Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33 (2)ArticlesUn cas d’articulation coraco-clav...

Articles

Un cas d’articulation coraco-claviculaire bilatérale exceptionnelle dans les collections du Musée de l’Homme (Paris, France)

An unusual case of bilateral coraco-clavicular joints in the collections of the Musée de l’Homme (Paris, France)
Jean-Luc Voisin et Christophe Obry

Résumés

Les auteurs présentent un cas d’articulation coraco-claviculaire bilatérale exceptionnelle provenant des collections anthropologiques du Musée de l’Homme. Les facettes articulaires sont de très grandes tailles, aussi bien sur les clavicules que sur les scapulas. La morphologie de ces surfaces articulaires montre que cette articulation était une véritable diarthrose. Par ailleurs les surfaces articulaires de cette articulation coraco-claviculaire bilatérale montrent des signes d’arthrose et devait entraîner des douleurs lors de certains mouvements des membres supérieurs de l’individu 3603.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

Texte intégral

Introduction

1Parmi les collections ostéologiques dispersées à travers le monde, celles du Musée de l’Homme font parties des plus prestigieuses. En effet, ces dernières comprennent de très nombreux restes paléolithiques et néolithiques, ainsi qu’une collection phrénologique et un ensemble très important de pièces ostéologiques actuelles. Ces dernières comprennent près de 18000 individus, provenant du monde entier, même si certaines régions sont plus représentées que d’autres du fait des vicissitudes de l’Histoire. Bien que l’essentiel des individus constituant ces collections ostéologiques actuelles soient des sujets adultes sans problèmes particuliers, c’est-à-dire sains d’un point de vue squelettique et sans lésions ou signes infectieux, toutes les classes d’âges sont représentées ainsi qu’un certain nombre de pathologies.

2Du fait de leur importance, ces collections sont incontournables pour les études anthropologiques et paléoanthropologiques afin de créer des échantillons de données comparatives statistiquement valables. Cependant, il existe dans ces collections de très nombreuses pièces particulières, méconnues pour certaines, malgré leur intérêt anthropologique, paléoanthropologique, voire historique (e.g. Vallois et Billy, 1965a ; 1965b ; Heim, 1976 ; 1982a ; 1982b ; Voisin, 2012 ; Voisin et al., 2014 ; 2016a ; 2016b ; Voisin et Stalens, 2016a ; 2016b).

3Parmi les milliers de restes ostéologiques humains conservés dans les collections du Musée de l’Homme, l’individu 3603 doit être signalé car il possède une articulation coraco-claviculaire bilatérale exceptionnelle de par son importance et par les empreintes qu’elle a laissée aussi bien sur les scapulas que sur les clavicules.

4L’articulation coraco-claviculaire, qui a été décrite pour la première fois chez l’homme en 1861 par Gruber (Gumina et al., 2002) est rare chez l’homme (Parson, 1916 ; Olivier, 1951a ; 1951b ; Saunders, 1978 ; Voisin, 2012 ; Yammine et Assi, 2016) ainsi que chez la majorité des grands singes, sans être exceptionnelle pour autant. En revanche, cette articulation est très fréquente, voire la norme chez les gibbons (Lessertisseur et Saban, 1967) et plutôt fréquente chez les gorilles (Köhler, 1935 ; Raven, 1950 ; Haramati et al., 1994). Elle correspond à l’articulation entre la face supérieure du processus coracoïde et la face inférieure de la clavicule, pouvant ainsi former une véritable diarthrose (e.g. Lane, 1888 ; Poirier, 1890 ; Nutter, 1941 ; Sener et al., 1996 ; Barnes, 2012 ; Voisin 2012 ; Mann et al., 2016).

5Ce travail va tout d’abord décrire l’articulation coraco-claviculaire bilatérale de l’individu 3603 avant d’aborder l’aspect fonctionnel de cette structure ainsi que son origine probable.

Matériel et méthodes

6Les pièces de la ceinture scapulaires de l’individu 3603 vont être décrites en s’intéressant en particulier aux facettes articulaires présentes sur les clavicules et les scapulas. Trois mesures seront réalisées sur les facettes articulaires (figure 1) :

  • la plus grande longueur articulaire (selon l’axe médio-latéral) ;

  • le petit axe articulaire (selon l’axe antéro-postérieur), pris perpendiculairement à la plus grande longueur ;

  • la hauteur maximale de l’ostéophyte (uniquement sur la clavicule).

7Pour les autres mesures prises sur la clavicule et la scapula, voir respectivement Feuerriegel et al. (2019) et Voisin et al. (2014).

8Les analyses statistiques ont été réalisées à l’aide du logiciel PAST (Hammer et Harper, 2008). L’analyse en composantes principales (ACP) repose sur une matrice de variance-covariance indépendamment du fait que les mesures des variables ont des ordres de grandeurs nettement distinctes, car les dimensions des restes osseux ont leurs propres intérêts dans cette étude.

Figure 1

Figure 1

Description des variables utilisées dans cette étude : longueurs f et f’ axes médio-latéraux et g et g’ axes antéro-postérieurs respectivement sur la clavicule et la scapula |
Description of the variables used in this study: f and f’ are medio-lateral lengths and g and g’ are antero-posterior lengths of the articular surfaces of the clavicles and scapulae, respectively

Description des pièces

9La ceinture scapulaire étudiée ici appartient à l’individu 3603 (rangé dans la boite 175) qui est une femme adulte, de plus de 25 ans (en tenant compte de l’absence de cartilage de croissance à l’extrémité médiale des clavicules), d’origine mauricienne, entrée dans les collections anthropologiques du Muséum National d’Histoire Naturelle au XIXe siècle et conservée maintenant dans les locaux du Musée de l’Homme (le catalogue des collections ne mentionne aucune précision supplémentaire concernant le profil biologique de cette personne ni d’information sur sa vie, contrairement à ce qui est le cas pour d’autres individus). Le squelette de cet individu en général, de sa ceinture scapulaire et du membre supérieur en particulier, ne présente aucune pathologie visible y compris l’arthrose.

10Les scapulas et les clavicules de ce squelette présentent des surfaces articulaires coraco-claviculaires aussi bien sur les deux clavicules que sur les deux scapulas. La morphologie de ces dernières montre qu’il s’agit d’une véritable articulation et qu’elles ne sont pas le résultat de néo-surfaces articulaires, souvent peu marquées, qui peuvent apparaître chez les sujets âgés présentant une rupture de la coiffe des rotateurs ou une ossification partielle des ligaments coraco-claviculaires (Robineau, 1897 ; Hall, 1950 ; Crubézy, 1985 ; Maureille et al., 1994). La présence de porosités et l’aspect “travaillé” des surfaces articulaires, incluant des ostéophytes, suggèrent des changements dégénératifs de ces articulations. Ces aspects dégénératifs vont dans le sens d’une articulation diarthrodiale avec capsule synoviale comme cela a déjà été observé par ailleurs (e.g. Hall, 1950 ; Lewis, 1959 ; Sener et al., 1996).

11La morphologie générale de ces quatre os est normale avec des dimensions rentrant dans la variabilité humaine actuelle, en particulier féminine (tableaux 1 et 2, figures 2 et 3). Cela est en opposition non seulement avec l’aspect robuste de ces os (figure 2), mais aussi avec leurs insertions musculaires très nettement marquées, qui sont des caractères plutôt masculins.

12Les deux clavicules possèdent une gouttière du sous-clavier très nette ainsi qu’une empreinte du ligament costo-claviculaire d’aspect classique, c’est-à-dire formant une dépression ovalaire de grande dimension, comme c’est le cas chez la très grande majorité des clavicules humaines contrairement à celles des grands singes (Voisin, 2012 ; Feuerriegel et al., 2019).

Tableau 1

Tableau 1

Caractéristiques métriques majeures des clavicules de l’individu 3603 et des facettes articulaires coraco-claviculaires qu’elles portent |
Major metric characteristics of the clavicles of Individual 3603 and the coraco-clavicular facet joints

Tableau 2

Tableau 2

Caractéristiques métriques majeures des scapulas de l’individu 3603 (mesures provenant de Voisin et al., 2014) et des facettes articulaires coraco-claviculaires qu’elles portent |
The major metric characteristics of the scapulae of individual 3603 (measurements taken from Voisin et al., 2014) and of the coraco-clavicular facet joints

Figure 2

Figure 2

Diagramme à moustache replaçant les deux clavicules de l’individu féminin 3603 dans la variabilité moderne. Pour chacune de ces variables, les valeurs des clavicules de la femme 3603 sont toujours dans la partie inférieure de la variabilité, sauf pour la robustesse. Cela est dû au fait que l’échantillon comprend plus d’hommes que de femmes |
A box and whiskers plot of the two clavicles of Individual 3603 compared with the variation of a sample of modern human clavicles. For each of these variables, the values for the clavicles of female 3603 are always within the lower end of the range of variation, except for the robustness. This is because the sample includes more males than females

Figure 3

Figure 3

Projection des données scapulaires de l’Analyse en Composantes Principales (ACP) sur les deux premières composantes représentant plus de 79 % de la variance totale. En bleu, nuage de points féminins et en magenta l’individu 3603. En noir, nuage de points masculins. Notez la nette différence de dimension entre les scapulas féminines et masculines. Le tableau présente les valeurs propres de chaque composante et la part de la variance totale qu’elle représente. Les histogrammes représentent le poids de chaque variable pour les composantes 1 et 2 |
Projection of the scapular data of the Principal Components Analysis (PCA) on the first two components, representing more than 79% of the total variance. In blue: female; in magenta: individual 3603 and in black: male. Note the clear difference in size between the female and male scapulae. The table shows the eigenvalues of each component and the share of the total variance that they represent. The histograms represent the weightings for each variable for components 1 and 2

Empreinte de l’articulation coraco-claviculaire

Clavicules

13Les facettes articulaires coraco-claviculaires sont très visibles et totalement lisses sur les deux clavicules. Elles ont une forme ovalaire avec leur grand axe orienté médio-latéralement. La facette articulaire gauche à une forme plus circulaire que la droite (tableau 3). Ces deux surfaces articulaires sont portées par un ostéophyte très développé en forme de biseau (figure 4), orientant les facettes articulaires latéralement. En d’autres termes, l’ostéophyte est très développé du côté médial (cet ostéophyte atteint une hauteur de 5,2 mm et 6,8 mm, respectivement, pour les clavicules droite et gauche) et fait suivre à la surface articulaire une forte pente orientée latéralement. Ainsi, du côté médial, la surface articulaire est surélevée par un ostéophyte, alors que du côté latéral, cette surface est au niveau de la face inférieure de la clavicule. La présence d’une exostose, plus ou moins biseautée, portant la surface articulaire est le cas le plus fréquent comme le relèvent Fischer et al. (1971) ou encore l’iconographie de différents articles (e.g. Gradoyevitch, 1939 ; Ray, 1959 ; Gumina et al., 2002 ; Nehme et al., 2004 ; Cheung et al., 2006 ; Nikolaides et al., 2006 ; Voisin, 2012 ; Gibbs et al., 2014).

14Les dimensions des articulations coraco-claviculaires de l’individu 3603 sont très importantes et dépassent la majorité des rares valeurs existantes dans la bibliographie (tableau 3). Les dimensions mesurées sur notre spécimen sont supérieures aux valeurs féminines proposées par Das et collègues (2016) sur une population indienne et dans la variabilité supérieure masculine de cette même population.

Tableau 3

Tableau 3

Dimensions (en mm) du grand et du petit axe de la surface coraco-claviculaire ainsi que la hauteur maximale de l’ostéophyte, sur les clavicules de l’individu 3603 et de différents individus provenant de la littérature. (a) : les auteurs ne donnent que les dimensions de la plus grande et de la plus petite surface articulaire au sein de leur population, (b) : les auteurs donnent les valeurs moyennes et l’écart-type d’une autre population indienne ainsi que les valeurs maximales (mais qui ne proviennent pas nécessairement du même individu). F : sujet féminin ; H : sujet masculin ; D : droite ; G : gauche. Max : Maximum ; Min : Minimum ; x̅ : Moyenne |
Dimensions (in mm) of the maximum and minimum lengths of the coraco-clavicular joint surfaces and the maximum height of the osteophyte of the clavicles of 3603 and of samples of individuals from the literature. (a): the authors provided only the dimensions of the largest and the smallest joint surfaces of the population samples, (b): the authors provided the means and the standard deviations from another Indian population sample, as well as the maximum values (but which are not necessarily from the same individuals). F: Female; H: Male; D: Right; G: Left. Max: Maximum; Min: Minimum; X̅: Average

Scapulas

15Les surfaces articulaires coraco-claviculaires sont très nettes sur les processus coracoïdes des scapulas gauche et droite. Ces surfaces ont, comme sur les clavicules, une forme ovalaire, formant une légère dépression. Les rebords de ces deux surfaces articulaires dépassent les bords antérieur et postérieur des processus coracoïdes, donnant l’impression que l’os s’est étalé sous la pression comme le ferait une structure molle (figure 4). Les dimensions de ces surfaces articulaires sont de grandes tailles, dépassant les valeurs des surfaces correspondantes des clavicules (tableau 4).

Figure 4

Figure 4

L’articulation coraco-claviculaire des clavicules et des scapulas de l’individu 3603. A : faces inférieures de l’extrémité acromiale des clavicules droite et gauche respectivement ; B : clavicule droite vue dorsale avec agrandissement de l’extrémité acromiale ; C : face inférieure de l’extrémité acromiale de la clavicule gauche ; D : scapula droite en vue supérieure et E : scapula gauche en vue supérieure. Échelle : 1 cm |
The coraco-clavicular joint of the clavicles and scapulae of Individual 3603. A: Inferior surface of the acromial end of the right and left clavicles, respectively; B: Dorsal view of the right clavicle with enlargement of the acromial end; C: Inferior surface of the acromial end of the left clavicle; D: Superior aspect of the right scapula and E: Superior aspect of the left scapula. Scale: 1 cm

Tableau 4

Tableau 4

Dimensions (en mm) des axes médio-latéral et antéro-postérieur de la surface coraco-claviculaire sur le processus coracoïde des scapulas de l’individu 3603 et de différents individus provenant de la littérature. F : sujet féminin ; H : sujet masculin ; D : droite ; G : gauche |
Dimensions (in mm) of the medio-lateral and antero-posterior length of the coraco-clavicular surfaces on the coracoid process of the scapulae of the individual 3603 and of various individuals from the literature. F: Female; H: Male; D: Right; G: Left

16Les dimensions de la surface articulaire coraco-claviculaire des deux scapulas de l’individu 3603 sont importantes et correspondent aux valeurs supérieures de la variabilité humaine. Cependant, les valeurs de l’individu 3603 montrent des particularités par rapport à d’autres individus décrits dans la littérature. En effet, la plus grande dimension de cette articulation chez notre individu correspond à l’axe antéro-postérieur alors que chez l’individu aborigène présenté par Ray (1959) c’est le contraire. Les dimensions données pour les individus mérovingiens (Nehme et al., 2004) ne sont pas claires. En effet, les auteurs ne précisent pas les axes correspondants aux valeurs qu’ils publient. Le même problème se retrouve pour les valeurs données dans les études de Das et collègues (2016) et de Kaur et Jit (1991).

17L’orientation particulière des plus grandes dimensions des surfaces articulaires présentes sur les deux os chez l’individu 3603 peut s’expliquer par l’orientation de l’extrémité latérale de la clavicule en regard de celle du processus coracoïde. En effet, ces deux structures sont orientées grossièrement perpendiculairement. Étonnamment, cela ne semble pas être le cas des autres articulations claviculaires décrites dans la littérature. Cela peut être dû à un manque de précision de la méthodologie ainsi qu’à des variations individuelles.

Discussion

18L’articulation coraco-claviculaire de l’individu 3603 partage des caractéristiques classiques de cette articulation surnuméraire ainsi que des aspects plus particuliers. En effet, cette articulation est bilatérale chez cet individu comme c’est souvent le cas, même si des individus avec des articulations unilatérales existent, et ce avec une fréquence très variable (tableau 5) selon les populations étudiées. De plus, les deux scapulas ainsi que les deux clavicules de l’individu 3603 montrent des surfaces articulaires très nettes, ce qui n’est pas fréquent. En effet, bien que l’articulation coraco-claviculaire soit le plus souvent une véritable diarthrose, elle ne laisse pas systématiquement de surface articulaire sur les os (Poirier, 1890 ; Gradoyevitch, 1939 ; Hall, 1950 ; Lewis, 1959 ; Mafart, 1984). Cela est confirmé par la fréquence plus élevée de cette articulation dans les études issues de l’imagerie médicale (fréquence comprise entre 0,6 et 21 %) que dans celles sur os sec (fréquence comprise entre 0,7 et 10 %) (Vallois, 1926 ; Nutter, 1941 ; Ray, 1959 ; Pillay, 1967 ; Fischer et al., 1971 ; Saunders, 1978 ; Kaur et Jit, 1991 ; Haramati et al., 1994 ; Gumina et al., 2002). Par ailleurs, lorsque des surfaces articulaires sont présentes, elles sont plus fréquentes sur les clavicules que sur les scapulas (Fischer et al., 1971).

Tableau 5

Tableau 5

Fréquence des articulations coraco-claviculaires uni- et bilatérales, en fonction de la littérature. H : sujet masculin et F : sujet féminin |
Frequency of unilateral and bilateral coraco-clavicular joints according to the literature. H: Male and F: Female

19Bien que la majorité des études montrent une fréquence de l’articulation coraco-claviculaire plus élevée chez les sujets masculins que chez les sujets féminins (e.g. de Haas et al., 1965 ; Pillay, 1967 ; Kaur et Jit, 1991 ; Nalla et Asvat, 1995 ; Gumina et al., 2002), d’autres ne constatent pas de différences significatives entre les deux sexes (Cho et Kang, 1998 ; Olotu Joy et al., 2008 ; Verna, 2014), voire une prédominance féminine (Olivier, 1951b ; Saunders, 1978).

20L’origine de cette articulation surnuméraire semble être à la fois environnementale et génétique. En effet, l’incidence de cette articulation augmente avec l’âge (Saunders, 1978 ; Verna, 2014), en corrélation avec les consultations pour douleur (Gibbs et al., 2014 ; Yammine et Assi, 2016). Jusqu’à la fin des années 70, cette articulation n’avait jamais été décrite sur des enfants de moins de 10 ans. Depuis, elle a été observée chez des enfants plus jeunes, voire des fœtus (e.g. Saunders, 1978 ; Weinberg et al., 1993 ; Nehme et al., 2004). Cependant, dans ces cas très jeunes, les observations ont été faites soit sur os sec (Saunders 1978), soit sur des fœtus obtenus après une interruption volontaire de grossesse (Nehme et al. 2004), soit sur des enfants atteints de divers syndromes (Weinberg et al., 1993). Il est alors possible de considérer ces individus très jeunes comme étant pathologiques, d’autant plus que Weinberg et al. (1993) considèrent la présence d’une articulation coraco-claviculaire chez les jeunes individus, en particulier chez les fœtus, comme étant un caractère diagnostique de la trisomie 21. À contrario, il existe des variations géographiques de la fréquence de cette articulation coraco-claviculaire. C’est en Europe que la fréquence est la plus faible et en Asie qu’elle est maximale (Gumina et al., 2002 ; Yammine et Assi, 2016). Ces variations de fréquence sont suffisamment importantes pour que Cockshott (1992) en fasse un critère d’étude de migration de populations. L’aspect génétique de cette articulation a été proposé dès les années 60 suite à la répartition de cette articulation au sein de certaines familles (de Haas et al., 1965 ; Pillay, 1967). Ces deux derniers auteurs avaient même proposé que l’articulation coraco-claviculaire soit un caractère à transmission autosomale dominante.

21Les surfaces articulaires de l’individu 3603 sont non seulement très nettes mais aussi de très grandes dimensions puisqu’elles entrent dans la limite supérieure de la variabilité humaine. Ces caractéristiques montrent que cette articulation, de surcroît bilatérale, avait une véritable fonction et ne se limitaient pas à un simple point de contact entre les deux os. Par ailleurs, la morphologie des surfaces articulaires coraco-claviculaires, en particulier de celles présentent sur le processus coracoïde, suggère la présence d’une arthrose qui n’existe pas sur le reste du squelette. Cet individu devait donc être gêné dans ses mouvements. Cette dernière remarque est d’autant plus intéressante qu’entre 1915 et 2009, sur tous les cas médicaux décrits d’articulation coraco-claviculaire, moins de 20 (provenant de milieux socio-professionnels variés) sont symptomatiques (Singh et al., 2011). De plus, les descriptions de dégénérescence d’articulations coraco-claviculaires sont inexistantes, à l’exception d’un cas qui est de plus arthrosique (Nikolaides et al., 2006). Chez ce dernier cas, le patient est une femme de 42 ans pratiquant la natation et les exercices de soulevé de masse. Ainsi, il est possible que l’individu 3603, qui est une femme adulte, eut à soulever de lourde charges, de façon répétitives, au cours de sa vie.

22La présence de cette articulation coraco-claviculaire est asymptomatique ou pauci-symptomatique dans la majorité des cas (Hall, 1950 ; Singh et al., 2011 ; Gibbs et al., 2014). Toutefois, la présence de cette articulation coraco-claviculaire peut induire des douleurs de l’épaule occasionnellement assez vives, accompagnées de paresthésies du membre supérieur et associées parfois à un certain degré de raideur de l’épaule (de Haas et al., 1965 ; Singh et al., 2011). La scapulalgie peut être aggravée par les mouvements, en particulier à l’élévation de l’épaule. Durant le vivant de la personne, il est aisé de réaliser un test positif révélateur par injection de xylocaïne dans l’articulation coraco-claviculaire (de Haas et al., 1965 ; Gibbs et al., 2014) qui calme les douleurs.

23La règle pour le traitement des douleurs liées à ce type d’articulation surnuméraire est normalement conservateur, c’est-à-dire non chirurgical, par infiltration de l’articulation coraco-claviculaire avec un stéroïde local et un traitement symptomatique. Cependant, en cas de persistance des douleurs, certains auteurs proposent une excision chirurgicale de l’articulation coraco-claviculaire (e.g. de Haas et al., 1965 ; Singh et al. 2011 ; Gibbs et al., 2014).

24Les surfaces articulaires portées par les clavicules de l’individu 3603 ne sont pas adossées à la surface inférieure de l’os mais supportées par un ostéophyte comme cela est majoritairement le cas dans ce type d’articulation. En revanche, ces ostéophytes sont peu développés, contrairement aux surfaces articulaires qui sont de très grande taille. Il n’y a donc pas de corrélation entre la taille des surfaces articulaires et celle des ostéophytes. En effet, les ostéophytes n’ont pour fonction que de rapprocher les deux surfaces articulaires, ce qui traduit sans doute un phénomène d’accommodation.

Conclusion

25L’articulation coraco-claviculaire bilatérale de l’individu 3603 provenant des collections du Musée de l’Homme est exceptionnelle, non seulement par ses dimensions, mais aussi par la netteté de son empreinte sur les clavicules et les scapulas.

26Ce travail a permis de mieux caractériser cette articulation rare sans pour autant être exceptionnelle qui reste malgré tout peu connue aussi bien du point de vu anthropologique que médicale. En effet, depuis sa description par Gruber en 1861, l’essentiel des travaux se sont portés sur sa fréquence ainsi que sur son aspect potentiellement invalidant, mais très peu se sont attachés à la décrire précisément comme nous l’avons fait. Cette étape est pourtant importante pour comprendre le fonctionnement de cette articulation et des problèmes potentiels qu’elle peut entrainer.

27Par ailleurs, cet individu montre à lui seul l’importance des collections anthropologiques aussi bien pour des études anthropologiques que cliniques.

Remerciements : Les auteurs remercient M. Martin Friess pour leur avoir autorisé l’accès aux collections anthropologiques du Musée de l’Homme, Département Homme, Nature, Société du Muséum National d’Histoire Naturelle (Paris, France) ainsi que Mme Véronique Laborde pour sa grande aide lors de l’acquisition des données.

Haut de page

Bibliographie

Bainbridge D, Genovés Tarazaga S (1956) A study of sex differences in the scapula. Journal of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland 86(2):109-134

Barnes E (2012) Atlas of developmental field anomalies of the human skeleton: a paleopathology perspective. Wiley-Blackwell, Hoboken, New Jersey, 210 p

Cheung TFS, Boerboom AL, Wolf RFE et al (2006) A symptomatic coracoclavicular joint. Journal of Bone and Joint Surgery, British volume 88-B(11):1519-1520 [https://doi.org/10.1302/0301-620X.88B11.18198]

Cho BP, Kang HS (1998) Articular facets of the coracoclavicular joint in Koreans. Acta Anatomica 163(1):56-62 [https://doi.org/10.1159/000046446]

Cockshott WP (1992) The geography of coracoclavicular joints. Skeletal Radiology 21(4):225-227

Crubézy E (1985) Un cas médiéval d’articulation coraco-claviculaire bilatérale. L’Anthropologie (Paris) 89(1):117-124

Das SS, Mahajan A, Vasudeva N (2016) Morphometric study of clavicular facet of coracoclavicular joint in adult Indian population. Journal of Clinical and Diagnostic Research 10(4): AC08-AC11 [https://doi.org/10.7860/jcdr/2016/.7553]

De Haas WHD, Kingma MJ, Drucker F (1965) The coracoclavicular joint and related pathological conditions. Annals of the Rheumatic Diseases 24(3):257-266 [https://doi.org/10.1136/ard.24.3.257]

Del Sol M, Vásquez B, Suazo I, Cantín M (2014) Clavicular facet of the coracoclavicular joint: analysis in modern skeletons of the mapuche indigenous individuals. Journal of Anatomical Society of India 63(1):19-23 [https://doi.org/10.1016/j.jasi. 2014.04.004]

Feuerriegel EM, Voisin J-L, Churchill SE et al (2019) Upper limb fossils of Homo naledi from the Lesedi Chamber, Rising Star System, South Africa. PaleoAnthropology 2019:311-349 [https://doi.org/10.4207/PA.2019.ART134]

Fischer L, Vuillard P, Blanc JF et al (1971) L’articulation coraco-claviculaire (À propos de 3 cas cliniques, 56 dissections cadavériques et de l’examen de 228 pièces osseuses). Lyon Medical 225:1257-1260

Gibbs S, Merriman JA, Sorenson E et al (2014) Surgical excision of a symptomatic congenital coracoclavicular joint. Orthopedics 37(9):e836-e838 [https://doi.org/10.3928/01477447-20140825-90]

Gradoyevitch B (1939) Coracoclavicular joint. Journal of Bone and Joint Surgery, American volume 21(4):918-920

Gumina S, Salvatore M, De Santis P et al (2002) Coracoclavicular joint: osteologic study of 1020 human clavicles. Journal of Anatomy 201(6):513-519 [https://doi.org/10.1046/j.1469-7580. 2002.00115.x]

Hall FJS (1950) Coracoclavicular joint: a rare condition treated successfully by operation. British Medical Journal 1(4656):766-768 [http://www.jstor.org/stable/25356550]

Hammer Ø, Harper D (2008) Paleontological data analysis. Blackwell Publishing, Malden, 351 p

Haramati N, Cook RA, Raphael B et al (1994) Coraco-clavicular joint: normal variant in humans. Skeletal Radiology 23(2):117-119

Heim J-L (1976) Les hommes fossiles de La Ferrassie - Tome I. Archives de l’Institut de Paléontologie Humaine 35:1-331

Heim J-L (1982a) Les enfants néandertaliens de la Ferrassie. Étude anthropologique et analyse ontogénique des hommes de neandertal. Masson, Paris 169 p

Heim J-L (1982b) Les hommes fossiles de la Ferrassie - Tome II. Archives de l’Institut de Paléontologie Humaine 38:1-272

Kaur H, Jit I (1991) Brief communication: coracoclavicular joint in Northwest Indians. American Journal of Physical Anthropology 85(4):457-460

Köhler A (1935) Roentgenology. Baillière, Tindall and Cox, London

Lane A (1888) The anatomy and physiology of the shoemaker. Journal of Anatomy and Physiology 22(4):593-628

Lessertisseur J, Saban R (1967) Squelette appendiculaire. In: Grassé P-P (ed) Traité de zoologie anatomie, systématique, biologie - Mammifères téguments, squelette (Tome XVI, fascicule 1). Masson, Paris, pp 709-1078

Lewis OJ (1959) The coraco-clavicular joint. Journal of Anatomy 93(3):296-303

Mafart B-Y (1984) Etude anthropologique de la nécropole paléochrétienne et médiévale de La Gayole (Var). Thèse de Doctorat, Université de Provence, Marseille, 360 p

Mann RW, Hunt DR, Lozanoff S (2016) Non-metric traits and anatomical variants in the human skeleton. Charles C. Thomas, Springfield, 719 p

Maureille B, Crubézy E, Batsaikhan Z et al (1994) Contribution à l’étude du peuplement humain de la région péri Baikal : étude anthropologique des restes humains mis au jour à Egyin Gol (Mongolie) en 1994. Anthropologie (Brno) 32(3):251-267 [https://www.jstor.org/stable/26295693]

Nalla S, Asvat R (1995) Incidence of the coracoclavicular joint in South African populations. Journal of Anatomy 186(3):645-649

Nehme A, Tricoire J-L, Giordano G et al (2004) Coracoclavicular joints. Reflections upon incidence, pathophysiology and etiology of the different forms. Surgical and Radiologic Anatomy 26(1):33-38 [https://doi.org/10.1007/s00276-003-0178-y]

Nikolaides AP, Dermon AR, Papavasiliou KA et al (2006) Coracoclavicular joint degeneration, an unusual cause of painful shoulder: a case report. Acta Orthopaedica Belgica 72(1):90-92

Nutter PD (1941) Coracoclavicular articulations. Journal of Bone and Joint Surgery 23(1):177-179

Olivier G (1951a) Anthropologie de la clavicule I - La clavicule de l’australien. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris série 10, tome 2(1-3):67-85

Olivier G (1951b) Anthropologie de la clavicule III - La clavicule du français. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris série 10, tome 2(4-6):121-157

Olotu Joy E, Oladipo GS, Eroje MA et al (2008) Incidence of coracoclavicular joint in adult Nigerian population. Scientific Research and Essay 3(4):165-167

Parson FG (1916) On the proportion and characteristics of the modern English clavicle. Journal of Anatomy and Physiology 51(1):71-93

Pillay VK (1967) The coraco-clavicular joint. Singapore Medical Journal 8(3):207-213

Poirier P (1890) La clavicule et ses articulations. Journal de l’anatomie et de la physiologie normales et pathologiques de l’homme et des animaux 26(2):81-103

Raven HC (1950) The anatomy of the Gorilla: The Raven memorial volume. Columbia University Press, New York, 259 p

Ray LJ (1959) Bilateral coraco-clavicular articulations in the australian aboriginal. Journal of Bone and Joint Surgery. British volume 41 B(1):180-184

Robineau (1897) Ossification des ligaments coraco-claviculaires. Bulletins de la Société anatomique de Paris 72(5):186

Saunders SR (1978) The development and distribution of discontinuous morphological variation of the human infracranial skeleton. National Museum of Man, Mercury Series, Archaeological Survey of Canada / Commission Archéologique du Canada, Ottawa, Ontario, Dossier no 81:1-549

Sener RN, Alper H, Sagtas E et al (1996) Bilateral synovial coracoclavicular joints: MRI demonstration. European Radiology 6(2): 196-198 [https://doi.org/10.1007/BF00181145]

Singh VK, Singh PK, Trehan R et al (2011) Symptomatic coracoclavicular joint: incidence, clinical significance and available management options. International Orthopaedics 35(12):1821-1826 [https://doi.org/10.1007/s00264-011-1309-4]

Vallois H-V (1926) Les anomalies de l’omoplate chez l’homme. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris Série 7, Tome 7(1-3):20-37

Vallois H-V, Billy G (1965a) Nouvelles recherches sur les hommes fossiles de l’abri de Cro-Magnon. L’Anthropologie (Paris) 69(1-2):47-74

Vallois H-V, Billy G (1965b) Nouvelles recherches sur les hommes fossiles de l’abri de Cro-Magnon (suite). L’Anthropologie (Paris) 69(3-4):249-272

Verna E (2014) Les variations asymptomatiques du squelette post-crânien : leur contribution à l’identification en anthropologie médico-legale. Thèse de Doctorat, Aix-Marseille université, Marseille, 365 p

Voisin J-L (2012) Les caractères discrets des membres supérieurs : un essai de synthèse des données. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 24(3-4):107-130

Voisin J-L, Ropars M, Thomazeau H (2014) The human acromion viewed from an evolutionary perspective. Orthopaedics & Traumatology: Surgery & Research 100(supp 8):S355-S360 [http://dx.doi.org/10.1016/j.otsr.2014.09.011]

Voisin J-L, Stalens H (2016a) La ceinture scapulaire de “la Dame du Cavillon”. In: de Lumley H (ed) La grotte du Cavillon, sous la falaise des Baousse Rousse, Grimaldi, Italie. CNRS Édition, Paris, pp 855-868

Voisin J-L, Stalens H (2016b) Le membre supérieur de “la Dame du Cavillon”. In: de Lumley H (ed). La grotte du Cavillon, sous la falaise des Baousse Rousse, Grimaldi, Italie. CNRS Édition, Paris, pp 869-908

Voisin J-L, Mafart B, Stalens H et al (2016a) Le thorax de “la Dame du Cavillon”. In: de Lumley H (ed) La grotte du Cavillon, sous la falaise des Baousse Rousse, Grimaldi, Italie. CNRS Édition, Paris, pp 849-854

Voisin J-L, Ropars M, Thomazeau H (2016b) Anatomical evidence for a uniquely positioned suprascapular foramen. Surgical and Radiologic Anatomy 38(4):489-492 [https://doi.org/10.1007/s00276-015-1558-9]

Weinberg B, Maldjian C, Kass EG et al (1993) The prominent conoid process of the clavicle: a new radiographic sign in Down’s syndrome. American Journal of Roentgenology 160:591-592 [https://doi.org/10.2214/ajr.160.3.8430561]

Yammine K, Assi C (2016) The coracoclavicular joint. A systematic review and meta-analysis. HOMO - Journal of Comparative Human Biology 67(2):150-162 [https://doi.org/10.1016/j.jchb. 2015.12.003]

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Description des variables utilisées dans cette étude : longueurs f et f’ axes médio-latéraux et g et g’ axes antéro-postérieurs respectivement sur la clavicule et la scapula | Description of the variables used in this study: f and f’ are medio-lateral lengths and g and g’ are antero-posterior lengths of the articular surfaces of the clavicles and scapulae, respectively
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7623/img-1.png
Fichier image/png, 144k
Titre Tableau 1
Légende Caractéristiques métriques majeures des clavicules de l’individu 3603 et des facettes articulaires coraco-claviculaires qu’elles portent | Major metric characteristics of the clavicles of Individual 3603 and the coraco-clavicular facet joints
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7623/img-2.png
Fichier image/png, 202k
Titre Tableau 2
Légende Caractéristiques métriques majeures des scapulas de l’individu 3603 (mesures provenant de Voisin et al., 2014) et des facettes articulaires coraco-claviculaires qu’elles portent | The major metric characteristics of the scapulae of individual 3603 (measurements taken from Voisin et al., 2014) and of the coraco-clavicular facet joints
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7623/img-3.png
Fichier image/png, 220k
Titre Figure 2
Légende Diagramme à moustache replaçant les deux clavicules de l’individu féminin 3603 dans la variabilité moderne. Pour chacune de ces variables, les valeurs des clavicules de la femme 3603 sont toujours dans la partie inférieure de la variabilité, sauf pour la robustesse. Cela est dû au fait que l’échantillon comprend plus d’hommes que de femmes | A box and whiskers plot of the two clavicles of Individual 3603 compared with the variation of a sample of modern human clavicles. For each of these variables, the values for the clavicles of female 3603 are always within the lower end of the range of variation, except for the robustness. This is because the sample includes more males than females
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7623/img-4.png
Fichier image/png, 273k
Titre Figure 3
Légende Projection des données scapulaires de l’Analyse en Composantes Principales (ACP) sur les deux premières composantes représentant plus de 79 % de la variance totale. En bleu, nuage de points féminins et en magenta l’individu 3603. En noir, nuage de points masculins. Notez la nette différence de dimension entre les scapulas féminines et masculines. Le tableau présente les valeurs propres de chaque composante et la part de la variance totale qu’elle représente. Les histogrammes représentent le poids de chaque variable pour les composantes 1 et 2 | Projection of the scapular data of the Principal Components Analysis (PCA) on the first two components, representing more than 79% of the total variance. In blue: female; in magenta: individual 3603 and in black: male. Note the clear difference in size between the female and male scapulae. The table shows the eigenvalues of each component and the share of the total variance that they represent. The histograms represent the weightings for each variable for components 1 and 2
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7623/img-5.png
Fichier image/png, 330k
Titre Tableau 3
Légende Dimensions (en mm) du grand et du petit axe de la surface coraco-claviculaire ainsi que la hauteur maximale de l’ostéophyte, sur les clavicules de l’individu 3603 et de différents individus provenant de la littérature. (a) : les auteurs ne donnent que les dimensions de la plus grande et de la plus petite surface articulaire au sein de leur population, (b) : les auteurs donnent les valeurs moyennes et l’écart-type d’une autre population indienne ainsi que les valeurs maximales (mais qui ne proviennent pas nécessairement du même individu). F : sujet féminin ; H : sujet masculin ; D : droite ; G : gauche. Max : Maximum ; Min : Minimum ; x̅ : Moyenne | Dimensions (in mm) of the maximum and minimum lengths of the coraco-clavicular joint surfaces and the maximum height of the osteophyte of the clavicles of 3603 and of samples of individuals from the literature. (a): the authors provided only the dimensions of the largest and the smallest joint surfaces of the population samples, (b): the authors provided the means and the standard deviations from another Indian population sample, as well as the maximum values (but which are not necessarily from the same individuals). F: Female; H: Male; D: Right; G: Left. Max: Maximum; Min: Minimum; X̅: Average
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7623/img-6.png
Fichier image/png, 306k
Titre Figure 4
Légende L’articulation coraco-claviculaire des clavicules et des scapulas de l’individu 3603. A : faces inférieures de l’extrémité acromiale des clavicules droite et gauche respectivement ; B : clavicule droite vue dorsale avec agrandissement de l’extrémité acromiale ; C : face inférieure de l’extrémité acromiale de la clavicule gauche ; D : scapula droite en vue supérieure et E : scapula gauche en vue supérieure. Échelle : 1 cm | The coraco-clavicular joint of the clavicles and scapulae of Individual 3603. A: Inferior surface of the acromial end of the right and left clavicles, respectively; B: Dorsal view of the right clavicle with enlargement of the acromial end; C: Inferior surface of the acromial end of the left clavicle; D: Superior aspect of the right scapula and E: Superior aspect of the left scapula. Scale: 1 cm
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7623/img-7.png
Fichier image/png, 383k
Titre Tableau 4
Légende Dimensions (en mm) des axes médio-latéral et antéro-postérieur de la surface coraco-claviculaire sur le processus coracoïde des scapulas de l’individu 3603 et de différents individus provenant de la littérature. F : sujet féminin ; H : sujet masculin ; D : droite ; G : gauche | Dimensions (in mm) of the medio-lateral and antero-posterior length of the coraco-clavicular surfaces on the coracoid process of the scapulae of the individual 3603 and of various individuals from the literature. F: Female; H: Male; D: Right; G: Left
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7623/img-8.png
Fichier image/png, 195k
Titre Tableau 5
Légende Fréquence des articulations coraco-claviculaires uni- et bilatérales, en fonction de la littérature. H : sujet masculin et F : sujet féminin | Frequency of unilateral and bilateral coraco-clavicular joints according to the literature. H: Male and F: Female
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7623/img-9.png
Fichier image/png, 599k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Voisin et Christophe Obry, « Un cas d’articulation coraco-claviculaire bilatérale exceptionnelle dans les collections du Musée de l’Homme (Paris, France) »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 33 (2) | 2021, mis en ligne le 08 juin 2021, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/7623 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.7623

Haut de page

Auteurs

Jean-Luc Voisin

Aix Marseille Université, CNRS, EFS, ADES, Marseille, France ; jeanlucvoisin2004[at]yahoo.fr ; https://orcid.org/0000-0001-9644-6653

Articles du même auteur

Christophe Obry

Département de Chirurgie du Membre supérieur, Institut Calot, Berck-sur-Mer, France

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les contenus des Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search