Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34 (2)NécrologieProfesseur Yves Coppens (1934-202...

Nécrologie

Professeur Yves Coppens (1934-2022), un ambassadeur du Rift est-africain

Brigitte Senut, Sandrine Prat, Fernando Ramirez Rozzi et François Marchal

Texte intégral

1C’est avec une vive émotion que nous avons appris la disparition du Professeur Yves Coppens le 22 juin 2022 à l’âge de 87 ans. Nous souhaitons lui rendre un dernier hommage dans ces quelques lignes.

Figure 1

Figure 1

Yves Coppens et le crâne de Mrs Ples dans les collections du Ditsong Museum of Natural History (Pretoria) en 2007

Brigitte Senut

2Chercheur au CNRS à la Sorbonne dès 1956 puis Professeur au Muséum national d’Histoire naturelle de 1963 jusqu’en 1983, date à laquelle il rejoint le Collège de France, il fut récipiendaire de très nombreux prix et décorations nationaux et internationaux. Dr Honoris causa de l’Université de Chicago (USA), il était aussi membre de nombreuses académies, dont l’Académie des Sciences, l’Académie des Sciences d’Outre-Mer, l’Académie de Médecine.

3Spécialiste de grands mammifères et notamment des proboscidiens, il débuta sa carrière par l’étude des dépôts tchadiens, puis par celle de sites nord-africains, notamment algériens, qui s’avérèrent très importants pour la connaissance des cultures paléolithiques. Mais il était avant tout connu pour ses travaux de terrain dans la Corne de l’Afrique dans la vallée du Rift est-africain, notamment dans la basse vallée de l’Omo mais aussi dans l’Afar.

4Lors de ses travaux au Tchad, est découvert un petit crâne qu’il baptise Tchadanthropus uxoris ; il le rapproche de l’espèce Homo erectus, mais cette appartenance est encore discutée aujourd’hui. Ses travaux africains se poursuivront avec de nombreuses missions dans la basse vallée de l’Omo (Éthiopie) initiées avec Camille Arambourg en 1967 et en collaboration avec Francis Clark Howell (Université de Californie, Berkeley) dans le cadre du projet "Expédition Internationale de l’Omo". Yves Coppens était alors chargé de la direction de l’équipe française sur le terrain et le restera jusqu’en 1974. La séquence stratigraphique de l’Omo expose près de 4 Ma sur près de 1000 m d’épaisseur dont les niveaux seront identifiés par des lettres, le niveau A (qui repose sur un niveau de base) étant le plus ancien et le niveau L le plus jeune. Cette succession reste une référence stratigraphique et biostratigraphique africaine pour le Plio-Pléistocène. Sur les terrains attribués à l’équipe française, sera découverte dans le Membre C une mandibule robuste de Paraustralopithecus aethiopicus (Omo 18-1967-18) (attribuée ultérieurement à Paranthropus aethiopicus) décrite par Arambourg et Coppens en 1967. Elle ne sera complètement acceptée comme appartenant à une espèce plus ancienne et plus robuste du genre Paranthropus qu’avec la découverte du fameux crâne noir par Alan Walker en 1986 dans les gisements de l’Ouest Turkana.

5Le nom d’Yves Coppens restera associé à celui de Lucy trouvée dans l’Afar (Éthiopie) en 1974 lors d’une expédition de l’International Afar Research Expedition, co-dirigée par Donald Johanson, Yves Coppens et Maurice Taieb, ce dernier ayant découvert les sites paléontologiques d’Hadar lors de son travail de cartographie de la région. Pour la première fois, on connaissait des membres de notre lignée à plus de 3 Ma et on avait à notre disposition le squelette d’un ancêtre lointain assez complet pour émettre des hypothèses plus précises sur le mode de locomotion, qui jusqu’alors était évalué à partir d’os isolés.

6Mais Yves Coppens était particulièrement intéressé par la dichotomie entre les grands singes et l’homme et les environnements dans lesquels elle s’est opérée. Constatant que les restes des plus anciens hominidés connus ont été découverts dans le rift, il propose en 1981 la fameuse "East Side Story" pour expliquer la répartition des hominoïdes africains. Une population ancienne d’hominoïdes répartie dans les forêts tropicales se serait trouvée divisée par l’ouverture du rift est-africain : celle située à l’ouest serait restée inféodée à la forêt et aurait évolué vers les grands singes, alors que celle isolée à l’est se serait adaptée à un assèchement et aurait donné naissance à la lignée humaine. Dans la première proposition, Yves Coppens estime que cette dichotomie aurait eu lieu vers 7 Ma, mais il reculera la date de divergence aux environs de 10 Ma lors d’une révision de son hypothèse. Il complète l’East Side Story par l’H(Omo) Event, qui cette fois concerne l’origine du genre Homo dans des niveaux de 2,5 Ma environ et dont les preuves sont livrées par les dépôts de la séquence exceptionnelle de l’Omo où est mis en évidence un changement de climat.

7Yves Coppens a joué un rôle important à la SAP. Il en devient membre lors de la 1686e séance du 15 février 1968 et est élu au conseil d’administration lors de la 1730e séance du 14 décembre 1973. Au sein du CA, il rejoint la commission des archives et des collections de 1974 à 1981, celle des comptes de 1980 à 1982, puis celle des publications en 1982. Il sera élu président de la SAP en 1977, fonction qu’il occupera pendant deux ans. En outre, entre les années 1970 et 1980, il a présenté plusieurs résultats de ses travaux de terrain en Éthiopie, notamment ceux de Hadar, que ce soit par des exposés lors des séances ou par des publications dans les BMSAP (Chavaillon et Coppens, 1975 ; Taieb et al., 1975). En 1981, il préside une réunion thématique intitulée "Les Australopithèques" étendue sur deux jours (1759e séance du 16 janvier 1981 et 1760e séance du 20 mars 1981). Lors de cette dernière, il présente une communication intitulée "Systématique, phylogénie, environnement et culture des Australopithèques : hypothèse et synthèse". L’ensemble des communications fera l’objet d’une publication thématique dans le no 10-3 des BMSAP en 1983. Enfin, il a également coédité avec Eugen Strouhal le numéro thématique consacré au premier colloque international d’anthropologie physique des Égyptiens anciens (no 8-3 des BMSAP en 1981). Appelé à d’autres fonctions au Collège de France (Directeur de la Chaire de Paléoanthropologie et Préhistoire), son implication dans la vie de la SAP sera plus limitée. Mais il ne s’en est jamais éloigné : lors du colloque international célébrant les 150 ans de la SAP, les organisateurs se sont tout naturellement tournés vers Yves Coppens pour assurer la conférence grand-public associée à ce colloque anniversaire. Il a immédiatement accepté, particulièrement heureux de participer à l’événement, et a présenté le mardi 27 janvier 2009 une conférence intitulée "Humains, pré- humains, et environnements" devant un amphithéâtre plus que comble.

8Il a été pour de nombreuses personnes une source d’inspiration, à l’origine de nombreuses vocations en préhistoire, en paléontologie et dans un cadre plus large dans tous les domaines scientifiques ayant trait aux sciences de la terre et du vivant.

9Yves Coppens a toujours soutenu les étudiants, et notamment les femmes, dans leur recherche. Il avait une manière particulière de promouvoir les nouveaux membres de son équipe. Souvent, dans ses présentations, soient-elles dans un colloque, un congrès ou une conférence, il mentionnait le nom du doctorant ou du jeune collègue qui lui avait communiqué quelque information, il le cherchait dans la salle et le signalait en lui demandant de se lever pour que tous reconnaissent le chercheur "en formation". Il a invité ses doctorants à donner des séminaires au Collège de France, façon de les former à communiquer vers un large public et, connaissant sa popularité, il s’agissait de se confronter toujours à un auditorium bien rempli. La confiance envers les doctorants était aussi sa marque. L’un d’entre nous (FRR), venant juste d’arriver d’Argentine, se voit confier, pour un mémoire de DEA, les dents originales d’Hominini qu’Yves Coppens avait rapportées de l’Omo. Ce n’est que beaucoup plus tard qu’il réalisera le caractère exceptionnel de cette marque de confiance.

10Yves Coppens était très impliqué dans la défense de la discipline et ne ménageait pas ses efforts pour trouver les moyens nécessaires à son développement. Il l’a fait de façon effective et généreuse. Les membres de son équipe ont pu se former, explorer, communiquer, échanger et présenter leurs résultats. Beaucoup de chercheuses et de chercheurs qui se sont forgés un chemin dans la paléoanthropologie, discipline réputée comme rude et avec raison, le doivent en grande partie à sa générosité.

11Nous garderons en mémoire son humanisme et son humanité, son enthousiasme, sa convivialité et son humour, son optimisme, et un scientifique toujours à l’écoute des différentes générations.

12Sa disparition laisse la discipline orpheline.

Bibliographie d’Yves Coppens aux BMSAP

13Chavaillon J, Coppens Y (1975) Découverte d’hominidé dans un site acheuléen de Melka-Kunturé (Éthiopie). Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris (série XIII) 2(2):125-128

14Coppens Y (1982) Le professeur Henri-Victor Vallois, anthropologue et paléoanthropologue. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris (série XIII) 9(2):103-107

15Coppens Y (1983) Introduction. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris (série XIII) 10(3):271

16Coppens Y (1983) Systématique, phylogénie, environnement et culture des Australopithèques, hypothèses et synthèse. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris (série XIII) 10(3):273-284

17Taieb M, Coppens Y, Johanson DC, Bonnefille R (1975) Hominidés de l’Afar central, Éthiopie (Site d’Hadar, Campagne 1973). Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris (série XIII) 2(2):117-124

18Senut B, Coppens Y (1989) Raymond Arthur Dart. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 1(1-2):129-140

19Coéditeur avec Eugen Strouhal du numéro thématique "Actes du premier colloque international d’anthropologie physique des Égyptiens anciens", Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 8(3), 1981

Présentations orales aux séances de la SAP

20Chavaillon J, Coppens Y (1974) Restes d’hominidés acheuléens dans un gisement de Melka Kontouré (Éthiopie), 1734e séance du 21 juin 1974

21Taieb M, Coppens Y (1974) Hominidés de l’Afar central. Site d’Hadar (avec un film), 1734e séance du 21 juin 1974

22Coppens Y, Johanson DC, Taieb M (1976) Nouvelles découvertes paléoanthropologiques 1974-1975 dans la vallée de l’Awash (Ethiopie), 1743e séance du 18 juin 1976

23Coppens Y (1981) Introduction de la réunion thématique "Les Australopithèques", 1759e séance du 16 janvier 1981

24Coppens Y (1981) Systématique, phylogénie, environnement et culture des Australopithèques : hypothèse et synthèse, 1760e séance du 20 mars 1981

25Coppens Y (1989) Les découvertes paléoanthropologiques en Afrique Orientale au XXème siècle, 1791e séance des 16 et 17 juin 1989

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Yves Coppens et le crâne de Mrs Ples dans les collections du Ditsong Museum of Natural History (Pretoria) en 2007
Crédits Brigitte Senut
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/10379/img-1.png
Fichier image/png, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Senut, Sandrine Prat, Fernando Ramirez Rozzi et François Marchal, « Professeur Yves Coppens (1934-2022), un ambassadeur du Rift est-africain »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 34 (2) | 2022, mis en ligne le 24 octobre 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/10379 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.10379

Haut de page

Auteurs

Brigitte Senut

UMR 7207, Centre de recherche en paléontologie-Paris (CR2P), MNHN / CNRS / Sorbonne Université, Département "Origines et évolution", MNHN, Paris, France ; brigitte.senut[at]mnhn.fr

Sandrine Prat

UMR 7194, Histoire naturelle de l’Homme préhistorique (HNHP), MNHN / CNRS / UPVD, Paris, France

Articles du même auteur

Fernando Ramirez Rozzi

UMR 7206, Éco-anthropologie (EA), MNHN / CNRS / Université de Paris, Paris, France ; URP 2496, Pathologies, Imagerie et Biothérapies Orofaciales, Dental School, Université de Paris, Montrouge, France

François Marchal

UMR 7268, Anthropologie bio-culturelle, Droit, Éthique et Santé (ADES), Université Aix-Marseille / CNRS / EFS, Marseille, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Société d'Anthropologie de Paris
  • Logo Fonds National pour la Science Ouverte
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search