Navigation – Plan du site
Dossier : Les années Lula : politiques sociales ou néolibéralisme ?

L’entrepreneuriat social et l’administration du conflit politique

O empresariamento do social e a administração do conflito político
Social Entrepreneurship and Administration of Political Conflict
José César de Magalhães Jr. et Tatiana de Amorim Maranhão
Traduction de David Yann Chaigne
p. 17-33

Résumés

Des ONG (organisations non gouvernementales) de São Paulo, une institution du gouvernement fédéral, des organismes multilatéraux et le discours sur les capacités de conflit et de négociation des jeunes constituent le point de départ d’analyses visant à élucider les modifications internes du champ des pratiques et des politiques de développement qui, depuis la fin des années 1990, ont imposé à la pratique sociale des formes d’inspiration entrepreneuriale et microéconomique. Ce nouvel habillage du social a mené à une convergence entre les conduites et les formulations des deux côtés de l’échiquier politique, selon une stratégie multiple et polymorphe visant à réduire l’espace de la critique sociale et du conflit politique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en juin 2013 ; approuvé en février 2014.

Traduit du portugais

Texte intégral

  • 1 Les trois niveaux de l’administration publique sont la fédération, l’État et la municipalité.

1À la fin des années 1990, la structure professionnelle de certaines des plus anciennes ONG (organisations non gouvernementales) de São Paulo reflétait clairement la nouvelle position occupée par celles-ci dans le cadre de la vie politique locale et nationale. Créées au début des années 1980 sous la tutelle de mouvements sociaux émergents pour soutenir et financer leurs luttes de contestation, les ONG avaient déjà acquis, à la fin de la décennie suivante, une relative autonomie par rapport aux pratiques des organisations populaires. Elles ont commencé à défendre leurs propres causes et à mettre leurs compétences à la disposition d’organismes publics et privés par le biais de la prestation commerciale de services de conseil. Ces transformations seront d’ailleurs facilement justifiées par une vision largement diffusée par les médias et les sociologues, qui les replaceront dans une continuité historique tout en y identifiant les marques de la démocratisation progressive des institutions. Dans cette perspective, la revendication des droits sociaux portée par les mouvements populaires au début des années 1980 s’était inscrite dans un processus institutionnel de transition vers la démocratie et avait gagné de l’ampleur au sein des nouvelles politiques publiques des gouvernements récemment élus par les partis d’opposition après la sortie du régime militaire, pour accéder finalement au plus haut statut juridique dans le cadre légal de la Constitution fédérale de 1988. Des lois complémentaires étaient approuvées pour mettre en œuvre les dispositions de la Constitution qui garantissaient l’accès à des services publics universels ; elles fixaient les budgets, réglementaient l’exécution des services en vue de la garantie des droits aux trois niveaux de l’administration publique1 et aménageaient la « démercantilisation » de pans entiers de l’économie. Les partis politiques engagés aux côtés des mouvements sociaux se renforçaient lors des scrutins municipaux, d’États et fédéraux, et leur représentation au sein des appareils législatifs prenait de l’ampleur. Il s’est donc trouvé naturel de justifier le changement de profil des ONG qui avaient soutenu l’organisation des mouvements populaires en faveur de changements plus significatifs, dans le contexte d’un fort courant démocratisant s’emparant de la vie politique du pays et faisant passer ces organisations d’une participation directe aux luttes à un rôle de force de proposition pour la formulation de politiques publiques de garantie des droits constitutionnels.

  • 2 Mélange hybride d’organisations mi-associatives, mi-capitalistes, à vocation mixte, économique et s (...)

2Pourtant, dans la perspective de celles et ceux qui travaillaient dans ces ONG à la fin des années 1990, la discontinuité avec l’époque et avec les références cognitives des luttes pour la démocratisation était flagrante. Parmi les tâches quotidiennes d’organisation interne, les réunions se faisaient de plus en plus rares et évasives, les controverses étaient réglées par des techniques de « retransmission des demandes » en vogue dans la gestion des entreprises, les conseils politiques devenaient protocolaires, les lignes d’action étaient définies ailleurs, avec les clients des pouvoirs publics, des grandes entreprises et des agences internationales de financement, au cours de réunions dans les hôtels de la République dominicaine et en présence de représentants de gouvernements étrangers. Les actions privilégiées changeaient également d’orientation pour s’ajuster aux profils de publics déterminés par les bailleurs de fonds ; elles prenaient la forme de mobilisations motivationnelles en faveur d’initiatives entrepreneuriales. Les rapports d’évaluation des programmes gouvernementaux et autres initiatives des organisations privées du dit « troisième secteur2 » visaient un impact médiatique qui puisse populariser le nom des organisations dans un environnement de compétition pour l’accès aux ressources financières et pour la reconnaissance de l’excellence de leurs programmes par des remises de prix nationaux et internationaux. Leurs délégués, en cravate, se présentaient comme consultants en gestion d’organisations ; des collecteurs de fonds à l’expérience reconnue dans d’« autres entreprises » organisaient des réunions de planification et faisaient office de médiateurs des conflits. En somme, ces organisations ont peu à peu assumé un profil de cabinet de conseil aux entreprises tout en s’échangeant leurs cadres administratifs, leurs formes d’organisation interne, leurs programmes et leurs lignes d’action.

3Ce texte propose un exercice analytique de remise en question des évidences qui font apparaître notre actualité politique comme une conséquence naturelle et nécessaire d’intentions et de programmes préalables, comme la simple réalisation progressive et mécanique d’énoncés « démocratisants » et de dispositions réformatrices. Il s’agit ici de mettre en lumière la nécessité qui s’impose de démontrer à quel point notre moment politique est l’effet de compositions hétérogènes, d’origines diverses et d’orientations équivoques, et donc marqué par des clivages et des discontinuités à même de modifier significativement son cours. À cet effet, il convient de mener une analyse détaillée des forces hétérogènes qui le traversent et qui, au moyen de compositions, substitutions, filtrages et déplacements, indiquent tout de même une direction stratégique générale. La convergence entre les normes du monde de l’entreprise et les exigences émergeant de la question sociale brésilienne, à la suite des luttes ayant poussé à la re-démocratisation, a su modifier l’orientation stratégique des actions menées dans le domaine social et au sein des programmes de développement aux niveaux local, national et international, redéfinissant par là même les différentes initiatives visant à encourager l’engagement politique. L’irruption de cette nouvelle voie d’intervention politique produit alors une profonde césure – à portée épistémologique, pourrait-on dire – dans la manière de reconnaître, d’appréhender et de prendre en compte certains problèmes, mais également les regroupements d’intérêts et de pouvoir impliqués dans les questions à l’ordre du jour et l’espace de leur pertinence dans la direction prise par la politique et les sociétés.

La compétition comme dénominateur commun de la pratique politique dans les organisations à caractère social

4Ce rendez-vous manqué par les mouvements sociaux entre l’époque contestataire et la nouvelle ère des consultants est tout aussi évident dans les petits collectifs d’habitants, les centres sociaux communautaires et autres organisations à caractère social des banlieues de São Paulo, qui représentaient les habitants des quartiers, se trouvaient au centre du jeu électoral et négociaient des interventions, publiques ou privées, en faveur des populations locales. Les organisations à caractère social, à l’origine, avaient permis l’entrée des populations défavorisées dans le militantisme politique et la convergence de mouvements populaires capables de faire entendre la voix des victimes de la tragédie sociale brésilienne. Au milieu des années 1990, elles sont entrées en concurrence pour l’administration de ressources financières provenant de programmes gouvernementaux ou de fondations privées. Non seulement l’accès à ces fonds limités exigeait des pratiques en accord avec les impératifs du secteur privé de rationalisation financière et d’efficacité administrative (dans la présentation des projets et pour l’inscription à des prix et à des concours de « pratiques d’excellence »), mais il allait également être à l’origine d’une prolifération de nouvelles organisations. Celles-ci, au vu de l’urgence que représentaient la crise de l’accès au marché du travail, l’intensification de la concurrence entre travailleurs et la précarité persistante des conditions de vie, devaient s’adapter à une concurrence généralisée afin d’obtenir leur agrément pour la mise en œuvre des programmes visant la prise en charge des populations défavorisées de leur zone d’intervention. Partenariats et conventions, gestion de projets et renforcement des capacités étaient des termes devenus monnaie courante parmi les dirigeants populaires. Ils configuraient le nouveau champ d’action des organisations. La rhétorique de l’entrepreneuriat en vint à structurer l’espace de l’action et à donner une nouvelle visibilité aux initiatives. Elle passait au crible de l’efficacité l’accès aux emplois, à la citoyenneté et aux politiques publiques. Elle niait aux organisations de base leur rôle de représentation d’intérêts pour les mobiliser dans la gestion contingente des projets sociaux, à savoir la répartition des demandes dans un contexte de rareté.

5Cette nouvelle situation des organisations populaires n’était pas seulement le reflet d’une rupture qui avait provoqué une discontinuité flagrante entre le champ des forces ayant auparavant suscité leur émergence et les forces sociales qui configuraient la nouvelle donne de l’engagement politique. Ces changements mettaient également en lumière la constitution d’un nouveau plan de continuité synchronique. L’axe central de la vie politique des banlieues, autrefois marqué par la polarisation entre les modes de revendication pour l’amélioration des conditions de vie et de travail (la lutte pour l’appropriation par les familles travailleuses d’une plus grande part de l’excédent économique) et les méthodes traditionnelles du clientélisme politique, se décalait vers une convergence de toutes les associations populaires sous la forme d’ONG et d’organisations sociales prestataires de services. L’efficacité administrative est ainsi devenue la norme, le dénominateur commun des diverses expressions antérieures du conflit politique, à la base d’une convergence de la gauche et de la droite au sein des associations populaires. Les ONG, les fondations d’entreprise et les organisations sociales en sont venues à faire usage d’une même rhétorique sur les stratégies de lutte contre les inégalités, réduites à l’extrême pauvreté. On a assisté au rapprochement sémantique entre philanthropie et action politique, marketing et visibilité publique, mouvements sociaux et entrepreneuriat urbain, engagement politique et entrepreneuriat social, autonomie populaire, privatisation des services et délégation des responsabilités publiques, participation populaire et réforme de l’administration d’État selon la doctrine du New Public Management.

6Si, d’un côté, l’ensemble de ces modifications est allé de pair avec l’émergence de nouveaux mécanismes de gestion du social organisés selon le critère de l’efficacité entrepreneuriale des actions menées, il n’en est pas moins évident que cette émergence ne peut être simplement attribuée à une réorganisation des politiques sociales sur le plan de l’administration d’État, ni même à la seule importation de techniques de gestion de type entrepreneurial par les ONG, les associations locales et les organisations à caractère social des banlieues. Bien au-delà, cette surprenante convergence a été à l’origine d’un changement au niveau de la réalité constitutive de ces organisations et des références qui servaient d’orientation à leurs formes d’action et de réflexion. Sur le plan de la mobilisation populaire et locale, les formes d’organisation entrepreneuriale sont devenues structurantes, et les associations locales ont reconnu dans les entreprises un modèle pour leurs actions, leurs principes d’organisation interne et leur statut juridique. Le contexte de concurrence pour les ressources et la visibilité a induit un tri sélectif parmi certaines normes d’action pour ne retenir que celles qui feraient effectivement des organisations sociales des entreprises en compétition. En somme, le social s’est calqué sur des structures « entrepreneuriales » et la « forme-entreprise » est devenue la norme de conformité des modes de subjectivation au niveau de l’organisation populaire.

  • 3 Texte élaboré à partir de la dissertation de mestrado de l’un des auteurs de ce texte : Magalhães J (...)

7Dans un texte publié en France en 2009 (Magalhães Jr. 2009, 211-234)3, l’accent était mis sur le caractère structurant de ces transformations, dont les répercussions vont bien au-delà des seuls discours et représentations concernant les problèmes sociaux et affectent directement les pratiques politiques. Dans le cadre de cette recherche, notre analyse s’était portée sur l’histoire récente d’un projet innovant, une coopérative de traitement des informations stratégiques installée dans la région sud de São Paulo. Occupant la direction de la coopérative, une ancienne dirigeante du mouvement ouvrier, se fondant encore sur ses convictions socialistes, dénonçait l’assimilation des organisations populaires à une position subalterne d’exécutants de projets conçus et financés par des organisations internationales. Critiques de cette pratique consistant à « demander l’aumône aux Américains », les membres de la coopérative étaient fortement opposés aux formes de financement des organisations sociales et à leur mise en concurrence. Cette contestation, au nom de la défense de l’ancien mot d’ordre de l’« autonomie populaire », avait comme objectif affiché d’« identifier et de libérer les forces productives étouffées dans les banlieues ». Toutefois, malgré les objections de principe, les membres de la coopérative n’ont pas trouvé d’autre voie pour traduire leur opinion dans la pratique : ils doivent également participer, d’une manière ou d’une autre, à la course aux prix et aux financements. Grâce à un outil techno-politique au potentiel important – un système d’informations logistiques géo-référencées couvrant tout le territoire de la ville –, leur objectif était bien de gagner la compétition contre toutes les autres organisations des banlieues et de monopoliser le champ des « services sociaux » au moyen de réseaux informatisés, qui permettraient à la coopérative d’exercer un contrôle important sur les autres structures. L’exemple de cette coopérative montre bien que l’orientation donnée aux projets dépend de normes entrepreneuriales de concurrence de marché. Ce cas est également révélateur du caractère pragmatique de cette confluence entre le milieu politique, le secteur social et la sphère économique sous le signe de la concurrence entrepreneuriale, en flagrante discontinuité avec le niveau manifeste du discours. Si, à ce niveau, les membres de la coopérative manifestent une réprobation véhémente des pratiques qui mènent à la course aux financements et à la visibilité parmi les organisations du secteur social, dans la pratique, ils s’engagent avec application dans cette même concurrence et élaborent des outils leur donnant des avantages comparatifs.

Ressources microéconomiques pour l’atténuation du conflit politique

8Cette structuration par les normes entrepreneuriales de champs d’expérience initialement non marchands n’est toutefois pas une prérogative de la « vie politique des banlieues », ni même des organisations du « troisième secteur ». Ce phénomène est également mis en lumière dans bien d’autres recherches contemporaines. L’hétérogénéité de ces travaux n’a d’égal que la diversité des objets traités. À partir d’une même préoccupation relative à la primauté des modes d’organisation entrepreneurial dans des domaines de l’expérience sociale jusqu’alors considérés comme relativement autonomes, ils fournissent une cartographie des multiples fondements du phénomène à différents niveaux empiriques (Cunha 2012 ; Magalhães Jr. 2009 ; Maranhão 2009 ; Souza 2008). Dans une recherche sur un organe fédéral chargé de la planification publique, l’IPEA (Institut de recherches économiques appliquées), Cunha (2012, 12) montre l’émergence d’une « approche spécifique » du traitement des problèmes sociaux en profonde discontinuité avec la tradition de planification publique qui remontait au début du XXe siècle. Ce type d’approche a été identifié au sein des modifications affectant le traitement de ces problèmes, qui est passé d’une prise en compte de leurs dimensions sociales et politiques à la définition d’un « objet en soi – objet de mesure et de localisation dont les causes appartiennent à un ensemble délimité de caractéristiques et de conditions de vie individuelles ou familiales » (Cunha 2012, 10). L’auteure analyse les conditions qui ont mené à la constitution de cet objet localisé et passible de mesures économétriques, à partir de variations sur une échelle d’incidences quantifiées et combinées qui vont le focaliser comme problème réduit et spécifique d’intervention de courte durée.

9L’IPEA n’est pas un organe d’exécution de politiques, encore moins de formulation directe de celles-ci ; sa production documentaire et ses rapports font office de contribution en vue de l’intervention de l’État dans les domaines économique et social. La recherche ne vise pas une approche institutionnelle de son objet, mais en fait plutôt un point d’observation des changements en œuvre dans les manières d’aborder les problèmes sociaux du pays. Il s’agit d’une transformation où des problèmes jusqu’ici formulés comme des déficiences structurelles à dépasser dans le cadre d’un processus politique d’envergure nationale sont dorénavant redéfinis, au moyen de calculs statistiques et économétriques, dans le seul objectif de pouvoir évaluer l’efficacité des ressources affectées à leur solution (Cunha 2012).

10Cette nouvelle approche des problèmes sociaux se concentre sur l’atténuation de la pauvreté sous ses formes extrêmes, désactivant de ce fait l’ancien champ des possibles ouvert par la question des inégalités sociales et qui nourrissait les expectatives de transformation de la société et les expériences de formation nationale (et de ses déformations historiques). Le déclin du thème du développement qui, dans les années 1950 et 1960, constituait « l’ossature institutionnelle et symbolique » à partir de laquelle ces défaillances étaient formulées comme des problèmes structuraux, aurait donné lieu à une sorte de « présentisme » et de « prise en charge prioritaire des demandes urgentes ». La pauvreté comme question cesse alors d’interroger les destinées possibles de la société et devient une adversité devant être administrée selon des procédures technocratiques.

11La recherche de Cunha, fondée sur l’étude d’un organe du gouvernement, montre une discontinuité historique en contraste flagrant avec l’opinion même des spécialistes qui y travaillent et qui ne voient dans le traitement actuel du problème de la pauvreté rien de plus que le résultat du perfectionnement continu des techniques de mesure et de définition de ses déterminants. Par contre, Maranhão (2009) met en lumière un nouveau plan de continuité synchronique entre le domaine des rapports économiques et celui des politiques sociales dans l’approche internationale du problème de la pauvreté. Elle nous signale la convergence entre les lignes d’action de deux organisations communément considérées comme deux pôles opposés du jeu politique international, les agences de l’ONU d’un côté et la Banque mondiale de l’autre. Contrairement aux recherches antérieures, celle-ci ne se limite pas au plan local ou national. Elle cherche d’abord à identifier de quelle manière, au cours des cinquante dernières années, les différents programmes de développement formulés par la Banque mondiale se sont principalement concentrés sur la maîtrise des facteurs d’instabilité politique dans les pays pauvres du tiers-monde (Maranhão 2010).

  • 4 Il s’agit des réformes de libéralisation menées dans le cadre de ce que l’on a appelé le « Consensu (...)

12Cette recherche montre comment, à partir des années 1990, les effets désastreux de la mise en œuvre des programmes d’« ajustement structurel »4 ont suscité dans les documents de la Banque mondiale une autocritique des mesures de libéralisation imposées comme condition d’accès aux prêts du FMI. Des rapports pointaient l’incapacité des mesures intentées à contenir l’instabilité institutionnelle des pays pauvres au moment où elles les obligeaient à la modération fiscale, à la libéralisation du change et à la dérèglementation des flux internationaux d’investissement sur les marchés nationaux. Le bilan critique des actions de la Banque mondiale insistait sur la nécessité d’établir des paramètres d’intervention offrant des solutions adéquates aux problèmes de gouvernabilité spécifiques à chaque pays, afin de garantir la viabilité des réformes économiques. Des controverses quant aux méthodes de mise en œuvre des ajustements ont débouché sur une inflexion des programmes de développement qui, après avoir suivi une orientation explicitement antiétatique, ont ensuite mis en avant l’importance des institutions de l’État pour optimiser l’efficacité des procédures de libéralisation des marchés. Le nouvel « agenda du développement » de la Banque mondiale a été baptisée « doctrine de la bonne gouvernance ».

13Du point de vue de la Banque mondiale se posait le problème du coût social élevé des réformes, qui devenait un obstacle à leur viabilisation politique. Comment construire l’idée qu’étaient inévitables les réformes des services publics, la privatisation des entreprises d’État, l’ouverture des économies aux importations et la flexibilisation du marché du travail, si le résultat en était une augmentation de la pauvreté ? C’est en ce sens que deux questions ont commencé à apparaître conjointement dans les documents de la Banque mondiale : la viabilité politique des réformes et les propositions de politiques sociales plus efficaces ciblant les plus pauvres. Les politiques sociales et les nouveaux agencements institutionnels envisagés à partir des premières réformes de gouvernance prescrites au début des années 1990 ont donc acquis une dimension stratégique visant à neutraliser les conflits sociaux potentiels découlant de la mise en œuvre de réformes libérales. Une série de mesures pour réduire la pauvreté dans les pays du tiers-monde ont été imposées en contrepartie de l’obtention de nouveaux prêts. Les nouveaux paramètres de gouvernabilité des réformes économiques ne visaient pas seulement l’État. Pour optimiser la portée des programmes et augmenter leur capillarité, on faisait la promotion de technologies de participation et d’engagement communautaires dans leurs procédures de gestion.

14À cette époque, des programmes de réduction de la pauvreté pilotés par d’autres organisations internationales étaient déjà en place dans les pays du tiers-monde. Les organismes rattachés à l’ONU et engagés dans ces actions étaient issus de l’ossature institutionnelle construite au niveau international à Bretton Woods. L’ONU ne considérait cependant pas ses programmes comme des compensations aux politiques économiques préconisées par le FMI et la Banque mondiale. Au contraire, les Nations Unies contestaient leurs recommandations, et leurs actions visaient avant tout à affronter les impacts sociaux désastreux des réformes d’ajustements, considérées comme des circonstances aggravantes des problèmes sociaux déjà existants dans les périphéries capitalistes. Dans le cadre de l’ONU, ces programmes voulaient apporter une réponse pratique à un débat en cours depuis les années 1960 sur l’insuffisance des indicateurs de croissance économique pour traduire le niveau de bien-être des populations appauvries du tiers-monde. Les propositions concrètes pour créer de nouveaux outils de mesure du développement n’ont été néanmoins élaborées par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) qu’au début des années 1990. Ces propositions se fondaient en grande partie sur l’« approche par les capacités » du prix Nobel d’économie indien Amartya Sen, une tentative d’élargissement de la notion de développement privilégiant une « perspective holistique » de « développement humain » pour dépasser le lieu commun de la croissance économique. Le développement y est défini comme la mise en œuvre d’une liberté de choix, délimitée d’un côté par les ressources disponibles dans le milieu d’existence des individus, et de l’autre par l’ensemble des capacités propres à chacun d’eux. La mise en œuvre effective du développement humain comme voie de sortie des situations de pauvreté nécessiterait une intervention dans deux directions : sur les variables qui définissent « le milieu – différents types de contingence limitant les libertés de choix », en régulant l’offre de biens alternatifs disponibles pour chaque individu ; et sur la capacité d’usage de ces biens, en régulant les ressources dont disposent les individus pour convertir efficacement ces biens en opportunités de satisfaction de leurs intérêts.

15L’« approche par les capacités » de Sen, dans la droite ligne néoclassique, sera mise en pratique en 1990, lors de la mise en place par le PNUD/ONU d’un ensemble d’indicateurs des conditions de vie prenant en compte le concept de développement humain. Dès lors, l’IDH (Indice de développement humain) deviendra, au niveau international, un critère alternatif de mesure du développement des nations. Les indicateurs entrant dans l’élaboration de l’IDH incluent des aspects non économiques à la définition du développement, mais l’« approche par les capacités » interprète la variation de ces indicateurs comme des facteurs devant être pris en considération du point de vue de leur optimisation en termes microéconomiques. Si la régulation des variables sociales, comme celles qui définissent l’« accès aux ressources nécessaires à un niveau de vie décent » (le revenu), considère l’environnement d’action des acteurs comme un plan d’opportunités microéconomiques objectivées, la régulation des variables humaines, comme la longévité ou la scolarité, délimite l’ensemble des ressources disponibles pour la structuration de modes de subjectivation d’agents entendus comme des acteurs économiques capables de mettre efficacement à profit de telles opportunités.

16En ce qui concerne la Banque mondiale, l’autocritique de l’aspect « strictement fiscal et économique » des réformes d’ajustement structurel a culminé, à la fin des années 1990, avec l’établissement d’un nouveau cadre pour ses interventions, sous la férule de « stratégies de réduction de la pauvreté ». L’approche d’Amartya Sen, à travers l’idée de garantie des opportunités, a constitué ici le fondement théorique d’une nouvelle codification de la pauvreté, au sein de laquelle la responsabilisation des pauvres sur leurs conditions de vie est engagée. C’est l’intégration de l’« approche des capacités » de Sen qui a permis la convergence, sur un plan de continuité, entre les formulations critiques des Nations unies et une nouvelle vague réformiste de prescriptions de la Banque mondiale, à travers une même grille de lecture d’intelligibilité microéconomique. Cette convergence marque une évolution de la notion de développement, qui est passée de l’enrichissement des nations à la garantie d’opportunités aux personnes pour « mettre à profit les bénéfices de la mondialisation ».

17Les trois recherches (Magalhães Jr. 2007 ; Cunha 2012 ; Maranhão 2009), dont le cadre empirique diffère fortement – des banlieues de São Paulo aux organisations internationales de Bretton Woods – montrent des modifications au sein des pratiques qui vont de la mise en perspective de la formation de l’État brésilien, dans les années 1950 et 1960, à l’émergence de luttes pour l’élargissement des droits de la fin des années 1960 au milieu des années 1980. Elles montrent également, tant au niveau local des périphéries urbaines qu’à celui des organisations internationales, en passant par les organes du gouvernement fédéral, la transversalité spatiotemporelle d’un même phénomène dont les manifestations prennent les formes les plus diverses. Ces recherches identifient d’un côté des points de discontinuité à caractère politique dans l’histoire de leurs objets et, de l’autre, de nouvelles relations de continuité et de convergence entre ces objets – qui occupaient auparavant des positions opposées dans les champs de force analysés – sous l’effet de normativités à caractère microéconomique. Une question se fait jour quant au niveau de réalité où ces déconnexions (dues aux discontinuités) et reterritorialisations (grâce à l’établissement de nouvelles continuités) peuvent être appréhendées en tant qu’objets d’analyse. Comment prendre en compte cette multiplicité de recherches aux contenus empiriques et théoriques aussi variés à partir de problématiques communes ? Ceci n’est possible que si l’on admet que les recherches traitent de problèmes corrélés, sans toutefois que leurs connexions soient établies au seul niveau de réalité empirique où ils sont habituellement traités.

Consensus et neutralisation des antagonismes dans les ambivalences de l’action sociale

18Ce thème a été pris en compte dans le travail de Souza concernant ce qu’elle a appelé « le discours sur l’engagement des jeunes » (Souza 2008). Dans une recherche qui va des organisations internationales aux pratiques éducatives des ONG, en passant par les formulations universitaires et les plans gouvernementaux, Souza entend établir sa perspective d’analyse au niveau des formations discursives. Cette recherche, basée sur la méthode archéologique foucaldienne, a pris pour objet l’émergence de l’énoncé de « l’engagement des jeunes » dans les textes, brochures et autres documents des organismes internationaux, des entreprises, du « troisième secteur », du secteur public et des universités. L’auteure interprète cet énoncé de « l’engagement des jeunes », récurrent dans ces divers niveaux empiriques, comme l’indice d’un discours plus large qui vise à intégrer le conflit social dans un champ sémantique d’« annulation de la politique » à travers la production de consensus discursifs. La fonction énonciative qui confère une identité au « jeune protagoniste » jouerait en faveur de modes de subjectivation ajustés au concept d’« acteur social » comme modèle de participation politique.

19Cette « nouvelle forme de participation » des jeunes en tant qu’acteurs sociaux définis par la quête d’intérêts privés serait assez éloignée de celle qui avait été pensée à l’origine dans les études pionnières des sciences sociales brésiliennes sur le mouvement étudiant des années 1960. Souza entreprend une réévaluation historique – ou, plus précisément, archéologique – des études sur la jeunesse, en vue d’isoler les moments critiques qui, à l’intérieur de ces discours, ont conféré une pertinence à l’énoncé sur l’engagement des jeunes en soulignant leur capacité de conflit et de négociation.

20Grâce à l’analyse de Souza, on peut identifier divers changements d’orientation affectant les discours sur la jeunesse. Le premier implique le passage d’un pari sur la polarisation politique contestataire des jeunes à une apologétique de la diversité de leurs styles de vie. Le deuxième fait correspondre les identités multiples de la diversité culturelle de la jeunesse à un rôle social présumé des jeunes comme protagonistes politiques. Enfin, dans la même lignée, la politique est assimilée à la diversité des identités et des intérêts. De cette manière, l’énoncé de l’engagement des jeunes garantirait d’un côté « la réconciliation de la jeunesse avec ce qui, un jour, a déjà été considéré comme la principale forme d’expression des attentes de la jeunesse : la politique » (Souza 2008, 42) et, de l’autre, pour que cette réconciliation soit effective, il modifierait le sens attribué aux notions de jeunesse et de politique :

Pour que ce soit possible, la jeunesse a été élargie et transformée en catégorie qui englobe la « diversité » et la « multiplicité » (de tranches d’âge, de genres, d’expressions culturelles etc.), mais qui occulte les inégalités de classe et de différences sociales de façon à désarmer les conflits, une opération qui peut être identifiée (selon les termes de Claude Lefort) comme une « homogénéisation du champ social ». La dilution des conflits et la neutralisation des menaces de la jeunesse, associées aussi bien au « mineur » qu’à « l’étudiant radical », ont permis l’émergence d’un discours qui encourage la jeunesse à faire de la politique. Mais pas la même jeunesse ni la même politique : la notion élargie et homogénéisatrice de la jeunesse s’est alliée à une notion restreinte de la politique, entendue comme « faire des choses » et « défendre des intérêts ». (Souza 2008, 42)

21Dans le travail extrêmement original de Souza, cette forme d’énonciation du sujet, dans une société interprétée comme un ensemble d’acteurs sociaux, présente non seulement dans les travaux universitaires mais aussi dans un éventail assez large de documents de différentes organisations, correspondrait au processus déjà identifié par Hannah Arendt de prédominance progressive du faire sur l’agir dans l’éthique contemporaine (Arendt 1958). Le discours convertirait l’action politique en simple action sociale basée sur l’intérêt. Pour Souza, la généralisation efficace du discours est une fonction de sa faible référentialité politique. Par l’artifice de la généralité – ou de l’abstraction de la dimension politique par sa réduction à la sphère des intérêts individuels –, le discours obtiendrait un plus large écho et ferait passer la partialité politique qui lui est propre (justement celle d’une dépolitisation paradoxale) pour une universalité sociale. La forme dépolitisée et dépolitisante du discours – et sa propriété généralisante – fournirait les conditions de possibilité de l’intégration de positions critiques divergentes, désactivant ainsi toute polarisation politique éventuelle.

22C’est donc par le biais d’une analyse des discours que la recherche mise en œuvre par Souza se propose de dépasser le niveau empirique des recherches susmentionnées. L’émergence de la « matrice discursive » de l’engagement social indiquerait plus globalement la discontinuité historique des manières d’envisager l’action politique – dans le cas de la jeunesse, entre la posture contestataire des années 1960 et l’engagement contemporain auto-intéressé comme garantie d’inclusion sociale –, mais également la continuité synchronique entre cette conception de la participation comme « engagement » polyvalent des « protagonistes sociaux » dans la diversité de leurs modes de vie et les exigences de flexibilité et d’autodétermination en vogue qui ont reconfiguré le marché du travail au cours des dernières décennies.

  • 5 L’analyse des discours entreprise par Souza s’inspire fortement de la phase archéologique de la mét (...)

23Cette recherche traite du même phénomène que les travaux antérieurs, mais oriente son analyse vers les dispositions discursives, en vue d’atteindre un niveau de réalité plus large et antérieur5 aux contextes empiriques traités dans l’analyse des entités sociales, des organes de gouvernement ou des organisations internationales. Selon notre auteure, les propriétés internes d’un discours formalisant, générique et dépolitisant, qui conféreraient à celui-ci une pénétration et une portée considérables dans les « organisations internationales, les organes gouvernementaux et les différentes instances du “troisième secteur”, du monde universitaire, du secteur privé et autres », seraient à la base d’une convergence entre les « nouvelles formes » de participation politique et les normes de compétitivité inhérentes au marché du travail. Ces propriétés du discours structureraient le champ d’action des différentes organisations.

24En dépit de l’indéniable pertinence de la recherche de Souza pour comprendre des énonciations qui, de fait, font converger le politique, le social et l’économique dans le discours contemporain de nombreuses organisations, la généralisation progressive de la normativité marchande dominant toujours plus les sphères non économiques de l’expérience sociale – l’objet de ce texte – ne peut pas être exclusivement considérée comme l’effet des dispositions du « discours de l’engagement social ». La recherche de Souza, même si elle vise un contexte plus large que les recherches antérieures, ne rend également que partiellement compte de la multiplicité du phénomène. Sa limite est celle de la construction de l’objet : en donnant la priorité au traitement du phénomène comme effet discursif, elle laisse échapper les dimensions techniques et pratiques qui font aussi partie des conditions de son émergence.

Dominance et contingence dans les technologies participatives de pouvoir

25La normativité de ces « nouvelles formes » de participation s’exerce en enjoignant une activité pratique fondée sur l’auto-intérêt ; leurs conditions de possibilité ne se fondent cependant pas uniquement sur des consensus discursifs, mais également sur des convergences pragmatiques, qui peuvent même se dispenser du consensus d’opinions et fonder leur efficacité sur des niveaux de réalité hétérogènes, voire contradictoires avec leurs propres représentations discursives. Cette normativité concurrentielle qui oriente l’action pratique des « acteurs sociaux » découle d’un exercice des rapports de pouvoir dont l’incidence stratégique est multiple et polymorphe, traversée qu’elle est aussi bien par des discours que par des pratiques et techniques de subjectivation, de mobilisation et d’engagement fréquemment hétérogènes et parfois même en contradiction. Cette forme stratégique d’exercice du pouvoir, ici aussi directement élaborée à partir des formulations de Michel Foucault, est également exonérée d’une cohérence intégrale entre discours et pratiques. Elle prend forme par la coordination, l’articulation, le filtrage et l’épuration de discours et de pratiques hétérogènes, placés tantôt en continuité, tantôt en discontinuité, et dont l’effet conséquent est l’incidence efficace d’une normativité dominante.

26Encourager des modes de subjectivation privilégiant une certaine activité pratique, surtout celle du calcul microéconomique des opportunités, et une attitude compétitive, individuellement ou collectivement auto-intéressée, constitue le cœur même de la normativité dominante. Un discours consensuel peut, comme on le voit dans l’éducation ou dans les politiques pour la jeunesse analysées par Souza, collaborer à la définition d’un domaine homogène de variables fonctionnant sur le plan cognitif comme références pour l’action. Toutefois, le consensus discursif n’est pas une condition nécessaire à la concrétisation d’un niveau de réalité stratégique au sein duquel certaines conduites et orientations pratiques font converger l’économique, le social et le politique. Son occurrence n’est pas absolument nécessaire ni vérifiée dans tous les autres cas analysés par les autres recherches. Le phénomène jouit de conditions de possibilité multiples et a une portée encore plus formelle que celle des énonciations, sans compter que son polymorphisme n’est en rien réductible aux vicissitudes des phénomènes discursifs.

  • 6 L’inspiration du terme et de l’argument vient de Pierre Dardot et Christian Laval (2010).
  • 7 On entend ici la notion de dispositif comme forme générale d’incidence d’une normativité propre aux (...)

27Foucault a construit une perspective d’analyse pour rendre compte des phénomènes de pouvoir dans leur dimension relationnelle mais aussi dans leur dépendance des influx de la contingence. Une telle perspective et les outils analytiques en procédant peuvent apporter une contribution plus significative à la compréhension de ce dédoublement6 des normes entrepreneuriales dans des domaines non économiques que la tentative de réduction du phénomène à une critique de l’unidimensionnalité du discours. Pour Foucault, c’est par le jeu de continuités et de discontinuités entre pratiques et discours que se configurent des champs de forces asymétriques qui, non seulement, admettent des contradictions internes et des oppositions, discursives ou non, mais s’en nourrissent tout autant. À l’intérieur de ces champs de forces (les « dispositifs de savoir-pouvoir »7)coexistent des pratiques et des discours dont les normativités sont hétérogènes et qui, par des mécanismes de composition, de substitution, d’articulation et de coordination, constituent des polarités opposées entre incidence d’une normativité dominante et résistances à sa force. En leur sein domine une normativité, qui n’est pas pour autant totalisante, car elle laisse toujours une brèche ou une quelconque ouverture entre l’incidence des normes dominantes et les résistances qui s’y opposent. Cette opposition interne tend à une certaine constance dans son asymétrie mais le délicat équilibre des forces se trouve toujours exposé à la contingence. Les rapports de force constituent donc un champ susceptible de revirements, et c’est justement à leur évitement, à l’instar de son habile préservation d’un ordre toujours vulnérable au changement, que travaille la normativité dominante. Les résistances constituent également, quant à elles, des ensembles hétérogènes. Elles s’exercent dans des directions divergeant de la normativité dominante. Elles cherchent à la contourner, à forcer des réorientations et à ouvrir des espaces de liberté qui puissent lui être opposés. Les crises aiguës de ces dispositifs offrent les occasions contingentes d’un complet revirement des dominances, d’une destitution de la normativité dominante et de l’instauration d’une autre. Il s’agit d’une opération de renversement, voire de désactivation, d’un champ de forces donné, qui ne peut jamais être exclue. Rares sont néanmoins ces occasions, en raison du polymorphisme et de l’efficacité de la prédominance qu’exerce l’un des pôles de force.

28Quoi qu’il en soit, dans ces dispositifs de pouvoir ouverts à la contingence, l’efficacité d’une normativité dominante peut dépendre aussi bien de la préservation de certaines continuités constantes entre pratiques et discours que des éventuelles conséquences de discontinuités et d’oppositions, qui, bien qu’adverses, peuvent faire tourner le rapport de forces en sa faveur. D’où son polymorphisme. Il est donc constamment nécessaire à la normativité dominante d’évaluer ces forces au plus près, mais également de faire preuve d’une certaine habileté afin de garantir que certaines réorientations imposées par les forces résistantes puissent malgré tout œuvrer à la reconduction des mêmes objectifs stratégiques, voire à l’élargissement de leur portée ou à l’intensification de leur incidence. Les objections peuvent ainsi être neutralisées, sans compter que la normativité dominante opère fréquemment à l’intérieur de ces résistances : en les décomposant et recomposant ; en créant de nouveaux niveaux de coordination afin de rendre cohérents des ressources techniques et des raisonnements logiques auparavant incompatibles ; en reformulant les normes en conflit, voire en les tolérant dans la mesure où leur portée est contrôlée ou limitée et où elles sont intégrées à la même orientation stratégique. Au cours de ces modifications tactiques émergent de nouvelles formations normatives, toujours clairement influencées par de nouveaux discours, de nouvelles rationalisations et de nouvelles techniques, mais bien souvent encore incorporées à une orientation stratégique générale, un objectif stratégique devant être préservé.

29Les recherches de Magalhães Jr., Cunha, Maranhão et Souza citées ici ont toutes contribué à leur manière à l’analyse d’« aspects régionaux » d’un phénomène de pouvoir qui se veut généralisant. D’un côté, le dédoublement de normes à caractère entrepreneurial dans des domaines non économiques ; de l’autre, une surprenante convergence entre les positions de droite et de gauche dans la sphère politique. Cette normativité s’impose par une violation des frontières entre le politique, l’économique et le social, qui provoque la diminution des espaces dévolus à la critique sociale et au conflit politique. Dans leur ensemble, ces recherches révèlent que ce dédoublement des normes entrepreneuriales, aussi bien que la convergence qui réduit l’espace du conflit politique sont les conséquences d’une stratégie multiple et polymorphe qui s’immisce dans les brèches les plus diverses. Ainsi, dans la recherche sur les organisations à caractère social, le phénomène apparaît comme l’effet de l’introduction de nouveaux agents au sein d’un champ de forces : les entrepreneurs socialement responsables et leurs fondations, que l’on voit émerger dans le tissu associatif populaire de banlieue. Dans l’étude sur l’IPEA, la même normativité s’impose en fonction de changements relatifs aux techniques et aux cadres de référence théoriques qui établissent les données, la pertinence et les circonstances des problèmes sociaux devant être pris en charge par un organe gouvernemental : d’une incomplétude structurelle de développement devant être analysée et critiquée, à une défaillance d’intégration sociale devant être modérée par des mécanismes de gestion. Dans les organisations internationales, cette même orientation stratégique surgit de la convergence des réponses, auparavant antagoniques, apportées aux échecs successifs du réformisme économique de l’ajustement structurel. Quant au discours sur l’engagement des jeunes, cette normativité est entrée en vigueur à travers l’émergence d’un discours à vocation universalisante qui justifie la démobilisation politique d’une jeunesse auparavant engagée dans la critique sociale, et vise la mobilisation de la jeunesse actuelle pour participer à sa propre intégration aux normes sociales dominantes.

30Les relations entre ces « manifestations empiriques régionales » semblent trop fragiles pour supposer des connexions directes. Peut-être est-ce dû au fait que chacune correspond à un élément d’une stratégie plus ample agissant sur des fronts multiples et avec des tactiques fréquemment divergentes. Cette stratégie opère néanmoins par le biais d’interventions localisées et d’artifices tactiques, plus que par l’imposition de causes universelles. Cet exercice stratégique du pouvoir est transversal aux réalités empiriques qu’il constitue, influence leurs conditions spécifiques de possibilité et articule des rationalisations et des technologies de pouvoir hétérogènes, tout en adoptant une orientation convergente vers des objectifs stratégiques définis. Cette orientation stratégique prend forme au sein d’une rationalité particulière qui vise à délimiter l’espace des réalisations empiriques possibles. L’interprétation de ces recherches empiriques à partir des conclusions similaires qu’elles permettent de tirer n’est donc possible que sur la base de la reconnaissance de ce niveau de réalité d’une rationalité politique et de l’efficacité résultant de sa normativité.

31Le phénomène actuel, qui semble induire l’extension des normes à caractère entrepreneurial à d’autres domaines de l’expérience sociale, est visible à l’intérieur du champ politique dans le rapprochement qui s’opère entre droite et gauche. Les recherches ici présentées traitent, chacune à partir de son propre objet d’analyse, de la perte de vitesse de l’attitude revendicatrice au niveau des organisations populaires (en raison de la concurrence entre elles pour l’accès aux financements et à la visibilité), de la réduction de l’espace d’exercice d’une problématisation analytique et critique des problèmes structurels de la formation du Brésil (en faveur de la formulation de solutions efficaces pour la gestion circonstancielle du problème de l’extrême pauvreté), de la désactivation d’un champ de controverses autour des effets des réformes d’ajustement structurel (en fonction d’une mise en œuvre plus appropriée des conditions de viabilité politique des mêmes réformes), et de la disparition d’une perspective politique qui voyait dans la jeunesse le principal acteur de la contestation sociale (par le biais de la mobilisation des jeunes comme acteurs engagés dans leur propre conformation aux normes sociales établies). D’un point de vue politique, chacune de ces recherches attire à sa manière notre attention non seulement sur un changement historique, mais surtout sur ce qui n’y est pas toujours manifeste, à savoir les conditions actuelles de la critique.

Haut de page

Bibliographie

Arendt, Hannah. 1958. The Human Condition. Chicago: Chicago University Press.

Cunha, Márcia Pereira. 2012. « Do planejamento à ação focalizada – Ipea e a construção de uma abordagem de tipo econômico da pobreza. » Thèse de doctorat en sociologie. São Paulo : Université de São Paulo.

Dardot, Pierre & Christian Laval. 2010. « Néoliberalisme et subjectivation capitaliste. » Cités 4 : 35-50.

Foucault, Michel. 1996 [1979]. Microfísica do Poder. Rio de Janeiro: Edições Graal.

Foucault, Michel. 1966. Les Mots et les choses : une archéologie des sciences humaines. Paris, Gallimard.

Magalhães Jr., José César de. 2007. « O mercado da dádiva: formas biopolíticas de um controle das populações periféricas urbanas. » Dissertation de mestrado em sociologie. São Paulo : Université de São Paulo.

Magalhães Jr., José César de. 2009. « Les “entités” sociales et l´essor de la gestion concurrentielle de l´engagement civique » In São Paulo : la ville d´en bas, dirigé par Robert Cabanes & Isabel Georges, 211-234. Paris : L’Harmattan.

Maranhão, Tatiana de Amorim. 2009. « Governança mundial e pobreza – Do Consenso de Washington ao consenso das oportunidades. » Thèse de doctorat en sociologie. São Paulo : Université de São Paulo.

Maranhão, Tatiana de Amorim. 2010. « O consenso das oportunidades na fronteira aberta do neoliberalismo. » Communication présentée au vii Workshop « Empresa, Empresários e Sociedade – América Latina: Perspectivas depois da crise que atingiu o capitalismo ». Florianópolis, 25-28 mai, manuscrit.

Souza, Regina Magalhães de. 2008. O discurso do protagonismo juvenil. São Paulo: Paulus.

Haut de page

Notes

1 Les trois niveaux de l’administration publique sont la fédération, l’État et la municipalité.

2 Mélange hybride d’organisations mi-associatives, mi-capitalistes, à vocation mixte, économique et sociale.

3 Texte élaboré à partir de la dissertation de mestrado de l’un des auteurs de ce texte : Magalhães Jr. (2007).

4 Il s’agit des réformes de libéralisation menées dans le cadre de ce que l’on a appelé le « Consensus de Washington », recommandées par la Banque mondiale et le FMI à partir des années 1980.

5 L’analyse des discours entreprise par Souza s’inspire fortement de la phase archéologique de la méthode foucaldienne. Dans la préface de son ouvrage Les Mots et les choses, Michel Foucault définit le niveau de réalité auquel il entend traiter l’émergence des sciences humaines : dans un ordre des savoirs qui installe les conditions de possibilité de ces sciences ; dans l’antériorité des formes empiriques qui organisent chacune de leurs rationalités épistémologiques, mais sans perdre de vue la spécificité de leur apparition singulière ; antériorité, donc, en-deçà de leur dilution au niveau d’abstraction des catégories formelles de la connaissance (Foucault 1966).

6 L’inspiration du terme et de l’argument vient de Pierre Dardot et Christian Laval (2010).

7 On entend ici la notion de dispositif comme forme générale d’incidence d’une normativité propre aux jeux entre discours et pratiques. Une fois de plus, il s’agit de reprendre l’une des notions théoriques formulées par Michel Foucault ; mais l’émergence d’une analyse des « dispositifs de savoir-pouvoir » répond, chez l’auteur, à un changement de perspective de sa visée analytique, de la méthode archéologique aux généalogies. Un tel changement a des incidences sur les approches de l’analyse : si, dans l’archéologie, c’est la dimension discursive des normativités qui est accentuée, dans la généalogie, c’est la dimension pratique et technologique qui, sans pour autant exclure les discours, est privilégiée. L’usage du terme « dispositif » marque cette nouvelle approche (Foucault 1996, 244).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José César de Magalhães Jr. et Tatiana de Amorim Maranhão, « L’entrepreneuriat social et l’administration du conflit politique », Brésil(s), 6 | 2014, 17-33.

Référence électronique

José César de Magalhães Jr. et Tatiana de Amorim Maranhão, « L’entrepreneuriat social et l’administration du conflit politique », Brésil(s) [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1240 ; DOI : 10.4000/bresils.1240

Haut de page

Auteurs

José César de Magalhães Jr.

José César de Magalhães Jr. est docteur en sociologie de l’Université de São Paulo. Il enseigne actuellement la sociologie historique dans le cadre du cursus de Relations internationales des Facultés de Campinas (Facamp). Il mène des recherches sur les rationalités politiques et les courants néolibéraux.

Tatiana de Amorim Maranhão

Tatiana de Amorim Maranhão est docteur en sociologie de l’Université de São Paulo et enseigne actuellement dans le cadre du cursus de Relations internationales des Facultés de Campinas (Facamp). Ses domaines de recherche sont le développement, les inégalités, la pauvreté et les organisations internationales.

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals