Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35 (1)Compte-rendu d’ouvrageDictionnaire des anthropologies

Compte-rendu d’ouvrage

Dictionnaire des anthropologies

Mathilde Lequin, Albert Piette (dir.), Presses Universitaires de Paris-Nanterre, Paris, septembre 2022, 1075 p, 25,00 €
Claudine Cohen

Texte intégral

1Qu’est-ce que l’anthropologie ? Un discours naturaliste sur l’Homme, une approche sociale et culturelle des groupes humains, une réflexion philosophique générale sur ce qui définit l’humanité ? Le Dictionnaire des anthropologies, un copieux volume de 1075 pages dirigé par Mathilde Lequin, philosophe et historienne de la paléoanthropologie (Lequin, 2019) et Albert Piette, anthropologue, et rédigé par plus d’une centaine d’auteurs, ne tranche pas entre les multiples acceptions du terme (cf. Blanckaert, 1989) et cherche, au contraire, à en préserver la pluralité. Au-delà des découpages disciplinaires, il semble faire sienne l’interrogation qui, selon Kant, résume toutes les questions philosophiques : "qu’est-ce que l’Homme ?".

2Les multiples anthropologies sont ramenées à des auteurs singuliers, et le Dictionnaire donne à lire, toutes époques confondues, les conceptions de l’Homme portées par des penseurs appartenant à différents champs du savoir : son propos, annoncé dans la brève introduction, est de mettre en lumière toute la richesse et la diversité des visions de l’Homme, y compris dans les traditions non-occidentales. Ordre alphabétique oblige, Saint-Augustin y côtoie Avicenne, Maïmonide précède Maine de Biran, Nishida avoisine Nietzsche et Édouard Glissant succède à René Girard ; mais la plus large part est réservée aux philosophies occidentales, de Platon à Aristote et Épicure, des penseurs de la Renaissance tels que Pic de la Mirandole et Montaigne aux philosophes modernes comme Descartes ou Spinoza, sans oublier les philosophes des Lumières tels que Rousseau, Diderot, Voltaire ou Kant, la pensée critique de Nietzsche et Marx et les philosophes du XXe siècle tels Bergson et Wittgenstein, Levinas, Sartre et Ricoeur, Derrida, Deleuze, Foucault ou Michel Henry. Les aspects scientifiques de l’anthropologie sont également évoqués, sous les noms de Blumenbach et Broca pour l’anthropologie physique, Darwin et Dobzhansky pour l’anthropologie biologique. Un chapitre est consacré aux thèses de Bolk sur le pédomorphisme humain et ses retombées dans la pensée philosophique et scientifique du XXe siècle. Sont également convoqués des sociologues tels qu’Auguste Comte, Durkheim, Gabriel Tarde et Bourdieu, des psychologues comme Piaget ; l’anthropologie psychanalytique est invoquée sous les noms de Freud et de Lacan, l’anthropologie culturelle et sociale est représentée par Mauss et Lévi-Strauss, Franz Boas et Margaret Mead. L’approche encyclopédique de l’Homme qui, chez Leroi-Gourhan, fait converger paléo-anthropologie, technologie, ethnologie, préhistoire, est bien mise en lumière – mais le traitement de la préhistoire reste mince : Boucher de Perthes est présenté comme un "rêveur métaphysique", sans que l’importance épistémologique de son œuvre, fondatrice d’un nouveau regard sur l’Homme et son histoire (cf. Cohen et Hublin, 2019) ne soit soulignée ; et de grandes figures de préhistoriens, dont la pensée s’articule à une réflexion anthropologique, tels Henri Breuil, Léo Frobenius, Glynn Isaac ou Marshall Salhins, sont curieusement oubliées.

3Certes, comme l’indiquent les auteurs, l’ouvrage ne prétend nullement à l’exhaustivité. On regrette cependant qu’aucune mention ne soit faite des dérives de l’anthropologie dite "scientifique" du tournant du XXe siècle, l’eugénisme de Galton, le darwinisme social de Spencer, le racisme de Gobineau ou l’antisémitisme de Montandon, dont les thèses ont eu une influence certaine, non seulement sur la vision de l’humanité, mais aussi sur les crimes perpétrés contre elle au cours de la première moitié du XXe siècle. L’article sur Theodozius Dobzhansky omet la part que ce grand généticien a prise, dans les années 1950, aux débats sur la notion de "race" à l’UNESCO – une réflexion qui peut cependant nous aider à porter un regard mieux informé face au retour du mot "race" et aux "racialismes" d’aujourd’hui. On regrette aussi l’absence dans ce volume de Franz Weidenreich, véritable plaque tournante de la paléoanthropologie du deuxième tiers du XXe siècle, de Stephen Jay Gould, dont la réflexion évolutionniste s’est tout entière nourrie d’une méditation sur l’Homme, son devenir, sa diversité et sa place dans la nature (Gould, 1977 ; 1989), ou d’Alain Testart, qui mena tout au long de sa carrière une approche épistémologique en dialogue fécond avec l’anthropologie sociale et l’anthropologie préhistorique.

4Aux quatre auteurs femmes qui figurent dans ce Dictionnaire – Hannah Arendt, Simone de Beauvoir, Margaret Mead et Simone Weil – auraient pu être ajoutées d’autres importantes figures féminines de l’anthropologie contemporaine, parmi lesquelles Mary Douglas, Marija Gimbutas, Zoïa Abramova ou Françoise Héritier. Et, n’était le parti pris de ne présenter que des "œuvres achevées", des auteurs incarnant le féminisme contemporain telles que Donna Haraway, Judith Butler ou Luce Irigaray auraient pu y trouver leur place.

5Les chapitres, assez développés (7 à 10 pages en double colonne pour chaque auteur), sont en général rédigés dans une langue fluide et accessible. Cependant, la conception même de l’ouvrage, avec son classement alphabétique, interdit tout élargissement thématique : chacun des auteurs est présenté le plus souvent sans lien avec son contexte intellectuel, culturel, social, politique, sans lien non plus avec les courants de pensée ou des écoles de recherche, les champs disciplinaires et les structures institutionnelles auxquels il a pu appartenir. Leurs biographies sont absentes ou peu développées, et le plus souvent, on accède de plain-pied à l’exposé de leurs doctrines – une présentation peut-être justifiée pour Platon, Spinoza ou Freud, mais discutable lorsqu’il s’agit d’auteurs peu connus comme Degérando, Cavel ou Kardiner, dont les prénoms ne sont pas mentionnés dans le texte. L’aspect "désincarné" de leurs pensées est accentué par le traitement des références bibliographiques, qui souvent n’indiquent que la date d’édition la plus récente des ouvrages sources : les publications de Maine de Biran, philosophe et psychologue du début du XIXe siècle, sont datées entre 1984 et 1990 – ce qui laisse le lecteur perplexe. L’indication des lieux et dates de l’édition originale est de règle pour un ouvrage de référence. Un système de mots-clés ou de renvois entre les chapitres aurait pu permettre de tisser quelques liens entre les auteurs. Un index thématique aurait également été bienvenu.

6Au fil des pages de ce Dictionnaire, l’étudiant, le chercheur ou le simple lecteur intéressé par le sujet trouvera matière à s’informer de manière à la fois dense et précise sur les conceptions anthropologiques de tel auteur, ou même à découvrir de nouvelles œuvres philosophiques ou scientifiques peu connues. L’ensemble, sans faire système, constitue, conformément à l’ambition annoncée dans la préface, "un outil de travail précieux", qui ouvre largement la possibilité d’une réflexion sur les multiples façons d’aborder l’Homme, au cours de l’histoire comme dans le présent.

Haut de page

Bibliographie

Blanckaert C (1989) L’Anthropologie en France, le mot et l’histoire (XVIe-XIXe siècles). Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 1(3):13-43

Cohen C, Hublin JJ (2017) Boucher de Perthes, les origines romantiques de la Préhistoire. Collection "Alpha", Belin, Paris, 272 p

Gould SJ (1977) Ontogeny and Phylogeny. Harvard University Press, Cambridge, 501 p

Gould (1989) The Mismeasure of Man. Norton, New York, 352 p (trad. fr. La Malmesure de l’Homme, Éditions Odile Jacob, Paris, 1997)

Lequin M (2019) Bipédie et origines de l’Humanité. Philosophie et histoire de la paléoanthropologie. Éditions Hermann, Paris, 322 p

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudine Cohen, « Dictionnaire des anthropologies »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 35 (1) | 2023, mis en ligne le 22 avril 2023, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/11871 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.11871

Haut de page

Auteur

Claudine Cohen

École des hautes études en sciences sociales, Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL), UMR 8566, Paris, France ; École pratique des hautes études / PSL Université, Laboratoire Biogéosciences, UMR 6282, Dijon, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search