Navigation – Plan du site

AccueilLes journées de la SAP36(S)Résumés des journées 2024Le panorama du Paléolithique supé...

Résumés des journées 2024

Le panorama du Paléolithique supérieur vu par les groupes sanguins

The panorama of the Upper Palaeolithic as seen by blood groups
Stephane Mazières, Silvana Condemi, Wassim El Nemer et Jacques Chiaroni

Texte intégral

1La paléogénétique des groupes sanguins s’est invitée dans les débats relatifs à la compréhension de l’histoire évolutive des Néandertaliens et des Dénisoviens. Notamment, Denisova 5 (le Néandertalien de l’Altaï), Vindija_33.19 et Chagyrskaya_8 possèdent des allèles ancestraux, fréquents aujourd’hui en Afrique sub-saharienne, ainsi qu’un "rhésus" rarissime dont une partie est retrouvée en Océanie. Nous avons voulu tester si cette diversité génétique était propre aux populations archaïques ou partagée avec les populations sapiens du début du Paléolithique supérieur. Nous avons réuni 60 génomes anciens de 38 Sapiens anatomiquement modernes et 22 Néandertaliens. Pour chacun, nous avons ciblé les gènes de 9 systèmes de groupes sanguins d’intérêt anthropologique (migration, sélection) et transfusionnel (compatibilité à respecter) : ABO, Rh ("rhésus"), Kell, Duffy, Kidd, MNS, Diego, H, et Indian. Enfin, pour Néandertal et Denisova, nous avons également balayé la région de la bêta-globine, siège des mutations de la drépanocytose et des thalassémies. Pour chaque position critique, nous avons recueilli le génotype, sa couverture et sa vraisemblance. Pour ABO, seul les Néandertaliens présentent le groupe A. Chez les Sapiens anatomiquement modernes, un allèle ABO*O2 a été décrit (Sunghir) et le groupe B n’est observé qu’en Asie de l’Est (Yana RHS2, AK33K). Pour 5 autres systèmes, seuls les Sapiens anatomiquement modernes présentent des allèles dérivés. Pour Néandertal, nous confirmons le "rhésus" décrit en Océanie et des allèles ancestraux, ainsi que certains allèles Se non-sécréteurs. Enfin, les Néandertaliens ne possèdent pas de mutations liées aux hémoglobinopathies contrairement à ce qui a été publié. Cette étude montre un statuquo de la diversité sanguine néandertalienne alors que la diversité actuelle des groupes sanguins se met en place chez les Sapiens anatomiquement modernes du Paléolithique supérieur. Étant donné son étendue en Eurasie, cette diversification des groupes sanguins a dû se produire avant le Out of Africa avant de s’enrichir par sélection et introgression.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stephane Mazières, Silvana Condemi, Wassim El Nemer et Jacques Chiaroni, « Le panorama du Paléolithique supérieur vu par les groupes sanguins »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 36(S) | 2024, mis en ligne le 23 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/13191 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.13191

Haut de page

Auteurs

Stephane Mazières

ADES UMR 7268, Aix-Marseille Université, CNRS, EFS, Marseille, France ; stephane.mazieres[at]univ-amu.fr

Articles du même auteur

Silvana Condemi

ADES UMR 7268, Aix-Marseille Université, CNRS, EFS, Marseille, France

Articles du même auteur

Wassim El Nemer

ADES UMR 7268, Aix-Marseille Université, CNRS, EFS, Marseille, France ; Établissement Français du Sang PACA-Corse, GENGLOB : Génétique évolutive, globule rouge, biothérapies, Marseille

Jacques Chiaroni

ADES UMR 7268, Aix-Marseille Université, CNRS, EFS, Marseille, France ; Établissement Français du Sang PACA-Corse, GENGLOB : Génétique évolutive, globule rouge, biothérapies, Marseille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search