Navigation – Plan du site

AccueilNuméros118Papyrus coptes et grecs de la jar...

Papyrus coptes et grecs de la jarre d’Edfou (suite)

Anne Boud’hors et Alain Delattre
Édité par Ruey-Lin Chang, Esther Garel, Jean Gascou, Isabelle Marthot et Grzegorz Ochała
p. 1-46

Résumés

Cet article constitue la deuxième livraison d’éditions de papyrus coptes et grecs des archives de Papas et s’inscrit dans le cadre du projet collectif mené sur ces archives (« jarre d’Edfou »). Les pièces publiées ici, au nombre de huit, attestent le phénomène de remploi de documents coptes (brouillon de procédure judiciaire, lettres) pour inscrire des comptabilités en grec, et témoignent de la variété des sujets abordés dans la correspondance rédigée en copte, où il est souvent difficile de distinguer les sphères publique et privée. Ils contribuent aussi à la question de la délimitation chronologique des papyrus de la jarre, certains paraissant être fort proches de la conquête arabe, sinon antérieurs à celle-ci. Un petit compte écrit exceptionnellement en copte clôt cette série.

Haut de page

Notes de la rédaction

Avec la collaboration de : Ruey-Lin Chang [contributeur], Assistant Professor, Université nationale de Taïwan, Department of History, NTU Esther Garel [contributeur], Maître de conférences, Université de Strasbourg Jean Gascou [contributeur], Professeur émérite, Université Paris-Sorbonne Isabelle Marthot [contributeur], Université de Bâle, Departement Altertumswissenschaften, Alte Geschichte Grzegorz Ochała [contributeur], Université de Varsovie, Department of Papyrologie, Institute of Archaeology, Faculty of History.

Texte intégral

Cet article a été élaboré dans le cadre d’une action spécifique de l’Ifao, cofinancée, pour les déplacements des membres de l’équipe au Caire en 2017, par l’Ifao, le Labex RESMED et l’IRHT.

  • 1 Voir A. Boud’hors, A. Delattre et al., « Un nouveau départ pour les archives de Papas. Papyrus cop (...)

1Cette nouvelle série d’éditions s’inscrit dans le cadre du projet « Edfou trente ans après la conquête arabe », qui vise à éditer les textes coptes des archives de Papas et à rééditer certains textes grecs1. Nous poursuivons ici la numérotation des pièces entamée dans la première livraison. Les cinq premières sont des documents coptes divers, réutilisés pour écrire des comptabilités grecques, connues ou non de Roger Rémondon (8-12), les deux suivantes sont des lettres adressées à Papas et concernent des affaires dont le caractère (privé ou public) n’est pas aisé à déterminer avec certitude (13-14), la dernière est un petit compte en copte (15).

8-9. Témoignages en copte dans le cadre d’une procédure judiciaire et comptabilité grecque : P. Apoll. 74 revisité

2Sous le no 74 de sa publication (P. Apoll. 74), Rémondon n’avait édité qu’un fragment de comptabilité en grec, sans mentionner le texte copte qui se trouvait de l’autre côté, soit au recto. Le texte copte fut en effet copié en premier et le verso du papyrus fut ensuite réutilisé pour y porter la liste de noms en grec. Un grand fragment complémentaire de ce document a été retrouvé en 2017 à l’Institut de papyrologie de la Sorbonne, ainsi que plusieurs plus petits. En février 2018, des fragments conservés sous un verre « P. Apoll. 74bis » ont refait surface. En conséquence, le fragment édité par Rémondon a fait l’objet d’un remontage, ce qui amène à fournir, en plus de l’édition du texte copte, une nouvelle édition du texte grec.

3Le remontage des fragments de la Sorbonne d’une part, des fragments de l’Ifao d’autre part, ainsi que le raccord virtuel entre les deux parties, sont dus au patient travail de Florent Jacques, ingénieur d’étude à l’Institut de papyrologie de la Sorbonne, qui a rejoint l’équipe en 2018. La planche présentée ici en est le résultat.

8. Recto : brouillon d’Ekmarturia

Anne Boud’hors, Alain Delattre

4Ce texte, qui a toutes les apparences d’un brouillon (mots raturés, ajouts dans l’interligne, notamment par une deuxième main), concerne l’héritage litigieux d’une demi-pièce (ⲧⲡⲁϣⲉ ⲛⲟⲩⲣⲉⲓ, l. 10). Le mot ἐκμαρτύριον (l. 3) invite à l’interpréter comme une « déposition » de divers témoins en faveur du comparant, un certain Ananias.

5S’il paraît difficile d’imaginer qu’un texte d’une telle ampleur ait pu échapper à l’attention de R. Rémondon, on comprend mieux pourquoi ce dernier a jugé les documents coptes comme « privés » : celui-ci l’est, de fait. Cependant, il n’est pas représentatif de la diversité des textes coptes de la jarre.

L’affaire

6Le litige n’est pas directement évoqué dans le document, puisqu’il se borne à recenser des témoignages sous serment en faveur de l’accusé. On peut néanmoins en reconstituer les grandes lignes en s’en tenant à la déclaration d’Ananias et aux trois témoignages conservés qui suivent.

7La contestation porte sur la propriété de la demi-pièce d’une maison qui appartenait à un couple, Tôrsh et sa femme Temetê. Selon les dires de leur fils Ananias, avant la mort du mari, le couple aurait décidé de lui donner la moitié de la pièce en question, en compensation du fait qu’il n’avait pas été marié ni doté. Ananias défend sa position par le témoignage sous serment de plusieurs personnes, qui assurent être parfaitement au courant de la donation hors part des parents à leur fils.

8Quelques passages du texte laissent supposer que la propriété de la demi-pièce d’Ananias est contestée par ses frères. Ainsi, la donation est plusieurs fois justifiée par le fait qu’Ananias, à l’inverse de ses frères, n’a pas été marié ni doté (l. 19-20 et 25-26). Il est même indiqué qu’Ananias s’est mis au service de sa mère et, si notre interprétation est correcte, qu’il lui a prêté davantage d’attention que ses autres frères (l. 26-27).

9Les trois dépositions principales sont le fait de personnes extérieures à la famille, dont la moralité et l’impartialité ne devaient pas faire de doute. La première déposition est celle de Iôhannês, diacre du topos de Saint-Épiphane, de sa fille Anna et d’une certaine Tsina, fille du prêtre Souai. Le diacre et les deux femmes étaient sans doute tous trois liés au topos d’Épiphane, c’est-à-dire voisins de la maison de Tôrsh et Temetê. À ce titre, ils ne pouvaient ignorer la situation du bien. Le second à déposer, Markos, moine de Perpé, connaissait bien la défunte Temetê car il était en affaire avec elle. Il lui a d’ailleurs rendu visite peu avant sa mort, pour prendre de ses nouvelles et discuter de la dette qu’elle avait contractée auprès de lui. Il a ainsi pu recueillir son témoignage. Enfin, Papas et Abdias, les deux prêtres, selon toute vraisemblance de l’église de Sainte-Marie où a eu lieu la procédure de serment, font état de la déclaration des trois sœurs d’Ananias, qui elles aussi assurent être au courant de la donation. La fin du texte est fort mutilée.

La structure du texte

10Le document s’articule en neuf parties, dont la teneur peut être résumée de la manière suivante :

  1. Invocation et datation (en grec) (l. 1-3).
  2. Titre du document, qui précise que les dépositions ont été enregistrées dans l’église de Marie (l. 3-4).
  3. Exposé de la situation et mention des personnes en présence (Papas et Abdias ; Markos ; Iôhannês, Anna et Tsina), dont Ananias a sollicité la déposition sous serment, devant l’évêque, dans l’affaire de la demi-pièce d’une maison (l. 4-12).
  4. Déclaration d’Ananias : sa mère lui a donné la demi-pièce, mais le document officiel de donation est perdu (l. 10-12).
  5. Déposition sous serment de Iôhannês, Anna et Tsina : Temetê, la mère d’Ananias, lui a donné la demi-pièce de sa maison (l. 12-20) ; discours rapporté de Temetê (l. 17-20).
  6. Déposition de Markos, qui était en affaire avec Temetê et qui relate le discours de Temetê prononcé peu avant sa mort (l. 20-27).
  7. Déposition de Papas et Abdias, qui rapportent ce qu’ont dit les sœurs d’Ananias : elles confirment que la donation a eu lieu (l. 27-32).
  8. Précision apportée par Iôhannês, qui confirme la première déclaration (l. 32-verso, l. 2).
  9. Mention du nomikos, ou notaire (qui a établi le document ?) (verso, l. 2-3).

La procédure

11Le document est donc le compte rendu d’une audience tenue dans l’église en présence de l’évêque.

12Un autre papyrus d’Edfou, datable du début du viie siècle, SB XXIV 16039, offre un bon parallèle à la procédure illustrée dans notre texte. Il s’agit d’un fragment de dialysis, c’est-à-dire d’un acte de conciliation. L’affaire porte sur le partage d’un héritage et on y voit les médiateurs organiser un serment dans l’oratoire de Saint-Agnaton.

13Le document semble être désigné, à la ligne 3, par le terme ⲉⲕⲙⲁⲣⲧⲩⲣⲓⲟⲛ. Il s’agit de la première attestation de ce mot en copte. Plusieurs documents de type ἐκμαρτύριον sont attestés dans les papyrus grecs. Ils sont généralement datés de la première moitié du vie siècle et le nom du document est indiqué à la fin. Par exemple, BGU IV 1094 (Hermopolis 525), 15-16 (fin du document) :

⳨ Φλ(άυιο)ς Δωρόθεος σχολ(αστικὸς) καὶ ἔκδικος

Ἑρμοῦ πόλεως ἐκδέδωκα τὸ ἐκμαρτύριον ὡς πρόκειται. †

14Voir aussi P. Cair. Masp. I 67087, 20-22 (Aphrodité, vie siècle) ; P. Cair. Masp. II 67254 (Aphrodité, 525).

La date du document

15Cette question est rendue délicate par la nécessité de prendre en compte plusieurs éléments incertains. Les arguments à considérer sont les suivants :

  1. Présence possible d’un bêta après l’invocation à La Trinité. Si c’est bien le cas, il faut lire βασιλείας, ce qui place le texte avant la conquête. S’il en est ainsi, on attend une titulature impériale longue et l’espace prévu dans l’édition (une ligne et demie) serait insuffisant. Il faudrait donc prévoir une ou deux lignes en plus, mais l’état du compte grec au verso contredit cette hypothèse (voir plus loin l’édition de ce compte, colonne D). Comme il s’agit d’un brouillon, la titulature n’était peut-être pas complète.
  2. Le compte grec du verso mentionne un sacho nommé Epiphanios, qui est également mentionné dans un autre document copte des archives2, lequel date d’une trentaine d’années après la conquête. Nous ignorons évidemment combien de temps s’est écoulé entre la rédaction de l’acte et la réutilisation. En outre, un même personnage peut avoir 20 ou 30 ans dans un document et 50 dans un autre. Pour la datation du verso, voir infra.
  3. Peut-on identifier le diacre Iôhannês, fils du médecin Abraham, à un personnage quasi homonyme (diacre Iôhannês, fils d’Abraham) du « P. Budge » (SB Kopt. I 36, qui contient des dépositions dans le cadre d’une procédure d’arbitrage à Edfou, peu après la conquête)3 ? Là encore, s’il s’agit du même, il peut avoir été actif pendant une vingtaine ou une trentaine d’années. Le fait que son patronyme ait ici été barré et remplacé par la mention « fils (?) du topos » peut-il aider à déterminer si notre document est antérieur ou postérieur au P. Budge ? On se souviendra aussi que, dans l’un des documents grecs qui appartiennent au même dossier que le P. Budge, SB VI 8987, la maison qui fait l’objet de l’acte est située « dans la rue d’Abraham le médecin » (l. 15)4. Les liens entre ce dossier et notre texte devront décidément faire l’objet d’une étude ultérieure.

16Quoi qu’il en soit, comme il faut renoncer à identifier le prêtre Papas de la ligne 5 avec le pagarque d’Apollônos Anô, personnage central des archives, le rapport de ce texte avec les archives de Papas devient plus difficile à établir. Il est possible que Papas ait réutilisé les papiers de son père Liberios, qui avait assumé avant lui la charge de pagarque d’Apollônos Anô.

La rédaction du document et les corrections apportées par les deux scribes

17Le premier scribe, c’est-à-dire le nomikos Iôhannês ou son secrétariat, a corrigé en plusieurs endroits le document. À la ligne 8, il a ajouté supra lineam un ⲛ pour restituer l’orthographe du nom ⲁⲛⲛⲁ. Il a biffé le nom ⲁⲥⲉⲛⲛⲉⲑ à la ligne 13 et l’a remplacé, à nouveau supra lineam, par ⲁⲛⲛⲁ. À la ligne 18, il a ajouté, toujours supra lineam, le nom du mari de Temetê, ⲧⲱⲣϣ. Enfin, il a biffé au moyen de traits obliques la forme ⲁⲓ† de la ligne 23, afin de modifier la tournure de la phrase et lui donner plus d’emphase. Il a également effectué quatre corrections ponctuelles en cours d’écriture : ligne 5, où le premier ⲡ de ⲡⲁⲡⲁⲥ est noté en surcharge sur un ⲛ ; ligne 7, où l’ⲱ de ⲇⲓⲁⲕⲱⲛ remplace un ⲟ ; ligne 8, où ⲟ︦ⲩ︦ⲁ︦ϫ̅ⲥ̣ corrige ⲟ̅ⲩ̅ⲁ̅ⲧ̅ⲥ ; ligne 15, où le mot ⲧⲣⲉⲓ devient ⲧⲣⲓ.

18Le second scribe, dont l’écriture est particulièrement cursive et rapide, a procédé à une relecture attentive du document et a effectué pas moins de dix corrections, tantôt en barrant une expression, tantôt en ajoutant supra lineam un mot ou une séquence. Ces insertions sont toujours placées à l’endroit précis où elles s’enchaînent avec le texte de la ligne principale. Afin de distinguer dans l’édition les interventions des deux scribes, nous avons choisi d’indiquer celles du second en barrant les mots qu’il a biffés et en notant ses ajouts au-dessus de la ligne. Un procédé similaire est utilisé dans la traduction.

19Les corrections du second scribe visent tantôt à rendre le texte plus explicite, en particulier à éviter toute confusion possible avec les pronoms de rappel, tantôt à en préciser et renforcer la valeur juridique. Ainsi, aux lignes 8-9, il a modifié la description du diacre Iôhannês, que le premier scribe avait présenté comme « le fils d’Abraham le médecin ». Il a barré ⲛⲁⲃⲣⲁϩⲁⲙ̣ | ϩⲓⲁⲧⲣⲟⲥ pour lui substituer ⲙⲡⲧⲟ̣ⲡⲟⲥ ⲉⲧⲟⲩⲁⲁⲃ ⲙ̄ⲡϩⲁⲅⲓⲟⲥ ⲉⲡⲓⲫ[ⲁⲛⲓⲟⲥ]. Dans le même ordre d’idée, ligne 9, il a ajouté par déférence ⲉⲧⲟⲩⲁⲁⲃ, « saint », dans le syntagme ⲛ̄ⲡⲉⲛⲉⲓⲱⲧ ⲡⲉⲡⲓⲥⲕⲟⲡⲟⲥ « notre père l’évêque ». À la ligne 10, le premier scribe avait introduit par la séquence ⲉϥϫⲱ ⲙⲙⲟⲥ, « il dit que », la thèse défendue par Ananias ; afin de rendre explicite le fait qu’il s’agissait de la déclaration du comparant, il a précisé supra lineam ⲛ̣̄ⲧⲟϥ̣ ⲁⲛⲁⲛⲓⲁⲥ, « lui, Ananias ». À la ligne 16, il a ajouté le complément ⲛⲁϥ, « à lui » (Ananias), car cette indication manquait, ou plus exactement était notée au mauvais endroit, plus loin sur la ligne, après ⲉⲥϫⲱ ⲙ[ⲙⲟ]ⲥ, qui introduit le discours de Temetê. La séquence ⲉⲥϫⲱ ⲙ[ⲙⲟ]ⲥ ⲛⲁϥ ⲛ̄ⲧⲟϥ ⲁⲛⲁⲛⲓⲁⲥ est en effet fautive, puisque ce n’est pas à Ananias que Temetê a fait la déclaration qui suit. Le second scribe a donc barré les trois derniers mots et ajouté ⲛⲁϥ à la bonne place. Aux lignes 18-19, la séquence ⲁⲛ† ⲧⲡⲁϣⲉ ⲛⲧⲣⲉⲓ ⲉⲧⲙⲙⲁⲩ | ⲛⲁϥ, « nous lui avons donné cette moitié de pièce », a été précisée ainsi : ⲁⲛ̣[ⲁⲛⲥ]̣̣ⲓⲑⲉⲓⲛ̅ ⲛⲉⲛⲉ̣̣ⲏⲩ ⲧⲁⲣⲛ† ⲧⲡⲁϣⲉ ⲛⲧⲣⲉⲓ ⲉⲧⲙⲙⲁⲩ | ⲛⲁϥ ⲕⲁⲧⲉⲝⲁⲓⲣⲉⲧⲟⲛ, « nous en sommes venus à décider ensemble de lui donner la moitié de cette pièce préalablement ». Ces modifications permettent à la fois d’insister sur le fait que la donation était le fruit de la volonté commune des deux parents et de préciser que celle-ci a eu lieu préalablement au décès du père, c’est-à-dire que le bien doit sortir de la succession. À la ligne 21, le second scribe précise supra lineam que ⲧⲉⲙⲉⲧⲏ est ⲧⲙⲁⲁⲩ ⲛⲁ̣ⲛ̣ⲁⲛⲓⲁⲥ̣, « la mère d’Ananias ». Il reformule ensuite, ligne 24, un élément de description du bien : ϫⲓⲛ ⲧⲡⲏ ⲉⲡⲉⲥⲏⲧ, « depuis le haut jusqu’en bas », devient ⲉ̣ⲧ̣ⲡ̣ⲉ̣ ⲉⲡⲉⲥⲏⲧ, « en haut et en bas ». Ligne 29, il précise qu’Athanasia, Ana et Eu[…] sont les sœurs d’Ananias. Lignes 30-31, peut-être pour éviter les répétitions, il substitue ⲕⲟⲓⲛⲟⲛ, « partie commune », à ⲙⲁ | [ⲛⲙⲟⲟϣⲉ], « chemins d’accès », qu’il barre. Enfin, ligne 31, il ajoute ⲡⲉϫⲁϥ, « il a dit », pour introduire la seconde déclaration du diacre Iôhannês.

P. Apoll. 74 recto
45 × 32,5 cm

[fig. 1]

20Le document se compose de près d’une vingtaine de fragments, répartis entre les collections de l’Ifao et de la Sorbonne. Mis ensemble, ils restituent la majeure partie du texte. Deux kollèseis sont visibles sur le recto, à hauteur des lignes 18-19 et 32 ; l’espace entre les deux est de 12 cm. Les marges sont conservées à gauche et droite ; la largeur du document, écrit comme il est usuel à l’époque, transversa charta, est de 32,5 cm, soit une dimension attendue pour la hauteur d’un rouleau à cette période. La marge inférieure n’est pas clairement conservée, mais il ne manque probablement que peu de texte, voire pas du tout : la ligne 32, très mutilée, était peut-être la dernière du recto. La première ligne du texte est conservée, mais on ne peut déterminer si la marge supérieure l’est : on distingue en effet au-dessus de la ligne 1 un reste du protocole, le timbre fiscal peint au pinceau sur la première page du rouleau dans une écriture caractéristique que l’on nomme perpendiculaire. On ne peut déterminer si le protocole a été découpé avant ou après la rédaction du document. Quoi qu’il en soit, le papyrus porte donc au recto au moins 32 lignes et le texte se poursuivait au verso, sur au moins trois lignes, notées tête-bêche par rapport au texte du recto. Le document une fois périmé a été réutilisé au sein de la pagarchie pour noter une comptabilité grecque, éditée infra.

21L’écriture du document copte est bilinéaire et se caractérise par la largeur inhabituelle du ⲙ et, dans une moindre mesure, du ⲡ, dont la barre gauche descend parfois un peu sous la ligne. La surligne sur sonante autosyllabique est généralement assez longue, courbe, débordant sur la lettre suivante, mais parfois plus courte, ayant la forme d’un petit accent grave (par exemple l. 26 ⲛ̄ϭⲁⲩⲟⲛ). On note la longue surligne sur ⲁⲛⲁⲛⲓⲁⲥ (l. 4) et ⲟⲩⲁϫⲥ (l. 8), qui sert probablement à isoler le nom propre et le toponyme, selon l’usage bien attesté dans les documents grecs d’apposer une telle surligne sur les termes d’origine non grecque. Enfin, quelques signes séparateurs, qui peuvent prendre des formes diverses (traits obliques, surlignes), sont à relever à la fin de certains mots (ⲡⲉⲣⲡⲉ̄ l. 7, ⲧⲙⲉ̄ l. 13, ⲉ̅ⲣⲟϥ l. 19, qui sert peut-être de séparateur avec le mot précédent).

22La ponctuation est pratiquement inexistante, mais quelques vacat structurent le texte (en particulier aux lignes 10 et 20). Les deux premières lignes sont notées en eisthesis ; la suite du texte est alignée sur la croix initiale.

Fig. 1. P. Apoll. 74 recto.

Fig. 1. P. Apoll. 74 recto.

↓ (trace d’un protocole)

1    ⳨ Ἐν ὀν[ό]μ̣ατι τῆς [ --- τριάδος πατρὸς καὶ υἱοῦ καὶ ἁγίου]

2    [πνε]ύματος β̣[ασιλείας?                  ---                ]  ̣[  ̣  ̣]  ̣[---]

3    [± 5 ] ׅ[           ---      ]ο̣υ̣ ׅβ̣[            ---     ]ⲛ̣ⲉⲕⲙⲁⲣⲧⲩⲣⲓⲟⲛ ⲉⲧ̣  ̣  ̣

4    [                     ---                   ] ⲉⲧⲟⲩⲁⲁⲃ ⲙⲁⲣⲓⲁ ⲁⲁⲛ̅ⲁ̅ⲛ̅ⲓ̅ⲁ̅ⲥ̅ ⲡϣⲏ̣ⲣ[ⲉ]

5    ⲙⲡⲙ̣[ⲁ]ⲕ̣[ⲁ]ⲣ̣[ⲓⲟⲥ] ⲧ̣[ⲱ]ⲣ̣[ϣ ⲡⲁ]ⲣ̣[ⲁⲕⲁⲗ]ⲉ̣ⲓ ⲛ̅ⲛ̅ⲑⲉⲟⲫⲩ̣ⲗⲉⲥⲧ̣ⲁ̣ⲧ̣ⲟ̣ⲥ ⲡⲁⲡⲁⲥ ⲙ̣[ⲛ]

6    ⲁⲃⲇⲓⲁⲥ ⲛⲉⲡⲣⲉⲥⲃⲩⲧⲉⲣ[ⲟⲥ ⲙⲛ ⲙⲁⲣ]ⲕⲟⲥ ⲡⲉⲩⲗⲁⲃⲉⲥⲧⲁⲧⲟⲥ ⲛ̄ⲙⲟⲛⲁⲍⲱⲛ

7    ⲛ̄ⲧⲉ ⲡⲣⲡⲉ̄ ⲙⲛ ϊⲱϩⲁⲛⲛⲏⲥ ⲡ[ⲉⲩⲗⲁⲃⲉⲥ]ⲧⲁⲧⲟⲥ ⲛⲇⲓⲁⲕⲱⲛ ⲡϣⲏⲣ[ⲉ] ⲛⲁⲃⲣⲁϩⲁⲙ̣

8a  m.2                                       ⲙⲡⲧⲟ̣ⲡⲟⲥ ⲉⲧⲟⲩⲁⲁⲃ ⲙ̄ⲡϩⲁⲅⲓⲟⲥ ⲉⲡⲓⲫ[ⲁⲛⲓⲟⲥ]

8    ϩⲓⲁⲧⲣⲟⲥ ⲙⲛ ⲁ\ⲛ/ⲛⲁ ⲧϣⲉⲉⲣⲉ ⲛ̄ⲓ̣[ⲱϩⲁⲛ]ⲛⲏⲥ ⲧⲁ ⲟ︦ⲩ︦ⲁ︦ϫ̅ⲥ̣︦ ⲙⲛ︤ ⲧⲥⲓⲛⲁ ⲧϣⲉⲉⲣⲉ ⲛ̄-

9a  m.2                                                                                ⲉⲧⲟⲩⲁⲁⲃ

9    〈ⲡⲉ⟩ⲡⲣⲉⲥⲃⲩⲧⲉⲣⲟⲥ ⲥⲟⲩⲁϊ ⲉⲁϥⲧⲁⲣⲕⲟⲟ̣[ⲩ ⲛⲟⲩⲁ]ⲛ̣ⲁϣ ϩⲓ ⲑⲏ ⲛ̄ⲡⲉⲛⲉⲓⲱⲧ ⲡⲉⲡⲓⲥⲕⲟⲡⲟⲥ

10a m.2                                                                              ⲛ̣̄ⲧⲟϥ̣ ⲁⲛⲁⲛⲓⲁⲥ

10   ⲉⲧⲣⲉⲩⲧ[ⲁⲩ]ⲟ vac. ⲡⲉⲧⲟⲩⲥⲟ[ⲟⲩⲛ] ⲙⲙ̣[ⲟϥ] vac. ϩⲁ ⲧⲡⲁ̣ϣⲉ ⲛ̄ⲟⲩⲣ̣ⲉⲓ ⲉϥϫⲱ ⲙⲙⲟⲥ ϫⲉ

11   ⲁⲧⲉⲙⲉⲧⲏ ⲧⲁⲙⲁⲁⲩ ⲕⲁⲧⲁⲅⲣⲁ[ⲫ  ̣ca.5 ]ⲙ̣  ̣[  ̣]  ̣[  ̣]  ̣  ̣[  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣]  ̣̅[  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣] ⲛ̄-

12   ⲡⲁⲧⲏⲥⲉⲓ ⲉⲃⲟⲗ ϩⲛ ⲥⲱⲙⲁ ⲉⲁⲩ̣ϫ̣[ⲓ] ⲙ̣ⲡⲉⲥⲭⲁⲣⲧⲏⲥ ⲛ̄ϫⲓ̣ⲟ̣ⲩ[ⲉ   ̣  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣ⲛ]ⲧ̣[ⲁ]ⲩⲱⲣⲕ

13   ⲟⲩⲛ ⲉⲧⲁⲩⲉ ⲧⲙⲉ̄ ⲡⲉϫⲁⲩ ⲙ̣[  ̣  ̣]ⲉⲛ ⲡⲉⲩⲗⲁⲃⲉⲥⲧⲁⲧⲟⲥ ⲙⲛ ⟦ⲁⲥⲉⲛⲛⲉⲑ⟧\ⲁⲛⲛⲁ/

14   ⲙⲛ̄ ⲧⲥⲓⲛⲁ ϫⲉ ⲧⲛ̄ⲥⲟⲟⲩⲛ ⲁⲕⲣⲓⲃ̣[ⲱ]ⲥ ϫⲉ ⲁⲧ̣ⲉ̣ⲙ̣[ⲉⲧⲏ ⲧ]ⲙ̣ⲁⲁⲩ ⲛⲁⲛⲁⲛⲓ[ⲁⲥ]

15   ⲡⲁϊ ⲉⲧⲁϩⲉ ⲉⲣⲁⲧϥ † ⲧⲡⲁϣⲉ ⲛ̄ⲧⲣⲓ⟦ⲓ⟧ ⲧⲁ ⲡⲉⲓⲉⲃⲧ ⲧⲁϊ ⲉⲧⲟⲩⲏⲛ ⲉⲡⲁⲙ̅ⲛ︦ⲧ

16a m.2                                  ⲛⲁϥ

16   ⲉϫⲛ̄ ⲡⲓ̅ⲑⲣⲓⲟⲛ ⲛ̄ⲡⲉⲥⲏ̣ϊ ̣ ⲧ̣ⲁ̣ⲣ̣ⲏ̣ⲥ̣ ⲡⲁϊ ⲉⲧϩⲓ ⲧⲉ̣ⲣ̣ⲥ̣ⲟⲩ ⲛ̄ⲡⲉⲓⲉⲃⲧ ⲛ̄ⲡⲧⲟ-

17   ⲡⲟⲥ ⲉⲧⲟⲩⲁⲁⲃ ⲛ̄ⲡϩⲁⲅⲓⲟⲥ ⲉⲡ[ⲓ]ⲫⲁ̣ⲛⲓⲟⲥ ⲉⲥϫⲱ ⲙ[ⲙⲟ]ⲥ ⲛⲁϥ ⲛ̄ⲧⲟϥ ⲁⲛⲁⲛⲓⲁⲥ

18a m.2                                                          ⲉ̣[ⲓ ⲁⲛⲥ]ⲛ̣ⲧ̣ⲓⲑⲉⲓ ⲙⲛ̄ ⲛⲉⲛⲉ̣ⲣ̣ⲏⲩ ⲧⲁⲣⲛ

18   ϫⲉ ϩⲁⲑⲏ ⲛ̄ⲡⲁⲧⲉ\ⲧⲱⲣϣ/ ⲡⲁⲙⲁⲕⲁⲣⲓⲟⲥ ⲛ̄ϩⲁϊ ⲙⲟⲩ ⲁⲛ̣† ⲧⲡⲁϣⲉ ⲛⲧⲣⲉⲓ ⲉⲧⲙⲙⲁⲩ

19a m.2 ⲕⲁⲧⲉⲝⲁⲓⲣⲉⲧⲟⲛ

19   ⲛⲁϥ ϫⲉ ⲛ̄ⲡⲛ̄ⲣ̄ ϣⲉⲗⲉⲉⲧ ⲉ̅ⲣⲟϥ ⲟⲩⲇ̣ⲉ ⲛ̄ⲡⲛ̄† ⲥⲭⲁⲧ ⲛⲁϥ̄ ⲛ̄ⲑⲉ ⲛ̄ⲛⲉϥⲥⲛⲏⲩ

20   ⲧⲏⲣⲟⲩ vac. ⲁⲙⲁⲣⲕⲟⲥ ⲟⲛ ⲡⲉⲩⲗⲁⲃⲉⲥⲧ̣ⲁⲧⲟⲥ ⲡⲣⲟⲥⲧⲓⲑⲉⲓ ⲉϥϫⲱ ⲙⲙⲟⲥ ϫⲉ ⲉⲡⲉⲓⲇⲏ

21a m.2                 ⲧⲙⲁⲁⲩ ⲛⲁ̣ⲛ̣ⲁⲛⲓⲁⲥ̣

21   [ⲉⲣ]ⲉⲧⲉⲙⲉⲧⲏ ⲭⲣⲉⲱⲥⲧⲉⲓ ⲛⲁϊ  ̣ ̣ ⲉⲣⲉ̣[ⲧ]ⲡⲁ̣ϣⲉ ⲛ̄ⲡⲉⲥⲏ̣ϊ ⲟⲩⲏϩ ⲛ̄ⲉⲛⲉⲭⲉⲣ̣[ⲟⲛ  ̣  ̣  ̣]ⲓ̣

22   [ⲁⲓ]ⲃⲱⲕ ⲛⲁⲥ ⲉⲥϣⲱⲛⲉ ϩⲁ ⲡϩⲱⲃ ⲛ̄ⲡⲁⲭⲣⲉⲟⲥ ⲁⲩⲱ ⲟⲛ ⲧⲁⲣⲉⲓϭⲛ̄ ⲡⲉⲥϣⲓⲛⲉ

23   [ⲁⲥ]ⲧⲁⲩⲉ ⲛⲉⲓϣⲁϫⲉ ⲉⲣⲟϊ ⲛ̄[ⲧ]ⲉ̣ⲓϩⲉ ϫ̣[ⲉ] ⲧ̣ⲁⲣⲉⲕⲉⲓⲙⲉ ϫⲉ ⟦ⲁ̣ⲓ̣̣ϯ ̣⟧ ⲧ̣ⲡ̣ⲁ̣ϣⲉ ⲛ̄ⲧⲁ̣ⲣⲉⲓ

24a m.2                                                                    ⲉ̣ⲧ̣ⲡ̣ⲉ̣

24   ⲙ̣ⲛ̄ ⲧⲡⲁϣⲉ ⲛ̅ⲡⲉⲥⲁⲏⲣ ⲙⲛ̄ ⲛⲉⲥ̣ⲙⲁ ⲛ̄ⲙⲟⲟϣⲉ ⲉϩⲟⲩⲛ ⲉⲃⲟⲗ ϫ̣ ⲧⲡⲏ ⲉⲡⲉⲥⲏⲧ

25   [  ̣  ̣  ̣ ]ⲱ ⲉ̣ⲓⲧⲁⲁ̣ⲥ̣? ⲛ̣̅〈ⲁⲛ⟩ⲁⲛⲓⲁⲥ ⲡⲁϣⲏⲣⲉ ϫⲉ ⲛ̄ⲡⲛ̄ⲣ ϣⲉⲗⲉⲉⲧ ⲉⲣⲟϥ ⲛ̄ⲑⲉ ⲛ̄ⲛⲉⲥ̣[ⲛⲏⲩ]

26   [  ̣  ̣  ̣  ̣ ]  ̣  ̣ ⲟⲩⲥⲭⲁ[ⲧ] ⲛ̅ⲡⲛ† ⲥⲭⲁⲧ ⲛⲁ[ϥ 8/9] ϫⲉ ϥⲟ ⲛ̄ϭⲁⲩⲟⲛ ⲛⲁϊ ⲙⲛ̅ⲛ̅-

27   [ⲥⲁ                                          ⲡⲣⲟⲥ]ⲉ̣ⲭ̣ⲉ? ⲉⲣⲟⲓ ⲡⲁⲣⲁ ⲛⲉϥⲕⲉⲥⲛⲏⲩ ⲧⲉ̣ⲣⲟⲩ ⲡⲁⲡⲁ̣ⲥ̣

28   [ⲇⲉ? ⲙⲛ̄ ⲁⲃⲇⲓⲁⲥ ⲛⲑⲉⲟⲫⲓⲗⲉⲥⲧ]ⲁⲧⲟⲥ ⲛ̄ⲡⲣⲉⲥⲃⲩⲧⲉⲣⲟⲥ ⲡⲉϫⲁⲩ ϫⲉ ⲁⲁⲑⲁⲛⲁⲥⲓⲁ

29a                    [ⲛⲥⲱⲛⲉ ⲛ]ⲁⲛⲁⲛⲓⲁⲥ

29   [ⲙ]ⲛ̣̄ ⲛⲁ ⲙⲛ̄ ⲉⲩ[  ̣  ̣  ̣  ̣  ϩⲟⲙⲟⲗ]ⲟ̣ⲅⲉⲓ ⲛ̄ⲥ̣ⲱ̣ⲧ̣ⲙ ϫⲉ̣ [ⲁ]ⲧ̣ⲉ̣[ⲛ]ⲙⲁⲁⲩ ⲁⲡⲟⲭⲁⲣⲓⲍⲉ

30a          [ⲛ]ⲧⲟϥ                                                                  ⲕⲟⲓⲛⲟⲛ

30   [ⲛⲁⲛⲁⲛⲓ]ⲁ̣ⲥ̣ ⲡ̣ⲉⲛⲥⲟⲛ [ⲛⲧⲡⲁϣⲉ] ⲛ̅ⲧⲣ̣ⲉⲓ ⲉⲧⲙⲙⲁⲁⲩ ⲙⲛ̄ ⲡⲉⲥⲁⲏⲣ ⲙⲛ̄ ⲛⲉⲥⲙⲁ

31a                                                                                             ⲡⲉϫⲁϥ

31   [ⲙⲙⲟⲟϣ?                          ⲓⲱϩ]ⲁ̣ⲛ̣ⲛ̣ⲏ̣ⲥ ϩⲱⲱϥ ⲡⲉⲩⲗⲁⲃⲉⲥⲧ(ⲁⲧⲟⲥ) ⲛ̄ⲇⲓⲁⲕⲱⲛ ϫⲉ

32                                                                              ] ̣ⲁⲛ̣ⲕ  ̣  ̣ⲟⲩ  ̣

        - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

23Verso (tête-bêche)

        - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

        [                                      ]̣  ̣  ̣  ̣[                             ]  ̣  ̣  ̣ⲕ  ̣  ̣ [?]

        [              ± 23    ] ⲛⲉⲛ̣ⲧⲁϊϣⲣⲡ̄ ϫⲟⲟⲩ + ϩⲓⲧⲟⲟⲧ ϊⲱϩⲁⲛⲛⲏⲥ

        [ⲡⲛⲟⲙⲓ]ⲕⲟⲥ ⲛⲧⲡⲟⲗ̣[ⲓⲥ ․ ․ ․ ․ ․ ․]  ̣ⲫⲱⲛ ․ ․ ․ ․ ⲅⲣⲁⲫⲉⲥⲑⲁⲓ +

3 ἐκμαρτύριον ‖ 5 μακάριος, θεοφιλέστατος, ⲡⲁⲡⲁⲥ, prim. ⲡ ex ⲛ̄ corr. ‖ 6 πρεσβύτερος, εὐλαβέστατος, μονάζων ‖ 7 εὐλαβέστατος ⲇⲓⲁⲕⲱⲛ, ⲱ ex ⲟ corr. διάκων ‖ 8a τόπος, ἅγιος ‖ 8 ἰατρός ⲧⲁⲟⲩⲁϫⲥ̣ ex ⲧⲁⲟⲩⲁⲧⲥ̣ corr. ‖ 9 πρεσβύτερος, ἐπίσκοπος ‖ 11 καταγράφειν ‖ 12 σῶμα, χάρτης ‖ 13 οὖν, εὐλαβέστατος ‖ 14 ἀκρίβως ‖ 15 ⲛ̄ⲧⲣⲓ ex ⲛ̄ⲧⲣⲉⲓ corr. ? ‖ 16 αἴθριον ‖ 16-17 τόπος ‖ 17 ἅγιος ‖ 18a συντιθέναι ‖ 18 μακάριος ‖ 19a κατ’ ἐξαίρετον ‖ 19 οὐδέ ‖ 20 εὐλαβέστατος, προστιθέναι, ἐπειδή ‖ 21 χρεωστεῖν, ἐνέχυρον ‖ 22 χρέος ‖ 24 ἀήρ ‖ 27 προσέχειν, παρά ‖ 28 θεοφιλέστατος, πρεσβύτερος ‖ 29 ὁμολογεῖν, ἀποχαρίζειν ‖ 30a κοινός ‖ 30 ἀήρ ‖ 31 εὐλαβέστατος, διάκων ‖ verso 3 νομικός, πόλις, γράφεσθαι

241(en grec) Au nom de la [… Trinité, Père, Fils et saint] 2Esprit, sous le règne (?) […]. 3[… (en copte)] les dépositions […] 4[… (l’église de) …] Sainte Marie. Ananias, fils 5du défunt Tôrsh a sollicité les très aimés de Dieu Papas et 6Abdias, prêtres, [et Mar]kos le très pieux moine 7de Perpé, et Iôhannês, le très pieux diacre, fils d’Abraham, 8le médecin du saint topos de Saint-Épiphane, et Anna, la fille de Iôhannês, de Ouajs, et Tsina, la fille du 9prêtre Souai, et il leur a fait prêter serment devant notre père saint l’évêque 10de dire ce qu’ils savaient au sujet de la moitié d’une pièce. Lui, Ananias, il dit : « 11Temetê, ma mère, a transféré […] 12avant qu’elle ne quitte son corps, et son document a été volé […] ». Ils ont donc juré 13de dire la vérité ; ils ont dit […], le très pieux, et Anna 14et Tsina : « Nous savons pertinemment que Temetê, la mère d’Ananias, 15celui qui comparaît, lui a donné la moitié de la pièce, celle de l’est, qui ouvre à l’ouest 16sur la cour de sa maison du quartier sud qui se trouve sur le terrain (?) à l’est du saint 17 topos de Saint-Épiphane, en disant à lui Ananias  18: “Avant que Tôrsh, mon défunt mari, ne meure, nous en sommes venus à décider ensemble de lui donner la moitié de cette pièce 19 préalablement parce que nous ne l’avions pas marié et nous ne lui avions pas donné de dot comme à tous ses frères.” » 20Le très pieux Markos a encore ajouté en disant : « Puisque 21Temetê, la mère d’Ananias, me doit […] et que la moitié de sa maison est mise en gage [… 22je suis] allé la voir quand elle était malade pour l’affaire de ma créance et aussi pour la saluer, 23[elle m’a] dit les paroles que voici : “Pour que tu saches que la moitié de ma pièce 24avec la moitié de sa terrasse et ses chemins pour entrer et sortir en haut et en bas 25[…], je la donne / je l’ai donnée à Ananias mon fils car nous ne l’avons pas marié comme les 26[…] une dot, nous ne lui avons pas donné de dot […] parce qu’il est à mon service depuis 27[… s’occu]pe de moi plus que tous ses autres frères.” » [Quant à] Papas 28et Abdias, les prêtres très aimés de Dieu ont dit : « Athanasia 29et Ana et Eu… [les sœurs (?) d’]Ananias ont déclaré, alors que nous entendions : “Notre mère a fait une donation 30à Ananias de la moitié de cette pièce-là et sa terrasse et ses lieux parties communes” » 31[…] À son tour Iôhannês, le très pieux diacre, dit : « […]

25Verso

[…] ce que j’ai dit en premier. » † Par moi, Iôhannês, le nomikos de la ville d’Edfou, (en grec) écrire […].

261-2. ⳨ Ἐν ὀν[ό]μ̣ατι τῆς [ --- τριάδος πατρὸς καὶ υἱοῦ καὶ ἁγίου] | [πνε]ύματος Bien qu’en grec, ces deux lignes ne soient pas d’une écriture différente. Les lignes peuvent compter de 45 à 55 lettres. Si on restitue seulement ἁγίας devant τριάδος, on obtient 45 lettres, mais c’est une invocation qui n’existe pas comme telle dans R.S. Bagnall, K.A. Worp, Chronological Systems of Byzantine Egypt, Leyde, Boston, 2004 (2e éd.). Toute autre restitution conforme à la série des 2A-F paraît trop longue, notamment la 2E (Ἐν ὀνόματι τῆς ἁγίας καὶ ζωοποιοῦ καὶ ὁμοουσίου τριάδος πατρὸς καὶ υἱοῦ καὶ ἁγίου πνεύματος), qui semble la plus commune dans l’Apollonopolite juste avant et juste après la conquête (notamment dans le SB Kopt. I 242, daté de 649, qui se rattache de près aux archives de Papas).

272. β̣[ασιλείας? Voir plus haut l’importance de ce mot pour la datation du document.

283. ]ο̣υ̣ ̣β̣[ Restes d’une date ?
]ⲛ̣ⲉⲕⲙⲁⲣⲧⲩⲣⲓⲟⲛ ⲉⲧ̣  ̣  ̣ Dans la lacune, on attend ⲉⲓⲥ ou ⲛⲁⲓ ⲛⲉ, « voici les dépositions » ; ce qui suit semble être un relatif qui pourrait, soit qualifier les dépositions, soit indiquer comment elles ont été faites ou enregistrées dans l’église de Sainte-Marie) ; ⲉⲧⲟ̣ⲩ̣ est une lecture possible.

294. ⲉⲧⲟⲩⲁⲁⲃ ⲙⲁⲣⲓⲁ Il s’agit probablement d’une église de Sainte-Marie. Aucune église dédiée à la Vierge n’est répertoriée dans l’Apollonopolite (cf. A. Papaconstantinou, « Les sanctuaires de la Vierge dans l’Égypte byzantine et omeyyade. L’apport des textes documentaires », JJP 30, 2000, p. 81-94).
ⲁⲛ̅ⲁ̅ⲛ̅ⲓ̅ⲁ̅ⲥ La surligne sert probablement à isoler et repérer le nom propre du principal intéressé.

305. Le qualificatif θεοφιλέστατος est le plus souvent appliqué à des prêtres (ou à des moines), notamment dans deux textes des archives (P. Apoll. 63 et 69). Le nom ⲡⲁⲡⲁⲥ est assez répandu dans les archives. Il est ici écrit dans un module un peu plus grand et il y a trace d’une correction à cet endroit : le scribe avait peut-être commencé à écrire ⲛ̄ⲡⲣⲉⲥⲃⲩⲧⲉⲣⲟⲥ, puis il s’est ravisé et a placé ce mot après les noms des prêtres.

315-6. ⲛ̅ⲛ̅ⲑⲉⲟⲫⲩ̣ⲗⲉⲥⲧ̣ⲁ̣ⲧ̣ⲟ̣ⲥ ⲡⲁⲡⲁⲥ ⲙ̣[ⲛ] | ⲁⲃⲇⲓⲁⲥ ⲛⲉⲡⲣⲉⲥⲃⲩⲧⲉⲣ[ⲟⲥ Selon toute probabilité, les deux personnages sont des prêtres de l’église de Sainte-Marie.

326-7. ⲙⲁⲣ]ⲕⲟⲥ ⲡⲉⲩⲗⲁⲃⲉⲥⲧⲁⲧⲟⲥ ⲛ̄ⲙⲟⲛⲁⲍⲱⲛ | ⲛ̄ⲧⲉ ⲡⲣⲡⲉ C’est la première attestation du mot ⲙⲟⲛⲁⲍⲱⲛ dans les documents coptes ; en grec, voir P. Apoll. 69, 7. Sebastian Richter signale l’existence du participe dans une inscription copte tardive du Deir Anba Hadra (Assouan) : cf. J. Clédat, « Les inscriptions de Saint-Siméon », RecTrav 37, 1915, p. 41-57, en particulier p. 56. ⲡⲣⲡⲉ̄ est probablement un toponyme : un Perpé proche d’Abydos est répertorié dans Timm, p. 2014, mais vu l’étymologie de ce toponyme (« le temple »), plusieurs villages ont pu porter ce nom.

337-8. ϊⲱϩⲁⲛⲛⲏⲥ ⲡ[ⲉⲩⲗⲁⲃⲉⲥ]ⲧⲁⲧⲟⲥ ⲛⲇⲓⲁⲕⲱⲛ ⲡϣⲏⲣ[ⲉ] ⲛⲁⲃⲣⲁϩⲁⲙ̣ | 8a. ⲙⲡⲧⲟ̣ⲡⲟⲥ ⲉⲧⲟⲩⲁⲁⲃ ⲙ̄ⲡϩⲁⲅⲓⲟⲥ ⲉⲡⲓⲫ[ⲁⲛⲓⲟⲥ] | ϩⲓⲁⲧⲣⲟⲥ Un diacre Jean, fils d’Abraham, est partie prenante dans le « P. Budge » (voir plus haut la discussion à propos de la datation). En modifiant ici l’identité du diacre, le correcteur a-t-il oublié de biffer ⲡϣⲏⲣⲉ ? Ou bien faut-il reconnaître l’expression « fils du topos », qui se trouve dans une lettre d’Aphrodité ? (« car tu es le fils du topos », déclare à Dioscore son correspondant, sans doute pour appuyer la demande qu’il lui fait : cf. L. Vanderheyden, Les lettres coptes des archives de Dioscore d’Aphroditê (vie siècle ; Égypte), thèse de doctorat, École pratique des hautes études, 2015, lettre no 17, l. 13. Richter signale que l’expression « fils du monastère » se trouve dans plusieurs inscriptions du Deir Anba Hadra (cf. Clédat, « Les inscriptions de Saint-Siméon », p. 41-57, par exemple p. 48) : selon lui, cette expression sert d’équivalent fonctionnel à la filiation, en remplaçant le lien avec le père biologique par l’appartenance spirituelle.

348a. Aucun topos d’Epiphanios n’est attesté dans la région d’Edfou. Le nom d’Epiphanios est cependant assez répandu, comme l’attestent par exemple les multiples entrées de P. Apoll. 98.

358. ⲁ\ⲛ/ⲛⲁ ⲧϣⲉⲉⲣⲉ ⲛ̄ⲓ̣[ⲱϩⲁⲛ]ⲛⲏⲥ ⲧⲁ ⲟ̅ⲩ̅ⲁ̅ϫ̅ⲥ̣̅. Il faut interpréter la forme ⲟⲩⲁϫⲥ (ⲟⲩⲁϫⲟ est possible aussi) comme un toponyme, inconnu par ailleurs. La longue surligne rappelle l’usage grec de placer une surligne sur les mots d’origine étrangère, égyptienne en particulier.

368-9. ⲧⲥⲓⲛⲁ ⲧϣⲉⲉⲣⲉ ⲛ̄|〈ⲡⲉ⟩ⲡⲣⲉⲥⲃⲩⲧⲉⲣⲟⲥ ⲥⲟⲩⲁϊ Le nom Tsina n’est pas attesté ailleurs en copte, contrairement à son pendant masculin ⲥⲓⲛⲁ (O. Crum 377 et P. KRU 74, 68).

3710. ⲧⲡⲁ̣ϣⲉ ⲛ̄ⲟⲩⲣ̣ⲉⲓ Le terme ⲣⲉⲓ, que le scribe corrige en ⲣⲓ ligne 15, désigne, plutôt qu’une cellule monastique, une pièce dans une maison (cf. Crum, Dict., p. 287b-288a).

3811. ⲕⲁⲧⲁⲅⲣⲁ[ⲫ L’usage du terme, qui signifie souvent un transfert par vente, peut sembler étonnant ici. On comparera avec un papyrus du dossier de Philémon et Thècle (voir n. 4), SB VI 8987, où il est question d’enregistrement (καραγραφή) et d’une donation.

3911-12. ⲛ̄|ⲡⲁⲧⲏⲥⲉⲓ ⲉⲃⲟⲗ ϩⲛ ⲥⲱⲙⲁ Euphémisme que l’on retrouve dans des stèles funéraires et dans les parties « littéraires » des testaments faisant allusion à l’arrivée aléatoire de la mort, par exemple P. KRU 66, 5-6 : ϫⲉ ⲟⲩⲁⲧⲟⲩⲱ̣ⲛ̣[ϩ ⲉ|ⲃⲟⲗ] ⲡⲓ (l. ⲡⲉ) ⲡⲁⲉⲓ ⲉⲃⲟⲗ ϩⲛ ⲥⲱⲙⲁ ⲁⲩⲱ ⲧⲉⲩⲛⲟⲩ ⲙⲡⲙⲟⲩ ϫⲉ ⲁϣ ⲛⲛⲱ ⲡⲉ, « puisqu’on ne sait pas (quand) je quitterai mon corps ni quand sera l’heure de la mort ».

4012. ⲉⲁⲩ̣ϫ̣[ⲓ] ⲙ̣ⲡⲉⲥⲭⲁⲣⲧⲏⲥ ⲛ̄ϫⲓ̣ⲟ̣ⲩ[ⲉ ․ ․ ․ ․ ․ ․ Un cas de vol de document concernant une succession est attesté dans P. KRU 76, 76.

4113. ⲙ̣[․ ․]ⲉⲛ On attendrait seulement ⲡⲉϫⲁⲩ ⲙⲉⲛ, mais il semble qu’il y ait eu quelque chose de plus.

4215. ⲡⲁϊ ⲉⲧⲁϩⲉ ⲉⲣⲁⲧϥ Le sens de « comparaître », qui a été choisi ici (cf. Crum, Dict., p. 538a), paraît convenir à la situation.
ⲛ̄ⲧⲣⲓ⟦ⲓ⟧ Le scribe semble avoir d’abord écrit ⲛ̄ⲧⲣⲉⲓ, puis corrigé en réécrivant un ⲓ sur le ⲉ, et en barrant le premier ⲓ à l’aide de deux traits obliques, pour obtenir ⲛ̄ⲧⲣⲓ ; il reste cependant un trait de liaison difficile à interpréter avec le ⲧ de ⲧⲁ qui suit.

4316a. ⲛⲁϥ À quoi se réfère \ⲛⲁϥ/ ? Est-ce le datif de † (« elle a donné… à lui ») ? Il est certes placé bien loin, mais voir ligne 26 où le ⲛⲁϥ est aussi placé assez loin.

4416. ⲡⲁⲓ̄ⲑⲣⲓⲟⲛ Le terme, attesté dans deux documents coptes, désigne une cour intérieure (cf. G. Husson, Oikia. Le vocabulaire de la maison privée en Égypte d’après les papyrus grecs, Série Papyrologie 2, Paris, 1983, p. 29-36 ; Förster, WB, p. 18).
ⲧⲉ̣ⲣ̣ⲥ̣ⲟⲩ Si la lecture ϩⲓ ⲧⲉ̣ⲣⲥ̣ⲟⲩ est correcte, il est possible de reconnaître dans ⲣⲥ̣ⲟⲩ une forme de ⲣⲥⲱ, qui signifie l’enclos à bétail, mais le terme pourrait plus largement désigner une parcelle de terrain (?).

4518a. ⲁⲛⲥ]ⲛ̣ⲧ̣ⲓⲑⲉⲓ Le verbe συντιθέναι, « se concerter, parvenir à un accord », n’est attesté que dans un seul autre document copte, P. Mon. Apoll. 8, 6 (cf. Förster, WB, p. 781). Le verbe συμπείθειν est plus fréquemment utilisé dans ce sens (cf. Förster, WB, p. 768).

4619a. ⲕⲁⲧⲉⲝⲁⲓⲣⲉⲧⲟⲛ L’expression κατ’ ἐξαίρετον, à comprendre ici comme « préalablement », c’est-à-dire « à part, hors partage », n’était pas encore attestée en copte. On la retrouve dans quelques papyrus grecs : cf. en particulier P. Cair. Masp. III 67340 verso, 75.
ⲥⲭⲁⲧ Ce mot, qui a ici été traduit par « dot », désigne en fait le présent offert par le marié : cf. S. Richter, Rechtssemantik und forensische Rhetorik:Untersuchungen zu Wortschatz, StilundGrammatik der Sprache koptischer Rechtsurkunden, Philippika 20, Wiesbaden, 2008 (2e éd.), p. 272.

4720. ⲡⲣⲟⲥⲧⲓⲑⲉⲓ Il s’agit de la première attestation de ce verbe grec en copte.

4821. [ⲉⲣ]ⲉⲧⲉⲙⲉⲧⲏ ⲭⲣⲉⲱⲥⲧⲉⲓ ⲛⲁϊ ․ ․ ⲉⲣⲉ̣[ⲧ]ⲡⲁ̣ϣⲉ ⲛ̄ⲡⲉⲥⲏ̣ϊ ⲟⲩⲏϩ ⲛ̄ⲉⲛⲉⲭⲉⲣ̣[ⲟⲛ ․ ․ ․]ⲓ̣ Pour la formulation, cf. SB Kopt. I 36, 73 (?) ⲟⲩⲱϩ ⲡⲉⲓⲏⲓ ⲛⲉⲛⲉⲭⲩⲣⲟⲛ ϩⲁ ⲟⲩϩⲟⲗⲟⲕ(ⲟⲧⲧⲓⲛⲟⲥ). La dernière lettre de la ligne est probablement le pronom suffixe de la première personne du singulier (on attend une préposition avant : ⲙⲙⲟ]ⲓ ? ϩⲁⲧⲏ]ⲓ ?). Les deux lettres qui précèdent ⲉⲣⲉ restent difficiles à interpréter : est-ce le début de ⲛϩ(ⲟⲗⲟⲕ) ?

4924. ⲛ̅ⲡⲉⲥⲁⲏⲣ Le mot désigne l’espace « à l’air libre » disponible sur le toit plat d’une maison (cf. Husson, Oikia, p. 27-29 ; Förster, WB, p. 15).
ⲛⲉⲥ̣ⲙⲁ ⲛ̄ⲙⲟⲟϣⲉ ⲉϩⲟⲩⲛ ⲉⲃⲟⲗ ϫ̣ ⲧⲡⲏ ⲉⲧⲡⲉ ⲉⲡⲉⲥⲏⲧ Il semble que la correction tende à plus de précision : l’expression « du haut jusqu’en bas » ne convenait pas ici, car il s’agit d’indiquer que la donation garantit aussi les accès vers le haut de la maison et vers le bas, même si la demi-pièce ne donne pas directement sur ces parties.

5025. [․ ․ ․]ⲱ ⲉ̣ⲓⲧⲁⲁ̣ⲥ̣? Il est tentant de restituer [ⲁⲓⲟⲩ]ⲱ ⲉⲓⲧⲁⲁⲥ, « je la lui ai déjà donnée » ; comme ⲉⲓⲧⲁⲁⲥ n’est pas un circonstanciel (le plus attendu dans cette construction), il faudrait alors en faire une forme de « efsôtm apodotique » (cf. A. Shisha-Halevy, « Apodotic efsôtm: A Hitherto Unnoticed Late Coptic, Tripartite Pattern Conjugation-Form and its Diachronic Perspectives », Le Muséon 86, 1973, p. 455-466), qui serait équivalent du conjonctif, ce dernier étant aussi, bien qu’exceptionnellement, attesté dans la construction du verbe ⲟⲩⲱ.

5127. ⲡⲣⲟⲥ]ⲉ̣ⲭ̣ⲉ? ⲉⲣⲟⲓ Dans les documents coptes, le terme est fréquemment attesté pour signifier « s’occuper de », par exemple P. Mon. Epiph. 162, 25 : ϣⲗⲏⲗ ⲉϫⲛ̄ ⲛⲁ|ϣⲏⲣⲉ ⲛ̄ϩⲟⲟⲩ̣ⲧ̣ ⲉⲧⲡⲣⲟⲥⲉⲭⲉ ⲉⲣⲟϊ ⲉⲓⲟⲩⲏϩ ⲛ̄ⲙ̄ⲙⲟⲟⲩ, « prie pour tous mes enfants mâles qui s’occupent de moi tant que je suis avec eux ». Le fait que l’héritier a pris soin du testateur lorsqu’il était malade ou dans son grand âge est très souvent souligné dans les testaments coptes P. Mon. Phoib. Test. 2, 62, 139 ; 3, 66-68 ; P. KRU 69, 24 ; 76, 45 ; O. Crum ST 56, 7-9 ; O. Crum VC 5 + P. Bodl. C 25, 15-18, etc. (cf. W.C. Till, Erbrechtliche Untersuchungen auf Grund der koptischen Urkunden, Vienne, 1954, p. 45).

5229. ⲉⲩ[ ․ ․ ․ ․  Plusieurs noms féminins d’origine grecque qui commencent par ⲉⲩ sont attestés (par exemple, Euangelia, Eustathia, Eudokia, Eudoxia, Eukairia, Eulalia, Eulogia, Eutuchia, Euphêmia, Eucharia, etc.). À Edfou, on rencontre une Eudoxia dans O. Edfou IFAO 123.
ⲛ̄ⲥⲱⲧⲙ a été interprété comme le circonstanciel ⲉⲛⲥⲱⲧⲙ ; une autre possibilité serait de comprendre <ⲁ>ⲛⲥ̣ⲱ̣ⲧ̣ⲙ, et d’inclure ce syntagme dans la déclaration des sœurs : « Nous avons entendu que notre mère… », mais il y aurait aussi à postuler l’oubli d’un ϫⲉ après ϩⲟⲙⲟⲗⲟⲅⲉⲓ.

5330a. ⲕⲟⲓⲛⲟⲛ Bien que le sens de « partie commune » ne soit pas attesté dans Förster, WB, il semble bien convenir ici (voir l’expression κοινὸν μέρος dans les papyrus grecs).

54verso 2. ⲛⲉⲛ̣ⲧⲁϊϣⲣⲡ̄ ϫⲟⲟⲩ + Si cette expression concerne bien une addition qu’apporte le diacre Jean à sa première déclaration, il ne manque peut-être rien entre le recto et le verso.

552-3. ϩⲓⲧⲟⲟⲧ ϊⲱϩⲁⲛⲛⲏⲥ | [ⲡⲛⲟⲙⲓ]ⲕⲟⲥ ⲛⲧⲡⲟⲗ̣[ⲓⲥ νομικός semble plus raisonnable qu’ἔκδικος, qui était a priori possible (un ekdikos se trouve souvent mentionné dans les affaires de témoignages), mais ne semble pas convenir à l’opération de rédaction de l’acte qui se trouve à la ligne 3.

563.  ․ ․ ․ ․ ․ ․ ] ̣ⲫⲱⲛ  ․ ․ ․  ⲅⲣⲁⲫⲉⲥⲑⲁⲓ + L’interprétation de cette formule finale est délicate. On est tenté de lire ⲥⲩ]ⲙ̣ⲫⲱⲛⲟ(ⲛ), et comme la forme ⲅⲣⲁⲫⲉⲥⲑⲁⲓ n’est pas attestée dans les textes coptes, on pourrait préférer éditer ainsi : ․ ․ ․ ․ σύ]μφωνο̣(ν) ․ ․ ․ γράφεσθαι. Cependant ce mélange de copte et de grec dans la phrase reste déroutant. Une autre possibilité serait de lire un mot de la famille d’ἀντιφωνεῖν, « répondre », puisqu’il s’agit bien ici de répondre de la bonne foi d’Ananias, mais les traces ne sont pas convaincantes. Ces difficultés nous privent pour le moment de toute certitude quant au nom que portait le document.

9. Liste d’onomata

Esther Garel, Jean Gascou

57Ce document fiscal, disposé parallèlement aux fibres en quatre colonnes A, B, C et D, se trouve au dos de la déposition copte. Sans signaler ce remploi, Rémondon en a publié les colonnes A et B comme P. Apoll. 74, sous l’intitulé « liste d’ὀνόματα », au sens de personnes enregistrées en vue de quelque réquisition ou taxation, comme on en a d’autres exemples avec P. Apoll. 76 et peut-être 77. Au reste, les formules de totalisation de A,24, B,27, C,31, D,20, 21 et 23 emploient le terme d’ὄνομα, symbolisé par un ν inscrit dans un O capital. Même si nous modifions l’édition, avec des lectures nouvelles, un remontage différent des colonnes A et B, et surtout l’ajout des colonnes C et D, qui sont à la Sorbonne, le titre de Rémondon reste pertinent. Le scribe est unique, sauf peut-être en C,24 et A,9. Il use de la minuscule des documents fiscaux de l’époque arabe.

58Le texte date bien sûr de cette époque, non seulement d’après l’écriture, mais parce qu’il a trait, comme nous le verrons, à l’impôt personnel instauré en 642 par les conquérants. Comme il mentionne une indiction 8, il ne peut avoir été rédigé avant 650/51, sans qu’on puisse exclure 665/66 ou, au plus tard, 680/81.

59Malgré les lacunes qui subsistent, on en saisit à présent la structure. Par ailleurs, un fragment de l’Ifao où se poursuit au verso la déposition copte, qui est à placer en bas du document grec, permet de remédier à une sérieuse anomalie de l’édition de Rémondon, concernant plus précisément sa ligne B,19. Chez Rémondon, cette ligne est la dernière de la colonne B. Elle se présente comme une formule de totalisation : η ἰ(ν)δ(ικτίονος) ὀν(όματα) ρκ, soit, pour une indiction 8, 120 onomata ou personnes taxables, ce qui ne peut manquer de surprendre puisque les colonnes A et B, les seules qu’il connaissait, n’enregistrent chacune que 34 onomata, soit 68 en tout. Nous sommes donc loin de ces 120 personnes.

  • 5 Notons que cette ligne doit être complétée par un staurogramme final non lu par Rémondon.

60En fait, le fragment qui porte cette ligne ne se place pas au bas de la colonne B, mais sous la fin de la déposition copte. Elle est de la même main que nos comptabilités5, mais elle en est séparée par un large blanc et, surtout, elle est placée tête-bêche par rapport à elles. La relation entre cette ligne et les colonnes A, B, C et D n’est pas claire, même si ce nombre de 120 est du même ordre de grandeur que le total général que nous lisons dans D,23 ὁ(μοῦ) τὸ πᾶ(ν) ὀν(όματα) ρκα, « soit en tout 121 onomata ». Faut-il supposer que pour une indiction 8, nos 121 onomata ne contribuaient que pour 120 ? Nous reviendrons sur cette question.

61Le compte lui-même consiste en entrées nominatives distribuées sur quatre colonnes juxtaposées, A, B, C et D. Un intitulé, coiffant ces colonnes et explicitant la finalité de l’ensemble, a dû disparaître dans la mutilation sommitale.

  • 6 Omise aussi par Gascou dans P. Apoll. 109 (SB XVI 12429), 6 et 7.

62Chaque colonne se termine par des totaux partiels exprimés en ὀνόματα, au nombre de 34 pour A,24, B,27, C,31 et de 19 pour D,22 récapitulés en D,23 (121). Certaines entrées sont flanquées à gauche de la marque de collationnement ζ/ omise par Rémondon6. La plupart y voient une forme abrégée de ζητέω (ainsi ζήτει ou ζητητέον). À défaut de parallèle décisif, nous ne la développons pas.

  • 7 Sans perdre tout à fait sa valeur prépositionnelle, puisque sa syntaxe est ici généralement correc (...)
  • 8 P. Apoll. 24, 6 ; 39, 8, 9, 10, 11 ; 42, 2, 5 ; pour des ostraca d’Edfou ayant trait au diagraphon(...)
  • 9 Sur l’assiette du diagraphon, voir J. Gascou, « Arabic Taxation in the Mid-Seventh-Century Greek P (...)

63Chaque entrée commence par δ(ιά) (Image). En principe, cette préposition introduit des paiements, alors qu’aucune contribution n’est ici indiquée, ce qui suggère que ces onomata étaient la matière même de l’impôt7. De plus, ces personnes sont toutes des hommes. Il est donc bien probable que le document conserve un rôle de l’impôt personnel arabe, le διάγραφον ou l’ἀνδρισμός, attesté à l’époque à Edfou8, et qui ne frappait que les hommes9.

  • 10 Voir sur ce feuillet la discussion de F. Morelli, « CPR IX 52: riepilogo di un registro fiscale? » (...)
  • 11 Des reçus d’impôt personnel de Baouît font état des taux de 1/3 et 1 (P. Clackson 36-43, avec la p (...)
  • 12 Dans P. Apoll. 76 chaque onoma de la colonne A est suivi de la fraction 1/6 (⸗ ϛʹ), qui indique le (...)

64À en juger d’après un codex hermopolitain contemporain de notre document, CPR IX 44-50 + 52-53 + P. Lond. Copt. I 1079 (SB XXII 15711), en particulier CPR IX 52, 7-1310, les contribuables de Senilaïs et de son territoire assujettis à l’impôt personnel étaient classés selon trois groupes correspondant à des tranches de 1/3, 1/2 et 1 solidus par onoma11. Dans notre texte, la personne réelle semble coïncider avec l’onoma fiscal, ce qui suggère que ces contribuables étaient taxés à un taux plein, mais il y a deux exceptions : dans C,26 et peut-être A,14, les entrées sont flanquées à droite de la fraction Image (1/6), consignée par une autre main. Ce taux de 1/6 est attesté à Edfou par P. Apoll. 7612. Dans notre cas, on aurait donc révisé pour un certain exercice et abaissé à 1/6 la contribution de base de deux contribuables, qui, dès lors, ne comptaient plus que comme 1/6 de personne. Des entrées perdues du document ont pu enregistrer d’autres réductions de taux. Cette hypothèse expliquerait le passage de 121 à 120 personnes taxables pour une indiction 8.

65Le milieu social des ὀνόματα semble modeste. L’anthroponymie, largement copte et même vernaculaire, n’a rien de bourgeois ni d’aristocratique. Dans la comptabilité P. Apoll. NS 1 (Boud’hors, Delattre et al., « Un nouveau départ », texte 7), un de nos payeurs (C,12) est un λεπτοκεραμεύς, un autre est κουφοκεραμέυς (B,17). On a ici même deux forgerons, χαλκεῖς (B,20, C,29). La détermination de Σακαυ en Α,13 devait être σκυτέως, corroyeur.

  • 13 On songe ici au système arsinoïtain de distribution du diagraphon selon des rues ou quartiers (λαῦ (...)

66Que représentent enfin ces 121 personnes en termes d’économie fiscale ? Comme la ville devait compter beaucoup plus que 121 artisans ou travailleurs salariés, il est difficile d’y voir toute la population laborieuse masculine d’Edfou. Il doit ici s’agir d’une sélection. Cette hypothèse semble confirmée par une autre pièce du dossier ayant manifestement trait au diagraphon, P. Apoll. 76. Bien qu’elle soit fragmentaire, cette liste portait sur un total de 116 contribuables (B1). À ce nombre, ont été successivement ajoutées 2 puis 5 autres personnes (B,4-6 et 9-13), soit en tout 123 onomata, ce qui ne nous écarte guère de nos 121 personnes. Ces données suggèrent que les gestionnaires du diagraphon répartissaient les contribuables en collèges d’effectifs comparables. La nature de ces collèges est difficile à définir. Peut-être la cité avait-elle été subdivisée en ressorts d’assignation ayant à peu près la même population13. Peut-être encore le diagraphon n’était-il pas payé chaque année par tout le monde, mais par rotation selon un nombre d’onomata à peu près constant.

Fig. 2. P. Apoll. 74 verso.

Fig. 2. P. Apoll. 74 verso.

67     →                 Α

     - - - - - - - - - - -

     [δ](ιὰ)[  ̣]λ̣  ̣  ̣  ̣[

     δ(ιὰ) Καλαπησίου Ταατς̣

     [δ(ιὰ) ± 6 ἀ]δ̣ελ̣φ̣(οῦ)

     [δ(ιὰ) ± 7] Κ̣ουκο

5   [δ(ιὰ)  ̣  ̣]  ̣[  ̣  ̣]Ἰω[ά(ννου)?] Κουμ  ̣ου

     [δ(ιὰ)  ̣  ̣  ̣]  ̣α

     [δ(ιὰ)  ̣  ̣  ̣]  ̣δ[ ̣ο]υ  ̣  ̣φ[

     [δ(ιὰ)] Κ̣[αλ]ο̣πησίου Σαλζ

     δ(ιὰ) Ἀπαϊωάννου ἀδελφ(οῦ)

10 δ(ιὰ) Καλοπησίου Ταλα

ζ( ) δ(ιὰ) Ἰσακίου Καμουλ

     δ(ιὰ) Παχουμ Ἰωά(ννου) Νοβᾶ

     δ(ιὰ) Ι̣ακ ̣ν̣ Ταλα̣

     [δ(ιὰ)]  ̣αν̣[  ̣  ̣]  ̣  ̣  ̣[2/3] Image

15 [δ(ιὰ) - - - - - - ]

     [δ(ιὰ) - - - - - - ]

     δ(ιὰ) Σακ̣αυ σ[  ̣  ̣]  ̣[  ̣  ̣]  ̣[

     δ(ιὰ) Μηνᾶ Κανα

     δ(ιὰ) Κιλτατ

20 δ(ιὰ) Σ̣ι̣α̣ου Βελε

     δ̣(ιὰ)  ̣[  ̣  ̣  ̣] κοφ( )

     δ(ιὰ) Σενουθίου̣ Χαρστιπε

     δ(ιὰ) Σανσνω [ἀ]δ̣ελ̣φ(οῦ)

     δ(ιὰ) Μηνᾶ Πενκιπ

25 δ(ιὰ) Ἐπιφανίου Καληλε

     δ(ιὰ) Ἀπακύρου Κανα

     δ(ιὰ) Ἰωάννου Κουϊ Ζαχαρία

     γί(νεται) ὀν(όματα) λδ

3 α]δ̣ε̣λⳡ⁄ pap. ‖ 9 απαῖωαννου αδελⳡ⁄ pap. ἀδελφοῦ R ‖ 10 Ταλᾶ R  ‖ 11 ζ/ om. R ῖσακιου pap. ‖ 12 Παχουμίου Ἰωάν(νου) R ῖωα pap. ‖ 13 ῖακ- pap.  ‖ 17 Σαβανοῦ R ‖ 19 Κιλτα( ) R ‖ 20 Δαουῖδ R ‖ 21 om. R ‖ 22  ̣αρστιπε om. R ‖ 23 [ἀ]δ̣ελ̣φ(οῦ) om. R αδελⳡ⁄ pap. ‖ 24 Περκιπ( ) R ‖ 27 ῖωαννου, ου ex ης κουϊ pap. ‖ 28 γίν(εται) R Image pap.

68Alors que cette colonne totalise 34 ὀνόματα (A,24), nous n’avons conservé que 27 entrées. La perte textuelle porte donc sur 7 entrées.

692. δ(ιὰ) Καλαπησίου Ταατς Le déterminant de Kαλαπήσιος est à rapprocher de Παατς dans P. Lond. IV 1418, 16 et 1474 (descr.).

704. [δ(ιὰ) ±7] Κ̣ουκο Le nom Kouko est un métronyme, une variante du nom copte ⲕⲁⲕⲟ. Dans SB Kopt. III 1293, une lettre des archives de Patermouthis (Syène, vie-viie s.), le nom de la femme de ce dernier, Kako, est orthographié ⲕⲟⲩⲕⲱ (l. 2). Une forme Κουκοει est attestée dans SB XX 14076, 15, une liste de paiements de l’Oxyrhynchite (vie-viie s.), où plusieurs autres contribuables sont identifiés par un métronyme.

7110. δ(ιὰ) Καλοπησίου Ταλα On a encore Tαλα dans P. Apoll. 77, A19, B36. Ce nom détermine le contribuable Ἰωάννης dans un reçu d’impôt de l’époque (Gascou, « Ostraca », no 16, 3). L. Robert, Hellenica XI-XII, p. 43, n. 9 commentant P. Apoll. 74 (cf. BL VIII), propose de voir dans cette forme un technonyme en -ᾶς, ταλᾶς, « fileur », idée qui renvoie implicitement à ταλασιουργός. Le mot peut encore être rapproché de τάλαρος ou ταλάριον, panier ou petit panier (cf. ταλαρᾶς dans P. Mich. VIII 978, 1).

7212. δ(ιὰ) Παχουμ Ἰωά(ννου) Νοβᾶ Le même ethnique Νοβᾶ, « le Nubien », se trouve dans P. Apoll. 73, A43 [la flexion Νοβά(δος) adoptée par Rémondon est inutile].

7314. Sur la fraction 1/6 à la fin de l’entrée, voir l’introduction.

7417. δ(ιὰ) Σακ̣αυ σ[  ̣  ̣]  ̣[  ̣]  ̣[---] Le nom Σακαυ est attesté dans la pièce grecque, P. Apoll. NS 1 verso, 11 (cf. Boud’hors, Delattre et al., « Un nouveau départ », texte 7). Le contexte montre que ce personnage faisait partie de la corporation des σκυτεῖς. Le σ qui suit ici Σακαυ doit donc être le début de σκυτέως.

7518. δ(ιὰ) Μηνᾶ Κανα Ce personnage revient dans SB XX 14282 (P. Princ. III 140) v1, 20 : δ(ιὰ) Μηνᾶ Καναϩ. Pour le dernier nom, le dossier donne aussi une forme Καναχ qui, avec Καναϩ, exclut pour Κανα une étymologie grecque en rapport avec κάνεον, corbeille (Robert, loc. cit.). Il faut plutôt y voir le copte ϭⲁⲛⲁϩ, « estropié », cf. Crum, Dict., p. 824a.

7620. Bελε, qu’on a encore dans B,3 et 21, signifie « aveugle » (sahidique ⲃⲗⲗⲉ). Comme cette infirmité exemptait du diagraphon (Gascou, « Arabic Taxation », p. 675), la présente détermination n’est qu’un sobriquet.

7721. δ̣(ιὰ)   ̣[  ̣  ̣  ̣] κοφ( ) La détermination κοφ( ) est peut-être un phonétisme pour κωφός, « sourd », οu comporte une allusion au couffin, κόφινος.

7824. δ(ιὰ) Μηνᾶ Πενκιπ Le terme copte ⲕⲓⲡ désigne une petite mesure de longueur (Crum, Dict., p. 113b). On peut penser qu’il s’agit ici d’un surnom (« le petit ») formé avec le possessif de première personne du pluriel (?).

7925. δ(ιὰ) Ἐπιφανίου Καληλε ⲕⲁⲗⲉⲗⲉ désigne en copte la simandre, instrument à percussion convoquant à la prière ; il sert aussi à former des anthroponymes et des toponymes (Crum, Dict., p. 103b), comme dans P. Sorb. II 69, 15.14, 16.47 : Φανκελελη.

8027. Pour Ἰω(άννης) Κουϊ, Jean le Petit (Junior), comparer P. Apoll. 77, A9, B8.

81                        Β

     - - - - - - - - - - -

     [δ(ιὰ)   ̣  ̣]  ̣[ ± 5 ]  ̣  ̣[---]

     δ(ιὰ) Πατερμουθ(ίου) Γεω[ργίου

     δ(ιὰ) Μηνᾶ Βελε

     δ(ιὰ) Σια Πσειρυγξ

5   δ(ιὰ) Ἀπακύρου

     δ(ιὰ) Σινκουκ

     δ̣(ιὰ)   ̣  ̣[3/4]  ̣[---]

     δ(ιὰ) Ἀθανασ̣[ίου ---]

10 δ(ιὰ) Ἑριηυ[---]

     δ(ιὰ) Ἀπακύ̣ρ[ου ---]

ζ( ) δ(ιὰ) Παύλου   ̣[---]

     δ(ιὰ) Οὐαμσα[---]

     δ(ιὰ) Γεωργ(ίου) Φοιβά[μμωνος]

15 δ(ιὰ) Σευήρ̣ου [± 4] . [---]

     δ(ιὰ)  ̣[  ̣]  ̣[  ̣]ρ  ̣  ̣  ̣[---]

     δ(ιὰ) Ἀνανία κου̣φ[οκερ]α̣μ(έως)

     δ(ιὰ) Σάμψ[ω]ν̣ π̣  ̣[---]

     δ(ιὰ) Δ̣α̣υε̣ι̣δ κελ̣  ̣[---]

20 δ(ιὰ) Iακώ̣βου χαλ[κέως]

     δ(ιὰ) σ̣α ̣ιτ διου   ̣ν̣[---]

     δ(ιὰ) Γεωργίου̣ Βελε̣

     δ(ιὰ) Ἰσακίου ταπ  ̣[---]

     δ(ιὰ) τῶ(ν) β̣ τέκνω(ν) α̣  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣

25 δ(ιὰ) Ἐπιφανίου Σαχω

     δ(ιὰ) Παύλου Πατ̣σιλε[---]

     δ̣(ιὰ)  ̣[  ̣  ̣  ̣  ̣]  ̣[± 5]  ̣[---]


     γί(νεται) ὀν(όματα) λδ

4 Σ̣ι̣απσ̣ε̣ι̣ρ̣ . ξ σϊα πσειρῡⲩ̅ξ pap. ‖ 5 δ(ιὰ) Ἀπακύρου om. R ‖ 7 om. R ‖ 10 Ἑριῆυ R ‖ 11 Ἄπα Κύρ(ου) R ‖ 12 ζ/ om. R Παύλου Α[ R ‖ 13 Οὐαμσα R ‖ 14 Γεωργί(ου) Φοιβάμμ[ωνος] R ‖ 15 δ(ιὰ) Σ̣ε̣υ̣ή̣ρ̣ο̣υ̣   ̣  ̣[ R ‖ 16 traces R ‖ 17 ανανϊα pap. ‖ 18 Σάμψων R ‖ 19 om. R ‖ 20 ϊακωβου pap. ‖ 21 om. R ‖ 23 ῖσακιου pap. Tαπ() R ‖ 24 τῶ(ν) τέκνω(ν) αὐτ(οῦ) R ‖ 25 Σαχῶ R ‖ 26 Παστιλᾶ R ‖ 28 Image pap.

82Cette colonne est amputée de 7 entrées ou de seulement 6 si l’entrée 24 comptait pour deux onomata.

834. δ(ιὰ) Σια Πσειῡⲩ̅ξ̅ au lieu de Σ̣ι̣απσ̣ε̣ι̣ρ̣ . ξ (Rémondon) est une lecture de Jean-Luc Fournet et Jean Gascou. Le nom contient une allusion à la σῦριγξ, qui désigne un instrument de musique ou une fistule.

846. δ(ιὰ) Σινκουκ Le nom est peut-être à rapprocher de Κουκε (P. Apoll. 77, A19, B32) et de Κουκο (ici même A,2).

8512. δ(ιὰ) Παύλου  ̣[---] Après Παύλου, α̣ ou, moins sûrement, σ̣.

8617. δ(ιὰ) Ἀνανία κου̣φ[οκερ]α̣μ(έως) Cette ligne est plus longue que les autres et déborde sur la colonne C (le μ final se trouve sous la série des διά), ce qui explique que l’espace entre C,17 et 18 soit légèrement plus grand.
La corporation des fabricants de récipients vinaires est attestée à Edfou par P. Apoll. 75, 8.

8718. Σάμψ[ω]ν̣ π̣  ̣[---] Sous cette forme (car on a ailleurs Σαμσων), le nom Sampsôn n’est attesté que dans les pièces de la jarre : P. Apoll. 39, 14 et 77, B33 ; SB XX 14282 (= P. Princ. III 140), v45 et 52 ; r27. On a aussi Σά̣μψων ou Σέ̣μψων dans un ostracon d’Edfou inédit des fouilles de 1931 de même provenance (actuel OG 127, boîte 13).

8822. ταπ  ̣[---] On lirait à la rigueur ταπο̣[---]. Rémondon a lu Ταπ( ), forme que Robert, Hellenica XI-XII, p. 43, n. 9, interprétait avec réserve comme un technonyme, un fabricant de tapis, ταπητᾶς, ταπητάριος. Notre lecture n’appuie pas cette explication.

8924. δ(ιὰ) τῶ(ν) β τέκνω(ν) α̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣ Le α̣ est le seul signe reconnaissable d’une zone délavée. Peut-être faut-il lire ⟦αὐτοῦ⟧ (sc. le titulaire de l’entrée précédente).

9025. δ(ιὰ) Ἐπιφανίου Σαχω Ce personnage revient dans P. Apoll. 92, B2 : Ἐπιφ]ανίω Σαχῶ et dans la lettre inédite P. IFAO Edfou Jarre Inv. 20 + 41 + 76 + 120 + IFAO 349. Le mot copte ⲥⲁⲭⲟ, qui détermine aussi Ἀβραμ, dans SB XX 14282, v2, 91, désigne au sens commun une profession non élucidée, peut-être un agent villageois (un scribe) ; il est employé pour former des anthroponymes et des toponymes (Crum, Dict., p. 384).

9126. δ(ιὰ) Παύλου Πατ̣σιλε[---] Rémondon avait lu Παστιλᾶ, forme que Robert, loc. cit., comprenait comme pâtissier (παστιλλᾶς).

9228. γί(νεται) ὀν(όματα) λδ Sous cette ligne, Rémondon a ajouté sa ligne B,19 η ἰ(ν)δ(ικτίονος) ὀν(όματα) ρκ ; voir nos remarques introductives.

93                        C

- - - - - - - - - - - - - - - - -

                        ]ερ

                        ]  ̣ω( ) Λαμερ

     [δ(ιὰ) --- ]

     [δ(ιὰ) --- ]

5   [δ(ιὰ) --- ]

     [δ(ιὰ) --- ]

     [ ±6 ]  ̣[ ±7 ] vac.

     [  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣]  ̣που ἀδελφ(οῦ)

     [  ̣]  ̣[  ̣  ̣  ̣]εου Μουσῆς

10 δ̣(ιὰ) Κουλις Τκαναυ

     δ(ιὰ) Καλοπησίου Καισαρια

     δ(ιὰ) Αμκαει ϩημ

ζ̣( ) δ(ιὰ) Ἀπαδίου Μηνᾶ

     δ(ιὰ) Ἀνατολίου ἀδελφ(οῦ)

15 δ(ιὰ)   ̣[4/5]ου Πααμ

     δ(ιὰ) Ὀνοφρίου Παποι

     δ̣(ιὰ) Σω̣ϊ

     [---] Γ̣εωργ(ίου)

     δ(ιὰ) Ἰσὰκ Σλοη̣τ

20 [  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣]  ̣  ̣Μ[ο]υ̣σῆς

     δ(ιὰ)[  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣]  ̣  ̣  ̣  ̣

     δ(ιὰ) Σευήρου Τριβούνου

     δ(ιὰ) Δαυ̣ειδ Ὀνοφρ(ίου)

     δ(ιὰ) Πέτρου Χας

25 δ(ιὰ) Ἰωάννου Λαμπρα()

     δ(ιὰ) Πακτουαριου    Image

     δ(ιὰ) Φοιβαμμω(νος) Πτολομαίου

     δ(ιὰ) Παγχαρις Σαβεκ

     δ(ιὰ) Ἀπαδίου Εὐφράτου χαλκ(έως)

30 δ(ιὰ) Μουσῆς Καλαμαυλ(ε)


     γί(νεται) ὀν(όματα) λδ

8 ἀδελⳡ⁄ pap. ‖ 11 l. Καισαρίας ‖ 14 ἀδελφ⁄ pap. ‖ 17 σωϊ pap. ‖ 18 ⲩ̣εωImage pap. ‖ 19 ῖσακ pap. ‖ 23 ονοφρ⁄ pap. ‖ 25 ῖωαννου λαμπImage pap. ‖ 26 ῖωαννου pap. ‖ 27 ΦοιβαImageImage pap. ι ex υ ‖ 29 χαλκ⁄ pap. ‖ 30 καλαμαImage pap. ‖ 31 Image pap.

94Pour un total de 34 ὀνόματα (C,31) nous n’avons que 26 entrées préservées. Mais on peut évaluer qu’il manque 4 entrées entre le premier fragment et la suite, chaque entrée ayant une hauteur d’environ 1 cm. La perte n’est donc que de 4 entrées.

9512. δ(ιὰ) Αμκαει ϩημ Il faut peut-être voir dans ϩⲏⲙ une forme méridionale de ϣⲏⲙ, « petit », telle qu’elle semble attestée dans P. KRU 113, 4. Le nom Αμκαει n’est pas attesté par ailleurs.

9616. δ(ιὰ) Ὀνοφρίου Παποι Ce personnage est encore attesté par P. Apoll. NS 1 (Boud’hors, Delattre et al., « Un nouveau départ », texte 7), dans la corporation des λεπτοκεραμεῖς.

9719. Σλοη̣τ Ιl y a une discontinuité dans la haste verticale de ce que nous lisons η, si bien qu’une lecture Σλουτ, plus tard corrigée par l’adjonction d’un ι, est envisageable.

9824. δ(ιὰ) Πέτρου Χας Le deuxième nom se retrouve dans O. Berl. 74, 6 (iie s. ; Éléphantine) comme détermination d’Ἁρπαῆσις. Peut-être faut-il le rapprocher du copte ϩⲁⲥ, qui veut dire « fumier » ou « bouse » (Crum, Dict., p. 709a).

9925. Λαμπρα n’est pas une forme abrégée du prédicat λαμπρότατος, absent du dossier, mais sans doute, comme on en a d’autres cas, un nom de personne.

10026. δ(ιὰ) Πακτουαριου Ce personnage est attesté par SB XX 14282 (= P. Princ. III 140), v1, 27 et r1, 11 : Πακτουα(ρίου). Bien qu’il fasse allusion à la fonction militaire romano-byzantine d’ἀκτουάριος, « commissaire aux vivres », il n’y a pas lieu de l’accentuer puisque sa morphologie est copte, comme le nom Πιοικ(ονόμου) du même SB XX 14282 (= P. Princ. III 140), v1, 15 (à supposer que le développement de la forme soit sûr). Après Πακτουαριου il y a une forme cursive de la fraction 1/6, sur laquelle on se reportera à notre introduction.

10128. δ(ιὰ) Παγχαρις Σαβεκ Pour le premier nom, voir O. Kellis 88,1 : Πανχαρι[. Le nom ⲥⲁⲃⲉⲕ peut signifier petit (Crum, Dict., p. 322a). Ce nom est attesté à Thèbes, d’après O. Medin. Habu Copt. 5, 28 et 155 ; voir aussi l’inscription funéraire au nom de ⲥⲁⲃⲉⲕ, SB Kopt. II 1102 (Esna). Till, Datierung, p. 81, en fait un diminutif du nom Elisabet, régulièrement écrit Elisabek.

10229. δ(ιὰ) Ἀπαδίου Εὐφράτου χαλκ(έως) P. Apoll. 77, A10 : Ἄπα Δῖος Κάλχε (sic) mentionnait déjà ce personnage. Comme il est ici déjà déterminé par son patronyme, la qualité de χαλκεύς est un technonyme effectif, si bien que κάλχε, dans P. Apoll. 77, A10, doit être une forme phonétique coptisée de χαλκεύς. On l’a encore à Edfou avec SB XX 14282 (P. Princ. III 140), r22 : δ(ιὰ) Πιστῶϊ Κάλχε. Le nom Εὐφράτης revient dans O. Edfou Copte III 481,6.

10330. δ(ιὰ) Μουσῆς Καλαμαυλ(ε) Le nom ⲕⲁⲗⲁⲙⲁⲩⲗⲉ est attesté à Thèbes par O. Crum 345, 5.

104                        D

     - - - - - - - - - - - - - - - - -

     [δ(ιὰ) ± 6]ο̣υ Καρ  ̣  ̣ιου

     [δ(ιὰ) ̣ ̣ ̣ ̣] χ̣α̣ρτοψεβα̣λ̣[---]

     [δ(ιὰ) --- ]

     δ̣(ιὰ) [Κο]σμᾶ χαρτο̣ψεβαλ[---]

5   δ(ιὰ) Φ[οι]βαμμων Ἀπα̣ωρ [---]

     δ(ιὰ) Μηνᾶ ἀδελφ(οῦ) [---]

     δ(ιὰ) Πα̣ ̣[---]

     δ(ιὰ) Σανσ[νω ---]

     [δ(ιὰ)  ̣  ̣]ε̣  ̣[---]

10 [δ(ιὰ) --- ]

     [δ(ιὰ) --- ]

      ̣[  ̣  ̣  ̣]  ̣[  ̣  ̣  ̣]  ̣[---]

ζ( ) δ(ιὰ) Σουαϊ Πανναρ ̣

ζ( ) δ(ιὰ) Ἀβρααμίου Κουριτ

ζ( ) δ(ιὰ)Ἰωάννους Xριστα

ζ( ) δ(ιὰ) Σωκεβολ

ζ( ) δ(ιὰ) Δανιηλίου Ὀνοφρ(ίου)

ζ( ) δ(ιὰ) Αμνουνε

                ὄν(ομα) α

20 γί(νεται) ὀν(όματα) ιη


     δ(ιὰ) Ἀπ̣ακύρου Μεγ ̣  ̣  ̣κοσμ  ̣[

               ὁ(μοῦ) ιθ


ὁ(μοῦ) τὸ πᾶ(ν) ὀν(όματα) ρκα

6 ἀδελⳡ⁄ pap. ‖ 17 ονοφρ⁄ pap. ‖ 13 σουαϊ pap. ‖ 20 Image ϊη pap. ‖ 22 Image ϊθ pap. ‖ 23 Image πα pap.

105Cette colonne n’enregistre en l’état que 16 onomata, dont un ajout in extremis à la ligne 21, qui a obligé à porter le total de 18 à 19. Trois onomata sont perdus (l. 3, 10 et 11), mais peuvent être intégrés à la liste, compte tenu de la hauteur des lignes, ce qui rend la colonne D complète et permet de placer le petit fragment isolé très près du reste du document. On note les nombreuses marques de collationnement aux lignes 13-18.

10613. δ(ιὰ) Σουαϊ Πανναρ   ̣[---] Le dernier nom est peut-être à rapprocher de Πανναρίου dans P. Iand. III 39,8.

10714. δ̣(ιὰ) Ἀβρααμίου Κουριτ Le scribe avait oublié le δ(ιά) introductif et a écrit α par anticipation d’Ἀβρααμίου. S’étant aperçu de son erreur, il a transformé ce α en un δ, représentatif de δ(ιά), mais sans installer la barre d’abréviation. Le personnage revient dans P. Apoll. 77, A11 ; pour son déterminant, comparer P. Apoll. 80, 2 : Ηραει Κουριτ.

10815. δ(ιὰ)Ἰωάννους Xριστα Une coupe Ιωάννου Σχριστα supprimerait l’apparent barbarisme Ἰωάννους, mais compliquerait l’interprétation du déterminant. Peut-être vaut-il mieux voir dans Ιωάννους une erreur graphique à corriger en athétisant le σ (Ἰωάννου{ς}). Cependant, la forme Ἰωάννους n’est pas isolée, puisqu’on l’a au viiie siècle comme patronyme du tabellion thébain Aristophanès de P. KRU 48, 73 : διʼ ἐμοῦ Ἀριστοφάνους υἱ(οῦ) Ἰωάννους ἐγένετο. Comme les autres attestations d’Aristophanès donnent la patronymie correcte Ἰωάννου, la variante Ἰωάννους serait à première vue due à une influence de la désinence d’Ἀριστοφάνους, mais cette interprétation ne s’applique pas au présent cas.
La détermination Xριστα peut être un hypocoristique d’un nom en Χριστο-, ou un technonyme parallèle à χρίστης, « fabriquant de stuc » (LSJ).

10916. δ(ιὰ) Σωκεβολ Alain Delattre nous renvoie pour ce nom à Crum, Dict., p. 327b ⲥⲱⲕ ⲉⲃⲟⲗ, « mourir ».

11018. δ(ιὰ) Αμνουνε Comparer SB Kopt. I 242,61 (ⲛⲟⲩⲛⲉ)

11123. ὁ(μοῦ) τὸ πᾶ(ν) ὀν(όματα) ρκα Sur cette ligne voir l’introduction.

112En bas du compte, sous les colonnes A et B, après un large vacat, en tête-bêche :

η ἰ(ν)δ(ικτίονος) ὀν(όματα) ρκ +

ι⁄δ pap.

10. Fin de lettre

Isabelle Marthot

  • 14 L.S.B. MacCoull, « The Coptic Papyri from Apollonos Anô » in B.G. Mandilaras (éd.), Proceedings of (...)

113Ce fragment à l’écriture soignée conserve la fin de 7 lignes ne contenant que des vœux et salutations finales fortement empreintes de religiosité. Il est mentionné par Leslie MacCoull dans son article de 1988, sous le numéro 114. Au dos se trouve le P. Apoll. 100, la fin d’un compte de vin en deux colonnes. Au vu des autres exemples des archives, le plus vraisemblable est que la lettre, écrite transversa charta, ait été remployée pour la comptabilité écrite perfibralement. Le ton de la lettre copte peut être rapproché du P. Apoll. 67, une lettre grecque décrite par Rémondon comme « privée » demandant à Papas de se rendre auprès d’un homme dans la détresse (περίστασις) et contenant une référence à l’apôtre Paul.

P. IFAO Edfou Jarre Inv. 13 (= P. Apoll. 100 recto)
8,5 cm × 16,2 cm

[fig. 3]

114Angle inférieur droit du papyrus avec les deux marges conservées. Sept lignes d’écriture, la première n’étant conservée que sur 4-5 caractères. Traces de 4 plis horizontaux.

  • 15 Voir Boud’hors, Delattre et al., « Un nouveau départ », texte 5.

115Écriture plutôt bilinéaire, nette, détachée, avec cependant quelques ligatures, notamment après le ⲧ (voir l. 3) et dans certains mots d’origine grecque (ⲕⲁⲧⲁ l. 4 et 7, ⲡⲁⲛⲁⲅⲕⲁⲓⲟⲛ l. 5), mais aussi ⲉⲓ dans ϫⲟⲉⲓⲥ (l. 6). Le ϫ des lignes 6 et 7 a une forme particulière, bouclée pour ne pas lever le calame. Le même souci d’économie conduit à une ligature étrange ⲥⲟ (l. 2) et à une forme atypique du ⲉ de ⲛⲟⲩⲧⲉ (l. 6). Les surlignes sont courtes et arrondies, souvent légèrement décalées sur la droite de la lettre concernée. Certaines surlignes se rencontrent en fin de mot, par exemple ⲕⲣⲟ̄ (l. 2), ⲧⲁⲣⲁⲭⲏ̄ (l. 3), ⲉⲑⲏ̄ (l. 4) et ⲡⲕⲁϩ̄ (l. 5), mais aussi de façon plus inattendue sur le ⲟ de ϣⲧⲟ̄ⲣⲧⲣ̄ (l. 3). Le même genre d’écriture large et régulière se rencontre notamment dans P. IFAO Edfou Jarre Inv. 1915, provenant vraisemblablement d’un milieu monastique.

Fig. 3. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 13 (= P. Apoll. 100 recto).

Fig. 3. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 13 (= P. Apoll. 100 recto).

↓    - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

     [ ---                 ]ϫ̣[  ̣  ̣]  ̣  ̣ⲉⲧⲉⲧ̣ⲛ̣[±3]

     [ --- ]  ̣ⲟⲛ ⲧⲏⲣⲛ̄ ϩϊ ⲟⲩⲥⲟⲡ ⲛϥ︥ⲛ̄ⲧⲛ̄ ⲉⲡⲉⲕⲣⲟ̄

     [ --- ]ϣⲧⲟ̄ⲣⲧⲣ̄ ϩϊ ⲧⲁⲣⲁⲭⲏ̄ ⲛ̄ⲧⲉ ⲡⲉⲓⲃⲓⲟⲥ

     [ --- ]ⲉⲕⲁⲛ ϫⲓⲛ ⲧⲉⲛⲟⲩ ⲉⲑⲏ̄ ⲕⲁⲧⲁ ⲡⲉⲧⲉⲣ

5   [ --- ]ϩ̣ⲉⲧⲉ ⲛ̄ⲛⲁⲁⲁϥ ϩϊϫⲙ̄ ⲡⲕⲁϩ̄ ⲡⲁⲛⲁⲅⲕⲁⲓⲟⲛ

     [ --- ]  ̣  ̣ⲛ̣̄ⲧⲉⲧⲛ̄ⲙⲛ̄ⲧⲙⲁϊ̣ ⲛⲟⲩⲧⲉ ⲛ̄ϫⲟⲉⲓⲥ ⲉⲧⲧⲁ(ⲉⲓⲏⲩ)

     [ --- ] ⲛ̄ⲧⲁⲣ̄ ⲡⲁϊ ⲕⲁⲧⲁ ⲡⲣⲟⲥⲱⲡⲟⲛ ⲟⲩϫⲁϊ ϩⲛ̄

     [ --- ]

3 ταραχή, βίος ‖ 4 κατά ‖ ἀναγκαῖος ‖ ⲉⲧⲧ⁄ pap. ‖ 7 κατὰ πρόσωπον

[…] vous […] 2[…] nous tous ensemble et [qu’il (Dieu)] nous conduise à la rive 3[…] trouble et tourment de cette vie 4[…] à partir de maintenant selon ce que/qui 5[…] nous le ferons sur la terre ; l’important 6[…] Votre précieuse Seigneurie aimant Dieu 7[…] que je fasse cela face à face. Salut dans 8[…]

1161. ̣  ̣ⲉⲧⲉⲧ̣ⲛ̣[ La première lettre manquante semble finir par un trait oblique comme dans ⲓ, ⲩ, ϥ et même ϣ ; la seconde lettre se lirait spontanément ⲉ ou ⲑ mais aucune de ces lettres ne se retrouve avec ce tracé dans la suite du texte.

1172.  ̣ⲟⲛ Paléographiquement, la première lettre pourrait correspondre à un ⲁ, ce qui ne convient guère pour le sens, puisqu’on attend soit une préposition soit un verbe avec le régime de la première personne du pluriel, signifiant par exemple « rassembler ». Une autre possibilité est de voir la fin d’un ⲙ mais on doit alors admettre une forme cursive bien différente des deux autres ⲙ du texte.
ⲉⲡⲉⲕⲣⲟ̄ Le ⲟ final est traversé d’un trait vertical parasite plus clair, qui n’est pas une fibre du papyrus.

1183. ϣⲧⲟ̄ⲣⲧⲣ̄ ϩϊ ⲧⲁⲣⲁⲭⲏ̄ ⲛ̄ⲧⲉ ⲡⲉⲓⲃⲓⲟⲥ MacCoull, « Coptic Papyri », p. 146, a interprété ce passage, qu’elle traduit par « disturbance and confusion in this life » comme une plainte dont elle se demande s’il pourrait s’agir d’une allusion aux réformes de 685 par ʿAbd al-Malik causant des troubles au sein des communautés monastiques de Haute Égypte. Le contexte de ce qui semble plutôt un simple vœu est trop général pour appuyer une telle hypothèse.
ⲧⲁⲣⲁⲭⲏ (ταραχή) Förster, WB, p. 794, traduit par « Beunruhigung, Störung », et ne relève qu’une occurrence, dans P. CLT 6, 12-13 (accord, première moitié du viiie s. ; pour d’amples améliorations de ce texte, voir le compte rendu par W. Hengstenberg dans Byzantinische Zeitschrift 34, 1934, p. 82-83). Le mot ne semble pas figurer dans les textes bibliques coptes, mais ϣⲧⲟⲣⲧⲣ est souvent la traduction du grec ταραχή, notamment dans Ps. 30, 21 (« Tu les protèges sous l’abri de ta face du tourment qui leur vient des hommes »). Ce psaume figure parmi les textes souvent utilisés dans les prières (communication d’Alain Delattre, qui prépare un article sur le sujet).
ⲡⲉⲓⲃⲓⲟⲥ (βίος) Förster, WB, p. 136, renvoie notamment à O. Crum 189, 12 : ⲟⲩⲣⲱⲙⲉ ϩⲙ ⲡⲓⲃⲓⲟⲥ, « un homme de cette vie », et relève de nombreuses périphrases signifiant « mourir », « quitter cette vie ».

1194-5. ⲕⲁⲧⲁ ⲡⲉⲧⲉⲣ| [ --- ]ϩ̣ⲉⲧⲉ ⲛ̄ⲁⲁⲁϥ ϩϊϫⲙ̄ ⲡⲕⲁϩ̄ L’expression pourrait être une réminiscence de Romains 9, 28 : ⲡⲉⲧⲉⲣⲉⲡⲛⲟⲩⲧⲉ ⲛⲁⲁⲁϥ ϩⲓϫⲙ̄ ⲡⲕⲁϩ, « ce que Dieu fera sur la terre ».

1205. ⲡⲁⲛⲁⲅⲕⲁⲓⲟⲛ (ἀναγκαῖος) Förster, WB, p. 45, donne plusieurs exemples de phrases débutant par ce mot, notamment avec l’expression ⲡⲁⲛⲁⲅⲕⲁⲓⲟⲛ ⲇⲉ ⲛⲛⲁⲓ, « l’important dans ces choses ». Elle marque le début des politesses finales de la lettre, comme dans O. Crum 248, 10-11 (vie s.) : ⲡⲁⲛⲁⲅⲕⲁⲓⲟⲛ †ⲁⲥⲡⲁ|[ⲍⲉ] ⲛⲧⲉⲕⲙⲛⲧⲉⲓⲱⲧ, « l’important est que j’embrasse Ta Paternité ».

1216. ⲛ̣̄ⲧⲉⲧⲛ̄ⲙⲛ̄ⲧⲙⲁϊ̣ⲛⲟⲩⲧⲉ L’équivalent grec θεοφιλέστατος est habituellement attribué à des ecclésiastiques ; dans les archives, il n’est habituellement pas associé à Papas mais se rencontre pour un prêtre dans P. Apoll. 63, 18 (même personnage avec cette épithète dans P. IFAO Edfou Jarre Inv. 8, 8).

1227. ⲕⲁⲧⲁ ⲡⲣⲟⲥⲱⲡⲟⲛ (κατὰ πρόσωπον) « face à face », « en personne », voir Förster, WB, p. 696-698, en particulier p. 698 : « Übersetzung: 3. von Angesicht zu Angesicht » avec une référence à P. Mon. Epiph. 140, 35-42 pour une salutation de fin de lettre : †ⲡⲣⲟⲥⲕⲩⲛⲉⲓ ⲛⲧⲉⲧⲛⲉⲩⲗⲁⲃⲓⲁ ϩⲓⲧⲛ ⲛⲁⲥϩⲁⲓ ⲛⲉⲗⲁⲭⲓⲥⲧⲟⲥ ϣⲁ ⲡⲛⲁⲩ ⲉⲧⲉⲣⲉⲡⲛⲟⲩⲧⲉ ⲛⲁⲥⲩⲅⲭⲱⲣⲉⲓ ⲛⲁϊ ⲛⲧⲁⲡⲣⲟⲥⲕⲩⲛⲉⲓ ⲛⲏⲧⲛ ⲕⲁⲧⲁ ⲡⲣⲟⲥⲱⲡⲟⲛ, « Je salue Votre Piété par cette humble lettre, jusqu’au moment où Dieu me permettra de m’incliner devant vous en personne. » Voir aussi, dans le pan grec des archives, la formule finale de lettre dans PSI XIII 1345, 17-18 : εὐχόμενος τ[ῆς] | κατὰ πρόσωπον προσκυνήσεως, « en priant de vous saluer en personne ».
ⲟⲩϫⲁϊ ϩⲛ̄ : La fin de cette salutation devait se trouver en début de ligne suivante. Si la formule la plus fréquente est ⲟⲩϫⲁϊ ϩⲙ̄ ⲡϫⲟⲉⲓⲥ, il existe des variantes qui peuvent expliquer ϩⲛ̄ au lieu de ϩⲙ̄, comme ϩⲛ̄ ⲧⲉⲧⲣⲓⲁⲥ ⲉⲧⲟⲩⲁⲁⲃ, ϩⲛ̄ ⲑⲁⲅⲓⲁ ⲧⲣⲓⲁⲥ, ϩⲛ̄ ⲧϭⲟⲙ ⲛ̄ⲧⲉⲧⲣⲓⲁⲥ ⲉⲧⲟⲩⲁⲁⲃ, ϩⲛ̄ ⲧⲃⲟⲏⲑⲉⲓⲁ ⲛ̄ⲧⲉⲧⲣⲓⲁⲥ ⲉⲧⲟⲩⲁⲁⲃ (cf. A. Biedenkopf-Ziehner, Untersuchungen zum koptischenBriefformularunter Berücksichtigung ägyptischer und griechischer Parallelen, Koptische Studien 1, Wurtzbourg, 1983, p. 253-254). Une salutation par la Sainte Trinité se rencontre d’ailleurs dans les archives (P. IFAO Edfou Jarre Inv. 19 (Boud’hors, Delattre et al., « Un nouveau départ », texte 5), 20 et 25).
Je propose une restitution des dernières lignes, exempli gratia, en considérant une lacune de 15 lettres, ce qui semble la taille minimale au vu du formulaire. Rien ne s’est imposé avec facilité pour les premières lignes, la traduction propose cependant des hypothèses afin de donner une idée générale de la structure du texte.

                                              ... ϫⲓⲛ ⲧⲉⲛⲟⲩ ⲉⲑⲏ̄ ⲕⲁⲧⲁ ⲡⲉⲧⲉⲣ
[ⲁⲛⲁϥ ⲙⲡⲛⲟⲩⲧⲉ ⲛⲧⲉⲓ]ϩ̣ⲉ ⲧⲉ ⲛ̄ⲛⲁⲁⲁϥ ϩϊϫⲙ̄ ⲡⲕⲁϩ̄ ⲡⲁⲛⲁⲅⲕⲁⲓⲟⲛ
[ⲛⲛⲁⲓ ⲇⲉ †ⲡⲣⲟⲥⲕⲩⲛ]ⲉ̣ⲓ̣︥ ⲛ̄ⲧⲉⲧⲛ̄ⲙⲛ̄ⲧⲙⲁϊ̣ⲛⲟⲩⲧⲉ ⲛ̄ϫⲟⲉⲓⲥ ⲉⲧⲧⲁ(ⲓⲏⲩ)
[ϣⲁⲛⲧⲁⲉⲓ ⲉϩⲏⲧ/ⲉⲣⲏⲥ ⲉⲣⲟⲕ] ⲛ̄ⲧⲁⲣ̄ ⲡⲁϊ ⲕⲁⲧⲁ ⲡⲣⲟⲥⲱⲡⲟⲛ ⲟⲩϫⲁϊ ϩⲛ̄
[ⲧⲉⲧⲣⲓⲁⲥ ⲉⲧⲟⲩⲁⲁⲃ]

[Que Dieu] nous [rassemble] tous ensemble et [qu’il] nous conduise à la rive [en nous protégeant du] trouble et tourment de cette vie […] à partir de maintenant selon ce qui [plaît à Dieu], ainsi nous agirons sur la terre. L’important [dans tout cela, c’est que je me prosterne devant] Votre Précieuse Seigneurie aimant Dieu, [jusqu’à ce que je vienne vers vous au nord/sud] et que je fasse cela face à face. Salut dans [la Sainte Trinité].

11. Les impôts de la dame patrikia

Ruey-Lin Chang, Jean Gascou, Isabelle Marthot

123Le cadre P. IFAO Edfou Jarre Inv. 58 regroupe deux fragments de lettres coptes (A et B) décrits plus bas. Le fragment A a été remployé pour consigner 4 lignes de comptabilité en grec. C’est cette partie que nous publions ici en premier.

124Ce billet, qui mesure 5 × 11 cm, est complet en haut, à droite et en bas, il est mutilé à gauche, mais les pertes textuelles semblent minimes. Du moins n’empêchent-elles pas de proposer pour ce texte un sens cohérent. Bien qu’il s’agisse d’une comptabilité fiscale, l’écriture, où on discerne deux mains, n’est pas la minuscule stéréotypée des documents comptables du dossier de Papas. Elle est moins professionnelle. Il s’agit peut-être de notes préparatoires à la rédaction d’un document plus détaillé ou, inversement, d’un extrait d’un compte préexistant, servant un dessein limité.

  • 16 Nous avons deux données partielles, 4 381 nomismata pour les dèmosia et 583 nomismata pour l’ἀνδρι (...)

125Ce papyrus livre des données globales sur les recettes fiscales d’Edfou et peut-être de son territoire municipal au début de l’époque arabe, au titre des δημόσια (impôt sur la fortune) et du διάγραφον (impôt personnel). Nous n’avions jusqu’à présent que très peu de renseignements de ce genre16.

  • 17 J. Gascou, « Une inscription tarifaire de Césarée-sur-Mer » in Ο. Kano, J.-L. Lemaître (éd.), Entr (...)

126Les sommes sont exprimées en solidi. On note à droite de chaque montant un rho barré, d’interprétation peu claire. Ce symbole se rencontre dans une inscription byzantine de Césarée rééditée par J. Gascou17. On a le choix entre ῥ(υπαρά), « bruts », ou (ἀ)ρ(ίθμια), « nominaux » (P. Lond. IV, p. 84-86).

  • 18 Voir J. Gascou, Fiscalité et société en Égypte byzantine, Paris, 2008, p. 322. Ce chiffre est obte (...)

127Les montants indiqués sont pour les δημόσια 49 072 solidi à la ligne 1, qui a été corrigée, et, à la ligne 3, 58 120 solidi, avec une incertitude sur la lecture du chiffre des dizaines. Le diagraphon s’élève à 6 145 solidi. Nous n’avons que peu d’éléments de comparaison pour apprécier ces données. D’après les budgets fiscaux du vie siècle d’Antaeopolis (P. Cair. Masp. I 67057) et la Table budgétaire d’Antaeopolis (SB XX 14494), les impôts de cette cité s’élevaient à plus de 16 000 solidi18. La capacité contributive d’Edfou semble beaucoup plus élevée.

  • 19 Pour ces taux, voir Gascou, « Arabic Taxation », p. 675-676 ; le tableau d’A. Delattre et N. Gonis (...)
  • 20 Un taux de 1/6 semble attesté par le verso de P. Apoll. 74, et par P. Apoll. 76 parallèlement à un (...)
  • 21 De même les 583 nomismata de l’andrismos de Baouît (supra, n. 16), correspondent à un minimum de 5 (...)

128Le montant de l’impôt personnel donne une idée de l’ordre de grandeur de la population taxable de la cité et, peut-être, de son territoire. Nous savions déjà, par la documentation hermopolitaine, que la population assujettie au diagraphon était exclusivement masculine, avec des dispenses motivées par l’âge où l’état de santé. Les redevables étaient regroupés dans des collèges correspondant à des tranches d’imposition aux taux de 1/3, 1/2 et 1 solidus par personne19. Les taux d’Edfou ne sont pas connus, mais étaient sans doute comparables20. Ainsi, nos 6 145 solidi représenteraient au bas mot les contributions de 6 145 redevables, à taux plein, et même de beaucoup plus si on prend en compte les taux réduits21.

129Que représentent ces milliers de redevables en termes démographiques ? Une population urbaine ? Une population rurale ? Non liquet.

130Reste à éclaircir les rapports entre ces chiffres. C’est ici le lieu de parler de la dame Patrikia de la ligne 2. Nous ne la connaissions pas jusqu’à présent, mais elle devait être riche et considérée. Le document nous donne le compte de ses impôts. Sur les 58 120 solidi des dèmosia, Patrikia est redevable du tiers, soit 19 151 solidi 1/3, au prix d’une approximation malaisée à expliquer. Le montant consigné à la ligne 1 par une autre main pourrait représenter la différence entre la part de Patrikia et le montant global, toujours avec une approximation.

131On peut se demander si Patrikia n’était pas tenue par les autorités pour responsable du paiement du tiers des δημόσια (l. 3) et de la totalité du διάγραφον (l. 4), comme les grands propriétaires de l’époque byzantine.

P. IFAO Edfou Jarre Inv. 58 A verso
5 × 11 cm

[fig. 4]

Fig. 4. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 58 A verso.

Fig. 4. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 58 A verso.

[ ?]             vac.      m1 (ὑπὲρ) δημ(οσίων) νο(μίσματα) μ⟦θ⟧ο̣β ρ( )

[ ?] m2 ϯ̣ λόγ(ος) δημ̣(οσίων) τῆς κ(υρᾶς) Πατρικίας

[ ?]ἀ̣π̣ὸ νο(μισμάτων) νηρκ̣ ρ( ) τὸ Image νο(μίσματα) ιθρναImage ρ( )

[ ?] (ὑπὲρ) διαγράφ(ου)                         νο(μίσματα) ϛρμε ρ( )

[ ?]

1 Image δημImage Image ρ⁄ ‖ 2 λογ δημImage κ⁄ ‖ 3 Image ρ⁄ Image ϊθ ρ⁄ ‖ 4 Image διαγραφ̲ Image ρ⁄

Pour les dèmosia 49 072 solidi r( )

Compte des dèmosia de la dame Patrikia

sur 58 120 solidi r( ), dont le tiers est 19 151 solidi r( ) 1/3

pour le diagraphon 6 145 solidi r( )

12. Fragment de lettre copte

Isabelle Marthot

  • 22 Le fragment 58 B n’appartient pas au même document : son écriture n’est pas exactement semblable à (...)

132Morceau de lettre écrit transversa charta, qui constitue le recto de P. IFAO Edfou Jarre Inv. 58 A (voir texte 11), conservant la marge inférieure et une très fine marge de droite. L’écriture n’est pas strictement horizontale mais s’incline vers le bas en fin de ligne, ce qui explique qu’il ne reste aucune trace de la première moitié de la première ligne22.

P. IFAO Edfou Jarre Inv. 58 A recto
5 × 11 cm

[fig. 5]

Fig. 5. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 58 A recto.

Fig. 5. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 58 A recto.

↓   ---------------------------

1   [ --- ]  ̣  ̣ⲣ  ̣  ̣ϣ ̣ⲁ̣ⲣ  ̣ⲃⲱ  ̣

2   [ --- ϣ]ⲉ̣ⲗ̣ⲉ̣ⲉ̣ⲧ ⲙ̅ⲡⲓⲃⲱⲕ ϫⲉ ⲛ̅ⲛⲉ̣ⲓ̣-

3   [ --- ]  ̣ †ⲡⲣⲟⲥⲕⲩ̣ⲛⲉⲓ ⲛ̅ⲧⲉⲧⲛ̅-

4   [ --- ] vacat

προσκυνεῖν

[…] 2[…] mari. Je ne suis pas allé de peur que je ne 3[…]. Je salue votre […]

1331. ϣ  ̣ⲁ̣ⲣ  ̣ⲃⲱ  ̣ Peut-être ϣⲓ ⲁⲣ ⲋ ⲃⲱⲕ « mesurer six artabes ; va… »

13. Letter concerning a certain anastasios the salt-dealer

Grzegorz Ochała

  • 23 MacCoull, “Coptic Papyri”, pp. 141–160, here p. 144.
  • 24 The papyrus is currently prepared for publication by Isabelle Marthot.

134The text published here has already been mentioned by MacCoull in her article published in 1988. However, she describes it as if it belonged to the same document as P. IFAO Edfou Jarre Inv. 48.23 Although the script is slightly similar, she is obviously incorrect, as the latter text is written on the verso of a Greek account.24

135Due to its incompleteness, uncertainty regarding some readings, and the actual meaning of some terms used by the scribe, the text is difficult to interpret. The sender of the letter, unfortunately unknown by name, appears to be of the same social status as the addressee, whom he addresses as “brother” (l. 14). He evidently was versed in Greek, to which attest both the frequent use of Greek words, some of them quite uncommon (ὑπόληψις, ὑπόστασις, ἀτιμία, σύναρσις), and the fact that he could easily switch between the Coptic uncials and the Greek cursive.

136The addressee is also anonymous, but it can be surmised that it was Papas himself or someone of his rank, as is indicated by the epithet ⲙⲉⲅⲁⲗⲟⲡ( ) (ll. 1 and 14). Another person of the same social group is mentioned here, the “common brother” Christophoros, who is most probably identical with the lord Christophoros attested elsewhere in the archive (see commentary to ll. 6–7 below).

137The letter seems to be dealing with at least three separate matters. The first one (ll. 2–6), of which only fragments have been preserved, is about some fiscal issues and the establishing of a dioikesis by the sender. The second (ll. 6–19) concerns a certain Anastasios the salt-dealer, who seems to be in some kind of financial trouble. And the third (ll. 19–?), even more fragmentary than the first, apparently involves an enormous quantity of olives (for 22 nomismata).

138The second matter is definitely central for the letter, because it occupies half of its length. The sender asks the addressee, probably Papas, to help Anastasios the salt-dealer before the coming winter. The nature of Anastasios’ problems is not clear, but it seems that “the common brother” Christophoros had something to do with it. Christophoros informed the author of the letter that Anastasios “stays on a part (of land/house?) in dishonour (?).” The author of the letter finds Christophoros’ action shameful and disgraceful, all the more so since the latter did it for the sake of reputation and wealth (ⲉⲓⲧⲉ ⲉⲓⲥ ⲩⲡⲟⲗⲩⲙⲯⲓⲛ̣ ⲉⲓⲧⲉ ⲉⲓⲥ ⲩⲡⲟⲥⲧⲁⲥⲓⲥ). This could mean, for example, that Christophoros wrote a kind of delation, perhaps false, against the salt-dealer in order to expel him from his land. That an act of writing was involved is confirmed by the use of the verbs ⲥϩⲁⲓ (l. 8) and ⲧⲁⲙⲟ (l. 9). The verb denoting the action itself is unfortunately illegible in the subscript above line 7. This is not the only time when Christophoros would do something wrong and be reported to Papas: according to P. Apoll. 41, l. 4, he was among the persons who maltreated some people, perhaps fugitives (]ενους ἀδικίω[ς] παρὰ τοῦ κύρου Χριστοφόρω καὶ τῶν διαφό̣[ρων).

139We do not know what kind of relation the author of the letter had with Anastasios. He may indeed have been someone close to him, or represented his affairs, or worked under his jurisdiction. The last two seem more probable on account of similar cases known from the Greek part of the archive. In P. Apoll. 39, Platon, the pagarch of Latopolis, intercedes for one Theodosios, a boatman in his service. In P. Apoll. 44, Pesynthios intervenes on behalf of the farmer Iakob working for him in the north. This latter example is especially interesting in this context, as it uses quite similar rhetoric aimed at softening Papas’ heart: compare ἐπειδὴ ταπεινός ἐστι καὶ ὁλοταλαίπορος καὶ χρείαν ἔχει, “car il est au fond du malheur et de la détresse” (P. Apoll. 44, l. 7), with ⲉⲡⲉⲓⲇⲏ ⲥⲉⲡⲣⲟⲥⲇⲟⲕⲉⲓ ⲉϫⲛ̄ ⲛⲉⲑⲟⲟⲩ ⲉⲛⲁⲓ ⲛ̣ⲁϥ̣, “worse things than these are expected for him” (here, ll. 15–16).

140The two final clauses of this part of the letter (ll. 16–19) seem to contain the sender’s proposition of how the addressee could help Anastasios: he could either give him a sum of money, apparently mentioned in a guarantee document, in order to repair his reputation and wealth (ⲉⲓⲥ ⲩⲡⲟⲗⲩⲙⲯⲓⲛ̣ ⲕ̣ⲁ̣ⲓ̣ ⲉⲓⲥ ⲩⲡⲟⲥⲧⲁⲥⲓⲥ), or reduce his taxes “a little bit” (ⲛⲟⲩ̣ⲕ̣ⲟ̣ⲩⲓ̈).

141The interpretation presented above is, of course, disputable, as the meaning of certain words and phrases is ambiguous (see the commentaries below). It may well be that the role of Christophoros was not as negative as I picture it here.

P. IFAO Edfou Jarre Inv. 23
16 × 17 cm

[fig. 6-7]

142Incomplete rectangular papyrus sheet with two corners (upper on the recto, lower on the recto) and a large part of one longer margin (upper on the recto, lower on the verso) missing. The other longer margin is preserved completely and both side margins are preserved in half of their length. Papyrus is light brown in colour, apart from the bottom part of the verso which is slightly darker.

143The text is written with brown ink, which is stronger in some places, clearly marking the moments when the scribe dipped the kalamos in the inkpot. By contrast, the writing is very faint just before those places. In addition, in some places the ink is blurred, which makes it difficult to decipher the text, notably in the subscript above line 7 of the recto, the middle of line 9 of the recto, and line 8 of the verso.

144The script is globally bilinear, with numerous cursive elements, most notably in words of Greek origin. Note, in particular, the minuscule delta in ⲉ̣ⲙ̣[ⲡ]ⲟ̣ⲇⲓⲍⲉ (l. 5) and ⲡⲣⲟⲥⲇⲟⲕⲉⲓ (l. 15), and pi marking the abbreviation in ⲙⲉⲅⲁⲗⲟ (l. 14).

145The papyrus is written on both sides, with the text on the verso turned by 180º. No address has been preserved.

Fig. 6. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 23 recto.

Fig. 6. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 23 recto.

Fig. 7. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 23 verso.

Fig. 7. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 23 verso.

146Recto

↓    [Image ϯⲡⲣⲟⲥⲕⲩⲛ]ⲉ̣ⲓ ⲛ̄ⲧⲉⲧⲛⲙⲉⲅⲁ̣ⲗ̣[ⲟⲡ( ) ⲛ̄ϫⲟⲉⲓⲥ ⲛ̄ⲥⲟⲛ]

     [         12–13    ⲭ]ⲣ̣ⲉ̣ⲓ̣ⲁ ⲧⲉ̣[       13–14      ]

     [   4–5   ]  ̣  ̣  ̣[3–4]  ̣  ̣ⲉ̣ⲓϭⲛ̄ ⲑⲉ ⲛ̄ⲉ̣ⲓ ⲉ̣ⲣ̣ⲏⲥ ⲛ̄ⲧⲁ̣  ̣  ̣[4–5]

     [   4–5   ]ⲡ̣ϩⲱϥ ⲛ̣̄ⲛ̣ⲇⲏ̣ⲙⲟ(ⲥⲓⲟⲛ) ⲉⲧⲃⲉ ⲡⲉⲓϩⲱⲃ ⲅⲁ̣ⲣ̣[ ⲙⲡⲣ-]

5   [vac.?]ⲉ̣ⲙ̣[ⲡ]ⲟ̣ⲇⲓⲍⲉ ⲉⲣⲟϥ ⲉⲡⲉⲓ ⲕⲛⲁϩⲉ ⲉⲣⲟⲥ ⲉⲁⲓⲥⲙⲛ

     ⲧ̣ⲉ̣ⲇ̣ⲓⲟⲓⲕⲏⲥⲓⲥ ⲉⲧⲃⲉ ⲛⲉⲛⲧⲁⲡⲕⲟⲓⲛ̣ⲟⲥ ⲛ̄ⲥⲟⲛ

     ⲡⲕⲩⲣ(ⲓⲟⲥ) ⲭⲣⲓⲥⲧⲟⲫⲟⲣⲟⲥ ⸌  ̣  ̣  ̣ⲉ̣ ⲙ̣ⲙ̣ⲟ̣ⲟ̣ⲩ̣⸍ ⲟⲩϣ̣ⲓ̣ⲡ̣ⲉ ⲙⲛ̄ ϣⲗⲟϥ

     ⲡⲉ ⲥϩⲁⲓⲥⲟⲩ ⲉⲓⲧⲉ ⲉⲓⲥ ⲩⲡⲟⲗⲩⲙⲯⲓⲛ̣ ⲉⲓⲧⲉ

     ⲉⲓⲥ ⲩⲡⲟⲥⲧⲁⲥⲓⲛ̣ ⲁϥ̣ⲧ̣ⲁ̣ⲙⲟⲓ̈ ⲅⲁⲣ ϫⲉ ⲁⲛⲁⲥⲧⲁⲥ̣ⲓⲟⲥ̣

10 ⲡⲥⲁ ⲛϩⲙⲟⲩ ⲁϩⲉ ⲉⲣⲁⲧϥ ϩⲓ ⲟⲩⲙⲉⲣⲟⲥ ϩⲛ̄ ⲛ̄-

     ⲁⲧⲓⲙⲓⲁ ϩⲛ̄ ⲧⲙⲏⲧⲉ ⲛ̄ⲧⲡⲟⲗⲓⲥ ⲉⲧ̣ⲃ̣ⲱ ⲏ ̣[  ̣?]

147Verso

→     10–11    ⲁ̣ⲩ̣ⲱ  ̣  ̣  ̣ϥ̣[  ̣]  ̣  ̣ⲭ̣  ̣ ⲁⲩ̣ⲱ ϥⲭ̣ⲣⲉ̣ⲓⲁ̣

     ⲧⲉⲛⲟⲩ ⲛ̄ⲟⲩⲛⲟϭ ⲛ̄ⲥⲩⲛⲁⲣⲥⲓⲥ ϩⲓⲧⲛ ⲧⲉⲧⲛ-

     ⲙⲉⲅⲁⲗⲟⲡ( ) ⲛ̄ϫⲟⲉⲓⲥ ⲛ̄ⲥⲟⲛ ϣⲁⲛⲧϥⲡⲁⲣⲁⲅⲉ

15 ⲙ̄ⲡⲉⲓⲭⲩⲙⲱⲛ ⲉⲡⲉⲓⲇⲏ ⲥⲉⲡⲣⲟⲥⲇⲟⲕⲉⲓ

     ⲉϫⲛ̄ ⲛⲉⲑⲟⲟⲩ ⲉⲛⲁⲓ ⲛ̣ⲁϥ̣ ⲉⲧⲃⲉ   ̣[ ca. 4 ]

     ⲛ̄ⲛⲟⲩⲃ ⲛ̄ⲧⲁⲥⲫⲁⲗⲉⲓⲁ ⲉⲓⲥ ⲩⲡⲟⲗⲩⲙⲯⲓⲛ̣

     ⲕ̣ⲁ̣ⲓ̣ ⲉⲓⲥ ⲩⲡⲟⲥⲧⲁⲥⲓⲥ ⲕⲁⲛ ⲟⲩ̣ⲛ̣̄ⲧⲉⲧⲛ ⲥ̣  ̣[ ca. 4 ]

     [  ̣]  ̣  ̣[  ̣  ̣]ⲉ̣ⲃ̣ⲟ̣ⲗ̣ ⲛ̣ⲛ̣ⲇ̣ⲏ̣ⲙ̣ⲟ̣(ⲥⲓⲟⲛ) ⲛⲟⲩ̣ⲕ̣ⲟ̣ⲩⲓ̈ ⲥϩⲁⲓ ⲛ  ̣[ ca. 4 ]

20 [  ̣  ̣  ̣  ̣]  ̣  ̣ϫⲟ̣ⲉ̣ⲓ̣ⲧ ⲉⲣⲟⲓ̈ ϩⲁ ⲛⲟ(ⲙⲓⲥⲙⲁ) ⲕⲃ ϩⲁ ⲛ̣  ̣[ ca. 4 ]

     [        8–10        ]  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣[       9–10         ]

     [        10–12      ]  ̣  ̣  ̣  ̣ⲛ̣  ̣  ̣[            9–10         ]

     [    7–9    ]  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣ⲧ̣  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣  ̣[         9–10         ]

1 προσκυνει, ⲙⲉⲅⲁ̣ⲗ̣[ⲟ pap. μεγαλοπρέπεια or μεγαλοπρεπέστατος ‖ 2 χρεία ‖ 4 ⲇⲏ̣ⲙ⳽ pap. δημόσιον, γάρ ‖ 5 ἐμποδίζειν, ἐπεί ‖ 6 διοίκησις, κοινός ‖ 7 ⲕⲩⲣ⳽ pap. κύριος, ⲟⲩϣ̣ⲓ̣ⲡ̣ⲉ corr. ex ⲟⲩϩⲓ̣ⲥ̣ⲉ ‖ 8 εἴτε εἰς ὑπόληψις εἴτε ‖ 9 εἰς ὑπόστασις, γάρ, ⲁⲛⲁⲥⲧⲁⲥ̣ⲓⲟ̣ pap. ‖ 10 μέρος ‖ 11 ἀτιμία, πόλις ‖ 12 χρεία ‖ 13 σύναρσις ‖ 14 ⲙⲉⲅⲁⲗⲟ pap. μεγαλοπρέπεια or μεγαλοπρεπέστατος ‖ 15 χειμών, ἐπειδή, προσδοκᾶν (?) ‖ 17 ἀσφάλεια, ὑπόληψις ‖ 18 καί εἰς ὑπόστασις κἄν ‖ 19 ⲇ̣ⲏ̣ⲙ̣̣⳽ pap. δημόσιον ‖ 20 ⲛ pap. νόμισμα

[† I] greet your [lordly and brotherly] magnificence […] need […] I find way to go to the south […] the thing of the taxes. For concerning this thing, [do not (?)] prevent him, because you will find that I established the dioikesis. Concerning the things that the common brother lord Christophoros […], it is shame and disgrace to write them either for reputation or for fortune. For he (sc. Christophoros) told me that Anastasios the salt-dealer stays on a part (of land/house?) in dishonour (?) in the middle of the town of Edfu […] and […] and he needs now a great help from your lordly and brotherly magnificence, until he spends this winter, since worse things than these are expected for him. Because of [that (?) …] the gold of the guarantee for reputation and (?) for fortune, at least you (pl.) have […] away the taxes a little bit. Write [me (?) …] olives for me for 22 nomismata […]

1481. [Image †ⲡⲣⲟⲥⲕⲩⲛ]ⲉ̣ⲓ is reconstructed on the basis of P. IFAO Edfou Jarre Inv. 2 + 7 + 29a and P. Apoll. fr. 11 copte.
ⲛ̄ⲧⲉⲧⲛⲙⲉⲅⲁ̣ⲗ̣[ⲟⲡ( ) ⲛ̄ϫⲟⲉⲓⲥ ⲛ̄ⲥⲟⲛ] The phrase is reconstructed on the basis of the same phrase found in lines 2–3 of the verso.

1493. ⲉ̣ⲓϭⲛ̄ We expect ϣⲁⲛⲧ before, but the traces do not seem to fit it.

1506. ⲧ̣ⲉ̣ⲇ̣ⲓⲟⲓⲕⲏⲥⲓⲥ According to Förster, WB, ⲇⲓⲟⲓⲕⲏⲥⲓⲥ can have different meanings, “Verrechnung von Geldern, Verwaltung privaten Besitzes; Steuerzahlung; Haushalt, Verwaltung; Anordnung.” For the Greek part of the archive, Rémondon supposed that this is an official term for a pagarchy (P. Apoll. 9, l. 10 n.), and MacCoull, « Coptic Papyri », p. 144, seems to follow this opinion. The context, however, clearly excludes such a meaning here: dioikesis is something established or fixed by the author of the letter and obviously cannot be a territorial unit of any size. The mention of demosion in line 4 rather points to a meaning connected to taxation.

1516–7. ⲡⲕⲟⲓⲛ̣ⲟⲥ ⲛ̄ⲥⲟⲛ| ⲡⲕⲩⲣ(ⲓⲟⲥ) ⲭⲣⲓⲥⲧⲟⲫⲟⲣⲟⲥ MacCoull, « Coptic Papyri », p. 144, transcribed (ⲉⲧⲃⲉ … ⲡⲕⲁⲓⲣⲟⲥ) ⲇⲓⲟⲓⲕⲏⲥⲓⲥ, in which ⲡⲕⲁⲓⲣⲟⲥ seems to be a misreading of ⲡⲕⲟⲓⲛ̣ⲟⲥ. This confusion must have been caused by the occurrence of ⲡⲕⲁⲓⲣⲟⲥ in P. IFAO Edfou Jarre Inv. 48, which she mistakenly treated as belonging to the same document (see the introduction above).
The adjective κοινός has numerous attestations in Coptic, but has so far been unattested in connection with nouns denoting family members. Such a use must have been transplanted directly from the Greek papyri, where it was common in the 6th–7th centuries, including the archive of Papas. As for the meaning of the epithet, while most editors render it literally as “common,” Rémondon seems to treat it as an equivalent of the possessive pronoun (thus also, e.g., P. Gen. IV 168, ll. 1, 8, 14). He, moreover, adapts the translation according to his understanding of the context of a given document: τὴν [κοι]νὴν μητέραν, “la mère” (P. Apoll. 37, l. 3); ὁ κοινὸς ἀδελφὸς, “son frère” (P. Apoll. 39, l. 5); τὸν κοινὸν ἀδελφ[ὸν], “votre frère” (P. Apoll. 46, l. 11); τὴν κ[οιν]ὴν ἀδελφ(ήν), “ma sœur” (P. Apoll. 62, l. 1); κοινὸν ἀδελφόν, “votre frère” (P. Apoll. 64, l. 8); κοινὸν ἀδελφόν καὶ τὰ κοινὰ τέκνα, “votre frère et vos enfants” (P. Apoll. 65, l. 8); τὴν κοινὴν θυγατ[έ]ρ[α], “notre fille” (P. Apoll. 72, l. 1); κοινῶν ἀδελφῶν καὶ φίλων, “ses frères et amis” (P. Apoll. 72, l. 7). In this way, he creates an illusion that there might have been family bonds between some people, which is not necessarily the case. This is evident for the “common lord” Ioannes, who occurs almost exclusively in greetings sent to him via Papas: P. Apoll. 14, l. 13 (τὸν κοινὸν ἀδελφὸν τὸν κύριον Ἰωάννην); P. Apoll. 16, l. 5 ([τὸν] κοιν[ὸν ὑμῶν θεοφύ]λ[α]κ[τ]ον ἀδελφ[ὸν τὸν κύριον Ἰωάννην]); P. Apoll. 46, l. 11 (τὸν κοινὸν ἀδελφ[ὸν] τὸν κύριον Ἰωάννην); P. Apoll. 42, l. 11 (ὑμ[ῶν] τὸν περίβλεπτον ὑμῶν ἀδελφὸν τὸν περίβλεπτον κῦριν Ἰωάννη[ν); P. IFAO Edfou Jarre Inv. 113 [= 95, +2], ll. 3–4 (ⲙⲛ ⲛⲕⲟⲓⲛ̣[ⲟⲥ ⲛⲥⲟⲛ]| ⲡ̣ⲕⲩⲣ(ⲓⲟⲥ) ⲓ̈ⲱⲁⲛⲛ̣ⲏⲥ̣); and P. IFAO Edfou Jarre Inv. 20 + 41 + 64 + 76 + 120 + 349, ll. 3–4 ([ⲡ]ⲁ̣ϫⲟⲉⲓⲥ ⲛⲙⲉⲅⲁⲗⲟⲡⲣⲉⲡ̣ⲟⲩⲥⲧⲁⲧⲟⲥ ⲉⲧⲧⲁⲏ̣ⲟⲩ ⲕⲁⲧⲁ ⲥⲙⲟⲧ ⲡⲕⲩⲣ(ⲓⲟⲥ) ⲓ̈ⲱⲁ(ⲛⲛⲏⲥ)) and 57 (ⲡⲙⲉⲅⲁⲗⲟⲡⲣⲉ(ⲡⲉⲥⲧⲁⲧⲟⲥ) ⲛϫⲟⲉⲓⲥ ⲡⲕⲩⲣⲟⲥ ⲓ̈ⲱⲁ(ⲛⲛⲏⲥ)). His name can also be surmised in P. Apoll. 64, l. 8, where an anonymous τὸν θεοφύλ(ακτον) κοινὸν ἀδελφόν is greeted by the sender. Although it is not entirely certain, we are most probably dealing with one and the same man, whom Rémondon believed to be Papas’ real brother. However, apart from the use of ὑμῶν in some cases, which should be treated as a normal polite form rather than the true possessive pronoun, there is no other indication of family relations between the two.
The occurrence of the term in the Coptic texts from the archive also seems to contradict Rémondon’s interpretation. Apart from the present text and P. IFAO Edfou Jarre Inv. 113 [= 95, +2], ll. 3–4, mentioned above, it is attested in yet another papyrus, P. IFAO Edfou Jarre Inv. 27: ]ⲕ̣ⲟⲓⲛⲟⲥ ⲛ̄ϣⲏⲣⲉ (it should perhaps be reconstructed also in P. IFAO Edfou copte jarre Inv. 3 [verso of P. Apoll. 103]: [ⲕⲟⲓⲛⲟⲥ ⲛ]ϣ̣ⲏⲣⲉ). It seems improbable that, if its meaning had really been possessive, it would not have been rendered by the possessive article.
A hint to the actual meaning of the epithet is provided by the persons who are thus titled in the archive. Ioannes, mentioned above, is not identified with any official title, but the epithets that accompany his name (περίβλεπτος in P. Apoll. 42, l. 11, and μεγαλοπρεπέστατος in P. IFAO Edfou copte jarre Inv. 20 + 41 + 64 + 76 + 120 + 349, ll. 3–4 and 57) reveal that he had the same social status as Papas. He may even have been another pagarch.
The “common brother” Christophoros is most probably identical with κύρος Χριστόφορος, who occurs in the Greek documents in the archive: P. Apoll. 37, ll. 8–9 (τῷ κύρῳ Χριστοφόρῳ); 39, ll. 9 and 10 (ὁ κύρος Χριστόφορος); 41, l. 4 (τοὐ κύρου Χριστοφόρου); 48, l. 4 (τὸν κύρον Χριστοφόρον); 86, l. 2 (τοὐ κύρου Χριστοφόρου). In one case, P. Apoll. 39, he may be designated as a “common brother.” In line 5 of this letter we find ὁ κοινὸς ἀδελφὸς ὁ κύρ[ος, with the name lost in the lacuna, but since κύρος Χριστόφορος is mentioned further in the text in lines 9 and 10, his name may well be reconstructed here. Rémondon (P. Apoll. 37, ll. 7–8 n.) notes that Christophoros may be another pagarch, but that his competence seems higher than that of the remaining pagarchs. He thus suggests that he might have been a topoteretes. There is, however, no evidence to support this claim.
Taking all of this into account, it seems that the designation “common brother” should be understood in terms of social position rather than family relations, as describing persons of equal status, possibly even fulfilling the same or similar functions. This use must have been extended to other members of their families, too: mothers, sisters, and children.

1527. ⸌  ̣  ̣  ̣ⲉ̣ ⲙ̣ⲙ̣ⲟ̣ⲟ̣ⲩ̣⸍ The author of the letter apparently forgot to write the verb and the resumptive pronoun referring to the ⲛ- at the beginning and he added them later on above the line. Unfortunately, the verb is illegible.
ⲟⲩϣⲗⲟϥ The shape of the final ϥ is strange and rather resembles a ⲝ as we frequently find it in late Nubian texts (cf. A. Łajtar, G. Ochała, “An Unexpected Guest in the Church of Sonqi Tino (Notes on Medieval Nubian Toponymy 3)”, Dotawo 4, 2017, pp. 257–268, here p. 260). The word ϣⲗⲟⲝ, however, exists only in Bohairic, where it designates “sharpened thing, spike; pointed, forked flame, ray,” a completely nonsensical meaning in this context. We must be, therefore, dealing with a ϥ here. A similar shape of ϥ, although not with such a closed loop as here, can be found in ⲉⲣⲟϥ in line 5.

1537–8. ⲟⲩϣ̣ⲓ̣ⲡ̣ⲉ ⲙⲛ̄ ϣⲗⲟϥ| ⲡⲉ ⲥϩⲁⲓⲥⲟⲩ It is uncertain to what ⲥϩⲁⲓⲥⲟⲩ refers here: is it the scribe’s own words (viz. “I find it shameful and disgraceful to have to write about these things”) or the thing that Christophoros writes (viz. “I find it shameful and disgraceful that he wrote such things”)? In the latter case, which is more tempting, the verb in line 7 (  ̣ ̣ ̣ⲉ̣) would have to be somehow connected with the act of writing. It would also explain the use of the plural -ⲥⲟⲩ, which would refer to the same thing as ⲛ- in ⲛⲉⲛⲧⲁ (l. 6) and -ⲟⲩ in ⲙⲙⲟⲟⲩ (l. 7).

1548–9. ⲉⲓⲧⲉ ⲉⲓⲥ ⲩⲡⲟⲗⲩⲙⲯⲓⲛ̣ ⲉⲓⲧⲉ | ⲉⲓⲥ ⲩⲡⲟⲥⲧⲁⲥⲓⲛ̣ An almost identical phrase can be found in the Greek letter P. Fouad 85 recto, l. 1 (6th/7th cent. AD; unknown provenance), moreover, with the same spelling of ὑπόλυμψειν for ὑπόληψιν: καὶ εἰς ὑπόλυμψειν καὶ εἰς ὑπόστασειν, “(tu devais ainsi […] tout perdre) en réputation et en fortune;” the two nouns are repeated in the next line, in a reverse order: οὔπω λέγω περὶ ὑποστάσεως καὶ ὑπολύμψεως, “je laisse de côté ta fortune et ta réputation.” The fact that P. Fouad 85 and the present document are the only attestations in Greek and Coptic documentary papyri of both terms occurring side by side and the identical spelling ὑπόλυμψ- found in both of them strongly suggest that P. Fouad 85 also originated from Edfu.
The term ἡ ὑπόληψις appears to be a hapax in Coptic documents, and in the Greek ones it occurs only eight times, most of them dated to the 1st century BC and 1st century AD; there are only two later papyri: P. Cair. Masp. II 67151 (Antinoopolis, AD 570), l. 46: ὑπολήψεως ἀντιποιουμένων, “claiming that they were of good reputation” (transl. in M. Nowak, Wills in the Roman Empire: A Documentary Approach, JJP Supplement 23, Warsaw, 2015, pp. 420–433) and P. Fouad 85. The word has various meanings, of which in papyri are attested “reputation; subvention, subsidy (?); taking over (?); payment in advance (?).” ἡ ὑπόστασις is, on the other hand, well attested in Coptic documents with the meaning “wealth, fortune, property” (Förster, WB). Interestingly, it appears to be used exclusively in legal texts, and the present papyrus would be its first attestation in a letter.
The whole expression seems to be a Greek idiomatic phrase (note the use of the Greek preposition εἰς apparently unattested in Coptic linguistic context: see Förster, WB, and Gertrud Bauer Zettelkasten Online), but its source cannot be traced in either legal or literary language. Its meaning is not entirely clear here. MacCoull, « Coptic Papyri », p. 144, translated the whole passage including the fragment in question “[…] having written (them) down/inscribed (them) [the responsible tax-payers of Edfu] either for good repute or for property.” While such a translation of the phrase, clearly based on P. Fouad 85, may indeed be right, connecting it to inscribing the tax-payers is definitely incorrect; no tax-payers are in fact mentioned in the text, only taxes, which, moreover, seem to belong to a separate issue (see the introduction above). Moreover, the verb ⲥϩⲁⲓ certainly does not have here the technical meaning of inscribing someone in a list (see the commentary above). Structurally, this phrase is undoubtedly linked with the previous one, ⲟⲩϣ̣ⲓ̣ⲡ̣ⲉ ⲙⲛ̄ ϣⲗⲟϥ ⲡⲉ ⲥϩⲁⲓⲥⲟⲩ, meaning “writing such things in order to obtain reputation and wealth is shameful and disgraceful.”
The same terms recur in lines 17–18 on the verso, although phrased with ⲕⲁⲓ instead of ⲉⲓⲧⲉ […] ⲉⲓⲧⲉ […] If this is indeed an idiomatic expression, their meaning should be the same.

15510. ⲁⲛⲁⲥⲧⲁⲥ̣ⲓⲟⲥ̣ | ⲡⲥⲁ ⲛϩⲙⲟⲩ Anastasios the salt-dealer has not been attested elsewhere in the archive. Surprisingly, while Edfu seems to have been an important supplier of salt and nitre, which were subject to requisition by the government (see P. Apoll. 95 A, ll. 11 and 12 n.), salt itself and the people who traded in it are virtually absent from the archive. The only other attestation is SB XX 14282 = P. Princ. III 140 recto, 1, l. 15, where a certain Azaria the salt-dealer is mentioned. Interestingly, both Anastasios and Azaria appear to be regular merchants, not working for the government. The evidence from other places is equally scanty: a graffito from Bawit mentioning an anonymous salt-dealer (J. Clédat, Le monastère et la nécropole de Baouît, MIFAO 12, Cairo, 1904, p. 100, no. XXI); two lists of names from the monastery of Jeremiah at Saqqara mentioning Ioannes (wall inscription; J.E. Quibell, H. Thompson, W. Spiegelberg, Excavations at Saqqara (1907–1908), Cairo, 1909, pp. 53–54, no. 89) and Menas (?) (ostrakon; ibid., p. 72, no. 158), both labelled ⲡⲓϩⲙⲟⲩ, standing most probably for ⲡⲥⲁ ⲛϩⲙⲟⲩ (ibid., n. 7 on p. 54); and the ostrakon O. Sarga 164, a work contract issued by the monastery of Apa Thomas for one Psynhor the salt-dealer.

15610–11. ⲁϩⲉ ⲉⲣⲁⲧϥ ϩⲓ ⲟⲩⲙⲉⲣⲟⲥ ϩⲛ̄ ⲛ̄|ⲁⲧⲓⲙⲓⲁ The meaning of this phrase is not at all clear. First, ⲁϩⲉ ⲉⲣⲁⲧ⸗ means “to stand,” but it also is attested elsewhere in the archive with the meaning “to appear before the court” (P. Apoll. 74 recto, l. 15). Second, ⲙⲉⲣⲟⲥ, which usually is translated as “part, share, portion,” can also mean, among other things, “party (in a lawsuit)” (Förster, WB, s.v. [7]). And third, the Greek word ἡ ἀτιμία has so far been unattested in Coptic papyri; it is also very rare in Greek documents (four attestations dated to the 2nd–3rd century AD). According to LSJ, ἡ ἀτιμία means “dishonour, disgrace; deprivation of privileges.” Such a meaning would nicely match “shame and disgrace” from line 7, but is otherwise quite cryptic, all the more so since the word occurs here in the plural.
Taking all of the above into account, two translations can be proposed: “Anastasios stays on a part (of land/house?) in dishonour (?)” or “Anastasios appears in court concerning a party (in a lawsuit) in dishonour (?).” The former seems slightly more preferable because of the following ϩⲛ̄ ⲧⲙⲏⲧⲉ ⲛ̄ⲧⲡⲟⲗⲓⲥ ⲉⲧ̣ⲃ̣ⲱ, indicating a topographical reality behind the whole phrase, and has therefore been chosen for the translation above.
One also wonders whether the “dishonour (?)” should be understood here subjectively, that is Anastasios does something dishonourable, or objectively, that is Anastasios is in dishonour because of somebody else’s actions. The latter seems more plausible in view of what is said in lines 6–9, in which case Christophoros would be Anastasios’ wrongdoer.

15712. Here the author of the letter seems to continue the description of Anastasios’ situation. Unfortunately, no coherent text can be read.

15812–13. ⲁⲩ̣ⲱ ϥⲭ̣ⲣⲉ̣ⲓⲁ̣ | ⲧⲉⲛⲟⲩ ⲛ̄ⲟⲩⲛⲟϭ ⲛ̄ⲥⲩⲛⲁⲣⲥⲓⲥ The position of ⲧⲉⲛⲟⲩ between the verb and the direct object is striking, as we expect it rather at the beginning of the phrase. It must fulfil here a rhetorical function emphasising the urgency of the request to help Anastasios. This, moreover, goes very well with the phrase ⲉⲡⲉⲓⲇⲏ ⲥⲉⲡⲣⲟⲥⲇⲟⲕⲉⲓ | ⲉϫⲛ̄ ⲛⲉⲑⲟⲟⲩ ⲉⲛⲁⲓ ⲛ̣ⲁϥ̣ in lines 15–16, which in a very subtle way exercises pressure on the addressee.

15913. ⲥⲩⲛⲁⲣⲥⲓⲥ is also found in P. IFAO Edfou Jarre Inv. 5 + 26, l. 11, and Inv. 30, ll. 4 and 6.

16015. ⲥⲉⲡⲣⲟⲥⲇⲟⲕⲉⲓ This could be either the Greek προσδοκέω, “to trust,” or προσδοκάω, “to expect.” In the former case, the translation would be: “Since they trust in (all) bad things to have pity on them (viz. they trust that you will have pity on them in all bad things?) concerning (the sum?) of the gold of the document.” This, however, would be an unusual construction, as ⲡⲣⲟⲥⲇⲟⲕⲉⲓ is normally followed by ϫⲉ introducing an object clause (“They trust that…”) and in our text it would be complemented by the infinitive ⲉ-ⲛⲁⲓ, “in order to have mercy,” without introducing the other subject, as if referring to the subject of the main sentence (“they”). The identification of ⲡⲣⲟⲥⲇⲟⲕⲉⲓ with προσδοκάω seems more probable from the grammatical point of view, even though this verb has so far been attested only in the form ⲡⲣⲟⲥⲇⲟⲕⲁ (see Förster, WB).

16116–17. ⲉⲧⲃⲉ   ̣[ ca. 4 ] | ⲛ̄ⲛⲟⲩⲃ ⲛ̄ⲧⲁⲥⲫⲁⲗⲉⲓⲁ We expect ⲉⲧⲃⲉ ⲡ̣[ⲁⲓ or ⲉⲧⲃⲉ ⲛ̣[ⲁⲓ plus a short verb in imperative, e.g. †.

16217–18. ⲉⲓⲥ ⲩⲡⲟⲗⲩⲙⲯⲓⲛ̣| ⲕ̣ⲁ̣ⲓ̣ ⲉⲓⲥ ⲩⲡⲟⲥⲧⲁⲥⲓⲥ See commentary to lines 8–9.

16318. ⲕⲁⲛ does not seem to have here its usual meaning “even if.” According to Gertrud Bauer Zettelkasten Online, the meaning “at least” is attested three times in Coptic literary texts (ID 5498: Pierpont Morgan 609, fol. 64v a 17; ID 5499: Sh. III 66, 6; and ID 5500: Sh. III 115, 11).
ⲟⲩ̣ⲛ̣̄ⲧⲉⲧⲛ ⲥ̣  ̣[ ca. 4 ] Perhaps ⲟⲩ̣ⲛ̣̄ⲧⲉⲧⲛ ⲥ̣ⲟ̣[ⲩ, “you have them.”

16419. [  ̣]  ̣  ̣[  ̣  ̣]ⲉ̣ⲃ̣ⲟ̣ⲗ̣ ⲛ̣ⲛ̣ⲇ̣ⲏ̣ⲙ̣ⲟ̣(ⲥⲓⲟⲛ) ⲛⲟⲩ̣ⲕ̣ⲟ̣ⲩⲓ̈ Perhaps [ⲕ]ⲱ̣ ⲛ̣[ⲁϥ] ⲉ̣ⲃ̣ⲟ̣ⲗ̣ etc., “take away from him a little bit.”
ⲥϩⲁⲓ ⲛ  ̣[ ca. 4] Perhaps ⲥϩⲁⲓ ⲛⲁ̣[ⲓ, “write me.”

16520. [  ̣  ̣  ̣  ̣]  ̣  ̣ϫⲟ̣ⲉ̣ⲓ̣ⲧ ⲉⲣⲟⲓ̈ ϩⲁ ⲛⲟ(ⲙⲓⲥⲙⲁ) ⲕⲃ Olives have so far not been attested in the dossier of Papas in either Greek or Coptic. The price of 22 nomismata seems inordinately high for olives and would mean that an enormous quantity was at stake, which is hard to believe in the context of a private letter. In Coptic texts, olives occur only in small amounts: e.g. P. Lond. Copt. I 1163 (Hermoupolites, undated), l. 9: ⲧⲉⲣⲛⲏⲥⲛ̄ ⲛϫⲟⲉⲓⲧ; SB Kopt. II 1038 (unknown provenance; 7th–8th cent.?), l. 4: ⲟⲩϩⲟⲧⲥ̄ ⲛ̄ϫⲟⲉⲓⲧ. We may be dealing here with olive trees (ⲛ̄ⲃⲱ ⲛ̄ϫⲟⲉⲓⲧ) or an olive orchard (ϣⲛⲏ ⲛ̄ϫⲟⲉⲓⲧ or the like), but no comparative material exists to verify this.

14. Lettre de kometos à papas

Esther Garel

166Un certain Kometos écrit à Papas pour lui signifier qu’il lui envoie un messager et pour lui demander de régler un conflit concernant des contrats de location de terres. Le contenu de la lettre est très elliptique et laisse penser que Mousaios, le messager en question, était porteur de renseignements supplémentaires. Mousaios, désigné comme le « serviteur » de Papas, pourrait être l’un de ses agents (voir note l. 1) et se trouve au nord d’Edfou avec l’expéditeur de la lettre. On comprend qu’un groupe de gens (voir le pluriel l. 2 et 5), qui se trouvent, eux, au sud d’Edfou, doivent venir voir Papas avec leurs contrats de location (ⲙⲓⲥⲑⲱⲥⲓⲥ l. 2 et 6) afin de se faire rembourser leurs impôts (ⲁⲡⲟⲗⲟⲅⲓⲍⲉ l. 2 et 5) qui n’auraient donc vraisemblablement pas dû être payés par eux. La phrase de la ligne 3, « Nous voulons la moitié de nos récoltes », laisse penser que c’est ce qu’ils ont demandé en compensation du paiement des impôts. Le partage des récoltes dans le cadre des misthôseis était en effet pratiqué à Edfou (voir P. Apoll. 57).

167D’après les informations données par la lettre, l’affaire peut être reconstruite selon deux hypothèses :

  1. Kometos, comme son père avant lui, est le propriétaire des terres en question. Le père de Kometos avait donné en location des champs à des gens, qui ne sont pas nommés ici, selon des conditions particulières. Les locataires demandent une modification des termes du contrat et souhaitent recevoir la moitié des récoltes, vraisemblablement en compensation du paiement de l’impôt (l. 3). Or, Kometos n’est pas prêt à faire cette modification, maintenant que son père est mort. Il demande donc à Papas, en sa qualité de pagarque, de rembourser leurs impôts aux locataires, « selon la force légale de leurs misthôseis », ce qui laisse penser qu’il n’était pas prévu par le contrat que les impôts soient payés par eux, mais plutôt par le propriétaire.
  2. Une autre possibilité est que cette lettre ait trait aux activités de Papas comme grand propriétaire et concerne plutôt l’économie privée. Kometos serait alors un intendant ou un fondé de pouvoir qui gère les affaires de Papas et qui lui envoie un agent, Mousaios, pour lui fait part d’un problème survenu sur ses domaines.
  • 25 Sur l’emploi de δεσπότης et κύριος – dont le copte ϫⲟⲉⲓⲥ est l’équivalent – comme marqueur social (...)

168Le ton général de la lettre nous semble plaider plutôt en faveur de la première hypothèse. En effet, les épithètes appliquées à Papas ainsi que l’absence de formule de politesse introductive permettent de préciser la position relative de son correspondant par rapport à lui. Il s’adresse à Papas en l’appelant « seigneur » et « frère », aussi bien dans le texte copte que dans l’adresse grecque25. C’est aussi la manière dont les notarioi du topotérète s’adressent à lui dans les documents grecs et qui semble indiquer que le correspondant de Papas est son égal sur le plan social. Il ne s’agit pas forcément ici d’un membre de l’administration ; vu le sujet de la lettre, un contentieux touchant à une location de terrain agricole, il pourrait s’agir d’un propriétaire terrien appartenant à la même catégorie sociale que Papas.

P. IFAO Edfou Jarre Inv. 39 + 50
29,3 × 11,7 cm

[fig. 8-9]

169Coupon de papyrus de couleur brun clair. Le papyrus a été remonté à partir de deux fragments principaux. Les marges de gauche, du haut et du bas sont conservées. Il manque une petite portion de texte à droite. Le papyrus s’est brisé le long des pliures verticales qui interviennent tous les 6 cm environ ; il manque la dernière pliure à droite ainsi que l’avant-dernière aux lignes 1 et 2. Des traces de pliures horizontales sont également visibles tous les 1,5 cm environ. Le papyrus est endommagé dans sa partie centrale, des lignes 2 à 5.

170L’écriture est quadrilinéaire, très ligaturée et très exercée. Le scribe a laissé un espace d’environ 1 cm entre deux lignes. Le système des diacritiques est développé et complexe : les ⲛ sont surmontés de surlignes descendantes très courtes et décalées vers la droite, même lorsqu’ils ne sont pas en position de sonante autosyllabique (voir l. 3 ⲛ̣ⲛ̣ⲉⲛⲅⲉⲛ̣̄ⲏ̣[ⲙ]ⲁ, l. 6 ϣⲁⲛⲧⲁⲛ̄ⲁⲁⲩ, l. 1 ⲁⲓⲧⲛ̄ⲟⲟⲩ) ; le tréma est réduit à un point placé à droite du iota (l. 3 ⲛ̄ⲧⲁϊⲥⲱⲧⲙ, l. 4 ⲙⲁϊⲥⲙⲛ̣[ⲧⲟⲩ]) ; le ϣ est régulièrement suivi d’une diastole, y compris à l’intérieur d’un mot (l. 1 ϣ’ⲁ, l. 3 [ⲧ]ⲛⲟⲩⲱϣ̣’, l. 6 ϣ’ⲁⲛⲧⲁⲛⲁⲁⲩ) ; sous la même forme, le scribe utilise parfois des séparateurs de mots (voir l. 3 ⲛ̄ⲧⲁϊⲥⲱⲧⲙ’, l. 4 ⲟⲩⲛ’) ; enfin une longue surligne de forme arrondie est employée à deux reprises, vraisemblablement pour marquer une unité de mot (l. 4 ⲉϥⲟⲛϩ̅, ⲛ̣̄ⲙⲙⲁ̅ⲁⲩ). Le verso porte l’adresse rédigée en grec. Les deux noms du destinataire et de l’expéditeur sont surmontés d’une croix.

  • 26 Voir P. Kahle, P. Bala’izah: Coptic Texts from Deir el-Bala’izah in Upper Egypt, vol. 1, Oxford, L (...)
  • 27 Ibid., p. 68 § 21a.

171Le texte présente une coloration dialectale méridionale légère : doublement de la voyelle dans ⲛⲁⲁⲩ (l. 5 et 6) et ⲛⲙⲙⲁⲁⲩ (l. 4)26 ; forme ⲙⲁϥⲥⲱⲧⲙ de l’habituel négatif (l. 4)27.

Fig. 8. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 39 + 50 recto.

Fig. 8. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 39 + 50 recto.

Fig. 9. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 39 + 50 verso.

Fig. 9. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 39 + 50 verso.

172Recto ↓

      † ⲉⲓⲥ ⲡⲉⲧⲛ̄ϭⲁⲩⲟⲛ ⲙⲟⲩⲥⲁⲓⲟⲥ ⲁⲓⲧⲛ̄ⲟⲟⲩ ⲉⲣⲏⲥ ϣⲁ ⲧⲉⲧⲛ̄ⲑⲉⲟⲫⲩⲗ(ⲁⲕⲧⲟⲥ) ⲛϫⲟⲉⲓⲥ ⲛ̄ⲥⲟⲛ ϫⲉ ⲧ̣ⲉ̣[± 20]

   ⲙⲓⲥⲑⲱⲥⲓⲥ ⲛⲁⲩ ⲧⲁⲣⲉⲩⲛ̄ⲧⲟⲩ̣ ⲛ̄ⲥⲉⲉⲓ ⲉϩⲏⲧ ⲛ̄ⲧⲉⲧⲛⲁⲡⲟⲗⲟ̣ⲅ̣ⲓⲍⲉ ⲛⲁⲩ ⲡⲣⲟ̣ⲥ̣ ⲧ̣[ⲇⲩⲛⲁⲙⲓⲥ ⲛⲛⲉⲩⲙⲓⲥⲑⲱⲥⲓⲥ]

   ⲉⲡⲉⲓⲇⲏ ⲛ̄ⲧⲁϊⲥⲱⲧⲙ ϫⲉ ⲁⲩϫⲟⲟ̣[ⲥ] ϫⲉ̣ [ⲧ]ⲛⲟⲩⲱϣ̣ ⲧⲡⲁϣⲉ ⲛ̣ⲛ̣ⲉⲛⲅⲉⲛ̣̄ⲏ̣[ⲙ]ⲁ̣ ⲛ̣ⲉ̣ⲧ̣ⲉ̣ ⲛⲡⲉⲡⲁⲉⲓⲱⲧ ⲥ̣[ⲙⲛⲧⲟⲩ ± 3?]

  ⲛⲙⲙⲁ̣ⲁⲩ ⲉⲧⲉⲓ ⲉϥⲟⲛϩ̅ ⲙⲁϊⲥⲙⲛ̣[ⲧⲟⲩ] ⲛ̣̄ⲙⲙⲁ̅ⲁⲩ ϩⲱⲱⲧ̅ ⲉⲓⲥ ϩⲏⲧⲉ ⲟⲩⲛ ⲁⲓⲥϩⲁ̣ⲓ̣ ⲛ̄ⲧⲉⲧⲛ̄ⲑⲉⲟⲫⲩⲗⲁ̣[ⲕⲧⲟⲥ ⲛⲥⲟⲛ]

5 ⲧⲁⲣⲉⲧⲉⲧⲛⲕⲉⲗⲉⲩⲉ ⲛⲥⲉⲉⲓ ⲉϩⲏⲧ ⲛ̄[ⲧⲉⲧⲛⲁ]ⲡ̣ⲟⲗⲟⲅⲓⲍⲉ ⲛⲁⲁⲩ ⲛⲛⲉⲩⲇⲏⲙⲟⲥⲓⲟⲛ ⲡ̣ⲣ̣[ⲟ]ⲥ̣ ⲧ̣ⲇⲩⲛⲁⲙⲓⲥ ⲛⲛⲉⲩ[ⲙⲓⲥⲑⲱⲥⲓⲥ]

     ⲧⲓⲡⲣⲟⲥⲕⲩ(ⲛⲉⲓ) ⲛ̄ⲧⲉⲧⲛⲑⲉⲟⲫⲩⲗ(ⲁⲕⲧⲟⲥ) ⲛϫⲟⲉⲓⲥ ⲛ̄ⲥⲟⲛ ϣⲁⲛⲧⲁⲛ̄ⲁⲁⲩ ⲉⲣⲟⲥ †

173Verso →                                                                                        †

[+ τῷ θεοφυλ(άκτῳ) μου δ]εσπό(τῃ) (καὶ) ἀδελφῷ vacat   ̣κυ̣ρ̣(ί)ῳ Παπᾷ τῷ

                                                                                                            †

             μ(ε)γ(αλοπρεπεστάτῳ) κόμε(τι) (καὶ) παγ(άρ)χ(ῳ)           † Κόμετος †

1 l. ⲁⲓⲧⲛ̄ⲛⲟⲟⲩϥ | ϣ’ⲁ ⲑⲉⲟⲫⲩ pap. θεοφύλακτος ‖ μίσθωσις ἀπολογίζεσθαι ‖ 3 ἐπειδή ⲛ̄ⲧⲁϊⲥⲱⲧⲙ’ pap. [ⲧ]ⲛⲟⲩⲱϣ̣’ pap. γένημα ‖ 4 ἔτι ⲟⲩⲛ’ pap. οὖν θεοφύλακτος ‖ κελεύειν ἀπολογίζομαι δημόσιον δύναμις μίσθωσις ‖
6 ⲡⲣⲟⲥⲕImage pap. προσκυνεῖν ⲑⲉⲟⲫⲩ pap. θεοφύλακτος ϣ’ⲁⲛⲧⲁⲛⲁⲁⲩ pap. ‖ 7 δεσImage⳽ αδελφω κυ̣ρ̣ω μγ κοImage⳽ παImage

174Voici que j’envoie votre serviteur Mousaios au sud jusqu’à Votre Seigneurie fraternelle et protégée par Dieu car […] misthôsis pour eux afin qu’ils les apportent et qu’ils aillent au nord pour que vous leur remboursiez […] J’ai entendu (dire) qu’ils avaient dit : « Nous voulons la moitié de nos récoltes. » (Mais) les choses que mon père n’a pas [fixées] avec eux quand il était encore vivant, je ne les fixerai pas avec eux moi-même. Voici donc que j’écris à Ta [Fraternité] protégée par Dieu pour qu’elle ordonne qu’ils viennent au nord et que vous leur remboursiez leurs impôts selon la force légale de leurs misthôseis. Je salue Ta Seigneurie fraternelle et protégée par Dieu jusqu’à ce que je la voie.
À mon maître et frère protégé par Dieu, monsieur Papas, le très magnifique comte et pagarque. Kometos.

1751. ⲉⲓⲥ ⲡⲉⲧⲛ̄ϭⲁⲩⲟⲛ ⲙⲟⲩⲥⲁⲓⲟⲥ ⲁⲓⲧⲛ̄ⲟⲟⲩ ⲉⲣⲏⲥ ϣⲁ ⲧⲉⲧⲛ̄ⲑⲉⲟⲫⲩⲗ(ⲁⲕⲧⲟⲥ) ⲛϫⲟⲉⲓⲥ ⲛ̄ⲥⲟⲛ Un certain Mousaios, fils de Phêu, apparaît dans un compte de versements (P. Apoll. 84, 3) dans lequel il paie pour un kurios illoustrios. La périphrase pourrait désigner Papas lui-même, qui est qualifié ainsi dans l’adresse grecque d’une lettre copte inédite, P. IFAO Edfou Jarre Inv. 20 + 41 + 76 + 120 + P. IFAO Edfou Inv. 349.

1762. ⲛ̄ⲧⲉⲧⲛⲁⲡⲟⲗⲟ̣ⲅ̣ⲓⲍⲉ ⲛⲁⲩ ⲡⲣⲟ̣ⲥ̣ ⲧ̣[ⲇⲩⲛⲁⲙⲓⲥ ⲛⲛⲉⲩⲙⲓⲥⲑⲱⲥⲓⲥ] Je propose de restituer la même expression qu’à la ligne 5, qui convient bien pour le sens, les traces visibles et la longueur de la lacune.

1773. [ⲧ]ⲛⲟⲩⲱϣ̣ ⲧⲡⲁϣⲉ ⲛ̣ⲛ̣ⲉⲛⲅⲉⲛ̣ⲏ̣[ⲙ]ⲁ̣ Le partage des récoltes à moitié entre le bailleur et le locataire dans le cadre d’une misthôsis est attesté à Edfou par P. Apoll. 57, un contrat grec de location de terre. Voir aussi P. Ryl. Copt. 158, contrat de location de terres, dans lequel le locataire et le bailleur se partagent le produit des vignes : ⲉⲡⲓ ⲧⲱ ⲛⲧⲟ ⲕⲩⲣⲁ ⲥⲟⲫⲓⲁ ⲛⲧⲉⲃⲓ ⲧⲡⲁϣⲉ ⲛⲡⲅⲉⲛⲏⲙⲁ ⲛⲏⲣⲡ ⲉⲃⲁϣⲱⲡⲉ ϩⲛ ⲡⲟⲩϩⲏⲙⲓⲥⲩ | ⲙⲉⲣⲟⲥ ϩⲛ ⲛⲉϭⲟⲟⲙ ⲙⲛ ⲧⲡⲁϣⲉ ⲛⲡⲉ̣  ̣  ̣  ̣  ̣ [ⲛ]ϣⲏⲛ ⲛⲓⲙ ⲉⲧⲣⲏⲧ ϩⲓⲱⲟⲩ ⲧⲁⲃⲓ ⲧⲡⲁϣⲉ ϩⲱⲱⲧ, « De plus, toi, madame Sophia, tu recevras la moitié du produit du vin qui sera produit dans ta moitié de vignoble, et la moitié de […] tous les arbres qui y poussent, et je recevrai aussi la moitié […]. »

1783-4. ⲛ̣ⲉ̣ⲧ̣ⲉ̣ ⲛⲡⲉⲡⲁⲉⲓⲱⲧ ⲥ̣[ⲙⲛⲧⲟⲩ ± 3?] | ⲛⲙⲙⲁ̣ⲁⲩ Il n’est pas sûr qu’il y ait quelque chose à la fin de la ligne 3. Le verbe ⲥⲙⲓⲛⲉ, qui désigne le fait de fixer quelque chose par écrit dans un contrat, est ici suppléé grâce à ce qui se trouve à la ligne 4, ⲙⲁϊⲥⲙⲛ̣[ⲧⲟⲩ] ⲛ̣̄ⲙⲙⲁ͡ⲁⲩ ϩⲱⲱⲧ̅.

1797. † Κόμετος † La forme Κόμετος est en principe celle du génitif, alors que le nom de l’expéditeur devrait être au nominatif. Un kurios Komes est attesté dans une lettre copte inédite, P. IFAO Edfou Jarre Inv. 36 + 218, ainsi que dans un compte de versements en grec, P. Apoll. 84, dans lequel le versement qui le concerne est effectué par quelqu’un d’autre. Il semble néanmoins préférable de voir dans Κόμετος un nominatif. Ce nom est attesté sous la forme du génitif Κομέτου, qui suppose un nominatif Κόμετος, dans P. KRU 11, 3 et 15, 4, dans la formule de datation : διὰ Φλ(αυίου) Κομέτου υἱοῦ Χαὴλ διοικ(ητοῦ) κάστρου Μεμνω(νείου).

15. Mémorandum de dépenses

Alain Delattre

180Ce petit fragment de papyrus conserve les restes d’une comptabilité sommaire. Le titre ou la fin du titre, si du texte est perdu avant la ligne 1, précise que les fournitures reprises aux lignes suivantes sont destinées à des soldats. Seule la première colonne est conservée, à moins qu’un point d’encre à la fin de la ligne 7 ne soit un reste de la deuxième colonne. Les entrées, lignes 3-9, commencent toutes par la préposition ϩⲁ, « pour ». La deuxième colonne précisait, selon toute vraisemblance, la somme allouée aux différents postes de dépenses.

181Les frais incluent surtout des achats d’aliments : de l’huile (l. 3), des lentilles (l. 4), du vinaigre (l. 7) et des salaisons (l. 8). Des achats plus étonnants figurent aux lignes 5 et 9 : des sacs et du papyrus. Une dernière dépense est consentie pour les frais de transport par bateau (l. 6). Il faut dès lors, selon toute vraisemblance, voir dans le document la liste des frais engagés par des soldats pendant un voyage.

182Dans le dossier de la jarre, les comptabilités sont toujours rédigées en grec. Seul notre texte fait exception ; sans doute ne s’agit-il pas d’un compte officiel, mais plutôt d’un mémorandum tracé à la hâte. Parmi les comptes grecs des archives (par exemple P. Apoll. 85-89), aucun ne concerne spécifiquement des militaires.

P. IFAO Edfou Jarre Inv. 218 (1)
10 × 6,5 cm

[fig. 10]

183Coupon de papyrus de forme rectangulaire dont la moitié supérieure seulement est inscrite et dont le verso est vierge. La position de la première ligne indique que le haut du document est perdu. Il est cependant difficile de déterminer si une ligne de texte est perdue. La marge est conservée à gauche et en bas ; elle est perdue à droite. On distingue une kollêsis au verso. Le papyrus a été plié verticalement comme le montrent les traces de 4 plis verticaux.

184L’écriture est bilinéaire, cursive et relativement négligée.

Fig. 10. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 218 (1).

Fig. 10. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 218 (1).

    - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

→ ⲛⲁ ⲡ̣ⲙⲁⲧ̣ⲟ̣ⲓ

   οὕ(τως)

   ϩⲁ ⲛⲉϩ                                     [  ]

   ϩⲁ ⲁⲣϣⲓⲛ                                  [  ]

5 ϩⲁ ⲥⲟⲕ                                     [  ]

   ϩⲁ ϩ̣ⲉⲙⲉ ⲛ̄ⲧⲕⲁⲧⲱ                         [  ]

   ϩⲁ ϩⲉⲙϫ                                    ̣[ ]

   ϩⲁ ⲧⲉⲗⲟⲥ ⲛ̅ⲛ̄ⲧⲁⲣⲓⲭ(ⲓⲟⲛ)                 [  ]

   ϩⲁ ⲭⲁⲣⲧⲏⲥ                                [  ]

ο—— pap.  ‖ⲛ̄ⲧⲕⲁⲧⲱ : ⲕ post. corr.  ‖ ϩⲉⲙϫ corr. ex ϩⲉⲙⲉ ‖ 8 ⲧⲁⲣⲓ pap. τέλος ταρίχιον ‖ 9 χάρτης

[…] (les dépenses) des soldats : pour de l’huile […] ; pour des lentilles […] ; pour des sacs […] ; pour les frais de transport en bateau […] ; pour du vinaigre […] ; pour les droits de douane des salaisons […] ; pour du papyrus […]

1851. ⲛⲁ ⲛ̣ⲙⲁⲧ̣ⲟ̣ⲓ Cette première ligne constitue le titre ou la fin du titre du document. Le versant grec du dossier montre que les soldats étaient régulièrement utilisés comme courriers, comme dans P. Apoll. 9, 2 ; 32, 14 ; 33, 2. Ils transportaient aussi des marchandises (P. Apoll. 34, 2 ; 49, 9 ; 50, 4) ou transféraient des hommes (P. Apoll. 18, 9). Dans tous les cas, les militaires avaient à se déplacer et, comme le montre le document, leurs frais d’entretien pouvaient être à charge de la pagarchie.

1863. ϩⲁ ⲛⲉϩ L’huile apparaît dans deux comptes de dépenses grecs, P. Apoll. 88, 4 et 96, 1, 4, 7 et 8.

1874. ϩⲁ ⲁⲣϣⲓⲛ Les lentilles semblent absentes de la documentation publiée jusqu’à présent.

1885. ϩⲁ ⲥⲟⲕ Les sacs sont ici mentionnés pour la première fois dans le dossier.

1896. ϩⲁ ϩ̣ⲉⲙⲉ ⲛ̄ⲧⲕⲁⲧⲱ Le terme apparaît dans plusieurs documents coptes de la jarre inédits, notamment au verso de P. Apoll. Gr. 90 (1), 2 (ⲁ]ⲛ̣ϩⲁⲗⲟⲙⲁ ⲉⲧ̣ⲕ̣ⲁ̣ⲧ̣ⲟ ⲛ̄ⲥⲁⲣⲁⲕⲁⲓ̣ⲛⲟⲥ, « dépense pour le bateau des Sarrasins »). Le même papyrus fait état de frais de transport (l. 2, 4 et 7 ; cf. l. 4 : ϣⲁⲛ† ⲧϩⲏⲙⲙⲉ ⲛⲁⲩ, « nous leur donnerons les frais de transport »).

1907. ϩⲁ ϩⲉⲙϫ Le vinaigre est mentionné dans P. Apoll. 93, A5 ; 96, 1, 5, 7 et 8 ; 97, E9.

1918. ϩⲁ ⲧⲉⲗⲟⲥ ⲛ̅ⲛ̄ⲧⲁⲣⲓⲭ(ⲓⲟⲛ) Selon toute vraisemblance, le terme τέλος désigne ici les droits de douane appliqués aux salaisons que devaient transporter les soldats (cf. P. Lond. V 1754, 2, où de telles taxes sont appliquées à une cargaison de kollatha de sel par des telônarchai de Babylone). Les salaisons sont plusieurs fois citées dans la documentation de la jarre (P. Apoll. 85, 9 ; 96, 1, 6, 7 et 8, ainsi que l’inédit P. Apoll. Gr. 90 (1), 4 : ⲁ̣ϥⲧⲁⲗⲟ ⲛⲧⲁⲣⲓⲭⲓⲛ, « il a embarqué les salaisons »).

1929. ϩⲁ ⲭⲁⲣⲧⲏⲥ L’achat de papyrus n’était pas encore mentionné dans la documentation de la jarre.

Haut de page

Notes

1 Voir A. Boud’hors, A. Delattre et al., « Un nouveau départ pour les archives de Papas. Papyrus coptes et grecs de la jarre d’Edfou », BIFAO 2017, p. 87-124 (ci-après, Boud’hors, Delattre et al., « Un nouveau départ »).

2 Il s’agit du P. IFAO Edfou Jarre Inv. 20+41+76+120+ IFAO 349, dont l’édition est en cours de préparation par Lajos Berkes. C’est une lettre adressée à Papas.

3 Une réédition de ce texte est en cours par Sebastian Richter.

4 Il s’agit du dossier connu sous le nom d’« archives de Philémon et Thècle ». Pour l’édition du texte grec, voir H. Zilliacus, « Griechische Papyrusurkunden des VII. Jahrhunderts n. Chr. », Eranos 38, 1940, p. 79-107. Voir aussi les remarques d’A. Schiller, « The Interrelation of Coptic and Greek Papyri: P.Bu and P.BM Inv. Nos. 2017 and 2018 » in H. Braunert (éd.), Studien zur Papyrologie und antiken Wirtschaftsgeschichte Friedrich Oertel zum achtzigsten Geburtstag gewidmet, Bonn, 1964, p. 107-119, notamment p. 111 et n. 27 sur le fait que la maison en question se trouve bien à Edfou, ce qui n’apparaissait pas clairement dans la publication de Zilliacus.

5 Notons que cette ligne doit être complétée par un staurogramme final non lu par Rémondon.

6 Omise aussi par Gascou dans P. Apoll. 109 (SB XVI 12429), 6 et 7.

7 Sans perdre tout à fait sa valeur prépositionnelle, puisque sa syntaxe est ici généralement correcte, la particule διά est avant tout une marque d’enregistrement.

8 P. Apoll. 24, 6 ; 39, 8, 9, 10, 11 ; 42, 2, 5 ; pour des ostraca d’Edfou ayant trait au diagraphon, voir J. Gascou, « Ostraca byzantins d’Edfou et d’autres provenances » in Mélanges Cécile Morrisson, TravMem 16, Paris, 2010, p. 359-385, nos 9 et 11 (ci-après, Gascou, « Ostraca ») ; O. Edfou Copte 88 et 89.

9 Sur l’assiette du diagraphon, voir J. Gascou, « Arabic Taxation in the Mid-Seventh-Century Greek Papyri » in C. Zuckerman (éd.), Constructing the Seventh Century, TravMem 17, Paris, 2013, p. 671-677, en particulier p. 675-676 (ci-après Gascou, « Arabic Taxation »).

10 Voir sur ce feuillet la discussion de F. Morelli, « CPR IX 52: riepilogo di un registro fiscale? », ZPE 127, 1999, p. 123-126.

11 Des reçus d’impôt personnel de Baouît font état des taux de 1/3 et 1 (P. Clackson 36-43, avec la p. 64).

12 Dans P. Apoll. 76 chaque onoma de la colonne A est suivi de la fraction 1/6 (⸗ ϛʹ), qui indique le taux de taxation, précédée d’un « space filler » et dans une main plus stylisée que chez nous. Que le signe ⸗ ait la fonction d’un remplissage et non pas d’un sigle ressort des lignes A,2, 4,11 et 16.

13 On songe ici au système arsinoïtain de distribution du diagraphon selon des rues ou quartiers (λαῦραι).

14 L.S.B. MacCoull, « The Coptic Papyri from Apollonos Anô » in B.G. Mandilaras (éd.), Proceedings of the XVIII International Congress of Papyrology, Athens, 25–31 May 1986, vol. 2, Athènes, 1988, p. 141-160, ici p. 146 (ci-après MacCoull, « Coptic Papyri »).

15 Voir Boud’hors, Delattre et al., « Un nouveau départ », texte 5.

16 Nous avons deux données partielles, 4 381 nomismata pour les dèmosia et 583 nomismata pour l’ἀνδρισμός (un autre nom du diagraphon), concernant probablement la région de Baouît d’après A. Delattre, « Remarques sur la taxation au monastère de Baouît au début de l’époque arabe » in A. Kaplony, D. Potthast, C. Römer (éd.), From Bāwīṭ to Marw: Documents from the Medieval Muslim World, 4th Conference of the International Society for Arabic Papyrology, Vienne, 26–29 March 2009, Leyde, Boston, 2015, p. 89-90.

17 J. Gascou, « Une inscription tarifaire de Césarée-sur-Mer » in Ο. Kano, J.-L. Lemaître (éd.), Entre texte et histoire. Études d’histoire médiévale offertes au professeur Shoichi Sato Sato, Paris, 2015, p. 143-149. On note dans ce fragment de budget municipal l’expression fractionnelle du solidus comme dans le présent texte (cf. P. Lond. IV, p. 84-86).

18 Voir J. Gascou, Fiscalité et société en Égypte byzantine, Paris, 2008, p. 322. Ce chiffre est obtenu en additionnant aux taxes en espèces le blé de l’annone civile converti en monnaie.

19 Pour ces taux, voir Gascou, « Arabic Taxation », p. 675-676 ; le tableau d’A. Delattre et N. Gonis ad P. Clackson 36-43, p. 64 atteste la faveur de 1/3 et 1 dans la région de Baouît.

20 Un taux de 1/6 semble attesté par le verso de P. Apoll. 74, et par P. Apoll. 76 parallèlement à un taux plein qui reste à traduire en monnaie, mais qui a quelque chance d’avoir été de 1 solidus comme à Hermopolis. Voir le reçu de diagraphon d’Edfou publié par Gascou, « Ostraca », p. 359-385, no 9, 3-4 (la contribution est de 21 3/4 carats, ce qui, si on tient compte des déductions et des agios pratiqués à l’époque, nous rapproche du taux de 1 solidus).

21 De même les 583 nomismata de l’andrismos de Baouît (supra, n. 16), correspondent à un minimum de 583 personnes.

22 Le fragment 58 B n’appartient pas au même document : son écriture n’est pas exactement semblable à celle de 58 A, et il est inscrit des deux côtés.

23 MacCoull, “Coptic Papyri”, pp. 141–160, here p. 144.

24 The papyrus is currently prepared for publication by Isabelle Marthot.

25 Sur l’emploi de δεσπότης et κύριος – dont le copte ϫⲟⲉⲓⲥ est l’équivalent – comme marqueur social et formule de politesse sans aucune considération de hiérarchie, voir A. Papathomas, « Höflichkeit und Servilität in den griechischen Papyrusbriefen der ausgehenden Antike », PapCongr 23, p. 504-506.

26 Voir P. Kahle, P. Bala’izah: Coptic Texts from Deir el-Bala’izah in Upper Egypt, vol. 1, Oxford, Londres, 1954, p. 61 § 11.

27 Ibid., p. 68 § 21a.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. P. Apoll. 74 recto.
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/755/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Titre Fig. 2. P. Apoll. 74 verso.
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/755/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 3. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 13 (= P. Apoll. 100 recto).
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/755/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 4. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 58 A verso.
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/755/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Fig. 5. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 58 A recto.
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/755/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Fig. 6. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 23 recto.
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/755/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 634k
Titre Fig. 7. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 23 verso.
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/755/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 713k
Titre Fig. 8. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 39 + 50 recto.
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/755/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 635k
Titre Fig. 9. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 39 + 50 verso.
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/755/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Fig. 10. P. IFAO Edfou Jarre Inv. 218 (1).
URL http://journals.openedition.org/bifao/docannexe/image/755/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Boud’hors et Alain Delattre, « Papyrus coptes et grecs de la jarre d’Edfou (suite) »Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (BIFAO), 118 | 2019, 1-46.

Référence électronique

Anne Boud’hors et Alain Delattre, « Papyrus coptes et grecs de la jarre d’Edfou (suite) »Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (BIFAO) [En ligne], 118 | 2019, mis en ligne le 11 janvier 2021, consulté le 27 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/bifao/755 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bifao.755

Haut de page

Auteurs

Anne Boud’hors

Directrice de recherche (IRHT/CNRS), IRHT – section grecque

Articles du même auteur

Alain Delattre

Professeur à l’Université libre de Bruxelles, directeur d’études – EPHE, faculté de lettres, traduction et communication CP 175

Haut de page

Éditeurs scientifiques

Ruey-Lin Chang

Assistant Professor, Université nationale de Taïwan, Department of History, NTU

Esther Garel

Maître de conférences, Université de Strasbourg

Jean Gascou

Professeur émérite, Université Paris-Sorbonne

Isabelle Marthot

Université de Bâle, Departement Altertumswissenschaften, Alte Geschichte

Grzegorz Ochała

Université de Varsovie, Department of Papyrologie, Institute of Archaeology, Faculty of History

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’Institut français d'archéologie orientale (BIFAO)

Haut de page
  • Logo Institut français d'archéologie orientale
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search