Navigation – Plan du site

AccueilLes journées de la SAP36(S)Résumés des journées 2024Caractérisation des sociétés de l...

Résumés des journées 2024

Caractérisation des sociétés de l’âge du Fer par le prisme des pratiques funéraires : l’exemple de cas de Champagne et de Normandie

Characterising Iron Age societies through the prism of funerary practices: examples from Champagne and Normandie
Elodie Caserta, Lola Bonnabel et Gaëlle Granier

Texte intégral

1La nécessité de réexamen et de renouveau des problématiques historiques concernant les celtes et les évolutions méthodologiques permettent aujourd’hui de tenter de répondre aux questions : qui est enterré, où, comment et pourquoi ? Jusqu’à présent, peu d’études ont été menées dans un cadre pluridisciplinaire sur ces questions, et aucune à une large échelle géographique. Pourtant, il est maintenant nécessaire d’engager une réflexion globale, synthétique sur cette problématique. Le travail de recherche préliminaire qui fait l’objet de cette communication se base sur l’étude d’un échantillon de sites de Champagne et de Normandie, grâce à un protocole d’étude qui se veut optimisé, fiable et systématisé, alliant données archéologiques, biologiques, anthropologiques. Il permet de dresser les profils à différentes échelles (l’individu, la structure et le site) et de mettre en relation les divers éléments qui constituent les caractéristiques d’un dépôt. Cette étude test a validé ce protocole et permis d’identifier les pratiques funéraires caractéristiques des différents types d’occupations qui constituent notre échantillon de 6 sites datés des VIe-Ier siècles av. n. è., représentant près de 500 individus. On voit que les sépultures s’organisent en groupes indépendants et non en "nécropoles" et s’implantent de manière stratégique dans le paysage général, à la croisée de routes majeures, pour être vus et que la mémoire des morts soit entretenue. Chaque groupe se développe à partir de l’implantation d’une tombe particulière, à l’origine de la création d’un ensemble funéraire, attirant autour d’elle d’autres morts et la création d’une superstructure. Cette démarche globale permet de revenir sur des visions tronquées et met en évidence que les aires funéraires de l’âge du Fer sont faites de multiples groupes, correspondant à autant d’entités sociales du vivant, qui acquièrent un lieu de sépulture. Ces groupes y organisent le repos des morts selon des pratiques propres à chacun et on observe ainsi une grande variabilité de constitution, d’organisation, de développement d’un groupe à l’autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Caserta, Lola Bonnabel et Gaëlle Granier, « Caractérisation des sociétés de l’âge du Fer par le prisme des pratiques funéraires : l’exemple de cas de Champagne et de Normandie »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 36(S) | 2024, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/12511 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.12511

Haut de page

Auteurs

Elodie Caserta

ADES UMR 7268, Aix-Marseille Université, CNRS, EFS, Marseille, France ; elodie.caserta1[at]gmail.com

Lola Bonnabel

Inrap Midi-Méditerranée, Marseille, France

Gaëlle Granier

ADES UMR 7268, Aix-Marseille Université, CNRS, EFS, Marseille, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search