Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35 (1)Articles thématiquesLes bandages herniaires modernes ...

Articles thématiques

Les bandages herniaires modernes : apports d’un nouvel exemple provenant du cimetière paroissial de Gradignan (Gironde)

Modern hernia trusses: contributions of a new example from the parish cemetery of Gradignan (Gironde, France)
Camille Bouffiès, Hélène Réveillas et Alejandra Balboa-Pont

Résumés

La découverte d’un bandage herniaire porté par un individu inhumé au sein du cimetière paroissial de Gradignan (Gironde), daté du XVIIe siècle à la première moitié du XIXe siècle, vient augmenter le faible corpus des exemplaires archéologiques modernes de ce type d’appareillage médical connus à ce jour. La position du bandage, porté autour du bassin de l’individu, suggère que celui-ci souffrait d’une hernie inguinale. Cette pathologie, probablement très fréquente chez les populations anciennes, a pu avoir un impact important chez les individus touchés, car elle entraîne une gêne dans les activités physiques, voire la mort du sujet en cas de complication. Celle-ci ne laisse pas de traces osseuses et ne peut pas être diagnostiquée par l’examen paléopathologique. Cependant, les sources historiques, iconographique et archéologiques nous indiquent que de l’Antiquité jusqu’au XVIIe siècle, les hernies ont été traitées par la pose de bandages, souvent inefficaces, visant à maintenir la réduction, ou par une chirurgie empirique aboutissant généralement à la mort du sujet. Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle que se développent des bandages herniaires réellement efficaces, ce dont témoigne le cas de Gradignan et les quelques exemplaires connus en France à ce jour. La multiplication des cas archéologiques de bandages herniaires à partir du XVIIe siècle, dans des contextes funéraires variés, témoigne de l’avancée des connaissances médicales à la fin de la période moderne. Toutefois, leur rareté au regard de la prévalence élevée de la hernie chez les populations actuelles pose la question du statut social des individus appareillés et de l’accessibilité de ce type de dispositif pour l’ensemble de la population.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cette note fait suite à une communication présentée lors des 1847es journées de la Société d’Anthropologie de Paris dans le cadre de la session "Corps malades"

Texte intégral

Introduction

1La découverte, en contexte funéraire, d’appareillages médicaux accompagnant les défunts peut permettre, d’une part, de rendre visible certaines pathologies ne laissant pas de trace sur les ossements, et d’autre part, de renseigner sur les avancées des connaissances médicales à travers les siècles et leur accessibilité. Ici, nous rapportons le cas d’un tel appareillage, à savoir une ceinture herniaire mise au jour au sein du cimetière paroissial de Gradignan (Gironde). Cette étude de cas rentre dans le cadre de l’archéologie du handicap, qui s’attache à diagnostiquer les pathologies handicapantes, leur compensation et l’évaluation des séquelles, en mettant en exergue le sujet atteint, le lieu de son inhumation et les gestes déployés par ses contemporains à cette occasion, dans le but de documenter l’attitude des sociétés vis-à-vis de leurs membres malades ou vulnérables (Delattre et Sallem, 2010 ; Delattre, 2021 ; Kacki et al., 2021). Dans cette perspective, nous décrirons le contexte funéraire dans lequel a été mise au jour la ceinture herniaire, avant de discuter du diagnostic de la pathologie qu’elle révèle, et de son impact sur la vie du sujet atteint. Nous mettrons ensuite ce cas de traitement d’une probable hernie inguinale en perspective historique, avant de le comparer aux quelques exemplaires archéologiques de la même période à notre disposition, encore peu nombreux. Au-delà d’une simple recension de cas, la présentation de cette nouvelle découverte a pour objectif d’accéder à une vision plus sociétale de l’accès au soin des individus à la période moderne.

Présentation du site

2La place Bernard Roumégoux à Gradignan (Gironde) a fait l’objet de fouilles archéologiques préventives, effectuées par le Centre Archéologie Préventive de Bordeaux Métropole entre 2016 et 2018 (Réveillas, 2020 ; à paraître). Elles ont mis au jour les vestiges de l’ancienne église paroissiale et de son cimetière, dont plus d’un millier de sépultures ont été fouillées. Les tombes les plus anciennes sont datées du VIIe siècle, mais le remploi de fragments de sarcophages mérovingiens suggère la présence d’un ensemble funéraire plus précoce à proximité. Les tombes altomédiévales se répartissent sur l’ensemble de l’emprise et présentent des architectures funéraires telles que des inhumations en coffrage de bois ou en contenant monoxyle. Au second Moyen Âge, l’espace funéraire se restreint au nord-ouest et au sud-est. Les défunts sont alors inhumés en coffrages en pierre, mixtes ou en bois seul. À l’Époque moderne, le cimetière se rétracte au nord et au sud, avec la construction d’un mur de clôture. Le cercueil en bois cloué devient alors le type de pratique quasi-exclusif, à l’exception d’un groupe de sépultures en fosses couvertes au sud-ouest de l’emprise. L’étude de la composition par âge et par sexe de la population moderne montre un ratio homme/femme équilibré, correspondant à une population naturelle, et un déficit des enfants de moins de 5 ans. Ce pourrait être l’indice d’un traitement funéraire différent des jeunes enfants, en particulier des sujets périnatals morts sans avoir été baptisés et sans doute exclus du cimetière (Portat et al., 2011), ou d’un regroupement des jeunes enfants dans une zone réservée détruite par les aménagements postérieurs (Boissavit-Camus et Zadora-Rio, 1996). Le cimetière paroissial est utilisé jusqu’en 1835.

Description de la sépulture et de la ceinture

3La sépulture 11566 se situe au sud-ouest du cimetière, elle est recoupée à l’est par une tranchée de réseau qui a détruit une partie de la tombe. Seule la partie supérieure du sujet et des fragments du bassin (sacrum et iliums) sont conservés. Le sujet est inhumé dans un cercueil rectangulaire dont le bois est encore très bien préservé, ce qui la rattache à la phase la plus récente d’utilisation du cimetière (XVIIe-XIXe siècle). Il est allongé sur le dos, la tête au nord-ouest et les pieds au sud-est. Son âge est estimé à plus de 20 ans grâce à la fusion de la crête iliaque, son sexe reste indéterminé en raison de la mauvaise représentation des os coxaux. Il présente des enthésopathies au niveau des tubérosités radiales droite et gauche et des vertèbres lombaires, ainsi que des lésions arthrosiques modérées au niveau du rachis cervical et lombaire. Seules quatre dents mandibulaires ont pu être observées, elles présentent une usure moyenne et de légers dépôts de tartre. Les première et troisième molaires inférieures gauches ont été perdues ante mortem. Tous ces éléments suggèrent un individu d’âge mûr, dont le squelette témoigne d’une réelle activité physique. Il a été inhumé avec un bandage herniaire porté autour du bassin (figure 1), qui se compose d’une ceinture en alliage ferreux entourée de tissu fixé par des liens, partiellement conservés grâce à l’oxydation du métal (figure 2). Elle se termine à une extrémité par une plaque métallique de forme triangulaire aux bords arrondis, positionnée au niveau de l’articulation sacro-iliaque droite du sujet. Cette partie, appelée "pelote", devait être entourée d’un amas de tissu servant à comprimer la hernie sans endommager la peau du porteur. L’autre extrémité de la ceinture, qui n’est pas conservée, était probablement constituée d’une sangle en cuir ou en tissu venant s’insérer dans un système de fermeture au niveau de la pelote, dont il subsiste une agrafe métallique.

Figure 1

Figure 1

Photographie de détail du bandage herniaire in situ dans la sépulture SP11566 |
Detail of the hernia truss in situ in the SP11566 grave

P. Duratti

Figure 2

Figure 2

Photographie de l’ensemble des éléments du bandage herniaire conservés |
Photograph of all the preserved parts of the hernia truss

DAO/CAD : C. Bouffiès, cliché/photograph : A. Balboa-Pont

La hernie inguinale

4La localisation de la pelote au niveau de l’articulation sacro-iliaque de l’individu inhumé indique qu’il souffrait d’une tuméfaction symptomatique de l’aine, dont le diagnostic probabiliste le plus probable est la hernie inguinale. Nous ne pouvons toutefois pas exclure complètement d’autres diagnostics (tumeur ganglionnaire, …), qui ont pu être confondus avec une hernie par le praticien, ou auxquels un traitement similaire à celui de la hernie a pu être proposé, faute de mieux.

5La hernie inguinale est une sortie d’une partie de l’intestin hors de la cavité abdominale, au niveau de l’orifice inguinal. Elle est généralement due à un affaiblissement du fascia transversalis, qui ne retient alors plus le péritoine, ce qui peut être d’origine congénitale ou acquise (Simons et al., 2009). On distingue d’autres types de hernies abdominales telles que la hernie crurale ou fémorale, qui se situe sous la ligne de Malgaigne, au niveau de l’artère fémorale, et la hernie ombilicale, qui survient au niveau du nombril. On différencie trois états cliniques pour les hernies : les formes asymptomatiques ou faiblement symptomatiques, les formes symptomatiques, et les formes étranglées (Simons et al., 2009). Les formes symptomatiques se manifestent par des douleurs, une sensation de pesanteur ou de brûlure, et une tuméfaction inguinale, qui augmentent avec l’activité. La hernie peut alors être réductible par une simple pression ou en position allongée. Les hernies indirectes (congénitales) peuvent migrer vers le scrotum, on parlera alors de hernie scrotale. Lorsqu’elle n’est plus réductible, des complications peuvent survenir en cas d’incarcération (obstruction intestinale) ou d’étranglement (le contenu du sac herniaire n’est plus irrigué par le sang), et entraîner une perforation de l’intestin et la mort du patient (Simons et al., 2009).

6Les facteurs de risque sont encore très discutés, il semblerait toutefois que le tabagisme, l’hérédité, la toux chronique et le port de charge lourdes répété soient des facteurs importants (Simons et al., 2009). De nos jours, l’incidence et la prévalence de la hernie ne sont pas connues précisément, toutefois, le risque pour une personne d’avoir à recourir à une chirurgie de la hernie inguinale au cours de sa vie est élevé : 27% chez les hommes, et 3% chez les femmes (Primatesta et Goldacre, 1996). C’est également le type de chirurgie pédiatrique la plus pratiquée (Ein et al., 2006). La prévalence élevée de la hernie inguinale de nos jours indique qu’il s’agit d’une pathologie à laquelle les populations anciennes ont été fréquemment confrontées. Elle a pu entraîner une gêne quotidienne empêchant certaines activités physiques et ainsi impacter la vie des individus touchés, et être un facteur de mortalité en cas de complication.

Historique du traitement des hernies

7La hernie inguinale ne laisse pas de trace osseuse, elle n’est donc pas identifiable par l’examen paléopathologique du squelette. Toutefois, sa présence chez les populations anciennes et les différents traitements dont elle a pu faire l’objet peuvent être documentés grâce à des sources iconographiques, historiques (traités médicaux), et archéologiques (bandages herniaires conservés en contexte funéraire). De l’Antiquité jusqu’au XVIIe siècle, les hernies ont été traitées par la pose de bandages visant à maintenir la réduction, souvent inefficaces, ou par une chirurgie empirique, entraînant quasi-systématiquement la castration dans les cas de hernie scrotale, qui visait à retirer la tumeur herniaire, sans en réparer l’orifice, aboutissant généralement à la mort du sujet (Stoppa, 2001 ; Sanders et Kingsnorth, 2012).

8La première cure chirurgicale de la hernie est détaillée par le romain Celse (Ier siècle ap. J.-C.) dans son traité de médecine De Medicina (Papavramidou et Christopoulou-Aletra, 2009), puis par Gallien (IIe siècle ap. J.-C.) (Toledo-Pereyra, 1973). Au Moyen Âge, la chirurgie est condamnée par l’Église, la castration est alors pratiquée par des barbiers itinérants n’ayant aucun accès aux ouvrages grecs et latins, qui ne seront redécouverts qu’après les Croisades, par le biais de la médecine arabe (Stoppa, 2001). À partir du XIIIe siècle, des maîtres-chirurgiens italiens puis français ont écrit sur la chirurgie des hernies, notamment Guy de Chauliac, qui décrit dans son ouvrage Chirurgia Magna (1363) différentes méthodes de cure chirurgicale (castration cautérisée au fer rouge ou par des caustiques, ligatures entraînant une atrophie testiculaire), et insiste sur la nécessité d’un bandage curatif ou palliatif (Guy et Ogden, 1971). Au XVIe siècle, la chirurgie s’améliore grâce à l’invention de l’imprimerie qui permet la diffusion du savoir médical. Ce n’est qu’entre le milieu du XVIIIe et la fin du XIXe siècle que de véritables travaux anatomiques permettent de mieux connaître l’anatomie de l’aine et les différents types de hernies (Stoppa, 2001 ; Sanders et Kingsnorth, 2012). Toutefois, il faudra attendre la fin du XIXe siècle et les mises au point de l’anesthésie et de l’asepsie pour pouvoir surmonter la douleur provoquée par l’opération et la suppuration post-opératoire, et ainsi développer une véritable chirurgie herniaire s’attachant à une réparation du plan profond de l’aine (Stoppa, 2001).

9Parallèlement aux pratiques chirurgicales, l’utilisation de bandages est attestée dès l’Antiquité égyptienne (papyrus Ebers, 1550 BC ; Bryan, 1930). En Gaule romaine, des ex-voto anatomiques représentant des hernies inguinales, parfois avec bandage herniaire, sont découverts de façon récurrente dans des sanctuaires dédiés à une divinité guérisseuse (Raux, 2016). Quelques exemples archéologiques de bandages herniaires sont connus en France pour la période mérovingienne en contexte funéraire (Buchet et Pilet, 1984), tandis qu’en Angleterre, ils font partie des principaux objets thérapeutiques retrouvés en contexte monastique à la période médiévale (Gilchrist, 2020). Des corporations de bandagistes se développent à la fin du Moyen Âge (Rainal et Rainal, 1899), mais ce n’est qu’aux XVIIe-XVIIIe siècles que les bandages herniaires se perfectionnent, avec le développement de modèles auxquels une élasticité est donnée grâce à l’ajout d’un ressort, d’une "pelote" de tissu permettant de comprimer correctement la hernie, d’une ceinture en acier, plus mou que le fer, et donc plus confortable, terminée par une sangle de tissu ou de cuir permettant au bandage de s’adapter à toutes les corpulences (figure 3). Le premier modèle de ce type est proposé par Nicolas Lequin en 1665 (Rainal et Rainal, 1899). C’est à ce type de bandage que peut être rattachée la ceinture herniaire retrouvée à Gradignan.

Figure 3

Figure 3

Bandage herniaire développé au XVIIIe siècle : bandage de Arnaud (1749), d’après Léon et Jules Rainal (1899) |
Hernia truss developed in the 18th century: Arnaud’s truss (1749), from Léon and Jules Rainal (1899)

source : Gallica

Exemples archéologiques modernes

10Plusieurs cas de bandages herniaires semblables à celui de Gradignan ont été mis au jour en France dans des cimetières modernes. La fouille du cimetière de l’hôpital général de Dijon, qui a fonctionné entre 1785 et 1841, a ainsi fourni trois appareillages curatifs, dont une possible attèle et deux ceintures retrouvées au niveau du bassin des défunts (Chopelain et Fossurier, 2015 ; Fossurier, 2016). La première d’entre elles est constituée d’une ceinture métallique recouverte de textile et d’une pièce métallique semi-circulaire correspondant à une "pelote", ce qui est caractéristique d’un bandage herniaire. La seconde est quant à elle constituée de fragments d’arceaux portant des traces de cuir et de textile, ainsi que d’une boucle en métal cuivreux, et est interprétée comme une ceinture abdominale. Les données historiques indiquent que seule la population accueillie au sein de l’hôpital (patients, mais également indigents, orphelins et enfants abandonnés) a été inhumée dans le cimetière (Chopelain et Fossurier, 2015 ; Fossurier, 2016). Cela semble conforté par les nombreux cas d’infections, par la présence de grandes fosses collectives où est attesté le recours massif à de la chaux, par la découverte d’appareillages curatifs et par la présence de plusieurs cas d’autopsie (Fossurier, 2016). L’individu porteur du bandage herniaire était donc pris en charge par l’hôpital, ce qui suggère une gêne très importante ne permettant pas au sujet une activité quotidienne normale. Deux bandages ont par ailleurs été retrouvés au sein du cimetière de l’hôpital protestant de La Rochelle, utilisé entre 1765 et 1792 (Nibodeau et Souquet-Leroy, 2018). Dans le premier cas, le bandage est placé en avant de l’ilium gauche, la pelote étant positionnée au niveau de l’articulation sacro-iliaque gauche. Il s’agit donc bien d’une hernie inguinale. Le sujet concerné est un individu masculin âgé de plus de 60 ans. Dans le second cas, le bandage se trouve sur la diaphyse fémorale gauche d’une jeune femme âgée entre 15 et 19 ans, probablement morte enceinte ou en couches, un fœtus ayant été retrouvé entre ses fémurs. L’hypothèse d’une hernie crurale développée lors de sa grossesse est donc proposée (Nibodeau et Souquet-Leroy, 2018). La création de ce cimetière répond à deux impératifs : accueillir le corps des individus décédés au sein de l’hôpital et devenir un lieu d’inhumation officiel pour la communauté protestante. La vocation hospitalière du lieu est confirmée par un taux de pathologies important, la découverte de matériel témoignant des soins prodigués et de pratiques chirurgicales, toutefois, il n’est pas possible de distinguer les individus soignés au sein de l’hôpital, de ceux appartenant simplement à la communauté protestante (Nibodeau et Souquet-Leroy, 2018). Nous ne savons donc pas si le sujet masculin atteint d’une hernie inguinale était pris en charge par l’hôpital au moment de son décès, ou si son bandage lui permettait de vivre au sein de sa communauté. À Nancy, la fouille du cimetière paroissial des Trois-Maisons a également révélé un exemple de bandage herniaire porté au niveau du bassin par un homme âgé de plus de 60 ans, appartenant à la dernière phase d’inhumations datée de la première moitié du XIXe siècle (Dohr, 2012). D’autres exemples d’appareillages médicaux datés de la même période ont été retrouvés dans le cimetière : une prothèse dentaire en argent trouvée au sein d’une sépulture féminine privilégiée et un obturateur palatin en argent (Pillard et Soulat, 2018). Le cimetière des Trois-Maisons est le premier des grands cimetières modernes de Nancy, créé en 1732 hors les murs de la ville, et utilisé jusqu’en 1842 (Pillard et Soulat, 2018). Aucun lien avec un établissement hospitalier n’est mis en évidence ici, le bandage herniaire devait donc être porté quotidiennement par le sujet, sans qu’il nécessite une prise en charge par un hôpital. Enfin, un dernier exemple provient de la fouille du couvent de Jacobins à Rennes, où un bandage métallique à ressort, terminé par une sangle en cuir, était porté au niveau du bassin par un sujet masculin de plus de 60 ans inhumé dans sa tenue religieuse au sein de la salle capitulaire, réservée aux moines, entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. Le sujet présente également de multiples lésions qui suggèrent une arthropathie inflammatoire handicapante qui a nécessité une prise en charge par la communauté (Colleter, 2021).

Discussion

11Les quelques exemples de bandages herniaires archéologiques modernes connus en France, auxquels s’ajoute le cas de Gradignan, concernent pour la plupart des hommes âgés, ce qui correspond à la population la plus touchée par la hernie inguinale aujourd’hui, et montrent la diversité des contextes funéraires dans lesquels ils sont retrouvés : deux cimetières d’hôpitaux (Dijon et La Rochelle), un cimetière paroissial urbain (Nancy), un espace funéraire réservé aux moines en contexte monastique (Rennes), et pour Gradignan, un cimetière paroissial qui se distingue des trois autres par son caractère plus rural. Ainsi, la proximité d’un établissement hospitalier ne semble-t-elle pas constituer un élément déterminant pour la présence de bandages herniaires, dont le but est justement de permettre, pour celui qui le porte, de poursuivre ses activités quotidiennes. Les améliorations apportées aux bandages à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle ont grandement favorisé leur efficacité et leur confort (Rainal et Rainal, 1899). La présence d’un bandage herniaire s’accompagne à Dijon, à Nancy et à La Rochelle d’autres types d’appareillages médicaux, ainsi que de témoignages de pratiques chirurgicales à Dijon et à La Rochelle. Ils font écho aux nombreux indices de soins, d’opérations et d’apprentissage de la chirurgie mis en évidence lors de la fouille de l’Hôtel-Dieu à Lyon entre le XVe et le XVIIIe siècle (Bouchez et al., 2018), qui illustrent l’évolution de la fonction des hôpitaux, dont les nombreuses fondations aux XIIe-XIIIe siècles répondent d’abord à une volonté d’accueil et de charité, et dont l’aspect thérapeutique ne se développera qu’à partir du XVIe siècle, pour devenir un lieu de soin à part entière au XIXe siècle seulement (Réveillas, 2011). Le bandage herniaire de Gradignan, hors de tout contexte hospitalier connu et en milieu rural, témoigne donc de la diffusion des appareillages médicaux à partir du XVIIe siècle.

12Toutefois, la rareté des cas identifiés contraste avec la prévalence élevée de la hernie inguinale au sein des populations actuelles et a fortiori anciennes. Se pose donc la question du statut social des individus appareillés. En effet, un tel dispositif, dont la fabrication et les matériaux utilisés nécessitaient un haut degré de spécialisation, n’était probablement pas à la portée de toute la population. À côté de ces modèles élaborés, ont dû subsister des bandages fabriqués artisanalement avec les matériaux accessibles, qui ont donc pu ne pas se conserver. Outre le statut social du défunt qui lui permet ou non d’acquérir un appareillage couteux, la présence d’un bandage herniaire peut dépendre également de la possibilité d’accès au soin, qui varie en fonction de la distance à parcourir pour accéder à un praticien compétent et à un bandagiste, et de l’intensité de la gêne clinique ressentie, qui peut pousser la personne à rechercher une solution malgré la distance ou des ressources limitées. Enfin, il est possible que des individus ayant porté un bandage herniaire de leur vivant, n’aient pas été inhumés avec lui. En effet, le coût élevé de tels appareils a pu motiver leur récupération, expliquant ainsi leur rareté en contexte funéraire.

Conclusion

13La découverte d’un bandage herniaire permet de rendre visible la présence de la hernie inguinale chez les populations anciennes, non identifiable à partir des restes osseux, et qui a pourtant dû être très fréquente et a fait l’objet de l’attention des médecins depuis l’Antiquité. L’impact de ce type de hernie sur les personnes affectées a pu être très important. En effet, en l’absence de bandages réellement efficaces avant le milieu du XVIIe siècle, la hernie pouvait être gênante et douloureuse en position debout et en particulier lors d’efforts physiques, limitant ainsi l’activité de la personne touchée, et entraîner la mort de l’individu en cas de complication ou d’une intervention chirurgicale inefficace. La hernie a donc pu nécessiter une prise en charge de l’individu par la communauté du fait de la modification de ses capacités physiques, ce dont témoignent les bandages qui ont eu pour but de limiter l’impact de la maladie. La multiplication des cas archéologiques de bandages herniaires à partir du XVIIe siècle, dans des contextes funéraires variés, témoigne de l’avancée des connaissances médicales à la fin de la période moderne. Toutefois, leur rareté au regard de la prévalence élevée de la hernie chez les populations actuelles semble indiquer un statut social privilégié des individus appareillés et pose la question de l’accessibilité de ce type de dispositif pour l’ensemble de la population. La recension de ce type d’appareillage médical s’inscrit dans une réflexion plus large sur l’archéologie du soin et du handicap, qui s’interroge sur l’attitude des sociétés vis-à-vis de leurs membres malades ou vulnérables : leur quotidien, leur perception, leur prise en charge et les soins qui ont pu leur être apportés ou non en fonction de leur identité et de leur statut social, qui varient en fonction de critères économiques, environnementaux, sociaux et culturels (Delattre et Sallem, 2010 ; Delattre, 2021 ; Kacki et al., 2021).

Haut de page

Bibliographie

Boissavit-Camus B, Zadora-Rio E (1996) L’organisation spatiale des cimetières paroissiaux. In: Galinié H, Zadora-Rio E (eds) Archéologie du cimetière chrétien, Actes du 2e colloque ARCHEA (Orléans 29 septembre-1er octobre 1994). Fédération pour l’édition de la Revue archéologique du Centre de la France, Tours, pp 49-53

Bouchez I, Chamel B, Dal Col S et al (2021) Pratiques médico-chirurgicales modernes en contexte hospitalier à Lyon : témoignages archéoanthropologiques. In: Kacki S, Réveillas H, Knüsel J (dir) Rencontre autour du corps malade : prise en charge et traitement funéraire des individus souffrants à travers les siècles, Actes de la 10e Rencontre du Gaaf (Bordeaux 3-25 mai 2018). Publication de Gaaf 10, Gaaf, Reugny, pp 295-302

Bryan CP (1930) Ancient Egyptian Medicine: the papyrus Ebers. Ares Publishers, Chicago, 167 p

Buchet L, Pilet C (1984) À propos de quelques exemples de pratiques médicales et chirurgicales en Basse-Normandie pendant le Moyen Âge. Archéologie Médiévale 14:61-76 [https://doi.org/10.3406/arcme.1984.1123]

Chopelain P, Fossurier C (dir) (2015) Dijon (Côte-d’Or), Quartier du pont des Tanneries. Le cimetière de l’Hôpital Général de Dijon (1785-1841). RFO de fouille, Inrap Grand Est sud/SRA Bourgogne, 5 vol

Colleter R (2021) Archéologie du handicap et inégalités sociales au couvent des Jacobins de Rennes (XIIIe-XVIIIe siècles). Les Nouvelles de l’Archéologie 165:56-61 [https://doi.org/10.4000/nda.13013]

Delattre V, Sallem R (dir) (2010) Décrypter la différence : lecture archéologique et historique de la place des personnes handicapées dans les communautés du passé. CQFD, Paris, 200 p

Delattre V (dir) (2021) Archéologies du handicap. Les Nouvelles de l’Archéologie 165, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 72 p [https://doi.org/10.4000/nda.12503]

Dohr M (dir) (2012) Nancy (Meurthe-et-Moselle), Îlot Berger-Levrault. Du village Saint-Dizier au cimetière des Trois-Maisons. RFO de fouille, Inrap Grand Est Nord/SRA Lorraine, 4 vol

Ein SH, Njere I, Ein A (2006) Six thousand three hundred sixty-one pediatric inguinal hernias: a 35-year review. Journal of Pediatric Surgery 41:980-986

Fossurier C (2016) Autopsies à l’Hôpital Général de Dijon (1785-1841), le cimetière du "Pont des Tanneries". Archéopages 43:60-67 [https://doi.org/10.4000/archeopages.2176]

Gilchrist R (2020) Spirit, mind and body: the archaeology of monastic healing. In: Gilchrist R (ed) Sacred heritage: monastic archaeology, identities, beliefs. Cambridge University Press, Cambridge, pp 71-109

Guy D, Ogden MS (1971) The Cyrurgie of Guy de Chauliac. University Press for the Early English Text Society, Oxford

Kacki S, Réveillas H, Knüsel J (dir) (2021) Rencontre autour du corps malade. Prise en charge et traitement funéraire des individus souffrants à travers les siècles, Actes de la 10e Rencontre du Gaaf (Bordeaux, 3-25 mai 2018). Publication du Gaaf 10, Gaaf, Reugny, 322 p

Kingsnorth A, Le Blanc K (2003) Hernias: inguinal and incisional, The Lancet 362(9395):1561-1571 [https://doi.org/10.1016/S0140-6736(03)14746-0]

Leven KH (1998) The invention of Hippocrates: oath, letters and Hippocratic corpus. In: Trohler U, Reiter-Theil S (eds) Ethics Codes in Medicine: Foundations and Achievements of Codification since 1947. Ashgates, Aldershot, pp 3-20

Marte A, Caldamone AA, Aguiar LM (2021) The history of the pediatric inguinal hernia repair. Journal of Pediatric Urology 17(4):485-491 [https://doi.org/10.1016/j.jpurol.2021.05.018]

Nibodeau J-P, Souquet-Leroy I (dir) (2018) La Rochelle (Charente-Maritime), Rue du Docteur Schweitzer-hôpital Saint-Louis. Un hôpital et un cimetière protestants au temps des Lumières. RFO de fouille, Inrap Grand Sud-Ouest/SRA Aquitaine, 4 vol

Papavramidou N, Christopoulou-Aletra H (2009) The ancient technique of "gastrorrhaphy". Journal of Gastrointestinal Surgery 13:1345-1350 [https://doi.org/10.1007/s11605-009-0856-0]

Pillard C, Soulat J (2018) Exotisme et privilège dans une tombe féminine du début du XIXe siècle du cimetière des Trois-Maisons à Nancy (Meurthe-et-Moselle). Cahiers LandArc 27:1-12

Portat E, Guillon M, Delattre V (2011) Les comportements funéraires chrétiens autour de la mortalité fœtale et périnatale : deux exemples récents (XIe-XVIIIe s.) pour une lecture archéoanthropologique du phénomène de répit. In: Castex D, Courtaud P, Duday H et al (eds) Le regroupement des morts. Genèse et diversité archéologique. Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine/Ausonius, Bordeaux, pp 231-248

Primatesta P, Goldacre MJ (1996) Inguinal hernia repair: incidence of elective and emergency surgery, readmission and mortality. International Journal of Epidemiology 25:835-839 [https://doi.org/10.1093/ije/25.4.835]

Rainal J, Rainal L (1899) Le bandage herniaire, autrefois, aujourd’hui. Masson, Paris, 328 p

Raux S (2016) Quand se soigner c’est croire : les ex-voto anatomiques, témoins des appels aux dieux dans le processus de guérison. Archéopages 43:6-17 [https://doi.org/10.4000/archeopages.1609]

Réveillas H (2011) Les hôpitaux et leurs morts. Des sources écrites au terrain. In: Castex D, Courtaud P, Duday H et al (eds) Le regroupement des morts. Genèse et diversité archéologique. Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine/Ausonius, Bordeaux, pp 219-230

Réveillas H (dir) (2020) Gradignan (Gironde), Larrieu (phases 1 et 2), Roumégoux Sud, Roumégoux DEAU Aximum, Roumégoux Aximum 2. RFO de fouille, Centre Archéologie Préventive de Bordeaux Métropole/SRA Aquitaine, Bordeaux, 3 vol

Réveillas H (dir) (à paraître) Gradignan (Gironde), Place Roumégoux. RFO de fouille, Centre Archéologie Préventive de Bordeaux Métropole/SRA Aquitaine, Bordeaux

Salin E (1967) Quelques objets rares du haut Moyen Âge. Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 111(3):387-402

Sanders D, Kingsnorth A (2012) From ancient to contemporary times: a concise history of incisional hernia repair. Hernia 16:1-7 [https://doi.org/10.1007/s10029-011-0870-5]

Simons MP, Aufenacker T, Bay-Nielsen M et al (2009) European Hernia Society guidelines on the treatment of inguinal hernia in adult patients. Hernia 13(4):343-403 [https://doi.org/10.1007/s10029-009-0529-7]

Stoppa R (2001) Survol historique de la chirurgie des hernies, de la castration à la haute technologie. Histoire des sciences médicales 35(1):57-70

Toledo-Pereyra LH (1973) Galen’s contribution tu surgery. Journal of the History of Medicine and Allied Sciences 28(4):357-375

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Photographie de détail du bandage herniaire in situ dans la sépulture SP11566 |Detail of the hernia truss in situ in the SP11566 grave
Crédits P. Duratti
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/11636/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 894k
Titre Figure 2
Légende Photographie de l’ensemble des éléments du bandage herniaire conservés | Photograph of all the preserved parts of the hernia truss
Crédits DAO/CAD : C. Bouffiès, cliché/photograph : A. Balboa-Pont
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/11636/img-2.png
Fichier image/png, 293k
Titre Figure 3
Légende Bandage herniaire développé au XVIIIe siècle : bandage de Arnaud (1749), d’après Léon et Jules Rainal (1899) |Hernia truss developed in the 18th century: Arnaud’s truss (1749), from Léon and Jules Rainal (1899)
Crédits source : Gallica
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/11636/img-3.png
Fichier image/png, 295k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Bouffiès, Hélène Réveillas et Alejandra Balboa-Pont, « Les bandages herniaires modernes : apports d’un nouvel exemple provenant du cimetière paroissial de Gradignan (Gironde) »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 35 (1) | 2023, mis en ligne le 21 février 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/11636 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.11636

Haut de page

Auteurs

Camille Bouffiès

Pôle de recherche archéologique de Nantes Métropole, Nantes, France ; Univ. Bordeaux, CNRS, Ministère de la Culture, PACEA, UMR 5199, Pessac, France ; camille.bouffies[at]nantesmetropole.fr

Articles du même auteur

Hélène Réveillas

Univ. Bordeaux, CNRS, Ministère de la Culture, PACEA, UMR 5199, Pessac, France ; Centre Archéologie préventive de Bordeaux Métropole, Bordeaux, France

Articles du même auteur

Alejandra Balboa-Pont

LCERMC, Toulouse, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search