Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35 (1)Articles thématiquesLa santé publique en vallée d’Oss...

Articles thématiques

La santé publique en vallée d’Ossau (Béarn, France) aux XVIIIe et XIXe siècles à partir de la démographie et des écrits

Assessment of population health in the Ossau valley (Bearn, France) during the 18th and 19th centuries using demography and written sources
Frédéric Bauduer et Jean-Pierre Dugène

Résumés

Afin d’explorer l’état sanitaire des populations pyrénéennes du XVIIIe et XIXe siècles, les données démographiques issues des registres de décès/sépultures de trois villages de la vallée d’Ossau (province historique du Béarn, France), Arudy, Bilhères et Béost, ont été interprétées à la lumière de diverses sources écrites (publications scientifiques, documents officiels). Les indicateurs étudiés semblent favorables quant à la mortalité globale et infantile ou la saisonnalité des décès par rapport à plusieurs populations contemporaines. Des crises de mortalité évoquant des épidémies et atteignant plus particulièrement les enfants ont été retrouvées, surtout au XVIIIe siècle. Nous passons en revue les déterminants de santé qui pourraient expliquer ce profil en considérant essentiellement les facteurs extrinsèques liés à l’environnement, l’organisation sociale, le mode de vie, ainsi qu’à l’offre de soins.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cette note fait suite à une communication présentée lors des 1847es journées de la Société d’Anthropologie de Paris dans le cadre de la session "Corps malades"

Texte intégral

Introduction

1Des renseignements sur l’état de santé des populations du passé peuvent être obtenus grâce à plusieurs types d’approches dont les principales sont l’exploration ostéoarchéologique et paléopathologique de restes humains (Aufder-heide et Rodriguez-Martin, 2011) incluant la recherche de génomes microbiens (Spyrou et al., 2019), l’analyse de textes, de représentations artistiques ou photographiques, et pour les périodes les plus récentes (à partir du XVIIIe siècle dans notre pays), l’étude des données fournies par la démographie historique (Fuster, 2003). Concernant ce dernier outil on se base surtout sur les paramètres associés à la natalité, à la mortalité, voire à la nuptialité, à travers les registres paroissiaux et d’état civil. Nous travaillons depuis de nombreuses années sur la population de la vallée d’Ossau. Il s’agit d’une zone isolée sur le plan génétique (Marquer, 1979) exprimant bien les caractères anthropologiques propres aux populations ouest-pyrénéennes (Soulet, 2004). Une analyse combinée des trois seules études de démographie historique concernant la vallée d’Ossau (Fresel-Lozey, 1969 ; Dugène et Bauduer, 2014 ; Dugène et Bauduer, 2022) est rapportée ici. L’objectif est de mieux appréhender l’état sanitaire de cette zone de montagne aux XVIIIe et XIXe siècles en se concentrant sur les registres de sépultures et décès. Les questions posées sont les suivantes : ces trois villages offrent-ils un tableau cohérent quant à la santé des habitants de la vallée d’Ossau à partir des indicateurs étudiés ? Comment se situe le niveau sanitaire de cette vallée par rapport aux autres zones ? Existe-t-il des données qui pourraient conforter nos résultats de mortalité en raison des biais de sources liés à l’approche strictement démographique ?

Matériels et méthodes

  • 1 Procédure simplifiée de baptême effectuée en urgence pour des nouveau-nés dont la survie est menacé (...)

2Nous avons effectué une synthèse à partir de trois études réalisées respectivement au niveau des villages d’Arudy (Dugène et Bauduer, 2022), Béost (Dugène et Bauduer, 2014) et Bilhères (Fresel-Lozey, 1969) situés dans la vallée d’Ossau, province historique du Béarn (actuellement le département des Pyrénées-Atlantiques) qui compte un total de 18 villages (figure 1). Il s’agit de trois villages dont l’existence est attestée de longue date : 1154 pour Bilhères (Fresel-Losey, 1969), 1328 pour Béost et le XIIIe siècle pour Arudy (Dugène, communication personnelle). Ce sont, à cette époque, des communautés à vocation essentiellement pastorale (bovins et ovins). Cette activité est assurée par les hommes et inclut un séjour dans les hauts pâturages durant l’été. L’agriculture est basée sur de petites exploitations fonctionnant grâce à une main d’œuvre surtout féminine et destinée à l’autoconsommation. Durant la période en question, le maïs a remplacé le seigle et le froment comme production principale. L’artisanat représente le troisième pôle majeur d’activité professionnelle. De par sa taille plus importante et sa situation centrale à l’entrée de la partie haute de la vallée, seul le village d’Arudy a connu un développement industriel au cours du XIXe siècle et la desserte du chemin de fer. Les trois études se sont basées sur le dépouillement de registres civils (actes de décès) et/ou paroissiaux (actes de sépultures) couvrant le XVIIIe et/ou le XIXe siècle(s) à l’échelon d’un village. Les procédures d’ondoiement1 non effectuées par le prêtre mais disponibles au sein des registres paroissiaux ont également été pris en compte. Les paramètres démographiques suivants, qui peuvent constituer des éléments intéressants en santé publique et qui étaient disponibles dans les trois études, ont été choisis : taux (brut) de mortalité (nombre de décès dans l’année rapporté à la population totale mesurée cette même année, voire nombre de décès de la période rapporté à la moyenne des populations entre deux recensements) ; taux de mortalité infantile (nombre de décès d’enfants de moins de 1 an rapporté aux naissances vivantes) ; distribution des décès selon le sexe, la tranche d’âge, l’année, la saison ; crises annuelles de mortalité (accroissement des décès d’au moins 50% par rapport au nombre moyen) ; âge moyen au décès (afin d’explorer la longévité) ; causes des décès. En l’absence d’âge au décès sur les registres, ce paramètre pouvait être calculé à partir des actes de baptême. Il faut préciser que pour Arudy, au XVIIIe siècle, le registre est tenu par l’Église à partir de 1723 (mais considéré comme fiable que depuis 1741) puis par le civil à partir de 1793. Ainsi, pour cette localité, les données étudiées couvrent la période s’étendant du 01/01/1741 au 31/12/1800 (2663 actes de décès et sépultures) soit les 60 dernières années du siècle durant lesquelles deux recensements ont été effectués (1793 : 1767 habitants et 1800 : 1635 habitants). Pour Bilhères, l’enregistrement systématique des défunts apparait vers 1740 (Fresel-Lozey, 1969). Cette commune comptait 452 habitants en 1780, 475 en 1836, 430 en 1866 et 439 en 1896 (1418 actes de décès/sépultures entre 1740 et 1899). Pour Béost, au XIXe siècle, dont la population a varié entre 410 (1831) et 316 habitants (1896) au cours des 15 recensements effectués, le registre de l’état civil a été disponible pour l’intégralité de la période (1/01/1801 au 31/12/1900, 885 actes de décès). Les registres de l’église incluent la totalité des décès dans cette vallée traditionnellement catholique et qui n’a pas été concernée par le développement du protestantisme en Béarn à la fin du XVIe siècle (Fresel-Lozey, 1969).

Figure 1

Figure 1

La vallée d’Ossau avec les trois villages étudiés : Arudy, Béost et Bilhères |
The Ossau valley showing the three villages of Arudy, Béost and Bilhères

carte des Cassini, XVIIIe siècle / Cassini family map, 18th century

3Les données obtenues en vallée d’Ossau ont été comparées avec des séries publiées pour les mêmes périodes historiques en France ou dans d’autres pays d’Europe occidentale. Ces résultats seront ensuite discutés à la lumière de publications issues de la littérature scientifique ou de l’histoire locale et des documents officiels (provenant essentiellement des archives locales ou départementales).

Résultats

4Ces trois villages ayant un nombre d’habitants très modeste, aucune analyse statistique n’a été effectuée. Les taux bruts de mortalité dans ces trois villages de la vallée d’Ossau semblent égaux ou inférieurs à ceux obtenus dans d’autres lieux, aux mêmes périodes, et avec la même méthodologie, que ce soit des sites urbains ou ruraux, y compris des populations à très bon niveau de santé publique comme la Scandinavie (tableau 1) ou l’Angleterre concernant la mortalité infantile (tableau 2). À Arudy, au XVIIIe siècle, 24,1% des individus vivaient au moins pendant six décennies (Bas-Béarn : 13,9%) selon Desplat et al. (1992), 3,1% atteignaient 80 ans ou plus, et sont retrouvés trois cas de centenaires : un homme décédé à 100 ans et deux femmes à respectivement 100 et 102 ans (Dugène et Bauduer, 2022). Des constatations similaires ont été effectuées dans une étude sur le Pays de Galles au XVIIIe siècle (Muir, 2017). À Béost, au XIXe siècle, l’âge moyen au décès est de 46,4 ans pour les hommes et de 45,7 ans pour les femmes (Dugène et Bauduer, 2014) ce qui correspond au profil de la France de l’époque dans les catégories socioprofessionnelles les plus élevées (Bideau et al., 1988 ; Meslé et Vallin, 1989). Dans les registres religieux, les causes du décès ne sont indiquées que dans les morts brutales afin de justifier pour le prêtre l’impossibilité d’administrer l’extrême onction comme relevé par d’autres auteurs (Landry et Lessard, 1995). 52 décès ont été documentés à Arudy entre 1741 et 1800 ce qui représente environ 2% des cas. Il s’agit principalement de morts subites – le contexte médical précis n’est indiqué que deux fois : paralysie aiguë (homme de 66 ans) et attaque cérébrale avec aphasie (femme de 70 ans), ce qui, dans les deux cas, évoque au premier chef un accident vasculaire cérébral et, à moindre fréquence, d’accidents (Dugène et Bauduer, 2022). Les taux de mortalité infantile en vallée d’Ossau se comparent également favorablement à ceux d’autres populations étudiées et il est noté une baisse sensible de ce paramètre au XIXe siècle par rapport au précédent alors que ce phénomène est moins marqué dans les autres séries (tableau 2). Le pourcentage de décès dans la première année de vie est de 20,4% au XVIIIe siècle à Arudy, 13,3% au XIXe siècle à Béost versus 25% dans les Alpes durant ces deux siècles (Girotti, 2010). Dans ces trois localités, les décès dans la première année de vie frappent un peu plus les garçons que les filles comme classiquement décrit (Blayo, 1975).

Tableau 1

Tableau 1

Taux de mortalité en vallée d’Ossau et comparaison avec d’autres zones |
Mortality rate in the Ossau valley and comparison with other zones

Tableau 2

Tableau 2

Taux de mortalité infantile en vallée d’Ossau et comparaison avec d’autres zones |
Infant mortality rate in the Ossau valley and comparison with other zones

  • 2 Terme générique englobant des diarrhées d’origine microbienne (amibes, salmonelles, shigelles).

5L’excès de mortalité des femmes dans leurs 3e-6e décennies pouvant être en lien avec la grossesse (Bideau, 1981 ; Willmott Dobbie, 1982 ; Gutierrez et Houdaille, 1983), une plus grande sensibilité à certaines infections comme la variole et la tuberculose (Bideau, 1981 ; Willmott Dobbie, 1982), voire des facteurs sociaux (Bideau, 1981), n’apparait pas nettement dans ces trois séries. La mortalité en couche n’y est pas estimable précisément ce qui est en général le cas pour les travaux portant sur cette époque (Muir, 2017) à l’exception d’études spécifiques comme par exemple celles de Guttierez et Houdaille (1983) ou de Loudon (1986). Dans le Sud-Ouest de la France, avant les progrès en matière d’hygiène, il était noté un excès de mortalité en août, septembre et octobre dû à des infections digestives (dysenterie2) en rapport avec l’eau contaminée (majorité de jeunes enfants) plus les mois d’hiver par infections pulmonaires (majorité d’adultes âgés) (Dupâquier, 1988). Cette distribution saisonnière des décès est ici peu prononcée, ce qui pourrait aller dans le sens d’un niveau sanitaire plus satisfaisant, mais il faut néanmoins tenir compte de la faiblesse des effectifs. Cette saisonnalité s’affirme lors des périodes où l’on observe des crises de mortalité comme noté par Muir (2017). Des crises de mortalité sont observées et dues à des causes habituellement non présentes dans la population : épidémies, disettes ou guerres (Post, 1990 ; Minvielle, 2007 ; Girotti, 2010) avec ici une probable prépondérance des étiologies infectieuses comme noté par exemple dans une autre population rurale européenne, celle du Pays de Galles (Muir, 2017). Au XVIIIe siècle, quatre crises majeures de mortalité sont retrouvées à Arudy en 1755 (décès x2), 1767, 1775, et en 1795 pour Bilhères, au cours desquelles prédominent les décès d’enfants de moins de 10 ans (Dugène et Bauduer, 2022). Ici, elles ne correspondent pas à la chronologie de celles ayant atteint l’Aquitaine nord comme, par exemple, en 1748 (mauvaise récolte de céréales), 1766 (hiver très froid) ou 1770 (inondations) (Minvielle, 2007). À Bilhères, au XVIIIe siècle, de hauts niveaux de mortalité sont relevés les années 1739, 1746 et 1760 intéressant pour moitié des enfants de moins de 5 ans. À l’opposé, au siècle suivant, la majorité des décès concerne des personnes âgées en période hivernale (Fresel-Lozey, 1969). Aucune documentation fiable des causes médicales de ces crises n’a été retrouvée. Concernant le XIXe siècle, deux épidémies s’associent aux crises de mortalité observées à Béost en 1856 avec au moins huit décès attribués au choléra : trois hommes et un garçon (8 ans) et quatre femmes de 16 à 46 ans, entre octobre (1), novembre (3) et décembre (4) et, en 1870, la variole (mortalité doublée dans le village de Laruns à 1 km pour cette même raison) (Dugène et Bauduer, 2014 ; Lacoste, 1910).

Discussion

Préambule : limites de la démographie historique

6Il convient tout d’abord de prendre conscience des limites de la démographique historique signalées par les chercheurs qui ont utilisé ce genre d’approche, en particulier l’équipe d’histoire des populations de Cambridge (Wrigley et al., 1966). Tout d’abord, la petite taille des populations étudiées limite le poids de nos conclusions. Comme dans toutes les séries historiques, la non exhaustivité des données avec un sous-enregistrement électif des décès des très jeunes enfants constitue la limite essentielle à considérer (Fresel-Lozey, 1969). Ce biais se réduit après 1736 sous l’effet d’un texte de loi obligeant l’enregistrement de tous les décédés quel que soit leur âge. À l’opposé, la pratique courante ici de l’ondoiement a permis de détecter des décès très précoces de jeunes enfants non encore baptisés, ce qui n’était pas forcément le cas dans d’autres territoires géographiques ayant été analysés. Il convient de souligner que la fiabilité des registres religieux est très dépendante de la rigueur des prêtres qui en sont responsables. Au XVIIIe siècle, l’arrivée des registres civils a été susceptible de modifier la qualité du recueil de données mais cela n’a pas été constaté sur le village d’Arudy lors de la bascule de 1793 (Dugène, données non publiées). Nous nous sommes focalisés sur des indicateurs simples et utilisés le plus souvent en démographie parmi la multiplicité des paramètres disponibles. À cet égard, notre étude s’est intéressée en premier lieu au taux brut de mortalité qui figurait dans les trois travaux princeps. Cet indicateur peut apparaitre comme moins intéressant que l’espérance de vie (qui est largement utilisée de nos jours en santé publique) car il ignore la structure par catégories d’âge de la population qui peut biaiser l’interprétation. Cependant, l’espérance de vie à la naissance calculée pour Bilhères par Fresel-Lozey (1969) va à l’encontre de l’existence d’un tel biais dans notre travail (cf. ci-après). Notre méthodologie ne nous permet pas d’évaluer les migrations qui peuvent également impacter significativement sur les résultats de mortalité. La vallée d’Ossau semble sur des données anthropologiques l’une des plus "fermées" de la zone pyrénéenne (Marquer, 1979). En particulier, les migrations dans le contexte matrimonial semblent réduites. Au XIXe siècle, dans l’étude consacrée à Béost, l’endogamie de vallée avait été mesurée à plus de 90%, ce qui est un taux record (Dugène et Bauduer, 2014), et à Bilhères seulement 7% des conjoints étaient originaires de lieux distants de plus de 20 km (Fresel-Lozey, 1969). Néanmoins, ces vallées pyrénéennes ont subi pendant cette période des départs d’individus à partir du milieu du XIXe siècle (prélude à l’exode rural constaté dans tout le pays) et plus spécifiquement l’émigration (surtout masculine) des enfants cadets (particulièrement vers le continent américain) (Soulet, 2004). Ces individus naissant dans la zone et décédant ailleurs ont été susceptibles de conduire à une baisse du taux de mortalité. Malgré tous ces biais possibles, la combinaison des résultats démographiques de ces trois villages apporte des éléments homogènes et des indices positifs concernant l’état sanitaire qui semblent en très bonne corrélation avec les autres approches (cf. ci-après).

Mortalités globale, maternelle et infantile

7Au niveau de ces trois villages, une baisse de la mortalité globale et infantile est constatée au XIXe siècle par rapport au siècle précédent, ce qui est noté dans de multiples séries (tableaux 1 et 2). À partir du XVIIIe siècle, les améliorations du niveau d’hygiène, de la prise en charge des accouchées et des moyens de lutte contre la variole (apparition de l’inoculation/vaccination) entrainent une baisse significative de la mortalité (Bardet et Dupâquier, 1998 ; Johansson, 2010). D’autres éléments issus de différentes sources semblent confirmer que la vallée d’Ossau aux XVIIIe et XIXe siècles se situait dans un contexte sanitaire parmi les meilleurs de cette époque. À ces périodes, le Sud-Ouest de la France se caractérisait par un taux de mortalité inférieur à celui du reste du pays (Fine-Souriac, 1978), comme constaté ici dans cette population montagnarde. Seul Fresel-Lozey (1969) pour Bilhères a pu calculer l’espérance de vie à la naissance sur trois générations, soit 1740-1779 : 37 ans, 1780-1819 : 44 ans (France, 1790 : 30 ans, 1810 : 37 ans, https://www.ined.fr/), 1820-1859 : 49 ans (France, 1850 : 43 ans, https://www.ined.fr/​). Ces résultats révèlent l’absence de biais d’interprétation de nos taux de mortalité en rapport avec la pyramide des âges et confortent notre interprétation quant à l’état sanitaire remarquable de ces trois villages à ces périodes. Ce bas niveau de mortalité est explicable en particulier par une moindre mortalité des enfants. Cette dernière demeure de nos jours un problème de santé publique dans les pays non développés, avec des différences notables en fonction de la géographie. À titre d’exemple, le taux de mortalité des moins de 5 ans dans la province pakistanaise du Penjab s’élevait à 63,3/1000 en 2017 (Burstein et al., 2019). À la seconde moitié du XIXe siècle, ce taux était au-delà de 40% pour l’Italie, à 30% en France, autour de 25% en Angleterre, et à environ 20% en Norvège et Suède (Pozzi et Farinas, 2015). La santé et la survie des jeunes enfants sont conditionnées par quatre groupes de facteurs : 1) variables biodémographiques (exemples : âge et état de santé des mères), 2) conditions environnementales (exemples : qualité de l’habitat, alimentation), 3) facteurs socioéconomiques (exemple : niveau socioprofessionnel des parents) et 4) facteurs culturels (exemples : pratiques d’allaitement, utilisation des services de santé) (Pozzi et Farinas, 2015). La mortalité maternelle n’est pas ici directement appréciable. Aux périodes explorées, cette dernière augmentait avec l’âge maternel et survenait dans deux tiers des cas dans les 15 jours suivant l’accouchement (Gutierrez et Houdaille, 1983). La saisonnalité est ici peu marquée. Ce phénomène est-il dû à une insuffisance quantitative de notre échantillon (biais) ou reflète-t-il réellement un meilleur état sanitaire lié à un bon niveau d’hygiène, un effet protecteur de l’allaitement prolongé, un accès à une eau saine, ou un habitat et une alimentation de qualité ?

Crises de mortalité : un rôle majeur des maladies infectieuses

  • 3 Pratique d’origine imprécise qui consistait à inoculer le contenu d’une pustule de varioleux à un i (...)
  • 4 Injection de contenu de pustule d’individus atteints de la vaccine, infection bénigne contractée pa (...)
  • 5 Dénommé également "feu de Saint Antoine", c’est une affection provoquée par la consommation de seig (...)

8On a observé dans notre étude des crises démographiques qui sont constatées en Europe à ces époques (Post, 1990). Les épidémies de maladies infectieuses favorisées par les difficultés alimentaires et les conditions climatiques constituaient la cause majeure de ces phénomènes. Malheureusement, la documentation précise de ces épisodes est rarement possible. En 1795, la crise de mortalité qui frappe Bilhères et qui s’associe à une chute significative des mariages a été favorisée par une pénurie alimentaire par manque de céréales (Fresel-Lozey, 1969). Seule la mise en évidence a posteriori de génomes d’agents infectieux sur des restes hsumains de cette époque pourrait permettre de confirmer l’existence et la nature des épidémies ayant frappé ces populations (Spyrou et al., 2019). De multiples infections sont susceptibles d’expliquer ces crises de mortalité. La peste peut être d’emblée exclue car la dernière épidémie en Béarn date de 1652-1654 (Bourrouilh, 1992). À ces périodes, la variole est la tueuse majeure des moins de 10 ans (80% des cas), en particulier durant la première moitié de l’année. Elle est fortement suspectée à Arudy lors des crises de mortalité de 1746, 1755, 1767, 1775 et 1783. Une épidémie majeure a atteint la ville de Bordeaux en 1761 et la France dans son ensemble en 1774 (entrainant la mort de Louis XV). L’inoculation3 (ou variolisation) était pratiquée en Angleterre depuis les années 1720 mais pouvait conduire à de graves désagréments (apparition d’une variole vraie, contamination par d’autres agents infectieux, syphilis par exemple). L’administration régionale du Béarn s’était opposée à sa pratique en 1776 puis l’a accepté dans certaines zones à partir de 1790 (Desplat, 1992). La variolisation a été ensuite remplacée par la vaccination4 grâce au génie d’Edward Jenner (1796). La dysenterie était très présente dans l’Ouest de la France en 1779 (Lebrun, 1973). Des épidémies estivales dans des zones proches de celle de l’étude ont été authentifiées en 1759, 1786 et 1787 dans un contexte de vagues de chaleur et de problèmes d’eau (Desplat, 1992). Elles pourraient avoir été impliquées lors de nos crises de mortalité de 1746, 1755, 1783 ou 1791. Le typhus sévit dans la capitale de la province, Pau, en 1779 (Desplat, 1992). Les infections respiratoires en hiver chez les plus âgés auraient pu contribuer à la surmortalité relevée à Arudy début 1747 et novembre-décembre 1795. L’ergotisme5 a sévi dans le Sud de la France en 1747 débouchant sur un accroissement de la mortalité adulte et infantile (par réduction du lait des mères) (Lachiver, 1991). Il convient de ne pas oublier l’épidémie de peste bovine qui a frappé les Pyrénées de l’ouest entre 1774 et 1776 et qui a occasionné la perte de plus de 80% du cheptel en Béarn (Desplat, 2005). Les crises de mortalité notées à Bilhères en 1774 et à Arudy en 1775 sont probablement à rapporter à cette crise sanitaire animale. Ceci rejoint le concept "one health" selon lequel la santé des populations humaines est étroitement liée à l’état sanitaire des écosystèmes au sein desquels elles évoluent (Zinsstag et al., 2011). À tous ces maux peuvent s’ajouter la diphtérie ("croup"), le choléra (mieux documenté au XIXe siècle) et la rougeole.

Déterminants de santé

  • 6 Sous l’Ancien Régime, les généralités correspondaient à des circonscriptions administratives. La va (...)

9L’interprétation de nos résultats doit faire appel au concept de "determinants de santé" qui constituent les paramètres influençant l’état sanitaire des populations humaines et qui sont présentés sur la figure 2 (Dahlgren et Whitehead, 1991). Ils sont schématisés sous la forme d’un noyau central incluant les caractères intrinsèques des individus autour duquel s’organisent des couches concentriques numérotées de 1 à 4 correspondant respectivement aux facteurs liés au mode de vie individuel (1), aux réseaux sociaux et communautaires (2), aux conditions de vie et de travail (3), et aux conditions socioéconomiques, culturelles et environnementales globales (4). On ne connait pas pour l’instant de caractéristiques génétiques propres aux habitants de l’Ossau qui leur conféreraient des avantages sur le plan de la santé. Néanmoins, certains facteurs exogènes pourraient expliquer le profil sanitaire de cette population. Les communautés pyrénéennes avaient une organisation sociale particulière et mettaient en place des pratiques de solidarité (Soulet, 2004) (figure 2, couche 2). Ainsi, en vallée d’Ossau, la prise en charge médicale gratuite pour les nécessiteux était assurée par des médecins prépayés par contrat à l’avant-garde de tout ce qui se faisait dans le pays à cette époque (Bauduer et Dugène, 2015). De façon plus générale, dans les Pyrénées, les communautés de vallées avaient mis en place une assistance de l’individu par le groupe incluant par exemple un recours préférentiel aux soins à domicile plutôt qu’à l’hospice ou des aides en cas de calamité (incendies, perte de bétail…) (Soulet, 2004). Il faut souligner aussi l’effort de la collectivité dans la distribution des tâches qui permettait aux mères d’allaiter dans les meilleures conditions (Sangoï, 1997). Le niveau du service de santé ossalois semblait très satisfaisant pour l’époque (figure 2, couche 3). Concernant l’offre de soins, il y avait à Arudy en 1788 trois chirurgiens, deux médecins et un hôpital (Desplat, 1992). Les médecins ossalois étaient souvent issus de la faculté de Montpellier comme le plus illustre d’entre eux, Théophile de Bordeu, un des pionniers de l’endocrinologie et de la médecine thermale, qui a officié à la cour du Roi de France Louis XV. À partir de 1752 les sages-femmes recevaient une courte formation organisée par la généralité6 (Desplat, 1992). L’analyse des actes de naissance à Arudy au XVIIIe siècle indique que les accouchements (au moins dans les cas difficiles) s’effectuaient sous assistance médicale : sur 41 ondoiements retrouvés, 32 notifiaient la présence d’une sage-femme ou d’un "maitre chirurgien" (Dugène et Bauduer, 2022). Ceci contredit la vision de Gélis (1977) qui souligne qu’à ces époques la prise en charge des accouchements en France était beaucoup plus aboutie en ville que dans les territoires ruraux. Ainsi, la mortalité maternelle semble plus faible en Aquitaine que dans le reste de la France à cette période (Gutierrez et Houdaille, 1983). La plus faible mortalité dans l’enfance pourrait s’expliquer pour certains par une pratique moins fréquente de mise en nourrice (Bardet et Dupâquier, 1998) conjuguée à une utilisation prolongée de l’alimentation au sein (sevrage survenant entre 1 et 3 ans), cette dernière conférant une certaine protection contre les infections, cause numéro un de décès à ces âges (Fildes, 1980; Fine-Souriac, 1978). Par contre, l’espérance de vie des enfants "naturels", en situation de bannissement social, apparait significativement écourtée (Dugène et Bauduer, 2014). Cet état sanitaire relativement favorable va dans le sens des constatations effectuées chez les Canadiens français au XVIIIe siècle : la mortalité y était plus faible en milieu rural qu’en ville du fait, selon les auteurs, de facteurs environnementaux (figure 2, couches 3 et 4) : faible densité de population, eau abondante et de qualité, climat favorable et milieu naturel offrant des opportunités alimentaires (gibier, poissons) (Ouellette et al., 2012). Ces éléments semblent bien caractériser également notre population d’étude. En particulier, l’environnement naturel de la vallée d’Ossau offre un climat et des eaux remarquables mis à profit dans ses deux stations thermales (Eaux-Bonnes et Eaux-Chaudes) dès le XVIIIe siècle. Un autre élément en faveur d’un bon état sanitaire de cette population nous est fourni par les documents officiels de l’époque qui font apparaitre un taux faible d’exemption du service militaire pour raison médicale chez les conscrits des Basses-Pyrénées (Soulet, 2004). La pratique religieuse (très ancrée en vallée d’Ossau) semble s’associer à une mortalité adulte plus faible par le biais du développement des liens sociaux (figure 2, couche 2) (Carey et Judge, 2001). Ces populations montagnardes développaient une activité physique quotidienne importante (Soulet, 2004), élément favorable vis-à-vis de l’état de santé. On sait aujourd’hui que par le biais de mécanismes moléculaires récemment mis en évidence, l’exercice régulier tout au long de l’existence s’associe à une espérance de vie prolongée et à une réduction du risque de survenue d’une quarantaine de pathologies chroniques (Ruegsegger et Booth, 2018). Le facteur alimentation est également primordial à considérer. Nous ne disposons pas de données précises sur ce point pour le XIXe siècle mais une étude menée au début du XXIe siècle sur un large échantillon d’individus ouest-pyrénéens de plus de 60 ans a retrouvé un profil nutritionnel particulièrement favorable qui serait une des explications à leur fort taux de longévité (Bauduer et al., 2012).

Figure 2

Figure 2

Les déterminants de santé |
Health determinants

d’après Dahlgren et Whitehead, 1991 / adapted from Dahlgren and Whitehead, 1991

Conclusion

10Les données collectées mettent à mal la vision caricaturale considérant que les populations extra-urbaines européennes présentaient un niveau sanitaire inférieur à celui des habitants des villes. Notre étude, analysant de façon conjointe les trois seuls travaux démographiques effectués en vallée d’Ossau aux XVIIIe et XIXe siècles, argue donc en faveur d’un état sanitaire surpassant la majorité des zones françaises et se comparant aux meilleures situations ouest-européennes. Cette conclusion doit être tirée avec précaution car il ne faut pas ignorer les biais de sources associés à la démographie historique. Néanmoins, les autres approches utilisées, ainsi que les recherches bibliographiques et au niveau d’archives, semblent conforter cette interprétation. Ces constatations semblent toujours d’actualité puisque les trois villages étudiés, ou plus largement le département dans lequel ils se situent, expriment toujours actuellement de meilleurs résultats comparativement à la France dans son ensemble concernant le taux de mortalité (Béost : 6,3/1000, en 2013-2018, https://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr versus 9,1/1000 en 2018, https://www.insee.fr/​fr/​statistiques), l’espérance de vie à la naissance en 2021 (Pyrénées atlantiques : 81 ans pour les hommes et 86,4 ans pour les femmes versus respectivement 79,3 et 85,4 ans, https://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr) et le taux de mortalité infantile en 2021 (3,4/1000 versus 3,6/1000, https://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr). Nous avons invoqué de multiples éléments liés à l’environnement naturel, l’organisation sociale, au mode de vie ainsi qu’à l’offre de soins qui pourraient expliquer ce profil sanitaire avantageux. On doit souligner combien la période étudiée a été marquée par de multiples crises de mortalité, principalement en lien avec des épidémies. L’état sanitaire de cette population pourrait être évalué rétrospectivement de façon plus complète par une approche ostéoarchéologique, telle que proposée par Newman et al. (2019) pour la même époque en Angleterre.

Haut de page

Bibliographie

Aufderheide AC, Rodriguez-Martin C (2011) The Cambridge Encyclopedia of Human Paleopathology. Cambridge University Press, Cambridge, 506 p

Bardet JP, Dupâquier J (1998) Histoire des populations de l’Europe. II - La révolution démographique (1750-1914). Fayard, Paris, 647 p

Bauduer F, Salaberria J, Montoya E et al (2012) Assessment of the nutritional status of elderly in Western Pyreneans. Data on 800 indigenous males taking part in the HIPVAL project. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 24(1-2):1-11

Bauduer F, Dugène J-P (2015) Free medical care in the Ossau Valley (Bearn) during the 19th Century. Presse Médicale 44:343-346

Bideau A (1981) La surmortalité féminine. Présentation. Annales de Démographie Historique 1981:23-30

Bideau A, Dupâquier J, Biraben J-N et al (1988) La mortalité. In : Dupâquier J, Garden M (dir) Histoire de la population française (3) De 1789 à 1914. Presses Universitaires de France, Paris, pp 279-361

Blayo Y (1975) La mortalité en France de 1740 à 1829. Population 30(1):123-142

Bourrouilh D (1992) L’épidémie de peste de 1652-1654 à Oloron et dans le haut-Béarn. Revue de Pau et du Béarn 19:49-75

Burstein R, Henry NJ, Collison MJ et al (2019) Mapping 123 million neonatal, infant and child deaths between 2000 and 2017. Nature 374:353-358

Carey JR, Judge DS (2001) Principes de biodémographie avec référence particulière à la longévité humaine. Population 56(1-2):13-50

Dahlgren G, Whitehead M (1991) Policies and Strategies to Promote Social Equity in Health. Institute of Future Studies, Stockholm, 67 p

Deniel R, Henry L (1965) La population d’un village du Nord de la France, Sainghin-en-Mélantois, de 1665 à 1851. Population 20(4):563-602

Desplat C (1992) Pau et le Béarn au XVIIIe siècle. II - Les Hommes. J & D éditions, Biarritz, 1371 p

Desplat C (2005). Quand les animaux meurent, les hommes sont malades (l’épizootie de 1774-1776 dans les Pyrénées occidentales). In : Mousnier M (ed) Les animaux malades en Europe occidentale (VIe-XIXe siècle). Presses universitaires du Midi, Toulouse, pp 179-201

Dugène J-P, Bauduer F (2014) Public health in the mountain zone in the nineteenth century. The records of births and deaths in the village of Beost, Ossau valley, Bearn. Histoire des Sciences Médicales 48:457-468

Dugène J-P, Bauduer F (2022) Mortality in the Western Pyrenees during the 18th century. Data from the parish register of the village of Arudy (1741-1800), Bearn, France. American Journal of Human Biology 34:e23651

Dupâquier J (1988) Histoire de la population française. Tome 2. Presses universitaires de France, Paris, 608 p

Fildes V (1980) Neonatal feeding practices and infant mortality during the 18th century. Journal of Biosocial Science 12:313-324

Fine-Souriac A (1978) Mortalité infantile et allaitement dans le sud-ouest de la France au XIXe siècle. Annales de Démographie Historique 1978:81-103

Fresel-Lozey M (1969) Histoire démographique d’un village en Béarn : Bilhères d’Ossau aux XVIIIe-XIXe siècles. Éditions Bière, Bordeaux, 291 p

Fuster V (2003) Biodémographie. In : Susanne C, Rebato E, Chiarelli B (eds) Anthropologie biologique. De Boeck, Bruxelles, pp 405-412

Ganiage J (1963) Trois villages de l’Île-de-France au XVIIIe siècle. Étude démographique. Population 18:129-132

Gélis J (1977) Sages-femmes et accoucheurs : l’obstétrique populaire aux XVIIe et XVIIIe siècles. Annales Économies Sociétés Civilisations 5:927-957

Gille H (1949) The demographic history of the Northern European countries in the eighteenth century. Population Studies 3:3-65

Gilli G, Scurtatone E (1989) Andamento demografico e significati socio sanitari. In: Igiene dell’ambiente e del territorio, demografia, prevenzione, sanità pubblica. C.G. Edizioni Medico Scientifiche, Torino, pp 1-48

Girard P (1959) Aperçus de la démographie de Sotteville-lès-Rouen vers la fin du XVIIIe siècle. Population 3:485-508

Girotti M (2010) Étude biodémographique de deux populations des Alpes occidentales : Chiomonte (haute vallée de Susa – Italie) et l’Argentière-la-Bessée (Hautes-Alpes – France). Thèse de Sciences, Université de Marseille, 305 p

Gutierrez H, Houdaille J (1983) La mortalité maternelle en France au XVIIIe siècle. Population 6:975-994

Johansson SR (2010) Medics, monarchs and mortality, 1600-1800: origins of the knowledge-driven health transition in Europe. Discussions papers in Economic and social history. University of Oxford, Oxford, 62 p

Lachiver M (1991) Les années de misère, la famine au temps du Grand Roi. Fayard, Paris, 566 p

Lacoste J (1910) Souvenir des temps calamiteux en Ossau. Revue d’Histoire et d’Archéologie du Béarn et du Pays Basque 1ère année:74-480

Landry Y, Lessard R (1995) Les causes de décès aux XVIIe et XVIIIe siècles d’après les registres paroissiaux québécois. Revue d’Histoire de l’Amérique Française 48:509-526

Lebrun F (1973) Une grande épidémie en France au XVIIIe siècle : la dysenterie de 1779. Annales de Démographie Historique 1973:403-415

Loudon I (1986) Deaths in childbed from the eighteenth century to 1935. Medical History 30:1-41

Marquer P (1979) Endogamie, exogamie et variations de la stature et de l’indice céphalique dans la population béarnaise (Pyrénées- Atlantiques). Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 6:333-342

Meslé F, Vallin J (1989) Reconstitution de tables annuelles de mortalité pour la France au XIXe siècle. Population 6:1121-1158

Minvielle S (2007) Les crises de mortalité dans le sud-ouest aquitain de la fin du XVIIe au milieu du XIXe siècle. In: Castex D, Cartron I (dir) Épidémies et crises de mortalité du passé. Actes des séminaires de la Maison des Sciences de l’Homme (année 2005). Études 15, Ausonius éditions, Pessac, pp 51-76

Muir A (2017) Death and the parish: mortality in eighteenth-century Wales. Postgraduate Journal of Medical Humanities 4:101-133

Newman SL, Gowland RL, Caffell AC (2019) North and South: a comprehensive analysis of non-adult growth and health in the industrial revolution (AD 18th-19th C), England. American Journal of Physical Anthropology 169:104-121

Ouellette N, Robine J-M, Bourbeau R et al (2012) La durée de vie la plus commune des adultes au XVIIIe siècle : l’expérience des Canadiens-français. Population 67:683-709

Post JD (1990) The mortality crisis of the early 1770s and European demographic trends. The Journal of Interdisciplinary History 21:29-62

Pozzi L, Farinas D (2015) Infant and child mortality in the past. Annales de Démographie Historique 129:55-75

Ruegsegger GN, Booth FW (2018) Health benefits of exercise. Cold Spring Harbor Perspectives in Medicine 8:a029694

Sangoï JC (1997) La mortalité infantile en Europe occidentale au XVIIIe siècle. In: Fossier R (ed) La petite enfance dans l’Europe médievale et moderne. Actes des XVIe Journées Internationales d’Histoire de l’abbaye de Flaran. Presses universitaires du Midi, Toulouse, pp 191-210

Soulet JF (2004) Les Pyrénées au XIXe siècle – L’éveil d’une société civile. Éditions Sud-Ouest, Bordeaux, 765 p

Spyrou MA, Bos KI, Herbig A et al (2019) Ancient pathogen genomics as an emerging tool for infectious disease research. Nature Reviews 20:323-340

Willmott Dobbie BM (1982) An attempt to estimate the true rate of maternal mortality, sixteenth to eighteenth centuries. Medical History 26:79-90

Wrigley EA, Eversley DEC, Laslett P (1966) An introduction to English historical demography: from the sixteenth to the nineteenth century. Weidenfeld & Nicolson, New York, 283 p

Zinsstag J, Schelling E, Waltner-Toews D et al (2011) From “one medicine” to “one health” and systemic approaches to health and well-being. Preventive Veterinary Medicine 101:148-156

Haut de page

Notes

1 Procédure simplifiée de baptême effectuée en urgence pour des nouveau-nés dont la survie est menacée à court terme.

2 Terme générique englobant des diarrhées d’origine microbienne (amibes, salmonelles, shigelles).

3 Pratique d’origine imprécise qui consistait à inoculer le contenu d’une pustule de varioleux à un individu afin de l’immuniser contre la variole.

4 Injection de contenu de pustule d’individus atteints de la vaccine, infection bénigne contractée par des personnes au contact des bestiaux, qui confère une immunité contre la variole.

5 Dénommé également "feu de Saint Antoine", c’est une affection provoquée par la consommation de seigle contaminé par le microchampignon Claviceps purpurea producteur d’alcaloïdes toxiques. Les principaux signes sont une gangrène, des convulsions et des troubles neuropsychiatriques.

6 Sous l’Ancien Régime, les généralités correspondaient à des circonscriptions administratives. La vallée d’Ossau faisait partie de la généralité d’Auch, capitale de la Gascogne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende La vallée d’Ossau avec les trois villages étudiés : Arudy, Béost et Bilhères | The Ossau valley showing the three villages of Arudy, Béost and Bilhères
Crédits carte des Cassini, XVIIIe siècle / Cassini family map, 18th century
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/11686/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Tableau 1
Légende Taux de mortalité en vallée d’Ossau et comparaison avec d’autres zones | Mortality rate in the Ossau valley and comparison with other zones
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/11686/img-2.png
Fichier image/png, 399k
Titre Tableau 2
Légende Taux de mortalité infantile en vallée d’Ossau et comparaison avec d’autres zones | Infant mortality rate in the Ossau valley and comparison with other zones
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/11686/img-3.png
Fichier image/png, 449k
Titre Figure 2
Légende Les déterminants de santé | Health determinants
Crédits d’après Dahlgren et Whitehead, 1991 / adapted from Dahlgren and Whitehead, 1991
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/11686/img-4.png
Fichier image/png, 289k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Bauduer et Jean-Pierre Dugène, « La santé publique en vallée d’Ossau (Béarn, France) aux XVIIIe et XIXe siècles à partir de la démographie et des écrits »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 35 (1) | 2023, mis en ligne le 28 février 2023, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/11686 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.11686

Haut de page

Auteurs

Frédéric Bauduer

Univ. Bordeaux, CNRS, PACEA, UMR 5199, Pessac, France ; frederic.bauduer[at]u-bordeaux.fr

Articles du même auteur

Jean-Pierre Dugène

Musée d’Ossau, Arudy, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search