Navigation – Plan du site

AccueilLes journées de la SAP36(S)Résumés des journées 2024Apport de l’analyse paléopatholog...

Résumés des journées 2024

Apport de l’analyse paléopathologique des sépultures de la chapelle de l’hospice Saint Jacques à Argentan (Orne, XIIe-XVIIIe siècle)

Contribution of the paleopathological analysis of the burials of the Saint Jacques hospice chapel in Argentan (Orne, 12th-18th century)
Frédéric Boursier, Raphaëlle Lefebvre et Hélène Dupont

Texte intégral

1La chapelle de l’hospice Saint Jacques a été un lieu d’inhumation à Argentan, du XIIe au XVIIIe siècle, avec deux phases chronologiques d’utilisation, liées à sa reconstruction en 1636. Sa fonction hospitalière semble avoir eu un rôle attractif pour l’inhumation d’individus "malades", mais aussi pour les populations urbaines, non nobles, qui pouvaient s’offrir l’accès à ce lieu prestigieux. En établissant un profil paléopathologique, nous avons cherché à identifier les pathologies caractérisant cette population, leur fréquence et leur évolution dans le temps et dans l’espace lorsque cela a été possible. Les fouilles de 2021 ont permis l’exhumation de 136 individus, 8 à l’extérieur, 111 dans la chapelle pour la première phase avant 1636 et 17 pour la seconde phase, avec 63 % d’individus matures, dont 17 femmes, 26 hommes et 31 indéterminés. Les résultats de l’examen paléopathologique soulignent un fort taux d’individus pathologiques (35 %), avec certaines spécificités rassemblées dans trois cadres nosologiques particulièrement marquants : (1) les infections ostéoarticulaires : 9 cas. En dehors de deux ostéomyélites non spécifiques et d’un cas de syphilis tertiaire, il s’agit de cas typiques de tuberculose par atteinte lytique de côtes, dont la fréquence élevée est fortement inhabituelle. Tous ces individus correspondent à la première phase, soit une prévalence de 8 % ; (2) les polyarthrites inflammatoires : 3 cas. Ils proviennent de la première phase, soit une prévalence de 4 % des individus matures ; (3) les traumatismes : 12 cas dont la moitié présentent des fractures costales, tous de la première phase, soit une prévalence de 11 %. La mise en évidence de cadres nosologiques, dont la fréquence élevée ne persiste pas chronologiquement, ni sur les sites contemporains comparatifs, semble caractériser un recrutement funéraire particulier pour la chapelle de l’hospice Saint Jacques dont plusieurs hypothèses sont à discuter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Boursier, Raphaëlle Lefebvre et Hélène Dupont, « Apport de l’analyse paléopathologique des sépultures de la chapelle de l’hospice Saint Jacques à Argentan (Orne, XIIe-XVIIIe siècle) »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 36(S) | 2024, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/12504 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.12504

Haut de page

Auteurs

Frédéric Boursier

Unité Éco-anthropologie (EA) UMR 7206, MNHN, CNRS, Université de Paris, Musée de l’Homme, Paris, France ; boursier.fr[at]gmail.com

Articles du même auteur

Raphaëlle Lefebvre

Inrap Grand Ouest, Grand-Quevilly, France ; UMR 6273 CRAHAM, Centre Michel de Boüard, Université de Caen-CNRS, Caen, France

Articles du même auteur

Hélène Dupont

Inrap Grand Ouest, Grand-Quevilly, France ; UMR 6273 CRAHAM, Centre Michel de Boüard, Université de Caen-CNRS, Caen, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search