Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36 (1)Comptes-rendus d’ouvragesL’origine de la guerre. Les scien...

Comptes-rendus d’ouvrages

L’origine de la guerre. Les sciences de l’Homme et la violence collective (XIXe-XXIe siècles)

Jean-Claude Favin-Lévêque, L’Harmattan, Paris, avril 2023, 436 p, 45,00 €
Philippe Lefranc

Texte intégral

1L’ouvrage de Jean-Claude Favin-Lévêque, issu d’une thèse soutenue en 2020 au Muséum National d’Histoire Naturelle, n’est pas un nouvel essai théorique visant à éclairer les origines du phénomène guerrier dans l’histoire de l’humanité, ni un inventaire des premières manifestations de la violence documentées par l’archéologie, mais une solide étude historiographique relatant plus de 150 années de découvertes et de débats ayant nourri les théories explicatives de la violence collective. La démarche est ambitieuse, qui embrasse les champs de l’archéologie préhistorique, de l’ethnologie, de la sociologie, de la primatologie et les dimensions évolutionnaire et actualiste du phénomène dans une construction en miroir retraçant les trajectoires, souvent divergentes, de la recherche nationale et de la recherche anglo-saxonne. Il en résulte un exposé très dense que l’auteur a choisi d’articuler autour de quatre grandes périodes jalonnées par des événements historiques ou académiques remarquables : la première s’étend du milieu du XIXe siècle au début de la première guerre mondiale ; la seconde, de 1914 à 1949, année marquée par Primitive War, its Practices and Concepts de H. Turney-High, première synthèse consacrée à la guerre ; la troisième, de 1949 à 1996, année de la publication de War before Civilization de L.H. Keeley, ouvrage souvent considéré comme étant à l’origine d’un renouveau des études sur la guerre, en Europe comme aux États-Unis, et la quatrième enfin, de 1996 à aujourd’hui.

2Lors de la première période (1859-1914), la guerre est présente sur tous les continents, légitimée et glorifiée, aussi bien par les révolutionnaires que par les états coloniaux. Dans les milieux universitaires anglo-saxons, le darwinisme social promu par H. Spencer et W.G. Sumner, relayé par C. Royer, première auteure de ce courant en France, voit dans la guerre et dans la sélection qu’elle opère entre les peuples le mécanisme du progrès social, une idée appelée à faire florès dans les milieux racistes, colonialistes et nationalistes d’avant-guerre. En parallèle, l’ethnologie anglo-saxonne naissante, dominée par l’évolutionnisme linéaire de E. B. Tylor et L.H. Morgan, fait de la "guerre primitive" un véritable sujet d’étude, lui reconnaissant une origine remontant aux tout début de l’humanité. En France, C. Letourneau (1880) propose un schéma d’évolution de la guerre en trois stades calqués sur les stades de L.H. Morgan : la guerre animale (qui correspond au stade de la sauvagerie de Morgan), barbare et civilisée. Mais pour ce pacifiste pour qui toute guerre est une régression de l’humanité vers la sauvagerie, existe la possibilité d’un âge d’or sans guerre que l’auteur croit reconnaître dans les sociétés aborigènes australiennes, qualifiées de "simples" et perçues comme des survivances d’un âge paléolithique. Cette vision d’un Paléolithique pacifique, encore minoritaire, est partagée par G. de Mortillet (1883) et J.-L.A. de Quatrefages (1884) qui relient l’émergence de la violence collective à l’apparition des groupes néolithiques, qualifiés d’envahisseurs de la "race des dolmens", responsables de l’asservissement ou de l’extermination des derniers chasseurs-cueilleurs. Si l’existence de la violence collective au Néolithique ne fait pas débat, c’est qu’elle est alors abondamment documentée en France, pays à la pointe de la recherche archéologique préhistorique, en particulier par les nombreuses fouilles de sépultures collectives conduites par le docteur Prunières en Lozère, et par le Baron de Baye dans les hypogées de la Marne. De ce demi-siècle bouillonnant, exhaustivement analysé par J.-C. Favin-Lévêque, ressortent déjà quelques-unes des grandes antiennes sans cesse reprises jusqu’à aujourd’hui, parmi lesquelles l’origine de la guerre expliquée par l’introduction de l’économie de production et son corolaire, le caractère pacifique des sociétés de chasseurs-cueilleurs.

3La trentaine d’années comprises entre la fin de la Grande Guerre et 1949 est présentée par l’auteur comme celle de la déconstruction des idées nées au XIXe siècle. Ce sont celles du rejet de la guerre, durant lesquelles pacifisme et universalisme contribuent à façonner de nouveaux cadres conceptuels. L’évolutionnisme linéaire est majoritairement rejeté alors que s’imposent les notions de cultures et de relativisme. M. Mead, R. Benedict et B. Malinowski se rejoignent sur la condamnation du darwinisme social en séparant, à l’instar d’E. Durkheim, le biologique du social. Pour les fonctionnalistes anglo-saxons, la guerre est une invention récente et socialement acceptable. R. Benedict introduit en effet, dès 1939, les notions de "guerre sportive", de conflits peu létaux et régulés (Mead, 1959), postulats repris dans les synthèses de Q. Wright (1942) et de H. Turney-High (1949), qui installent durablement l’image de sociétés traditionnelles peu belliqueuses ignorant la "vraie guerre", ce qui restera un lieu commun de la recherche jusqu’à la vigoureuse mise au point de L. H. Keeley, une cinquantaine d’années plus tard. En France, les quelques pages qu’A. Leroi-Gourhan (1945) consacre à la guerre, la définissant assez vaguement comme une stratégie d’acquisition, à l’instar de la chasse, n’ont que peu d’impact. C’est la thèse échangiste de M. Mauss qui reste dominante dans la recherche française. Pas plus que les fonctionnalistes, les tenants de la thèse échangiste ne considèrent la temporalité d’un phénomène dont l’archéologie seule pourrait rendre compte. Comme le souligne bien l’auteur, en France comme dans les pays anglo-saxons, le sujet de la guerre, ramenée à sa seule dimension sociale, bascule dans le champ de l’ethnologie. L’unique exception vient de l’école historico-culturelle, avec la publication en 1941 de War in Prehistoric Societies de V.G. Childe, seul auteur à fonder son raisonnement sur des faits archéologiques, pour conclure à une apparition de la guerre au Néolithique.

4Le demi-siècle suivant (1949-1996), celui du Néo-évolutionnisme et de la New Archaeology, voit se renforcer, surtout sous la plume des auteurs anglo-saxons, l’image d’un "bon sauvage" paléolithique. Dans le système néo-évolutionniste, proposant une image inversée des théories dominantes au XIXe siècle, la violence s’accroit avec la complexification sociale et la marche inéluctable des sociétés vers le système étatique. Si de nombreux travaux issus de la recherche anglo-saxonne et française documentent alors les pratiques guerrières des sociétés d’horticulteurs et d’agriculteurs, en Papouasie (M. Godelier, M. Meggit, A. Vayda), en Afrique (E. Terray), en Amazonie (Ph. Descola, P. Clastre, N. Chagnon), d’autres, parmi lesquels The Harmless People, d’E. Marshall Thomas (1958), le symposium Man the Hunter (Lee et DeVore, 1968) et Stone Age Economic de M. Sahlins (1972), insistent sur le caractère pacifique et égalitaire des sociétés de chasseurs-cueilleurs, habiles à prévenir les conflits en favorisant des stratégies d’évitement. En parallèle, la recherche archéologique produit une nouvelle masse de données, avec la fouille de sites de massacres à Crow Creek dans le Dakota du Sud et à Talheim, dans le Bade-Wurtemberg, et de cimetières ou de sépultures collectives portant témoignage d’actes de violence, au Djebel Sahaba, au Soudan, à San Juan Ante Portam Latinam, en Espagne, et dans l’hypogée des Crottes, à Roaix, dans le Vaucluse. En dépit de la datation haute du site du Djebel Sahaba, la guerre reste du domaine des néolithiciens, et encore s’agit-il d’une guerre toujours perçue comme un jeu guerrier à la faible létalité, dont l’apparition serait en outre relativement tardive. En France, le rejet sans appel de la méthode comparatiste par A. Leroi-Gourhan a durablement stérilisé le dialogue entre ethnologie et archéologie, empêchant les spécialistes de la Préhistoire récente de prendre toute la mesure de la réalité de la guerre stricto sensu dans nombre de sociétés d’horticulteurs. Ainsi, J. Courtin (1984) renvoie la "vraie guerre" à l’âge du Bronze, thèse encore soutenue dans la deuxième décennie du XXIe siècle, par J.-P. Demoule (2017) et A. Lehoërff (2018) notamment. Du côté de la recherche anthropologique française, la thèse échangiste de C. Lévi-Strauss n’exclue pas la possibilité de la guerre dès l’origine de la culture, mais la ramène à un échange raté, position vivement contestée par P. Clastres dans Archéologie de la violence (1977), pour qui "ce n’est pas l’échange qui est premier, c’est la guerre". Les années 1970 et 1980 sont aussi celles du développement de la primatologie, discipline à laquelle est associée le nom J. Goodall, l’une des trois "Leakey’s angels", dont les travaux ont mis en évidence l’existence d’une violence organisée et de conquêtes territoriales au sein des groupes de chimpanzés, obligeant à considérer l’origine de la violence collective dans une perspective éthologique. Ces travaux accompagnent le renouveau du darwinisme social, illustré, en éthologie, par les travaux de K. Lorenz, et par la sociobiologie d’E. Wilson et de N. Chagnon.

5Bien que les études consacrées à la "guerre primitive" ne se soient jamais interrompues dans le domaine anglo-saxon, la publication de l’ouvrage de L.H. Keeley en 1996, qui dénonce une "pacification du passé" et qui s’inscrit à rebours des thèses fonctionnalistes des années 1940, amène un changement de perspective radical : les "guerres primitives" y sont décrites comme fréquentes et extrêmement meurtrières eu égard aux faibles effectifs engagés. Surtout, L.H. Keeley leur reconnait le statut de "vraies guerres", de "guerres totales", par leurs enjeux comme par leurs conséquences. S’il ne se prononce pas sur l’éventuelle existence de la guerre au Paléolithique, il la reconnaît dès la fin du 6e millénaire av. J.-C., sur le site Rubané de Talheim. La même année paraît Demonic males: Apes and the Origins of Human Violence de R. Wrangham et D. Peterson, qui, s’appuyant sur les travaux de J. Goodall, ravive et diffuse auprès du grand public la théorie, déjà ancienne, du "Killer Ape" de R. Ardrey (1961). Il est difficile d’évaluer l’impact réel de ces publications sur la recherche, les facteurs ayant contribué à lever de nombreux verrous idéologiques dans cette fin de XXe siècle étant probablement multiples, mais il est vrai que les décennies qui ont suivi ont vu la multiplications des travaux sur le thème, parmi lesquels il faut citer Violence and Warfare among Hunter Gatherers, de M. Allen et T. Jones (2015), qui atteste de la réalité de la guerre au sein des sociétés de chasseurs-cueilleurs complexes en prenant à contre-pied des thèses retenues dans le symposium Man the Hunter, ou encore Sticks, Stones and Broken Bones. Neolithic Violence in an European perspective de R.J. Schulting et L. Fibiger (2012), première synthèse sur les traces archéologiques de la violence lors de la Préhistoire récente. En France, ce sont J. Guilaine et J. Zammit qui, avec leur Sentier de la guerre (2001), remettent la violence préhistorique au cœur des débats.

6L’un des principaux mérites de l’enquête historiographique menée par J.-C. Favin-Lévêque est de restituer, avec un grand luxe de détails et de citations, les mécanismes de construction des principales thèses qui ont contraint, canalisé, parfois stérilisé, les études sur la violence préhistorique. La publication d’une telle étude arrive à point nommé, à un moment où les dernières digues semblent prêtes à céder. Aujourd’hui, la réalité de la "guerre totale" pendant toute la durée du Néolithique s’impose suite à la multiplication des sites de massacres attribuables au Rubané, à Vráble, en Slovaquie, ou à Arnstadt, en Thuringe, et surtout, de la mise en évidence de gestes guerriers tels que l’outrage au cadavre et la prise de trophées, dans l’Alsace du 5e millénaire (Achenheim, Bergheim) comme dans la Chine de la fin du 3e millénaire (Honghe), gestes n’intervenant que dans des contextes de conflits non régulés, très éloignés des rixes sans conséquence parfois encore évoquées. Enfin, le dernier refuge des tenants d’une nature pacifique des chasseurs-cueilleurs nomades est sur le point d’être investi après la mise en évidence peu discutable, par B. Boulestin et D. Henry-Gambier (2019), de la pratique d’un exo-cannibalisme guerrier dans la Grotte du Placard, en Charente, aux alentours de 20000 BP. À l’heure où le dialogue entre archéologues et ethnologues se renoue, où les progrès constants de l’archéo-anthropologie et de la paléogénétique permettent d’approcher avec une précision encore jamais atteinte les mécanismes à l’origine des épisodes de violence collective préhistorique, il était nécessaire de disposer d’un état de l’art sur les travaux qui y ont été consacrés depuis près de deux siècles. C’est chose faite avec ce nouvel ouvrage de référence.

Haut de page

Bibliographie

Allen MW, Jones T (2015) Violence and Warfare among Hunter-Gatherers. Left Coast Press, Walnut Creek, 391 p

Ardrey R (1961) African Genesis. A Personal Investigation into the Animals Origins and Nature of Man. Collins, London, 380 p

Boulestin B, Henry-Gambier D (2019) Les restes humains badegouliens de la grotte du Placard. Cannibalisme et guerre il y a 20000 ans. Archaeopress, Oxford, 138 p

Childe VG (1941) War in prehistoric societies. Sociological Review a33(3-4):126-138

Clastres P (1977) Archéologie de la violence : la guerre dans les sociétés primitives. Libre 77-11, Petite Bibliothèque Payot, Paris, pp 137-173

Courtin J (1984) La guerre au Néolithique. La Recherche 15(154):448-458

Demoule J-P (2017) Les dix millénaires oubliés qui ont fait l’histoire. Quand on invente l’agriculture, la guerre et les chefs. Fayard, Paris, 316 p

Guilaine J, Zammit J (2001) Le sentier de la guerre. Visages de la violence préhistorique. Seuil, Paris, 377 p

Keeley LH (1996) War before Civilization: The Myth of the Peaceful Savage. Oxford University Press, Oxford, 245 p

Lee RB, DeVore I (1968) Man the Hunter. The First Intensive Survey of a Single, Crucial Stage of Human Development – Man’s Once Universal Hunting Way of Life. Routledge, New York, 432 p

Lehoërff A (2018) Par les armes. Le jour où l’homme inventa la guerre. Belin/Humensis, Paris, 357 p

Letourneau C (1880) La sociologie d’après l’ethnographie. Bibliothèque des Sciences Contemporaines, C. Reinwald Libraire-Éditeur, Paris, 581 p

Leroi-Gourhan A (1945) Évolution et techniques. Milieu et techniques. Collection Sciences d’aujourd’hui, Albin Michel, Paris, 512 p

Mead M (1959) Writings of Ruth Benedict, an Anthropologist at Work. Secker and Warburg, London, 583 p

Mortillet G de (1883) Le Préhistorique, Antiquité de l’homme. Bibliothèque des Sciences Contemporaines, C. Reinwald Libraire-Éditeur, Paris, 642 p

Quatrefages J-LA de (1884) Hommes fossiles et hommes sauvages. Librairie Baillière et Fils, Paris, 644 p

Sahlins M (1972) Stone Age Economics. Routledge, New York, 348 p

Schulting R, Fibiger L (2012) Sticks, Stones and Broken Bones: Neolithic Violence in an European Perspective. Oxford University Press, Oxford, 392 p

Thomas EM (1958) The Harmless People. Random House, New York, 268 p

Turney-High HH (1949) Primitive War: Its Practice and Concepts. University of South Carolina Press, Columbia, 277 p

Wrangham RW, Peterson D (1996) Demonic Males: Apes and the Origins of Human violence, A Mariner Book. Houghton Mifflin Company, New York, 350 p

Wright Q (1942) A Study of War, 2 vols. University of C hicago Press, Chicago/London, 1552 p

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Lefranc, « L’origine de la guerre. Les sciences de l’Homme et la violence collective (XIXe-XXIe siècles) »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 36 (1) | 2024, mis en ligne le 29 février 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/13950 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.13950

Haut de page

Auteur

Philippe Lefranc

UMR 7044 Archimède, Université de Strasbourg, Strasbourg, France ; p.lefranc[at]unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search