Navigation – Plan du site

AccueilLes journées de la SAP36(S)Résumés des journées 2024Analyse de l’organisation structu...

Résumés des journées 2024

Analyse de l’organisation structurale des dents d’un nouvel individu néandertalien de la Grotte Mandrin

Analysis of the dental structural organization of a new Neanderthal individual from Mandrin Cave
Jeanne Fuchs, Clément Zanolli et Ludovic Slimak

Texte intégral

1La Grotte Mandrin située dans la moyenne vallée du Rhône enregistre 12 niveaux archéologiques pléistocènes (J à B) datés du MIS 5 à la fin du Paléolithique moyen. Nous rapportons ici l’étude de 31 dents permanentes (incluant deux distomolaires) d’un nouvel individu néandertalien adulte surnommé ‘Thorin’ associé au niveau B2 (~42-50 ka) attribué au Post-Néronien II. Une étude paléogénétique a révélé qu’il s’agit d’un individu mâle qui présente une profonde divergence génétique avec les néandertaliens européens pénécontemporains. L’organisation structurale des dents de ‘Thorin’ a été étudiée par microtomographie à rayons X et comparée à celle d’autres néandertaliens et d’humains modernes. Les stades d’usure dentaire, les caractères non-métriques, les dimensions de la couronne, les proportions des tissus dentaires ont été étudiés et la jonction émail-dentine des molaires a été analysée par morphométrie géométrique. Considérant la divergence génétique estimée à ~105 ka par rapport aux autres groupes néandertaliens d’Europe occidentale, nous avons testé l’hypothèse que la structures des dents de ‘Thorin’ soit plus proches des néandertaliens des MIS 7-5 que de ses contemporains. Les dents de ‘Thorin’ présentent des caractéristiques dentaires typiques des néandertaliens des MIS 4 et 3. Ce résultat, combiné aux particularités génétiques de cet individu, impliquent soit un processus de convergence morphologique des derniers groupes néandertaliens, soit une sous-estimation de la variabilité génétique des néandertaliens récents. La présence de distomolaires est inédite chez ce taxon et rare dans les populations actuelles. Bien que l’étiologie de ce caractère reste discutée, des facteurs génétiques et environnementaux sont proposés. Enfin, l’usure avancée de la surface occlusale des dents, associée à une hypercémentose généralisée, permet d’envisager une utilisation para-ou non-masticatoire des dents antérieures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne Fuchs, Clément Zanolli et Ludovic Slimak, « Analyse de l’organisation structurale des dents d’un nouvel individu néandertalien de la Grotte Mandrin »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 36(S) | 2024, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/12799 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.12799

Haut de page

Auteurs

Jeanne Fuchs

PACEA UMR 5199, CNRS, Université de Bordeaux, Ministère de la Culture, Pessac, France ; fuchsjeanne67[at]icloud.com

Clément Zanolli

PACEA UMR 5199, CNRS, Université de Bordeaux, Ministère de la Culture, Pessac, France

Articles du même auteur

Ludovic Slimak

CAGT UMR 5288, CNRS, Université Toulouse 3 Paul Sabatier, Toulouse, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search