Navigation – Plan du site

AccueilLes journées de la SAP36(S)Résumés des journées 2024Quelles pratiques funéraires pour...

Résumés des journées 2024

Quelles pratiques funéraires pour quelles inférences sociales parmi les sociétés protohistoriques de l’Asie centrale ? Le cas de la civilisation de l’Oxus

What funerary practices for what social inferences among the protohistoric societies of Central Asia? The case of the Oxus civilization
Julio Bendezu-Sarmiento et Camille Hut

Texte intégral

1En Asie centrale méridionale, l’apparition de la Civilisation de l’Oxus à l’âge du Bronze Moyen (2350-1750 av. n. è.), marque l’émergence d’une société proto-urbaine composée d’agriculteurs et d’éleveurs sédentaires. Le développement concomitant des grands centres et des établissements ruraux au sein d’un large territoire scindé en trois régions – Kopet Dagh, Margiane, Bactriane – atteste d’une unité technologique, culturelle et religieuse, liée en partie à des contacts commerciaux, ainsi qu’à la mobilité des idées et des hommes peuplant la zone. Le système social hiérarchisé adopté par ces communautés est principalement documenté par la découverte et la fouille dans les établissements et les aires sépulcrales "extra-muros", de plus de 10000 sépultures (du Turkménistan au sud-ouest du Tadjikistan). Les tombes sont les témoins de pratiques homogènes et pourtant diverses, dont les attestations varient d’un site à l’autre, reflétant la complexité de l’organisation sociale des communautés locales à une échelle régionale. Le développement de travaux en anthropologie biologique, génétique et géochimie isotopique, rend possible la discussion et la reconstitution partielle de l’origine géographique des populations de cette civilisation. Ces résultats viennent souligner des modèles complexes de mobilités et d’interactions entre les groupes humains à l’échelle civilisationnelle et avec les régions voisines. Complétant ces recherches, l’intégration des données archéologiques anciennes et récentes récoltées sur les contextes funéraires (architecture, mobilier d’accompagnement, gestion du corps), nous amène à nous interroger sur le lien profond entre les identités biologiques, culturelles et sociales. À l’échelle principalement de trois sites – Ulug Dépé, Gonur Dépé, Dzharkutan – situés chacun dans différentes régions de la Civilisation de l’Oxus, il sera question d’appréhender au travers des sépultures et des pratiques funéraires l’intrication des critères par lesquels se définissent l’identité d’un défunt et tenter de proposer une reconstitution des pratiques sociales reliées à la genèse de cette civilisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julio Bendezu-Sarmiento et Camille Hut, « Quelles pratiques funéraires pour quelles inférences sociales parmi les sociétés protohistoriques de l’Asie centrale ? Le cas de la civilisation de l’Oxus »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 36(S) | 2024, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/12463 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.12463

Haut de page

Auteurs

Julio Bendezu-Sarmiento

Unité Éco-anthropologie (EA) UMR 7206, MNHN, CNRS, Université de Paris, Musée de l’Homme, Paris, France

Camille Hut

Unité Éco-anthropologie (EA) UMR 7206, MNHN, CNRS, Université de Paris, Musée de l’Homme, Paris, France ; ArScAn UMR 7041, CNRS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Ministère de la Culture, MSH Mondes, Nanterre, France ; camille.hut[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search