Navigation – Plan du site

AccueilLes journées de la SAP36(S)Résumés des journées 2024Présence arabo-berbère dans le su...

Résumés des journées 2024

Présence arabo-berbère dans le sud de la Gaule : de nouveaux résultats archéo-anthropologiques ?

Arab-Berber presence in southern Gaul: new bioarchaeological data?
Yves Gleize, Marie-France Deguilloux, Fanny Mendisco et Leïa Mion

Texte intégral

1Durant la première moitié du VIIIe siècle, l’empire islamique s’étend jusqu’aux rives de l’océan Atlantique. Après avoir enrôlé les tribus berbères lors de la conquête du Maghreb, les armées omeyyades prennent possession du royaume wisigoth qui occupait la péninsule ibérique et la Septimanie. Les sources textuelles témoignent du franchissement des Pyrénées autour de l’année 719 et d’une installation en Narbonnaise. Les éventuels vestiges archéologiques permettant d’attester cette présence ont bien souvent été surinterprétés. Il a fallu la découverte en 2005 de plusieurs sceaux portant des inscriptions arabes à Ruscino pour attester la présence d’une garnison liée à la prise de Narbonne. Dans ce contexte, la découverte de sépultures musulmanes datées du VIIIe siècle à Nîmes a permis de relancer les perspectives d’étude. Un projet financé par la fondation Fyssen a permis l’analyse de vestiges archéo-anthropologiques issus notamment de ces sites avec une approche croisant données archéo-anthropologiques, isotopiques et paléogénomiques, en vue de discuter la présence de populations venues du sud de la Méditerranée et les inférences sociales et culturelles. À Nîmes, les premiers résultats montrent que les trois sujets inhumés selon des pratiques musulmanes (corps sur le côté droit, regard vers la Mecque, fosse à creusement latéral) se distinguent par les données anthropologiques, génomiques et isotopiques des autres individus enterrés à proximité. Toutefois, pour la même période, une quatrième inhumation sur le côté droit a livré des données totalement différentes. De même, à Ruscino, les modes d’inhumation montrent une image plus complexe, d’autant que la datation de plusieurs d’entre elles n’atteste pas leur contemporanéité avec le passage de la garnison. Ces résultats montrent la difficulté de réduire l’identification de la présence arabo-berbère à la seule découverte d’inhumations musulmanes. Au final, l’analyse interdisciplinaire permet d’ouvrir de nouvelles problématiques en allant au-delà de certains présupposés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Gleize, Marie-France Deguilloux, Fanny Mendisco et Leïa Mion, « Présence arabo-berbère dans le sud de la Gaule : de nouveaux résultats archéo-anthropologiques ? »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 36(S) | 2024, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/12838 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.12838

Haut de page

Auteurs

Yves Gleize

Inrap NAOM, Bègles, France ; PACEA UMR 5199, CNRS, Université de Bordeaux, Ministère de la Culture, Pessac, France  ; yves.gleize[at]inrap.fr

Articles du même auteur

Marie-France Deguilloux

PACEA UMR 5199, CNRS, Université de Bordeaux, Ministère de la Culture, Pessac, France

Articles du même auteur

Fanny Mendisco

PACEA UMR 5199, CNRS, Université de Bordeaux, Ministère de la Culture, Pessac, France

Articles du même auteur

Leïa Mion

School of History, Archaeology and Religion, Cardiff University, Cardiff, Pays de Galles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search