Navigation – Plan du site

AccueilLes journées de la SAP36(S)Résumés des journées 2024Quelle place pour la biologie du ...

Résumés des journées 2024

Quelle place pour la biologie du développement dans la paléoanthropologie ?

What place for developmental biology in paleoanthropology?
Mathilde Lequin, Thomas Colard, Antony Colombo, Yann Heuzé, Adeline Le Cabec, Floriane Remy et Alexandra Schuh

Texte intégral

1La connaissance des processus développementaux chez les hominines a connu des avancées significatives dans la période récente. Cela a été permis par l’étude d’un nombre croissant de sujets immatures, le progrès des techniques d’analyse et des modèles comparatifs, mais aussi l’utilisation de concepts et méthodes issus de la biologie du développement. Cette communication propose une réflexion sur l’intégration de la biologie du développement dans la paléoanthropologie, avec un triple objectif : 1) Clarifier les différentes manières de comprendre ce qu’est le développement, en termes de génétique, d’adaptation fonctionnelle, de plasticité phénotypique ou encore d’histoire de vie ; 2) Réfléchir aux spécificités du matériel d’étude disponible pour retracer le développement des hominines : tandis que la biologie du développement se fonde principalement sur le développement in utero, la paléoanthropologie étudie le développement postnatal, documenté par des restes fossiles, souvent incomplets et détériorés. Parce qu’elle travaille à partir d’instantanés dans des trajectoires de développement, mais aussi parce qu’elle s’inscrit dans le temps long de la macroévolution, nous montrerons que la paléoanthropologie apporte une contribution originale à la biologie du développement ; 3) Mettre en évidence les implications de cette connaissance plus fine des processus développementaux sur l’interprétation de la variation phénotypique dans le registre fossile. Nous discuterons la pertinence de réviser le cadre théorique hérité de la synthèse moderne, dans lequel toutes les variations morphologiques pourraient être expliquées par la sélection naturelle. Nous examinerons enfin les apports d’une "synthèse évolutionnaire étendue", accordant une place plus importante aux contraintes et biais développementaux, ainsi qu’à leur rôle dans l’évolution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Lequin, Thomas Colard, Antony Colombo, Yann Heuzé, Adeline Le Cabec, Floriane Remy et Alexandra Schuh, « Quelle place pour la biologie du développement dans la paléoanthropologie ? »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 36(S) | 2024, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/13073 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.13073

Haut de page

Auteurs

Mathilde Lequin

PACEA UMR 5199, CNRS, Université de Bordeaux, Ministère de la Culture, Pessac, France ; mathilde.lequin[at]u-bordeaux.fr

Articles du même auteur

Thomas Colard

PACEA UMR 5199, CNRS, Université de Bordeaux, Ministère de la Culture, Pessac, France

Articles du même auteur

Antony Colombo

Archéosciences Bordeaux UMR 6034, CNRS, Université Bordeaux Montaigne, Pessac, France

Articles du même auteur

Yann Heuzé

PACEA UMR 5199, CNRS, Université de Bordeaux, Ministère de la Culture, Pessac, France

Articles du même auteur

Adeline Le Cabec

PACEA UMR 5199, CNRS, Université de Bordeaux, Ministère de la Culture, Pessac, France

Articles du même auteur

Floriane Remy

PACEA UMR 5199, CNRS, Université de Bordeaux, Ministère de la Culture, Pessac, France

Articles du même auteur

Alexandra Schuh

Department of Human Origins, Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology, Leipzig, Germany

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search