Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35 (1)Articles thématiquesLes corps malades examinés par l’...

Articles thématiques

Les corps malades examinés par l’anthropologie biologique

Diseased bodies examined by biological anthropology
Sacha Kacki, Morgane Gibert, Rozenn Colleter et Frederic Savall

Texte intégral

1Si la médecine moderne a fait des progrès prodigieux depuis la fin du XIXe siècle, contribuant de la sorte à un allongement substantiel de l’espérance de vie des représentants de notre espèce, il n’en demeure pas moins que les maladies, soient-elles aiguës ou chroniques, innées ou acquises, pèsent de manière sensible sur nos histoires de vie, au point, parfois, de les bouleverser. Les grandes problématiques actuelles de santé auxquelles sont confrontées nos civilisations (p. ex. maladies infectieuses émergentes et ré-émergentes, malnutrition, exposition aux polluants, violences) sont là pour nous le rappeler, dans le même temps qu’elles illustrent l’importance des inégalités, tant biologiques que sociales, qui existent en la matière. Témoins directs de ces affections et indirects de leurs déterminants, les corps malades – étymologiquement, les corps "en mauvais état" – deviennent de facto des sujets d’étude de premier plan pour le médecin, l’épidémiologiste, le sociologue ou l’anthropologue biologiste. Ils posent en effet à nos sociétés actuelles, comme ils l’ont fait par le passé, des questions fondamentales méritant d’être explorées : comment diagnostiquer et traiter le corps des malades individuellement dans l’espoir de le guérir ? Comment prévenir les maladies et traiter collectivement les corps dans le but d’endiguer leur propagation ? Comment les traiter scientifiquement pour appréhender les contours de notre diversité biologique et de nos constructions sociales ? Comment, enfin, l’innovation technologique en santé contribue-t-elle à la prise en charge des maladies des populations actuelles et apporte-t-elle des éléments d’information sur l’état de santé des populations du passé ?

  • 1 Le programme de cette session thématique et les résumés de l’ensemble des communications qui y ont (...)

2Ces questions, centrales dans les travaux de nombreux anthropologues, ont été mises à l’honneur lors des 1846es Journées de la Société d’Anthropologie de Paris, dont l’une des sessions thématiques a été consacrée à l’étude scientifique des corps malades. Tenue sur une journée complète, le 26 janvier 2022, cette session a regroupé onze interventions orales, dont une conférence invitée de Michelle Kelly-Irving (CERPOP, Toulouse), ainsi que six présentations affichées1. Le présent volume rassemble cinq contributions issues de ces communications qui illustrent, à travers une diversité d’approches méthodologiques et de cadres d’application, la portée des travaux sur les corps malades pour acquérir des informations sur les individus et les groupes humains, leurs conditions de vie, d’hygiène et les inégalités de santé qui les divisent.

3Comme l’a de nouveau mis en évidence la récente pandémie de Covid-19, les inégalités de santé entretiennent une relation étroite avec les inégalités sociales. Si cette relation est bien connue depuis des siècles, en démêler les facteurs sous-jacents n’en est pas pour autant aisé. Cette entreprise est au cœur de la contribution ouvrant cette section thématique. M. Kelly-Irving (2023) y expose l’essence de ses travaux sur les mécanismes et processus impliqués dans la production des inégalités au cours de la vie. Épidémiologiste, son regard croise celui de l’anthropobiologie de par la nécessaire interdisciplinarité de ses approches et son positionnement entre biologie, environnement et société. La captivante synthèse qu’elle propose de ses recherches conduites dans le domaine de l’épidémiologie sociale nous offre une autre façon d’appréhender comment "le social devient biologique" à travers une dynamique d’"incorporation". En particulier, la présentation des travaux menés par son équipe illustre les recherches en cours sur les environnements socio-écologiques, les stress physiologiques et la notion de charge allostatique.

4Les deux contributions qui suivent abordent, pour leur part, les corps malades à travers l’analyse de vestiges archéologiques de la période moderne. Dans la première d’entre elles, C. Bouffiès et collaboratrices (2023) rapportent l’extraordinaire découverte, dans une sépulture du Sud-Ouest de la France, d’un dispositif médical dont les vestiges et la position vis-à-vis du squelette suggèrent qu’il s’agirait d’un bandage herniaire. Sa mise au jour hors de tout contexte hospitalier connu et en milieu rural est interprétée comme un indice de la diffusion des appareillages médicaux à partir du XVIIe siècle. À l’appui d’une synthèse des cas précédemment publiés, les autrices soulignent la rareté de tels dispositifs dans l’enregistrement archéologique, qui contraste avec la prévalence élevée des hernies inguinales au sein des populations humaines. Ce constat les conduit à discuter l’inégalité d’accès à ce type de soin, suivant le statut social des individus et l’accessibilité à des praticiens et bandagistes compétents pour traiter cette pathologie.

5Adoptant une approche cette fois-ci populationnelle, L. Batista-Goulart et collaborateurs (2023) explorent quant à eux, à partir de l’étude de marqueurs osseux et dentaires de stress physiologiques, l’impact d’une succession de crises du début du XVIIIe siècle sur l’état sanitaire des enfants de Provence. L’utilisation, à cette fin, d’un échantillon de squelettes de victimes de la peste de 1720 exhumés d’un site martégal leur offre l’opportunité unique de retracer avec précision la chronologie des stress vécus par les enfants morts d’un même évènement, mais à différents âges, et d’en évaluer l’éventuelle synchronicité avec des épisodes historiques relatés dans les sources d’archives (évènements climatiques extrêmes, famines, épidémies). Leur analyse, qui souligne l’importance d’un croisement des sources, leur permet in fine de révéler un lien entre la prévalence des marqueurs de stress et les crises connues. Ces résultats ouvrent d’intéressantes perspectives pour étudier l’impact à long terme de telles crises sur la santé des populations, au prisme de l’organisation sociale et des inégalités entre groupes.

6La question des inégalités de santé peut également être abordée par l’étude des archives historiques, comme l’illustre remarquablement la quatrième contribution de cette section thématique. F. Bauduer et J.-P. Dugène (2023) y explorent l’état sanitaire dans la vallée d’Ossau, province historique du Béarn, pour la période couvrant les XVIIe-XIXe siècles. Leur synthèse de données démographiques issues des registres de décès et de sépultures de trois villages de cette vallée les conduit à mettre en exergue l’existence d’un contexte sanitaire relativement favorable au sein de ces populations pyrénéennes en comparaison de diverses populations contemporaines, en dépit d’indices de crises épidémiques qui auraient atteint plus particulièrement les enfants. Sans s’arrêter au simple constat, les auteurs proposent une discussion des "déterminants de santé" susceptibles d’expliquer ces résultats, en considérant notamment le rôle de l’environnement et du tissu social de ces populations.

7Enfin, dans une dernière contribution, R. Toutin et collaborateurs (2023) livrent une analyse éclairante concernant un problème majeur de santé publique actuel, à savoir les violences faites aux femmes au sein du couple. À travers une analyse cartographique de la répartition de ces violences dans la ville de Toulouse, ils révèlent leur hétérogénéité de distribution spatiale, marquée par l’existence de clusters dont certains présentent un excès de risque relatif. Cette spatialisation, qui semble pour partie refléter l’influence d’inégalités socio-économiques au sein de l’environnement local, conduit les auteurs à souligner l’importance que revêtirait l’utilisation de méthodes innovantes d’épidémiologie spatiale pour améliorer la compréhension des mécanismes en jeu et, ainsi, faciliter la mise en œuvre de politiques sociales, médicales et environnementales visant à lutter contre ces violences.

8Pris dans leur ensemble, les quelques articles ici rassemblés illustrent bien l’importance d’une approche interdisciplinaire de l’étude scientifique des corps malades pour mieux comprendre les processus impliqués dans la production des inégalités en matière de santé. Replacés dans un contexte plus large de la recherche, ils conduisent en outre à réaffirmer l’importance de l’examen des corps malades non seulement par les professionnels de santé, épidémiologistes et sociologues, mais également par les anthropobiologistes, dont l’expertise est cruciale pour restituer certains aspects de l’histoire et des évolutions des maladies, ainsi que l’impact que celles-ci ont eu sur les groupes humains et individus qui en ont souffert. Leurs apports sont notamment démontrés, depuis quelques années, par l’essor des recherches autour de l’archéologie du soin et du handicap, ceci en particulier au sein de la communauté anthropologique française (p. ex. Delattre et Sallem, 2009 ; Froment et Guy, 2019 ; Chapelain de Seréville-Niel et al., 2020 ; Kacki et al., 2021).

Haut de page

Bibliographie

Batista-Goulart L, Séguy I, Tzortzis S, Quatrehomme G (2023) Stress et résilience : état sanitaire des enfants victimes de la peste de 1720 (Martigues, Bouches-du-Rhône). Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 35(1) [https://doi.org/10.4000/bmsap.11719]

Bauduer F, Dugène J-P (2023) La santé publique en vallée d’Ossau (Béarn, France) aux XVIIIe et XIXe siècles à partir de la démographie et des écrits. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 35(1) [https://doi.org/10.4000/bmsap.11686]

Bouffiès C, Réveillas H, Balboa-Pont A (2023) Les bandages herniaires modernes : apports d’un nouvel exemple provenant du cimetière paroissial de Gradignan (Gironde). Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 35(1) [https://doi.org/10.4000/bmsap.11636]

Chapelain de Seréville-Niel C, Delaplace C, Jeanne D, Sineux P, dir (2020) Purifier, soigner ou guérir ? Maladies et lieux religieux de la Méditerranée antique à la Normandie médiévale. Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 312 p

Delattre V, Sallem R, dir (2009) Décrypter la différence : lecture archéologique et historique de la place des personnes handicapées dans les communautés du passé. CQFD, Paris, 200 p

Froment A, Guy H, dir (2019) Archéologie de la santé, anthropologie du soin. La Découverte/Inrap, Paris, 336 p

Kacki S, Réveillas H, Knüsel CJ, dir (2021) Rencontre autour du corps malade : prise en charge et traitement funéraire des individus souffrants à travers les siècles, Actes de la 10e Rencontre du Groupe d’anthropologie et d’archéologie funéraire (Bordeaux, 23-25 mai 2018). Publication du Gaaf 10, Gaaf, Reugny, 322 p

Kelly-Irving M (2023) Why are health and sickness socially patterned across human societies? The embodiment dynamic over the life course. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 35(1) [https://doi.org/10.4000/bmsap.11570]

Toutin R, Telmon N, Savall F (2023) Analyse spatiale des violences faites aux femmes au sein du couple dans la ville de Toulouse. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 35(1) [https://doi.org/10.4000/bmsap.11755]

Haut de page

Notes

1 Le programme de cette session thématique et les résumés de l’ensemble des communications qui y ont été présentées sont consultables à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/bmsap/10452

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sacha Kacki, Morgane Gibert, Rozenn Colleter et Frederic Savall, « Les corps malades examinés par l’anthropologie biologique »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 35 (1) | 2023, mis en ligne le 11 mai 2023, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/11945 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.11945

Haut de page

Auteurs

Sacha Kacki

UMR 5199 PACEA, CNRS, Université de Bordeaux, Ministère de la Culture, Pessac, France ; Department of Archaeology, Durham University, Durham, Royaume-Uni ; sacha.kacki[at]cnrs.fr

Articles du même auteur

Morgane Gibert

Centre d’Anthropobiologie et de Génomique de Toulouse, UMR 5288 (CNRS/UT3), Faculté de Médecine de Purpan, Toulouse, France

Articles du même auteur

Rozenn Colleter

Centre d’Anthropobiologie et de Génomique de Toulouse, UMR 5288 (CNRS/UT3), Faculté de Médecine de Purpan, Toulouse, France ; Inrap GO, postdoctorante Marie Skłodowska-Curie (897565), Cesson-Sévigné, France

Frederic Savall

Centre d’Anthropobiologie et de Génomique de Toulouse, UMR 5288 (CNRS/UT3), Faculté de Médecine de Purpan, Toulouse, France ; Service de Médecine Légale, Centre Hospitalier Universitaire Rangueil, Toulouse, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search