Navigation – Plan du site

AccueilLes journées de la SAP33(S)Résumés des journées 2021Une ou plusieurs espèces d’Austra...

Résumés des journées 2021

Une ou plusieurs espèces d’Australopithecus à Sterkfontein (Afrique du Sud) ? Comment interpréter la diversité morphologique dans le registre fossile

One or more Australopithecus species at Sterkfontein (South Africa)? How to interpret morphological diversity within the fossil record
Amélie Beaudet

Texte intégral

1Interpréter et comprendre la variation morphologique au sein des hominines fossiles représente l’un des défis majeurs de la paléoanthropologie. En l’absence d’une définition consensuelle du concept d’espèce en paléontologie, notre connaissance partielle de la biologie de nos ancêtres (e.g., dimorphisme sexuel, ontogénèse), associée à la nature fragmentaire du registre fossile, affecte notre appréciation de la diversité passée. L’ampleur des débats autour des restes fossiles d’Australopithecus du site de Sterkfontein (Afrique du Sud) constitue un exemple révélateur de l’impact de ces questionnements sur notre compréhension actuelle de l’évolution humaine et de ses mécanismes. Dès les premières découvertes, les rapports scientifiques font état d’une très forte variation morphologique au sein de cet assemblage. Alors que certains y décèlent la présence de plusieurs espèces du genre Australopithecus (i.e., A. africanus et une seconde espèce, e.g. A. prometheus), d’autres explorent des hypothèses alternatives pour tenter d’expliquer cette surprenante variation. Loin d’être anecdotique, la présence d’une ou plusieurs espèces d’Australopithecus à Sterkfontein (voire même leur co-existence) modifierait profondément notre conception de la diversité et de l’écologie des hominines du Plio-Pleistocène, mais également des processus de spéciation qui se sont opérés au cours de notre évolution. Dans cette contribution, je présente une synthèse des interprétations historiques majeures sur la nature du polymorphisme observé sur les restes crânio-dentaires et post-crâniens de Sterkfontein avant de développer de nouvelles pistes de réflexion. En particulier, je propose d’interpréter cette variation par le biais du concept d’« evolutionary species » qui a déjà fait l’objet d’une attention particulière dans l’étude de la lignée A. anamensis-A. afarensis en Afrique de l’Est. Par ailleurs, la présence d’autres taxons de primates dans les assemblages de Sterkfontein (essentiellement des papionines) nous éclaire sur le contexte écologique dans lequel ont évolué ces groupes et les processus de spéciation qui auraient participé à cette diversité. Nous verrons également comment l’utilisation des méthodes d’imagerie et de modélisation 3D a contribué à apporter de nouveaux éléments à ces débats (e.g., étude de la jonction émail-dentine, du labyrinthe osseux et de la première vertèbre cervicale).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Beaudet, « Une ou plusieurs espèces d’Australopithecus à Sterkfontein (Afrique du Sud) ? Comment interpréter la diversité morphologique dans le registre fossile »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 33(S) | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 22 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/6943 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.6943

Haut de page

Auteur

Amélie Beaudet

Department of Archaeology, University of Cambridge, Cambridge, United Kingdom
Geography, Archaeology and Environmental Studies, University of the Witwatersrand, Johannesburg, South Africa
Department of Anatomy, University of Pretoria, Pretoria, South Africa
beaudet.amelie[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search