Navigation – Plan du site

AccueilLes journées de la SAP36(S)Résumés des journées 2024Analyse morphométrique et microsc...

Résumés des journées 2024

Analyse morphométrique et microscopique du maxillaire de la grotte de Coupe-Gorge (350 ka) à Montmaurin (Haute-Garonne, France)

Morphometric and microscopic analysis of the maxilla from Coupe-Gorge cave (350 ka), Montmaurin (Haute-Garonne, France)
Alexandra Schuh, Sarah Freidline et Amélie Vialet

Texte intégral

1La grotte de Coupe-Gorge fait partie du complexe karstique des grottes de Montmaurin dans lesquelles des restes humains fossiles ont été retrouvés, parmi lesquels un fragment de maxillaire droit adulte. Récemment daté à 343-328 ka par ESR-U/Th, ce spécimen vient compléter le registre fossile aux côtés de Steinheim ou Swanscombe, permettant d’aborder la question de l’émergence de la lignée néandertalienne en Europe. Dans cette étude, le maxillaire de Coupe-Gorge a été analysé en morphométrie géométrique en intégrant 10 fossiles du Pléistocène moyen et supérieur et 20 Homo sapiens. Des analyses en composantes principales (ACP) et régressions multiples multivariées ont été conduites. En parallèle, une analyse en microscopie de surface de Coupe-Gorge a été effectuée. Les résultats tendent à inscrire le maxillaire de Coupe-Gorge dans la variation du groupe des fossiles du Pléistocène moyen et des Néandertaliens. Le long de l’axe 1 de l’ACP, ces derniers se distinguent clairement des H. sapiens, notamment du fait de la différence de taille entre ces individus. Coupe-Gorge et Steinheim partagent une taille plus modeste que celle des faces de l’échantillon fossile, cependant ils diffèrent entre eux en termes de conformation (au niveau du processus frontal et de la partie antérieure du bord alvéolaire). Enfin, l’étude microscopique de la surface osseuse du maxillaire de Coupe-Gorge montre un schéma d’expression cellulaire semblable à celui des Néandertaliens immatures analysés dans une étude antérieure, montrant un processus réduit de résorption osseuse au niveau de l’arcade maxillaire par rapport aux H. sapiens sur lesquels ce phénomène est plus actif. Les résultats de ces approches suggèrent donc toutes deux une attribution de ce dernier à la lignée néandertalienne. Ainsi, une diversité dans la conformation faciale est manifeste pour cette période ancienne, entre 450 et 350 ka, qui voit l’émergence des Néandertaliens et, sans doute, le maintien d’une lignée plus archaïque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Schuh, Sarah Freidline et Amélie Vialet, « Analyse morphométrique et microscopique du maxillaire de la grotte de Coupe-Gorge (350 ka) à Montmaurin (Haute-Garonne, France) »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 36(S) | 2024, mis en ligne le 23 décembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/13578 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.13578

Haut de page

Auteurs

Alexandra Schuh

Department of Human Origins, Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology, Leipzig, Germany ; schuhalexandra2[at]gmail.com

Articles du même auteur

Sarah Freidline

Department of Human Origins, Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology, Leipzig, Germany ; Department of Anthropology, University of Central Florida, Orlando, USA

Amélie Vialet

UMR 7194 HNHP, MNHN-CNRS-UPVD, Département Homme et Environnement, Musée de l’Homme, Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search