Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34 (1)Articles thématiquesHuaca Amarilla, un espace funérai...

Articles thématiques

Huaca Amarilla, un espace funéraire andin unique dédié à l’inhumation de fœtus, de nouveau-nés, de nourrissons et de jeunes enfants du IXe au XVe siècle (Désert de Sechura, Pérou)

Huaca Amarilla, a unique Andean grave site dedicated to burials of foetuses, newborns, infants and young children from the 9th to the 15th century CE (Sechura Desert, Peru)
Lucie Dausse, Elise Dufour, Christine Lefèvre, Clarissa Cagnato, Belkys Gutiérrez, Segundo Vásquez et Nicolas Goepfert

Résumés

Le site de Huaca Amarilla, situé dans le désert de Sechura au nord du Pérou, a livré un ensemble funéraire singulier utilisé entre le IXe et le XVe siècle. Il se compose de 112 individus immatures (70 provenant de contextes funéraires fouillés et 42 de vestiges dispersés) dont l’âge au décès a été estimé entre 24 semaines d’aménorrhées et 7 ans, et d’un seul adulte. La sélection d’une méthode fiable pour estimer l’âge au décès de la population inhumée est au cœur de la réflexion menée sur la relation entre les vivants et les morts afin de documenter la place des jeunes individus dans les sociétés Lambayeque-Sicán, Chimú, puis des Incas. La tradition d’inhumer avec soin des fœtus, des nouveau-nés, des nourrissons et des enfants en bas âge autour d’une plateforme à proximité d’une zone domestique pose la question des interactions entre les habitants du site et leurs jeunes défunts durant plusieurs siècles.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cette note fait suite à une communication présentée lors des 1846es journées de la Société d’Anthropologie de Paris dans le cadre de la session "Entre vivants et morts : regards croisés sur une frontière relative et fluctuante"

Texte intégral

Introduction

1La culture Lambayeque-Sicán s’est développée sur la côte nord péruvienne entre les vallées de Piura et Chicama du IXe au XIVe siècle (Shimada, 1995). Elle s’illustre par de vastes complexes monumentaux et notamment le Bosque de Pómac situé dans la vallée de La Leche. Cet ensemble s’organise autour d’une dizaine de pyramides en adobes situées dans un espace de 350 ha progressivement abandonné au XIIe siècle pour le complexe de Túcume et ses 26 pyramides. Ce pouvoir régional devient dépendant de l’expansion de la culture Chimú vers 1350. Cette culture est désormais installée sur l’ensemble de la côte nord et centrale péruvienne avec sa capitale Chan Chan, située dans la vallée de Moche. Ces populations côtières sont finalement conquises par les Incas vers 1470 jusqu’au début de la conquête espagnole en 1532. Les études anthropologiques menées sur les sujets immatures de ces populations préhispaniques se sont principalement focalisées sur la thématique du sacrifice des enfants chez les Mochicas (Bourget, 2001), les Lambayeque-Sicán (Klaus et al., 2010), les Chimú (Prieto et al., 2019) et les Incas (Reinhard et Ceruti, 2010).

2Les premières recherches archéologiques menées dans le désert de Sechura situé à l’extrême nord du Pérou ont été réalisées par l’équipe de M. Cárdenas en 1975-1976 afin de documenter les occupations préhispaniques de cette zone géographiquement isolée (Cárdenas et al., 1991 ; 1993). La collecte de crânes humains sur les sites d’Avic et dans deux cavités rocheuses de Nunura a permis d’analyser les premières déformations crâniennes et trépanations des habitants de la région (Vivar Anaya, 1993), mais aussi d’étudier leurs pratiques funéraires avec la fouille de quatre sépultures sur le site de Huaca Grande (Cárdenas et al., 1991 ; 1993). Les quatre campagnes de fouilles réalisées de 2015 à 2018 dans le cadre du programme de recherche pluridisciplinaire franco-péruvien Programme Archéologique Désert de Sechura ont mis au jour trois secteurs du site de Huaca Amarilla. Une occupation du IXe au XVe siècle a ainsi pu être documentée pour cet établissement préhispanique localisé en bordure de la baie de Nunura (Goepfert et al., 2018). Les populations Lambayeque-Sicán, puis Chimú et Chimú-Inka, se sont successivement installées au sommet d’une petite terrasse d’une dizaine de mètres de hauteur à seulement 700 m de l’océan occupant le site durant près de six siècles. Huaca Amarilla s’organise autour de deux structures en pierres : la première structure (secteur 1) est considérée comme la résidence d’une élite locale, alors que la seconde (secteur 2) semble dédiée à la préparation et au stockage des denrées alimentaires. Les nombreux restes de faune (malacofaune et poissons), de charbons et de céramiques visibles en surface à l’ouest des deux structures ont permis de définir initialement cette zone comme un dépotoir (secteur 3). La découverte de murs, pièces et patios, foyers, jarres et de 71 sépultures sont des éléments qui ouvrent de nouvelles perspectives sur les modalités d’occupation de cet espace qui semble être à la fois une zone domestique et un secteur funéraire (figure 1).

Figure 1

Figure 1

Secteur 3 du site de Huaca Amarilla avec une aire domestique organisée autour de trois patios, de plusieurs pièces quadrangulaires et d’un couloir menant à une zone de stockage avec quatre jarres semi-enterrées, et une aire funéraire de 150 m2 (rectangle en pointillé) autour de la plateforme (rectangle) |
Sector 3 of Huaca Amarilla with a domestic area organized around three patios, several quadrangular rooms and a corridor leading to a storage area with four semi-buried jars, and a burial area of 150 m2 (dotted rectangle) around the platform (rectangle)

N. Goepfert

3La découverte à Huaca Amarilla de plusieurs dizaines de sépultures de fœtus, de nourrissons et de très jeunes enfants implique tout d’abord la sélection d’une méthode fiable pour estimer l’âge au décès de ces individus décédés au cours de leur vie fœtale ou périnatale tout en gardant une continuité avec l’échantillon de jeunes enfants âgés de 0 à 7 ans. L’identification des spécificités funéraires en relation avec l’âge au décès est menée à partir de l’analyse des dispositifs funéraires et des gestes liés à l’inhumation de cette jeune population afin d’appréhender l’intégration des plus jeunes dans les sociétés préhispaniques des Andes centrales. Enfin, la proximité des sépultures avec des lieux de vie amène une réflexion sur le lien qu’entretenaient les habitants du site avec leurs défunts à travers la lecture spatiale et chronologique des vestiges funéraires et domestiques.

Le recrutement de l’ensemble funéraire

Les biais méthodologiques

4La présente étude a été confrontée à différents biais méthodologiques. Le premier est lié aux processus de conservation différentielle montrant que les os non épiphysés riches en tissu spongieux sont plus sensibles aux agents taphonomiques (Bello et al., 2002 ; Cambra, 2016), notamment chez les enfants âgés de 0 à 4 ans, en particulier entre 0 et 1 an (Guy et Masset, 1997). Le corpus de sépultures se compose de 71 inhumations dont 70 d’individus immatures et une d’adulte. Les deux tiers des squelettes immatures sont très bien représentés : 35 % sont complets ou quasi complets (n=25), 35 % sont très bien représentés (n=25), 16 % sont à moitié représenté (n=11) et seulement 14 % ne sont représentés que par quelques os (n=10). Cette représentativité est à mettre en relation avec la profondeur d’enfouissement des contextes funéraires. La longueur diaphysaire de certains os longs est bien corrélée à l’âge pour les individus les plus jeunes (Sellier et al., 1997 ; Adalian, 2001), mais l’étude à partir d’un seul élément anatomique n’est pas envisagée à la Huaca Amarilla en raison de la nature de l’échantillon et de la conservation différentielle des éléments anatomiques. Dans l’échantillon d’individus inhumés, 27 % sont représentés par leurs 12 os longs (n=8), 33 % par chaque type d’os long (n=10) et 40 % par moins de 6 os longs (n=12), soit 60 % des individus dont l’âge diaphysaire peut être estimé avec fiabilité. La fragmentation concerne principalement les côtes et la tête osseuse des plus jeunes, en raison de l’absence d’ossification des sutures crâniennes.

5Le deuxième biais est lié à la stratégie de terrain qui doit être adaptée à l’identification et à la fouille de ces contextes funéraires particuliers (Tillier et Duday, 1990). À Huaca Amarilla, les inhumations trop proches de la surface ont été perturbées à l’époque préhispanique ou par les pillages modernes. Le tamisage systématique du sédiment de surface a permis de collecter 1507 restes osseux épars qu’il faut ajouter à ceux des 71 inhumations. Parmi ces vestiges osseux, 153 sont des os longs des membres supérieurs et inférieurs. Leur distribution est homogène (16 à 23 %) sauf pour les fibulas qui ne représentent que 5 % de l’effectif. Leur latéralisation indique que le côté droit est autant représenté que le côté gauche. Le choix d’une collecte systématique des os épars sur le terrain a permis d’augmenter l’effectif d’environ 30 % et d’optimiser les données biologiques indispensables dans l’analyse du recrutement funéraire.

6Le troisième biais méthodologique est lié à l’observation des phénomènes de minéralisation et d’éruption dentaires et de la croissance osseuse pour estimer l’âge au décès des fœtus et des nourrissons. En effet, les échantillons de référence sont modernes et les méthodes disponibles ne prennent pas en compte la variabilité interindividuelle et inter-populationnelle (Bruzek et al., 1997 ; Guihard-Costa et al., 2000). La croissance fœtale et postnatale est contrainte par de nombreux facteurs individuels (le patrimoine génétique, les facteurs épigénétiques, le sexe, les pathologies fœtales), des facteurs maternels et populationnels (les pathologies et l’anatomie maternelle, la durée de gestation, les grossesses gémellaires, l’alimentation, le niveau socio-économique, le comportement des proches), et des facteurs environnementaux et séculaires (milieu naturel, climat, exposition à des agents tératogènes, variations sur le temps long) (Humphrey et King, 2000 ; Partiot, 2020).

7Enfin, notre étude rencontre un biais d’ordre bibliographique, lié au faible nombre d’études anthropologiques spécifiques sur les pratiques funéraires des enfants en bas âge et des nouveau-nés disponibles au Pérou en raison de l’intérêt récent porté à la thématique infantile (Tomasto et Makowski, 2007 ; Marsteller et Marcone, 2012). Lorsqu’elles existent, ces études intègrent souvent la catégorie unique des sub-adultes avec la mention non systématique des nouveau-nés sans aucune précision.

L’estimation de l’âge au décès

  • 1 La mortalité intra-utérine ou fœtale débute dès la période embryonnaire c’est-à-dire dès la concept (...)
  • 2 La mortalité périnatale d’abord définie entre la 28e semaine d’aménorrhée (s.a.) et le 7e jour post (...)
  • 3 La mortalité infantile se divise en deux périodes : la mortalité néonatale comprise entre la naissa (...)

8Un des principaux enjeux de cette étude est la sélection de méthodes fiables pour estimer l’âge au décès des individus décédés au cours de leur vie fœtale1, périnatale2 ou infantile3 (Corron, 2016).

9C’est au XIXe siècle que se sont multipliées les études sur la mesure des os longs, la clavicule et la mandibule, ayant pour objectif d’être utilisées dans le cadre d’analyses médico-légales (Béclard, 1819 ; Ollivier, 1836 ; Billard, 1837 ; 1842 ; Borri, 1895). Les études biométriques sur le fœtus humain se développent au siècle suivant avec l’utilisation de différents supports : les mesures anatomiques directes, les mesures osseuses directes, les analyses au rayon X et, dès la fin des années 1990, les mesures échographiques. Nous avons sélectionné différentes méthodes françaises et européennes car aucune méthode n’était disponible dans notre région d’étude. Elles se fondent sur les mesures squelettiques et permettent de comparer des populations aux origines géographiques différentes, des collections de référence aux effectifs variés, un mode de calcul des âges qui se perfectionne et un intervalle de confiance qui s’affine au fil du temps (tableau 1).

Tableau 1

Tableau 1

Sélection de méthodes d’estimation de l’âge au décès d’individus décédés en période périnatale applicables sur os sec (s.a. : semaine d’aménorrhée) |
Methods for estimating the age at death of individuals who died in the perinatal period, applicable to dry bone (s.a.: weeks of amenorrhea)

10L’article Études anthropologiques sur le fœtus humain, publié il y a tout juste un siècle par Balthazard et Dervieux (1921), compte parmi les plus anciennes publications de référence pour l’estimation de l’âge au décès des périnatals (tableau 1). Les auteurs déterminent l’âge au décès de 25 squelettes retrouvés dans un puits en estimant préalablement leur stature à partir de la longueur diaphysaire de l’humérus, du fémur et du tibia. Les auteurs s’appuient pour cela sur les travaux de Corrado (1899), fondés sur une collection de 500 fœtus, l’origine de cette collection n’étant cependant pas documentée.

11Olivier et Pineau (1958) présentent de nouvelles équations pour estimer l’âge d’un embryon ou d’un fœtus en fonction de sa taille ou de son poids (tableau 1). Ils proposent des tables basées sur des lois de croissance prénatale et déterminent que la croissance embryonnaire est allométrique alors que la croissance fœtale est une fonction logarithmique du temps. Leur formule s’applique non seulement pour la mesure vertex-coccyx (taille assis) mais aussi pour la mesure des os longs (taille debout) d’une quarantaine de fœtus. En 1960, ils proposent une correction des formules utilisées par Balthazard et Dervieux (1921) en insistant sur le fait que tous les os longs sont utilisables et que leurs diaphyses ont une valeur égale pour déterminer la stature fœtale (Olivier et Pineau, 1960). L’origine géographique de leur collection de référence n’est cependant pas renseignée et la fiabilité de leur régression est remise en question par Sellier et al. (1997).

12La méthode la plus couramment utilisée pour estimer l’âge au décès des fœtus et périnatals est celle de Fazekas et Kosa (1978) (tableau 1). Elle fait suite à une série d’articles sur la détermination de l’âge de l’embryon à partir des dimensions du radius (Fazeka et Kosa, 1966a) et des os du bassin (Fazeka et Kosa, 1966b), de la détermination de l’âge du fœtus à partir des os plats (Fazeka et Kosa, 1965a), de la clavicule et de la scapula (Fazeka et Kosa, 1965b), des os des extrémités (Fazeka et Kosa, 1966c), des côtes (Fazeka et Kosa, 1966d), de la masse osseuse de la base du crâne (Fazeka et Kosa, 1967a), de la masse osseuse des os de la face (Fazeka et Kosa, 1967b), de la masse osseuse de la main et du tarse, et de la taille de l’atlas (Fazeka et Kosa, 1967c). La méthode proposée se fonde sur un corpus inédit de 138 fœtus dont l’âge est estimé entre le 3e et le 10e mois lunaire. Il est constitué de 71 garçons et 67 filles mort-nés ou décédés quelques heures après leur naissance, issus de parents sains. Les auteurs ont mesuré l’ensemble des os du squelette et proposent une détermination de l’âge au décès à partir de la stature avec un intervalle de confiance d’un demi-mois lunaire. La fiabilité de cette méthode est garantie uniquement par le fait qu’elle s’appuie sur des paramètres eux-mêmes fortement corrélés à l’âge au décès.

13L’analyse de l’échantillon de Huaca Amarilla s’appuie sur les études de Sellier et al. (1997) et Adalian (2001), basées sur les travaux de Fazekas et Kosa (1978), dont la fiabilité a été améliorée. Sellier et al. (1997) ont publié des régressions calculées à partir de trois collections européennes documentées et numériquement importantes : la collection française d’Olivier et Pineau (1960) composée d’une quarantaine de fœtus, la collection finlandaise de Palkama et al. (1962) constituée de 119 enfants âgés de 0 à 1 an, et certaines formules de la collection hongroise de Fazekas et Kosa (1978) révisée par l’auteur en 1993 (tableau 1). Sa fiabilité est testée sur deux échantillons : 30 fœtus âgés de 3 à 9 mois lunaires révolus provenant d’une maternité nancéienne (Finck, 1921) et 66 enfants blancs américains vivants âgés de 1 à 12 mois révolus (Maresh, 1943) avec un intervalle de confiance à 95 % chez les périnatals et nourrissons et une bonne applicabilité jusqu’à 4 ans. Les formules de Palkama et al. (1962) sont admises pour les enfants âgés de 5 à 12 mois.

14Dans sa thèse, Adalian (2001) propose une méthode fondée sur des mesures radiographiques avec une correction pour l’adapter à une mesure anatomique directe (tableau 1). Il s’appuie sur trois corpus bien documentés : 782 fœtus de sexe et d’âge connus, sans atteinte pathologique, autopsiés au laboratoire d’Anatomie Pathologique du Centre Hospitalier et Universitaire de la Timone à Marseille, 83 fœtus de la collection de l’Institut de Médecine Légale de Szeged (constituée par Fazekas et Kosa, 1978) et 11 périnatals provenant de la façade méridionale de la Chapelle Saint Jean à l’Argentière-la-Bessée (Tzortzis et Séguy, 2008) intégrant ainsi une série archéologique. Il propose une régression linéaire pour chaque os long avec un intervalle de confiance compris entre 90 et 93,4 % et une prédiction de ± 3,33 à ± 4,1 s.a.

15L’estimation de l’âge au décès des enfants de moins d’un an a été réalisée à partir de la croissance osseuse selon Maresh (1970) et celle des enfants de plus de 1 an avec la maturation dentaire selon Ubelaker (1989).

La sélection de la population inhumée

  • 4 Nous avons écarté l’utilisation d’une moyenne entre la valeur la plus faible et la valeur la plus é (...)
  • 5 Les résultats décimaux obtenus avec la méthode de Sellier et al. (1997) ont été classé dans 4 catég (...)
  • 6 La conversion est basée sur une grossesse de 280 jours, 10 mois lunaires ou 9 mois calendaires soit (...)

16Le nombre minimum d’individu (NMI) varie en fonction de la méthode utilisée pour estimer l’âge au décès, en prenant en compte l’ensemble des valeurs les plus élevées obtenues de la longueur diaphysaire des os longs des membres supérieurs et inférieurs4. On décompte 37 individus immatures avec la méthode de Sellier et al. (1997)5 et 42 individus immatures avec celle d’Adalian (2001)6 pour les vestiges épars, auxquels il faut ajouter les 70 immatures et un adulte inhumés.

17La population singulière de Huaca Amarilla se compose de fœtus, de nouveau-nés, de nourrissons et d’enfants de moins de 4 ans, soit presque exclusivement des enfants en bas âge, ce qui traduit une sélection dans le recrutement. On peut observer des différences dans la distribution par âge des périnatals en fonction des méthodes utilisées. Elle s’étend de la 24e s.a. à la naissance selon la méthode Adalian (2001) avec une absence d’individus pour la 25e s.a. et une fréquence maximale à la 36e s.a. La distribution est continue selon le référentiel de Sellier et al. (1997) : elle s’étend de la 29e s.a. jusqu’à la naissance et atteint sa fréquence maximale à la 38e s.a. (figure 2). On note la présence de très jeunes individus, puisque le plus jeune est un fœtus de 24 s.a. soit 6,25 mois lunaires et que cinq fœtus ont un âge compris entre les 24e et 28e s.a. ce qui correspond au 2e trimestre de grossesse. Les effectifs les plus élevés se répartissent entre les 33e et 40e s.a. pour les deux méthodes. La majorité des périnatals est donc décédée au cours des 8e et 9e mois lunaires. Les deux pics enregistrés avec la méthode de Sellier et al. (1997) correspondent à la période du terme de la grossesse et donc de l’accouchement.

Figure 2

Figure 2

Comparaison de la distribution des âges estimés en semaines d’aménorrhée sur le site de Huaca Amarilla selon les méthodes Adalian (2001) et Sellier et al. (1997) |
Comparative distribution of estimated ages in weeks of amenorrhea at the Huaca Amarilla site according to the methods developed by Adalian (2001) and Sellier et al. (1997)

Figure 3

Figure 3

Comparaison de la distribution des âges estimés en semaines d’aménorrhée selon la méthode Adalian (2001) entre l’échantillon de Huaca Amarilla (Pérou, IXe-XVe apr. J.-C.) et quatre populations anciennes : La Ventilla B (Mexique, 100-650 apr. J.-C.), l’île de Saï (Soudan, 1750-1500 av. J.-C.), Provins (France, XIIIe-XVIIIe apr. J.-C.) et Blandy-les-Tours (France, Xe-XIIe apr. J.-C.) |
Comparative distribution of estimated ages in weeks of amenorrhea according to the methods used by Adalian (2001) between the Huaca Amarilla sample (Peru, 9th-15th AD) and four ancient populations: La Ventilla B (Mexico, 100-650 AD), Saï Island (Sudan, 1750-1550 BC), Provins (France, 13th-18th AD) and Blandy-les-Tours (France, 10th-12th AD)

18La population de périnatals de Huaca Amarilla est comparable à celle découverte sur des sites archéologiques appartenant à des aires culturelles éloignées. Un ensemble de 42 périnatals a été découvert dans le quartier de La Ventilla B à Teotihuacan (100-650 apr. J.-C.) au Mexique, mais la mauvaise conservation de leur squelette ne permet d’estimer l’âge que de 15 d’entre eux, entre 30 s.a. et 39 s.a. à partir du fémur (Sempowski et Spence, 1994) (figure 3).

19Il est également intéressant de comparer l’échantillon de Huaca Amarilla avec celui de la nécropole 8B-51 de l’île de Saï au Soudan pour laquelle on observe une distribution similaire avec des fœtus (n=51) âgés de 24 à 26 s.a. et des périnatals jusqu’à la naissance (Partiot, 2018) (figure 3). On note cependant des différences avec l’absence d’individus entre 27 et 35 s.a. dans le corpus de l’île de Saï et une fréquence maximale plus tardive aux 41 et 42 s.a. au lieu de 36 s.a.

20En France, bien que les populations médiévales et modernes des sites de Provins (n=31) et Blandy-les-Tours (n=27) présentent elles aussi un effectif plus faible, leur distribution est similaire à celle de Huaca Amarilla, mais avec une fréquence maximale entre 40 et 43 s.a. (Partiot, 2018) (figure 3).

21Enfin, la distribution par âge des inhumés de 0 à 29 ans indique que la majorité des enfants a moins de 4 ans dont la moitié a moins d’un an (figure 4). Les nouveau-nés et nourrissons sont plus nombreux selon la méthode Sellier et al. (1997) par rapport à celle de Maresh (1970).

Figure 4

Figure 4

Comparaison de la distribution des âges estimés après la naissance sur le site de Huaca Amarilla à partir de quatre méthodes |
Comparative distribution of estimated ages after birth at the Huaca Amarilla site using four methods

Les dispositifs funéraires

22À Huaca Amarilla l’ensemble des défunts, qu’il s’agisse de fœtus ou d’enfants en bas âge, a bénéficié d’une sépulture dans le quart sud-ouest du secteur 3 (figure 1). Un large réseau de murs dont la trame est orientée nord-sud et est-ouest a été construit en pierres non taillées et assemblé avec un mortier argileux. Ces maçonneries sont associées à des sols d’occupation parfois difficiles à identifier en raison des trous de pillages et des remaniements successifs rappelant l’usage intensif des lieux. Une pièce accolée au nord d’une plateforme est associée à différents sols en terre battue percés par neuf fosses à inhumations (figure 1). Les jeunes défunts y sont déposés en position fléchie. Le dispositif de couverture des sépultures n’a pas été conservée, peut-être en raison de l’utilisation de matériaux périssables. Une dizaine de défunts plus âgés ont été déposés sur le dos à l’extérieur de cette zone, le long des murs de grandes pièces et dans les patios (figure 1), mais sans aménagement funéraire spécifique.

23Seule la sépulture 23 présente un dispositif funéraire particulier. Cet enfant de 18 mois ± 6 mois est inhumé dans une fosse de 30 cm de profondeur près d’un bloc en pierre imposant d’une quarantaine de centimètres. La sépulture est aménagée d’un coffrage composé de six blocs en pierre d’une hauteur maximale de 20 cm autour du squelette (figure 5). L’individu est allongé sur le dos, orienté est-ouest, les membres supérieurs fléchis sur l’abdomen et l’os coxal gauche. Les membres inférieurs sont étendus mais recoupés avec l’ensemble de la structure par un pillage. Deux jarres ont été déposées près de l’enfant. La première a basculé contre son humérus gauche tandis que la seconde, dont le col est décoré en forme de tête d’oiseau, maintient l’articulation du coude gauche.

Figure 5

Figure 5

Détails du coffrage de la sépulture 23 (A) et position en décubitus dorsal de l’individu (B) |
Architectural details of burial 23 (A) and supine position of the individual (B)

N. Goepfert

24En France, un espace funéraire unique dédié aux fœtus et nourrissons de moins de 6 mois de vie révolue a été découvert dans la ville antique de Nîmes sur le site de la colline de Montaury (Granier et Pellé, 2021). L’étude des dispositifs funéraires permet d’étudier les pratiques funéraires romaines consacrées aux plus jeunes et de mettre en lumière la variabilité et la complexité des aménagements funéraires telle qu’elle est perceptible à Huaca Amarilla avec des coffrages élaborés et une taille proportionnelle à celle des défunts.

La spécificité des gestes funéraires

25Bien que la majorité des inhumations soient individuelles, nous avons identifié une sépulture collective d’un adulte (inhumation 3) âgé de 20 à 29 ans avec un enfant âgé de 1 an ± 4 mois (inhumation 2), et une sépulture double d’un enfant de 18 mois ± 6 mois (inhumation 62) avec un nourrisson âgé de moins de 1,5 mois (inhumation 63). Aucune orientation préférentielle des défunts n’a été observée à Huaca Amarilla. L’analyse de la position des défunts indique que les plus jeunes sont de préférence déposés assis, sans que cela soit systématique, tandis que les plus âgés ont été inhumés en décubitus dorsal ou latéral, et que l’unique adulte est en décubitus ventral.

  • 7 Le seul critère de vitalité accessible sur le squelette d’un individu prématuré est une approche mi (...)

26Le groupe des enfants est particulier au sein d’une société car c’est durant l’enfance que s’opèrent de nombreux changements biologiques et culturels. L’objectif est d’essayer de définir différentes classes d’âge afin de pouvoir les interpréter ensuite comme des âges sociaux (Buchet et Séguy, 2008 ; Séguy, 2011) tout en gardant une continuité entre les individus décédés en période périnatale et infantile. Les sépultures des individus de moins d’un an ont été séparés en quatre groupes définis par Partiot (2018) : 11 sépultures de grands prématurés âgés de 24 à 34 s.a. révolues (NMI os épars = 15 individus), 9 sépultures de prématurés légers âgés de 35 à 37 s.a. révolues (NMI os épars = 10 individus), 10 sépultures de périnatals stricts nés à terme jusqu’à 40 s.a. (NMI os épars = 5 individus) et 14 sépultures de nourrissons à partir de 41 s.a. (NMI os épars = 11 individus) supposés nés vivants mais décédés au cours de leur première année. Il ne semble donc pas y avoir de différentiation liée à l’âge au décès de l’individu. La présence de 45 prématurés pose la question de leur viabilité à la naissance7. L’étude des sépultures ne permet pas d’identifier des pratiques funéraires spécifiques à chaque groupe mais plusieurs tendances se dégagent. Les grands prématurés sont majoritairement inhumés assis dans un fardo (paquet funéraire composé d’une ou plusieurs couches de tissus) alors que les autres individus sont assis ou déposés sur le dos enroulés dans un tissu dont certains fragments sont conservés.

27Une des particularités observées à Huaca Amarilla est la richesse du mobilier déposé dans les sépultures. Un ensemble de 12 perles élaborées en coquillages, en os et en pierre retrouvées disséminées dans les sépultures de deux grands prématurés âgés de 30 s.a. (sépulture 39) et 32 s.a. (sépulture 8) indiquent qu’ils ont été inhumés avec un bracelet ou un collier. Un prématuré léger âgé de 37 s.a. (sépulture 18) a lui aussi bénéficié d’une parure, tandis qu’un prématuré âgé de 35 s.a. (sépulture 49) a été inhumé avec une tourterelle déposée sur son épaule droite. Absents des sépultures des prématurés, les vases ont été déposés dans quatre sépultures de périnatals stricts : un ensemble de trois vases dans la sépulture 15 (figure 6), un vase miniature dans les sépultures 25 et 38 et un vase près de l’inhumation 62. Bien que les individus les plus âgés soient souvent accompagnés d’un mobilier plus important quelle que soit la période, le soin particulier porté à l’inhumation de très jeunes individus témoigne de leur existence sociale (Séguy et Rodet-Belarbi, 2018). La présence de céramiques déposées chez les périnatals et les nourrissons pourrait être considérée comme un marqueur de l’intégration de ces enfants en bas âge dans la société (figure 6).

Figure 6

Figure 6

Contexte funéraire 15 avec le détail de la position du périnatal. A : pelvis et membres inférieurs ; B : rachis et thorax ; C : membres supérieurs ; D : crâne |
Context of burial 15 with details of the perinatal’s position. A: pelvis and lower limbs; B: vertebral column and thorax; C: upper limbs; D: skull

cliché/picture : N. Goepfert ; DAO/CAD : L. Dausse

Chronologie relative des sépultures

28L’association entre les profils stratigraphiques et la présence de céramiques a permis d’établir une chronologie relative et d’attribuer une attribution culturelle à plus de 70 % des contextes funéraires de Huaca Amarilla (figure 7). Trois périodes d’utilisation ont été mises en évidence dans la zone domestique : une intense activité durant la période Lambayeque-Sicán (850-1350) corrélée avec 41 % des sépultures (n=29), puis une occupation Chimú (1350-1470) plus courte avec 27 % des sépultures (n=19), et 3 % de sépultures récentes de la période Chimú-Inka (1470-1532) (n=2).

Figure 7

Figure 7

Affiliation culturelle des sépultures |
Cultural affiliation of the graves

Discussion

Une occupation funéraire et domestique

29La proximité de ces nombreux contextes funéraires avec l’occupation domestique interroge la relation particulière que devaient entretenir les habitants du site avec leurs défunts, car il n’existe aucun mur périmétrique délimitant strictement l’espace funéraire et/ou cultuel de l’espace domestique. Ce secteur s’organise autour de pièces rectangulaires, ainsi que de trois grands patios dans lesquels plusieurs foyers ont été identifiés (figure 1). Une vingtaine de jarres ont été retrouvée in situ en position verticale ou inclinées sur le sol (figure 8). Certaines présentaient encore un dispositif de fermeture composé d’un tesson épais, d’une pierre plate ou bien d’une calebasse (figure 8).

Figure 8

Figure 8

Exemples de jarres situées dans l’espace domestique |
Examples of jars within the domestic space

N. Goepfert

30Les traces de cuisson visibles sur la panse de certaines jarres indiquent qu’elles ont été utilisées à des fins culinaires. À Huaca Amarilla, la recherche de grains d’amidons indique qu’elles servaient à stocker des produits comme le maïs (Zea mays), le manioc (Manihot esculenta), le haricot (Phaseolus sp.), la pomme de terre (Solanum tuberosum) et le piment (Capsicum sp.) (Cagnato, 2020). Étant donné la présence de masses d’amidons qui sont caractéristiques d’une cuisson, un ensemble de quatre jarres semi-enterrées de grandes dimensions pourrait avoir servi au conditionnement de liquides et notamment de chicha (boisson alcoolisée préhispanique préparée à base de maïs) (Cagnato, 2020) (figure 1). Les nombreux récipients servant au stockage des boissons et des denrées alimentaires, ainsi que la présence de trois grands foyers et d’une meule en pierre, témoignent des activités domestiques de ce secteur.

31L’organisation spatiale des vestiges matériels de cette partie du site montre que les habitants ont inhumé leurs jeunes défunts pour les associer au monde des vivants dans une zone de préparation et de stockage des aliments et des boissons. Cette cohabitation rappelle de nombreux exemples et nous ne citerons que celui des potiers gallo-romains dont certains inhumaient leurs nouveau-nés et nourrissons dans leurs ateliers. Une quinzaine de périnatals a ainsi été fouillée dans un atelier de Sallèles d’Aude (Duday et al., 1995). Plus récemment, des fouilles réalisées dans une zone d’ateliers de Lezoux ont mis au jour des périnatals, dont certains inhumés dans des terrines en céramique au cœur du lieu de travail et de vie des potiers (Driard, 2017).

La pérennité des gestes funéraires

32L’absence de recoupement des sépultures durant six siècles à proximité de la zone domestique pose la question de l’existence d’un marquage des sépultures. Certaines sont matérialisées par la présence d’une à plusieurs pierres planes en surface (figure 9), alors que d’autres sont situées près des murs qui pourraient être des marqueurs architecturaux. La signalisation des sépultures n’est cependant pas systématique, aussi il est envisageable qu’un ou plusieurs éléments en matériau périssable n’aient pas été conservés. Cette pratique a été documentée plus au sud chez les Mochicas (100-800), dans la vallée de Chicama et le site d’El Brujo où un bambou de plusieurs mètres reliait la sépulture avec la surface (Franco et al., 2001).

Figure 9

Figure 9

Matérialisation en surface de la sépulture 18 |
Surface architecture of burial 18

N. Goepfert

33À Huaca Amarilla, le regroupement des sépultures autour d’une plateforme rectangulaire de 7 × 2,5 m orientée est-ouest doit être intégré dans la réflexion menée sur la pérennité de cet espace funéraire. La base de cette plateforme est rehaussée d’une rangée de pierres formant un espace central. Sa surface présente un sol élaboré de couleur grise. La volonté de préserver un espace dédié aux défunts près d’un élément architectural singulier pourrait traduire une certaine sacralité du lieu. Dans le monde grec, une des interprétations de la présence de jeunes enfants près des sanctuaires est la volonté de demander une protection divine en raison d’une mort précoce qui provoquerait les mauvais esprits (Dasen, 2015). Un ensemble de 450 nouveau-nés a ainsi été découvert dans un puits situé à proximité du temple d’Héphaïstos près de l’Agora d’Athènes (Lagia, 2007), et un petit groupe d’enfants retrouvé là encore dans un puits près d’un sanctuaire à Messène (Michalaki-Kollia, 2010). Le spectaculaire site de l’île d’Astypalée en Grèce a livré un exceptionnel ensemble de 2750 enchytrismes (mode d’inhumation des enfants dans un récipient en céramique appelé enchytrismos durant l’antiquité) daté de 800 av. J.-C. à l’époque romaine (Michalaki-Kollia, 2010). L’existence d’un sanctuaire dédié à Artémis Lochia dans lequel les femmes venaient déposer leur nouveau-né ou nourrisson mort est évoqué. Parmi le tiers de l’échantillon étudié (n=845), l’effectif de fœtus âgés de 24 à 36 s.a. est similaire à celui de Huaca Amarilla alors que notre échantillon est sept fois moins important, soulignant une nouvelle fois le caractère exceptionnel de l’échantillon andin (figure 10). La classe de 37 à 42 s.a. représente 77 % de l’effectif d’Astypalée soit une proportion remarquable face à la faible présence de nouveau-nés.

Figure 10

Figure 10

Distribution des âges estimés des individus entre l’échantillon de Huaca Amarilla (Pérou) et celui d’Astypalée (Grèce) |
Distribution of estimated ages of individuals between the Huaca Amarilla sample (Peru) and the Astypalaia sample (Greece)

Des comparaisons préhispaniques

34Les contextes funéraires de Huaca Amarilla abritent une des populations les plus singulières de fœtus, périnatals et nourrissons préhispaniques de l’aire andine par son effectif et son état de conservation exceptionnel. Ces caractéristiques rendent difficile une comparaison culturelle régionale mais plusieurs études anthropologiques menées sur les sociétés Paracas et Lima permettent de documenter le traitement funéraire réservé aux jeunes enfants dans les Andes.

  • 8 Dans les archives, ils sont mentionnés comme criatura, un terme traduit comme nouveau-né.

35Les fouilles archéologiques réalisées sur la côte sud péruvienne depuis les années 1925 ont permis de mettre au jour 279 structure funéraires appartenant à la culture Paracas qui s’est développée entre 800 av. J.-C. et 200 apr. J.-C. (Dausse, 2015). Parmi les 309 individus provenant du site de Cerro Colorado situé dans la péninsule Paracas, 276 individus se répartissent dans 118 sépultures en fosse simple dans les terrasses 1, 2 et 3, 158 individus sont issus de 12 cavernes funéraires des terrasses 2 et 3, et 33 individus des secteurs A et B de la nécropole de Wari Kayan (Dausse, 2015). L’analyse du recrutement répartit cette population d’inhumés en 212 sujets adultes, 17 indéterminés et 80 sujets immatures, parmi lesquels 27 sont des périnatals8 et 53 sont des enfants âgés de plus d’un an. Seule l’étude détaillée du recrutement des cavernes 4 et 5 de Cerro Colorado permet de comprendre l’hétérogénéité des classes d’âge immatures dans ces deux contextes funéraires avec un premier pic de la mortalité observé chez les nourrissons de moins d’un an et un second chez les enfants âgés de 5 à 9 ans, parallèlement aux observations menées dans la vallée de Palpa (Tomasto Cagigao, 2009). Le traitement funéraire des immatures est similaire à celui des adultes dans l’ensemble des dispositifs funéraires paracas, Ils sont placés en position assise et enveloppés dans plusieurs couches de tissus pour former un fardo, souvent déposés près des adultes. Les nouveau-nés sont richement accompagnés de divers végétaux, de tissus, d’un ou plusieurs récipients en céramique, en calebasse ou en jonc, mais aussi d’une coiffe en plume, d’un bâton signalant le fardo ou encore de parure en coquillages ou en os tubulaires d’oiseaux (Tello et Mejía Xesspe, 1979).

36La société Lima, installée sur la côte centrale péruvienne entre 100 et 650 apr. J.-C., autour de l’actuelle capitale Lima, est elle aussi connue pour le nombre et la richesse des sépultures fouillées. Dans la vallée de Rimac, le site de Huaca 20 a livré 287 inhumations dont le profil démographique révèle que 35,5 % sont des immatures de moins de 5 ans avec une forte mortalité observée autour des 3 ans, alors que l’étude paléopathologique de l’échantillon indique que plus de 87 % de la population était anémiée (Vega Dulanto, 2015). Sur le site de Lote B (Marsteller et Marcone, 2012), l’inhumation de 9 enfants et nourrissons révèle deux modes d’inhumation : allongé dans une natte de roseaux enroulés de fibres végétales ou fléchi enveloppé dans un tissu formant un fardo, une tradition funéraire héritée de l’époque formative moyenne (1200-800 av. J.-C.) (Shibata, 2004) et aussi observée chez les Paracas et à Huaca Amarilla. L’analyse de 321 sépultures individuelles sur le site la Tablada de Lurin (IIe siècle av. J.-C. au Ier siècle apr. J.-C.), réparties en 204 individus immatures et 117 adultes, indique que le traitement funéraire est similaire pour l’ensemble de la population inhumée sauf pour les enfants de moins d’un an pour lesquels on observe le dépôt de plus de valves de coquillages, d’objets métalliques et l’absence de certains objets attribués aux individus masculin tels que les instruments en relation avec la consommation de plantes hallucinogènes, les bois de cervidé, propulseurs, hachettes, boucles d’oreilles et boucles de nez (Tomasto Cagigao et Makowski, 2007).

Conclusion

37L’application d’une fouille fine et l’utilisation de méthodes fiables pour estimer l’âge au décès des individus de Huaca Amarilla permettent de proposer l’étude inédite d’une population de fœtus, de périnatals, de nourrissons et d’enfants préhispaniques. L’exceptionnelle conservation des contextes funéraires dans une aire dédiée aux activités domestiques témoigne de la proximité des habitants du site avec leurs défunts. Le nombre élevé de 113 défunts regroupés dans ce secteur traduit une forte densité spatiale et l’utilisation pérenne de cet espace funéraire sur une période de six siècles. L’analyse des pratiques funéraires consacrées aux jeunes immatures de Huaca Amarilla, à travers l’étude des dispositifs funéraires et des gestes associés à leur dépôt, révèle le soin particulier porté aux grands prématurés. La singularité de la population d’inhumés témoigne de l’importance de la place des fœtus et des jeunes enfants dans les sociétés Lambayeque-Sicán, puis Chimú et Chimú-Inca, installée à Huaca Amarilla.

Remerciements : Nous remercions la Société d’anthropologie de Paris de nous avoir proposé de rédiger cette note suite à une communication présentée lors des 1846es journées en janvier 2021, ainsi que les évaluateurs pour leurs nombreux commentaires. Nous remercions très chaleureusement l’ensemble des membres du Programme Archéologique Désert de Sechura financé par le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (MEAE), Nemo Corporations et BGL Arqueologia. Nous remercions Lionel Gèze pour son aide dans le traitement des données numériques ainsi que Cyril Driard et Coralie Chabaud pour leur relecture.

Haut de page

Bibliographie

Adalian P (2001) Évaluation multiparamétrique de la croissance fœtale. Applications à la détermination de l’âge et du sexe. Thèse de doctorat, Université de la Méditerranée-Aix-Marseille II, 258 p [https://tel.archives-ouvertes.fr/halshs-00009290]

Adalian P, Piercecchi-Marti MD, Bourliere-Najean B et al (2001) Postmortem assessment of fetal diaphyseal femoral lenght: validation of a radiographic methodology. Journal of Forensic Science 46(2):215-219 [https://doi.org/10.1520/JFS14951J]

Balthazard V, Dervieux X (1921) Études anthropologiques sur le fœtus humain. Annales de Médecine Légale 1:37-42

Béclard M (1819) Mémoire sur l’ostéose ou sur la nutrition des os. Nouveau Journal de Médecine, Chirurgie et Pharmacie 4, 113 p

Bello S, Signoli M, Rabino Massa E et al (2002) Les processus de conservation différentielle du squelette des individus immatures. Implications sur les reconstitutions paléodémographiques. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 14(3-4):245-262 [https://doi.org/10.4000/bmsap.187]

Billard CM (1837) Traité des maladies des enfants nouveau-né et à la mamelle. Revue et argumentée de notes par le docteur Ollivier. JB Baillière, Paris, pp 261-262

Borri L (1895) La dimensione delle ossa lunghe degli arti del feto nell’ultimo trimestre della vita endouterina considerata in rapporto con la lunghezza totale del corpo. Lo Sperimentale 16:302-307

Bourget S (2001) Children and ancestors: ritual practices at the Moche site of Huaca de la Luna, North Coast of Peru. In: Benson E, Cook A (ed) Ritual sacrifice in Ancient Peru. University of Texas Press, Austin, pp 93-118 [https://doi.org/10.7560/708938-006]

Boyd E (1941) Outline of physical growth and development. Burgess Publishing Co, Minneapolis, 86 p

Bruzek J, Sellier P, Tillier AM (1997) Variabilité et incertitude de l’estimation de l’âge des non-adultes : le cas des individus morts en période périnatale. In: Buchet L (ed) L’enfant, son corps, son histoire. Éditions APDCA, Paris, pp 187-200

Buchet L, Séguy I (2008) L’âge au décès des enfants : âge civil, âge biologique, âge social ? Nasciturus, infans, puerulus vobis mater terra: la muerta en la infancia, Castello. Servei d’investigacion arqueològiques i prehistòriques, pp 25-40 [https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00409556]

Cagnato C (2020) Les analyses de grains d’amidons. In : Goepfert N (ed) Programme Archéologique Vicús. Rapport sur la campagne 2020. Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères, Paris, pp 5-7

Cambra P (2016) La taphonomie des enfants de la classe 0-1 an en contexte archéologique, analyse des correspondances multiples. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 28(1-2):66-71 [https://doi.org/10.1007/s13219-016-0152-y]

Cárdenas M, Huapaya C, Deza J (1991) Arqueología del macizo de Illescas, Sechura-Piura. Pontificia Universidad Católica del Perú, Lima, 300 p

Cárdenas M, Vivar J, Olivera G et al (1993) Materiales arqueológicos del Macizo de Illescas, Sechura-Piura: excavaciones en Bayóvar, Avic, Reventazón y Chorillos. Pontificia Universidad Católica del Perú, Dirección Académica de Investigación, Lima, 300 p

Corrado G (1899) Rapporti metrici tra le varie parti del corpo fetale ed altre considerazioni inordine all’identitá. Giornale della Associazione napoletana di medici e naturalisti 9:34, 220, 405

Corron L (2016) Juvenile age estimation in physical anthropology: a critical review of existing methods and the application of two standardised methodological approaches. Thèse de Doctorat d’Anthropologie biologique, Université de la Méditerranée Aix-Marseille, 303 p [https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01380068]

Dasen V (2015) Exister avant de naître. In: Dasen V. (ed) Le sourire d’Omphale. Maternité et petite enfance dans l’Antiquité. Presses universitaires de Rennes, Rennes, pp 113-152 [https://doi.org/10.4000/books.pur.92679]

Dausse L (2015) Étude des déformations crâniennes intentionnelles dans la culture Paracas (800 avant-100 après J.-C.) : les contextes funéraires de Cerro Colorado, côte Sud du Pérou. Thèse de Doctorat en Archéologie précolombienne, Université Paris 1, 923 p [https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02493978v2]

Driard C (2017) Médiathèque intercommunale entre Dore et Allier, rue du Docteur Grimaud, Lezoux (63). Rapport final d’opération archéologique (fouille préventive), Eveha, SRA Auvergne-Rhône-Alpes, Limoges, 2 vol, 524 et 464 p

Duday H, Laubenheimer F, Tillier AM (1995) Sallèles d’Aude, nouveau-nés et nourrissons gallo-romains. Annales littéraires de l’Université de Besançon 563, Besançon, 150 p [https://doi.org/10.3406/ista.1995.2609]

Fazekas G, Kósa F (1965a) Die Bestimmung der Körperlänge von Feten auf Grund der Masse einiger flacher Knochen. Deutsche Zeitschrift für die gesamte gerichtliche Medizin 58:127

Fazekas G, Kósa F (1965b) Recent data and comparative studies about the body length and age of the fœtus on the basis of the measurements of the clavicle and shoulder-blade. Acta Medicinae Legalis et Socialis 18:307

Fazekas G, Kósa F (1966a) Détermination de la longueur d’embryon d’après la dimension du radius. Annales de Médecine Légale 46:262

Fazekas G, Kósa F (1966b) Données récentes pour la détermination de la longueur et de l’âge d’embryon humain d’après les dimensions des os du bassin. Annales de Médecine Légale 46:334

Fazekas G, Kósa F (1966c) Neuere Beiträge und vergleichende Untersuchungen zur Bestimmung del Köperlänge von Feten auf Grund der Diaphysenmasse del Extremitätenknochen. Deutsche Zeitschrift für die gesamte gerichtliche Medizin 58:142

Fazekas G, Kósa F (1966d) Measurements of the human fetal ribs. Data about the determination of the body length and age based on the measurements of the ribs. Acta Medicinae Legalis et Socialis 19:135

Fazekas G, Kósa F (1967a) Bestimmung der Körperlänge und des Alters menschlicher Feten auf Grund der Schädelbasis-knochenmasse. Deutsche Zeitschrift für die gesamte gerichtliche Medizin 60:48

Fazekas G, Kósa F (1967b) Bestimmung der Körperlänge und des Alters menschlicher Feten auf Grund der Schädeldachknochenmasse. Deutsche Zeitschrift für die gesamte gerichtliche Medizin 60:149

Fazekas G, Kósa F (1967c) Bestimmung der Körperlänge und des Lebensalters menschlicher Feten auf Grund der I. Hand und I. Fusswurzelknochenmasse sowie del Grösse des Atlas und Epistropheus Wirbelgogens. Deutsche Zeitschrift für die gesamte gerichtliche Medizin 61:29

Fazekas G, Kósa F (1978) Forensic fetal osteology, Akadémiai Kiadó, Budapest, 413 p

Finck L (1921) De la détermination de l’âge du fœtus d’après le squelette. Imprimerie J Coubé et Fils, Nancy, 88 p

Franco R, Galvez C, Vásquez S (2001) Desentierro y reenterramiento de una tumba de elite Mochica en el complejo El Brujo. Programa Arqueológico Complejo El Brujo 2(2):1-24

Garcin V (2009) Bioarchéologie des sujets immatures de quatre nécropoles du haut Moyen Âge européen : méthodes d’étude du développement et des interactions biologie/culture. Thèse de Doctorat en Anthropologie Biologique, Université Bordeaux 1, 438 p [https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00476890]

Goepfert N, Gutiérrez B, Vásquez Sánchez S (2018) La presencia Lambayeque/Sicán en el desierto de Sechura (extremo norte del Perú): primeros resultados de las excavaciones en Huaca Amarilla. In: Ministerio de Cultura (ed) Actas del III Congreso Nacional de Arqueología, pp 29-38 [https://congresoarqueologia.cultura.gob.pe/sites/default/files/acta/archivos/Volumen%20I.PDF]

Gourbin C (1998) La mortalité fœtale : définitions et niveaux. In : AIDELF (ed) Morbidité, mortalité : problèmes de mesure, facteurs d’évolution, essai de prospective. Colloque international de Sinaia (2-6 septembre 1996), no 8. Presses universitaires de France, Paris, pp 91-107

Granier G, Pellé R (2021) Naître et mourir à Nîmes dans l’Antiquité. L’évolution d’un espace funéraire consacré à l’inhumation des nourrissons et des fœtus du 1er siècle avant notre ère au IIIe siècle de notre ère (colline de Montaury, Nîmes, France). Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 33(1):52-66 [https://doi.org/10.4000/bmsap.7504]

Guihard-Costa AM, Droulle P, Thiebaugeorges O et al (2000) A longitudinal study of fetal growth variability. Neonatology 78(1):309-316 [https://doi.org/10.1159/000014239]

Guy H, Masset C (1997) Particularités taphonomiques des os d’enfants. In : Buchet L (ed) L’enfant, son corps, son histoire. Éditions APDCA, Paris, pp 35-43

Humphrey LT, King T (2000) Childhood stress. A lifetime legacy. Anthropology 38(1):33-49 [https://www.jstor.org/stable/26-294837]

Klaus HD, Centurión J, Curo M (2010) Bioarchaeology of human sacrifice: violence, identity and the evolution of ritual killing at Cerro Cerrillos, Peru. Antiquity 84(326):1102-1122 [https://doi.org/10.1017/S0003598X00067119]

Lagia A (2007) Notions of Childhood in the Classical Polis: evidence from the bioarchaeological record. In: Cohen A, Rutter JB (ed) Constructions of Childhood in Ancient Greece and Italy. Hesperia Suppl. 41, Princeton, pp 293-306 [https://www.jstor.org/stable/20066795]

Maresh M (1943) Growth of major long bones in healthy children. A prelimilary report on successive roentgenograms of the extremities from early infancy to twelve years of age. American Journal of Diseases of Children 66:227-257 [https://doi.org/10.1001/archpedi.1943.02010210003001]

Maresh M (1970) Measurements from roentgenograms. In: McCammon RW (ed) Human Growth and Development. Charles C Thomas, Springfield, pp 157-200

Marsteller S, Marcone G (2012) Entierros de niños en el sitio Lote B y su significancia sociopolítica para el valle bajo del río Lurín a finales del periodo Intermedio Temprano. Arqueología y Sociedad 24:249-268 [https://doi.org/10.15381/arqueolsoc. 2012n24.e12342]

Michalaki-Kollia M (2010) Un ensemble exceptionnel d’enchytrismes de nouveau-nés, de foetus et de nourrissons découvert dans l’île d’Astypalée, en Grèce : cimetière de bébés ou sanctuaire ? (Première approche). In: Guimier-Sorbets AM, Morizot Y (ed) L’enfant et la mort dans l’Antiquité. I – Nouvelles recherches dans les nécropoles grecques. Le signalement des tombes d’enfants. Travaux de la Maison René-Ginouvès 12, De Boccard, Paris, pp 161-206 [https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01772874]

Olivier G, Pineau H (1958) Détermination de l’âge du fœtus et de l’embryon. Archives d’Anatomie (La Semaine des hôpitaux) 6:21-28

Olivier G, Pineau H (1960) Nouvelle détermination de la taille fœtale d’après les longueurs diaphysaires des os longs. Annales de Médecine Légale 40:141-144

Ollivier M (1836) Mémoire médico-légal sur l’infanticide. Examen de cette question : pendant combien de temps un enfant doit-il être considéré comme nouveau-né ? Annales d’hygiène publique et de médecine légale 16:3-8

Ollivier M (1842) Mémoire médico-légal sur l’infanticide. Des inductions qu’on peut tirer du seul examen des os du fœtus. Annales d’hygiène publique et de médecine légale 27:329-359

Palkama A, Virtama P, Telkkä A (1962) Estimation of stature from radiographs of long bones in children. II. Children under one year of age. Annales Medicinae Experimentalis et Biologiae Fennia 40:219-222

Partiot C (2018) Diversité biologique des enfants décédés en période périnatale et traitements funéraires au Kerma classique. Les exemples de la nécropole 8B-51 (Kerma classique, Nord Soudan) et des cimetières de Blandy-les Tours (Xe-XIIe siècles, France) et de Provins (XIIIe-XVIIIe siècles, France). Thèse de doctorat, Université de Bordeaux, 736 p [https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02157918]

Partiot C (2020) Du giron au cercueil : regard bioarchéologique sur la mortalité périnatale. ArkeoGazte : Revista de arqueología-Arkeologia Aldizkaria 10:109-126

Patten BM (1946) Human embryology. The Blakiston Company, Philadelphia, 776 p

Portat E (2018) La fabrique des anges. Comportements funéraires autour de la mortalité fœto-infantile en France septentrionale (XIIIe-XVIIIe siècles). Approche transdisciplinaire. Thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 3 vol, 685, 436 et 2076 p

Prieto G, Verano J, Goepfert N et al (2019) A mass sacrifice of children and camelids at the Huanchaquito-Las Llamas site, Moche valley, Peru. PLoS One 14(3):e0211691 [https://doi.org/10.1371/journal.pone.0211691]

Reinhard J, Ceruti C (2010) Inca rituals and sacred mountains: a study of the world’s highest archaeological sites. Cotsen Institute of Archaeology Press, University of California, Los Angeles, 264 p

Séguy I (2011) La part des anges : évaluation quantitative de la mortalité des premiers jours dans les populations préindustrielle. In : Coste MC (ed) Le Corps des anges, Acte de la journée d’étude sur les pratiques autour de l’enfant mort au Moyen Âge. Marne/Silvana, Paris, pp. 124-131 [https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02231127]

Séguy I, Rodet-Belarbi I (2018) La gestion des corps des enfants morts en période périnatale (Archéologie – France – Antiquité, Moyen Âge, Époque Moderne), In : Charrier P, Clavandier G, Gourdon V et al (ed) Morts avant de naître. La mort périnatale. Presses universitaires François Rabelais, Perspectives historiques, Tours, pp 237-248

Sellier P, Tillier AM, Bruzek J (1997) À la recherche d’une référence pour l’estimation de l’âge des fœtus, nouveau-nés et nourrissons des populations archéologiques européennes. Anthropologie et Préhistoire 108:75-87 [https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00455962]

Sempowski ML, Spence M (1994) Mortuary practices and skeletal remains at Teotihuacan, University of Utah Press, Salt Lake City, 483 p

Shibata K (2004) Nueva cronología tentativa del Período Formativo. Aproximación a la arquitectura ceremonial. In: Valle Álvarez L (ed) Desarrollo arqueológico: costa norte del Perú. Arqueología 2-1. Ediciones SIAN, Trujillo, pp 79-98

Shimada I (1995) Cultura Sicán. Dios, riqueza y poder en la Costa Norte del Perú. Banco Continental, Lima, 226 p

Tello JC, Mejía Xesspe T (1979) Paracas segunda parte: cavernas y necrópolis. Universidad Nacional Mayor de San Marcos, Lima, 504 p

Tillier AM, Duday H (1990) Les enfants morts en période périnatale. Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 2(3-4):89-98 [https://www.persee.fr/doc/bmsap_0037-8984_1990_num_2_3_1747]

Tomasto Cagigao E (2009) Talking bones: bioarchaeological analysis of individuals from Palpa. In: Reindel M, Wagner GA (ed) News technologies for archaeology, multidisciplinary investigations in Palpa and Nasca, Peru. Springer, Berlin-Heidelberg, pp 141-158

Tomasto Cagigao E, Makowski K (2007) El rol de los niños en una sociedad del periodo intermedio temprano. Pontificia Universidad Católica del Perú, Lima, 24 p

Tzortzis S, Séguy I (2008) Pratiques funéraires en lien avec les décès des nouveau-nés. À propos d’un cas dauphinois durant l’Époque moderne : la chapelle Saint-Jean à L’Argentière-La-Bessée (Hautes-Alpes). Socio-anthropologie 22:75-92 [https://doi.org/10.4000/socio-anthropologie.1150]

Ubelaker DH (1989) Human skeletal remains: excavation, analysis, interpretation. Taraxacum, Washington, 172 p

Vega Dulanto MC (2015) Estudio paleoepidemiológico de Huaca 20: una aproximación al estudio de las poblaciones de la época Lima. In: Mauricio C, Ynoñán L, Astete C (ed) Huaca 20: un sitio Lima en el antiguo Complejo Maranga. Institut français d’études andines, Pontificia universidad católica del Perú, Lima, pp 137-160

Vivar Anaya J (1993) Restos humanos en Sechura (Bajo Piura): Avic y Nunura. In : Cárdenas M, Vivar J, Olivera G et al (ed) Materiales arqueológicos del Macizo de Illescas, Sechura-Piura: excavaciones en Bayóvar, Avic, Reventazón y Chorillos. Pontificia Universidad Católica del Perú, Dirección Académica de Investigación, Lima, pp 19-49

Haut de page

Notes

1 La mortalité intra-utérine ou fœtale débute dès la période embryonnaire c’est-à-dire dès la conception et se termine au terme théorique de la naissance (Gourbin, 1998).

2 La mortalité périnatale d’abord définie entre la 28e semaine d’aménorrhée (s.a.) et le 7e jour post-partum, est désormais comprise entre le seuil de présomption de viabilité situé à 22 s.a. ou un poids de 500 g et 7 jours post-partum d’après l’OMS (Partiot, 2020). Les études anthropologiques situent la mortalité périnatale entre 24 s.a. et un mois calendaire postnatal (Garcin, 2009 ; Portat, 2018).

3 La mortalité infantile se divise en deux périodes : la mortalité néonatale comprise entre la naissance vivante et le 28e jour pour les nouveau-nés, et la mortalité post-néonatale comprise entre le 28e et le 365e jour pour les nourrissons (Séguy, 2011).

4 Nous avons écarté l’utilisation d’une moyenne entre la valeur la plus faible et la valeur la plus élevée de chaque os en raison de biais importants décrits par différents auteurs (Partiot, 2018 ; Portat, 2018).

5 Les résultats décimaux obtenus avec la méthode de Sellier et al. (1997) ont été classé dans 4 catégories correspondant chacune à une semaine, soit 4 semaines pour chaque mois lunaire (exemple : 7 à 7,25 pour la première semaine du 7e mois lunaire ; 7,25 à 7,50 pour la 2e semaine du 7e mois lunaire ; 7,50 à 7,75 pour la 3e semaine du 7e mois lunaire et 7,75 à 8 pour la 4e semaine du 7e mois lunaire).

6 La conversion est basée sur une grossesse de 280 jours, 10 mois lunaires ou 9 mois calendaires soit 40 semaines d’aménorrhées (Garcin, 2009).

7 Le seul critère de vitalité accessible sur le squelette d’un individu prématuré est une approche microscopique et histologique des processus de minéralisation dentaire pour identifier la ligne néonatale traduisant la survie de plusieurs jours après la naissance (Partiot, 2020). Cette analyse destructive n’a pas été menée à Huaca Amarilla.

8 Dans les archives, ils sont mentionnés comme criatura, un terme traduit comme nouveau-né.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Secteur 3 du site de Huaca Amarilla avec une aire domestique organisée autour de trois patios, de plusieurs pièces quadrangulaires et d’un couloir menant à une zone de stockage avec quatre jarres semi-enterrées, et une aire funéraire de 150 m2 (rectangle en pointillé) autour de la plateforme (rectangle) | Sector 3 of Huaca Amarilla with a domestic area organized around three patios, several quadrangular rooms and a corridor leading to a storage area with four semi-buried jars, and a burial area of 150 m2 (dotted rectangle) around the platform (rectangle)
Crédits N. Goepfert
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9660/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 911k
Titre Tableau 1
Légende Sélection de méthodes d’estimation de l’âge au décès d’individus décédés en période périnatale applicables sur os sec (s.a. : semaine d’aménorrhée) | Methods for estimating the age at death of individuals who died in the perinatal period, applicable to dry bone (s.a.: weeks of amenorrhea)
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9660/img-2.png
Fichier image/png, 252k
Titre Figure 2
Légende Comparaison de la distribution des âges estimés en semaines d’aménorrhée sur le site de Huaca Amarilla selon les méthodes Adalian (2001) et Sellier et al. (1997) | Comparative distribution of estimated ages in weeks of amenorrhea at the Huaca Amarilla site according to the methods developed by Adalian (2001) and Sellier et al. (1997)
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9660/img-3.png
Fichier image/png, 92k
Titre Figure 3
Légende Comparaison de la distribution des âges estimés en semaines d’aménorrhée selon la méthode Adalian (2001) entre l’échantillon de Huaca Amarilla (Pérou, IXe-XVe apr. J.-C.) et quatre populations anciennes : La Ventilla B (Mexique, 100-650 apr. J.-C.), l’île de Saï (Soudan, 1750-1500 av. J.-C.), Provins (France, XIIIe-XVIIIe apr. J.-C.) et Blandy-les-Tours (France, Xe-XIIe apr. J.-C.) | Comparative distribution of estimated ages in weeks of amenorrhea according to the methods used by Adalian (2001) between the Huaca Amarilla sample (Peru, 9th-15th AD) and four ancient populations: La Ventilla B (Mexico, 100-650 AD), Saï Island (Sudan, 1750-1550 BC), Provins (France, 13th-18th AD) and Blandy-les-Tours (France, 10th-12th AD)
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9660/img-4.png
Fichier image/png, 99k
Titre Figure 4
Légende Comparaison de la distribution des âges estimés après la naissance sur le site de Huaca Amarilla à partir de quatre méthodes | Comparative distribution of estimated ages after birth at the Huaca Amarilla site using four methods
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9660/img-5.png
Fichier image/png, 88k
Titre Figure 5
Légende Détails du coffrage de la sépulture 23 (A) et position en décubitus dorsal de l’individu (B) | Architectural details of burial 23 (A) and supine position of the individual (B)
Crédits N. Goepfert
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9660/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Titre Figure 6
Légende Contexte funéraire 15 avec le détail de la position du périnatal. A : pelvis et membres inférieurs ; B : rachis et thorax ; C : membres supérieurs ; D : crâne | Context of burial 15 with details of the perinatal’s position. A: pelvis and lower limbs; B: vertebral column and thorax; C: upper limbs; D: skull
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9660/img-7.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 7
Légende Affiliation culturelle des sépultures | Cultural affiliation of the graves
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9660/img-8.png
Fichier image/png, 96k
Titre Figure 8
Légende Exemples de jarres situées dans l’espace domestique | Examples of jars within the domestic space
Crédits N. Goepfert
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9660/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 823k
Titre Figure 9
Légende Matérialisation en surface de la sépulture 18 | Surface architecture of burial 18
Crédits N. Goepfert
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9660/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 10
Légende Distribution des âges estimés des individus entre l’échantillon de Huaca Amarilla (Pérou) et celui d’Astypalée (Grèce) | Distribution of estimated ages of individuals between the Huaca Amarilla sample (Peru) and the Astypalaia sample (Greece)
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9660/img-11.png
Fichier image/png, 77k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Dausse, Elise Dufour, Christine Lefèvre, Clarissa Cagnato, Belkys Gutiérrez, Segundo Vásquez et Nicolas Goepfert, « Huaca Amarilla, un espace funéraire andin unique dédié à l’inhumation de fœtus, de nouveau-nés, de nourrissons et de jeunes enfants du IXe au XVe siècle (Désert de Sechura, Pérou) »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 34 (1) | 2022, mis en ligne le 11 mars 2022, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/9660 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.9660

Haut de page

Auteurs

Lucie Dausse

UMR 8096 Archéologie des Amériques, CNRS – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Nanterre, France ; luciedausse[at]gmail.com ; https://orcid.org/0000-0003-0139-1149

Articles du même auteur

Elise Dufour

MNHN, CNRS, UMR 7209 Archéozoologie, Archéobotanique : Sociétés, Pratiques et Environnements, Paris, France ; https://orcid.org/0000-0001-8865-7055

Articles du même auteur

Christine Lefèvre

MNHN, CNRS, UMR 7209 Archéozoologie, Archéobotanique : Sociétés, Pratiques et Environnements, Paris, France ; https://orcid.org/0000-0001-7388-559X

Articles du même auteur

Clarissa Cagnato

UMR 8096 Archéologie des Amériques, CNRS – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Nanterre, France ; https://orcid.org/0000-0002-2010-1437

Belkys Gutiérrez

BGL Arqueología, San Isidro, Pérou

Articles du même auteur

Segundo Vásquez

Universidad Nacional de Trujillo, Trujillo, Pérou

Nicolas Goepfert

UMR 8096 Archéologie des Amériques, CNRS – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Nanterre, France ; nicolas.goepfert[at]cnrs.fr ; https://orcid.org/0000-0002-6155-1856

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les contenus des Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Société d'Anthropologie de Paris
  • Logo Fonds National pour la Science Ouverte
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search