Navigation – Plan du site

AccueilLes journées de la SAP35(S)Résumés des journées 2023Les débuts de l’étude scientifiqu...

Résumés des journées 2023

Les débuts de l’étude scientifique du néandertalien Regourdou 1 (Montignac-Lascaux, Dordogne) : une histoire assez particulière

The beginnings of the scientific study of the Neandertal Regourdou 1 (Montignac-Lascaux, Dordogne): a very special story
Bruno Maureille, Erwan Le Gueut et Trenton Holliday

Texte intégral

1En septembre 1957, dans la nuit du 22 au 23 septembre et dans des circonstances particulièrement destructrices, sont mis au jour une partie des restes humains du néandertalien Regourdou 1. Ces vestiges seront, assez vite, partiellement étudiés par deux scientifiques de renom, le Pr. Jean Piveteau (articles publiés dans les Annales de Paléontologie en 1962, 1963, 1964 après une annonce de la découverte en 1959 dans les comptes rendus de l’Académie des Sciences de Paris) et le Pr. Henri-Victor Vallois (articles publiés en 1965 puis 1976 dans la revue Anthropologischer Anzeiger). Rappelons aussi qu’une publication, en fait la toute première sur Regourdou 1, fut réalisée par le Docteur en odontologie Ali Sahly et publiée en 1958 dans la revue Pallas. L’auteur y décrit sommairement les traits de la moitié droite de la mandibule et conclut que ce fossile serait celui d’un Néandertalien ancien. Ce travail ne sera jamais mentionné par la communauté des paléoanthropologues. Mais qu’est-ce qui pourrait expliquer que deux importantes personnalités scientifiques de cette communauté publient, indépendamment l’un de l’autre, certains vestiges osseux de ce squelette ? Nous avons tenté de trouver des explications dans les archives (conséquentes) conservées par Roger Constant alors propriétaire des lieux et découvreur du gisement, travail qui nous a amené à consulter d’autres archives comme, par exemple, celles de la municipalité de Montignac ainsi que diverses coupures de presse de l’époque. Nous présenterons lors de cette communication, l’hypothèse qui nous semble la parcimonieuse permettant d’expliquer les débuts particuliers de l’étude scientifique du fossile Regourdou 1. Cette hypothèse met en avant une opposition de deux "réseaux" autour de cette découverte, celui impliquant le Pr. Louis-René Nougier avec, ce qui est plus inattendu, le Pr. Pierre-Paul Grassé, et celui impliquant le futur Pr. François Bordes et le Pr. Jean Piveteau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Maureille, Erwan Le Gueut et Trenton Holliday, « Les débuts de l’étude scientifique du néandertalien Regourdou 1 (Montignac-Lascaux, Dordogne) : une histoire assez particulière »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 35(S) | 2023, mis en ligne le 14 janvier 2023, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/11352 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.11352

Haut de page

Auteurs

Bruno Maureille

UMR 5199 PACEA, CNRS, Université de Bordeaux, Ministère de la Culture, Pessac, Francebruno.maureille[at]u-bordeaux.fr

Articles du même auteur

Erwan Le Gueut

UMR 8068 TEMPS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, CNRS, Université Paris Nanterre, Ministère de la Culture, Nanterre, France

Trenton Holliday

Department of Anthropology, Tulane University, New Orleans, USA

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Société d'Anthropologie de Paris
  • Logo Fonds National pour la Science Ouverte
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search