Navigation – Plan du site

AccueilLes journées de la SAP36(S)Résumés des journées 2024Identification de deux corps vert...

Résumés des journées 2024

Identification de deux corps vertébraux du site de Cooper’s Cave D (Afrique du Sud) : l’organisation du réseau trabéculaire comme source de caractères diagnostiques

Identification of two vertebral bodies from Cooper’s Cave D (South Africa): trabecular bone organisation as a source of diagnostic traits
Amélie Beaudet, Charlotte Theye et Christine Steininger

Texte intégral

1Notre connaissance de l’anatomie du squelette de Paranthropus est fortement limitée par la faible densité des restes post-crâniens attribués à ce genre. Cette situation s’explique en partie par la difficulté à identifier des vestiges de Paranthropus dans les assemblages fossiles où des restes d’Homo et de cercopithécidés sont également présents. Dans ce contexte, la découverte de deux corps vertébraux dans le site de Cooper’s Cave D (Afrique du Sud), dont les fouilles entre 2001 et 2009 ont mis au jour six spécimens attribués à Paranthropus robustus, représente une opportunité unique de voir s’accroître l’hypodigme de Paranthropus. Puisque l’organisation interne de l’os reflète localement la nature, la direction, la fréquence et l’intensité des charges biomécaniques, et que la colonne vertébrale joue un rôle central dans la posture, la locomotion, et la stabilité de l’individu, nous proposons d’utiliser les variations structurales de l’os trabéculaire contenu dans le corps vertébral comme marqueur taxinomique. Les deux spécimens du site de Cooper’s Cave D, CD10931 et CD5773, proviennent de dépôts datés entre 1,3 et 1 Ma. Le matériel comparatif comprend des colonnes vertébrales complètes d’Homo (n=4), Pan (n=4) et Papio (n=4) des collections de l’Université de Pretoria (Afrique du Sud) et du Musée Royal d’Afrique Centrale (Belgique). Les paramètres texturaux ont été mesurés sur des volumes d’intérêt prélevés au centre de chaque corps vertébral. Le nombre et l’espacement des trabécules sont particulièrement discriminant entre les taxons actuels. Alors que les paramètres restent relativement constants au sein de la colonne de Pan, l’organisation trabéculaire entre les segments varie chez Homo et Papio. CD10931, dont la préservation autorise une analyse quantitative du réseau trabéculaire, montre des affinités à la fois avec Homo et Papio. L’étude comparative de vertèbres fossiles d’hominines et de cercopithécidés qui ont été identifiés au niveau taxinomique par association avec des restes crânio-dentaires s’avérera cruciale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Beaudet, Charlotte Theye et Christine Steininger, « Identification de deux corps vertébraux du site de Cooper’s Cave D (Afrique du Sud) : l’organisation du réseau trabéculaire comme source de caractères diagnostiques »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 36(S) | 2024, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/12421 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.12421

Haut de page

Auteurs

Amélie Beaudet

PALEVOPRIM UMR 7262, CNRS, Université de Poitiers, Poitiers, France ; Departement d’Archéologie, Université de Cambridge, Cambridge, Royaume-Uni ; School of Geography, Archaeology and Environmental Studies, Université du Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud ; beaudet.amelie[at]gmail.com

Articles du même auteur

Charlotte Theye

Forensic Anthropology Research Centre (FARC), Département d’Anatomie, Université de Pretoria, Pretoria, Afrique du Sud

Articles du même auteur

Christine Steininger

Evolutionary Studies Institute, Université du Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search