Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34 (1)Articles thématiquesLa mort protestante : entre invis...

Articles thématiques

La mort protestante : entre invisibilité et persistance. La difficulté d’ancrage des espaces funéraires protestants à Paris et à La Rochelle (XVIe-XVIIIe siècles)

The Protestant death: between invisibility and permanence. The insecure foothold of Protestant cemeteries in Paris and La Rochelle in the 16th-18th centuries
Isabelle Souquet et Cécile Buquet-Marcon

Résumés

À partir du XVIe siècle, la religion réformée se diffuse rapidement et clandestinement dans le royaume de France et engendre des oppositions eschatologiques entre catholiques et protestants qui se cristallisent sur les lieux d’inhumations. En fonction du contexte politique et géographique, les huguenots, toujours considérés comme hérétiques, tolérés sous l’édit de Nantes, s’imposent silencieusement sans jamais disparaître malgré les périodes d’exclusion et de répression. Deux villes illustrent la complexité des réactions face à la coexistence des deux religions : Paris, capitale royale catholique, et La Rochelle, place de sûreté protestante. Dans ces deux cités au statut opposé, la gestion des cimetières découle de l’autorité religieuse majoritaire. Au final, il apparaît que malgré des théologies opposées, les pratiques d’inhumation des deux religions suivent les normes d’une sépulture chrétienne. En l’absence de données textuelles, il est possible que seule la topographie du lieu choisi, dictée par l’exclusion, permette une identification de la sépulture protestante.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cette note fait suite à une communication présentée lors des 1846es journées de la Société d’Anthropologie de Paris dans le cadre de la session "Entre vivants et morts : regards croisés sur une frontière relative et fluctuante"

Texte intégral

Introduction

1En épousant la religion réformée, les fidèles convertis n’ont de cesse de vouloir maintenir leurs pratiques quotidiennes, sociales et funéraires chrétiennes inchangées La réforme s’installe de manière irrégulière au cours de la seconde moitié du XVIe siècle. Des églises réformées s’organisent clandestinement puis officiellement, dans tout le royaume, avec une accélération entre 1555 et 1565, la densité est particulièrement forte dans la partie occitane formant un arc autour du massif central et allant jusqu’en Normandie (Carbonnier-Burkard et Cabanel, 1998 : 30). Dans cette zone géographique, les communautés protestantes majoritaires dans certaines villes et villages imposent leur religion et leurs pratiques.

  • 1 Les communautés n’ont pas l’autorisation de sortir du Royaume. L’exil est pourtant la seule forme d (...)

2Mais leur statut d’hérétiques, depuis que Luther fut excommunié en 1521 par la papauté, les stigmatise et les soumet à une répression de plus en plus appuyée par les autorités. Le pouvoir royal tente, durant tout le XVIe siècle, de maintenir une entente entre les deux religions, au moyen notamment d’une succession d’édits et de traités, ce qui constitue un cas unique en Europe. Pourtant, les violences se multiplient et se cristallisent autour de huit conflits appelés "guerres de religions" qui se déroulent entre 1560 et 1598 avec en points d’orgues la Saint-Barthélemy en 1572, l’arrivée d’Henri IV au pouvoir en 1589, nouvellement converti au catholicisme et la promulgation de l’édit de Nantes en 1598. La nécessité absolue d’inhumer ses défunts devient un sujet d’affrontements permanents entre les deux religions dès l’apparition de la religion réformée. Malgré une accalmie, l’édit de Nantes ne signe pourtant pas la fin des violences qui vont se faire de plus en plus fréquentes au décours du XVIIe siècle et ce dès la mort d’Henri IV en 1610. Le climat de répression enfle et devient de plus en plus prégnant, entraînant une émigration d’une partie des huguenots vers les pays limitrophes. Dans tout le royaume de France, la Révocation de l’édit de Nantes par Louis XIV (1685) plonge les communautés protestantes, assignées à résidence1, dans la clandestinité les forçant à retourner dans une invisibilité tant religieuse que sociale. Tous les temples sont détruits et les cimetières fermés. Cela met fin aux nombreuses tergiversations sur les lieux d’inhumation des réformés, en cours depuis un siècle et demi, qui tour à tour oscillaient, au grès des régions et des édits, entre le cimetière traditionnel de leurs pères (le cimetière paroissial) et le cimetière protestant autorisé et éloigné des espaces catholiques. Cela réactive l’utilisation de la sépulture protestante disséminée dans le paysage. Ainsi, les huguenots, durant les phases d’oppression massive, n’ont plus d’espaces d’inhumations officiels. L’invisibilité contrainte par la clandestinité devient, pour les communautés protestantes, l’expression de leur non soumission et témoigne d’une volonté forte de ne pas disparaître, en particulier dans les zones fortement huguenotes.

3Cette invisibilité met au défi notre regard d’archéologue qui est confronté à un problème de lecture et d’identification. Tout d’abord, les catholiques et les protestants étant avant tout chrétiens, la pratique d’inhumation reste inchangée. Les gestes et le mode de dépôt sont identiques aux deux religions malgré des significations théologiques radicalement différentes. Il n’est pas possible de les différencier sans indices matériels. L’invisibilité perdure donc au sein de la tombe (Buquet-Marcon et Dufour, 2016). Enfin, durant les périodes d’exclusion, les huguenots ont dû choisir des lieux d’inhumations inhabituels ne répondant plus aux normes funéraires. La lecture topographique du lieu s’en trouve donc amoindrie voire effacée (Buquet-Marcon et Souquet-Leroy, 2015). En conséquence, l’identification des sépultures protestantes est ardue, voire impossible, si des archives et/ou du mobilier siglé ne viennent pas corroborer une localisation inattendue.

4Les villes de Paris et de La Rochelle sont deux cas opposés dans l’histoire du protestantisme français. La première, ville catholique, capitale et siège du pouvoir royal, est le lieu d’où partent toutes les décisions et fait figure d’exemple dans la règlementation. La seconde, place de sûreté dès le XVIe siècle, illustre le pouvoir protestant dans un royaume majoritairement catholique. Dans ces deux villes, les communautés protestantes vont exprimer leur existence de manière différente, toujours de façon discrète mais marquée.

Catholiques vs protestants

Deux conceptions de l’au-delà et des pratiques funéraires chrétiennes similaires

5La fin du Moyen Âge a vu se succéder de nombreux courants de contestations religieuses qui ont agité l’Église depuis le XIIIe siècle, en même temps qu’une série de calamités (guerres, famines, épidémies) qui a favorisé les peurs eschatologiques à travers l’Europe (Delumeau, 1978 ; Lequin et Delumeau, 1987). La religion de la peur présente une vie terrestre douloureuse et un au-delà terrifiant. Le purgatoire, où les fidèles brûleront tout de même mais pas éternellement, est le seul espoir de salut. Mais il reste incertain et le paradis inatteignable.

  • 2 Actions pieuses et charitables moyennant rétribution.

6Le jugement dernier décide, par le mérite, de la destination de l’âme après la mort : le Paradis pour les bienheureux, l’Enfer pour les damnés ou le purgatoire pour ceux qui doivent être purifiés avant de rejoindre les bienheureux. S’il veut atteindre le salut, le fidèle inquiet doit donc multiplier les œuvres2, les messes et expier ses péchés par le paiement d’indulgences mises en place par l’Église.

7La Réforme naît dans une atmosphère de fin du monde qu’une "crise de la croyance" ne fait qu’accentuer. En réaction contre les pratiques de la "religion flamboyante", elle prône trois grands principes théologiques énoncés par Luther : l’autorité de la Bible (sola scriptura), le salut par la foi (sola fide) et le sacerdoce universel des croyants (De Turckheim, 2006). Le croyant est en relation directe avec Dieu dont la seule parole est dans la Bible. Tous les intermédiaires entre Dieu et les fidèles sont supprimés : le clergé, le culte des saints, les prières pour les défunts. Le purgatoire n’existe plus, seuls deux lieux accueillent les morts, le Ciel et l’Enfer, renouant ainsi avec les concepts de l’Église primitive augustinienne. Ainsi celui de la prédestination, prêché surtout par Jean Calvin, élimine toute intervention humaine dans la destinée de l’âme dans l’au-delà. Le jugement dernier n’est pas remis en cause, c’est la compréhension du salut qui différencie les catholiques des protestants (Carbonnier-Burkard, 2000).

  • 3 Le culte des morts et les prières des vivants pour les morts au purgatoire rythment la vie des croy (...)

8Pour les catholiques, le mourant doit confesser ses pêchés, recevoir l’extrême onction par l’intercession d’un prêtre pour gagner le purgatoire. L’intervention des vivants sur le sort des morts est au centre de la doctrine catholique3 (Légaré-Hamel, 2020). Pour les protestants, tout lien entre les vivants et les morts est éliminé. Le salut éternel est atteint par sa façon de vivre, chacun se présente devant Dieu tel qu’il a vécu. L’extrême onction est inutile. La réformation de la mort (Koslofsky, 2000) est une rupture radicale dans la représentation de l’au-delà et dans les pratiques mortuaires pour lesquelles il n’y a plus d’intervention cléricale. En conséquence, tout un pan des pratiques religieuses disparait. Les funérailles sont privées, à l’attention des vivants, sans rituel d’église, sans prière, sans pompe et silencieuses. C’est une désacralisation de la mort qui choque et fait scandale (Carbonnier-Burkard, 2005 ; 2012).

9Ainsi s’établit une norme où la sépulture et le lieu d’inhumation n’ont pas vraiment d’importance, norme pas toujours suivie dans la réalité.

10Par tradition chrétienne, les protestants, tout comme les catholiques, sont attachés à l’inhumation dont la finalité est la résurrection corporelle. La dépouille mortelle n’est jamais complètement séparée de la personne, ce qui lui soustrait la notion de "matériau périssable". On ne peut lui porter atteinte sans porter atteinte à la mémoire du défunt. La sépulture (où repose le défunt) devient alors la cible des attaques communautaires et un enjeu important dans l’ancrage religieux. Cette tradition n’est jamais abandonnée même lorsque les mesures de répression sont de plus en plus strictes dans son déroulement et tendent à l’éliminer. Les nombreux cas de procès cadavériques et d’exhumations marquent la volonté des autorités catholiques d’atteindre les protestants dans l’expression de leur identité, le lieu de sépulture et l’intégrité du corps. Au-delà du besoin d’inhumer un cadavre pour des raisons sanitaires, la tradition funéraire est le moyen de marquer spirituellement et physiquement le territoire pour les deux communautés.

11La Réforme a également introduit l’idée que le lieu d’ensevelissement est indifférent et veut supprimer les inégalités devant la mort. Le cimetière est, avant tout, un “lieu de repos et de sommeil” destiné aux morts et non aux vivants. Sa sacralité s’exprime par la réunion des fidèles et non par la terre consacrée propre aux cimetières catholiques (Christin et Krumenacker, 2017).

La communauté protestante dans un royaume catholique

  • 4 Cet édit offre l’amnistie aux réformés repentis.
  • 5 Premier édit de proscription contre les protestants, à la suite de l’affaire des Placards.

12Au XVIe siècle, la réforme protestante initiée par Martin Luther en Allemagne et relayée par Jean Calvin en France, aboutit à la scission entre l’Église catholique et l’église protestante entraînant des troubles religieux et politiques dans le royaume. Dès le règne de François Ier, les édits de Coucy4 (1435), de Fontainebleau5 (1540) ainsi que l’envoi de conseillers commissaires pour enquêter sur la diffusion du mouvement clandestin sont les témoignages d’une politique répressive qui s’amplifie sous le règne d’Henri II (1547-1559).

13Au cours des huit guerres de religion, 14 édits émanant du pouvoir royal, rythment la seconde moitié du XVIe siècle en autorisant, proscrivant ou rétablissant la liberté de culte. L’instabilité causée par ces revirements est accentuée par les évènements de la Saint-Barthélemy (août-octobre 1572) qui, malgré le sentiment de peur qu’ils génèrent, renforcent la cohésion de la communauté réformée (Benedict, 1998).

14En 1563, l’édit d’Amboise aborde le sujet des enterrements, dans Paris uniquement, et confirme l’utilisation commune des cimetières par les fidèles des deux religions. Sa rédaction et son contenu supposent des tensions vives lors des inhumations puisqu’il est stipulé que les cérémonies protestantes se feront de nuit, sans convoi et accompagnées de sergents pour qu’il n’y ait aucun scandale.

  • 6 Le Poitou fait figure d’exception dans ce contexte car jusqu’en 1623 les deux communautés partagent (...)

15Sept ans plus tard, l’édit de Saint-Germain-en-Laye (1570), particulièrement favorable aux protestants, mentionne, pour la première fois, la séparation des espaces funéraires avec les mêmes contraintes pour les cérémonies funèbres, de nuit et sans convoi. L’utilisation d’un cimetière séparé apparaît comme la solution par défaut afin d’éviter les heurts entre communautés. La charge est donnée aux autorités locales de trouver un lieu pour les inhumations protestantes. Si, dès les années 1560, certaines communautés ont devancé cet édit en achetant un terrain à leur frais pour y enterrer leurs défunts, cette exigence de séparation n’est pas toujours suivie. Car le souhait le plus fervent des protestants est d’être inhumés auprès de leurs pères dans le cimetière paroissial6, souhait absolument inconcevable pour les catholiques qui les considèrent comme hérétiques.

16Quelle que soit la solution adoptée par les communautés, le refus formel des autorités ecclésiastiques locales de l’existence même de la religion réformée pousse les populations catholiques de bon nombre de villes et villages à empêcher toute inhumation même hors cimetière paroissial et à déterrer les cadavres des réformés. Les corps sont soit jetés dans les rivières, dans les fossés, soit, pour les plus chanceux, réinhumés "à la campagne" sans autres précisions (Thibaut-Payen, 1977 : 160). L’élimination de la religion réformée n’est pas seulement spirituelle, elle doit se faire physiquement par l’effacement de toute trace matérielle et corporelle. Les "Plaintes des églises réformées de France" rédigées en 1597 et envoyées au roi font la liste des multiples exactions faites à l’encontre des protestants notamment à leurs sépultures. En réponse à cette exclusion, les huguenots s’organisent autrement et disséminent discrètement leurs morts dans le paysage en créant de petits cimetières spécifiques loin des lieux de culte. À l’intérieur, les sépultures n’ont pas de marque de surface ou de signes distinctifs (Couret, 2016).

17L’édit de Nantes (1598) répond favorablement à ces plaintes dans ses articles 28 et 29 et dans l’article 45 des articles secrets. Il accorde des prérogatives aux protestants et remet un peu d’ordre dans les rapports entre les fidèles des deux religions reconnues officiellement en France. Les magistrats et officiers ont ordre de trouver une place "aussi commode que possible" pour les enterrements, de restituer les cimetières confisqués et d’assurer gracieusement la police des enterrements "pour empêcher tout scandale". L’article 45 stipule que toute poursuite et recherche des inhumations protestantes dans un cimetière catholique est interdite. La lecture de l’édit est, dans un premier temps, favorable aux réformés, jusqu’à la mort d’Henri IV en 1610, puis peu à peu restrictive jusqu’à un durcissement qui annonce la Révocation. Le cimetière séparé devient obligatoire, sous-entendant des exhumations si certains passent outre. De plus, le choix du lieu d’inhumation doit respecter une "distance suffisante" avec les espaces catholiques (cimetière, église, lieux de manifestations du culte catholique, une croix, une chapelle ou une terre appartenant aux ecclésiastiques ou seigneurs catholiques). Enfin, dans tout lieu où la religion réformée n’est plus pratiquée, les cimetières sont fermés sinon supprimés.

18La politique répressive de Louis XIV visant à convertir le plus de réformés possible s’avère inefficace et le conduit à utiliser une violence accrue jusqu’à la Révocation en 1685. Le culte est interdit, les temples sont détruits et les cimetières fermés. Dans cet édit, aucune mention n’est faite au sujet des sépultures des réformés. Juridiquement, ils n’existent plus. Une simple instruction signale aux intendants que "sa majesté ne veut pas qu’il y ait d’endroits marqués pour les enterrements de ceux de la dite religion et chacun pourra les faire enterrer où bon lui semblera" (Baratte, 1906). Commence alors la longue période dite du Désert (1685-1789) durant laquelle les communautés protestantes, privées de statut juridique et de liberté, vivent cachées parfois loin des villes, dans des endroits isolés. Il est ainsi extrêmement difficile d’avoir des sources liées à cette communauté durant toutes ces années (Boisson et Lippold, 2002).

19La seule solution est l’inhumation clandestine et privée dans les caves, les jardins ou tout autre lieu caché. Les termes de cet édit sont repris dans la déclaration de 1724 signée par Louis XV (Daireaux, 2018). La répression et les exécutions durent jusqu’à la première moitié du XVIIIe et ce n’est qu’avec l’édit de Tolérance de 1787 signé par Louis XVI que les protestants retrouvent une existence légale et leurs pleins droits.

20Dans ce cadre très général des textes législatifs, les églises réformées de Paris et de La Rochelle vivent des expériences très différentes de par leur statut, la première, capitale, siège du pouvoir royal, la seconde, très tôt ville refuge pour la Cause, puis l’une des premières places de sûreté (Souquet-Leroy et Buquet-Marcon, 2015). Leur statut juridique placé aux deux extrêmes d’une situation politique et religieuse complexe en font deux exemples intéressants. Entre ces deux exemples, une infinité de réactions tant du côté des populations catholiques que des communautés protestantes recouvre une diversité qui n’est pas le propos ici mais qui illustre la complexité de la situation religieuse durant la période moderne.

Avant la Révocation

Paris, le pouvoir central catholique

21À Paris, la coexistence sépulcrale ne pouvant durer, les conditions et lieux d’inhumations pour les huguenots furent soumis à des mesures discriminatoires. Malgré l’édit d’Amboise (1563), dont l’article 11 stipulait l’autorisation pour les protestants de rejoindre les caveaux familiaux, plusieurs cimetières réservés aux sépultures réformées sont ouverts. Il y a par exemple l’ancien cimetière Saint-Germain rattaché à la paroisse Saint Sulpice et en usage depuis le XIIIe siècle pour inhumer les pestiférés et dont le terrain fut acheté en 1559 par la communauté après sa désaffectation. Mais cette situation ne dure pas. En 1604, la fabrique de Saint Sulpice fait la demande au conseil – et l’obtient – de pouvoir de nouveau enterrer les pestiférés sur ce terrain. Les huguenots doivent abandonner le cimetière. La même année, ils trouvent un peu plus loin dans la rue des Saints-Pères, au numéro 30, un terrain qu’ils acquièrent et utilisent comme cimetière (Hillairet, 1954). À partir de 1576 on trouve mention de l’utilisation d’une partie du cimetière hospitalier de la Trinité par les protestants. Cela correspond à une longue bande de terrain, qui était à l’origine réservée aux indigents. Une simple palissade en bois sépare les deux espaces.

22L’article 45 de l’édit de Nantes mentionne un troisième cimetière, un terrain devant leur être octroyé sur la rive droite, à proximité des faubourgs Saint-Denis ou Saint-Honoré. Toutefois cet emplacement est abandonné et ce n’est qu’en 1614 qu’un terrain sur la rive gauche est acheté par prête-nom à l’abbaye Sainte-Geneviève. Ce lieu est connu comme le cimetière de la rue aux Poules.

23Dans le contexte "apaisé" de l’édit de Nantes, le temple protestant parisien est construit à partir de 1606 à Charenton, sur les limites de l’actuelle commune de Saint-Maurice. Signe de leur influence auprès du pouvoir royal, les protestants autorisés de culte par l’édit à huit lieues de Paris, se rapprochent pour s’installer en 1606 sur une propriété privée, à deux lieues seulement (figure 1). C’est un endroit stratégique, le pont de Charenton étant le seul point de passage à l’est de la capitale. Ce lieu est une enclave protestante officielle dont le souvenir ne sera pas totalement effacé après la destruction et l’interdiction du culte en 1685.

Figure 1

Figure 1

Plan de la ville de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles et localisation des cimetières protestants parisiens mentionnés dans le texte (Fond de carte tiré de C. Roussel, Plan de Paris, Paris, ses Faubourgs et ses environs (XVIIIe siècle) et détail de Paris sous Louis XIII |
Plan of the city of Paris in the 17th and 18th centuries and location of the Parisian Protestant cemeteries mentioned in the text (Modified after C. Roussel’s Map of Paris, Paris neighbourhoods and surroundings (18th century) and detail of Paris in the time of Louis XIII

DAO/CAD : C. Buquet-Marcon ; source : gallica.bnf.fr

24La propriété sera investie immédiatement comme lieu d’inhumation, deux temples seront tour à tour construits. Le second est le seul dont nous connaissions la localisation avec exactitude. Il est situé au nord-est de la propriété et se trouve flanqué de deux cimetières qui accueillent une grande partie de la communauté protestante parisienne (figure 2) et même internationale si l’on considère le sarcophage en plomb de Lord Craven, jeune noble anglais mort à 18 ans durant "son grand tour". Celle-ci a été découverte dans les années 1990 lors de travaux de voirie (CG94). Cela n’entraîne pourtant pas l’abandon des autres cimetières parisiens et au contraire celui de la rue aux Poules sera ouvert huit ans plus tard, ce qui indique une communauté assez développée en nombre et des nécessités d’inhumations importantes. Le chiffre avancé par les historiens pour l’ensemble du royaume est de 750 000 huguenots au XVIe siècle (Benedict, 1987).

Figure 2

Figure 2

Plan du second temple entre 1640 et 1685 (Arch. Nat. Z1J13136) et des cimetières protestants de Charenton. Positionnement de l’emprise de la fouille |
Map of the Protestant church (Arch. Nat. Z1J13136) and Protestant cemeteries of Charenton, 1640-1685. Position of the excavation area

  • 7 Sur la figure, les dégradés traduisent la position stratigraphique des individus du moins profond e (...)

25En 2005, une partie du cimetière sud-est a été fouillé avant destruction (Dufour et al., 2019). On y remarque une grande densité de tombes pour un cimetière qui n’a fonctionné que 80 ans. L’organisation se fait en rangées orientées selon un axe nord-sud qui se recoupent vers l’ouest au fur et à mesure de leur implantation, mais également se superposent (figure 3)7. Les 167 inhumations sont très majoritairement en linceul et en cercueil pour près de 90 % des cas. Il est à noter que les recoupements sont très nombreux car ils concernent 86 % des sépultures, cela a entraîné la disparition presque entière d’un grand nombre d’entre-elles, n’offrant dès lors que peu d’indices taphonomiques. En effet, près d’un tiers des individus en position primaire sont représentés par moins du quart de leur squelette. Pour la très grande majorité des tombes, aucun objet n’est associé au défunt, seules quelques très rares bagues – deux ayant été trouvées en position de port – et là encore, les recoupements ont pu entraîner une large perte d’information. Les éléments découverts en remblai sont également très rares. Nous ne pouvons mettre en évidence de regroupement d’individus que dans un cas où les squelettes se superposent parfaitement. Il faut souligner que la densité des tombes et des os en position secondaire nous ont empêché de lire les contours de fosses et la présence des cercueils est très souvent attestée par la conservation partielle de ceux-ci. L’impression générale est celle d’une grande uniformité de traitement, quels que soient l’âge et le statut du défunt, des gestes systématiques et des sépultures dont l’intégrité n’a pas à être préservée, probablement non marquées au sol. Les rangées sont fluctuantes et ne permettent pas de mettre en évidence une gestion de l’espace où l’individuation a sa place. Ces différents indices pourraient être l’expression d’une forme de communautarisme. Dans le contexte global parisien, cette uniformité est à souligner. Non pas que la présence d’un cercueil ou d’un linceul soit extraordinaire, en effet, prises une à une, ces sépultures répondent aux usages chrétiens que nous pouvons rencontrer dans tous les cimetières paroissiaux et comment pourrait-il en être autrement vu l’encadrement strict des funérailles par les édits ? Cependant, il s’agit du cimetière lié au seul temple parisien. Malgré sa position hors les murs, il correspond à une aire funéraire de la capitale et c’est à d’autres aires de la capitale qu’il faudrait confronter nos données. Nous n’avons, malheureusement, que peu de données archéologiques pour les cimetières parisiens au XVIIe siècle, mais les éléments archivistiques permettent de soulever une question qui nous paraît intéressante. En effet, à Paris, la surexploitation des cimetières et des espaces d’inhumations dans les églises et l’augmentation des frais de sépultures contribuent à la systématisation des fosses communes, entraînant des nuisances olfactives et sanitaires connues par les fréquentes plaintes des riverains et les enquêtes sanitaires qui y répondent (Dainville-Barbiche, 2014). Ce mode d’inhumation semble être l’une des caractéristiques des cimetières parisiens et tend à se généraliser durant toute la période moderne. Ainsi le modèle récurrent, qu’il soit paroissial ou hospitalier, est celui d’un lieu d’inhumation comprenant un espace pour les tombes individuelles, une ou plusieurs fosses communes aux dimensions variables selon qu’elle soit ouverte en hiver ou en été ainsi que des charniers liés à la gestion de l’espace et aux vidanges des inhumations. La durée avant réouverture d’une fosse commune est variable en fonction de ses dimensions. Elle est souvent de plus de cinq ans, mais elle n’est pas toujours respectée, en raison d’un nombre très important de morts à gérer (Hillairet, 1954). De plus, leur marquage semble parfois aléatoire si l’on en croit les procès-verbaux de l’enquête sanitaire de 1763, certes plus tardifs.

Figure 3

Figure 3

Plan des sépultures hors diagnostic, fouille par J.-Y. Dufour (Inrap, 2005). Une proposition de restitution des rangées est figurée en couleurs |
Plan of the graves before diagnosis, J.-Y. Dufour excavation (Inrap, 2005). A proposal for mapping the rows is shown in colour

26Le cimetière parisien le plus connu est sans doute le cimetière des Innocents. Nous n’avons malheureusement que des écrits et des gravures à son sujet et en particulier sur ses charniers à plusieurs étages. Malgré ses dimensions importantes pour un cimetière intra muros (≈ 5500 m2), il est surexploité par de nombreuses paroisses et durant de nombreux siècles, de façon continue, ce qui entraîne des problèmes sanitaires récurrents d’infections et de nombreuses plaintes des riverains. Les fosses communes, non marquées, sont vidées trop rapidement par le creusement d’une nouvelle, les charniers deviennent des pourrissoirs sur plusieurs étages. Le niveau de circulation du cimetière est largement surélevé par rapport à celui des rues avoisinantes. Le poids sur les murs entraînera en 1780 l’effondrement d’une partie du cimetière chez un restaurateur et le déversement d’ossements plus ou moins décomposés dans ses caves. Cet accident engendre un traumatisme si profond, qu’il amorcera une lente mais réelle transition funéraire à Paris, avec la fermeture de nombreux cimetières, l’interdiction des fosses communes et la création de nouveaux espaces funéraires hors les murs.

27Cette pression mortuaire est palpable sur le site de Charenton-Saint-Maurice, où la très grande majorité des sépultures sont incomplètes car recoupées lors de la création d’une nouvelle rangée. Jusqu’à cinq niveaux de superposition ont été observés (figure 4). Nous avons également trouvé de larges fosses de vidanges dans l’espace funéraire, ainsi qu’un nombre considérable d’ossements dans le remplissage des tombes. En effet, plus de 3500 ossements en remblais ont été inventoriés, mais cela n’inclut pas les niveaux terrassés qui en contenaient également beaucoup. Les perturbations interviennent souvent avant que l’on puisse attester la fin de la décomposition du cadavre. Cette situation est d’autant plus marquante que l’utilisation du cimetière est courte et que seule une petite partie de l’un des cimetières a été fouillée. Des données plus larges issues du diagnostic nous permettent de considérer qu’aucune fosse commune n’a été ouverte sur le cimetière sud-est. Toutefois, il peut être envisagé que des creusements aient été organisés pour recevoir plusieurs cercueils. En effet, nous n’avons pu identifier les fosses que pour les niveaux les plus profonds. Il s’agissait alors systématiquement de fosses individuelles. Mais pour les niveaux médians ou supérieurs, nous ne pouvons pas toujours en être totalement certains. D’autant que la superposition précise de certains squelettes pourrait évoquer le cas de funérailles partagées : deux familles qui se réunissent pour enterrer deux défunts dans une tombe commune en divisant les coûts, ce qui est attesté par ailleurs (Hillairet, 1954). Si de tels creusements ont pu exister, la difficulté de suivre les rangées stratigraphiquement, avec des décalages presque systématiques mais inconstants entre les individus ne nous permettent pas d’envisager cela comme un mode de gestion.

Figure 4

Figure 4

Exemple de recoupement entre les sépultures |
Example of intersecting burials

C. Buquet-Marcon, Inrap

La Rochelle, capitale de la Cause protestante

  • 8 Circonscription politique correspondant par la suite au colloque d’Aunis appartenant à la province (...)

28La ville portuaire de La Rochelle est au cœur d’une région, l’Aunis8, tournée vers l’Atlantique et le commerce, ouvrant ainsi largement la région rochelaise aux idées nouvelles venues des pays hanséatiques luthériens ou calvinistes (Angleterre, Écosse, Pays-Bas). Son caractère cosmopolite favorise la diffusion rapide de la religion réformée, amplifiée par une autonomie municipale qui rend ses rapports difficiles avec l’Église depuis le XIVe siècle (Rambeaud, 2003b).

  • 9 Concession faite par le roi pour assurer la coexistence confessionnelle. L’édit de Saint-Germain (1 (...)

29La Rochelle fait figure d’exception dans le royaume jusqu’en 1628. Son autonomie urbaine et religieuse, sa prospérité commerciale internationale et sa fonction de frontière face à l’Angleterre ont grandement joué dans le traitement particulier dont elle a bénéficié de la part de l’autorité royale. L’édit d’Amboise (1563) interdisant le prêche dans les villes n’y est pas appliqué. Elle est l’une des quatre premières places de sûreté9 créées en 1570 permettant l’organisation du pouvoir politique et militaire de la communauté huguenote mais à la différence que son armée est placée sous l’autorité de son maire et non du gouverneur nommé par le roi. Dans les "Plaintes des églises réformées de France" (factum 1597) soumises au roi avant la signature de l’édit de Nantes, La Rochelle et sa région n’y sont mentionnées que comme exemptées des mauvais traitements de la part des catholiques. Quand l’application de l’édit de Nantes met en exergue l’inégalité du traitement en défaveur des protestants en rétablissant le culte catholique partout où il ne l’est plus et en limitant le culte protestant dans des lieux déterminés, La Rochelle fait encore la différence en imposant sa liberté religieuse. Elle acquiert donc très tôt un rôle de refuge pour les communautés protestantes et devient capitale de la Cause par son autonomie politique et militaire.

30Après l’exemple de Paris, soumise au pouvoir politique central, La Rochelle inverse les rôles et montre une apparente facilité dans son évolution religieuse. Apparente, parce que le sort des réformés n’étant jamais stabilisé, les protestants doivent constamment lutter pour conserver leur légitimité.

31Dans un premier temps, la région n’apparaît pas comme un foyer actif de la Réforme (Rambeaud, 2003b). Les premières condamnations et les premiers édits, sous François Ier, incitent la petite communauté à agir dans la clandestinité par des prêches de nuit dans des maisons privées et dans La Prée Maubec (figure 5) située en dehors de l’enceinte médiévale à l’est de la ville et destinée au pâturage (Nibodeau et Souquet-Leroy, 2018). Ce secteur, futur quartier de la Villeneuve, gardera, à l’instar de Charenton, une forte empreinte protestante jusqu’au XVIIIe siècle.

Figure 5

Figure 5

Plan restitué de la ville de La Rochelle à la fin du Moyen Âge. La Prée Maubec est localisée en dehors de l’enceinte |
Map of the city of La Rochelle at the end of the Middle Ages. La Prée Maubec is located outside the city walls

J.-P. Nibodeau, P. Galibert, Inrap

  • 10 Il s’agit d’un édifice cultuel utilisé simultanément par les deux confessions, catholique et protes (...)

32Le courant calviniste se répand rapidement durant les années 1550 avec l’appui des notables, malgré la politique répressive de François Ier puis de son fils Henri II. Les communautés sont très silencieuses et sans réaction face aux atteintes faites à leur encontre, tant la répression est forte de la part du pouvoir royal. Malgré cela, un consistoire est créé en 1558 et en 1561, l’élite rochelaise se convertit. L’église réformée devient alors plus importante que l’église catholique et devient officielle après 1563. Dans ce nouveau contexte religieux, un simultaneum10 est mis en place, dans un premier temps, dans les églises Saint-Barthélemy et Saint-Sauveur afin de conserver une coexistence confessionnelle. La ville devient officiellement protestante, dans un second temps, en 1568, par l’élection de son premier maire réformé (Hoarreau et al., 2017). Un nouveau paysage urbain se dessine : une nouvelle enceinte est construite incluant la Prée Maubec, un temple est construit à la place du château, les églises sont saccagées et parfois détruites. Les autorités protestantes gardent la gestion des cinq cimetières dont le fonctionnement reste inchangé et commun aux deux confessions (figure 6).

Figure 6

Figure 6

Localisation des cinq cimetières rochelais intra muros (vert) utilisés par les deux confessions et du temple protestant (rouge) au début du XVIIe siècle. La Prée Maubec, nommée quartier de la Villeneuve, est maintenant incluse à l’intérieur du tracé de l’enceinte de la place de sûreté. Plan de La Rochelle en 1627 (d’après Masse 1979, feuille 9) |
Location of the five intra muros cemeteries in La Rochelle (green) used by the two denominations, and of the Protestant church (red) at the beginning of the 17th century. La Prée Maubec, known as the Villeneuve district, is now included inside the former walls of the Protestant stronghold. Map of La Rochelle in 1627 (from Masse 1979, sheet 9)

33Le nouveau pouvoir protestant impose une véritable dictature sur les habitants et la petite communauté catholique rochelaise doit faire appel aux commissaires royaux pour faire appliquer les termes de l’édit de Nantes. Le sujet de la restitution des cimetières pose problème mais ceux-ci restent finalement communs. Dans les cimetières de Saint-Barthélemy et de Notre-Dame, des séparations sont mises en place pour différencier les secteurs réservés aux catholiques (Bonnin, 1997). Les messes, interdites depuis 1585, sont célébrées dans la seule église Sainte-Marguerite.

34Après le Grand Siège de 1628, opposant la royauté aux protestants, la ville redevient catholique et perd ses prérogatives. La communauté protestante devient un groupe ostracisé, minoritaire numériquement. Louis XIII ordonne la restitution des églises et des biens enlevés aux catholiques. Le grand temple est transformé en cathédrale, les cimetières sont repris par les catholiques qui interdisent les cimetières paroissiaux aux réformés. Le culte protestant est conservé mais déplacé dans le quartier de la Villeneuve (ancienne Prée Maubec), à l’extrême est de la ville, pour la construction d’un nouveau temple et l’ouverture d’un cimetière attenant. Les rochelais protestants demeurant à l’extrême ouest de la ville continuent d’inhumer dans le cimetière du Pérot mais celui-ci leur est vite interdit. Un terrain leur est accordé alors au nord de ce dernier dont la mémoire sera complètement oblitérée par la suite (figure 7).

Figure 7

Figure 7

Après le siège de La Rochelle (1628), les cimetières anciens sont restitués aux catholiques (vert). Un nouveau temple est construit dans la Villeneuve (rouge) flanqué d’un nouveau cimetière protestant (1). Le cimetière de Saint-Jean-du-Pérot (2) est temporairement utilisé par les protestants. Un troisième cimetière leur est attribué pour pallier à la saturation rapide du nouveau cimetière de la Villeneuve. Plan de La Rochelle en 1685 (4PL253) |
After the siege of La Rochelle (1628), the old cemeteries (green) were returned to the Catholics. A new Protestant church was built in Villeneuve (red) flanked by a new Protestant cemetery (1). The cemetery of Saint-Jean-du-Pérot (2) was temporarily used by Protestants. A third cemetery was allocated to them to relieve the rapid overcrowding of the new Villeneuve cemetery. Map of La Rochelle in 1685 (4PL253)

35Un secteur du cimetière de Saint Jean du Pérot, utilisé pendant 60 ans par la communauté protestante au cours du XVIIe siècle, fut fouillé en 2006 par J.-P. Nibodeau (2010). L’étude stratigraphique a permis de répartir les 60 sépultures mises au jour en trois phases chronologiques : la période médiévale avec les débuts du cimetière caractérisés par l’utilisation de coffrages, la fin de la période médiévale durant laquelle le chemin logeant le cimetière est désaffecté au profit de l’installation de nouvelles sépultures et la période moderne dont les 21 sépultures recoupent un niveau d’exhaussement ou d’assainissement du cimetière. Les limites, dans la petite portion fouillée, sont fluctuantes et rendent compte de l’évolution de l’espace et de sa partition au cours de la période moderne : 16 sépultures individuelles de même orientation selon l’axe ouest-est sont installées en rangées dans la partie sud et séparées par un mur tandis que cinq autres semblent plus contraintes et d’orientation diverses (ouest-est et nord-sud) dans la petite fenêtre nord (figure 8). Les contraintes techniques de la fouille et la fenêtre étroite investiguée n’ont pas permis d’expliquer cette partition et cette différence de gestion. En outre, les gestes funéraires observés pour chaque sépulture n’ont pas permis d’identifier l’une ou l’autre religion.

Figure 8

Figure 8

Plan des sépultures modernes découvertes lors de la fouille du Théâtre Verdière à La Rochelle sur l’emplacement du cimetière de Saint-Jean-du-Pérot. À l’extrême nord de l’emprise de fouille, nous observons une gestion différente dans l’implantation des sépultures avec des changements d’orientation |
Map of the modern-era graves discovered during excavations of the Théâtre Verdière in La Rochelle on the site of the cemetery of Saint-Jean-du-Pérot. The northernmost part of the excavation area reveals a different management pattern in the siting of the graves, with changes in their orientation

G. Pouponnot, I. Souquet-Leroy, Inrap

Après la Révocation ; une invisibilité obligée

36L’interprétation “à la rigueur” de l’édit de Nantes après la mort d’Henri IV en 1610, conduit lentement à un durcissement à l’égard des réformés notamment en termes funéraires (séparation stricte des cimetières, nécessité pour les réformés d’assumer l’acquisition d’un terrain pour leurs inhumations, exhumations, horaires restreints des funérailles…). La lecture restrictive de l’édit et les persécutions répétées conduisent à éliminer les populations protestantes des villes ainsi que l’exercice de la "religion prétendument réformée" (Thibaut-Payen, 1977 ; Deregnaucourt et Poton, 1995). À partir de 1685, sur fond de provocation internationale, Louis XIV renvoie les protestants dans l’ombre de façon brutale avec l’édit de Fontainebleau. L’interdiction de culte et de droit sur un espace funéraire s’accompagne de destructions systématiques et d’une obligation d’oubli. Pour les Nouveaux Convertis, l’abjuration et le refus des sacrements sur leur lit de mort entraînent un procès à leur dépouille ou à leur mémoire (Ligou, 1975 : 68 ; Cabanel, 2012 : 636). Pour les protestants qui ont choisi la clandestinité plutôt que l’exil, les consistoires sont dissous, le culte est interdit, leurs temples sont détruits et leurs cimetières fermés, mesures prises parce que juridiquement, ils n’existent plus. Le cas des sépultures n’est pas mentionné dans l’édit. Une simple instruction signale aux intendants que "sa majesté ne veut pas qu’il y ait d’endroits marqués pour les enterrements de ceux de la dite religion et chacun pourra les faire enterrer où bon lui semblera" (Baratte, 1906). À partir de 1685 et pendant environ 40 ans, les protestants rochelais et parisiens n’ont donc plus de lieu d’inhumation officiel et il est plus que probable que la tradition d’inhumer dans les caves, les jardins ait été maintenue pendant plusieurs années, sans qu’il y ait tenue de registres (Garrisson, 2015).

  • 11 Déclaration du 29 avril 1686 sur les relaps à l’article de la mort : le malade refusant les dernier (...)
  • 12 Les prêtres sont appelés alors que le malade a rendu le dernier soupir, la mort est constatée en af (...)
  • 13 Les décès sont constatés dans des actes notariés qui n’ont pas valeur juridique (Thibaut-Payen, 197 (...)

37La situation se dénoue dans un premier temps avec le sort des cimetières de protestants étrangers décédés sur le territoire du royaume. La sépulture des protestants étrangers est autant frappée d’ostracisme après l’édit de Fontainebleau mais le jeu des relations diplomatiques facilite l’attribution d’espaces dévolus à leur inhumation. Dans les villes portuaires, un arrêt du Conseil du 24 mars 1726 règle le problème en autorisant à fixer un lieu d’enterrements pour les nombreux protestants étrangers. Cet arrêt n’est appliqué que le 15 avril 1729 par le corps de ville de La Rochelle à la suite d’une délibération assignant "un terrain situé derrière les capucins" pour l’inhumation des étrangers (Thibaut-Payen, 1977). Pour les régnicoles, le processus est plus long mais reste lié à ces premiers avantages. La situation de relaps11, toujours en vigueur depuis le décret d’avril 1686, oblige les protestants à utiliser des subterfuges pour éviter la confiscation des biens, les pressions sur les mourants12 et les inhumations dans les cimetières catholiques. Les sépultures protestantes “inconnues” juridiquement13 se multiplient dans les lieux privés. Mais, pour les autorités inquiètes de cette situation, reconnaître juridiquement ces sépultures reviendrait à reconnaître l’existence même des protestants dans le royaume. Devant l’absurdité de cette situation, la déclaration du 9 avril 1736 autorise l’inhumation "en vertu d’une ordonnance du juge de police des lieux" en un endroit désigné par la famille. Dans cette procédure laïque, le curé, qui avait le monopole de l’état civil, n’intervient plus : le roi pouvait ainsi savoir qui mourait dans son royaume et vérifier les conditions d’inhumation.

38À La Rochelle, les terrains du temple et de son cimetière dans le quartier de la Villeneuve sont réattribués à l’Hôpital Général peu avant la Révocation (Nibodeau et Souquet-Leroy, 2018). À partir de 1685 et pendant environ 40 ans, toute trace d’occupation protestante disparaît : le temple de la Villeneuve est détruit, les cimetières sont fermés. Durant la période du Désert, les protestants ont recours à l’inhumation clandestine dans ce même quartier de la Villeneuve. Dans les actes notariés consultés, des inhumations sont mentionnées dans le "jardin" identifié comme attenant à un hôtel particulier qui sera le point de rassemblement des inhumations protestantes pendant toute cette période (figure 9). Il sera le seul espace funéraire clandestin puis officieux (car connu des autorités municipales) pour la communauté protestante rochelaise. Il deviendra officiel avec la création d’un hôpital protestant dans l’hôtel particulier en 1765 et jusqu’à sa fermeture à la toute fin du XVIIIe siècle. Situé immédiatement au sud de l’Hôpital Général, le choix d’établir un hôpital et un cimetière protestants en ce lieu paraît insolite voire provocateur au regard de la politique de conversions appliquée dans les hôpitaux catholiques. En fait, cette localisation dévoile l’opiniâtreté de la communauté réformée à rester dans le quartier historiquement huguenot à proximité du temple et du cimetière, détruits en 1685 et dans lequel les premiers prêches se déroulaient au XVIe siècle. En outre, ce quartier encore isolé et peu bâti, permet à la communauté de rester discrète (Nibodeau et Souquet-Leroy, 2018). Le cimetière, ceinturé par des murs hauts, garde un aspect arboré de jardin. Son accès se fait par une petite entrée située à l’arrière de la parcelle dans une rue étroite.

Figure 9

Figure 9

Localisation du futur hôpital protestant et de son jardin à proximité de l’Hôpital Général construit sur les ruines du temple et du cimetière de la Villeneuve. Extrait d’un plan de La Rochelle en 1733 réalisé par le service du Génie, SHD Vincennes, 1 VH1549, pièce 60 |
Location of the future Protestant hospital and its garden adjacent to the General Hospital, which was built on the ruins of the Protestant church and cemetery in Villeneuve. Extract from a map of La Rochelle in 1733 produced by the Civil Engineering Department, SHD Vincennes, 1 VH1549, room 60

V. Miailhe, Inrap

39Durant l’hiver 2009-2010, l’ancien hôpital protestant et son cimetière ont fait l’objet d’une fouille préventive con-duite par J.-P. Nibodeau (Nibodeau et Souquet-Leroy, 2018). Environ 500 sépultures ont été mises au jour (figure 10). Cet espace est densément utilisé pendant environ un siècle par une population estimée à un millier (Pérouas, 2002) alors qu’elle était composée de 17 000 habitants à la fin du XVIe siècle (Chareyre, 2002 ; Rambeaud, 2003b). La politique royale interdisant toute nouvelle installation dans les villes rebelles, le siège de 1628, les épidémies et l’immigration pendant la période du Désert ont contribué à réduire franchement la population protestante (Krumenacker, 2008). La population inhumée dans le cimetière (évaluée entre 800 et 1000 lors du diagnostic) serait donc proche de la population vivante estimée.

Figure 10

Figure 10

Plan de la fouille de l’hôpital protestant et de son cimetière |
Map of the excavation of the Protestant hospital and its cemetery

V. Miailhe, Inrap

40La gestion du cimetière tient compte de son aspect initial de jardin avec parterres et allées mais l’accumulation des sépultures a gommé toute trace de son organisation (figure 11). Environ 50 % des sépultures sont partielles et 10 % d’entre elles contiennent des ossements en position secondaire. Seuls les petits espaces vacants, les orientations différentes (ouest-est, nord-sud, et inversement) rendent compte de contraintes disparues au sein desquelles les inhumations sont agencées.

41Les gestes pratiqués indiquent une grande homogénéité des traitements quel que soit l’âge ou le sexe des défunts qui sont inhumés individuellement en cercueil et en linceul. Cinq sépultures doubles contiennent les restes d’au moins un très jeune sujet de moins d’un an. Le peu de mobilier découvert (17 % des sépultures en contiennent) témoigne en faveur d’une humilité récurrente sans signe distinctif. Si nous les comparons aux pratiques funéraires observées dans le cimetière catholique Notre-Dame au nord de la ville (Gissinger, 2015), nous constatons qu’il est impossible de différencier l’une ou l’autre religion à partir des gestes observés dans ces deux espaces funéraires. Seules les archives permettent d’identifier le contexte religieux.

Figure 11

Figure 11

Sépulture 10063 de cimetière protestant (gauche) et sépulture 643 du cimetière Notre-Dame de La Rochelle. On observe la similitude du traitement du corps et des pratiques funéraires dans les deux cimetières |
Grave 10063 in the Protestant cemetery (left) and grave 643 in the Notre-Dame de La Rochelle cemetery, showing the similarities between treatment of the bodies and burial practices in the two cemeteries

I. Souquet, Inrap / F. Gissinger, CG 17

42À Paris, la législation s’assouplit sous Louis XV entre 1720 et 1725, plus de 50 ans avant l’édit de tolérance. Les pressions diplomatiques répondent aux constats sanitaires déjà alarmants datés de 1707 (Garisson, 2015). Ainsi il est décidé d’ouvrir des cimetières protestants pour les étrangers dès 1713 avec le traité d’Utrecht. Sont ainsi créés le cimetière de la Porte Saint-Martin (1720-1762) – officiellement ouvert en 1925, bien qu’il soit fait mention de sa qualité de cimetière dès 1720 –, celui du Port-au-plâtre sur le quai de la Rapée (1725-1790) ainsi que celui de la rue de la Grange aux Belles. Dans ces espaces, les coreligionnaires français vont rapidement de se faire enterrer. Nous n’avons aucun exemple archéologique d’inhumation à comparer à celles du XVIe siècle. Toutefois, il n’est pas exclu qu’à l’occasion de nouveaux travaux, des données nous parviennent.

Conclusion

43Les deux exemples de Paris et La Rochelle, malgré leur statut opposé, livrent des points communs : une grande cohésion des communautés qu’elles soient majoritaires ou non et une similitude des pratiques d’inhumation pourtant dictées par des théologies opposées. Nous parlons d’invisibilité parce qu’avec notre regard d’archéologue, il est impossible d’identifier une sépulture de protestant que ce soit au cours des périodes pour lesquelles ils sont acceptés ou lors des périodes d’exclusion. Les pratiques étant chrétiennes avant tout, les gestes mis en évidence ne se différencient pas d’une sépulture catholique. Une sépulture protestante dans un contexte catholique comme à Paris ou une sépulture catholique dans un contexte protestant comme à La Rochelle donnent toutes deux une image d’une sépulture chrétienne. Quand ils sont exclus, les protestants trouvent les moyens d’inhumer clandestinement en se fondant dans le paysage. Ce n’est donc pas à l’échelle de la sépulture que nous pouvons poser l’hypothèse d’une identification protestante mais à l’échelle du gisement dans son contexte topographique.

44Enfin nous parlons de persistance parce que dans les deux exemples de Paris et de La Rochelle, les protestants ont posé leur marque de manière pérenne sur des espaces civils même lorsqu’ils sont exclus et font vivre clandestinement leur empreinte par une occupation discrète mais forte du territoire.

Haut de page

Bibliographie

Baratte L (1906) Rapports de l’autorité civile et de l’autorité religieuse en matière de sépulture ancien droit et droit actuel. Thèse de doctorat, Université de Rennes (1904). Association ouvrière de l’imprimerie Drouin, Le Mans, 241 p

Benedict P (1987) La population réformée française de 1600 à 1685. Annales. Économies, Sociétés, Civilisations 42(6):1433-1465 [https://doi.org/10.3406/ahess.1987.283464]

Benedict P (1998) Les vicissitudes des églises réformées de France jusqu’en 1598. Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français 144(1):53-73 [http://www.jstor.org/stable/43498914]

Boisson D, Lippold C (2002) La survie religieuse des communautés protestantes du Centre de la France et du Bassin parisien de la révocation de l’édit de Nantes à l’édit de tolérance (1685-1787). Histoire, économie et société 21(2):227-256 [https://doi.org/10.3406/hes.2002.2299]

Bonnin JC (1997) Les anciens cimetières protestants de La Rochelle. In: Treffort C (ed) Mémoires d’homme : traditions funéraires et monuments commémoratifs en Poitou-Charentes de la Préhistoire à nos jours. Association rochelaise de coopération, d’animation et de diffusion documentaire, La Rochelle, pp 101-103

Buquet-Marcon C, Souquet-Leroy I (2015) Le paysage du cimetière protestant. In: Gaultier M, Dietrich A, Corrochano A (dir) Rencontre autour des paysages du cimetière médiéval et moderne. Actes des 5es Rencontres du Groupe d’Anthropologie et d’Archéologie Funéraire, Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France 60, Publication du Gaaf 4, FERACF, GAAF, Tours, pp 281-292

Buquet-Marcon C, Dufour JY (2016) Huguenots en boîtes de nuit : le cimetière de Charenton (Val-de-Marne). Les Nouvelles de l’Archéologie 143:22-27 [https://doi.org/10.4000/nda.3355]

Cabanel P (2012) Histoire des protestants en France XVIe-XXIe siècle. Fayard, Paris, 1502 p

Carbonnier-Burkard M, Cabanel P (1998) Une histoire des protestants en France. Desclée de Brouwer, Paris, 219 p

Carbonnier-Burkard M (2000) Les manuels réformés de préparation à la mort. Revue de l’Histoire des Religions 217(3):363-380 [https://doi.org/10.3406/rhr.2000.1035]

Carbonnier-Burkard M (2005) Des funérailles laïques : l’exception réformée, du XVIe au XVIIIe siècle. In: Picon R (ed) La mort, le deuil, la promesse. Sens et enjeux du service funèbre. Olivétan, Lyon, pp 79-89

Carbonnier-Burkard M (2012) Les morts sans Purgatoire. L’impact de la Réformation sur les pratiques funéraires à l’époque moderne. In: Peres J-N (ed) Pratiques autour de la mort, enjeux œcuméniques. Desclée De Brouwer, Paris, pp 101-128

Chareyre P (2002) Démographie et minorités protestantes. Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français 148(4):867-889 [http://www.jstor.org/stable/43691767]

Christin O, Krumenacker Y (2017) Les protestants à l’époque moderne. Une approche anthropologique. Presses universitaires de Rennes, Rennes, 610 p

Couret T (2016) Les cimetières familiaux protestants. Chrétiens et sociétés 23(1):163-183 [https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.4110]

Dainville-Barbiche S (2014) Les cimetières à Paris au XVIIIe siècle : problèmes d’odeurs et de salubrité publique. Ordonner et régénérer la ville : entre modernités et révolutions. Actes du 137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, “Composition(s) urbaine(s)”, Éditions du CTHS, Paris, pp 51-68

Daireaux L (2018) De la tolérance à la liberté de religion : les pouvoirs face à la question protestante, France 1685-1791. Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest 125(1):59-70. [https://doi.org/10.4000/abpo.3772]

Delumeau J (1978) La peur en Occident (XVIe-XVIIIe siècles). Fayard, Paris, 486 p

Deregnaucourt G, Poton D (1995) La vie religieuse en France aux XVIe – XVIIe – XVIIIe siècles. Synthèse & Histoire, Éditions Ophrys, Paris, 309 p

De Turckheim G (2006) Le protestantisme. Éditions Eyrolles, Paris, 187 p

Dufour JY, Buquet-Marcon C, Hadjouis D (2019) Les fouilles archéologiques du temple et du cimetière huguenot de Charenton. Honoré Champion, Paris, 320 p

Garrisson F (2015) Le cimetière des protestants étrangers (Paris, 1720-1803). Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français 161(1):9-38 [https://doi.org/10.4000/pds.2461]

Gissinger B (2015) La Rochelle "30 Avenue des Cordeliers". Rapport de fouille archéologique préventive, Service d’archéologie départementale de la Charente-Maritime, 5 volumes

Hillairet J (1954) Les 200 cimetières du vieux Paris. Éditions de Minuit, Paris, 432 p

Hoarreau M, Pairault LG, Poton D (2017) Huguenots d’Aunis et de Saintonge XVIe – XVIIIe siècles. Le Croît Vif/Les Indes Savantes, Paris, 250 p

Koslofsky C (2000) The Reformation of the Dead. Death and Ritual in Early Modern Germany, 1450-1700. Macmillan press LTD, Basingstoke/New York, 223 p

Krumenacker Y (2008) Les minorités protestantes dans les grandes villes françaises de l’époque moderne. Anale Universităţii București 2008:101-114 [https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00383263]

Légaré Hamel A (2020) La normativité changeante des pratiques funéraires protestantes en France (1598-1685). Cahiers d’histoire 38(1):35-56 [https://doi.org/10.7202/1078675ar]

Lequin Y, Delumeau J (1987) Les malheurs des temps : histoire des fléaux et des calamités en France. Larousse, Paris, 519 p

Ligou D (1975) L’évolution des cimetières. Archives de Sciences Sociales des Religions 39:61-77 [https://doi.org/10.3406/assr. 1975.2767]

Masse C (1979) Recueil des plans de La Rochelle. In: Delafosse M, Faille R (ed) Rupella, La Rochelle (travaux exécutés entre 1690 et 1710 ; ouvrage achevé en 1717)

Nibodeau JP, Jégouzo A, Pouponnot G et al (2010) La Rochelle (17) : Théâtre Verdière. Rapport de fouille archéologique préventive, Inrap, Poitiers, 465 p

Nibodeau JP, Souquet-Leroy I (2018) Un hôpital et un cimetière protestants au temps des Lumières. Rapport de fouille, Inrap GSO, 4 volumes

Pérouas L (2002) De la reconquête catholique à la pénétration des Lumières (1628-1789). In: Delafosse D (ed) Histoire de La Rochelle. Privat, Toulouse, pp 197-227

Plaintes des églises réformées de France sur les violences qui leur sont faites en plusieurs endroits du royaume, et pour lesquelles elles se sont en toute humilité, à diverses fois, adressées à sa Majesté et Messieurs de son conseil. Factum publié en 1597, 172 p

Rambeaud P (2003a) De La Rochelle vers l’Aunis : l’histoire des réformés et de leurs églises dans une province française au XVIe siècle. Honoré Champion (La Vie des Huguenots 34), Paris, 608 p

Rambeaud P (2003b) L’édification d’un réseau d’Églises réformées dans une province française : l’exemple de l’Aunis au XVIe au siècle. Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français 149(2):197-219 [http://www.jstor.org/stable/ 43692150]

Souquet-Leroy I, Buquet-Marcon C (2015) La communauté protestante à l’époque moderne : exemples du cimetière du Temple de Charenton à Saint-Maurice XVIIe siècle et du cimetière de l’hôpital protestant de La Rochelle (XVIIIe siècle). In: Courtaud P, Kacki S, Romon T (dir) Cimetières et identités. MSHA/Ausonius éditions (Thanat’os 1), Bordeaux, pp 55-67

Thibaut-Payen J (1977) Les morts, l’église et l’état dans le ressort du Parlement de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles. Éditions Fernand Lanorre, Paris, 456 p

Van Gennep A (1998) Le folklore français. Robert Laffont, Paris, 4 tomes

Haut de page

Notes

1 Les communautés n’ont pas l’autorisation de sortir du Royaume. L’exil est pourtant la seule forme de résistance possible. Ainsi certains choisissent le Désert (pratique de la foi en secret dans des zones isolées), d’autres réussissent à rejoindre les pays du Refuge (Cabanel, 2012).

2 Actions pieuses et charitables moyennant rétribution.

3 Le culte des morts et les prières des vivants pour les morts au purgatoire rythment la vie des croyants depuis le Moyen Âge. Le lien morts-vivants est entretenu lors des messes, des fêtes (Toussaint…) et témoigne de la place qu’occupent les défunts dans la vie quotidienne des populations (Van Gennep, 1998).

4 Cet édit offre l’amnistie aux réformés repentis.

5 Premier édit de proscription contre les protestants, à la suite de l’affaire des Placards.

6 Le Poitou fait figure d’exception dans ce contexte car jusqu’en 1623 les deux communautés partagent les mêmes cimetières paroissiaux sans distinctions, ni mésententes (Thibaut-Payen, 1977).

7 Sur la figure, les dégradés traduisent la position stratigraphique des individus du moins profond en clair au plus profond en foncé. Il est à noter qu’il s’agit de profondeurs relatives, le terrain se trouvant à flanc de coteau, de plus nous n’avons pas pu observer les limites de fosses pour tous les niveaux hormis l’inférieur révélant le terrain naturel marneux.

8 Circonscription politique correspondant par la suite au colloque d’Aunis appartenant à la province synodale de Saintonge (Rambeaud, 2003a)

9 Concession faite par le roi pour assurer la coexistence confessionnelle. L’édit de Saint-Germain (1570) accorde aux huguenots quatre places de sûreté dans les villes fortes de La Charité-sur-Loire, Cahors, Montauban et La Rochelle pour une durée de deux ans. Cette concession sera renouvelée jusqu’en 1620.

10 Il s’agit d’un édifice cultuel utilisé simultanément par les deux confessions, catholique et protestante.

11 Déclaration du 29 avril 1686 sur les relaps à l’article de la mort : le malade refusant les derniers sacrements est condamné à la confiscation de ses biens et à faire amende honorable s’il guérit ou à l’exhumation et procès de son cadavre dans le cas contraire.

12 Les prêtres sont appelés alors que le malade a rendu le dernier soupir, la mort est constatée en affirmant que le parent a été enlevé "par une mort subite qu’on n’avait pas pu faire venir le curé du lieu" et les actes notariés ne cachent plus la mention "mort dans le religion réformée" (Thibaut-Payen, 1977).

13 Les décès sont constatés dans des actes notariés qui n’ont pas valeur juridique (Thibaut-Payen, 1977).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Plan de la ville de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles et localisation des cimetières protestants parisiens mentionnés dans le texte (Fond de carte tiré de C. Roussel, Plan de Paris, Paris, ses Faubourgs et ses environs (XVIIIe siècle) et détail de Paris sous Louis XIII | Plan of the city of Paris in the 17th and 18th centuries and location of the Parisian Protestant cemeteries mentioned in the text (Modified after C. Roussel’s Map of Paris, Paris neighbourhoods and surroundings (18th century) and detail of Paris in the time of Louis XIII
Crédits DAO/CAD : C. Buquet-Marcon ; source : gallica.bnf.fr
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9704/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 865k
Titre Figure 2
Légende Plan du second temple entre 1640 et 1685 (Arch. Nat. Z1J13136) et des cimetières protestants de Charenton. Positionnement de l’emprise de la fouille | Map of the Protestant church (Arch. Nat. Z1J13136) and Protestant cemeteries of Charenton, 1640-1685. Position of the excavation area
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9704/img-2.png
Fichier image/png, 248k
Titre Figure 3
Légende Plan des sépultures hors diagnostic, fouille par J.-Y. Dufour (Inrap, 2005). Une proposition de restitution des rangées est figurée en couleurs | Plan of the graves before diagnosis, J.-Y. Dufour excavation (Inrap, 2005). A proposal for mapping the rows is shown in colour
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9704/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 4
Légende Exemple de recoupement entre les sépultures | Example of intersecting burials
Crédits C. Buquet-Marcon, Inrap
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9704/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Titre Figure 5
Légende Plan restitué de la ville de La Rochelle à la fin du Moyen Âge. La Prée Maubec est localisée en dehors de l’enceinte | Map of the city of La Rochelle at the end of the Middle Ages. La Prée Maubec is located outside the city walls
Crédits J.-P. Nibodeau, P. Galibert, Inrap
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9704/img-5.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Figure 6
Légende Localisation des cinq cimetières rochelais intra muros (vert) utilisés par les deux confessions et du temple protestant (rouge) au début du XVIIe siècle. La Prée Maubec, nommée quartier de la Villeneuve, est maintenant incluse à l’intérieur du tracé de l’enceinte de la place de sûreté. Plan de La Rochelle en 1627 (d’après Masse 1979, feuille 9) | Location of the five intra muros cemeteries in La Rochelle (green) used by the two denominations, and of the Protestant church (red) at the beginning of the 17th century. La Prée Maubec, known as the Villeneuve district, is now included inside the former walls of the Protestant stronghold. Map of La Rochelle in 1627 (from Masse 1979, sheet 9)
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9704/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 7
Légende Après le siège de La Rochelle (1628), les cimetières anciens sont restitués aux catholiques (vert). Un nouveau temple est construit dans la Villeneuve (rouge) flanqué d’un nouveau cimetière protestant (1). Le cimetière de Saint-Jean-du-Pérot (2) est temporairement utilisé par les protestants. Un troisième cimetière leur est attribué pour pallier à la saturation rapide du nouveau cimetière de la Villeneuve. Plan de La Rochelle en 1685 (4PL253) | After the siege of La Rochelle (1628), the old cemeteries (green) were returned to the Catholics. A new Protestant church was built in Villeneuve (red) flanked by a new Protestant cemetery (1). The cemetery of Saint-Jean-du-Pérot (2) was temporarily used by Protestants. A third cemetery was allocated to them to relieve the rapid overcrowding of the new Villeneuve cemetery. Map of La Rochelle in 1685 (4PL253)
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9704/img-7.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Figure 8
Légende Plan des sépultures modernes découvertes lors de la fouille du Théâtre Verdière à La Rochelle sur l’emplacement du cimetière de Saint-Jean-du-Pérot. À l’extrême nord de l’emprise de fouille, nous observons une gestion différente dans l’implantation des sépultures avec des changements d’orientation | Map of the modern-era graves discovered during excavations of the Théâtre Verdière in La Rochelle on the site of the cemetery of Saint-Jean-du-Pérot. The northernmost part of the excavation area reveals a different management pattern in the siting of the graves, with changes in their orientation
Crédits G. Pouponnot, I. Souquet-Leroy, Inrap
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9704/img-8.png
Fichier image/png, 301k
Titre Figure 9
Légende Localisation du futur hôpital protestant et de son jardin à proximité de l’Hôpital Général construit sur les ruines du temple et du cimetière de la Villeneuve. Extrait d’un plan de La Rochelle en 1733 réalisé par le service du Génie, SHD Vincennes, 1 VH1549, pièce 60 | Location of the future Protestant hospital and its garden adjacent to the General Hospital, which was built on the ruins of the Protestant church and cemetery in Villeneuve. Extract from a map of La Rochelle in 1733 produced by the Civil Engineering Department, SHD Vincennes, 1 VH1549, room 60
Crédits V. Miailhe, Inrap
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9704/img-9.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 10
Légende Plan de la fouille de l’hôpital protestant et de son cimetière | Map of the excavation of the Protestant hospital and its cemetery
Crédits V. Miailhe, Inrap
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9704/img-10.png
Fichier image/png, 1016k
Titre Figure 11
Légende Sépulture 10063 de cimetière protestant (gauche) et sépulture 643 du cimetière Notre-Dame de La Rochelle. On observe la similitude du traitement du corps et des pratiques funéraires dans les deux cimetières | Grave 10063 in the Protestant cemetery (left) and grave 643 in the Notre-Dame de La Rochelle cemetery, showing the similarities between treatment of the bodies and burial practices in the two cemeteries
Crédits I. Souquet, Inrap / F. Gissinger, CG 17
URL http://journals.openedition.org/bmsap/docannexe/image/9704/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Souquet et Cécile Buquet-Marcon, « La mort protestante : entre invisibilité et persistance. La difficulté d’ancrage des espaces funéraires protestants à Paris et à La Rochelle (XVIe-XVIIIe siècles) »Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 34 (1) | 2022, mis en ligne le 18 mars 2022, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/bmsap/9704 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bmsap.9704

Haut de page

Auteurs

Isabelle Souquet

Inrap NAOM, Bègles, France  ; CNRS, UMR 5199 PACEA, Université de Bordeaux, Pessac, France ; isabelle.souquet[at]inrap.fr

Articles du même auteur

Cécile Buquet-Marcon

Inrap CIF, Pantin, France ; CNRS, UMR 7206 Éco-Anthropologie, équipe ABBA, Musée de l’Homme, Paris, France ; cecile.buquet[at]inrap.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les contenus des Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo Société d'Anthropologie de Paris
  • Logo Fonds National pour la Science Ouverte
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search