Navigation – Plan du site

AccueilLes journées de la SAP36(S)Résumés des journées 2024Quelles méthodes phylogénétiques ...

Résumés des journées 2024

Quelles méthodes phylogénétiques pour reconstituer les relations de parenté des espèces récentes du genre Homo ?

What kind of phylogenetic methods to rebuild evolutionary relationships of recent Homo species?
Pierre Gousset, Jérémie Bardin et Florent Détroit

Texte intégral

1Les relations phylogénétiques des espèces récentes du genre Homo (i.e. celles ayant vécu il y a moins de 1 Ma) sont âprement débattues, comme en attestent les discussions autour d’Homo floresiensis, H. heidelbergensis ou encore H. longi. Cependant, il semble que les méthodes phylogénétiques, abondamment utilisées en paléontologie sont trop peu appliquées aux hominines. Nous proposons d’abord une revue de l’utilisation des méthodes phylogénétiques chez les hominines. Elle révèle l’utilisation fréquente d’individus ou de populations comme Unité Taxonomique Opérationnelle (UTO) contrairement aux autres groupes, l’omission d’une part importante du squelette ou encore l’apport récent de nouvelles méthodes (moléculaires, probabilistes, analyses en réseaux…). À partir de ces constats, nous discutons le choix des méthodes et techniques pour de futures analyses. En effet, d’importants développements méthodologiques réalisés sur d’autres taxons doivent être pris en compte : implémentation dans la matrice taxons-caractères de caractères continus traités comme tels, utilisation de la morphométrie-géométrique pour la définition des caractères et/ou pour une optimisation directe pendant la recherche de l’arbre... Par ailleurs, de nombreuses études paléoanthropologiques pourraient être exploitées pour intégrer des structures morphologiques qui ont montré un signal phylogénétique : caractères endocrâniens, postcrâniens et de l’oreille interne, ainsi que des caractères dont la définition est standardisée (caractères dentaires ASUDAS) ou métrique (dimensions dentaires, paramètres de géométrie de section, calculs courants d’angles et de ratios…). Plus largement, les connaissances croissantes sur les relations de dépendance des structures anatomiques chez les hominines pourraient aider à la définition et guider la pondération des caractères. Si certaines de ces méthodes ont été utilisées ponctuellement, elles ne l’ont jamais été en association dans le cadre d’une étude d’ampleur visant à reconstituer la phylogénie des espèces récentes du genre Homo. Cette étude pourrait représenter un apport important à notre compréhension de l’évolution humaine au cours du dernier million d’années.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gousset, Jérémie Bardin et Florent Détroit, « Quelles méthodes phylogénétiques pour reconstituer les relations de parenté des espèces récentes du genre Homo ? »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 36(S) | 2024, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/12894 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.12894

Haut de page

Auteurs

Pierre Gousset

UMR 7194 HNHP, MNHN-CNRS-UPVD, Département Homme et Environnement, Musée de l’Homme, Paris, France ; pierre.gousset[at]edu.mnhn.fr

Jérémie Bardin

UMR 7207 CR2P, MNHN-CNRS-Sorbonne Université, Paris, France

Florent Détroit

UMR 7194 HNHP, MNHN-CNRS-UPVD, Département Homme et Environnement, Musée de l’Homme, Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search