Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36 (1)Comptes-rendus d’ouvragesNormative, Atypical or Deviant? I...

Comptes-rendus d’ouvrages

Normative, Atypical or Deviant? Interpreting Prehistoric and Protohistoric Child Burial Practices

Murphy E, Le Roy M (eds), Archaeopress Archaeology, Oxford, août 2023, 268 p, 45,00£
Gaëlle Granier

Texte intégral

1En 2019, le colloque annuel de l’European Association of Archaeologists a accueilli une session intitulée "Systemic approaches to juvenile funerary rituals. Atypical, deviant or normative? Going beyond paradigms", organisée par I. Gonzalez Alaña, M. Le Roy et E. Murphy. Onze communications parmi les 22 que comportait la session ont fait l’objet d’une publication et composent ce volume, auxquelles s’ajoute un article inédit de C. McSparron and E. Murphy.

2Ce volume est dirigé par E. Murphy (Queen’s University, Belfast, RU) et M. Le Roy (Bournemouth University, RU), deux chercheuses en archéothanatologie hautement reconnues au niveau international comme spécialistes des questions relatives aux traitements mortuaires accordés aux enfants dans les sociétés passées. Ce profil et leur collaboration, de longue date, soulignent les caractéristiques principales de l’ouvrage : ce dernier se veut intrinsèquement pluridisciplinaire, réunissant des spécialistes de l’archéologie, l’archéométrie, l’archéothanatologie, la biologie, l’anthropologie sociale, la paléogénomique, les sciences environnementales, l’histoire. Il est également diachronique, avec, comme son titre l’indique, des études allant du Néolithique à la fin de l’âge du Fer, et même au-delà puisqu’il ouvre avec quatre des 12 contributions sur la période romaine impériale dans son ensemble, jusqu’au Ve siècle de notre ère. De plus, il concerne des zones géographiques vastes et diverses, propres à illustrer la variabilité des pratiques en fonction des différentes aires chrono-culturelles au sein de l’Europe : France, Espagne, Irlande, Grande-Bretagne, Italie, Hongrie et même au-delà avec la Jordanie.

3Ces 12 contributions sont introduites par E. Murphy et M. Le Roy, qui rappellent les biais inhérents aux études archéothanatologiques, celles-ci se basant sur des données par définition partielles. La prudence ne doit cependant pas empêcher la volonté de mener la réflexion, qui est désormais plus que nécessaire sur ces questions. Si la détermination de la norme funéraire d’un contexte chrono-culturel est essentielle à la reconnaissance de ce qui n’en relève pas, elle ne permet pas pour autant de caractériser ces différents cas de figures hors normes. La mise en œuvre de concepts précis, nuancés, est indispensable et doit être favorisée par l’emploi d’un vocabulaire disciplinaire rigoureux, factuel, descriptif qui doit à présent faire consensus. Dans ce cadre de recherche, les éditrices de l’ouvrage pointent l’apport des études ethnologiques dans la compréhension de la complexité et de la variabilité des pratiques mortuaires, non pas en tant que modèles transposables mais en tant qu’éventail des possibles. Si l’on s’attache à traiter ces questions du point de vue des pratiques accordées aux plus jeunes, d’autres problématiques se font jour. La question de la norme même appelle plusieurs définitions, qui relèvent de plusieurs réalités au sein de la société : un traitement mortuaire accordé aux enfants est jugé différent par rapport à une norme adulto-centrée, mais ce traitement peut devenir normé au sein de la cohorte des sujets immatures. E. Murphy et M. Le Roy soulignent avec justesse le biais possible supplémentaire, engendré par le point de vue adopté, généralement centré sur les adultes.

4Le développement chronologique au sens large est maintenu dans la présentation des contributions, afin que l’on puisse saisir les formes de changement ou au contraire de perduration dans les pratiques au cours du temps, au-delà de la variabilité géographique.

5Les quatre premières contributions s’attachent au Néolithique. M. Benz et collaborateurs livrent l’étude d’une sépulture du site de Baʽja, dans le sud de la Jordanie. Cette structure, qui accueille un enfant âgé de 6 à 10 ans au moment de sa mort, revêt un caractère exceptionnel, car si le dispositif funéraire n’est pas unique sur le site comme dans d’autres sites du Proche-Orient à cette même période, le développement des gestes rituels, extrêmement mis en scène (importance des couleurs et du dépôt mobilier, destructions volontaires, etc.), est plus important que ce que l’on observe dans les autres sépultures d’immatures. Ces éléments traduisent la volonté des vivants de marquer l’appartenance du sujet à la communauté, peut-être son statut au sein de celle-ci (lié à son âge de "passage" vers l’adolescence ?) et de permettre son souvenir sur le long terme. Ce rôle loin d’être secondaire des enfants dans les communautés néolithiques est également discuté dans l’étude d’A. Anders sur les contextes hongrois, appuyant l’idée selon laquelle la notion de norme dans les pratiques mortuaires y est en fait toute relative. Son étude montre qu’il n’existe pas de norme générale, et que des différences notables sont visibles, dans le temps et surtout entre les différentes communautés, dans les pratiques qui sont accordées aux sujets immatures. Il n’y a pas une norme quant aux rites funéraires qui concernent les plus jeunes, mais des normes, aussi multiples et variées que les communautés elles-mêmes. Il est néanmoins à relever ici que l’approche adoptée par l’étude concernant les questions de genre est à questionner. L’autrice suggère que la différence de traitement accordée aux adultes en fonction de leur sexe biologique s’observe également sur les sujets immatures. Par-là, elle propose d’émettre des hypothèses sur le genre des sujets, corrélé au sexe biologique, qui serait à l’origine de traitements différents entre les individus. Les biais inhérents à cette réflexion sur le genre, basée sur le sexe archéologique, ont été soulevés à maintes reprises. La notion de pratique normée et de pratique atypique est abordée finement dans l’étude de M. Le Roy sur le sud de la France, grâce à une méthodologie robuste et une approche pluridisciplinaire qui permet de pousser les raisonnements. Dans un ensemble conséquent de sites qui sont de natures variées, la sous-représentation des enfants de moins de 5 ans est généralisée, sans qu’ils soient pour autant totalement absents. Les profils sont plus diversifiés dans les grottes et abris que dans les structures mégalithiques et on note encore des différences géographiques : au sud-ouest se trouvent des sites où les plus jeunes sont sous-représentés, en particulier les moins d’un an, tandis qu’au nord-est les profils sont plus divers, et ce quel que soit le type de lieu d’inhumation. L’organisation spatiale interne des dépôts montre également des configurations différentes : si les gestes accordés aux sujets immatures ne diffèrent pas de ceux des adultes, les plus jeunes peuvent être inhumés au sein de la communauté sans distinction ou au contraire faire l’objet d’une sectorisation. Tout cela suggère d’une part une différence de statut acquis dans la société avant l’âge de 5 ans et, d’autre part, la présence de différents groupes humains qui adoptent chacun des pratiques qui lui sont propres. Ces groupes s’inscrivent dans trois grandes traditions funéraires, correspondant à des zones géographiques distinctes, au sein desquelles des choix particuliers peuvent encore être faits par les communautés. Quel que soit le groupe, l’exclusion des enfants les plus jeunes paraît bien être la pratique normée dans cette région du sud de la France à la fin du Néolithique et au début de l’âge du Bronze ; c’est alors bien la présence de certains de ces individus qui s’avère atypique. Les raisons de la sous-représentation des individus les plus jeunes dans les contextes archéologiques de cette période sont également questionnées par A.M. Herrero-Corral grâce aux sites du centre de la péninsule ibérique. Dans cette région, si la cohorte des sujets immatures est importante et montre des taux quasiment toujours supérieurs à 40 % de l’échantillon total, les individus de moins d’un an sont rares. L’autrice avance une influence de la conservation des restes osseux, qui serait moindre chez les tout-petits, tout comme un potentiel statut incomplètement acquis au sein du groupe.

6Les âges des métaux sont introduits par l’étude de C. McSparron et E. Murphy. À travers l’exemple de six structures dévolues à l’inhumation de sujets immatures en Irlande à la transition vers l’âge du Bronze, les auteurs soulignent l’importance des contextes atypiques dans la compréhension nuancée de l’éventail des réponses funéraires, au-delà des pratiques normées qui ressortent souvent des études statistiques, en permettant aux particularités individuelles d’entrer en ligne de compte. En observant l’ensemble de ces pratiques, notamment celles dévolues aux individus immatures, l’on peut saisir la complexification croissante des sociétés de l’âge du Bronze : quand l’enfant jeune (moins de 5 ans) est d’abord assujetti à un ou des individus plus âgé(s), à partir de 1950 avant notre ère il peut bénéficier d’une sépulture individuelle, conférée plus probablement par son appartenance sociale que son âge. Des configurations hors normes peuvent encore se faire jour quand un événement spécifique se produit ; le sujet immature intègre alors un rituel funéraire changé, au même titre que les autres sujets auxquels il est lié, du fait des circonstances exceptionnelles. Ces cas de figure nous permettent d’approcher les réponses émotionnelles apportées, permises par les évolutions sociétales. F. Bortolami aborde les questions relatives aux pratiques funéraires accordées aux enfants par le biais d’une occupation funéraire de l’âge du Fer sur le site d’Este, dans le Veneto actuel en Italie. L’étude de cas d’un des groupes du site, par une approche pluridisciplinaire, montre que les liens qui unissaient les individus (une famille nucléaire d’abord, qui s’élargit au cours du temps) sont ce qui est préférentiellement mis en avant pour la constitution de l’ensemble et dans les gestes adoptés. Les enfants, même très jeunes (moins d’un an), sont totalement intégrés au groupe et bénéficient des mêmes prérogatives funéraires que les adultes. La particularité de chaque individu dans le groupe est déterminée antérieurement, probablement dès la naissance et est conservée dans la mort. Cette étude, très intéressante par son approche, montre tout l’intérêt de l’approche holistique. Limitée ici à un groupe, elle est, espérons-le, le point de départ d’une analyse plus étendue, d’abord à l’ensemble du site, puis au-delà. A. Serra s’attache, pour aborder les pratiques liées aux plus jeunes, à la localisation des sépultures d’enfants dans l’espace funéraire dans les ensembles étrusques du second âge du Fer. L’autrice y réévalue par une méthodologie actualisée les données issues de fouilles anciennes de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, conjointement aux éléments acquis par l’étude ostéologique. Elle montre par là tout l’intérêt de revenir sur la documentation ancienne. La sous-représentation des sépultures d’immatures dans la topographie générale des ensembles funéraires amène A. Serra à discuter de la possibilité d’un traitement funéraire différent pour les plus jeunes, qui "invisibiliserait" leurs sépultures d’un point de vue archéologique. Ce traitement particulier ne serait que partiellement lié à l’âge ; des raisons sociales sont également à envisager puisque les enfants ne sont pas systématiquement exclus des ensembles communautaires. Ces différentes configurations laissent entrevoir la complexité des rapports entre les défunts, issus de communautés des vivants ayant des motivations personnelles et idéologiques à faire valoir dans l’espace funéraire. On voit donc bien là la variabilité de pratiques qui existe au sein d’un même contexte culturel. Par ailleurs, le cas particulier d’un enfant décédé autour du terme et inhumé dans la tranchée de fondation du temenos du sanctuaire urbain de Marzabotto, permet de mettre en lumière qu’il existe aussi des pratiques non-funéraires liées aux sujets immatures : le contexte indique ici clairement la nature rituelle de l’inhumation, hors de toute pratique funéraire envers le sujet. Un traitement différencié envers les jeunes enfants s’observe dans d’autres contextes géographiques et culturels. A. Arzelier et collaborateurs montrent qu’au IIe siècle avant notre ère sur le site d’Urville- Nacqueville, en actuelle Normandie, les immatures représentent la majeure partie des sujets exhumés et qu’aucune classe d’âge n’était exclue de l’espace communautaire. Cette approche interdisciplinaire, intégrant données archéologiques, anthropologiques, génétiques et spatiales, révèle que les enfants les plus jeunes (moins d’un an) y sont d’ailleurs particulièrement présents. Ces enfants âgés de moins d’un an n’avaient cependant pas accès à la crémation, au moins dans certaines communautés. Le traitement du corps par crémation ou inhumation est en effet également lié à des schémas funéraires différents adoptés par les groupes, en fonction du statut accordé à l’individu. Les pratiques observées indiquent l’évolution du statut social des individus au cours de l’enfance, dans un des groupes, spatialement séparé d’un second, qui adopte des pratiques différentes. La question se pose alors de la caractérisation de cet ensemble comme relevant de pratiques atypiques, compte tenu de la proportion élevée des sujets immatures, en particulier les tout-petits. Les auteurs soulignent avec justesse la nécessité de réaliser d’autres études permettant des comparaisons pour valider ou infirmer cette hypothèse.

7La notion même d’atypisme peut être débattue pour nombre de cas, considérant que la norme observée varie grandement d’un groupe à l’autre, d’une catégorie d’individu à l’autre. Cela a été maintes fois soulevé pour la période romaine, où l’acquisition progressive du statut social complet pour un individu passe par une série d’étapes ritualisées. L’étude de R. Durand sur les sites antiques d’Avaricum (Bourges) l’illustre très bien avec une observation des évolutions sur le temps long, durant toute la période impériale. Il montre bien que les pratiques sont d’abord caractérisées par la distance qu’elles affichent avec celles accordées aux adultes et tous les biais que porte ce point de vue initial sur la norme. Finalement, les gestes accordés aux sujets immatures ne diffèrent que peu des principes généraux régissant les pratiques funéraires. Les différences relèvent d’adaptations de ces pratiques générales en fonction du statut social du sujet, qu’on sait être fortement corrélé à l’âge. L’auteur évoque toutefois également des raisons plus pragmatiques à ces différences, par exemple dans la localisation des sépultures, en particulier des plus jeunes : les caractéristiques de ces structures (plus petites, moins profondes) les rendraient possiblement plus sujettes aux perturbations postérieures. Les implanter dans un secteur réservé, ou hors de l’espace funéraire communautaire, aurait pu avoir pour objectif de mieux assurer leur préservation. Il faudrait alors considérer cette différenciation opérée non pas seulement comme un signe négatif, hiérarchisant, traduisant un statut moindre de l’individu, mais comme une volonté positive de protéger la tombe et le défunt qu’elle renferme. Même les cas qui paraissent les plus éloignés de la norme identifiée pour un contexte doivent être abordés avec précaution et finement définis pour être qualifiés d’atypisme ou de déviance. S. Christie le démontre avec l’étude de sépultures d’époque romaine tardive dans le centre et le sud de la Grande-Bretagne de sujets immatures ayant subi une décapitation pre- ou post-mortem. Cette pratique est extrêmement rare, si ce n’est unique, et pourrait donc être considérée a minima comme atypique, voire n’appartenant même pas au registre du funéraire. Or, ces exemples relèveraient plutôt d’un traitement mortuaire spécifique propre à exprimer l’appartenance à la communauté. La nécessité de décaler le point de vue d’un examen centré sur les adultes comme norme est encore largement exploré dans la contribution d’A. Lattard et A. Schmitt. Étudiant les sépultures de juvéniles au sein de leur communauté dans le territoire de la cité de Forum Iulii (Fréjus), les autrices démontrent que les sujets immatures sont intégrés à la famille ou au groupe, dans leur topographie et dans les gestes qui leurs sont accordés, et que c’est bien la sphère privée qui prévaut lorsqu’il s’agit de choix funéraires en contexte romain. La grande variabilité des traitements, maintenant largement observée dans ce contexte chrono-culturel, traduit des choix individuels, résultant d’interactions socio-culturelles dans la sphère du vivant. Dans un cadre plus éloigné du contexte urbain à proprement parler, S. Djouad et A. Chen ont étudié 19 sépultures de tout-petits en relation avec des installations agricoles de l’Antiquité tardive à Lunel-Viel (Hérault). Tous les sujets y étaient âgés de moins d’un an et leurs sépultures étaient implantées systématiquement près d’un fossé, selon l’orientation de celui-ci. De plus, l’emplacement a été soigneusement choisi, préférentiellement près de marqueurs forts du paysage : aux intersections entre deux parcelles ou à l’extrémité d’un fossé. Par ailleurs, les dispositifs funéraires sont certes adaptés à la taille des sujets, mais sont soignés et révèlent clairement une intention positive. Dès lors, l’hypothèse d’un caractère atypique de ces structures semble peu probable et la pratique paraît plutôt normative, au sein de la cohorte des enfants les plus petits : ce genre de configuration est maintenant fréquemment observé, en contexte urbain comme rural.

8L’ouvrage qui s’achève sur cette ultime étude est un volume complet, tant thématiquement que chronologiquement, qui permet de mieux appréhender les notions complexes de norme, atypisme et déviance en général, par le prisme de l’étude des sujets les plus jeunes. La force de l’ouvrage dans sa globalité est son inscription dans un contexte méthodologique fondamentalement attaché à l’interdisciplinarité. Néanmoins, peut subsister une forme d’hétérogénéité des études, liée à une hétérogénéité des méthodologies disciplinaires, qui pointe la nécessité désormais de faire consensus dans la discipline archéothanatologique, à toutes les étapes de la recherche. L’ouvrage montre, d’autre part, grâce à ces contextes s’étalant sur près de sept millénaires, la difficulté qu’il y a de distinguer pratiques atypiques, déviantes et non-funéraires. La notion même d’atypisme est finalement rarement adéquate, étant donné que les normes varient grandement d’un contexte, d’une communauté ou d’un groupe à l’autre. Mais ce volume démontre, s’il en était besoin, que lorsqu’une démarche holistique est mise en œuvre, les questionnements sociétaux peuvent être poussés, même dans le cas de la reprise de contextes anciennement mis au jour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlle Granier, « Normative, Atypical or Deviant? Interpreting Prehistoric and Protohistoric Child Burial Practices »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 36 (1) | 2024, mis en ligne le 03 avril 2024, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/13994

Haut de page

Auteur

Gaëlle Granier

UMR 7268 ADES, CNRS, EFS, Aix Marseille Univ, Marseille, France ; gaelle.granier[at]univ-amu.fr ; https://orcid.org/0000-0001-5661-7171

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search