Navigation – Plan du site

AccueilLes journées de la SAP36(S)Résumés des journées 2024Les sinusites maxillaires à l’épo...

Résumés des journées 2024

Les sinusites maxillaires à l’époque mérovingienne. Étude des nécropoles de Ciply, Braives et Torgny (Belgique, VIe-VIIe siècles ap. J.-C.)

Maxillary sinusitis in the Merovingian period. Study of the cemeteries of Ciply, Braives and Torgny (Belgium, 6th-7th centuries AD)
Sara Defraiture, Caroline Polet et Martine Vercauteren

Texte intégral

1Les sinusites maxillaires chroniques font actuellement partie des pathologies respiratoires les plus communes. Les modifications des parois osseuses qu’elles entrainent peuvent être observées dans les populations du passé permettant ainsi d’apporter de précieux éléments sur leur santé respiratoire. Ces dernières années, plusieurs auteurs ont étudié les sinusites dans des populations médiévales européennes mais aucune recherche n’avait encore porté sur la période mérovingienne. Notre étude comble cette lacune en analysant trois populations de Belgique datées des VIe-VIIe siècles : Ciply, Braives et Torgny. L’échantillon total s’élève à 145 individus pour lesquels au moins une paroi sinusienne complète était visible à l’œil nu. Les sinus maxillaires ont été analysés selon la méthode développée par Boocock et collaborateurs en 1995. Quatre critères de changement osseux ont ainsi été enregistrés : le type, le degré de développement, l’étendue et la sévérité des lésions. Au total, 143 individus présentaient des modifications osseuses, soit un taux de prévalence de 98,6 %. Celui-ci est très élevé par rapport aux fréquences observées dans des populations actuelles (de 7,5 à 66 %). Il est également supérieur à ce qui a été relevé dans les populations anciennes même si deux échantillons du Bas Moyen Âge (suédois et belge) ont livré des prévalences qui dépassent les 90 %. La rudesse du climat, le mode de vie et l’état sanitaire en Belgique au Haut Moyen Âge pourraient expliquer ce résultat extrême. Au sein de notre échantillon, aucune différence de sévérité n’a été observée en fonction de l’origine géographique ou du sexe. En revanche, le groupe plus âgé présente des atteintes significativement plus sévères. Ceci pourrait résulter d’un effet cumulatif de la maladie ou d’une plus grande fragilité des aînés. Notre étude apporte sa contribution à la connaissance de l’état sanitaire des populations mérovingiennes dont le mode de vie est principalement documenté via l’étude de leurs nécropoles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sara Defraiture, Caroline Polet et Martine Vercauteren, « Les sinusites maxillaires à l’époque mérovingienne. Étude des nécropoles de Ciply, Braives et Torgny (Belgique, VIe-VIIe siècles ap. J.-C.) »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 36(S) | 2024, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/12723 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.12723

Haut de page

Auteurs

Sara Defraiture

Anthropologie et génétique humaine, Université Libre de Bruxelles, Bruxelles, Belgique

Caroline Polet

Direction Opérationnelle Terre et Histoire de la Vie, Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, Bruxelles, Belgique ; cpolet[at]naturalsciences.be

Articles du même auteur

Martine Vercauteren

Anthropologie et génétique humaine, Université Libre de Bruxelles, Bruxelles, Belgique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search