bien daté est à situer au début de la XXIIe dynastie, sous le règne de Takélot II.
Ensuite, la tradition de produire des papyrus de l’Amdouat semble se perdre à Thèbes avant le début de la XXVe dynastie. Avec le retour aux tombes monumentales à la fin de la Troisième Période intermédiaire et au début de la Basse Époque (en particulier, celles de l’élite thébaine enterrée dans l’Assassif), la Renaissance kouchito-saïte est marquée par l’élaboration d’une recension kouchito-saïte du Livre des Morts ; un processus similaire peut être suspecté pour l’Amdouat. Enfin, la Renaissance sébennytique voit, particulièrement sous Nectanébo II, une autre période de renouveau des textes.

Haut de page

Texte intégral

Coresponsable du projet 17146 dans le programme quinquennal de l’Ifao 2017-2021 (« La tombe du prêtre Padiamenopé (TT 33) »). Ce texte a été présenté lors de la journée d’étude « Les textes funéraires de la Troisième Période intermédiaire à la Basse Époque » organisée à l’Ifao les 13-14 février 2019 par Florence Albert (Ifao) et Giuseppina Lenzo (université de Lausanne).

1Étudier la transmission du Livre de l’Amdouat, de la Troisième Période intermédiaire à la Basse Époque, requiert en premier lieu de rappeler les particularités de cette composition, notamment par rapport à un corpus bien connu et étudié comme le Livre des Morts. Ces particularités influent en effet sur la manière d’aborder sa transmission.

  • 1 Abdel Ghany 2016, p. 5-21 ; Abdel Ghany 2018, p. 1-21. Cf. Mauric-Barberio 2001, p. 315-350.
  • 2 Résumé et bibliographie de la question jusqu’à l’année 2000 par Wiebach-Koepke 2003, p. 23-26 ; l’ (...)
  • 3 Récemment : Stauder 2010 ; Jansen-Winkeln 2012, p. 87-106 ; Werning 2013, p. 237-281 ; Vernus 2017 (...)

2Auparavant, un bref rappel chronologique s’impose. Selon l’hypothèse formulée en 2018 par Khaled Abdel Ghany1, la date de rédaction de l’Amdouat est à situer au début de la XVIIIe dynastie, sans doute sous le règne de Thoutmosis Ier. Si par conséquent la date de rédaction du Livre semble admise, en revanche la date de composition de l’Amdouat a suscité un débat2 divisant les tenants d’une datation haute, à l’Ancien ou au Moyen Empire, et ceux d’une datation basse, au début du Nouvel Empire, à laquelle nous souscrivons3. Aussi, contrairement au Livre des Morts dont les prémices sont identifiées avant le Nouvel Empire, le Livre de l’Amdouat – si toutefois l’on admet la datation basse – semblerait presque apparaître ex nihilo au tout début du Nouvel Empire, suggérant d’y reconnaître une création originale du début de la XVIIIe dynastie.

3Après avoir succinctement abordé les particularités formelles et fonctionnelles du Livre de l’Amdouat, nous évoquerons la diffusion de cette composition au sein des grands prêtres d’Amon puis du personnel du dieu sous les XXIe et XXIIe dynasties, avant un hiatus dans la documentation précédant la Renaissance kouchito-saïte, cette dernière étant suivie d’une autre période de renouveau des textes que l’on pourrait qualifier de Renaissance sébennytique (XXXe dynastie).

Particularités formelles et fonctionnelles du Livre de l’Amdouat

4On peut dénombrer plusieurs particularités majeures de l’Amdouat, tant du point de vue de la forme que de la fonction de ce « Livre ».

  • 4 Or le monde est perçu/représenté comme un cercle : Clère 1958, p. 30-46 ; Scott 1986, p. 154-155 ; (...)

5Premièrement, à la différence du Livre des Morts, l’Amdouat présente une structure fixe, organisée selon une progression spatio-temporelle : le soleil voyage dans douze njw.wt successives, dans lesquelles on reconnaît habituellement les douze heures de la nuit, en oubliant souvent que ce terme désigne un espace, qui plus est habité. Les douze njw.wt correspondent en effet aux douze secteurs (horaires4) du ciel inférieur que constitue la Douat.

  • 5 À distinguer des papyrus de l’Amdouat de la Troisième Période intermédiaire parfois qualifiés d’«  (...)
  • 6 Vernus 2016, p. 285.
  • 7 Commenté par Abitz 1995, p. 32-43 ; Manassa 2013b, p. 47-68 ; Lapčić 2014, p. 176-180.
  • 8 Comme le remarque P. Vernus (2016, p. 285), cette version courte avait son « auctoritas propre ». (...)
  • 9 Baines 1990, p. 12-13.
  • 10 Vernus 2016, p. 286.

6Autre spécificité, ce Livre présente trois formes différentes : une version longue ; une version courte traditionnellement appelée « Abrégé5 » (swy, litt. « collection6 ») ; enfin, un index divin (Götterkatalog7). Cet accompagnement de la version intégrale et illustrée du Livre d’un Abrégé dépourvu d’images8, sans oublier un index raisonné de divinités – les ennemis en étant exclus – témoigne à l’évidence d’une recherche fonctionnelle9. Il exprimerait aussi « l’idée que les descriptions qu’elles donnent de l’Au-delà demeurent en deçà de sa réalité profonde10 ».

  • 11 Voir par ex. Hornung, Abt 2007, p. 386, 389, 396, 400, 404, 409, 412, 415, 419, 422 (Abrégé).

7Toujours du point de vue formel, on rappellera que ce Livre décrivant le voyage du soleil durant les douze heures de la nuit est un texte à disposer selon une orientation donnée, si l’on en croit les indications rituelles présentes dans le texte11.

  • 12 Nerlich 1990, p. 255-302, 268 : « Une unité indissoluble de texte(s) et image(s) dans laquelle ni (...)
  • 13 Werning 2018a, p. 209-242.
  • 14 Cf. le concept d’ambimodalité défini par Lapčić 2014, p. 180-183, qui prépare une thèse sur les re (...)

8Enfin, écrit et image y sont si étroitement imbriqués qu’il serait plus exact de définir l’Amdouat, non comme un texte, mais comme un iconotexte12. Ce Livre, comme d’autres Livres du Monde inférieur, affectionne en effet les représentations par diagrammes13, tentant de la sorte de rendre la complexité et l’altérité de la Douat. Par conséquent, suivre le destin du Livre de l’Amdouat à la Troisième Période intermédiaire et à la Basse Époque, c’est inévitablement tenir compte de cette forme iconotextuelle. C’est également être attentif aux interactions entre le texte et l’image14, et se demander par exemple si le texte et l’image ont fait l’objet, ou pas, d’une transmission synchrone.

  • 15 Notamment Werning 2007, p. 1935-1949.
  • 16 Assmann 1970, p. 57, n. 2 ; cf. Assmann 1983, p. 24-53 ; cf. Lieven 2002, p. 47-58.
  • 17 Comme le Livre des Morts, les Litanies du Soleil ou encore le Livre des Douze Cavernes (ex-LdM 168 (...)
  • 18 Également par des métadiscours : I. Régen in Traunecker, Régen 2015-2016, p. 77-81.
  • 19 Au premier chef, l’approvisionnement du mort, puis le bon cheminement dans l’au-delà en compagnie (...)

9Du point de vue fonctionnel à présent, l’utilité de l’Amdouat pour le mort doit être soulevée, tant la présence et le rôle du trépassé y sont presque accessoires. Où est en effet le défunt, dans ce Livre « héliocentré », sorte de Res gestae nocturnes de Rê, où le reste des intervenants ne sont finalement que des faire-valoir du dieu soleil et de ses actions ? Les mentions du mort y sont généralement réduites à des insertions textuelles et iconographiques dont le caractère secondaire est manifeste, comme en témoignent des erreurs dans le changement de pronom15. On a reconnu dans ces éléments des indices d’une adaptation à la sphère funéraire d’un texte de temple, possiblement un traité de cosmographie porté à la seule connaissance du roi en tant que premier officiant du culte solaire16. Pour autant, de manière presque curieuse, l’Amdouat ne semble pas à ce jour attesté dans les temples, à la différence d’autres Livres17. L’adaptation et, donc, la personnalisation18 du texte pour le défunt sont également perceptibles dans les revendications d’efficacité rencontrées à la fin de chaque heure de la nuit, promettant à « celui qui sait » toutes sortes de bénéfices similaires à ceux que confère l’usage du Livre des Morts19.

  • 20 Hornung 1987, p. 102-109 (Th. III).
  • 21 Cf. une notice de l’Abrégé (LdA 2) : « Quant à celui qui connaît les paroles qu’adressent les dieu (...)
  • 22 J’envisage de présenter ce versant liturgique de l’Amdouat lors du colloque organisé à Lausanne le (...)
  • 23 Wente 1982 (Amdouat, Livre des Portes) ; Jenni 2011, en particulier p. 241-243 (« Die Sonnenlitane (...)

10En outre, on peut se demander si ce texte avait – dans sa forme originelle et pré-funéraire – une finalité plus intellectuelle que pratique. L’Amdouat semble en effet plus axé sur le savoir que sur le faire. Du reste, le verbe r apparaît à neuf reprises dans le seul titre du Livre20. L’Amdouat donne connaissance du maintien nocturne de l’ordre du monde, en tentant de retranscrire les paroles et les actes du créateur21, tout comme les réponses de ses subordonnés, par une sorte de méta-médium (iconotexte). Ce traité comprend néanmoins une mise en application rituelle via l’orientation du texte sur les parois et, surtout, l’offrande aux dieux de la Douat22. Cet aspect liturgique, sans doute d’une importance majeure, est pourtant négligé dans l’étude de l’Amdouat et, plus généralement, celle des Livres du Monde inférieur23.

  • 24 http://totenbuch.awk.nrw.de/uebersicht/objekte (consulté le 17 septembre 2020).
  • 25 Plus de 200 papyrus ; une centaine d’extraits ou de mentions (parfois discrètes) sur les cercueils (...)
  • 26 Notamment par le biais d’une paronomase : « le guide réservé (ʿft.t ʿn.t), l’écrit secret de la D (...)
  • 27 Possible extension sémantique à la Basse Époque, où l’appellation désigne l’ensemble du programme (...)
  • 28 Wegner 2009, p. 135-136 ; cf. Gauthier 1925, p. 160, et KRI II, 333,15 (Séthy décédé y est entré). (...)
  • 29 Par ex., Dend. X, 26,5-6 ; 27,4 ; 31,3 ; 41,12 ; 94,16 ; Manassa 2007, p. 419, n. 51.
  • 30 CT VI, 176h-j (TS 572) : « Je serai parmi les compagnons (jmy.w-t) d’Osiris et les suivants (jmy. (...)
  • 31 7e salle / porche de la tombe : CT VII, 108r (BH4C, TS 901) : « La salle cachée, maîtresse des voi (...)
  • 32 Cf. ḏȝḏȝ.t ʿ.t jmn.t, « le tribunal de la salle cachée » du Livre des Cavernes, Leitz (éd.) 2002, (...)
  • 33 « Ils allèrent à l’intérieur de la septième salle. Ce que vit alors Setné, ce fut l’incarnation du (...)

11Enfin, une dernière spécificité de l’Amdouat est sa diffusion limitée. Comparée à celle du Livre des Morts, elle apparaît presque confidentielle : si environ 3 000 documents24 nous sont parvenus pour le Livre des Morts, ne sont actuellement connues guère plus de 350 sources pour l’Amdouat, datées pour l’essentiel de la Troisième Période intermédiaire25. Quelles peuvent en être les raisons ? L’Amdouat, peut-être plus encore que le Livre des Morts, consigne ce que John Baines qualifie de « restricted knowledge26 », maintes fois proclamé au cours du Livre par des injonctions au secret, à commencer par le titre même de la composition (« Les Écrits de la Salle Cachée », sš.w n(y.w) ʿ.t jmn.t27). Autant le titre égyptien du Livre des Morts indique clairement sa finalité (« sortir au jour »), autant celui de l’Amdouat n’en dit mot, pour se focaliser sur son accessibilité restreinte. Selon nous, cette « salle cachée28 » est dans certains cas le caveau, mais elle est également en lien avec la psychostasie. En effet, bien avant de devenir l’une des désignations du lieu de confection des figurines de Khoïak29, l’expression ʿ.t jmn.t, associée à Osiris dès les Textes des Sarcophages30, est identifiée à la septième et dernière salle (ou porche) de la tombe31 où trône Osiris victorieux et où se déroule le jugement du mort32, élément dont le cycle de Setné-Khaêmouaset fournit au passage un écho33.

12L’ensemble des particularités formelles et fonctionnelles que nous venons d’énumérer influent sur la façon d’aborder la transmission de l’Amdouat. Aussi, il importait de les rappeler avant de tenter à présent de retracer les grandes lignes de l’histoire de cette composition. Nous y inclurons des remarques sur l’aspect social de la transmission, puisque les communautés de répertoires décoratifs sont le reflet de groupes sociaux.

L’Amdouat et les fonctionnaires d’Amon (XXIe-XXIIe dynasties)

  • 34 Tombes, XXIIe dynastie : Tanis, NRT I, Osorkon II (865-830) : extraits LdA 10, 12 (Roulin 1998, p. (...)

13Durant la Troisième Période intermédiaire, l’Amdouat est connu essentiellement par des papyrus et, dans une moindre mesure, par des cercueils et de rarissimes tombes34, la sépulture décorée étant, comme on le sait, presque inexistante à cette époque. Les papyrus présentent une très grande diversité typologique et seront ici majoritairement abordés.

14On peut résumer comme suit la connaissance actuelle de la documentation sur papyrus et cercueils :

  • 35 Notamment : Sadek 1985 ; Niwiński 1989 ; Niwiński 2009, p. 156-158, fig. 60-83 (LdA 11) ; Taylor 2 (...)
  • 36 Les cercueils empruntent des éléments à l’Amdouat, notamment dans le but d’illustrer le thème de l (...)
  • 37 P. Turin cat. 1785 (Pénoupéquer) (cf. P. Caire SR IV 652, Djedamoniouefânkh = Amdouat ?). Pour les (...)
  • 38 Communication personnelle de C. de Araújo Duarte, que nous remercions.
  • 39 Les premières heures sont bien moins fréquentes : Quirke, Tait 1994, p. 147-149, pl. XV-XVI (anony (...)
Papyrus35 Cercueils36
Pontificat du grand prêtre d’Amon Menkhéperrê A (1045-992) (type A.I de A. Niwiński) – Takélot II37 (834-809) (type A.III) XXIdyn. : pontificat de Psousennès (1039-989) – Pinedjem II (990-969) XXIIe dyn. : à étudier
Plus de 200 manuscrits  Plus d’une centaine d’emprunts38
Souvent heures 9 à 1239 Souvent heures 9 à 12

15Sous la Troisième Période intermédiaire, le papyrus de l’Amdouat inclus dans le viatique funéraire comprend souvent les heures 9 à 12. L’Amdouat est d’abord adopté par les grands prêtres d’Amon et les hauts personnages du temple d’Amon – la production de papyrus semble débuter sous le pontificat du grand prêtre d’Amon Menkhéperrê A – puis se diffuse à l’ensemble du personnel du dieu.

  • 40 Au moins un papyrus (Turin cat. 1780, Nesamon) fait exception, avec ses figures pleines et colorée (...)
  • 41 Selon les auteurs, les papyrus de la Troisième Période intermédiaire dériveraient essentiellement (...)
  • 42 Après la XXIe dynastie, la tombe de Padiamenopé (TT 33, fin de la XXVe ou début de la XXVIe dynast (...)
  • 43 Par exemple, le P. Berlin 3001 note l’intégralité de l’Abrégé de l’Amdouat ; photos dans Hornung 1 (...)
  • 44 Hornung 1987, p. xiii, xiv, xvi ; Hornung 1991, pl. 160-171 ; Abitz 1995, p. 30-31 ; Leblanc 1998, (...)
  • 45 Voir par ex. Lieven 2016, p. 60-61 ; Lieven 2001, p. 41-64. En outre, Bommas 2015, p. 50, rappelle (...)
  • 46 Il n’hésite pas à réutiliser un sarcophage qui aurait pu appartenir à Ramsès II (hypothèse de Fréd (...)
  • 47 Vernus 2016, p. 301.

16On peut s’interroger sur le soudain regain d’intérêt pour l’Amdouat devenu secondaire dans le décor des tombes ramessides, exception faite de Ramsès VI. En effet, la forme de l’Amdouat adoptée par les grands prêtres d’Amon témoigne du désir de reprendre les codes royaux du début de la XVIIIe dynastie et, en se plaçant dans leur lignée, sans doute d’une volonté de légitimation de leur pouvoir. Outre la nature même des copies, le choix d’un tracé linéaire40 des figures de l’Amdouat sur des papyrus de la Troisième Période intermédiaire renvoie immanquablement aux tombes du début de la XVIIIe dynastie41. Avant la XXIe dynastie42, la présence de l’Abrégé (swy) est attestée dès le début de la XVIIIe dynastie (vizir Ouseramon, Thoutmosis III, Amenhotep II et Amenhotep III43), puis dans les tombes de Séthy Ier et Ramsès II, ainsi qu’une brève citation dans la tombe de Ramsès IV44. On sait que les grands prêtres d’Amon tenaient notamment en haute estime Amenhotep Ier et Thoutmosis III45. Dans cette optique, il est d’autant plus signifiant qu’un grand prêtre d’Amon se nomme Menkhéperrê (A)46 et sa sœur Maâtkarê. Amenhotep Ier, quant à lui, apparaît divinisé sur des cercueils et des cartonnages de la Troisième Période intermédiaire. À ce propos, on ignore à ce jour si Amenhotep Ier avait sélectionné l’Amdouat dans le programme décoratif de son hypogée, mais cela n’a rien d’improbable. Dans tous les cas, la volonté des grands prêtres d’Amon de se placer dans la lignée prestigieuse des premiers souverains de la XVIIIe dynastie (à défaut d’appartenir à leur lignage) est donc manifeste et se traduit jusque dans le viatique funéraire. Comme le rappelle Pascal Vernus, ces textes royaux « étaient investis d’un prestige particulier, rejaillissant aussi, par-delà, sur le corpus dans lequel ils avaient été sélectionnés. Ils étaient indubitablement reconnus comme porteurs d’auctoritas et légitimés comme expression identitaire de l’élite à travers son sommet, le pharaon, puis de la sub-élite grâce auxquelles celui-ci assurait l’emprise de son pouvoir47 ».

  • 48 Pour A. Sadek (1985, p. 326), les heures 1 à 8 représenteraient les rites royaux et ne pourraient (...)

17On peut à présent se demander pour quelle(s) raison(s) l’Amdouat adopte une forme particulière à la Troisième Période intermédiaire. Pourquoi les heures 9 à 12 sont-elles privilégiées dans ces documents48 ? La sélection raisonnée des heures s’explique vraisemblablement par un souci d’économie et d’efficacité. Le choix se porte sur les heures plus significatives et utiles pour le mort. La présence d’un tribunal divin à la 9e heure peut être ainsi mise en parallèle avec le jugement des morts du chapitre 125. Les heures suivantes (10 à 12) voient ensuite la transfiguration progressive du défunt, qui atteint son apothéose avec le lever du soleil au terme du Livre.

  • 49 À l’instar du Livre des Morts, par ex., Lenzo 2012.
  • 50 Manuscrit anonyme. Seule la première moitié du papyrus a pu être mesurée (4,84 m de long) : P. Cai (...)
  • 51 Papyrus C21 (SR 1003), Sadek 1985, p. 169.
  • 52 Huit colonnes (= titre et 1re heure uniquement, C21) ; 12 colonnes (C4) ; 16 colonnes (C2) ; 40 co (...)

18En outre, un papyrus plus court est évidemment un papyrus moins cher49. Dans cette perspective, il serait intéressant de comparer en détail les types et longueurs de ces papyrus de l’Amdouat. À défaut, un bref regard sur leurs dimensions, indépendamment de leur type, montre qu’ils dépassent très rarement 2,50 m. Seules les versions consignant les quatre dernières heures de l’Amdouat et augmentées d’une version plus ou moins partielle de l’Abrégé dépassent largement cette taille, pouvant atteindre 9 m (?)50. Le plus court, de facture médiocre, mesure 76 cm de long51, mentionnant seulement le titre de l’Abrégé et la 1re heure. En fin de compte, la longueur très variable des copies de l’Abrégé indique que les ateliers s’adaptaient au plus juste aux moyens du commanditaire, érigeant alors en maître le concept du pars pro toto, en vertu duquel la copie de quelques colonnes de l’Abrégé apparaissait à la fois fonctionnelle et compatible avec un budget serré52.

  • 53 Djedmout, type A.II.2a : Bottigliengo 2012 (LdA 7, 9, 10, 11, 12).
  • 54 Cf. Hornung 1981, p. 226.
  • 55 Ainsi sur le papyrus de Djedamoniouefânkh, Piankoff, Rambova 1957, no 27.
  • 56 Ragazzoli 2016.
  • 57 En particulier les types A.II.2 et A.III.2 de A. Niwiński ; voir par ex. les P. Skrine (Ânkhefenkh (...)
  • 58 Le Âha/Bès paré d’un masque d’Anubis est à rapprocher du Âha des ivoires magiques (P. MMA 25.3.33, (...)
  • 59 Par ex., Martin 2009, p. 277-294. Les statuettes de pleureuse en bois peint (Isis, Nephthys), non (...)

19Un désir accru d’économie semble motiver l’élaboration de certains manuscrits. Ainsi, sur le papyrus Bolaffi, découvert dans le socle d’une figurine momiforme recouverte de résine noire53, les heures sélectionnées sont réunies et synthétisées dans la structure d’une seule et même heure, la douzième, dont l’arrondi final et la scène afférente (Chou hissant le soleil Khépri) servent de clôture à la représentation54. Parfois, cet encadrement terminal suffit presque à lui seul à évoquer le triomphe solaire du mort, en marquant les limites de la Douat que le défunt va bientôt franchir pour se lever avec le soleil55. Ce type de papyrus offre donc un bel exemple de « miscellanéité », pour reprendre le concept introduit en égyptologie par Chloé Ragazzoli dans l’étude des belles-lettres56. Aussi, ces manuscrits condensant les extraits de diverses heures de l’Amdouat au sein de la structure de la 12e heure – cherchant ainsi à pallier l’absence de décoration des parois en dépit d’un support restreint – pourraient être appelés des « Amdouats-miscellanées57 » (fig. 1). Parfois, le recours à la miscellanéité et à ses combinaisons infinies est davantage marqué dans certains Amdouats-miscellanées, par l’introduction de motifs extérieurs à l’Amdouat enrichissant la thématique du lever imminent du soleil documenté par la 12e heure. En effet, certains manuscrits incluent dans le cadre de la dernière heure de la nuit des génies-gardiens connus anciennement (fig. 2), certains depuis le Moyen Empire58, d’autres depuis le Nouvel Empire (notamment sous la forme de figurines de bois déposées autour du sarcophage royal59). Lors du moment critique de la transition entre le jour et la nuit, ces entités protègent le soleil et le mort voyageant en sa compagnie. Dans ce cas, l’ajout de ces éléments apotropaïques dans l’Amdouat vient en quelque sorte renforcer l’équipement de la protection du caveau ; en effet, le papyrus tend alors à fonctionner comme les vignettes des chapitres LdM 151 et 182, présentant un caveau équipé et protégé durant la veillée horaire du défunt devenu Osiris (Stundenwachen).

  • 60 « It is probably fair to say that the diversity of content which these manuscripts display sometim (...)
  • 61 Manassa 2007, p. 283-284.
  • 62 Joubert 2018. Cf. la désignation au pluriel « The Books of the Earth » employée par Roberson 2012.

20De manière générale, les papyrus de l’Amdouat présentent une très grande diversité que Andrzej Niwiński a tenté de raisonner dans une courageuse typologie, depuis les types A.I, les plus anciens, jusqu’aux types A.III, les plus récents. Évidemment, le foisonnement iconotextuel de la Troisième Période intermédiaire peine parfois à rentrer dans les cases60 et il est vraisemblable que les Égyptiens eux-mêmes usaient d’une taxinomie des textes religieux bien plus souple que la nôtre61. Aussi, désigner ces manuscrits composites comme « des Amdouats62 » paraît-il approprié.

  • 63 Exemplaires du musée du Caire par Sadek 1985.
  • 64 Nous reprenons les datations de Lenzo 2018-2019.

21En dépit de l’existence d’une précieuse typologie et de l’étude détaillée d’un lot63, ces Amdouats sur papyrus pâtissent de l’absence d’une analyse d’ensemble tenant compte de l’avancée des connaissances sur l’histoire de la Troisième Période intermédiaire. De nombreux exemplaires inédits dorment sans doute dans les collections et ceux édités le sont souvent dans des publications disséminées. Cela explique sans doute en partie que, parmi plus de deux cents manuscrits de l’Amdouat connus, à peine cinq bénéficient à ce jour d’une datation assurée, (sous la XXIIe dynastie)64 :

  • 65 Sadek 1985, pl. 12-13 (C6).

– P. Caire SR VII 10246 (type A.II.1a) ; troisième prophète d’Amon Djedptahiouefânkh, sous le règne de Chéchonq Ier65 ;

  • 66 P. Cleveland 1914.725 : Berman, Bohač 1999, p. 375 (photo) et Niwiński 1989, pl. 37b. P. Cleveland (...)

– les manuscrits d’un couple, Bakenmout et son épouse Bouirharmout, dont chacun a opté pour un type d’Amdouat différent (P. Cleveland 1914.732 ; type A.II.1a) (P. Cleveland 1914.725 ; type A.II.2a)66 (début XXIIe dynastie) ;

  • 67 Berlev, Hodjash 1998, pl. 161.
  • 68 Aux papyrus de Khonsoumès (BNF EG 153-154, type A.III.2a) et Djedkhonsouiouesânkh (Louvre 3276, ty (...)

– P. St-Pétersbourg NRL 267 (type A.II.2a) : Osorkon D, fils du grand prêtre d’Amon Chéchonq Q et petit-fils d’Osorkon Ier, donc à dater entre Osorkon Ier et Osorkon II. On y soulignera l’inclusion rarissime de scènes du Livre de la Terre dans l’Amdouat, connus par quelques autres papyrus68 ;

  • 69 Niwiński 1989, p. 369 (Turin 14).

– P. Turin cat. 1785 (type A.II.2a) : Pénoupéquer, fils de Iahouben69 (Takélot II) ;

  • 70 Piankoff, Rambova 1957, no 27.

enfin, dans le cas où on le considère comme un Amdouat, il faudrait en outre inclure le papyrus de Djedamoniouefânkh70 (Takélot II) (P. Caire SR IV 652 = JE 95718 ; type A.III.2a).

22Malgré une typologie et d’une datation complexes à appréhender, il semble que la production des papyrus soit guidée par une volonté toujours plus grande de synthèse, illustrée par trois phases principales : copie classique des heures 9 à 12 ; miscellanées des heures 9 à 12 réunies en une seule heure ; en dernier lieu, fusion des deux papyrus traditionnels du viatique funéraire (Amdouat et Livre des Morts, fig. 3). Néanmoins, une étude d’ensemble serait indispensable pour conforter ou infirmer cette hypothèse.

  • 71 Voir supra, n. 58.
  • 72 Le texte est parfois absent, et l’emprunt réduit au seul motif.

23Dans tous les cas, le manque d’espace contribue à stimuler l’esprit de synthèse des compositeurs, les poussant à recourir à des combinaisons iconotextuelles souvent inédites. Ainsi, dans les Amdouats-miscellanées71, où des extraits d’heures différentes sont compilés dans le cadre unique de la 12e heure, des éléments iconotextuels72 disparates sont associés (fig. 1-2) ; or, en créant des juxtapositions nouvelles, on crée des relations inusitées entre les unités iconotextuelles sélectionnées, et donc peut-être aussi un sens nouveau. La miscellanéité est donc potentiellement génératrice d’une sémantique nouvelle. Cela est sans doute également vrai du point de vue esthétique, mais la réception par le personnel d’Amon de ces Amdouats condensés de la Troisième Période intermédiaire reste difficile à appréhender.

  • 73 Art d’assembler des motifs colorés sur des tentures.
  • 74 P. Caire SR IV 528 (= JE 95637), Ânkhesenmout, type A.II.3 : Niwiński 1989, p. 189, fig. 64.

24En outre, il est possible de proposer une hypothèse relative aux mécanismes de composition des Amdouats-miscellanées de la Troisième Période intermédiaire dans lesquels une combinaison presque infinie d’unités iconotextuelles est possible. Dans ce travail d’assemblage, de patchwork, ou encore, pour reprendre un terme d’arabe égyptien, de kheyyameya73, les compositeurs devaient probablement disposer d’outils pour les aider dans leur tâche. Aussi le Götterkatalog de l’Amdouat ne témoignerait-il pas, de manière indirecte bien entendu, de l’existence d’un tel outil ? N’aurait-on pas dans ce type de présentation tabulaire d’un fonds iconotextuel la « brique de base » de l’Amdouat ? Au passage, un papyrus de la Troisième Période intermédiaire assemble trois motifs de la 11e heure, quasi juxtaposés dans l’index divin de Thoutmosis III, alors même qu’ils sont éloignés dans la composition dans l’heure complète (fig. 4)74.

  • 75 Cf. la chapelle no 3 (extraits LdA 1, LdA 2, LdA 6 ; LdM 147), Piankoff 1955, p. 79-83, 85-89.
  • 76 Darnell 2004, p. 38. Comme on le sait, cette appellation générique a été improprement attribuée au (...)
  • 77 Cf. Manassa 2007, p. 284.

25On rappellera également qu’avant la Troisième Période intermédiaire, la combinaison de l’Amdouat avec le Livre des Morts est attestée sur l’une des chapelles de Toutânkhamon75 où, ce n’est pas fortuit, le terme générique (au féminin) jmy.t-Dwȝ.t est attesté pour la première fois (chapelle no 2)76. Ces jmy.w-Dwȝ.t sont donc des sortes de « Miscellanées de la Douat », ce qui montre que l’ensemble de ces livres était perçu comme un tout77. On pourrait donc identifier chez Toutânkhamon les prémices des papyrus de la Troisième Période intermédiaire.

  • 78 Taylor 2016, p. 148.

26Le dernier papyrus de l’Amdouat de la Troisième Période intermédiaire bien daté est à situer au début de la XXIIe dynastie, sous le règne de Takélot II. Ensuite, la tradition de produire des papyrus de l’Amdouat semble se perdre à Thèbes avant le début de la XXVe dynastie78.

La Renaissance kouchito-saïte (XXVe-XXVIe dynasties)

  • 79 Einaudi 2017, p. 163-168.
  • 80 Par ex., l’Amdouat est absent des parois de la tombe d’Ibi (TT 36), mais au moins deux motifs (LdA (...)

27Avec le retour aux tombes monumentales à la fin de la Troisième Période intermédiaire et au début de la Basse Époque, la Renaissance kouchito-saïte marque un renouveau identifié, pour le Livre des Morts, par l’élaboration d’une recension (kouchito-)saïte79. Un processus similaire peut être suspecté pour l’Amdouat, ce qui amène à inclure cette composition dans la liste des textes recompilés à cette période. Outre les tombes, l’Amdouat apparaît également à cette période sur des cercueils et sarcophages (fig. 4)80.

28À ma connaissance, et de manière presque surprenante, aucun papyrus de l’Amdouat ne semble connu, ou du moins daté, de cette période ; aussi, à l’inverse du début de la Troisième Période intermédiaire, la documentation est-elle essentiellement constituée par les parois décorées des tombes kouchito-saïtes, au sein desquelles la nécropole thébaine de l’Assassif occupe une place majeure. On relèvera qu’à la différence des rois saïtes (du moins Psammétique II), les pharaons kouchites ne semblent pas avoir retenu l’Amdouat dans le programme décoratif de leurs tombeaux. Aurait-il pu être noté sur des papyrus aujourd’hui disparus ?

  • 81 Par exemple pour l’Amdouat ou des chapitres du Livre des Morts.

29À cette époque, le recours au système du pars pro toto devient encore plus répandu, à l’exception notable de la tombe du prêtre lecteur Padiamenopé (TT 33, Assassif, fin de la XXVe dynastie ou début de la XXVIe dynastie) marquée par une approche de compilateur et privilégiant des copies intégrales sinon en double exemplaire81.

À Thèbes 

  • 82 Salle XII, paroi nord (70 colonnes). Exceptionnellement placée avant la version longue pour des ra (...)
  • 83 Cf. les Litanies du Soleil notées sur les piliers du caveau de Thoutmosis III décoré de l’Amdouat. (...)
  • 84 Voir supra, n. 57.

30La tombe de Padiamenopé conserve, de manière exceptionnelle, trois versions de l’Amdouat : deux versions longues (l’une autour du cénotaphe osirien, XII-XIII, l’autre dans le caveau, XXII) et une copie intégrale de l’Abrégé82. La version longue de l’Amdouat de la salle du cénotaphe présente plusieurs originalités : elle comprend entre chaque heure, de façon presque systématique, des combinaisons de texte n’appartenant pas à l’Amdouat mais à la thématique similaire : Livre de la Nuit, Litanies du Soleil83 et, surtout, des portes issues du Livre des Portes, offrant un exemple spectaculaire de miscellanéité monumentale (fig. 5). À la différence des Amdouats-miscellanées84 sur papyrus du début de la Troisième Période intermédiaire où la fusion de différents Livres s’opérait au sein d’un seul et même cadre (souvent celui de la Schlußszene de la 12e heure), le cadre originel de chaque composition funéraire est maintenu chez Padiamenopé. Aussi, les extraits des différents livres sélectionnés sont juxtaposés et non fusionnés. Assurément, l’espace disponible y est radicalement différent (2 622 m2 de parois décorées de la TT 33) de celui des manuscrits des XXIe-XXIIe dynasties.

  • 85 Aussi P. BM EA 9984, P. BM EA 79430. La combinaison de l’Amdouat et du Livre des Portes est rare d (...)

31Au Nouvel Empire, les portes mentionnées dans l’Amdouat ne sont pas représentées. Or, la figuration de telles portes dans l’Amdouat est déjà attestée, certes de manière discrète, à la Troisième Période intermédiaire (fig. 5)85. Par conséquent, la version de Padiamenopé reprend et développe l’usage de ces portes, d’autant plus que les décorateurs ont dû faire face à une contrainte majeure : dérouler un Amdouat assez long pour courir le long du cénotaphe osirien et se terminer face au Livre de la Terre du couloir XIII-3.

  • 86 L’emprunt d’éléments du Nouvel Empire est à suspecter, si l’on en croit l’analyse d’autres Livres (...)
  • 87 Cf. Sadek 1985, p. 208, pl. C28. On notera en outre que seules (?) les heures des tombes de Thoutm (...)
  • 88 Rajouter de fait une flèche reliant « Funerary Papyri of the TIP » à « Tombs. Late 25th/26th Dyn. (...)

32En outre, de façon singulière, la copie de l’Amdouat de Padiamenopé du cénotaphe osirien comprend une copie de l’Abrégé, à l’instar des manuscrits des XXIe-XXIIe dynasties qui s’inspirent eux-mêmes des premières tombes royales de la XVIIIe dynastie. En d’autres termes, la version de Padiamenopé trouve (une partie86 de ?) ses racines dans les modèles utilisés au début de la Troisième Période intermédiaire, ces papyrus puisant eux-mêmes leurs sources dans les modèles royaux du début de la XVIIIe dynastie87. Par conséquent, l’Amdouat de la TT 33 semble présenter une copie (en partie ?) indirecte des tombes de la Vallée des Rois88.

  • 89 Régen 2018, fig. 1-9, p. 172-176.
  • 90 Régen 2015a, p. 217-246 ; Régen 2018, p. 162-176.
  • 91 Roberson 2012, p. 295-300.
  • 92 Noté au plafond des tombes royales au Nouvel Empire, le Livre de la Nuit est ensuite noté sur les (...)
  • 93 L’identité de groupe n’exclut pas pour autant l’identité personnelle puisque la variance des texte (...)
  • 94 Dont les fonctions sont souvent reliées au culte thébain d’Amon.
  • 95 Vernus 2016, p. 279-280.

33Semblant corroborer cette hypothèse, quatre voisins de nécropole de Padiamenopé privilégient les dernières heures de l’Amdouat89 – séparées par des portes – assemblées selon des combinaisons similaires dans un florilège d’aubes : scène finale du Livre des Portes, associée à une forme spécifique du Livre de Nout90 (« The Asasif Book of Nut »), du Livre de la Terre91 (Aker Group) et, au moins chez Padiamenopé, du Livre de la Nuit92. Le recours à des répertoires communs ajouté à la probable création de versions spéciales, distinctes et donc distinctives, marque manifestement l’admission dans un groupe social donné93, ici l’élite thébaine inhumée dans l’Assassif à l’époque kouchito-saïte94. En effet, la sélection à l’œuvre dans le programme décoratif de la tombe fonctionne comme un marqueur social, participant des stratégies de présentation de soi : « L’ésotérisme du texte, par-delà sa fonction purement magico-religieuse, a une fonction sociale en ce qu’il vise à opérer de la différenciation ; c’est un instrument manipulé à cette fin. Dans l’ensemble de la société, il distingue théoriquement un petit nombre d’initiés, le constitue en élite et en devient, par là même, une expression identitaire, à travers laquelle affirmer son rattachement95. »

  • 96 Fin de la XXIe dynastie (Joubert 2018, p. 243, n. 414) : un autre papyrus de type A.III.2a (P. Cai (...)
  • 97 Joubert 2018, p. 265-277 ; mémoire de Master 2 à la soutenance duquel Chloé Ragazzoli nous a aimab (...)
  • 98 É. Joubert lui-même compare avec le sarcophage de Séthy Ier où la scène finale du Livre des Portes (...)

34La sélection iconotextuelle privilégiée par l’élite thébaine à l’époque kouchito-saïte est identique à celle documentée par un manuscrit de type A.III.2a appartenant à l’orfèvre du domaine d’Amon Khonsoumès96 (fin XXIe dynastie / début XXIIe dynastie ?) (fig. 7). Ces hauts personnages sont Padiamenopé (TT 33), Montouemhat (TT 34), Pabasa (TT 279), Moutirdis (TT 410) et Padineith (TT 197). Outre la projection spatiale du décor du papyrus de Khonsoumès, l’étude minutieuse qu’Émil Joubert97 a réalisée de ce manuscrit a montré la déstructuration de son texte, suggérant de fait qu’il a été recopié à partir d’un modèle disposé d’une tout autre manière, ou bien que le modèle sélectionné pour ce personnage a été reproduit à partir de plusieurs modèles sur une longue durée de temps. Autrement dit, le modèle de Khonsoumès pourrait être bien antérieur à la fin de la XXIe dynastie98.

  • 99 Roberson 2012, p. 47, 49, 295-299, 408-415, 418-421, 425, 537-538.
  • 100 Joubert 2018, p. 254-255 (publication prévue).
  • 101 Sert à personnaliser le texte au bénéfice du défunt, en reprenant des syntagmes du texte-source : (...)
  • 102 Roberson 2012, p. 536 (« care for the gods ») ; Joubert 2018, p. 254, 304-306 (« réaliser l’approv (...)
  • 103 Comme le remarque J. Roberson (2012, p. 419, n. 680 ; cf. p. 419 et 538). Or nous nous demandons s (...)

35Mais il y a plus. Si les affinités entre les versions de Khonsoumès et Padiamenopé sont connues99, l’analyse méticuleuse du Livre de la Terre de Khonsoumès100 va plus loin : elle révèle en effet la présence d’un métadiscours au nom de Khonsoumès concluant un passage relatif au halage de la barque solaire par des âmes-ba. Ce phénomène de métadiscours est connu dans le Livre de l’Amdouat et le Livre des Portes de Padiamenopé101. Or, j’ajouterai à cette analyse qu’une comparaison avec le texte – hélas mal conservé – du Livre de la Terre de Padiamenopé révèle un parallèle spectaculaire avec celui de Khonsoumès, passé jusqu’ici inaperçu : le métatexte du Livre de la Terre de Khonsoumès relevé par É. Joubert trouve son pendant exact chez Padiamenopé. Ainsi, dans les deux cas, Rê ordonne aux ba de haler la barque solaire pour le défunt car « il (= le mort) pourvoira à la subsistance102 des dieux » (jwf jryf mrw nr.w), reprenant de la sorte, au compte du défunt, l’une des actions de Rê envers les images des dieux (twt(.w) nr.w). Pour autant, la copie de Padiamenopé est loin d’être une copie servile puisque les deux versions divergent après la colonne 16103. Dans tous les cas, le lien entre les deux copies/modèles est indéniable. La version de Padiamenopé puise donc largement dans un ou plusieurs modèle(s) du début de la Troisième Période intermédiaire.

  • 104 Cf. Lenzo 2018, p. 295.
  • 105 « Manuscripts are fascinating cultural artefacts: they are more than text carriers: gifts, heirloo (...)
  • 106 La joueuse de sistre d’Amon-Rê Naménekhaset : Dümichen 1884, pl. III (à g.).
  • 107 Par ex., Dümichen 1884, pl. I (ligne 6) ; C. Traunecker in Traunecker, Régen 2018, p. 60. Cf. les (...)

36Khonsoumès, on l’a dit, était orfèvre du domaine d’Amon (nby n(y) pr-Jmn). Le tombeau de Padiamenopé et quatre de ses voisins de nécropole (l’Assassif abritant l’élite thébaine qui œuvrait souvent pour Amon) reprennent le modèle documenté par l’orfèvre Khonsoumès. Aussi, il n’est pas interdit de penser que le modèle en question provenait des archives du temple de Karnak104 et qu’il était toujours disponible à l’époque kouchito-saïte. L’analyse des processus à l’œuvre dans la transmission culturelle montre que, outre la communauté professionnelle (évoquée plus haut via l’élite thébaine inhumée dans l’Assassif), le milieu familial joue un rôle primordial105. Ainsi, l’influence familiale doit certainement pouvoir être décelée dans le choix ou, du moins, l’accès à des textes donnés, à l’instar des fonctions héritées de père en fils. À ce propos, nous savons que, par sa mère tout du moins106, Padiamenopé était en relation avec le personnel du domaine de Karnak, et que lui-même remplissait la fonction de « conducteur des fêtes d’Amon dans Karnak107 ».

37Comme nous disposons par ailleurs d’éléments suffisants démontrant que la version de l’Amdouat de Padiamenopé (salles XII-XIII) a puisé des éléments spécifiques de certains modèles utilisés par le personnel thébain d’Amon des XXIe-XXIIe dynasties, il est licite de penser que le recours ou l’accès à ces sources a pu être influencé par le milieu socio-professionnel de Padiamenopé, lui-même fils d’une joueuse de sistre d’Amon-Rê et chargé (par le roi ?) de conduire les cérémonies amoniennes à Karnak.

38Avant d’aborder les sources hors de Thèbes, nous souhaiterions évoquer brièvement deux points illustrés par des exemples de la tombe de Padiamenopé, dont l’approfondissement dépasserait le cadre de cet article. Le premier point porte sur la dyssynchronie dans la transmission du texte et de l’image, le second sur le changement de support d’un même modèle (du manuscrit à l’architecture, et vice-versa).

  • 108 Pour Isis guérisseuse à l’époque kouchite à Thèbes, repoussant serpents et autres animaux venimeux (...)
  • 109 Régen 2015b, p. 247-271.

39En l’absence d’une étude approfondie, il est possible de repérer un exemple de dyssynchronie entre le texte et l’image : au Nouvel Empire (LdA 7), Isis est décrite et représentée anéantissant Apophis en récitant des formules magiques depuis la proue de la barque. Possiblement influencée par le développement de la fonction de guérisseuse et de magicienne d’Isis à l’époque kouchito-saïte108, la copie de la tombe de Padiamenopé semble introduire une variante iconographique renforçant le rôle de la déesse dans la lutte contre Apophis : Isis est figurée égorgeant ou décapitant le serpent109. Pour autant, le texte n’a pas été actualisé en conséquence et décrit toujours la déesse récitant des formules.

  • 110 Voir supra, n. 57.
  • 111 Ce sont en partie ces mêmes génies que l’on rencontre dans le chapitre LdM 182 (connu dès la XVIII(...)
  • 112 Voir supra, n. 75.
  • 113 En effet, un dispositif d’entités gardiennes était originellement placé en ronde-bosse autour du s (...)

40Enfin, ma dernière remarque porte sur les Amdouats-miscellanées110 où sont condensées dans la structure de la 12e heure plusieurs autres heures (types Niwiński A.II.2, A.III.2). Certains de ces papyrus des XXIe-XXIIe dynasties incluent des éléments extérieurs à l’Amdouat comme des génies-gardiens d’origines diverses et parfois très anciens afin d’assurer la protection du soleil et du mort lors de la transition critique entre la fin de la nuit et le début de l’aube. Or, une combinaison de l’Amdouat et de divers génies apparaît dans le caveau de Padiamenopé (TT 33, salle XXII). Aussi, on peut se demander si le programme décoratif de ce caveau ne serait pas en partie issu d’un modèle sur papyrus de la Troisième Période intermédiaire111. Il ne le serait en effet qu’en partie puisque le décor de la troisièmechapelle de Toutânkhamon rapprochait déjà le texte des génies-portiers du chapitre LdM 147 avec des scènes de l’Amdouat112. À l’extrême fin de la Troisième Période intermédiaire, on verrait donc le retour à la monumentalisation d’un modèle qui, sous les XXIe-XXIIe dynasties, avait été en quelque sorte transcrit en deux dimensions sur papyrus113.

Hors de Thèbes

  • 114 Tombe LS 23, Lepsius 1972, pl. 280b-c (Litanies du soleil, porte LdP 2 (?) ; scènes du Livre de la (...)
  • 115 J. Roberson (2012, p. 54) rapproche la disposition du Livre de la Terre de Horirâa (LS 23) de cell (...)
  • 116 Le défunt y invoque des divinités extraites des 7e et 9e heures, Sawi, Gomaa 1993, p. 41-43, 74-76 (...)
  • 117 Cf. Roulin 1998, p. 237, fig. 17 ; p. 238, fig. 18. Pour le métadiscours chez Osorkon II, voir sup (...)
  • 118 Les quelques blocs conservés ne permettent pas de vérifier la présence de portes dans l’Amdouat, m (...)
  • 119 Prophète d’Amon-Rê roi des dieux, directeur des prophètes dans Thèbes, directeur de toute la Haute (...)

41À Saqqara, la tombe saïte de Horirâa, partiellement préservée et publiée, présente des extraits du Livre des Portes, des Litanies du Soleil et du Livre de la Terre114 ; il est vraisemblable qu’elle incluait aussi des passages de l’Amdouat. Dans ce cas, cette combinaison spécifique de textes rappellerait, sans être pour autant similaire, celle du modèle thébain en faveur dans la nécropole kouchito-saïte de l’Assassif115. Cela n’empêchait évidemment pas Memphis de disposer de ses propres bibliothèques et archives. À Héliopolis (Matareya), les parois de la petite tombe de Panehsy présentent une forme particulière de l’Amdouat, plus succincte (et septentrionale ?), consignant des extraits du Livre dans la partie supérieure des parois, légendés par des textes abrégés, remaniés et glosés au bénéfice du défunt116. Cette structure de l’Amdouat, à notre connaissance, est inconnue à Thèbes. En revanche, elle peut évoquer d’une certaine manière la configuration du Livre chez Osorkon II à Tanis (NRT I, XXIIe dynastie) (fig. 8-9), sous la forme d’extraits pouvant être personnalisés au moyen d’un métadiscours117. Pour autant, nous disposons de trop peu de données pour conclure avec certitude à l’existence d’un modèle septentrional. Du reste, la tombe héliopolitaine d’époque saïte d’Imenirdis n’adopte pas ce modèle mais reprend probablement une structure thébaine118 dont l’editio princeps pourrait être la tombe de Padiamenopé (TT 33) ; à ce propos, les titres d’Imenirdis témoignent d’un lien étroit avec Thèbes, ce qui pourrait aller dans le sens de cette hypothèse119.

  • 120 Communication inédite, Régen 2014a. De nouveaux blocs ont été repérés depuis (publication en prépa (...)
  • 121 Leur disposition en registres superposés rappelle celle des génies-gardiens de chapelles osirienne (...)

42En Moyenne Égypte, le seul témoin connu à ce jour, récemment identifié, est constitué par des blocs provenant de la tombe de Ouahibrê-nebâh sans doute située à Abousir el-Meleq120. Elle présente une structure beaucoup plus proche du modèle thébain, mêlant Amdouat, Litanies du Soleil et Livre de la Nuit. On relèvera la présence de génies-coutiliers encadrant probablement la scène de lever solaire121.

  • 122 Louvre E 32580, granite rose, 50  49  15 cm : Barbotin 2000, p. 33-38 ; Dodson 2016, p. 118, pl. (...)
  • 123 Redford 2004, p. 31, 45, 77 (93).

43La décoration des tombes des rois saïtes incluait le Livre de l’Amdouat (fragment de sarcophage – ou de tombe ? – au nom de Psammétique II)122. Il en était de même pour le roi Néphéritès, comme en témoigne un minuscule éclat provenant de son tombeau de Mendès123. Manifestement, l’emploi traditionnel du Livre de l’Amdouat dans les sépultures royales semble donc être poursuivi. Pour autant, il est difficile de tirer davantage de conclusions à partir d’une documentation aussi ténue, ne serait-ce que mesurer la place qu’occupait ce Livre dans le programme décoratif royal de cette période.

La Renaissance sébennytique124 (XXXe dynastie)

  • 124 Manassa 2007, p. 475-478, « The Thirtieth Dynasty Scholarly Movement » (Nectanebid Period).
  • 125 Manassa 2007, p. 476.

44À l’instar de la Renaissance kouchito-saïte, un autre « scholarly movement » est détectable à la XXXe dynastie, durant laquelle un soin particulier est apporté à l’édition des textes de ces sarcophages et à la recherche de sens125 (lacunes complétées, cryptographie délaissée, fréquentes réinterprétations). À ce titre, on pourrait donc parler d’une Renaissance sébennytique. Il nous apparaît superflu de développer en détail cette période de renouveau, bien connue depuis l’ouvrage que lui a consacré Colleen Manassa en 2007. Par conséquent, nous nous en tiendrons à des remarques d’ordre général.

  • 126 Forgeau 2018, p. 88-89.

45Alors que l’Amdouat de la fin de la Troisième Période intermédiaire est essentiellement documenté par des tombes monumentales, à l’époque des Nectanébo, période pourtant réputée pour l’ambition de son programme architectural, ce sont semble-t-il essentiellement les grandes cuves de pierre qui consignent l’Amdouat ; pour autant, le lieu de sépulture des Nectanébo demeure à ce jour inconnu126.

  • 127 Caire JE 48446-48447, Manassa 2007, p. 69.
  • 128 Héliopolis, paroi de tête d’un sarcophage inédit (conservation médiocre) découvert à Matareya, con (...)
  • 129 Heures 1-3, 6, 8-9.
  • 130 Manassa 2007, p. 194, n. 5.
  • 131 Forgeau 2018, p. 88.
  • 132 Forgeau 2018, p. 88.

46Les sarcophages parallélépipédiques incluant le Livre de l’Amdouat proviennent essentiellement de Saqqara mais aussi de Giza, Sébennytos (?)127 et Héliopolis128. Si la splendide cuve de Nectanébo II, conservée à Londres (BM EA 10), est décorée du Livre de l’Amdouat129 et des Litanies du Soleil, en revanche, celle de Nectanébo Ier, aujourd’hui fragmentaire et dispersée, ne comporte pas de Livres du Monde inférieur130. Aussi splendide soit-il, le sarcophage de Nectanébo II n’aurait, selon Annie Forgeau, jamais servi au souverain131. Quant à Téos, son règne bref ne lui aurait vraisemblablement pas laissé le temps de planifier l’élaboration de son viatique funéraire132.

  • 133 Manassa 2007, p. 5.
  • 134 Contrairement aux sarcophages de type II, qui ne mentionnent que des extraits : Manassa 2007, p. 5
  • 135 Manassa 2007, p. 157-161.
  • 136 Manassa 2007, p. 477 ; Forgeau 2018, p. 40-42.

47En outre, l’étude approfondie des cuves de pierre, royales ou privées, a permis à C. Manassa de distinguer quatre types de programme décoratif dans les cuves élaborées sous la dernière dynastie égyptienne ; seul le type I n’inclut pas l’Amdouat. Il est manifeste que les sarcophages de type II (fig. 10), consignant de larges extraits de l’Amdouat adéquatement orientés133 et associés au Livre des Portes, aux Litanies du Soleil et au Livre de la Nuit, reprennent le modèle décoratif kouchito-saïte dont la première illustration semble être la tombe TT 33. Autrement dit, la Renaissance sébennytique puise une partie de ses sources dans les modèles de la Renaissance kouchito-saïte. Le type III combine six heures du Livre de l’Amdouat (2e, 3e, 6e, 8e, 9e) et leurs annotations intégrales134 avec des Litanies du Soleil, comme l’illustre de manière spectaculaire la cuve de Nectanébo II. Cette dernière inclut le rarissime texte de la « cosmogonie de l’Amdouat135 » (8e heure) et on rappellera du reste que, dans le Roman d’Alexandre, ce roi est célébré pour son savoir136. Il est regrettable que la perte du couvercle interdise de connaître le programme décoratif de ce sarcophage dans son intégralité.

  • 137 Manassa 2007, p. 480-481 ; cf. Forgeau 2018, p. 88.
  • 138 Manassa 2007, p. 279-410, 477 (CG 29306) ; Forgeau 2018, p. 223-224.
  • 139 Forgeau 2018, p. 222.
  • 140 Manassa 2007, p. 282-283 (exemple unique du type IV).

48Proches du type III, mais fondés sur un modèle différent, d’autres sarcophages sont majoritairement décorés de l’Amdouat, comme celui du prêtre Ourechnéfer (MMA 14.7.1) où seule la 8e heure est absente. Cette cuve provient sans doute des environs de la voie processionnelle menant au Sérapéum de Saqqara, zone sacrée où l’élite de la maison sébennytique pouvait se faire enterrer à la faveur d’un privilège royal137. Ainsi, c’est également des abords de ce dromos que provient le sarcophage du senti Tjayhorpata138 (CG 29306). Sorte de « “ministre de l’économie” influent139 » décédé en l’an 15 de Nectanébo II, Tjayhorpata, bien qu’en activité dans le sud du pays, obtint en effet du roi d’être inhumé non loin du Sérapéum. Seul représentant du type IV, le monument du senti constitue assurément la compilation la plus riche de tous les sarcophages tardifs. Cette combinaison exceptionnelle de cinq compositions funéraires (dont une version quasi intégrale de l’Amdouat) est semble-t-il désignée sous l’appellation unique de « Livre de la Salle Cachée » par le scribe qui acheva la décoration de la cuve140.

  • 141 Cherpion, Corteggiani, Gout 2007, p. 2, n. 7 (dernier quart du ive s. av. J.-C. ?), p. 108-109, 14 (...)
  • 142 Paroles à prononcer par l’Osiris N ; emploi du vocatif.
  • 143 Également des éléments, plus discrets, dans celle adressée aux déesses des heures et aux uraei : L (...)
  • 144 Les objets apotropaïques déposés aux angles du puits funéraire de la tombe KV 4 comprenaient des f (...)
  • 145 Voir supra, n. 116-117. Trop peu de documents sont cependant disponibles pour en assurer l’existen (...)

49Enfin, il faudrait peut-être placer à l’extrême fin de la dernière dynastie indigène le début de la construction de la tombe collective du grand prêtre de Thot Pétosiris située à Touna el-Gebel141, mais sa datation demeure à ce jour incertaine. Quoi qu’il en soit, l’aspect liturgique de l’Amdouat est manifeste dans ce tombeau, le défunt invoquant142, les mains levées, trois groupes de dieux infernaux issus de la 1re heure (fig. 11-12). On notera que la supplique adressée aux babouins, animaux présentés comme des protecteurs d’Osiris et du mort, proclame également l’innocence du défunt143, faisant par conséquent de ces cynocéphales des sortes d’assesseurs du tribunal divin ; ils évoquent les babouins du chapitre LdM 126, gardiens du lac de feu assimilés à l’entrée de Ro-sétaou144. Dans ce cas, la création de textes nouveaux, brodés sur des éléments empruntés à l’Amdouat et glosés au bénéfice du défunt rappelle le mécanisme de composition à l’œuvre dans le possible modèle septentrional évoqué plus haut145.

  • 146 Manassa 2007, p. 479 (CG 29316).
  • 147 La 7e heure y est mise en relation avec un passage du Rituel d’abattre Apophis, Manassa 2007, p. 4 (...)
  • 148 Et de la sixième division du Livre des Cavernes, Manassa 2007, p. 374.
  • 149 Bloc. Inv. No 110 (?). Nous remercions Lilian Postel de nous avoir signalé cet objet.
  • 150 Voir Manassa 2007, p. 479-481 (« Appendix ») ; cf. supra, n. 128 (Héliopolis) et 150 (Kôm el-Choug (...)

50En dernier lieu, on notera que le couvercle du sarcophage de la mère (?) de Pétosiris, Tadipakakem, est assigné au règne de Nectanébo II par C. Manassa146 ; sa décoration inclut de nombreuses compositions funéraires, parmi lesquelles l’Amdouat présent sous la forme de motifs extraits des heures 6, 7147, 9 et 12 ; la cuve semble hélas perdue. La présence de l’Amdouat est rarement documentée sur les couvercles ; en outre, il n’est pas rare que seules les cuves soient préservées. Nous ne pouvons mentionner que deux couvercles supplémentaires décorés de l’Amdouat : celui de Tjayhorpata (CG 29306, an 15 de Nectanébo II) comporte des béliers similaires à ceux de Taténen de la 8e heure148 ; celui, anonyme et inédit, conservé dans le jardin de plein air de Kôm el-Chougâfa (Alexandrie)149 où les scènes des 5e et 6e heures de l’Amdouat sont présentes et dépourvues de textes (fig. 13). Il est envisageable que ce sarcophage anonyme soit à dater de la Renaissance sébennytique. De manière générale, plusieurs sarcophages restent quasi inédits ou sont à ce jour très partiellement publiés150.

Conclusion

51En définitive, l’Amdouat de la Renaissance sébennytique est en partie l’héritier de celui remanié lors de la Renaissance kouchito-saïte. Cette dernière a été largement influencée, en particulier à Thèbes, par l’Amdouat des XXIe-XXIIe dynasties qui puisait lui-même ses racines dans les copies des premières tombes royales de la XVIIIe dynastie. Aussi, l’Amdouat kouchito-saïte est-il (en partie ?) une version indirecte des tombes royales du Nouvel Empire.

  • 151 Pétosiris serait une exception, mais tout dépend de la datation donnée à ce monument. Voir supra, (...)
  • 152 L’exemplaire le plus complet en était sans doute le papyrus de Nesmin (Windsor RCIN 1145264). Sur (...)

52La transmission de l’Amdouat se poursuit à l’époque ptolémaïque, presque exclusivement sur cercueils et papyrus. L’époque grecque, avec le retour à de grandes sépultures collectives aux parois rarement décorées151, s’apparente de ce point de vue à la Troisième Période intermédiaire. Cela pourrait-il expliquer la relance d’une production (limitée) de manuscrits de l’Amdouat152 ?

Fig. 1. P. BNF EG 157, Mérouaoârenkhonsou : Amdouat-miscellanée, type A.II.2a. https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b83045832.r=merouao%C3%A2renkhonsou?rk=21459;2

Fig. 1. P. BNF EG 157, Mérouaoârenkhonsou : Amdouat-miscellanée, type A.II.2a. https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b83045832.r=merouao%C3%A2renkhonsou?rk=21459;2

© Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits, Paris

Fig. 2. P. Colmar 998-335, Nésykhonsoupakhéred : Amdouat-miscellanée (type A.III.2a) incluant des motifs extérieurs au Livre (génies brandissant des geckos). D’après Schweitzer, Traunecker 2007, pl. 7.

Fig. 2. P. Colmar 998-335, Nésykhonsoupakhéred : Amdouat-miscellanée (type A.III.2a) incluant des motifs extérieurs au Livre (génies brandissant des geckos). D’après Schweitzer, Traunecker 2007, pl. 7.

Fig. 3. P. Caire SR IV 528 (JE 95637), Ânkhesenmout (type A.II.3), détail : extraits de la 11e heure de l’Amdouat associés à des motifs du Livre des Morts (LdM 125, 149, 17, 110). D’après Niwiński 1989, p. 189, fig. 64.

Fig. 3. P. Caire SR IV 528 (JE 95637), Ânkhesenmout (type A.II.3), détail : extraits de la 11e heure de l’Amdouat associés à des motifs du Livre des Morts (LdM 125, 149, 17, 110). D’après Niwiński 1989, p. 189, fig. 64.

Fig. 4. Cercueil de Padiaset C (Caire CG 41029), détail : le haleur retourné est un emprunt à la 12e heure. D’après Moret 1913, p. 271.

Fig. 4. Cercueil de Padiaset C (Caire CG 41029), détail : le haleur retourné est un emprunt à la 12e heure. D’après Moret 1913, p. 271.

© IFAO / Gaël Pollin, Olivier Onézime.

Fig. 5. Tombe TT 33, Padiamenopé (salle XIII, paroi nord, détail) : porte (issue du Livre des Portes) et 7e heure du Livre de l’Amdouat.

Fig. 5. Tombe TT 33, Padiamenopé (salle XIII, paroi nord, détail) : porte (issue du Livre des Portes) et 7e heure du Livre de l’Amdouat.

© IFAO / Gaël Pollin, Olivier Onézime.

Fig. 6. P. BM EA 79430, Panebmontou (type A.II.1b) : Amdouat-miscellanée incluant des portes tirées du Livre des Portes. https://www.britishmuseum.org/​research/​collection_online/​collection_object_details/​collection_image_gallery.aspx?assetId=1106361001&objectId=3420710&partId=1

© British Museum, Londres 

Fig. 7. P. BNF EG 153-155, Khonsoumès (type A.III.2a), détail (P. BNF EG 155) : 12e heure. https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b8304580t.image

© Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits, Paris :

Fig. 8. Tombe d’Osorkon II, Tanis (NRT I) : extraits de la 10e heure. D’après Montet 1947, pl. 33.

Fig. 8. Tombe d’Osorkon II, Tanis (NRT I) : extraits de la 10e heure. D’après Montet 1947, pl. 33.

Fig. 9. Tombe d’Osorkon II, Tanis (NRT I) : extraits de la 12e heure. D’après Montet 1947, pl. 34.

Fig. 9. Tombe d’Osorkon II, Tanis (NRT I) : extraits de la 12e heure. D’après Montet 1947, pl. 34.

© IFAO / Alain Lecler, NB_2003_0074a.

Fig. 10. Sarcophage Caire JE 48446, détail du côté 2 de la cuve : Litanies du Soleil, Livre des Portes (5e heure, scène 33) et porte, et Livre de l’Amdouat (5e heure).

Fig. 10. Sarcophage Caire JE 48446, détail du côté 2 de la cuve : Litanies du Soleil, Livre des Portes (5e heure, scène 33) et porte, et Livre de l’Amdouat (5e heure).

© IFAO / Alain Lecler, NB_2003_0074a.

Fig. 11. Tombe collective de Pétosiris, Touna el-Gebel : invocation par Djedthotiouefânkh des neuf babouins du registre inférieur de la 1re heure. D’après Cherpion, Corteggiani, Gout 2007, p. 109 (86f).

Fig. 11. Tombe collective de Pétosiris, Touna el-Gebel : invocation par Djedthotiouefânkh des neuf babouins du registre inférieur de la 1re heure. D’après Cherpion, Corteggiani, Gout 2007, p. 109 (86f).

Fig. 12. Tombe collective de Pétosiris, Touna el-Gebel : invocation par Neschou de neuf divinités du registre supérieur de la 1re heure. D’après Cherpion, Corteggiani, Gout 2007, p. 149 (95).

Fig. 12. Tombe collective de Pétosiris, Touna el-Gebel : invocation par Neschou de neuf divinités du registre supérieur de la 1re heure. D’après Cherpion, Corteggiani, Gout 2007, p. 149 (95).

Cliché Lilian Postel.

Fig. 13. Sarcophage inédit exposé dans le jardin de plein air de Kôm el-Chougâfa (Alexandrie), inv. no 110 (?), 5e et 6e heures.

Fig. 13. Sarcophage inédit exposé dans le jardin de plein air de Kôm el-Chougâfa (Alexandrie), inv. no 110 (?), 5e et 6e heures.

Cliché Lilian Postel.

Haut de page

Bibliographie

Abdel Ghany 2016
K. Abdel Ghany, « Die königlichen Amduat-Fragmente vor der Regierungszeit Thutmosis’ III », ZÄS 143/1, 2016, p. 5-21.

Abdel Ghany 2018
K. Abdel Ghany, « Das frühste Amduat-Exemplar im Tal der Könige: Die neu gefundenen Gipsputz-Fragmente im Grab Thutmosis I. (KV 38) », ZÄS 145/1, 2018, p. 1-21.

Abdelwahed, Iskander, Tawfik 2016
N. Abdelwahed, J.M. Iskander, T.S. Tawfik, « The Blocks from the Nilometer at Roda: Preliminary Report on the Reconstruction Work », SAK 45, 2016, p. 11-59, pl. 3-29.

Abitz 1995
FAbitz, Pharao als Gott in den Unterweltsbüchern des Neuen Reiches, OBO 146, Fribourg, Göttingen, 1995.

Agut, Chauveau 2011
D. Agut, M. Chauveau, Héros, magiciens et sages oubliés de l’Égypte ancienne. Une anthologie de la littérature en égyptien démotique, Paris, 2011.

Araújo Duarte 2014
C. de Araújo Duarte, « Crossing the Landscapes of Eternity: Parallels Between Amduat and Funeral Procession Scenes on the 21st Dynasty Coffins » in R. Sousa (éd.), Body, Cosmos and Eternity: New Research Trends in the Iconography and Symbolism of Ancient Egyptian Coffins, Oxford, 2014, p. 81-90.

Araújo Duarte 2017
C. de Araújo Duarte, « The Amduat on the 21st Dynasty Coffins » in A. Amenta, H. Guichard (éd.), Proceedings: First Vatican Coffin Conference, 19–22 June 2013, vol. 1, Le Vatican, 2017, p. 137-144.

Assmann 1970
J. 
Assmann, Der König als Sonnenpriester: Ein kosmographischer Begleittext zur kultischen Sonnenhymnik in thebanischen Tempeln und Gräbern, ADAIK 7, Glückstadt, 1970.

Assmann 1983
J. Assmann, Re und Amun: Die Krise des polytheistischen Weltbilds im Ägypten der 18.–20. Dynastie, OBO 51, Fribourg, Göttingen, 1983.

Aston 2009
D. 
Aston, Burial Assemblages of Dynasty 21–25: Chronology, Typology, Developments, DGÖAW 56, Vienne, 2009.

Baines 1990
J. 
Baines, « Restricted Knowledge, Hierarchy, and Decorum: Modern Perceptions and Ancient Institutions », JARCE 27, 1990, p. 1-23.

Barbotin 2000
C. Barbotin, « Un bas-relief au nom de Psammétique II (595-589 av. J.-C.), une récente acquisition du Louvre », Revue du Louvre 5, 2000, p. 33-38.

Berlev, Hodjash 1998
O.D. Berlev, S. Hodjash, Catalogue of the Monuments of Ancient Egypt: From the Museums of the Russian Federation, Ukraine, Bielorussia, Caucasus, Middle Asia and the Baltic States, OBO.SA 17, Göttingen, 1998.

Berman, Bohač 1999
L.M. Berman, K.J. Bohač, Catalogue of Egyptian Art: The Cleveland Museum of Art, New York, 1999.

Bommas 2015
M. Bommas, « New Thoughts on the Late Transmission History of the Book of Amduat (Including the Unpublished Papyrus Eton College, Windsor, ECM 1573 » in K.M. Cooney, R. Jasnow (éd.), Joyful in Thebes: Egyptological Studies in Honor of Betsy M. Bryan, Atlanta, 2015, p. 49-56.

Bottigliengo 2012
F. Bottigliengo, Gli scritti del luogo nascosto. Il libro dell’Amduat nell’Archivio storico Bolaffi, Turin, 2012.

Bottigliengo 2017
F. Bottigliengo, « Digging in the Museum: Some Notes on Amduat Papyri in the Museo Egizio of Turin » in A. Amenta, H. Guichard (éd.), Proceedings: First Vatican Coffin Conference, 19–22 June 2013, vol. 1, Le Vatican, 2017, p. 89-96.

Cauville 1997
S. Cauville, Le temple de Dendara. Les chapelles osiriennes, Dendara 10/2, Le Caire, 1997.

Cerquiglini 1989
B. Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Paris, 1989.

Cherpion, Corteggiani, Gout 2007.
N. Cherpion, J.-P. Corteggiani, J.-F. Gout, Le tombeau de Pétosiris à Touna el-Gebel. Relevé photographique, BiGen 27, Le Caire, 2007.

Clère 1958
J.J. Clère, « Fragments d’une nouvelle représentation égyptienne du monde », MDAIK 16, 1958, p. 30-46.

Colazilli 2018
A. Colazilli, « Weeping Figurines: Function and Symbolism of Some Rare Mourning Records Found Inside Ancient Egyptian Tombs » in B. Horejs, V. Müller, C. Schwall, M. Luciani, M. Ritter, M. Guidetti (éd.), Proceedings of the 10th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East, 25–29 April 2016, vol. 1, Vienne, 2018, p. 221-233.

Coulon 2012
L. Coulon, « Le temple de Karnak, lieu de guérison. À propos d’une chapelle kouchite dédiée à Osiris sauveur », EAO 67, 2012, p. 49-58.

Coulon 2017
L. Coulon, « La chapelle d’Osiris qui préside aux Occidentaux connue par une série de blocs découverts à Médamoud » in N. Favry, C. Ragazzoli, C. Somaglino, P. Tallet (éd.), Du Sinaï au Soudan : itinéraires d’une égyptologue. Mélanges offerts à Dominique Valbelle, Orient & Méditerranée. Archéologie 23, Paris, 2017, p. 63-73.

Damarany, Cahail 2016
A
. Damarany, K.M. Cahail, « The Sarcophagus of the High Priest of Amun, Menkheperre, from the Coptic Monastery of Apa Moses at Abydos », MDAIK 72, 2016, p. 11-30.

Darnell 2004
J.C. 
Darnell, The Enigmatic Netherworld Books of the Solar-Osirian Unity: Cryptographic Compositions in the Tombs of Tutankhamun, Ramesses VI and Ramesses IX, OBO 198, Fribourg, Göttingen, 2004.

Darnell, Manassa Darnell 2018
J.C. 
Darnell, C. Manassa Darnell, The Ancient Egyptian Netherworld Books, Writings from the Ancient World 39, Atlanta, 2018.

Dodson 2016
A. 
Dodson, The Royal Tombs of Ancient Egypt, Barnsley, 2016.

Dümichen 1884
J. 
Dümichen, Der Grabpalast des Patuamenap in der thebanischen Nekropolis, vol. 1, Leipzig, 1884.

Einaudi 2017
S. 
Einaudi, « The Tomb of Padiamunipet (TT 33) and its Role in the “Saite Recension” of the Book of the Dead » in A. Amenta, H. Guichard (éd.), Proceedings: First Vatican Coffin Conference, 19–22 June 2013, vol. 1, Le Vatican, 2017, p. 163-168.

Felgenhauer (éd.) 2015
A. 
Felgenhauer (éd.), Aus Gräbern, Heiligtümern und Siedlungen: Die altägyptische Sammlung des Übersee-Museums Bremen, Darmstadt, 2015.

Forgeau 2018
A. 
Forgeau, Nectanébo. La dernière dynastie égyptienne, Paris, 2018.

Gauthier 1925
H. Gauthier, Dictionnaire des noms géographiques contenus dans les textes hiéroglyphiques, t. I, Le Caire, 1925.

Hornung 1973
E. Hornung, Das Amduat: Die Schrift des verborgenen Raumes herausgegeben nach Texten aus den Gräbern des Neuen Reiches, Teil III: Die Kurzfassung, Nachträge, ÄgAbh 13, Wiesbaden, 1967.

Hornung 1981
E. Hornung, « Zu den Schlußszenen der Unterweltsbücher », MDAIK 37, 1981, p. 217-226.

Hornung 1987
E. Hornung, Texte zum Amduat I, AegHelv 13, Genève, 1987.

Hornung 1991
E. Hornung, The Tomb of Pharaoh Seti I – Das Grab Sethos’ I., Zurich, Munich, 1991.

Hornung 1994
E. Hornung, Texte zum Amduat III, AegHelv 15, Genève, 1994.

Hornung 1999
E. Hornung, The Ancient Egyptian Books of the Afterlife, Ithaca, Londres, 1999.

Hornung, Abt 2007
E. Hornung, T. Abt, The Egyptian Amduat: The Book of the Hidden Chamber, Zurich, 2007.

Ingeborg Lied 2015
L. 
Ingeborg Lied, « New Philology – in a Nutshell », diaporama de la conférence inédite donnée à la faculté de théologie d’Helsinki, 16 avril 2015, en ligne, https://www.academia.edu/12026818/_New_Philology_-_in_a_Nutshell, consulté le 15 mars 2019.

Jansen-Winkeln 2012
K. Jansen-Winkeln, « Zur Sprache und Datierung des Amduat », JEA 98, 2012, p. 87-106.

Jenni 2011
H. 
Jenni, « Texte aus Ägypten: Sonnenlitanei » in B. Janowski, D. Schwemer (éd.), Grab-, Sarg-, Bau-, und Votivinschriften, Texte aus der Umwelt des Alten Testaments (Neue Folge) 6, Gütersloh, 2011, p. 236-272.

Jørgensen 2001
M. 
Jørgensen, Catalogue Egypt III: Coffins, Mummy Adornments and Mummies from the Third Intermediate, Late, Ptolemaic and the Roman Periods (1080 BC – AD 400), Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhague, 2001.

Joubert 2018
ÉJoubert, Les « papyri mythologiques » de la Bibliothèque nationale de France, mémoire de master 2 réalisé sous la direction de C. Ragazzoli, Sorbonne Université, 2018 (publication prévue).

Koefoed-Petersen 1951
O. 
Koefoed-Petersen, Catalogue des sarcophages et cercueils égyptiens, Copenhague, 1951.

Lapčić 2014
A. 
Lapčić, « Bild-Schrift-Gestalten des Göttlichen Multimodale Informationsverarbeitung im Amduat Thutmosis’ III. » in G. Neunert, A. Verbovsek, K. Gabler (éd.), Bild: Ästhetik – Medium – Kommunikation: Beiträge des dritten Münchner Arbeitskreises Junge Aegyptologie (MAJA 3), 7. bis 9.12.2012, GOF 4/58, Wiesbaden, 2014, p. 169-192.

Lavrentyeva 2009
N. Lavrentyeva, « The Book of Am-Duat on the “Anonymous Papyrus” from the State Pushkin Museum of Fine Arts », 2009, en ligne, https://www.academia.edu/772946/The_Book_of_Am-Duat_on_the_anonymous_papyrus_from_the_State_Pushkin_Museum_of_Fine_Arts, consulté le 15 mars 2019.

Leblanc 1998
C. Leblanc, « Cinquième campagne de fouille dans la tombe de Ramsès II [KV.7] – 1997-1998 » in Hommages posthumes à Gamal Eddine Mokhtar I, Memnonia 9, 1998, p. 73-91.

Leblanc 2009
C. Leblanc, « La tombe de Ramsès II (KV.7). De la fouille archéologique à l’identification du programme iconographique », Memnonia 20, 2009, p. 195-211.

Leclant 1961
J. Leclant, Montouemhat, quatrième prophète d’Amon prince de la ville, BiEtud 35, Le Caire, 1961.

Lefebvre 1921-1924
G. 
Lefebvre, Le tombeau de Pétosiris, Le Caire, 1921-1924.

Leitz (éd.) 2002
C. Leitz (éd.), Lexikon der ägyptischen Götter und Götterbezeichnungen VII, OLA 116, Louvain, Paris, 2002.

Lenzo 2012
G. 
Lenzo, Deux papyrus hiératiques de la Troisième Période intermédiaire à Berlin et à Genève : un Rituel de l’ouverture de la bouche et un Livre des Morts abrégés (Pap. Berlin P.3010 et Pap. Berlin P.3011 + Pap. Genève MAH D 190), Berlin, 2012.

Lenzo 2018
G. Lenzo, « Comparison of the Texts and Scenes in the Greenfield Papyrus and the Tombs of Osorkon II (Tanis) and Sheshonq (Memphis) » in S.A. Gülden, K. van der Moezel, U. Verhoeven (éd.), Ägyptologische „Binsen“-Weisheiten III: Formen und Funktionen von Zeichenliste und Paläographie, Stuttgart, 2018, p. 281-300.

Lenzo 2018-2019
G. 
Lenzo, « Les papyrus funéraires du clergé thébain à la XXIIe dynastie : continuités et ruptures dans les textes de l’au-delà », BSFE 200, 2018-2019, p. 72-98.

Lepsius 1972
C.R. Lepsius, Denkmaeler aus Aegypten und Aethiopien: Dritte Abteilung, Vol. VII & VIII, Genève, 1972.

Lieven 2001
A. von Lieven, « Kleine Beiträge zur Vergöttlichung Amenophis I.: II. Der Amenophis-Kult nach dem Ende des Neuen Reiches », ZÄS 128, 2001, p. 41-64.

Lieven 2002
A. von Lieven, « Mysterien des Kosmos: Kosmographie und Priesterwissenschaft » in J. Assmann, M. Bommas (éd.), Ägyptische Mysterien?, Munich, 2002, p. 47-58.

Lieven 2016
A. von Lieven, « Closed Canon vs. Creative Chaos: An In-depth Look at (Real and Supposed) Mortuary Texts from Ancient Egypt » in G. Barjamovic, K. Ryholt (éd.), Problems of Canonicity and Identity Formation in Ancient Egypt and Mesopotamia, CNIP 43, Copenhague, 2016, p. 51-78.

Liptay 2011
É. Liptay, « From Middle Kingdom Apotropaia to Netherworld Books » in E. Bechtold, A. Gulyás, A. Hasznos (éd.), From Illahun to Djeme: Papers Presented in Honour of Ulrich Luft, BAR-IS 2311, Oxford, 2011, p. 149-159.

Liptay 2017
É. Liptay, « From Funerary Papyrus to Tomb Wall and Vice Versa: Innovation and Tradition in Early Third Intermediate Period Funerary Art » in T. Gillen (éd.), (Re)productive Traditions in Ancient Egypt: Proceedings of the Conference Held at the University of Liège, 6th–8th February 2013, AegLeod 10, Liège, 2017, p. 565-592.

Manassa 2006
C. Manassa, « The Judgment Hall of Osiris in the Book of Gates », RdE 57, 2006, p. 109-150.

Manassa 2007
C. Manassa, The Late Egyptian Underworld: Sarcophagi and Related Texts from the Nectanebid Period, ÄAT 72, Wiesbaden, 2007.

Manassa 2013a
C. Manassa, Echoes of Egypt: Conjuring the Land of the Pharaohs, New Haven, 2013.

Manassa 2013b
C. Manassa, « Divine Taxonomy in the Underworld Books », Archiv für Religionsgeschichte 14/1, 2013, p. 47-68. 

Martin 2009
G.T. Martin, « Protecting Pharaoh: Three Unpublished Magical Figures » in I. Régen, F. Servajean (éd.), Verba manent. Recueil d’études dédiées à Dimitri Meeks par ses collègues et amis, CENiM 2, Montpellier, 2009, p. 277-294.

Mauric-Barberio 2001
F. Mauric-Barberio, « Le premier exemplaire du Livre de l’Amdouat », BIFAO 101, 2001, p. 315-350.

Mauric-Barberio 2004
F. Mauric-Barberio, « Reconstitution du décor de la tombe de Ramsès III (partie inférieure) d’après les manuscrits de Robert Hay », BIFAO 104, 2004, p. 389-456.

Montet 1947
A. 
Montet, Les constructions et le tombeau d’Osorkon II à Tanis, Paris, 1947.

Moret 1913
P. 
Moret, Sarcophages de l’époque bubastite à l’époque saïte, CGC, Le Caire, 1913.

Nerlich 1990
M. N
erlich, « Qu’est-ce qu’un iconotexte ? Réflexions sur le rapport texte-image photographique dans La femme se découvre d’Evelyne Sinnasamy » in A. Montandon (éd.), Iconotextes, Paris, 1990, p. 255-302.

Niwiński 1989
A. 
Niwiński, Studies on the Illustrated Theban Funerary Papyri of the 11th and 10th Centuries B.C., OBO 86, Fribourg, Göttingen, 1989.

Niwiński 2009
A. 
Niwiński, « The Double Structure of the Entity: The Ancient Egyptian Conception of the Human Being Reconsidered » in J. Popielska-Grzybowska, J. Iwaszczuck (éd.), Proceedings of the Fifth Central European Conference of Egyptologists, AAP 2, Pułtusk, 2009, p. 153-160.

Payraudeau 2016
F. Payraudeau, « Contribution à l’étude de la diffusion des livres funéraires royaux aux particuliers : trois scènes du Livre du Jour et du Livre de la Nuit sur un ensemble funéraire de la XXIIe dynastie », BSFE 195-196, 2016, p. 66-77.

Piankoff 1955
A. Piankoff, The Shrines of Tut-Ankh-Amon, BollSer 40/2, New York, 1955.

Piankoff, Rambova 1957
A. Piankoff, N. Rambova, Mythological Papyri, BollSer 40/3, New York, 1957.

Quirke 2016
S. 
Quirke, Birth Tusks: The Armoury of Health in Context – Egypt 1800 BC, MKS 3, Londres, 2016.

Quirke, Tait 1994
S. 
Quirke, W. Tait, « Egyptian Manuscripts in the Wellcome Collection », JEA 80, 1994, p. 145-158.

Ragazzoli 2016
C
. Ragazzoli, L’écriture manuscrite au Nouvel Empire : pratiques et discours, dossier d’habilitation à diriger des recherches, Sorbonne Université, 2016.

Redford 2004
D.B.
 Redford, Excavations at Mendes, vol. 1 : The Royal Necropolis, Culture and History of the Ancient Near East 20, Leyde, Boston, 2004.

Régen 2014a
I. Régen, « Tradition et innovation dans la littérature funéraire de la Basse Époque. Le lever du soleil dans la tombe de Ouahibrê-nebâh », communication inédite, colloque « Burial and Mortuary Practices in Late Period and Graeco-Roman Egypt », Budapest, Museum of Fine Arts, 17-19 juillet 2014.

Régen 2014b
I. R
égen, « Metatextuality and Efficiency in Ancient Egypt: Two Examples from the Priest Padiamenope’s Tomb (Book of the Gates, TT33, 2nd Hour) » in S.H. Aufrère, P.S. Alexander, Z. Plese (éd.), On the Fringe of Commentary: Metatextuality in Ancient Near Eastern and Ancient Mediterranean Cultures, actes du colloque « Palimpsestes II », Aix-en-Provence, 25-27 septembre 2008, OLA 232, Louvain, 2014, p. 259-271.

Régen 2014c
I. Régen, « The Amduat and the Book of the Gates in the Tomb of Padiamenope (TT 33): A Work in Progress » in E. Pischikova, J. Budka, K. Griffin (éd.), Thebes in the First Millennium BC, actes de colloque, Louqsor, 2012, Newcastle, 2014, p. 312-315.

Régen 2015a
I. R
égen, « Le faucon, rtḥ-qȝb.t et le lever du soleil. Trois extraits inédits du Livre de Nout dans l’Assassif (TT 34, TT 33, TT 279) » in C. Thiers (éd.), Documents de théologies thébaines tardives, D3T 3, CENiM 13, Montpellier, 2015, p. 217-246.

Régen 2015b
I. Régen, « Quand Isis met à mort Apophis. Variantes tardives de la 7e heure de l’Amdouat » in C. Thiers (éd.), Documents de théologies thébaines tardives 3, D3T 3, CENiM 13, Montpellier, 2015, p. 247-271.

Régen 2018
I. Régen, « The Book of Nut in the Late Period Tombs of the Asasif Necropolis: With a Focus on the Decorative Layout in the Tombs of Padiamenope (TT 33) and Montuemhat (TT 34) » in E. Pischikova, J. Budka, K. Griffin (éd.), Thebes in the First Millennium BC: Art and Archaeology of the Kushite Period and Beyond, actes de colloque, Louqsor, 25-29 septembre 2016, GHP Egyptology 27, Londres, 2018, p. 162-176.

Régen à paraître (a)
I. Régen, « Entre rhétorique et pratique. L’archéologie du rituel dans le Livre des Morts » in A. Pries, F. Contardi (éd.), Tradition et transmission des rituels égyptiens : continuités et ruptures, actes de colloque, Montpellier, 17-19 mai 2017, SSR, Wiesbaden, à paraître.

Régen à paraître (b)
I. Régen, « Sur le masque cérémonial d’Anubis » in A. Gasse, L. Bazin-Rizzo, F. Servajean (éd.), Hommages à Jean-Claude Grenier, CENiM 22, Montpellier, à paraître.

Roberson 2009
J. Roberson, « The Early History of “New Kingdom” Netherworld Iconography: A Late Middle Kingdom Apotropaic Wand Reconsidered » in D. Silverman, W.K. Simpson, J.W. Wegner (éd.), Archaism and Innovation: Studies in the Culture of Middle Kingdom Egypt, New Haven, Philadelphie, 2009, p. 427-445.

Roberson 2012
J. Roberson, The Ancient Egyptian Books of the Earth, Wilbour Studies in Egypt and Ancient Western Asia 1, Atlanta, 2012.

Roberson 2013
J. Roberson, The Awakening of Osiris and the Transit of the Solar Barques: Royal Apotheosis in a Most Concise Book of the Underworld and Sky, OBO 262, Fribourg, Göttingen, 2013.

Romer 1979
J. Romer, Theban Royal Tomb Project: A Report of the First Two Seasons, San Francisco, 1979.

Romer, Ciccarello 1979
J. Romer, M. Ciccarello, A Preliminary Report of the Recent Work in the Tombs of Ramesses X and XI in the Valley of the Kings, San Francisco, 1979.

Roulin 1996
G. Roulin, Le Livre de la Nuit. Une composition égyptienne de l’au-delà, OBO 147, Fribourg, Göttingen, 1996.

Roulin 1998
G. Roulin, « Les tombes royales de Tanis : analyse du programme décoratif » in P. Brissaud, C. Zivie-Coche (éd.), Tanis : travaux récents sur le tell Sân el-Hagar. Mission française des fouilles de Tanis 1987-1997, Paris, 1998, p. 193-273.

Sadek 1985
A.-A.F. Sadek, Contribution à l’étude de l’Amdouat. Les variantes tardives du Livre de l’Amdouat dans les papyrus du Musée du Caire, OBO 65, Fribourg, Göttingen, 1985.

Sawi, Gomaa 1993
A. Sawi, F. Gomaa, Das Grab des Panehsi, Gottesvaters von Heliopolis in Matariya, ÄAT 23, Wiesbaden, 1993.

Schweitzer, Traunecker 2007

A. Schweitzer, C. Traunecker, Entre Égypte et Alsace. La collection égyptienne du Muséum d’histoire naturelle de Colmar et la collection égyptienne de la Société industrielle de Mulhouse, Colmar, 2007.

Scott 1986
G.D. S
cott, Ancient Egyptian Art at Yale, New Haven, 1986.

Sherbiny 2017
W. 
Sherbiny, Through Hermopolitan Lenses: Studies on the So-called Book of Two Ways in Ancient Egypt, ProblÄg 33, Leyde, Boston, 2017.

Stauder 2010
A. 
Stauder, « Genre-specific Grammatical Constructions in Funerary Literature: Two Case Studies », communication inédite, colloque « Ancient Egyptian Funerary Literature: Tackling the Complexity of Texts » organisé par S. Bickel, université de Bâle, 2010.

Taylor 2016
J.H. 
Taylor, « The Amduat Papyrus of Panebmontu », BMSAES 23, 2016, p. 135-151.

Traunecker 2014
C. Traunecker, « The Funeral Palace of Padiamenope: Tomb, Place of Pilgrimage and Library – Current Research » in E. Pischikova, J. Budka, K. Griffin (éd.), Thebes in the First Millennium BC, actes de colloque, Louqsor, 2012, Newcastle, 2014, p. 205-234.

Traunecker, Régen 2015-2016
C. Traunecker, I. Régen, « La tombe du prêtre Padiamenopé (TT 33) : éclairages nouveaux », BSFE 193-194, 2015-2016, p. 52-83.

Traunecker, Régen 2018
C. Traunecker, I. Régen, « La tombe d’un intellectuel dans la Thèbes des divines adoratrices » in F. Gombert, F. Payraudeau (éd.), Servir les dieux d’Égypte. Divines adoratrices, chanteuses et prêtres d’Amon à Thèbes, catalogue d’exposition, musée de Grenoble, 25 octobre 2018 – 27 janvier 2019, Paris, 2018, p. 60-63.

Uranić 2018
I. 
Uranić, « The Book of the Amduat on Papyrus Zagreb E-605 », Vjesnik Arheološkog muzeja u Zagrebu 51/1, 2018, p. 56-66.

Vernus 1975
P. Vernus, « Inscriptions de la Troisième Période intermédiaire (II) », BIFAO 75, 1975, p. 67-72.

Vernus 2016
P. Vernus, « L’écrit et la canonicité dans la civilisation pharaonique » in K. Ryholt, G. Barjamovic (éd.), Problems of Canonicity and Identity Formation in Ancient Egypt and Mesopotamia, CNIP 43, Copenhague, 2016, p. 271-347.

Vernus 2017
P. Vernus, « Modelling the Relationship Between Reproduction and Production of “Sacralized” Texts in Pharaonic Egypt » in T. Gillen (éd.), (Re)productive Traditions in Ancient Egypt: Proceedings of the Conference Held at the University of Liège, 6th–8th February 2013, AegLeod 10, Liège, 2017, p. 475-509.

Wagner 2018
M. 
Wagner, « New Research in the Tomb of Ibi (TT 36) » in E. Pischikova, J. Budka, K. Griffin (éd.), Thebes in the First Millennium BC: Art and Archaeology of the Kushite Period and Beyond, actes de colloque, Louqsor, 25-29 septembre 2016, GHP Egyptology 27, Londres, 2018, p. 177-192.

Wegner 2009
J. 
Wegner, « The Tomb of Senwosret III at Abydos: Considerations on the Origins and Development of the Royal Amduat Tomb » in D. Silverman, W.K. Simpson, J.W. Wegner (éd.), Archaism and Innovation: Studies in the Culture of Middle Kingdom Egypt, New Haven, Philadelphie, 2009, p. 103-169.

Wente 1982
E.F. 
Wente, « Mysticism in Pharaonic Egypt? », JNES 41/3, 1982, p. 161-179.

Werning 2007
D.A. 
Werning, « An Interpretation of the Stemmata of the Books of the Netherworld in the New Kingdom – Tomb Decoration and the Text Additions for Osiris NN » in J.-C. Goyon, C. Cardin (éd.), Proceedings of the Ninth International Congress of Egyptologists, Grenoble, 6–12 September 2004, OLA 150, Louvain, Paris, Dudley, 2007, p. 1935-1949.

Werning 2013
D.A. Werning, « Linguistic Dating of the Netherworld Books Attested in the New Kingdom: A Critical Review » in G. Moers, K. Widmaier, A. Giewekemeyer (éd.), Dating Egyptian Literary Texts, LingAeg Studia Monographica 11, Hambourg, 2013, p. 237-281.

Werning 2018a
D.A. Werning, « The Representation of Space, Time and Event Sequence in an Ancient Egyptian Netherworld Comic » in G. Chantrain, J. Winand (éd.), Time and Space at Issue in Ancient Egypt, LingAeg Studia Monographica 19, Hambourg, 2018, p. 209-242.

Werning 2018b
D.A. Werning, « The Book of Caverns in Theban Tomb 33: Late Period Reception Process and Individual Adaptation », BIFAO 118, 2018, p. 525-554.

Wiebach-Koepke 2003
S. 
Wiebach-Koepke, Phänomenologie der Bewegungsabläufe im Jenseitskonzept der Unterweltbücher Amduat und Pfortenbuch und der liturgischen „Sonnenlitanei“, ÄAT 55, Wiesbaden, 2003.

Willems 1996
H. Willems, The Coffin of Heqata (Cairo JdE 36418): A Case Study of Egyptian Funerary Culture of the Early Middle Kingdom, OLA 70, Louvain, 1996.

Willems 2019
H. Willems, « Une perspective religieuse des cachettes royales de la XXIe dynastie », BSEG 31, 2019, p. 115-128.

Haut de page

Notes

1 Abdel Ghany 2016, p. 5-21 ; Abdel Ghany 2018, p. 1-21. Cf. Mauric-Barberio 2001, p. 315-350.

2 Résumé et bibliographie de la question jusqu’à l’année 2000 par Wiebach-Koepke 2003, p. 23-26 ; l’auteur situe la date de rédaction de l’Amdouat entre la Deuxième Période intermédiaire et le début de la XVIIIe dynastie (p. 28).

3 Récemment : Stauder 2010 ; Jansen-Winkeln 2012, p. 87-106 ; Werning 2013, p. 237-281 ; Vernus 2017, p. 501, n. 147.

4 Or le monde est perçu/représenté comme un cercle : Clère 1958, p. 30-46 ; Scott 1986, p. 154-155 ; Manassa 2013a, p. 9 (MMA 14.7.1b).

5 À distinguer des papyrus de l’Amdouat de la Troisième Période intermédiaire parfois qualifiés d’« Abrégés », par ex. https://art.rmngp.fr/fr/library/artworks/papyrus-amdouat-abrege-anonyme_papyrus-papier

6 Vernus 2016, p. 285.

7 Commenté par Abitz 1995, p. 32-43 ; Manassa 2013b, p. 47-68 ; Lapčić 2014, p. 176-180.

8 Comme le remarque P. Vernus (2016, p. 285), cette version courte avait son « auctoritas propre ». Alors que l’Abrégé est dépourvu d’images, l’emploi des déictiques y est pourtant maintenu (par ex., ntr pn ʿȝ « le grand dieu que voici »), montrant que l’interaction texte-image relève de la rhétorique de l’efficacité. Il en va de même pour les indications rituelles présentes à la fin des heures de l’Abrégé, précisant l’orientation des heures sur des parois différentes, alors même que l’Abrégé est copié d’un seul tenant sur un mur unique. Pour l’emploi de l’expression « indications rituelles » en lieu et place de « notices prescriptives / de prescription », voir Régen à paraître (a).

9 Baines 1990, p. 12-13.

10 Vernus 2016, p. 286.

11 Voir par ex. Hornung, Abt 2007, p. 386, 389, 396, 400, 404, 409, 412, 415, 419, 422 (Abrégé).

12 Nerlich 1990, p. 255-302, 268 : « Une unité indissoluble de texte(s) et image(s) dans laquelle ni le texte ni l’image n’ont de fonction illustrative et qui – normalement, mais non nécessairement – a la forme d’un “livre” ».

13 Werning 2018a, p. 209-242.

14 Cf. le concept d’ambimodalité défini par Lapčić 2014, p. 180-183, qui prépare une thèse sur les relations texte-image dans l’Amdouat à l’université de Berlin : https://www.topoi.org/project/c-1-x-1/ (consulté le 18 février 2019).

15 Notamment Werning 2007, p. 1935-1949.

16 Assmann 1970, p. 57, n. 2 ; cf. Assmann 1983, p. 24-53 ; cf. Lieven 2002, p. 47-58.

17 Comme le Livre des Morts, les Litanies du Soleil ou encore le Livre des Douze Cavernes (ex-LdM 168).

18 Également par des métadiscours : I. Régen in Traunecker, Régen 2015-2016, p. 77-81.

19 Au premier chef, l’approvisionnement du mort, puis le bon cheminement dans l’au-delà en compagnie de Rê et loin des démons, suivi par le bien-être du défunt, physique (facultés corporelles) ou socio-économique (insertion dans le groupe des Douatyous ; propriété terrienne/agricole ; vêtements).

20 Hornung 1987, p. 102-109 (Th. III).

21 Cf. une notice de l’Abrégé (LdA 2) : « Quant à celui qui connaît les paroles qu’adressent les dieux de la Douat à ce dieu (= Rê), et les paroles que ce dieu leur adresse […] ».

22 J’envisage de présenter ce versant liturgique de l’Amdouat lors du colloque organisé à Lausanne les 3-4 juin 2021 par G. Lenzo et F. Albert.

23 Wente 1982 (Amdouat, Livre des Portes) ; Jenni 2011, en particulier p. 241-243 (« Die Sonnenlitanei als liturgischer Text »).

24 http://totenbuch.awk.nrw.de/uebersicht/objekte (consulté le 17 septembre 2020).

25 Plus de 200 papyrus ; une centaine d’extraits ou de mentions (parfois discrètes) sur les cercueils des XXIe-XXIIe dynasties (information Cassio de Araújo Duarte).

26 Notamment par le biais d’une paronomase : « le guide réservé (ʿft.t ʿn.t), l’écrit secret de la Douat qui n’est connu d’aucun homme, hormis de peu (wpw-r ʿnw) » : Hornung 1987, p. 95.

27 Possible extension sémantique à la Basse Époque, où l’appellation désigne l’ensemble du programme décoratif du sarcophage : Manassa 2007, p. 283-284.

28 Wegner 2009, p. 135-136 ; cf. Gauthier 1925, p. 160, et KRI II, 333,15 (Séthy décédé y est entré). Cf. les wr.w n(y).w ʿ.t jmn.t invoqués par le défunt sur l’étiquette d’un papyrus de l’Amdouat, Sadek 1985, p. 157, fig. 31.

29 Par ex., Dend. X, 26,5-6 ; 27,4 ; 31,3 ; 41,12 ; 94,16 ; Manassa 2007, p. 419, n. 51.

30 CT VI, 176h-j (TS 572) : « Je serai parmi les compagnons (jmy.w-t) d’Osiris et les suivants (jmy.w-šms.w) (d’Osiris), les préposés aux salles d’Osiris (jrw ʿ.wt [n(y).wt] Wsjr), ceux qui sont sur les trônes dans la salle cachée (r(y).w-nd.w m ʿ.t jmn.t). » Cf. TS 1110.

31 7e salle / porche de la tombe : CT VII, 108r (BH4C, TS 901) : « La salle cachée, maîtresse des voies sur lesquelles cheminent Horus et Seth, lorsque la barque (solaire) passe » (ʿ.t jmn.t nb.t wȝ.wt sšm(.wt) rj St swȝ wjȝ). La version de BH1Br est inédite selon Sherbiny 2017, p. 17, n. 140 ; p. 506. Cf. les 7 portes des chapitres LdM 137/144, 147, Willems 1996, p. 136, 128.

32 Cf. ḏȝḏȝ.t ʿ.t jmn.t, « le tribunal de la salle cachée » du Livre des Cavernes, Leitz (éd.) 2002, col. 596b. Est-ce à rapprocher de la scène 33 de la 5e heure du Livre des Portes (Manassa 2006, p. 109-150, en particulier p. 116, 136, n. 132) et du hall d’Osiris sur la tjentjat des papyrus de la Troisième Période intermédiaire ?

33 « Ils allèrent à l’intérieur de la septième salle. Ce que vit alors Setné, ce fut l’incarnation du grand dieu Osiris assis sur son trône d’or pur couronné de l’Atef […]. La balance était installée au milieu devant eux [= Osiris, Anubis, Thot], tandis qu’ils pesaient les torts contre les mérites » : Agut, Chauveau 2011, p. 46. Cf. « le tribunal de la salle cachée » (ḏȝḏȝ.t n(y.t) ʿ.t Jmn.t) : Leitz (éd.) 2002, col. 596b (4e division du Livre des Cavernes).

34 Tombes, XXIIe dynastie : Tanis, NRT I, Osorkon II (865-830) : extraits LdA 10, 12 (Roulin 1998, p. 234-239) ; Abydos, Ioupout A, extraits LdA 1+x, 10, 12 : Vernus 1975, p. 67-72 ; Aston 2009, p. 142.

35 Notamment : Sadek 1985 ; Niwiński 1989 ; Niwiński 2009, p. 156-158, fig. 60-83 (LdA 11) ; Taylor 2016 ; Hornung 1999, p. 171-172 avec réf. ; Bommas 2015 ; Aston 2009, p. 271-273 ; Bottigliengo 2017 ; Uranić 2018.

36 Les cercueils empruntent des éléments à l’Amdouat, notamment dans le but d’illustrer le thème de la procession funéraire : Araújo Duarte 2014, p. 81-90 par ordre décroissant de fréquence sur les cercueils : LdA 11 (30 %), LdA 10 (24 %), LdA 12 (11,5 %), LdA 9 (2,6 %) ; Araújo Duarte 2017, p. 137-144.

37 P. Turin cat. 1785 (Pénoupéquer) (cf. P. Caire SR IV 652, Djedamoniouefânkh = Amdouat ?). Pour les quelques papyrus à la datation assurée, voir infra et Taylor 2016, p. 148 ; Lenzo 2018-2019.

38 Communication personnelle de C. de Araújo Duarte, que nous remercions.

39 Les premières heures sont bien moins fréquentes : Quirke, Tait 1994, p. 147-149, pl. XV-XVI (anonyme ; le même papyrus consigne des motifs des LdA 1, 3, 11 et 12). De même, la 1re heure est attestée sur les blocs de Ioupout A en Abydos (avec extraits LdA 10 et 12).

40 Au moins un papyrus (Turin cat. 1780, Nesamon) fait exception, avec ses figures pleines et colorées (ce style est employé plus tardivement dans l’Amdouat des tombes royales, apparaissant sous Toutânkhamon, au moment où l’Amdouat perd son unité et son exclusivité dans le programme décoratif, exception faite de Ramsès VI) : photo dans Bottigliengo 2017, p. 93, fig. 4. Pour les hiéroglyphes linéaires, voir Vernus 2017, p. 480. Grâce à un tracé plus « enlevé » et un choix restreint d’encres (noire et parfois rouge), le recours aux figures linéaires revenait aussi, sans doute, à réduire le temps d’élaboration (et donc le coût) d’un papyrus de l’Amdouat.

41 Selon les auteurs, les papyrus de la Troisième Période intermédiaire dériveraient essentiellement de la version de la tombe d’Amenhotep III (Sadek 1985, p. 295-296 ; cf. Darnell, Manassa Darnell 2018, p. 130), d’Amenhotep II (contra Sadek : Niwiński 1989, p. 179 ; Bottigliengo 2017, p. 91) ou d’une source non encore identifiée (Bommas 2015, p. 56).

42 Après la XXIe dynastie, la tombe de Padiamenopé (TT 33, fin de la XXVe ou début de la XXVIe dynastie) livre la dernière version intégrale de l’Abrégé (salle XII, paroi nord). Extraits sur les sarcophages : Manassa 2007, p. 71, 83, 91, n. 134 ; p. 95, 100, 118, 144, 146, 167, 168, n. 480 ; p. 174, 195, 197, n. 26 ; p. 214, n. 102 ; p. 394 (g), 439, 449, 457, 481.

43 Par exemple, le P. Berlin 3001 note l’intégralité de l’Abrégé de l’Amdouat ; photos dans Hornung 1973, pl. V-X.

44 Hornung 1987, p. xiii, xiv, xvi ; Hornung 1991, pl. 160-171 ; Abitz 1995, p. 30-31 ; Leblanc 1998, p. 87 ; Leblanc 2009, p. 208.

45 Voir par ex. Lieven 2016, p. 60-61 ; Lieven 2001, p. 41-64. En outre, Bommas 2015, p. 50, rappelle avec raison que la tombe de Thoutmosis III est inspectée dès la fin de la XXe ou le tout début de la XXIe dynastie (graffiti). Selon H. Willems (2019, p. 115-128), la Cachette royale devrait son existence à un désir de légitimation des rois-prêtres, qui se présentent comme les héritiers des rois du Nouvel Empire en les réenterrant.

46 Il n’hésite pas à réutiliser un sarcophage qui aurait pu appartenir à Ramsès II (hypothèse de Frédéric Payraudeau, communication personnelle) : Damarany, Cahail 2016, p. 11-30 (Livre des Portes).

47 Vernus 2016, p. 301.

48 Pour A. Sadek (1985, p. 326), les heures 1 à 8 représenteraient les rites royaux et ne pourraient donc être reprises sous peine de « sacrilège ». Bien que rare, l’emploi de ces heures est pourtant attesté, voir supra, n. 39.

49 À l’instar du Livre des Morts, par ex., Lenzo 2012.

50 Manuscrit anonyme. Seule la première moitié du papyrus a pu être mesurée (4,84 m de long) : P. Caire RT14/7/35/5 (= C1) : LdA 9-10-11-12 (version longue) + version complète de l’Abrégé : Sadek 1985, p. 78, pl. 1-4.

51 Papyrus C21 (SR 1003), Sadek 1985, p. 169.

52 Huit colonnes (= titre et 1re heure uniquement, C21) ; 12 colonnes (C4) ; 16 colonnes (C2) ; 40 colonnes (C3) ; 187 colonnes (Abrégé intégral C1), respectivement Sadek 1985, p. 169, 99, 88, 95, 79.

53 Djedmout, type A.II.2a : Bottigliengo 2012 (LdA 7, 9, 10, 11, 12).

54 Cf. Hornung 1981, p. 226.

55 Ainsi sur le papyrus de Djedamoniouefânkh, Piankoff, Rambova 1957, no 27.

56 Ragazzoli 2016.

57 En particulier les types A.II.2 et A.III.2 de A. Niwiński ; voir par ex. les P. Skrine (Ânkhefenkhonsou, A.III.2a), P. MMA 25.3.33 (Tiyi), P. Colmar 998-335 (Nésykhonsoupakhéred, Schweitzer, Traunecker 2007, p. 38-39, pl. 7).

58 Le Âha/Bès paré d’un masque d’Anubis est à rapprocher du Âha des ivoires magiques (P. MMA 25.3.33, Tiyi ; P. du Caire de Dirpou (Piankoff, Rambova 1957, no 6 ; cf. Quirke 2016, p. 561 et 610, fig. C.16 (à dr.) ; Régen à paraître (b), n. 96, fig. 20-21. Il apparaît aussi sur un bloc de tombe privée de Tanis (communication de Frédéric Payraudeau et Raphaële Meffre). Cf. l’ivoire magique Berlin 4207 avec divinité à tête de canidé (coiffée du némès) tenant bâton et serpents, Quirke 2016, p. 263, fig. 3. Pour le lien entre les ivoires magiques et les Livres du Monde inférieur : Roberson 2009 ; Liptay 2011 ; Quirke 2016, p. 268, fig. 3.46 (BM EA 24425, cf. Iouf et Khépri), p. 444-445 (Amdouat). Les génies-gardiens d’Osiris brandissant des geckos sont connus depuis le Livre des Deux Chemins (Quirke 2016, p. 467, fig. 5.40) jusqu’aux chapelles osiriennes de Dendara (Cauville 1997, pl. 87-88, reg. inf., 94, nos 11 et 27 ; pl. 95, no 28).

59 Par ex., Martin 2009, p. 277-294. Les statuettes de pleureuse en bois peint (Isis, Nephthys), non rares à l’époque tardive, étaient sans doute disposées autour du cercueil (https://www.metmuseum.org/art/collection/search/551501, consulté le 17 septembre 2020). Noter les formes céramiques dès le Moyen Empire : Colazilli 2018, p. 221-233. Voir infra, n. 114. À l’instar des niches du caveau de Montouemhat (TT 34), les niches de la tombe de Padiamenopé (TT 33) devaient accueillir un ensemble de génies en ronde-bosse (aucun n’a été retrouvé à ce jour). Pour les statuettes de Montouemhat, Leclant 1961, doc. 17-23.

60 « It is probably fair to say that the diversity of content which these manuscripts display sometimes defeats attempts to assign them to any modern system of classification », Taylor 2012, p. 138.

61 Manassa 2007, p. 283-284.

62 Joubert 2018. Cf. la désignation au pluriel « The Books of the Earth » employée par Roberson 2012.

63 Exemplaires du musée du Caire par Sadek 1985.

64 Nous reprenons les datations de Lenzo 2018-2019.

65 Sadek 1985, pl. 12-13 (C6).

66 P. Cleveland 1914.725 : Berman, Bohač 1999, p. 375 (photo) et Niwiński 1989, pl. 37b. P. Cleveland 1914.732 : Berman, Bohač 1999, p. 377 (photo).

67 Berlev, Hodjash 1998, pl. 161.

68 Aux papyrus de Khonsoumès (BNF EG 153-154, type A.III.2a) et Djedkhonsouiouesânkh (Louvre 3276, type A.III.2a) recensés par J. Roberson (2012, p. 404-415), il convient d’ajouter notamment le P. Turin cat. 1789, inédit, mentionné par Bottigliengo (2017, p. 94), le P. Louvre 3139 (Padiamonet fils de Padikhonsou, type A.III.2a) et le P. Marseille inv. 293 (anonyme) : Niwiński 1989, p. 206, fig. 79 et p. 208, fig. 81.

69 Niwiński 1989, p. 369 (Turin 14).

70 Piankoff, Rambova 1957, no 27.

71 Voir supra, n. 58.

72 Le texte est parfois absent, et l’emprunt réduit au seul motif.

73 Art d’assembler des motifs colorés sur des tentures.

74 P. Caire SR IV 528 (= JE 95637), Ânkhesenmout, type A.II.3 : Niwiński 1989, p. 189, fig. 64.

75 Cf. la chapelle no 3 (extraits LdA 1, LdA 2, LdA 6 ; LdM 147), Piankoff 1955, p. 79-83, 85-89.

76 Darnell 2004, p. 38. Comme on le sait, cette appellation générique a été improprement attribuée aux « Écrits de la Salle Cachée » sous la transcription « Amdouat ».

77 Cf. Manassa 2007, p. 284.

78 Taylor 2016, p. 148.

79 Einaudi 2017, p. 163-168.

80 Par ex., l’Amdouat est absent des parois de la tombe d’Ibi (TT 36), mais au moins deux motifs (LdA 8/9, 12) apparaissent sur les vestiges de son sarcophage intérieur (Chicago OIM E1368, Wagner 2018, p. 181, n. 25 ; p. 182). Sur le cercueil d’un proche de Montouemhat (TT 34), Padiaset C (XXVe dynastie) (fig. 4) : Moret 1913, p. 271 (CG 41029) (haleur retourné = LdA 12). Ce dernier illustre la taille parfois très réduite d’un emprunt : la présence de l’Amdouat se résume à un motif très discret, limité à un seul personnage identifiable par sa posture : un haleur se retournant (vers la barque), extrait de la 12e heure. Cela montre la connaissance intime des textes par les compositeurs mais aussi à quel degré de finesse des recherches d’intericonotextualité pourraient être poussées.

81 Par exemple pour l’Amdouat ou des chapitres du Livre des Morts.

82 Salle XII, paroi nord (70 colonnes). Exceptionnellement placée avant la version longue pour des raisons de mise en scène spatiale dans le couloir XIII-3.

83 Cf. les Litanies du Soleil notées sur les piliers du caveau de Thoutmosis III décoré de l’Amdouat. Ces deux compositions sont également rapprochées sur des manuscrits de la Troisième Période intermédiaire : Niwiński 1989, p. 169-173.

84 Voir supra, n. 57.

85 Aussi P. BM EA 9984, P. BM EA 79430. La combinaison de l’Amdouat et du Livre des Portes est rare dans les papyrus ; l’emprunt au Livre des Portes se réduit à quelques motifs (Taylor 2016, p. 145-147, notamment le serpent de la scène 60, LdP 9) : P. BNF EG 153-154 (Khonsoumès), P. BM EA 79430 (Panebmontou, fig. 6), P. BM EA 9984 (Nesmout), P. Caire JE 34000 (anonyme), P. Louvre N 3276 (Djedkhonsouiouesânkh) ; P. BM EA 9985.1 (?), inédit (« Amduat [?] & Book of Gates [?] ») : https://www.britishmuseum.org/research/collection_online/collection_object_details.aspx?objectId=3299692&partId=1&searchText=9985&page=1 (consulté le 27 mars 2019).

86 L’emprunt d’éléments du Nouvel Empire est à suspecter, si l’on en croit l’analyse d’autres Livres du Monde inférieur, montrant notamment l’influence du modèle de la tombe de Ramsès VI : Werning 2018b (Osiréion également) ; Roberson 2012, p. 49.

87 Cf. Sadek 1985, p. 208, pl. C28. On notera en outre que seules (?) les heures des tombes de Thoutmosis III (KV 43), Padiamenopé (TT 33) et des sarcophages de Basse Époque de type II (au modèle identique à celui de la TT 33) semblent orientées en adéquation avec les indications rituelles figurant dans le Livre de l’Amdouat : Manassa 2007, p. 5.

88 Rajouter de fait une flèche reliant « Funerary Papyri of the TIP » à « Tombs. Late 25th/26th Dyn. and Later » sur le schéma de Niwiński 1989, table XVII.

89 Régen 2018, fig. 1-9, p. 172-176.

90 Régen 2015a, p. 217-246 ; Régen 2018, p. 162-176.

91 Roberson 2012, p. 295-300.

92 Noté au plafond des tombes royales au Nouvel Empire, le Livre de la Nuit est ensuite noté sur les parois du temple de Médinet Habou (Ramsès III), des tombes d’Osorkon II (NRT I) et Chéchonq III (Roulin 1996, p. 16, cf. 13, 14), de l’édifice de Taharqa à Karnak, puis de la tombe de Padiamenopé (TT 33). Sur les cercueils : Payraudeau 2016, p. 66-77 ; Manassa 2007, p. 76, 460 ; Liptay 2017, p. 575.

93 L’identité de groupe n’exclut pas pour autant l’identité personnelle puisque la variance des textes (disposition, contenu, support architectural) assure une individualisation. Pour le concept de « variance », Cerquiglini 1989, p. 62.

94 Dont les fonctions sont souvent reliées au culte thébain d’Amon.

95 Vernus 2016, p. 279-280.

96 Fin de la XXIe dynastie (Joubert 2018, p. 243, n. 414) : un autre papyrus de type A.III.2a (P. Caire SR VII 10237, anonyme) est daté de la fin de la XXIe ou du début de la XXIIe dynastie par le cercueil de type V auquel il est associé. Cf. aussi supra, n. 71, P. Caire SR IV 652 (= JE 95718 ; type A.III.2a), Djedamoniouefânkh, datable du règne de Takélot II.

97 Joubert 2018, p. 265-277 ; mémoire de Master 2 à la soutenance duquel Chloé Ragazzoli nous a aimablement invitée comme membre de jury.

98 É. Joubert lui-même compare avec le sarcophage de Séthy Ier où la scène finale du Livre des Portes est située sur la paroi de tête (Joubert 2018, p. 283-284, 293, 345).

99 Roberson 2012, p. 47, 49, 295-299, 408-415, 418-421, 425, 537-538.

100 Joubert 2018, p. 254-255 (publication prévue).

101 Sert à personnaliser le texte au bénéfice du défunt, en reprenant des syntagmes du texte-source : Régen 2014b, p. 259-271 ; Régen 2014c, p. 312-315 ; I. Régen in Traunecker, Régen 2015-2016, p. 77-80. La tombe d’Osorkon II (NRT I) ajoute une forme particulière de métadiscours ad hoc, qui ne reprend pas des mots-clés du texte-source mais fait allusion à un élément personnel, la succession du roi (fig. 8). Au-dessus des déesses haleuses du registre médian de la 12e heure (sans parallèle, absent de Hornung 1994, p. 830-832, de Sadek 1985, p. 63 et des versions de la TT 33), on peut ainsi lire : « Puissent-elles (= les déesses) faire vivre le ba de l’Osiris N., juste de voix, chaque jour, afin qu’il voie ses fils apparaître sur terre comme les maîtres de tous les pays. » L’un de ses fils, Hornakht, mort vers l’âge de 8-9 ans, est enterré dans la tombe de son père, Roulin 1998, p. 236, 238, fig. 18.

102 Roberson 2012, p. 536 (« care for the gods ») ; Joubert 2018, p. 254, 304-306 (« réaliser l’approvisionnement »). L’aspect liturgique de l’Amdouat implique une offrande aux dieux de la Douat, voir supra, n. 23-24.

103 Comme le remarque J. Roberson (2012, p. 419, n. 680 ; cf. p. 419 et 538). Or nous nous demandons si cette « variance » (Cerquiglini 1989, p. 62), qui apparaît hélas dans des endroits lacunaires, ne pourrait pas s’expliquer par la présence de métadiscours supplémentaires au bénéfice de Padiamenopé. Cf. col. 16-19 où les titres et le nom de Padiamenopé apparaissaient au sein d’un métadiscours s’articulant sans doute autour du syntagme ʿpf, reprenant là encore une action de Rê (cf. col. 9, TT 33 de Roberson 2012, p. 538) ; en outre, les métadiscours concluent souvent les unités de texte (scènes).

104 Cf. Lenzo 2018, p. 295.

105 « Manuscripts are fascinating cultural artefacts: they are more than text carriers: gifts, heirlooms, tokens of admission into a group », Ingeborg Lied 2015, diapositive no 28.

106 La joueuse de sistre d’Amon-Rê Naménekhaset : Dümichen 1884, pl. III (à g.).

107 Par ex., Dümichen 1884, pl. I (ligne 6) ; C. Traunecker in Traunecker, Régen 2018, p. 60. Cf. les textes du cénotaphe osirien où les funérailles de Padiamenopé s’achèveraient à Karnak (statue dans le temple ?) : C. Traunecker in Traunecker, Régen 2015-2016, p. 68-69 ; Djêmé : Traunecker 2014, p. 225.

108 Pour Isis guérisseuse à l’époque kouchite à Thèbes, repoussant serpents et autres animaux venimeux : Coulon 2012, p. 49-58.

109 Régen 2015b, p. 247-271.

110 Voir supra, n. 57.

111 Ce sont en partie ces mêmes génies que l’on rencontre dans le chapitre LdM 182 (connu dès la XVIIIe dynastie), sur le sarcophage de Mérenptah usurpé par Psousennès (Liptay 2017, p. 572-574 ; Roberson 2013, p. 18-19), dans le décor (aujourd’hui détruit) de la tombe de Ramsès III (Mauric-Barberio 2004) et sur plusieurs cercueils et sarcophages tardifs : par ex., Koefoed-Petersen 1951, p. 43, pl. XC et Jørgensen 2001, 5:7-8, 6:7-8 ; Felgenhauer (éd.) 2015, p. 99 (no 137, Djed-Hor, Akhmim, XXXe dynastie / époque ptolémaïque). Voir aussi Quirke 2016, p. 523-530, pl. 5 et infra, n. 113, 118 et 121.

112 Voir supra, n. 75.

113 En effet, un dispositif d’entités gardiennes était originellement placé en ronde-bosse autour du sarcophage dans les tombes de la Vallée des Rois, voir supra, n. 59. Les Amdouats-miscellanées incluant des génies-gardiens donneraient donc une sorte de photographie du caveau équipé, incluant les parois du caveau et les statuettes de génies. Cf. Liptay 2017, p. 563-592.

114 Tombe LS 23, Lepsius 1972, pl. 280b-c (Litanies du soleil, porte LdP 2 (?) ; scènes du Livre de la Terre), 281b (LdP 12), 281c (LdP 2), 282a (LdP 2). Elle présente une forme particulière du Livre des Portes, introduite par « Paroles à prononcer par ces dieux / par l’Osiris N » ; elle constitue la dernière attestation monumentale du Livre de la Terre : Roberson 2012, p. 54.

115 J. Roberson (2012, p. 54) rapproche la disposition du Livre de la Terre de Horirâa (LS 23) de celle de la tombe de Padineith (TT 197).

116 Le défunt y invoque des divinités extraites des 7e et 9e heures, Sawi, Gomaa 1993, p. 41-43, 74-76, fig. 4-5, pl. V-VI, IX-X. Cf. la version de la tombe collective de Pétosiris, infra, n. 141, 145.

117 Cf. Roulin 1998, p. 237, fig. 17 ; p. 238, fig. 18. Pour le métadiscours chez Osorkon II, voir supra, n. 101.

118 Les quelques blocs conservés ne permettent pas de vérifier la présence de portes dans l’Amdouat, mais la présence simultanée de la scène finale du Livre des Portes (Abdelwahed, Iskander, Tawfik 2016, p. 35, pl. 17), des Litanies du Soleil, du Livre des Cavernes, ainsi que de génies-gardiens (Abdelwahed, Iskander, Tawfik 2016, p. 36), rend plausible l’influence du modèle thébain (version kouchito-saïte TT 33) sur la tombe-chapelle d’Imenirdis (restes des LdA 6, 7, 10, 11+x).

119 Prophète d’Amon-Rê roi des dieux, directeur des prophètes dans Thèbes, directeur de toute la Haute Égypte. Pour les circulations de modèles entre Thèbes et Memphis à la Troisième Période intermédiaire (Livre des Morts), Liptay 2017, p. 582-583.

120 Communication inédite, Régen 2014a. De nouveaux blocs ont été repérés depuis (publication en préparation).

121 Leur disposition en registres superposés rappelle celle des génies-gardiens de chapelles osiriennes, cf. Coulon 2017, p. 63-73.

122 Louvre E 32580, granite rose, 50  49  15 cm : Barbotin 2000, p. 33-38 ; Dodson 2016, p. 118, pl. 88b.

123 Redford 2004, p. 31, 45, 77 (93).

124 Manassa 2007, p. 475-478, « The Thirtieth Dynasty Scholarly Movement » (Nectanebid Period).

125 Manassa 2007, p. 476.

126 Forgeau 2018, p. 88-89.

127 Caire JE 48446-48447, Manassa 2007, p. 69.

128 Héliopolis, paroi de tête d’un sarcophage inédit (conservation médiocre) découvert à Matareya, conservé dans le jardin de plein air de Matareya (obélisque) : LdA 1 avec porte et extrait des Litanies du Soleil et du Livre de la Nuit, l’apparentant à un sarcophage de type II.

129 Heures 1-3, 6, 8-9.

130 Manassa 2007, p. 194, n. 5.

131 Forgeau 2018, p. 88.

132 Forgeau 2018, p. 88.

133 Manassa 2007, p. 5.

134 Contrairement aux sarcophages de type II, qui ne mentionnent que des extraits : Manassa 2007, p. 5.

135 Manassa 2007, p. 157-161.

136 Manassa 2007, p. 477 ; Forgeau 2018, p. 40-42.

137 Manassa 2007, p. 480-481 ; cf. Forgeau 2018, p. 88.

138 Manassa 2007, p. 279-410, 477 (CG 29306) ; Forgeau 2018, p. 223-224.

139 Forgeau 2018, p. 222.

140 Manassa 2007, p. 282-283 (exemple unique du type IV).

141 Cherpion, Corteggiani, Gout 2007, p. 2, n. 7 (dernier quart du ive s. av. J.-C. ?), p. 108-109, 149 (noter que le babouin no 88 n’est pas anonyme mais s’appelle Douay) ; Forgeau 2018, p. 119 (« peu de temps après la fin de la XXXe dynastie ») ; Lefebvre 1921-1924, vol. 2, p. 45-47 (Djedthotiouefânkh), 65 (Neschou) ; vol. III, pl. XXXIX, XL, XLII-XLIV.

142 Paroles à prononcer par l’Osiris N ; emploi du vocatif.

143 Également des éléments, plus discrets, dans celle adressée aux déesses des heures et aux uraei : Lefebvre 1921-1924, vol. II, p. 46, 48.

144 Les objets apotropaïques déposés aux angles du puits funéraire de la tombe KV 4 comprenaient des figurines de cynocéphales assis (argile crue), ainsi que deux petits groupes en cire des quatre cynocéphales du chapitre LdM 126, montés sur un socle rectangulaire représentant le Lac de feu : voir par ex. Romer 1979, fig. de la p. 16 ; Romer, Ciccarello 1979, p. 4-7, fig. 10-14.

145 Voir supra, n. 116-117. Trop peu de documents sont cependant disponibles pour en assurer l’existence.

146 Manassa 2007, p. 479 (CG 29316).

147 La 7e heure y est mise en relation avec un passage du Rituel d’abattre Apophis, Manassa 2007, p. 420-421.

148 Et de la sixième division du Livre des Cavernes, Manassa 2007, p. 374.

149 Bloc. Inv. No 110 (?). Nous remercions Lilian Postel de nous avoir signalé cet objet.

150 Voir Manassa 2007, p. 479-481 (« Appendix ») ; cf. supra, n. 128 (Héliopolis) et 150 (Kôm el-Chougâfa, fig. 13).

151 Pétosiris serait une exception, mais tout dépend de la datation donnée à ce monument. Voir supra, n. 141.

152 L’exemplaire le plus complet en était sans doute le papyrus de Nesmin (Windsor RCIN 1145264). Sur les problèmes de datation de certains papyrus de l’Amdouat, Lavrentyeva 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. P. BNF EG 157, Mérouaoârenkhonsou : Amdouat-miscellanée, type A.II.2a. https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b83045832.r=merouao%C3%A2renkhonsou?rk=21459;2
Crédits © Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits, Paris
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/7381/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 2. P. Colmar 998-335, Nésykhonsoupakhéred : Amdouat-miscellanée (type A.III.2a) incluant des motifs extérieurs au Livre (génies brandissant des geckos). D’après Schweitzer, Traunecker 2007, pl. 7.
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/7381/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 3. P. Caire SR IV 528 (JE 95637), Ânkhesenmout (type A.II.3), détail : extraits de la 11e heure de l’Amdouat associés à des motifs du Livre des Morts (LdM 125, 149, 17, 110). D’après Niwiński 1989, p. 189, fig. 64.
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/7381/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 4. Cercueil de Padiaset C (Caire CG 41029), détail : le haleur retourné est un emprunt à la 12e heure. D’après Moret 1913, p. 271.
Crédits © IFAO / Gaël Pollin, Olivier Onézime.
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/7381/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 5. Tombe TT 33, Padiamenopé (salle XIII, paroi nord, détail) : porte (issue du Livre des Portes) et 7e heure du Livre de l’Amdouat.
Crédits © IFAO / Gaël Pollin, Olivier Onézime.
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/7381/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 8. Tombe d’Osorkon II, Tanis (NRT I) : extraits de la 10e heure. D’après Montet 1947, pl. 33.
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/7381/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre Fig. 9. Tombe d’Osorkon II, Tanis (NRT I) : extraits de la 12e heure. D’après Montet 1947, pl. 34.
Crédits © IFAO / Alain Lecler, NB_2003_0074a.
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/7381/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 10. Sarcophage Caire JE 48446, détail du côté 2 de la cuve : Litanies du Soleil, Livre des Portes (5e heure, scène 33) et porte, et Livre de l’Amdouat (5e heure).
Crédits © IFAO / Alain Lecler, NB_2003_0074a.
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/7381/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 681k
Titre Fig. 11. Tombe collective de Pétosiris, Touna el-Gebel : invocation par Djedthotiouefânkh des neuf babouins du registre inférieur de la 1re heure. D’après Cherpion, Corteggiani, Gout 2007, p. 109 (86f).
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/7381/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Titre Fig. 12. Tombe collective de Pétosiris, Touna el-Gebel : invocation par Neschou de neuf divinités du registre supérieur de la 1re heure. D’après Cherpion, Corteggiani, Gout 2007, p. 149 (95).
Crédits Cliché Lilian Postel.
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/7381/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 795k
Titre Fig. 13. Sarcophage inédit exposé dans le jardin de plein air de Kôm el-Chougâfa (Alexandrie), inv. no 110 (?), 5e et 6e heures.
Crédits Cliché Lilian Postel.
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/7381/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Régen, « Menkhéperrê A, Padiamenopé (TT 33) et Nectanébo II. La transmission du Livre de l’Amdouat de la Troisième Période intermédiaire à la Basse Époque
منخبرع أ، وبادي امنوبيس (مقبرة 33)، نقتانبو الثاني. انتقال كتاب الإمى-دوات الجنائزي من الفترة الانتقالية الثالثة إلى العصر المتأخر »
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (BIFAO), 120 | 2020, 357-391.

Référence électronique

Isabelle Régen, « Menkhéperrê A, Padiamenopé (TT 33) et Nectanébo II. La transmission du Livre de l’Amdouat de la Troisième Période intermédiaire à la Basse Époque
منخبرع أ، وبادي امنوبيس (مقبرة 33)، نقتانبو الثاني. انتقال كتاب الإمى-دوات الجنائزي من الفترة الانتقالية الثالثة إلى العصر المتأخر »
Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (BIFAO) [En ligne], 120 | 2020, mis en ligne le 26 janvier 2021, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/bifao/7381 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bifao.7381

Haut de page

Auteur

Isabelle Régen

Ingénieur de recherche au CNRSUMR 5140, université de Montpellier

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’Institut français d'archéologie orientale (BIFAO)

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search