Navigation – Plan du site

AccueilLes journées de la SAP36(S)Résumés des journées 2024Sacrifice humain sur le site de Y...

Résumés des journées 2024

Sacrifice humain sur le site de Yinxu : éléments d’identification des individus sacrifiés en contexte funéraire

Human sacrifice at the Yinxu site: elements for identifying individuals sacrificed in a funerary context
Aline Bontemps

Texte intégral

1La dynastie Shang a régné sur la Chine entre 1600 et 1046 av. J.-C. La cour s’installe à Yinxu à partir de 1300, qui devient la capitale du royaume jusqu’au renversement de la dynastie. Les fouilles archéologiques effectuées à Yinxu ont révélé, entre autres, le cimetière royal de Xibeigang présentant plusieurs tombes monumentales, ainsi qu’un centre politique et religieux dans le quartier de Xiaotun, révélant des fondations palatiales et de lieux de culte, des tombes accompagnées de fosses sacrificielles, et plusieurs fosses rituelles contenant des ossements gravés d’inscriptions oraculaires. Ces objets, présents à Yinxu à partir de 1250 av. J.-C., sont des témoins importants des pratiques rituelles liées à l’autorité royale. Associées aux rites divinatoires, les inscriptions oraculaires révèlent la pratique à grande échelle du sacrifice humain, soit la mise à mort d’individus liée à des rituels de fondation, de supplication, ou d’inhumations royales et princières. Entre 13000 et 14000 personnes auraient été sacrifiées à Yinxu, un nombre corroboré par les vestiges de 1625 fosses sacrificielles découvertes à Xibeigang et Xiaotun. Je propose, à travers l’étude de deux tombes élitaires découvertes à Yinxu, de présenter les éléments matériels à disposition des archéologues pour identifier les individus sacrifiés en contexte funéraire sous les Shang. Si les archéologues se sont d’abord appuyés sur les inscriptions oraculaires pour identifier ces victimes, ces sources se révèlent insuffisantes et d’autres paramètres doivent être pris en compte : le traitement des corps, les modes d’inhumation, la position des individus au sein de la tombe et le mobilier associé. Des études ostéologiques effectuées au sein des deux tombes de notre étude apportent par ailleurs de nouvelles données sur les régimes alimentaires de certains sujets, qui sont autant de nouveaux éléments de contextualisation quant à leur rang social et leur origine géographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aline Bontemps, « Sacrifice humain sur le site de Yinxu : éléments d’identification des individus sacrifiés en contexte funéraire »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 36(S) | 2024, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/12478 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.12478

Haut de page

Auteur

Aline Bontemps

ArScAn UMR 7041, CNRS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Ministère de la Culture, MSH Mondes, Nanterre, France ; bontemps.aline[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search