Navigation – Plan du site

AccueilLes journées de la SAP34(S)Résumés des journées 2022Étude des restes humains d’Atifu,...

Résumés des journées 2022

Étude des restes humains d’Atifu, un  “guerrier” samoan décédé en Belgique au XIXe siècle

Study of the human remains of Atifu, a Samoan “warrior” who died in Belgium in the 19th century
Caroline Polet, Caroline Tilleux, Aurore Mathys, Serge Lemaitre et Martine Vercauteren

Texte intégral

1Cette présentation s’intègre dans le projet HOME (Human Remains Origin(s) Multidisciplinary Evaluation) dont le but est de donner un cadre juridique aux collections de restes humains de Belgique et de standardiser les mesures à prendre en cas de demande de rapatriement. Nous avons réalisé l’étude des restes d’Atifu, “guerrier” de l’île Tutuila (Samoa) décédé à Bruxelles en avril 1890 et autopsié par Émile Houzé (membre fondateur de la société d’anthropologie de Bruxelles). Ce Samoan, après un séjour aux États-Unis d’août à octobre 1889, était arrivé en Europe avec huit de ses compatriotes et devait retourner chez lui trois ans plus tard. Houzé avait eu l’occasion de les examiner lors de leur passage au musée Castan à Bruxelles. Dans sa publication reprenant leur examen anthropométrique détaillé, il donne la cause de décès d’Atifu (la rougeole) et mentionne qu’il était également atteint de tuberculose. Les vestiges anthropologiques d’Atifu consistent en un squelette presque complet et une partie de sa peau (depuis la ceinture jusqu’aux genoux). Celle-ci fut prélevée en raison des tatouages qu’elle présentait et fut naturalisée. L’étude anthropologique confirme que le squelette appartient bien à un individu masculin de plus d’1,70 m et d’origine polynésienne. Notre analyse met également en évidence une fracture guérie du premier métacarpien gauche et une asymétrie marquée des clavicules. Nous n’avons toutefois observé aucun signe osseux de tuberculose. Un modèle 3D de la partie naturalisée a été réalisé en lumière blanche ainsi qu’en lumière infrarouge. L’utilisation de la lumière infrarouge a pour but d’apporter un regard nouveau sur les tatouages. Outre l’intérêt anthropologique généré par une telle étude, elle prend une dimension toute particulière lorsqu’elle est remise en contexte des “zoos humains” et de la poignante histoire de ces individus déplacés pour assouvir la curiosité d’un public en quête d’exotisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Polet, Caroline Tilleux, Aurore Mathys, Serge Lemaitre et Martine Vercauteren, « Étude des restes humains d’Atifu, un  “guerrier” samoan décédé en Belgique au XIXe siècle »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 34(S) | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/9222 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.9222

Haut de page

Auteurs

Caroline Polet

Direction Opérationnelle Terre et Histoire de la Vie, Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, Belgique
cpolet[at]naturalsciences.be

Articles du même auteur

Caroline Tilleux

Musées Royaux d’Art et d’Histoire, Bruxelles, Belgique

Aurore Mathys

Service Scientifique Patrimoine, Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, Belgique ; Gestion des Collections biologiques, Musée royal de l’Afrique centrale,Tervuren, Belgique

Serge Lemaitre

Musées Royaux d’Art et d’Histoire, Bruxelles, Belgique

Martine Vercauteren

Anthropologie et génétique humaine, Université Libre de Bruxelles, Bruxelles, Belgique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search