Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33 (2)Étude du profil pathologique des ...

Étude du profil pathologique des inhumés en silos du nord-ouest francilien au Second âge du Fer

Study of the pathological profile of people buried in grave-silo from northwestern Paris area during Iron Age
Frédéric Boursier, Jean-Gabriel Pariat et Élodie Wermuth

Texte intégral

Introduction

1La pratique de dépôts humains en silo, si elle n’est pas spécifique de cette période, est emblématique du Second âge du Fer. L’abondante littérature scientifique décrivant et analysant ces processus apporte peu d’éléments sur les contextes pathologiques des individus sélectionnés (Delattre, 2019). Les stress et maladies auxquels ont été soumis ces individus au cours de leur existence sont en rapport, certes avec leur âge aux décès, mais aussi avec leur activité et leur rôle au sein de la société. La paléopathologie apparaît donc comme un moyen supplémentaire de comprendre les modes de vies et les sociétés du passé, et permet d’approcher le risque sanitaire auquel a été soumis un échantillon populationnel qui partage un lien et un lieu d’élection communs après le décès : le silo. Notre objectif est d’étudier le profil pathologique d’un échantillon cohérent d’individus déposés en silos, pour définir le type de pathologies identifiables à travers l’examen paléopathologique et leurs prévalences.

2La multiplication des interventions archéologiques préventives a conduit les archéologues à découvrir de nombreux gisements montrant une intensification de l’occupation du sol à partir du Second âge du Fer. Face à cette réalité, il a paru raisonnable de se concentrer sur un espace limité au nord-ouest francilien regroupant surtout des sites Parisii, de manière à conserver un recrutement cohérent, pour limiter l’impact de la forte évolutivité de la société gauloise mise en évidence tout au long de cette période (Ginoux, 2017).

3L’examen paléopathologique systématique des populations laténiennes n’ayant pas fait l’objet d’étude spécifique à ce jour, aucun référentiel préexistant ne s’est imposé. L’établissement d’une grille de lecture paléopathologique, correspondant à des anomalies osseuses macroscopiques résultant de troubles biologiques, décrites et acceptées dans la littérature scientifique, a été nécessaire. Nous avons axé notre analyse, par une approche heuristique, sur un ensemble de syndromes nosologiques définis, ayant une étiologie probabiliste identifiable et une symptomatologie fonctionnelle forte, pour lesquels un retentissement social chez les contemporains est envisageable. Ainsi déterminé, c’est à partir d’un nombre limité d’indicateurs, entendus comme une mesure permettant de renseigner un aspect donné de la santé d’une population (ANAES, 2002), que nous définissons le profil pathologique de manière à servir de référentiel dans les études à venir.

Cadre de l’étude

Cadre géographique et chronologique

4L’aire étudiée regroupe deux portions de départements situés dans le nord francilien, à savoir l’est du Val-d’Oise et le nord de la Seine-et-Marne. Elle est délimitée à l’ouest par la vallée de l’Oise et à l’est par le plateau de la Goëlle (figure 1). La limite nord coïncide avec une frontière géologique majeure, l’anticlinal de Bray, et la limite sud correspond à la Seine. Par ailleurs, il s’agit d’une zone d’activité archéologique intense au cours des dernières décennies, du fait notamment de l’urbanisation croissante. Enfin, elle englobe le bassin versant du Crould, territoire Parisii, ce qui offre un prolongement à un travail initial en-gagé dans le cadre d’une approche synthétique de ce micro-territoire (Pariat et Simon, 2018).

Figure 1

Figure 1

Distribution des silos recelant des squelettes humains dans l’aire d’étude (fonds IGN, licence ouverte) |
Distribution of silos containing human skeletons in the study area (open licence)

5Du point de vue chronologique, la période examinée correspond au Second âge du Fer (Ve-Ier siècle av. J.-C.). Ce choix garantit une certaine homogénéité culturelle, et les modalités d’implantation, même si elles évoluent, sont d’une grande cohérence tout au long de La Tène au niveau local. Les données disponibles sont, de surcroît, abondantes pour cette période. En effet, on peut opposer une certaine homogénéité des implantations domestiques humaines à une forte variabilité des pratiques funéraires. Jusqu’au IIIe siècle av. J.-C., le territoire de l’Île-de-France est découpé en petites unités agricoles indépendantes, offrant une configuration d’occupation en aire ouverte (Malrain et al., 2013 ; Basset, 2019). Puis, les campagnes gauloises se couvrent de fermes plus grandes, réparties selon un maillage régulier, et désormais encloses par des fossés. Parallèlement, des petits ensembles funéraires ou des nécropoles plus vastes fonctionnent jusqu’au IIIe siècle av. J.-C. (Viand, 2008 ; Ginoux, 2009 ; Le Forestier, 2009). Ensuite, les pratiques changent de forme avec un recours plus fréquent à l’incinération, qui se généralise d’ailleurs à la fin de la période (Bonnabel, 2012). Tout au long du Second âge du Fer, d’autres pratiques mortuaires complètent ce panel : sépultures disséminées dans l’habitat, ossements secs en position secondaire dans des fosses dépotoirs, des fossés ou des sanctuaires, dépôts individuels, simultanés ou successifs dans des structures de stockage isolées ou non (Delattre et Seguier, 2007 ; Delattre, 2010 ; Pinard, 2010).

État des données

6Environ 400 structures d’ensilage ont été identifiées dans l’aire étudiée entre La Tène ancienne et finale (Basset, 2019). Parmi elles, des structures ont été fouillées partiellement, souvent par moitié (figure 2). Le nombre exact d’explorations partielles est difficile à évaluer, car l’information n’est pas toujours disponible. Ces fouilles sont incomplètes pour diverses raisons. Pour des opérations menées anciennement (avant 2001) dans un contexte de sauvetage urgent, des sites sont partiellement détruits lorsqu’ils sont abordés. En ce qui concerne les opérations plus récentes, les contraintes de temps en archéologie préventive imposent des choix indépendants de la volonté de l’archéologue. De ce fait, le traitement par la fouille d’une structure d’ensilage diffère selon qu’elle est découverte en diagnostic ou en fouille. Lors d’une fouille, les structures sont en principe intégralement explorées, alors que sur un diagnostic, elles peuvent faire l’objet d’un échantillonnage non suivi d’une prescription par le préfet de Région.

Figure 2

Figure 2

Silo gaulois fouillé à 50 % sur un diagnostic d’archéologie préventive à Sarcelles (CD 95, SDAVO) |
Latenian silo with 50% excavated following a preventive archaeology diagnosis in Sarcelles (CD 95, SDAVO)

7Notre démarche a consisté à prendre en compte tous les silos ayant livré des restes humains dans l’aire étudiée sans opérer de sélection afin d’éviter d’introduire des biais. Ainsi, 15 silos sur 400 (moins de 4 %) abritaient des squelettes humains. Ils ont été découverts lors de 12 opérations archéologiques, soit 10 fouilles et 2 diagnostics (tableau 1). Parmi ces opérations, plusieurs ont mis en évidence des phases d’occupation successives au cours du Second âge du Fer. C’est le cas par exemple au Mesnil-Aubry “Le Bois Bouchard IV” avec quatre phases distinctes entre La Tène ancienne et finale (Touquet Laporte-Cassagne, 2018). Les 15 silos se trouvent sur des sites correspondant soit à des occupations en aire ouverte soit à des enclos fossoyés. On observe dans le bassin du Crould une corrélation entre un nombre élevé de silos et la présence de défunts.

Tableau 1

Tableau 1

Opérations archéologiques prises en compte dans l’aire d’étude |
Archaeological operations taken into account in the study area

8Ces 15 silos abritaient 29 squelettes humains, complets ou partiels. Hors datation relative de la structure, nous disposons de 12 datations radiocarbone sur os pour les 29 squelettes (tableaux 2-3). Les résultats de ces dates ne sont pas aisément exploitables en raison de l’existence d’effets de plateau au Second âge du Fer. Par conséquent, l’approche fine de la chronologie des dépôts humains en silo est délicate. Dans l’aire géographique abordée ici, le croisement des datations relatives et absolues suggère que 15 dépôts humains ont été effectués entre La Tène ancienne et moyenne (A-C1), les autres sont plus tardifs (La Tène moyenne ou finale, C2-D2).

Tableau 2

Tableau 2

Inventaire des datations sur os humain par individu |
Inventory of human bone dating per individual

Tableau 3

Tableau 3

Inventaire des inhumés en silos dans le nord francilien |
Description of grave silos in the northern Paris area

Méthodes

9Les études paléopathologiques permettent d’approcher les concepts d’évolution et de diffusion des pathologies au sein des populations du passé, mais aussi d’envisager les risques sanitaires auquel ces individus étaient exposés, et ainsi de mieux comprendre ces sociétés (Mays, 2020). Notre objectif d’étudier le profil pathologique des individus déposés en silos nécessite de réaliser un examen macroscopique systématique de toutes les pièces osseuses, associé, si nécessaire, à des examens d’imagerie médicale, en rattachant les lésions observées aux cadres nosologiques décrits dans la littérature scientifique (Buikstra, 2019).

10Le profil ainsi réalisé est une liste casuistique de troubles biologiques probabilistes, reflétant peu l’état sanitaire et la réalité sociale qui en découle. Dans ce contexte, le profil pathologique déterminé ne peut être qu’incomplet. Donc, au-delà d’un catalogue de troubles pathologiques habituellement décrits, il nous a semblé important d’avoir une grille de lecture complémentaire, isolant des syndromes nosologiques et permettant à terme de disposer d’un outil comparatif définissant ainsi des indicateurs.

11Nous avons choisi trois indicateurs correspondant à des troubles biologiques identifiables, en nous basant sur les propositions des indicateurs de base de l’OMS (2015), compte tenu de l’absence de recommandations en paléopathologie. Les recommandations de l’OMS, prévues pour les populations vivantes, ont nécessité une adaptation en sélectionnant les indicateurs quantifiables en paléopathologie, en se focalisant sur les taux de prévalence au sein des grands chapitres sanitaires présentant un enjeu sur les populations : la morbidité, la nutrition, les infections et les traumatismes. Les autres catégories ne peuvent pas être évaluées dans notre contexte d’étude. Ces indicateurs sont :

  • 1 Nous nous basons pour le diagnostic des tumeurs blanches sur les descriptions de C. Roberts dans (...)

121) Les infections ostéo-articulaires, regroupant les ostéomyélites, les arthrites septiques, les abcès intra-osseux, les appositions périostées diffuses, pouvant évoquer un germe spécifique – ou non-spécifique. Cet indicateur est l’adaptation paléopathologique des taux de prévalence d’infections spécifiques recommandés par l’OMS pour évaluer et comparer l’état de santé des populations (OMS, 2015). Les maladies infectieuses représentent le plus grand risque des humains en termes de morbi-mortalité (Roberts, 2019a). Elles sont liées au mode de cohabitation interhumaine, ainsi qu’avec les animaux (Roberts, 2019b). Dans ce cadre, une attention particulière a été portée à la tuberculose, à cause de son évolution sub-chronique, de ses caractéristiques cliniques et de ses spécificités épidémiologiques. Elle apparait comme une source de morbidité majeure pour les populations (OMS, 2015). Après sélection des signes habituellement retrouvés dans la littérature paléopathologique, nous retenons les formes dites classiques : la tuberculose vertébrale (Mal de Pott), les tumeurs blanches articulaires1, les spina ventosa, les atteintes lytiques des côtes, les lésions lytiques du crâne et les calcifications pulmonaires (Roberts, 2019b ; Maczel, 2003). La littérature paléopathologique rapporte des formes dites probables, que nous avons fait le choix de retenir en les distinguant des formes classiques compte tenu du moindre consensus : les altérations costales (appositions périostées), les altérations vertébrales superficielles dites de Ménard, les lésions serpigineuses endocrâniennes (Maczel, 2003 ; Mariotti et al., 2015 ; Spekker et al., 2020).

132) Les lésions traumatiques ante-mortem et péri-mortem, car elles représentent le contexte sécuritaire des sociétés étudiées. Elles apparaissent comme un élément important d’évaluation par l’OMS en se concentrant sur des risques spécifiques, non évaluables en anthropologie, tels que le suicide, les violences intra-familiales ou les accidents de la route (OMS, 2015). Le choix de cet indicateur trouve son origine dans le postulat que la vie quotidienne s’accompagne logiquement de risques traumatiques importants pour les individus, mais variables en fonction de l’âge et du rôle dans le groupe. La quantification et la variabilité au sein d’une population permet de tracer des profils d’individus, dont le rôle et la place dans la société exposent à ces risques (Roberts, 2000). Pour les lésions ante-mortem, nous nous basons sur l’existence de cicatrisation osseuse à type de cal osseux, de néo-articulations, mais aussi la présence de déformation plastique principalement pour les os plats, tels que le crâne. Pour les lésions péri-mortem, nous avons choisi des caractéristiques présentant la meilleure performance, basées sur la typologie des lésions (fracture en ailes de papillon, fracture radiée ou concentrique, empreintes d’objets tranchants ou contondants), sans retenir l’examen des berges dont les signes sont moins performants et risqueraient d’entrainer des confusions (Capella et al., 2014).

143) Les lésions évocatrices de syndrome carentiel, car elles représentent le contexte alimentaire et nutritionnel de la population, qui constitue un objectif majeur pour l’OMS avec toutes les composantes de la malnutrition (poids à la naissance, retard de croissance, anémie) (OMS, 2015). La précédente mise en évidence d’une nécropole présentant un profil pathologique évoquant la malnutrition infantile à la fin de la période laténienne justifie de s’intéresser spécifiquement aux syndromes carentiels (Boursier et al., 2021). Dans cette catégorie, nous retenons uniquement le scorbut (en suivant l’évaluation des critères diagnostic de Snoddy, 2018 ; Annexe 1) ainsi que le rachitisme (en se référant aux critères de Brickley et al., 2018 ; Annexe 2).

15Un quatrième indicateur, plus clinique, nous a semblé nécessaire pour décrire le profil pathologique : l’impotence fonctionnelle, de manière à aborder les problématiques physiques et fonctionnelles ayant une répercussion sociale chez les individus atteints. Cet indicateur s’intègre dans le contexte de recherche actuelle en anthropologie abordant les notions de handicap (Delattre et Sallem, 2009). L’évaluation des handicaps est habituellement réalisée par une analyse des limitations après avoir retenu un diagnostic, avec l’objectif de comprendre la place de ces individus dans leur société (Cormier et Buikstra, 2021). Ainsi, les travaux passent par une analyse casuistique lourde limitant les études sur de larges populations (Cormier et Buikstra, 2021). Or, les limitations à la mobilité sont indépendantes du diagnostic. Elles sont la résultante de lésions physiques. En cela s’opposent les approches médicales et paléopathologiques. Nous proposons donc de construire “de novo” cet indicateur, en s’inspirant du concept récent de “Locomotive Syndrome”, ayant pour objectif d’évaluer et de suivre l’évolution de la mobilité des populations au sein des sociétés actuelles (Nakamura et al., 2016). Ce nouveau cadre nosologique décrit les troubles de la mobilité comme multifactoriels, évolutifs et potentiellement distincts des pathologies dans leurs phases initiales, dont l’évaluation ne peut être que clinique et l’origine est clairement identifiée comme la résultante spécifique d’atteintes soit osseuses, soit articulaires, soit neurologiques (Ikemoto et al., 2018). Effectivement, la capacité à se mobiliser est principalement liée à la structure ostéo-articulaire, véritable soutien architectural du corps. Son altération, mais aussi son absence de sollicitation, sont observables par l’anthropologue, ce qui nous permet de nous en inspirer. Il s’agit de retenir les lésions, quelle qu’en soit la cause, suffisamment marquées pour être responsables d’une impotence, ressentie par l’individu. Nous retenons en premier lieu des signes directs, correspondant aux atteintes osseuses et articulaires (Nakamura et al., 2016 ; Cormier et Buikstra, 2021) : les destructions cartilagineuses complètes ou les ankyloses des articulations participant à la mobilité générale du corps (cheville, genoux, hanche, rachis, épaule, coude, poignet et pince pouce-index), les déformations congénitales ou acquises des os longs des membres responsables d’une perte d’axe par comparaison avec le côté controlatéral (tel que nous pouvons par exemple l’identifier dans des fractures consolidées sans réduction, des syndromes ostéo-chondrodysplasiques, des déformations liées au rachitisme), les synostoses osseuses limitant l’amplitude des mouvements. Nous retenons aussi des signes indirects, reflets d’une limitation des mouvements, correspondant aux atteintes neurologiques (Berner et al., 2021) : les gracilités unilatérales ou disproportionnelles.

16Ces quatre indicateurs, issus et isolés de l’analyse paléopathologique habituelle, posent les bases pour réaliser l’examen d’échantillons populationnels et, à terme, pouvoir réaliser des comparaisons.

17Les données anthropologiques (âge et sexe) issues des rapports de fouilles ont constitué la base de notre travail. Nous les avons compilées et révisées pour les unifier.

Résultats

18L’examen paléopathologique a été réalisé sur 26 des 29 individus exhumés, trois ayant été égarés (tableau 3). Les individus immatures représentent 34 % de l’effectif, répartis équitablement en deux groupes respectivement d’âge supérieur ou inférieur à 15 ans. L’individu immature le plus jeune a un âge estimé entre 4 et 5 ans au moment du décès. Les individus matures représentent 66 % de l’effectif, avec 47 % d’hommes, 32 % de femmes et 21 % d’individus de sexe indéterminé.

19Sur le plan paléopathologique général, 19 des 26 individus examinés (73 %), présentent des lésions osseuses décrites comme pathologiques dans la littérature (tableaux 4-5).

Tableau 4

Tableau 4

Nombre de cas pathologiques par cadres nosologiques généraux |
Number of pathological cases according to general nosological frameworks

Tableau 5

Tableau 5

Description des pathologies en fonction des cadres nosologiques étudiés |
Description of pathologies according to the nosological frameworks studied

20Pour l’indicateur des infections ostéo-articulaires, sept individus présentent des lésions évocatrices, soit plus d’un quart de l’échantillon (tableaux 3, 5). En dehors d’un unique cas d’aspect non spécifique, une spondylodiscite thoracique, nous constatons principalement des lésions rapportées dans la littérature à la tuberculose. Pour les formes typiques, il s’agit d’un grand immature (15-19 ans) qui présente une arthrite de hanche, de type tumeur blanche, avec destruction complète de la surface articulaire et une fusion prématurée de l’épiphyse (figure 3). La tomodensitométrie met en évidence des coulées de néoformation osseuse jusqu’au tiers supérieur de la diaphyse, parcourues de micro-géodes, ce qui indique une diaphysite, permettant d’éliminer une atteinte uniquement articulaire. La présence chez le même individu de lésions serpigineuses (figure 4) renforce le diagnostic (Hershkovitz et al., 2002). Le second cas typique correspond à un immature de moins de 10 ans, qui présente un abcès de la partie antérieure d’une vertèbre thoracique haute, en cours de collapsus, sans néoformation associée (figure 5). Les quatre autres formes sont dites évocatrices et correspondent à deux cas d’altérations vertébrales superficielles dites de Ménard chez des grands adolescents, un cas de lésions serpigineuses endocrâniennes isolées d’un jeune immature et un cas d’altérations costales endo-viscérales, à type d’appositions périostées. Ces lésions ne sont ni sensibles, ni spécifiques d’une pathologie unique, mais restent rapportées ou associées aux infections intra-thoraciques au sens large et particulièrement à la tuberculose (Mariotti et al., 2015 ; Spekker et al., 2020).

21Pour l’indicateur traumatologie, nous n’avons identifié aucun cas de lésion péri-mortem (tableaux 3, 5). Nous identifions six individus présentant des lésions traumatiques ante-mortem, intéressant le crâne (fracture embarrure consolidée), le coude (fracture articulaire avec ankylose séquellaire à angle droit), l’avant-bras (synostose radio-ulnaire localisée au tiers supérieur), le rachis (tassement lombaire avec dégénérescence arthrosique), la fibula (fracture simple, consolidée sans déviation de l’axe) (tableau 3). En dehors de la fracture du crâne qui touche un sujet immature, les autres lésions sont retrouvées chez des individus matures.

Figure 3

Figure 3

Arthrite septique hanche droite, individu Si 285.2, Frépillon - ZAC des Épineaux (95) |
Septic arthritis of the right hip, Individual Si 285.2, Frépillon - ZAC des Épineaux (95)

Figure 4

Figure 4

Lésions serpigineuses endo-crâniennes, individu Si 285.2, Frépillon - ZAC des Épineaux (95) |
Vascular lesions of the inner table of the skull, individual Si 285.2, Frépillon - ZAC des Épineaux (95)

Figure 5

Figure 5

Abcès vertèbres thoraciques, individu 1005, Roissy-en-France - Le Dessus de la Rayonnette (95) |
Abscess of thoracic vertebrae, individual 1005, Roissy-en-France - Le Dessus de la Rayonnette (95)

22Pour l’indicateur des atteintes carentielles, un seul individu immature présente des lésions à type de porosités fines, au niveau des régions métaphysaires des os longs, de l’os maxillaire et des grandes ailes du sphénoïde (tableaux 3, 5). Cet ensemble de lésions peut s’intégrer dans un scorbut, avec trois critères considérés comme permettant de retenir le diagnostic : l’atteinte des régions métaphysaires, l’atteinte du maxillaire et celle des grandes ailes du sphénoïde (Snoddy, 2018). Face à ces lésions, une origine physiologique est systématiquement soulignée par les auteurs. L’importance de l’atteinte péri-articulaire pour cet individu ne semble pas pouvoir concorder avec un cadre physiologique, principalement au niveau des genoux, ce qui nous a conduit à retenir à minima un scorbut, avec une impotence à la marche (Fain, 2005).

23Pour l’indicateur d’impotence fonctionnelle, huit individus présentent au moins un critère retenu comme générant une impotence (tableaux 3, 5). L’origine traumatique est l’étiologie la plus fréquente. L’individu 532 de la “ZAC des Linandes 1” à Cergy (95) présente une ankylose du coude d’aspect post-traumatique, bloqué à 90°. Le sujet 3 de la “ZAC de la Demie-Lieue 1” à Osny (95) présente une synostose radio-ulnaire, bloquant les mouvements de prono- supination. L’individu 1326 du site “Le Bois Bouchard II” au Plessis-Gassot (95) présente un tassement lombaire avec un important écrasement du plateau et une déformation axiale du rachis, ainsi qu’une arthrose costo-vertébrale, indiquant un déséquilibre du rachis. La seconde cause d’impotence est reliée à des mécanismes infectieux. L’individu 3360.1 du site “Les Vieilles Fourches” à Charny (77) présente une spondylodiscite destructive localisée à la région thoracique basse. L’individu 1005 du site “Le Dessus de la Rayonnette” à Roissy-en-France (95) présente des abcès des vertèbres thoraciques. L’individu Si 285.2 de la “ZAC des Épineaux” à Frépillon (95) présente une arthrite septique de hanche avec destruction de l’articulation de la hanche. Ces trois cas associent des mécanismes inflammatoires importants à un syndrome douloureux, et des destructions articulaires permettant de retenir l’impotence. L’individu 223.1 de la “ZAC des Linandes 3” à Cergy (95) présente une “malformation” d’une douzième vertèbre thoracique, dont l’étiologie n’est pas évidente (traumatique, infectieuse, voire congénitale), responsable d’une gibbosité. Le dernier cas est celui d’un immature (Frépillon “ZAC des Épineaux”, 95) présentant un ensemble de zones de porosités fines, à la fois au niveau des régions métaphysaires des os longs et particulièrement des genoux, de l’os maxillaire et des grandes ailes du sphénoïde, pouvant s’intégrer dans un syndrome scorbutique tel que décrit par Ortner et al. (2001) dont la symptomatologie première se présente sous la forme de troubles de la marche (Ververs et al., 2019).

Discussion

24L’examen paléopathologique de cet échantillon de population révèle un ensemble de pathologies variées, avec des fréquences importantes pour certains cadres nosologiques, mis en évidence au travers des indicateurs choisis. L’analyse de ces récurrences, compte tenu de l’absence d’études similaires, est complexe car se croise la problématique de l’état sanitaire de la population laténienne de la région nord-ouest francilienne avec celle des critères de sélection des individus inhumés en silos. L’intérêt principal de cette description est de poser pour la première fois un regard pathologiste sur cette population et de permettre ainsi d’envisager un certain nombre d’hypothèses aussi bien sur l’état sanitaire que sur le recrutement funéraire des silos. Sur le plan de l’état sanitaire, la relation entre la santé d’un individu et les stigmates osseux des pathologies ou des stress qu’il a subi n’est pas linéaire et est identifiée sous les termes “Osteological paradox” (Wood et al., 1992). Aborder l’état sanitaire d’une population par la paléopathologie pour en déduire l’existence de “populations saines” ou de “populations stressées” est un raccourci qui aboutit à des visions erronées (Temple et Goodman, 2014). Goodmann (1983) décrit les marqueurs de stress, la maladie et le décès comme des indicateurs d’une “perturbation physiologique”, dont l’origine se trouve dans les contraintes environnementales plus ou moins modulées par l’organisation culturelle et sociale qui expose ou protège l’individu. Mais il réfute l’idée de pouvoir aborder l’état de santé en se limitant à une fréquence de lésions dans un échantillon de la population. Pour lui, les indicateurs squelettiques du stress devraient être évalués en termes de mortalité et de survie (Temple et Goodman, 2014), une forte prévalence de ces indicateurs associés à une plus grande longévité pouvant indiquer une capacité de survivre, suivant des expériences de résistances. Il souligne enfin qu’une approche intégrée et contextuelle est essentielle à la capacité de la recherche bioarchéologique (Temple et Goodman, 2014). C’est justement par une approche contextuelle que nous avons abordé ce travail en le focalisant sur les dépôts humains en silos. Sélectionnés pour partager un même type d’inhumation, les individus concernés par cette pratique ont été confrontés de leur vivant à un ensemble de contraintes, plus ou moins modulées par le ou les statuts sociaux qu’ils partageaient, mais aussi par les évènements climatiques, voire guerriers, qu’ils ont traversés. La lecture de ces indicateurs est donc multifactorielle et son rattachement à une situation unique ne pourrait être qu’hypothétique, que ce soit par le statut social supposé, par le contexte historique belliqueux, par l’accès aux ressources alimentaires. Pourtant, alors que dans le modèle de Goodman la gestion spécifique de l’individu “malade” au sein de l’organisation sociale n’apparaît pas, l’hypothèse d’une gestion funéraire spécifique de ces cas, régie par un cadre qui nous échappe largement (juridique, religieux, cultuel, etc.), n’est pas aberrante.

25Un tiers des inhumés présente une impotence fonctionnelle suivant les critères initialement retenus, dessinant un profil fortement marqué par le handicap physique/moteur. La forte proportion de séquelles traumatiques indique l’existence d’un environnement à risque d’accidents ou de violences. La présence de lésions traumatiques a déjà été identifiée en contexte de silos comme à Lauwin-Planque (59) avec un cas de poly-fractures consolidées, soulignant le caractère non-extraordinaire de ce type de lésions chez des individus inhumés en silos (Devriendt et al., 2012). Peut- on envisager que la limitation de mobilité soit un critère de sélection ? L’absence d’études spécifiques en contexte de nécropoles limite notre possibilité d’analyse, mais la présence de cas d’individus handicapés sur une nécropole du même territoire indique que les caractéristiques physiques ne sont pas l’élément déterminant pour être inhumé en silos (Le Forestier et Proust, 2010).

26L’autre résultat inattendu est la présence de nombreux cas d’infections ostéo-articulaires, dont une grande partie oriente vers la tuberculose osseuse, que ce soit des cas typiques ou évocateurs. Les deux cas typiques, l’arthrite de hanche, touchant un adolescent, sur le site de la “ZAC des Épineaux” à Frépillon (95) (figures 3-4) et le cas d’abcès de vertèbre thoracique, touchant un immature, sur le site ”Le Dessus de la Rayonnette” à Roissy-en-France (95) (figure 5), sont contemporains de La Tène ancienne et permettent de confirmer la diffusion de ce pathogène dans la population du Second âge du Fer.

27Le choix de certains de nos critères permettant de définir la présence de la tuberculose peut être discuté et ainsi modifier la prévalence suspectée, car plusieurs formes, par ailleurs décrites fréquemment dans la littérature, ne font pas consensus. En décrivant ainsi cet indicateur en forme typique ou évocatrice, nous laissons la possibilité d’évaluer l’aléa diagnostic. La présence de la tuberculose n’est pas inattendue, le cas le plus ancien étant identifié à ce jour vers 7000 av. J.-C. sur le territoire de l’actuel Israël (Hershkovitz et al., 2008). La diffusion en Europe serait concomitante des migrations néolithiques (Roberts, 2015). Cependant, la littérature ne rapporte que peu de cas pour le Second âge du Fer, de surcroit isolés au sein de nécropoles : un cas d’arthrite de hanche à Bucy-le-Long “L’Héronnière – La Fosse Tounise” (02), un cas possible d’ostéoarthropathie hypertrophiante à Jort “Rue Paul-Duhomme” (14) et un autre cas possible associant des altérations costales endo- viscérales et des lésions serpigineuses endocrâniennes à Vadenay “L’Étau” (51) (Martin, 2009 ; Kacki, 2018 ; Boursier et al., 2021). Cette faible prévalence apparente dans la littérature est possiblement un biais, lié à l’absence de recherche spécifique pour cette période.

28Il semble difficile d’imaginer que les contemporains des individus étudiés aient pu faire un lien direct entre différentes formes de tuberculose. Il n’est donc pas possible d’imaginer que la tuberculose ait pu être un critère pour engendrer un dépôt de corps en silo. Mais ces résultats pourraient soulever l’hypothèse d’une sélection d’individus présentant un tableau clinique avec une expression symptomatologique particulière pour être placés dans les silos.

29Le cas le plus emblématique de notre travail, où l’on retrouve une expression symptomatologique commune, est le silo de Frépillon “ZAC des Épineaux 3, secteur A” (95), duquel deux sujets pathologiques ont été exhumés (Touquet, 2020). Le sujet 285.1 présente un ensemble de lésions évoquant un scorbut. L’expression clinique dans ce cadre serait une association de trouble de la marche, d’altération de l’état général, des troubles de la concentration, très similaires aux symptômes attendus pour le deuxième individu trouvé au sein du même silo (sujet 285.2) qui présente des lésions évoquant la tuberculose. On trouve donc dans un même silo deux individus dont l’examen paléopathologique met en évidence des lésions partageant des symptômes similaires, interrogeant sur l’hypothèse qu’un des critères de sélection soit la “maladie”. À l’inverse, l’absence de cas pathologiques identifiables pour plusieurs silos (Le Mesnil-Aubry “Le Bois Bouchard IV”, 95 ; Villiers-le-Bel “Déviation RD10-370”, 95 ; Gonesse “Zac des Tulipes Nord”, 95) ne remet pas en cause l’hypothèse d’une sélection, car la “maladie” est avant tout un concept social et laisse rarement une trace sur le squelette. Sa validation passerait néanmoins par un examen plus général du profil paléopathologique des populations du Second âge du Fer, sur l’ensemble des sites d’inhumations, en contextualisant les découvertes et en y associant un regard clinique des cas.

30Au final, nos résultats mettent en évidence un ensemble de cadres nosologiques dont la fréquence semble particulièrement élevée, interrogeant sur une sélection particulière d’individus. Si l’existence de critères de sélection ne peut être confirmée au décours de ce travail, l’étude de la pathologie semble avoir une place particulière pour les approcher.

Conclusion

  • 2 Les formes extra-pulmonaires représentent 10 à 15 % des tuberculoses et les formes osseuses et ar (...)

31En s’interrogeant sur l’état sanitaire d’un groupe d’individus à l’échelle locale, datant du Second âge du Fer et partageant un même mode d’inhumation, le silo, on soulève la difficulté du choix des indicateurs susceptibles de nous apporter une compréhension sur les conditions de vie et les stress auxquels ils ont été soumis. Nous avons ainsi déterminé préalablement plusieurs cadres nosologiques permettant d’aborder la présence de troubles physiologiques dont la localisation osseuse est accessible à l’anthropologue, l’étiologie acceptée et associée à un retentissement symptomatique suffisamment important pour envisager une conscience sociale du trouble. Les résultats mettent en évidence une forte proportion de lésions traumatiques ante- mortem, ainsi qu’une prévalence élevée de cas évoquant une atteinte tuberculeuse, mais c’est la présence d’impotence fonctionnelle, décrite à partir de critères ostéologiques précis, qui est l’indicateur le plus marqué. La prévalence élevée de la tuberculose, malgré le risque d’aléa diagnostic, reste nettement supérieure à celle attendu dans le cadre d’un recrutement naturel2. Ces résultats pourraient évoquer la réalisation d’une sélection d’individus sur des critères qui n’apparaissent pas clairement à ce jour. Ainsi, il serait intéressant d’étudier l’hypothèse d’un état pathologique socialement marquant comme moteur de sélection. Mais la surreprésentation d’atteintes osseuses peut avoir d’autres origines, comme un prélèvement d’individus issus d’une classe sociale particulièrement exposée à des stress ou comme un recours à ce mode de dépôt dans une situation particulière générée par une période d’instabilité. Il reste que ce travail se limite à un territoire restreint. Aussi, nous ne pouvons pas l’extrapoler à l’ensemble de la zone culturelle. Pour cela, il faudra élargir la zone d’étude et prendre en compte l’ensemble des pratiques mortuaires. Cette approche paléopathologique des inhumés en silos du Second âge du Fer a permis de mettre en place une méthodologie à travers des indicateurs sanitaires adaptés à l’anthropologie et constitue donc bien une étape préliminaire à un travail de plus grande envergure.

Haut de page

Bibliographie

ANAES (2002) Construction et utilisation des indicateurs dans le domaine de la santé. Principes généraux [https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2009-10/construction_et_utilisation_des_indicateurs_dans_le_domaine_de_la_sante_-_principes_generaux_guide_2002.pdf]

Basset C (2019) Des confluences à l’estuaire : modalités d’occupation des territoires du bassin versant de la Seine en aval de Paris au cours de l’âge du Fer : environnement, économie et société. Mémoire de doctorat en Archéologie, Ethnologie, Préhistoire. Université Paris 1, Paris, 781 p

Berner M, Pany-Kucera D, Doneus N et al (2021) Challenging definitions and diagnostic approaches for ancient rare diseases: The case of poliomyelitis. International Journal of Paleopathology 33:113-127 [https://doi.org/10.1016/j.ijpp.2021.04.003]

Bonnabel L (2012) Archéologie de la mort en France, Paris, La Découverte, Archéologies de la France, 173 p

Boursier F, Lefebvre R, Bougault D et al (2021) Malnutrition infantile à la fin de la période laténienne : l’apport de l’examen paléopathologique de la nécropole de Jort (Calvados, Normandie, France). Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 33(1) [https://doi.org/10.4000/bmsap.7445]

Brickley M, Mays S, Georgec M et al (2018) Analysis of patterning in the occurrence of skeletal lesions used as indicators of vitamin D deficiency in subadult and adult skeletal remains. International Journal of Paleopathology 23:43-53 [https://doi.org/10.1016/j.ijpp.2018.01.001]

Buikstra J (2019) Ortner’s identification of pathological conditions in human skeletal remains, 3rd ed, Academic Press, London, 839 p

Cappella A, Amadasi A, Castoldi A et al (2014) The difficult task of assessing perimortem and postmortem fractures on the skeleton: A blind test on 210 fractures of known origin. Journal of Forensic Sciences 59(6):1598-1601 [https://doi.org/10.1111/ 1556-4029.12539]

Conrad P, Baker K (2010) The Social Construction of Illness: Key Insights and Policy Implications. Journal of Health and Social Behavior 51:67-79 [https://doi.org/10.1177/0022146 510383495]

Cormier A, Buikstra J (2021) Thundering hoofbeats and dazzling zebras: A model integrating current rare disease perspectives in paleopathology. International Journal of Paleopathology 33:196-208 [https://doi.org/10.1016/j.ijpp.2021.04.010]

Delattre V, Séguier J-M (2007) Du cadavre à l’os sec : manipulations de corps à caractère cultuel à l’Âge du Fer dans le territoire sénon. In: Baral P, Daubigney A, Dunning C et al (éd) L’âge du Fer dans l’arc jurassien et ses marges, Actes du XXIXe colloque de l’AFFEAF, Presses universitaires de Franche-Comté, Besançon, pp 605-620

Delattre V (2010) Les dépôts en silos laténiens : une pratique cultuelle ? Dépôts atypiques et manipulations de corps au Second âge du Fer : l’exemple de la confluence Seine-Yonne (Seine-et-Marne). In: Baray L, Boulestin B (dir) Morts anormaux et sépultures bizarres : les dépôts humains en fosses circulaires ou en silos du Néolithique à l’âge du Fer, Actes de la IIe table ronde interdisciplinaire “Morts anormaux et sépultures bizarres : questions d’interprétation en archéologie funéraire”, 29 mars-1er avril 2006, Sens. Éditions universitaires de Dijon, Collection Art, Archéologie et Patrimoine, pp 113-126

Delattre V, Auxiette G, Pinard E (2018) Quand le défunt échappe à la nécropole. Supplément à la Revue Archéologique de l’Est 46, 145 p

Devriendt W, Leroy-Langelin E, Sergent A (2012) Deux cas de dépôt humain en silo sur le site de Lauwin-Planque (Nord). Revue du Nord - No 17 Hors-série Collection Art et Archéologie, pp 91-108

Fain O (2005) Manifestations rhumatologiques du scorbut. Revue du Rhumatisme 72:201-206 [https://doi.org/10.1016/j.rhum.2004.01.007]

Goodman A (1993) On the Interpretation of Health from Skeletal Remains. Current Anthropology 34(3):281-288 [https://doi.org/ 10.1086/204170]

Ginoux N (2009) Élites guerrières au nord de la Seine au début du 3e siècle av. J.-C. In: La nécropole celtique du Plessis-Gassot (Val-d’Oise), Villeneuve d’Ascq. Université Charles de Gaulle, Lille (Revue du Nord, Hors Série, Collection Art et Archéologie 15), 159 p

Ginoux N (2017) Organisation et structuration territoriale des Parisii continentaux. État de la recherche. Études Celtiques 43:7-34

Hershkovitz I, Greenwald C, Latimer B et al (2002) Serpens endocrania symmetrica (SES): A new term and a possible clue for identifying intrathoracic disease in skeletal populations. American Journal of Physical Anthropology 118:201-216 [https://doi.org/10.1002/ajpa.10077]

Hershkovitz I, Donoghue H, Minnikin D et al (2008) Detection and molecular characterization of 9000-year old Mycobacterium tuberculosis from a Neolithic settlement in the Eastern Mediterranean. PLoS ONE 3(10):e3426 [https://doi.org/10.1371/journal.pone.0003426]

Ikemoto T, Arai Y (2018) Locomotive syndrome: clinical perspectives. Clinical Intervention in Aging 13:819-827 [https://doi.org/ 10.2147/CIA.S148683]

Kacki S (2018) Atteintes pathologiques du sujet de la tombe 23. In: Chossenot M, Chossenot D, Delémont M (dir) La nécropole et les silos de Vadenay “L’Étau” (Marne). Bulletin de la société archéologique champenoise 111(4), pp 100-105

Le Forestier C (2009) Pluralité des gestes funéraires pendant la période de La Tène à Bobigny (Seine-Saint-Denis). In: Pinard E, Desenne S (dir) Actes de la table ronde “Les gestuelles funéraires au second âge du Fer” tenue à Soissons les 6 et 7 novembre 2008, Revue Archéologique de Picardie 3-4:129-137

Le Forestier C, Proust C (2010) L’appareillage d’un sujet atteint d’une maladie musculaire à Bobigny (Seine-Saint-Denis). In: Delattre V, Sallem R (dir) Décrypter la différence : lecture archéologique et historique de la place des personnes handicapées dans les communautés du passé, CQFD édition, Paris, pp 121-124

Maczel M (2003) “Sur les traces de la tuberculose” Critères diagnostiques des atteintes tuberculeuses du squelette humain et leur application dans les séries anthropologiques hongroises et françaises. Thèse de doctorat du IIIe cycle, Université Aix-Marseille, 286 p

Malrain F, Blancquaert G, Lhoro T (2013) L’habitat rural du second âge du Fer. Rythmes de création et d’abandon au nord de la Loire. Recherches Archéologiques 7, CNRS Éditions / Inrap, Paris, 263 p

Mariotti V, Zuppello M, Pedrosi M et al (2015) Skeletal evidence of tuberculosis in a modern identified human skeletal collection (Certosa cemetery, Bologna, Italy). American Journal of Physical Anthropology 157:389-401 [https://doi.org/10.1002/ajpa.22727]

Martin G (2009) IV. 3. Paléo-pathologie. In: Revue archéologique de Picardie. Numéro spécial 26-1. Bucy-Le-Long (Aisne). Une nécropole de La Tène ancienne (Ve-IVe siècle avant notre ère). Volume I. Présentations et études : une approche de la population, des sépultures et du mobilier, pp 185-196

Mays S (2020) A dual process model for paleopathological diagnosis. International Journal of Paleopathology 31:89-96 [https://doi.org/10.1016/j.ijpp.2020.10.001]

Nakamura K, Ogata T (2016) Locomotive syndrome: definition and management. Clinical Reviews in Bone and Mineral Metabolism 14:56-67 [https://doi.org/10.1007/s12018-016-9208-2]

OMS (2015) Liste mondiale de référence des 100 indicateurs sanitaires de base. Organisation mondiale de la Santé [https://apps. who.int/iris/handle/10665/204687]

Ortner D, Bitler W, Cafarella J et al (2001) Evidence of probable scurvy in subadults from archeological sites in North America. American Journal of Physical Anthropology 114:343-353 [https://doi.org/10.1002/ajpa.1046]

Pariat JG, Simon I (2018) Squelettes complets, subcomplets et restes humains épars en contexte d’habitat au second Âge du Fer. In: Touquet Laporte-Cassagne C (dir) Les sites ruraux du second âge du Fer dans le bassin versant du Crould en Val-d’Oise et ses marges, Supplément à la Revue archéologique d’Île-de-France 5, pp 507-524

Pigrau-Serrallach C, Rodrıguez-Pardo D (2013) Bone and joint tuberculosis. European Spine Journal 22:556-566 [https://doi. org/10.1007/s00586-012-2331-y]

Pinard E (2010) Les dépôts humains dans les structures désaffectées d’habitats : du Bronze ancien à La Tène finale en Picardie et Nord-Pas-de-Calais. In: Baray L, Boulestin B (dir) Morts anormaux et sépultures bizarres : les dépôts humains en fosses circulaires ou en silos du Néolithique à l’âge du Fer, Actes de la IIe table ronde interdisciplinaire “Morts anormaux et sépultures bizarres : questions d’interprétation en archéologie funéraire”, 29 mars-1er avril 2006, Sens. Éditions universitaires de Dijon, Collection Art, Archéologie et Patrimoine, pp 127-137

Roberts C (2000) Trauma in biocultural perspective: past, present and future work in Britain. In: Cox M, Mays S (eds) Human Osteology: in Archeology and Forensic Science. Greenwich Medical Media, London, pp 337-356

Roberts C (2015) Old World tuberculosis: Evidence from human remains with a review of current research and future prospects. Tuberculosis 95:117-121 [https://doi.org/10.1016/j.tube.2015. 02.018]

Roberts C (2019a) Infectious disease: Introduction, periostosis, periostitis, osteomyelitis and septic arthritis. In: Buikstra J (2019) Ortner’s identification of pathological conditions in human skeletal remains, 3rd ed. Academic Press, London, pp 285-319

Roberts C. (2019b) Bacterial infections. In: Buikstra J (2019) Ortner’s identification of pathological conditions in human skeletal remains, 3rd ed. Academic Press, London, pp 320-439

Snoddy A, Buckley H, Elliot G et al (2018) Macroscopic features of scurvy in human skeletal remains: A literature synthesis and diagnostic guide. American Journal of Physical Anthropology 167:876-895 [https://doi.org/10.1002/ajpa.23699]

Spekker O, Schultz M, Paja L et al (2020) Tracking down the White Plague. Chapter two: The role of endocranial abnormal blood vessel impressions and periosteal appositions in the paleopathological diagnosis of tuberculous meningitis. PLoS ONE 15(9): e0238444 [https://doi.org/10.1371/journal.pone.0238444]

Temple D, Goodman A (2014) Bioarcheology has a “health” problem: conceptualizing “stress” and “health” in bioarcheological research. American Journal of Physical Anthropology 155: 186-191 [https://doi.org/10.1002/ajpa.22602]

Touquet Laporte-Cassagne C, Derreumaux M, Jouanin G et al (2018) Les occupations laténiennes du Mesnil-Aubry “Le Bois Bouchard IV” (Val-d’Oise). In: Touquet Laporte-Cassagne C (dir) Les sites ruraux du second âge du Fer dans le bassin versant du Crould en Val-d’Oise et ses marges, Supplément à la Revue archéologique d’Île-de-France 5, pp 199-255

Touquet C (2020) Frépillon “ZAC des Épineaux 3, secteur A”. Rapport de fouille archéologique préventive, Sdavo / Sra Île-de-France, Paris

Viand A (2008) Nanterre et les Parisii. Une capitale au temps des Gaulois ? Catalogue d’exposition, Paris.

Ververs M, Muriithi JW, Burton A et al (2019) Scurvy outbreak among South Sudanese adolescents and young men - Kakuma Refugee Camp, Kenya, 2017-2018. Morbidity and Mortality Weekly Report 68(3):72-75 [http://dx.doi.org/10.15585/mmwr. mm6803a4]

Wood J, Milner G, Harpending H et al (1992) The osteological paradox: Problems of inferring Prehistoric health from skeletal samples. Current Anthropology 33:343-370 [https://doi.org/10. 1086/204084]

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Critères du scorbut et valeur diagnostic selon Snoddy 2018

Annexe 2. Critères du rachitisme selon Brickley et al. 2018

Critères retenus pour les immatures :

- Cranial vault porosity
- Orbit porosity
- Rib flaring
- Lower limb deformity
- Metaphyseal flaring
- Long bone thickening
- Long bone porosity underlying long bone growth plate

Critères retenus pour les individus matures :

- Rib curvature
- Rib spicular bone/pseudofracture
- Sternal curvature
- Scapula curvature
- Vertebral body compression fracture
- Curvature of vertebral column
- Long bone bending

Haut de page

Notes

1 Nous nous basons pour le diagnostic des tumeurs blanches sur les descriptions de C. Roberts dans Ortner’s Identification of Pathological Conditions in Human Skeletal Remains (Buikstra, 2019).

2 Les formes extra-pulmonaires représentent 10 à 15 % des tuberculoses et les formes osseuses et articulaires représentent 2 à 4,5 % des tuberculoses (Pigrau-Serrallach, 2013).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Distribution des silos recelant des squelettes humains dans l’aire d’étude (fonds IGN, licence ouverte) | Distribution of silos containing human skeletons in the study area (open licence)
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7818/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 2
Légende Silo gaulois fouillé à 50 % sur un diagnostic d’archéologie préventive à Sarcelles (CD 95, SDAVO) | Latenian silo with 50% excavated following a preventive archaeology diagnosis in Sarcelles (CD 95, SDAVO)
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7818/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 823k
Titre Tableau 1
Légende Opérations archéologiques prises en compte dans l’aire d’étude | Archaeological operations taken into account in the study area
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7818/img-3.png
Fichier image/png, 472k
Titre Tableau 2
Légende Inventaire des datations sur os humain par individu | Inventory of human bone dating per individual
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7818/img-4.png
Fichier image/png, 235k
Titre Tableau 3
Légende Inventaire des inhumés en silos dans le nord francilien | Description of grave silos in the northern Paris area
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7818/img-5.png
Fichier image/png, 602k
Titre Tableau 4
Légende Nombre de cas pathologiques par cadres nosologiques généraux | Number of pathological cases according to general nosological frameworks
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7818/img-6.png
Fichier image/png, 145k
Titre Tableau 5
Légende Description des pathologies en fonction des cadres nosologiques étudiés | Description of pathologies according to the nosological frameworks studied
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7818/img-7.png
Fichier image/png, 223k
Titre Figure 3
Légende Arthrite septique hanche droite, individu Si 285.2, Frépillon - ZAC des Épineaux (95) | Septic arthritis of the right hip, Individual Si 285.2, Frépillon - ZAC des Épineaux (95)
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7818/img-8.png
Fichier image/png, 822k
Titre Figure 4
Légende Lésions serpigineuses endo-crâniennes, individu Si 285.2, Frépillon - ZAC des Épineaux (95) | Vascular lesions of the inner table of the skull, individual Si 285.2, Frépillon - ZAC des Épineaux (95)
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7818/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Figure 5
Légende Abcès vertèbres thoraciques, individu 1005, Roissy-en-France - Le Dessus de la Rayonnette (95) | Abscess of thoracic vertebrae, individual 1005, Roissy-en-France - Le Dessus de la Rayonnette (95)
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7818/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/7818/img-11.png
Fichier image/png, 705k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Boursier, Jean-Gabriel Pariat et Élodie Wermuth, « Étude du profil pathologique des inhumés en silos du nord-ouest francilien au Second âge du Fer »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 33 (2) | 2021, mis en ligne le 28 septembre 2021, consulté le 28 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/7818 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.7818

Haut de page

Auteurs

Frédéric Boursier

Centre Hospitalier de Gonesse, Val d’Oise, France ; UMR 7206 Eco-Anthropologie, équipe ABBA, MNHN-CNRS-Université de Paris Diderot, Musée de l’Homme, Paris, France ; https://orcid.org/0000-0002-8612-6557 ; frederic.boursier[at]ch-gonesse.fr

Articles du même auteur

Jean-Gabriel Pariat

UMR 7206 Eco-Anthropologie, équipe ABBA, MNHN-CNRS-Université de Paris Diderot, Musée de l’Homme, Paris, France ; Service départemental d’archéologie du Val d’Oise, Pontoise, France

Articles du même auteur

Élodie Wermuth

Eveha, études et valorisation archéologique, La Chapelle-Saint-Luc, France ; UMR 7268 ADES, Aix-Marseille Univ., Marseille, France

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les contenus des Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search