Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36 (1)Articles thématiquesLes prélèvements et les analyses ...

Articles thématiques

Les prélèvements et les analyses sur l’os humain ancien : connaître, encadrer et promouvoir la recherche. Retour sur le rapport rendu dans le cadre du groupe de travail sur la mise en place des protocoles de prélèvements et d’analyses sur l’os humain ainsi que sur la conservation des échantillons (PAOHCE)

Sampling and analysis of ancient human bones: identifying, supervising and promoting research. A review of the report produced by the working group on implementation of sampling and analysis protocols and the preservation of bone samples (PAOHCE)
Christian Cribellier et Anne Chaillou

Résumés

En 2019, la sous-direction de l’archéologie (ministère de la Culture, direction générale des patrimoines et de l’architecture, service du patrimoine) a créé un groupe de travail sur la mise en place des protocoles de prélèvements et d’analyses sur l’os humain ainsi que sur la conservation des échantillons. Celui-ci a rendu en 2022 un rapport ayant pour vocation d’aider à la définition de bonnes pratiques pour la réalisation des prélèvements et d’analyses sur l’os humain dans les meilleures conditions, ainsi qu’à la mise en œuvre des procédures administratives permettant d’assurer une meilleure gestion des demandes de prélèvements et d’analyses et leur suivi. Cet article présente la genèse du groupe de travail, les réflexions menées ainsi que les recommandations que le groupe a émises dans son rapport. Les recommandations portent sur la nécessité de poursuivre la sensibilisation de la communauté scientifique à la préservation et aux potentiels d’étude des vestiges anthropobiologiques par l’intermédiaire de fiches pratiques, sur la mise en place d’une procédure d’encadrement et d’évaluation des projets de recherche ainsi que sur la réalisation d’un bilan des travaux et des procédures mises en œuvre.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cette note fait suite à une communication présentée lors des 1848es journées de la Société d’Anthropologie de Paris dans le cadre de la session "Analyses invasives, micro-invasives et non-invasives des vestiges anthropobiologiques. Comment et pourquoi?"

Texte intégral

1Ces dernières années ont connu, au niveau international, un développement des recherches concourant à retracer l’histoire humaine, depuis ses très lointains ancêtres et cousins, mais aussi l’histoire des populations et des migrations. Les acquis de ces approches, s’appuyant principalement sur la paléogénétique et les analyses biogéochimiques, sont indiscutables et enrichissent considérablement notre vision des sociétés anciennes.

2Les analyses pratiquées nécessitant en grande majorité des prélèvements invasifs, cet engouement a pour conséquence une sollicitation très importante et toujours croissante sur les vestiges anthropobiologiques de la part des chercheurs et des laboratoires du monde entier. Cette sollicitation arrive à un point tel qu’il y a aujourd’hui un risque sur la conservation de ces vestiges. Se posent aussi des questions d’éthique et d’équité par rapport à l’accès à cette ressource.

3Par rebond, cette sollicitation touche aussi les archéologues qui mettent au jour ces vestiges ainsi que les institutions, notamment les services régionaux de l’archéologie du ministère de la Culture qui prescrivent et autorisent en France les opérations de recherches archéologiques (sondages, diagnostics, fouilles préventives et programmées) et ont en charge la gestion et conservation des vestiges anthropobiologiques dans des structures pérennes (centres de conservation et d’étude ou dépôts archéologiques).

Définition et conservation des vestiges anthropobiologiques

4“Les vestiges anthropobiologiques sont des restes humains mis au jour lors d’une opération archéologique prescrite ou autorisée par l’État, ou encore découverts fortuitement, et ayant fait l’objet d’une déclaration au service régional de l’archéologie ou au département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines dans le cadre de l’application du livre V du code du patrimoine.

5Ils sont composés d’ossements humains isolés ou en connexion issus de structures funéraires, de couches sédimentaires, de remblais et ce, quel que soit le traitement funéraire rencontré ou le traitement des restes osseux ; de tissus éventuellement momifiés, ainsi que les phanères résiduels et les calcifications. Sont aussi considérés comme des vestiges anthropobiologiques, les prélèvements réalisés sur les restes osseux, les “vestiges para-ostéologiques”, éléments prélevés obligatoirement en même temps que les ossements, ainsi que les prélèvements de sédiment réalisés autour des ossements.” : article 1-III de l’arrêté du 7 février 2022 portant définition des données scientifiques de l’archéologie et de leurs conditions de bonne conservation (NOR : MICC2137542A).

6À la fin de l’opération archéologique, l’État, ministère de la Culture, a la garde de ces vestiges anthropobiologiques et il doit en assurer la conservation dans ses propres structures ou par un dépôt auprès de collectivités territoriales ou d’autres structures publiques pouvant en assurer la conservation dans de bonnes conditions.

  • 1 Code civil, article 16-1 : “Chacun a droit au respect de son corps. Le corps humain est inviolable. (...)
  • 2 Code civil, article 16-1-1 : “Le respect dû au corps humain ne cesse pas avec la mort. Les restes d (...)

7Cette garde doit être pensée pour les générations futures et dans le respect des considérations éthiques, tout en assurant à la communauté scientifique de pouvoir, aujourd’hui mais également demain, mener à bien des recherches sur ces vestiges, qui de fait, constituent la justification ultime de la conservation de ces ossements. Il est donc nécessaire de trouver un équilibre entre cette conservation et leur mise à disposition pour permettre des recherches impliquant manipulations, analyses, mais également prélèvements invasifs voire destructeurs sans toutefois enfreindre le principe de dignité humaine défini par le code civil (article 16-11 et 16-1-12) et qui s’impose aussi aux archéologues et à tout autre intervenant puisque le code civil ne fait aucune distinction selon l’ancienneté des restes humains. La réalité qu’une distanciation s’opère progressivement entre le chercheur et les restes humains qu’il étudie du fait du passage du temps depuis le décès de la personne concernée ne doit en rien diminuer le devoir d’éthique et de déontologie que les acteurs de l’archéologie sont tenus de porter aux vestiges anthropobiologiques.

Nécessité d’une réflexion concernant les prélèvements et les analyses sur les vestiges anthropobiologiques

8Les demandes d’analyse et de prélèvements sur des vestiges anthropobiologiques pour des études diverses (paléogénétiques, biogéochimiques, protéomiques ou encore radiométriques et cémentochronologiques, etc.) sont de plus en plus nombreuses et les services en charge de l’instruction de ces projets se trouvent parfois démunis en ce qui concerne l’examen et l’autorisation de ces travaux de recherche qui peuvent avoir un impact important sur la préservation de ces vestiges.

9Au regard des autres éléments du patrimoine archéologique comme la céramique ou le lithique, les vestiges anthropobiologiques sont une ressource dont la conservation pérenne sans altération n’est pas certaine. En effet, s’agissant d’éléments organiques, ils se dégradent très fortement pendant la période d’enfouissement, cette dégradation pouvant se poursuivre après leur mise au jour. Pour les périodes anciennes, le nombre d’exemplaires est en outre limité.

10Pour autant, les restes humains issus de recherches archéologiques sont les vestiges qui font l’objet du plus grand nombre d’analyses en termes de quantité et modalités, et l’éventail des méthodes s’élargit sans cesse. Sans préjuger de l’état exact de la quantité de ressource disponible dans les structures de conservation pérenne – difficile aujourd’hui à évaluer –, il est évident que le potentiel d’analyse par individu diminue au prorata de la durée de conservation puisque, après leur mise au jour, les ossements et en particulier l’ADN continuent de se dégrader lorsqu’ils sont conservés dans des conditions classiques et habituelles de stockage dans les dépôts archéologiques et centres de conservation et d’étude. Cette dégradation est préjudiciable à la recherche même si la ressource globale disponible pour une exploitation scientifique augmente au plan national en fonction des nouvelles opérations archéologiques menées.

11Néanmoins, les champs nouveaux de la recherche sont aujourd’hui très ouverts. Le perfectionnement des techniques d’analyses et les progrès des sciences biologiques et physico-chimiques permettent aujourd’hui de disposer d’informations nouvelles sur les trajectoires et les modes de vie des individus du passé, incitant à reprendre les analyses, voire à prélever de nouveaux échantillons osseux. Il est donc nécessaire de trouver un juste équilibre entre préservation de la “ressource” et recherche.

12D’autant que, comme évoqué rapidement à la fin de la partie précédente, ces vestiges confrontant la communauté archéologique à sa perception de l’être humain dans ses composantes biologiques, physiques et sociales posent aussi des questions éthiques qui doivent obligatoirement être prises en compte.

13Depuis plusieurs années, la sous-direction de l’archéologie (ministère de la Culture, direction générale des patrimoines et de l’architecture, service du patrimoine) est destinataire d’interrogations et de demandes de mise en place de cadrage des études sur les vestiges anthropobiologiques, à la fois par les services déconcentrés du ministère de la culture via les services régionaux de l’archéologie (SRA), la communauté scientifique ou la société civile. Certaines de ces questions ont fait l’objet de débats dans les commissions territoriales de la recherche archéologique (CTRA) ou au conseil national de la recherche archéologique (CNRA).

14En effet, devant l’augmentation croissante des demandes d’analyses, accompagnées de dossiers parfois lacunaires, en tout cas très inégaux dans leur constitution d’une région à une autre, et dont l’impact sur la ressource est peu ou mal évalué, les agents des SRA (conservateurs régionaux de l’archéologie, responsables territoriaux et gestionnaires des structures de conservation pérenne) estiment ne pas connaitre suffisamment bien ces nouvelles analyses pour pouvoir les autoriser en toute connaissance de cause.

15D’ailleurs, dans certains cas, les SRA sont soumis à des demandes, parfois insistantes, venant de laboratoires essentiellement étrangers, peu au fait de la législation et du fonctionnement de l’archéologie française, qui sollicitent des échantillons pour des travaux dont la finalité, non explicitée ou déconnectée du contexte archéologique, n’apporte a priori pas d’éléments nouveaux à la connaissance d’un site. On peut par exemple mentionner des demandes de réalisation de prélèvements sur des vestiges anthropobiologiques de périodes préhistoriques qui ne se préoccupent pas de la provenance géographique des ossements et donc ne portent pas d’intérêt au contexte de découverte, cela sans autre explication de la finalité scientifique des projets.

16Cette demande importante de prélèvements sur des ossements issus de fouilles archéologiques menées en France est essentiellement liée au développement des opérations préventives (la loi régissant la mise en œuvre de l’archéologie préventive en France date de 2001) qui permet de mettre au jour de nombreux restes humains. Elle résulte également de la bonne conservation des restes humains dans le sol français a contrario de certains pays européens où les socles granitiques et les lœss acides ne permettent pas une bonne conservation des restes osseux. Si on ajoute à cela la position géographique de la France à l’extrémité ouest du continent européen, ces trois raisons expliquent le potentiel des séries anthropobiologiques françaises dans les études du peuplement de l’Europe.

17Pour gérer ces demandes, chaque SRA fait donc au mieux, en l’absence de directives, ce qui entraîne des disparités de traitement au niveau national. Il est aussi difficile aux SRA d’effectuer un véritable suivi sur le déroulement des analyses. À ce titre, outre la question de la conservation pérenne des données primaires issues de ces analyses, se pose aussi la question du devenir des prélèvements qui ont été effectués puisque les ossements ou fragments d’ossements non utilisés ne sont généralement pas restitués à l’État par le laboratoire ou le chercheur qui les a demandés. Il en est de même pour la communication des résultats qui peuvent parfois être connus des SRA seulement plusieurs années après la fin des études.

Le groupe de travail sur la mise en place des protocoles de prélèvements et d’analyses sur l’os humain ainsi que sur la conservation des échantillons (GT PAOHCE)

18Les différents acteurs de la communauté scientifique de l’archéologie française ont souhaité une uniformisation des réponses apportées par le ministère de la Culture à ce foisonnement de demandes d’analyses. Pour y répondre, la sous-direction de l’archéologie a décidé en 2019 de mettre en place un groupe de travail chargé de proposer des protocoles et des règles qui devraient présider à l’exploitation scientifique des vestiges anthropobiologiques issus des opérations de recherches archéologiques menées sur le territoire national. Ces procédures permettraient aussi d’anticiper et d’accompagner le développement des analyses, afin de préserver au mieux la ressource.

Composition et déroulement des travaux du groupe de travail

19Il a été souhaité que le groupe PAOHCE soit représentatif de la diversité des acteurs interagissant avec les restes humains issus des opérations archéologiques relevant du périmètre de compétences du ministère de la culture. Ce groupe de travail était composé de 26 membres (liste nominale présentée en annexe 1) réunissant :

20- des agents de l’administration centrale du ministère de la Culture ;
- des agents des services déconcentrés (SRA) ;
- des responsables d’ostéothèques en lien avec les UMR ;
- des gestionnaires de mobilier archéologique ;
- des conservateurs-restaurateurs ;
- des archéologues, responsables d’opérations programmées et préventives ;
- des spécialistes des différents types d’analyses (isotopes, radiocarbone, paléogénétique, etc.) menées sur les restes humains issus de différents laboratoires français ;
- des juristes ;
- des généticiens du présent travaillant sur l’humain d’aujourd’hui ;
- un philosophe.

21Les travaux du GT ont débuté en décembre 2019 en plein développement de la pandémie du Covid et se sont échelonnés jusqu’en juin 2022. Plusieurs réunions de travail se sont succédé, permettant de mettre en évidence les points de consensus ou les positions divergentes nécessitant approfondissement. Le rapport qui en résulte a pour vocation d’aider à la définition de bonnes pratiques pour la réalisation des prélèvements et d’analyses sur l’os humain dans les meilleures conditions, ainsi qu’à la mise en œuvre des procédures administratives permettant d’assurer une meilleure gestion des demandes de prélèvements et d’analyses et leur suivi. Il contient également des synthèses sur les différentes méthodes d’analyses et leurs contraintes en termes de nature et quantité de prélèvements.

22Les travaux du GT ont été présentés au CNRA en février 2022 et ont reçu un avis favorable de cette instance scientifique consultative du ministère de la Culture. Le rapport a été remis au sous-directeur de l’archéologie en mai 2022 (Billard et al., 2022) et mis en ligne sur le site internet de la sous-direction de l’archéologie pour en faciliter la diffusion à l’ensemble de la communauté scientifique à l’adresse : www.culture.gouv.fr/Thematiques/Archeologie/Ressources-documentaires/Conservation-des-vestiges-archeologiques-mobiliers/Rapport-final-du-groupe-de-travail-sur-la-mise-en-place-des-protocoles-de-prelevements-et-d-analyses-sur-l-os-humain-ainsi-que-sur-la-conservation.

23Par ailleurs, pour en assurer une diffusion à l’international et permettre ainsi une bonne information de la communauté scientifique hors de nos frontières, le rapport a été traduit en anglais et est mis à disposition depuis le même lien.

24Enfin, pour présenter ses travaux aux différents acteurs de la communauté scientifique, débattre et valider les recommandations formulées dans son rapport ainsi que pour présenter les besoins en ressources, process et résultats possibles des différents types d’analyses pouvant être menées sur des vestiges anthropobiologiques, le GT a organisé un séminaire intitulé : Les prélèvements et les analyses sur l’os humain ancien : connaître, encadrer et promouvoir la recherche. Celui-ci s’est tenu les 23 et 24 juin 2022 à la Faculté des sciences médicales et paramédicales d’Aix-Marseille Université ainsi qu’en visioconférence et a rassemblé 200 auditeurs. Il a fait l’objet de captations vidéo qui sont accessibles depuis le site internet : www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Provence-Alpes-Cote-d-Azur/La-Direction-regionale-des-affaires-culturelles-DRAC-Provence-Alpes-Cote-d-Azur/Service-regional-de-l-archeologie/Videos-du-seminaire-Les-prelevements-et-les-analyses-sur-l-os-humain-ancien-connaitre-encadrer-promouvoir-la-recherche.

Contenu des réflexions menées par le groupe de travail

25Le GT a souhaité aborder les différents aspects liés aux études sur les vestiges anthropobiologiques, mais aussi la destruction éventuelle de ces vestiges par les études ou analyses en question. Pour cela, les réflexions et échanges se sont centrés autour de trois thématiques principales.

  • 3 Sont exclus des réflexions du GT les restes humains entrés en collections publiques ainsi que les r (...)

26La première concernait la définition des vestiges anthropobiologiques ainsi que le statut juridique de ces restes humains. Pour les membres du GT, il était indispensable de ne pas dissocier les différentes “composantes” des restes humains. Il était donc important de pouvoir rappeler que la notion de vestiges anthropobiologiques englobe aussi bien les ossements que les prélèvements réalisés sur ces os, mais aussi tout biomatériel associé, qu’il soit à l’échelle macro/microscopique ou moléculaire. Cette volonté a été prise en compte dans la définition qui a été donnée des vestiges anthropobiologiques dans l’arrêté du ministère de la Culture portant définition des données scientifiques de l’archéologie et de leurs conditions de bonne conservation publié le 7 février 2022. En complément, un rappel du statut juridique de ces restes humains issus d’opérations archéologiques3 (pour plus de détail, voir Chaillou, 2022) était nécessaire pour que la communauté puisse appréhender pleinement et comprendre les procédures qui allaient être proposées dans le rapport. Le cadre éthique ainsi que les responsabilités de chacun des acteurs de la recherche (État, chercheurs, laboratoire, etc.) ont aussi été abordés.

27La deuxième thématique portait sur les aspects scientifiques et pratiques liés à ces analyses. Chaque spécialiste du GT a présenté les spécificités des analyses qu’il menait en termes de ressources nécessaires, de difficultés techniques que pose leur mise en œuvre, depuis le terrain jusqu’au laboratoire, les apports pour les archéologues, etc. Ces réflexions ont permis d’échanger sur l’impact des différents types d’analyses sur la ressource et les éventuelles mesures à prendre pour le limiter. Il a aussi été question de protocoles de prélèvement – région anatomique concernée et quantité de matière – ainsi que de la nécessité (ou non) de mettre en œuvre des conditions de conservation pérenne particulières. Ces réflexions aboutiront à la rédaction des fiches techniques objets de la première recommandation du GT (voir infra).

28La troisième thématique concernait la détermination de procédures d’instruction et de suivi des dossiers claires et homogènes sur l’ensemble du territoire français afin de sécuriser le travail des différents intervenants et garantir une équité de traitement des différents projets d’études et d’analyses portant sur les vestiges anthropobiologiques gardés par l’État. Le GT s’est attaché à définir des procédures les plus simples possibles pour ne pas entraver le développement de la recherche tout en permettant de sécuriser la ressource. Ces procédures ont été pensées depuis le montage d’un projet, la formulation d’une demande d’analyse et son évaluation jusqu’à la diffusion et le partage des résultats avec l’ensemble de la communauté scientifique ; ceci dans une temporalité définie afin de ne pas obérer d’autres projets portant sur les mêmes vestiges ou thématiques.

29Au-delà de ces objectifs initiaux, ce GT a permis de rapprocher les institutions et personnes intervenant sur les vestiges anthropobiologiques, les disciplines et les laboratoires qui n’avaient peu ou pas l’habitude de se parler et d’échanger sur les différentes thématiques et leurs pratiques. Il a aussi permis de croiser des approches complémentaires et parfois potentiellement conflictuelles lorsque la ressource est rare.

30Ainsi, chaque membre du GT a eu la volonté de faire progresser et de mieux organiser en France les conditions de prélèvements, de conservation et d’exploitation scientifiques des vestiges anthropobiologiques.

31Le GT PAOHCE s’est concentré sur les vestiges anthropobiologiques, mais il a été souligné que l’histoire de l’humanité se construit évidemment en lien étroit avec son environnement et que les réflexions du GT pourraient être étendues aux autres vestiges biologiques issus d’opérations archéologiques (écofacts : biens archéologiques mobiliers issus du règne animal ou végétal). Ceux-ci présentent un grand intérêt pour la recherche car, au même titre que les restes humains, ils sont intrinsèquement porteurs d’une quantité importante d’informations tout en posant les mêmes questions concernant la conservation, l’exploitation de la ressource pour des analyses paléogénétiques, isotopiques ou autres.

32Un autre groupe de travail pourra être constitué dans le futur pour compléter les procédures mises en place suivant les recommandations du GT PAOHCE.

Recommandations du GT

33À l’issue de ses travaux, le groupe a rendu son rapport au sous-directeur de l’archéologie. Le rapport contient dans son dernier chapitre des recommandations qui peuvent être regroupées en trois volets, développés ci-après.

34(1) Nécessité de poursuivre la sensibilisation de la communauté scientifique à la question de l’importance de la préservation et aux potentiels d’étude des vestiges anthropobiologiques

35Pour cela, le GT propose que des fiches pratiques soient élaborées par les spécialistes du GT ou d’autres, spécialement sollicités à cet effet. Une fiche porterait sur le statut des vestiges anthropobiologiques découverts et étudiés dans le cadre d’une opération archéologique pour que chacun puisse comprendre dans quel contexte juridique ou réglementaire il travaille. Une autre fiche présenterait les bons gestes à effectuer et les traitements ou manipulations à éviter durant une opération archéologique, ainsi que les conditions de conservation à mettre en œuvre, afin de préserver au mieux le potentiel d’analyses futures des vestiges anthropobiologiques mis au jour. La troisième fiche serait une présentation des conditions (nature, état des échantillons requis) et apports de chaque méthode d’analyse ainsi que les mises en œuvre techniques des prélèvements nécessaires ayant un impact sur la ressource. Cette fiche permettrait de mettre en évidence la chaîne opératoire des analyses afin de préserver au mieux la ressource disponible sans obérer pour autant le développement de la recherche.

36Le GT a aussi rappelé l’importance de mettre en place des recommandations sur la démarche éthique à adopter dans la recherche archéologique française concernant la fouille, l’étude et la conservation des vestiges anthropobiologiques. Il souhaiterait aussi que des formations sur les méthodes d’analyses actuelles et anciennes (comme les datations radiocarbone) et leurs limites soient proposées pour que chaque intervenant de la chaîne opératoire de l’archéologie comprenne les tenants, aboutissants et besoins de chaque méthode.

  • 4 Les analyses sur les vestiges anthropobiologiques prévues dès la définition d’une opération, dans l (...)

37(2) Mise en place d’une procédure d’encadrement et d’évaluation des projets de recherche sur les vestiges anthropobiologiques en dehors du cadre d’une opération archéologique déjà engagée et dont un contrôle scientifique et technique est effectué4

  • 5 Des formulaires de demandes d’étude avec prélèvements destructeurs sont en cours d’élaboration. Les (...)

38Pour cela, le GT a insisté sur le fait qu’un projet de recherche doit être déposé par un chercheur référent auprès du SRA ou du Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (Drassm). Au même titre que d’autres programmes d’étude, le projet doit faire l’objet d’un avis de la commission territoriale de la recherche archéologique (CTRA) compétente5. Pour remettre son avis, la CTRA pourra prendre l’attache d’un ou de plusieurs experts présents dans la liste nationale qui sera créée pour cela. Lorsque l’avis rendu sera positif, le SRA pourra alors autoriser les analyses sur les vestiges anthropobiologiques dont l’inventaire était joint au projet de recherche. Une convention de mise à disposition de vestiges anthropobiologiques à des fins d’analyse, signée entre l’État et le chercheur référent du projet, encadrera alors à la fois les modalités de prélèvements, le temps d’étude, ainsi que les modalités de restitution à l’État des reliquats de prélèvements et des produits intermédiaires. Cette convention encadrera aussi la composition du rapport qui doit être remis à l’État après l’étude et les modalités concernant les informations relatives à la publication des données.

39Cette procédure devrait permettre une uniformisation des pratiques et donc une harmonisation des procédures déjà existantes dans l’objectif d’avoir une équité en termes d’évaluation et autorisation des projets sur l’ensemble du territoire national. Sa mise en place devrait être proposée à partir de 2024 pour les projets de recherche déposés auprès des SRA ou du Drassm pour la programmation 2025.

40(3) Réalisation d’un bilan des travaux et des procédures mises en œuvre à l’issue d’une période de 4 à 5 ans

41Le GT souhaite que le fonctionnement de la procédure qu’il propose puisse faire l’objet d’une analyse critique de la part d’un membre du collège archéologie de la délégation à l’inspection, à la recherche et à l’innovation (DIRI) de la direction générale des patrimoines et de l’architecture du ministère de la Culture pour la faire évoluer au besoin. Le collège de l’archéologie serait chargé de faire un bilan annuel des projets de recherche sur les vestiges anthropobiologiques examinés en CTRA et un bilan synthétique des études et analyses engagées, des résultats obtenus ainsi que des difficultés rencontrées à la fois dans l’examen des projets de recherches et la mise en œuvre de la procédure proposée. Ces bilans permettraient aussi d’avoir une meilleure idée du niveau de sollicitation des ressources et des tendances en termes de types d’analyses et de pratiques innovantes qui sont intégrés dans les projets de recherche.

42Bien qu’ayant rendu son rapport, le GT reste mobilisé afin de favoriser la bonne transmission des propositions faites, mais également pour assurer une veille méthodologique sur la mise en œuvre des recommandations adoptées. Il importe pour cela de tenir une liste à jour des structures du territoire national en capacité de mettre en œuvre les méthodes d’analyse afin d’aider à l’établissement et au renouvellement de la liste nationale des experts mise à la disposition des CTRA.

Conclusion

43Les travaux de ce groupe de travail pluridisciplinaire ont ouvert la voie d’un compromis entre la conservation d’une ressource patrimoniale à haut potentiel de valorisation scientifique et le développement de la recherche. La recherche d’équité et d’équilibre dans les débats a indubitablement enrichi l’approche des services en charge de la gestion de ce patrimoine et permis de déboucher sur des recommandations et méthodes d’instruction des demandes qui devraient à terme aider à mieux prendre en compte les attentes de chaque partie.

44Au-delà de la stricte gestion des vestiges anthropobiologiques, les réflexions et contributions méthodologiques émanant des chercheurs sont de nature à éclairer les agents des services régionaux de l’archéologie sur les potentiels, évolutions et limites de chaque discipline et permettre ainsi une meilleure prise en compte de celles-ci dans la programmation de la recherche territoriale.

Annexe 1 ‑ Liste des membres du groupe de travail PAOHCE à son lancement

45(Les rattachements aux institutions sont ceux au jour de la création du groupe de travail)

46Adalian Pascal : professeur d’université, Aix-Marseille Université, UMR 7268 ADES, Marseille.

47Ardagna Yann : ingénieur de recherche, Aix-Marseille Université, co-gestionnaire des collections anthropologiques de l’ostéothèque régionale DRAC PACA, UMR 7268 ADES, Marseille.

48Billard Cyrille : conservateur régional de l’archéologie adjoint, DRAC/SRA Normandie.

49Bizot Bruno : conservateur du patrimoine, SRA PACA, co-gestionnaire des collections anthropologiques de l’ostéothèque régionale DRAC PACA, Aix-en-Provence.

50Blin Arnaud : chef du bureau des opérations et des opérateurs archéologiques, sous-direction de l’archéologie, service du patrimoine, direction générale des patrimoines et de l’architecture, ministère de la Culture.

51Boh Iris : attachée d’administration, adjointe au sous-directeur de l’archéologie en charge des questions juridiques, sous-direction de l’archéologie, service du patrimoine, direction générale des patrimoines et de l’architecture, ministère de la Culture.

52Bon Céline : maîtresse de conférence, MNHN, UMR 7206 Éco-Anthropologie (Anthropologie Génétique), Paris.

53Bonnissent Dominique : conservatrice régionale de l’archéologie de Guadeloupe, Saint-Barthélemy et Saint-Martin, DAC de Guadeloupe, UMR 8096 ArchAm.

54Chaillou Anne : ingénieure d’études en charge de la coordination des chantiers méthodologiques pour la gestion des données scientifiques de l’archéologie, bureau du patrimoine archéologique, sous-direction de l’archéologie, service du Patrimoine, direction générale des patrimoines et de l’architecture, ministère de la Culture.

55Chambon Philippe : directeur de recherche, CNRS, UMR 7206 Éco-Anthropologie, Paris.

56Chapelain de Seréville-Niel Cécile : ingénieure de recherche, archéoanthropologue, CNRS, Craham, UMR 6273 CNRS-Unicaen, université Caen Normandie, responsable du service d’archéoanthropologie.

57Cottiaux Richard : directeur scientifique et technique adjoint en charge de l’activité opérationnelle et des méthodes, INRAP CIF, Paris.

58Courtaud Patrice : ingénieur de recherche, CNRS, UMR 5199 PACEA, Bordeaux.

59Cribellier Christian : adjoint au sous-directeur de l’archéologie en charge des questions scientifiques, sous-direction de l’archéologie, service du patrimoine, direction générale des patrimoines et de l’architecture, ministère de la Culture.

60Deguilloux Marie-France : maîtresse de conférence, Université de Bordeaux, UMR 5199 PACEA, Bordeaux.

61Geigl Eva Maria : directrice de recherche, CNRS, UMR 7592 Institut Jacques Monod, Paris.

62Herrscher Estelle : directrice de recherche, CNRS, UMR 7569 LAMPEA, Aix-en-Provence.

63Jaouen Klervia : chargée de recherches, CNRS, UMR 5563 Géosciences Environnement, Toulouse.

64Le Coz Pierre : maître de conférence, Aix-Marseille Université, UMR 7268 ADES, Marseille.

65Leroy Murielle : inspectrice des patrimoines, collège archéologie, délégation à l’inspection, la recherche et l’innovation, direction générale des patrimoines et de l’architecture, ministère de la Culture.

66Munsch Isabelle : ingénieure d’étude, gestionnaire des archives du sol, service archéologique de la Ville de Lyon.

67Oberlin Christine : ingénieur de recherche, CNRS, UMR 5138 ArAr, Archéologie et Archéométrie, responsable du Centre de Datation par le Radiocarbone, Villeurbanne.

68Païn Silvia : conservatrice-restauratrice d’objets archéologiques, service archéologique interdépartemental Yvelines-Hauts-de-Seine.

69Seguin-Orlando Andaine : maîtresse de conférence, Centre d’Anthropobiologie et de Génomique de Toulouse, UMR 5288, Toulouse.

70Verdu Paul : chargé de recherches, CNRS, UMR 7206 Éco-Anthropologie, Paris.

71Wermuth Elodie : responsable d’opération et archéo-anthropologue, Bureau d’étude EVEHA, UMR 7268 ADES.

Haut de page

Bibliographie

Chaillou A (2022) Les vestiges anthropobiologiques en contexte archéologique : vers un essai de clarification de leur statut juridique. Les nouvelles de l’archéologie 167:55-58

Billard C, Boh I, Chaillou A et al (2022) Rapport final du groupe de travail sur la mise en place de protocoles de prélèvements et d’analyses sur l’os humain ainsi que sur la conservation des échantillons (PAOHCE) [https://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Archeologie/Ressources-documentaires/Conservation-des-vestiges-archeologiques-mobiliers/Rapport-final-du-groupe-de-travail-sur-la-mise-en-place-des-protocoles-de-prelevements-et-d-analyses-sur-l-os-humain-ainsi-que-sur-la-conservation (consulté le 06 juin 2023)]

Haut de page

Notes

1 Code civil, article 16-1 : “Chacun a droit au respect de son corps. Le corps humain est inviolable. Le corps humain, ses éléments et ses produits ne peuvent faire l’objet d’un droit patrimonial.”

2 Code civil, article 16-1-1 : “Le respect dû au corps humain ne cesse pas avec la mort. Les restes des personnes décédées, y compris les cendres de celles dont le corps a donné lieu à crémation, doivent être traités avec respect, dignité et décence.”

3 Sont exclus des réflexions du GT les restes humains entrés en collections publiques ainsi que les restes des soldats morts lors des derniers conflits mondiaux qui sont régis par d’autres règles.

4 Les analyses sur les vestiges anthropobiologiques prévues dès la définition d’une opération, dans le cadre du cahier des charges scientifiques émis par le SRA pour le préventif ou bien du projet de recherche programmée proposé par le responsable scientifique, sont traitées selon les procédures classiques d’examen du projet scientifique d’intervention élaboré par l’opérateur d’archéologie préventive ou du projet de recherche programmée avec consultation pour avis de la CTRA. Si la nécessité de réaliser des analyses portant sur des vestiges anthropobiologiques apparait au cours d’une opération préventive ou programmée sans que ces analyses aient été prévues en amont, le SRA, dans le cadre de son contrôle scientifique et technique, pourra s’inspirer des recommandations proposées par le GT en matière d’encadrement et d’évaluation des analyses pour rédiger ses prescriptions complémentaires.

5 Des formulaires de demandes d’étude avec prélèvements destructeurs sont en cours d’élaboration. Les projets sont présentés en fin du rapport PAOHCE.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Cribellier et Anne Chaillou, « Les prélèvements et les analyses sur l’os humain ancien : connaître, encadrer et promouvoir la recherche. Retour sur le rapport rendu dans le cadre du groupe de travail sur la mise en place des protocoles de prélèvements et d’analyses sur l’os humain ainsi que sur la conservation des échantillons (PAOHCE) »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 36 (1) | 2024, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/13888 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.13888

Haut de page

Auteurs

Christian Cribellier

Sous-direction de l’archéologie, Service du patrimoine, Direction générale des patrimoines et de l’architecture, Ministère de la Culture, Paris, France ; UMR 7041 ArScAn, équipe GAMA, Nanterre, France ; https://orcid.org/0000-0002-6518-5777 ; christian.cribellier[at]culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Anne Chaillou

Sous-direction de l’archéologie, Service du patrimoine, Direction générale des patrimoines et de l’architecture, Ministère de la Culture, Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search