Navigation – Plan du site
Dossier : Les années Lula : politiques sociales ou néolibéralisme ?

Commerce ambulant à São Paulo et à Rio de Janeiro : groupes de pouvoir et instruments de gouvernement

Comércio ambulante no Rio de Janeiro e em São Paulo: grupos de poder e instrumentos de governo
Itinerant Trade in Rio de Janeiro and São Paulo: Groups of Power and Instruments of Governance
Daniel Veloso Hirata
Traduction de Simon Berjeaut
p. 35-54

Résumés

Les villes de São Paulo et de Rio de Janeiro sont très différentes dans leurs aspects sociaux, culturels, économiques, politiques et urbanistiques. En faisant se croiser ces diverses dimensions, cet article cherche à établir un bref parcours historique pour comprendre les transformations des groupes qui se disputent et qui négocient leur participation sur les marchés populaires, ainsi que les formes d’intervention gouvernementale sur le commerce ambulant de ces deux villes.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en avril 2013 ; approuvé en février 2014.

Traduit du portugais

Texte intégral

1São Paulo et Rio de Janeiro sont très différents dans leurs aspects sociaux, culturels, économiques, politiques et urbanistiques. L’histoire de leurs vendeurs ambulants permet de voir s’articuler une série d’évènements qui possèdent une temporalité propre dans chacune de ces villes mais qui constituent un point de croisement de ces diverses dimensions. Ce texte ne se propose pas, bien que cela eût été fort intéressant, d’établir une « histoire des vendeurs ambulants » mais cherche à comprendre comment les évènements qui les concernent, enchaînés de manière pragmatique, peuvent donner une signification à cette articulation. Il souhaite éclairer la relation qui s’y manifeste entre, d’une part, les formes de lisibilité (Desrosières 2008) et d’instrumentalisation (Lascoumes & Le Galés 2005) de l’action gouvernementale et, d’autre part, les rapports de force des collectifs qui se disputent pour négocier leur participation à ce marché. Ces évènements ponctuent les rapports de force et l’agencement des jeux de pouvoir, ils démarquent les frontières perméables entre ce qui est considéré comme restant dans les limites des directives de l’État ou se situant à leurs marges, ils montrent comment ces marchés sont gérés par les situations de conflit, ils révèlent l’origine et l’intensité des nombreuses transformations qui y sont à l’œuvre.

  • 1 Le concept de « bien politique » ou « marchandise politique », fondamental pour l’analyse des group (...)

2L’exposition du travail empirique sera faite à travers la description ethnographique des groupes qui se disputent leur participation au commerce populaire dans les deux villes, afin de souligner certaines des mutations qui ont affecté celui-ci. Au cours des trente dernières années, cette forme d’échange marchand s’est transformée du fait de l’internationalisation des flux commerciaux qui traversent désormais les villes, surtout à São Paulo devenu l’un des plus grands centres de vente en gros de produits venus de l’intérieur ou de l’extérieur du pays (Freire 2008). Ce changement d’échelle ne modifie pas seulement la position des villes sur les routes internationales de transit des marchandises mais, également, les jeux de pouvoir qui se manifestent au niveau local. En effet, l’intérêt pour ces marchés ne cesse de se développer, attirant de nouveaux acteurs et intensifiant la compétition pour les richesses en circulation. La dynamique de cette concurrence dans les deux grands centres urbains s’inscrit dans une histoire qui leur est propre. Elle est faite de la succession des innombrables arrangements arrachés ou perdus par différents groupes qui négocient protection et avantages sur les marchés des « biens politiques1 », prévus ou non sur les budgets officiels de l’État. Les relations avec les contrôleurs, les diverses polices (militaire, civile ou fédérale), les partis politiques clientélistes, structurent les clivages ou les recompositions de nombreuses associations, de syndicats et d’autres types d’organisations de ces travailleurs, dans une circulation permanente des jeux de pouvoir oscillant entre légalité et illégalité (Telles & Hirata 2007). Toutefois, on ne peut comprendre ces conflits qu’en examinant la manière dont les pouvoirs administratifs et politiques construisent un référent dans le périmètre ou à la marge des régulations officielles. De ce point de vue, il est indispensable de décrire les interventions gouvernementales qui cherchent à délimiter ce référent en réorganisant les relations de pouvoir que ces collectifs établissent entre eux. Comme nous le verrons plus en détail, celui-ci est construit à la jonction d’une intensification des politiques d’ordre public, d’une sécurisation et d’une militarisation de l’espace urbain et, également, d’une intégration urbanistique et économique de ce type de commerce incité à la création d’entreprise et au crédit.

São Paulo, quartier du Brás : les marchands ambulants et la Feirinha da madrugada [Petit marché de nuit]

  • 2 Cette partie doit beaucoup à la réflexion minutieuse du groupe de recherches du professeur Vera Tel (...)
  • 3 Au cours de la Commission d’enquête parlementaire, plusieurs dirigeants des camelots ont été assass (...)

3Au cours des vingt dernières années, les marchands ambulants installés dans le quartier du Brás ont beaucoup gagné en force et en visibilité dans toute la ville par le biais de plusieurs conflits avec la municipalité2. Ces antagonismes, qui ont débuté en 1993 et qui n’ont perdu peu à peu de leur vigueur qu’en 2001, dénonçaient un vaste système de corruption dans les anciennes administrations régionales remplacées par la suite par les mairies de quartier. Le système connu comme « la mafia des pourboires » reposait sur le versement par les camelots à des contrôleurs régionaux d’un droit de dépôt des marchandises, d’installation dans les baraques de vente et de prévision des coupures de courant. Tout en haut de la pyramide, les administrateurs régionaux recueillaient l’argent auprès des contrôleurs et le remettaient à des conseillers municipaux liés à la majorité du Conseil municipal. Ce montage permettait le financement des campagnes électorales et l’enrichissement personnel de certains, mais il était surtout une forme de structuration locale du pouvoir clientéliste traditionnel de São Paulo3. La violence était utilisée pour intimider les témoins et, en ultime recours, pour interrompre les investigations. Toutefois, une Commission d’enquête parlementaire (CEP) municipale a finalement obtenu la destitution du maire de l’époque, Celso Pitta (1997-2001), successeur en droite ligne de Paulo Maluf (1993-1996), pour les faits liés à cette affaire.

4Les organisations de marchands ambulants sont sorties très renforcées de ces dix années de mobilisation et, malgré leur division en deux groupes antagonistes, ont soutenu d’une même voix, aux élections municipales de l’année suivante, la candidature du Parti des travailleurs. Sous la gestion de Marta Suplicy (2001-2005), elles se sont rapprochées de la municipalité en espérant obtenir des soutiens et faire désormais de la mairie un allié plutôt qu’un adversaire. Toutefois, les termes dans lesquels s’est conclue cette alliance et les acteurs que la mairie a choisis comme interlocuteurs privilégiés ont rendu impossible cette union élargie. En effet, la nouvelle équipe gestionnaire a décidé de favoriser les « camelodromes », c’est-à-dire les espaces spécifiques dédiés au commerce ambulant, dénommés à l’époque mercados populares [marchés populaires], prenant à revers les camelots et leurs organisations qui revendiquaient leur « droit au travail de rue ». Ces derniers dénonçaient les inconvénients des espaces fermés. À leurs yeux, les ambiances confinées impliquaient une dynamique de vente différente de celle qui s’adressait à des passants en transit. Ils estimaient que les recettes ne pourraient que diminuer. Par ailleurs, leur lutte politique avait été entièrement bâtie autour de l’obtention de meilleures conditions de vente dans les rues par l’amélioration des Délais de permission d’utilisation (Termos de Permissão de Uso – TPU), autorisations municipales d’achat et de vente dans les espaces publics.

  • 4 Cette différence, que ce texte ne pourra pas étudier en détail, renvoie directement aux considérati (...)
  • 5 Se fondant sur l’article 146 de la Constitution fédérale, qui établit « les normes générales en mat (...)

5Les deux principaux dirigeants issus des mobilisations des années 1990, Afonso Camelô (Sindcisp) lié à Força Sindical [Force syndicale] et José Ricardo Alemão (Sintein) de la Central Única dos Trabalhadores [Centrale unique des travailleurs] avaient comme soutien politique une base territoriale qui divisait la zone du Brás en deux moitiés séparées par la rue Oriente. D’autres dirigeants, moins importants, ont néanmoins commencé à voir dans les environnements fermés une « fenêtre d’opportunités » qui pouvait permettre de réels progrès dans la régularisation de leur activité et des loyers, mais aussi dans leur future promotion comme représentants des camelots. Le paradigme pratique et discursif s’est ainsi déplacé du « droit au travail de rue » à celui des « opportunités entrepreneuriales »4. L’idée était de renforcer les liens avec des institutions comme le Service brésilien de soutien aux petites et aux micro-entreprises (SEBRAE) dans le but de créer des aires de commerce ambulant. En renonçant aux revendications liées au travail dans la rue et aux TPU, il devenait possible de développer des partenariats avec des entreprises pouvant soutenir la mise en place d’un réseau de commerces autonomes bénéficiant d’avantages fiscaux et d’obtenir des permis simplifiés du type de ceux utilisés par les micro-entreprises individuelles (MEI)5.

6Il est très révélateur que ce nouveau modèle pratique et discursif soit né dans le syndicalisme traditionnel. À la fin du mandat de Marta Suplicy, Afonso Camelô avait fondé la Feirinha da madrugada, d’abord proche de la rue 25 de Março puis transférée vers sa localisation actuelle au bout de la rue Oriente, sur un terrain de l’État appartenant au Réseau ferré fédéral (RFFSA). L’idée était de créer un marché de vente en gros fonctionnant la nuit, distinct de la vente en gros proposée aux horaires diurnes et destiné aux seuls détaillants de ces marchandises. Ce marché a connu un succès immédiat. Des commerçants de toutes les régions du Brésil et de pays voisins faisaient le voyage pour faire leurs achats sur ce site qui est rapidement devenu un grand pôle régional du commerce de confection. Les points de vente se sont aussi dispersés le long des rues perpendiculaires à la rue Oriente, à l’extérieur du « camelodrome ». Dans le même temps, les recettes provenant de ce grand marché de gros sont devenues l’objet de terribles conflits entre les différents groupes. Avec l’apparition de la Feirinha, l’opposition des deux clans se disputant et négociant leur participation au commerce du quartier du Brás s’est profondément modifiée. Au sein même du groupe d’Afonso Camelô, la division entre les tenants du « droit au travail de rue » et ceux des « opportunités entrepreneuriales » semblait de plus en plus importante. Les négociations avec les gérants de boutiques, auparavant rivaux commerciaux et éléments stratégiques dans l’occupation de l’espace du trottoir, sont petit à petit devenus systématiques.

7Ce changement de cap dans l’intervention politique a conduit à une opposition croissante du groupe d’Alemão qui n’a jamais manifesté l’intention d’agir dans les rouages internes de la Feirinha ni de changer ses orientations. Il continuait à se montrer fidèle au Parti des travailleurs et, en particulier, au conseiller municipal José Eduardo Cardozo qui avait présidé la Commission d’enquête parlementaire de la mafia des contrôleurs. Alemão et son syndicat ont pourtant souffert bien davantage au cours de la période ayant suivi la CEP, et leur pouvoir n’a cessé de diminuer : sept dirigeants de ce syndicat ont été assassinés lorsque l’attention médiatique est retombée. Lui-même, après avoir échappé à un attentat, a dû quitter le Brás dans le cadre du programme de protection des témoins et est resté caché un certain temps. Ce qu’Alemão remettait en question, par rapport aux positions du syndicat d’Afonso, c’est le fait que ce dernier commençait à renouer avec les vieilles pratiques dénoncées par la CEP en s’appuyant sur les alliances décrites plus haut et en prélevant une taxe auprès de ses associés, ce qui était aussi une exploitation des camelots.

  • 6 La gestion territoriale et politique brésilienne se situe à trois niveaux : celui de la fédération, (...)
  • 7 Le colonel Rubens Casado a été le premier d’une série de colonels de réserve de la Police militaire (...)

8Ainsi, l’élément déclencheur de cette reconfiguration des pouvoirs dans le quartier du Brás a bien été le fait que la Feirinha a créé un nouveau clivage entre les deux groupes syndicaux du quartier. Toutefois, il est important de souligner que les décisions de la mairie6 ont aussi été déterminantes. Après le court mandat de José Serra (2005-2006) à la tête de la ville de São Paulo, Gilberto Kassab (2006-2011) a occupé le poste de maire avec des projets bien plus drastiques que ceux de ses prédécesseurs. En janvier 2008, un colonel de réserve de la Police militaire, Rubens Casado, a été nommé à la tête de la mairie de quartier de Mooca (dont les limites administratives incluent le Brás). Parmi ses priorités figurait un contrôle sévère du commerce ambulant7. En vérité, depuis la gestion de Marta Suplicy, la mairie avait dessaisi les contrôleurs des mairies d’arrondissement au profit de la Garde civile métropolitaine grâce à une série de lois et de décrets (en particulier la loi 13.866/04) pour renforcer la surveillance du commerce ambulant. Les vendeurs de rue avaient aussitôt protesté contre la sévérité des contrôles en organisant de grandes manifestations pour réclamer une amélioration de leurs conditions de travail. À cette époque, Alemão était déjà revenu travailler dans le quartier. C’est lui qui était à l’origine de ces mobilisations importantes qui se sont poursuivies jusqu’à la mi-2009 mais qui allaient aussi être les dernières. Le 2 décembre 2009, un accord entre la mairie, par la voix du secrétariat de Coordination des mairies d’arrondissement, et le gouvernement de l’État, représenté par la Police militaire, allait transformer définitivement le rapport de forces dans le quartier du Brás. Ce qui a été appelé l’Opération déléguée (loi numéro 14.977/09 et décret numéro 50.994/09) autorisait les policiers à travailler pour la mairie pendant leurs jours de congé jusqu’à 96 heures par mois en bénéficiant d’une gratification versée par la municipalité. Du fait de la précarisation des conditions de travail de la Police militaire, les différentes structures de cette institution se sont mobilisées pour intervenir dans le quartier du Brás. Les troupes de choc, la cavalerie, des bases mobiles et des unités spéciales en grand nombre ont été dépêchées pour assurer l’occupation du quartier. Sans la visibilité dont d’autres occupations policières ont bénéficié ces dernières années, notamment celles destinées à combattre le narcotrafic, la zone s’est retrouvée encerclée par la police, sans aucune possibilité pour les marchands ambulants d’organiser la moindre résistance. Les principaux dirigeants, comme Afonso Camelô qui, au moment le plus critique, s’est résolu à établir une « alliance stratégique » avec Alemão, ont été identifiés, arrêtés et maintenus en captivité dès les premiers mois de cette gigantesque opération.

9Lorsque la police a eu investi les lieux – occupation qui n’a pas cessé depuis –, les contrôles quotidiens sont devenus plus sévères. Un autre aspect de cette action, sans loi ni décret pour la réglementer, a été la délégation de fonctions qui a donné son nom à l’opération et qui a permis un transfert des attributions dans la surveillance du commerce informel. Les contrôleurs des mairies de quartier et les policiers de la Garde civile municipale ont cédé la place à la Police militaire. Cette délégation, en centralisant des attributions auparavant partagées par les divers agents du contrôle des vendeurs de rue et en les confiant à la seule Police militaire a rendu possible une plus grande liberté dans les opérations et une meilleure efficacité. Dans un entretien, le major Wagner Rodrigues, chef de la division de l’administration et de l’opération des quartiers centraux, explique que cette manière d’envisager les contrôles a été mise en place à partir de l’expérience de plusieurs opérations antérieures qu’il avait lui-même conduites et qui avaient montré que la division des responsabilités rendait les inspections peu efficaces. Il évoque l’exemple de ceux qu’on appelle les « parachutes », les vendeurs proposant leurs marchandises sur des toiles posées au sol afin, s’ils ont un contrôle, de les remballer rapidement. Il s’agit de commerçants qu’il était impossible d’arrêter car, tant que leur toile était dépliée, ils relevaient de la vente de rue et, donc, de la Garde civile municipale ; alors qu’une fois celle-ci repliée et transformée en sac, seule la Police militaire était habilitée à fouiller leurs effets personnels. Après la conclusion de l’accord entre le gouvernement de l’État et la municipalité, cette amusante scène de contrôle social n’a pu être rejouée. D’une part, les pouvoirs discrétionnaires d’un policier pendant ses heures supplémentaires sont plus étendus que ceux auxquels il est soumis pendant qu’il travaille officiellement car, dans le cadre de l’Opération déléguée, il concentre les attributions de la Garde civile municipale et des contrôleurs de la mairie d’arrondissement ; d’autre part, ce renforcement est garanti par ses supérieurs – les policiers nommés à la tête des mairies – qui organisent et suivent les contrôles, les arrestations et les éventuelles incarcérations de camelots.

10En fin de compte, ultime conséquence de l’introduction de l’Opération déléguée et du contrôle des mairies par la Police militaire, le Forum permanent des commerçants ambulants s’est vu dépossédé de ses fonctions de médiation politique. Dans un quartier en conflit comme celui du Brás, l’institution avait été perçue comme une conquête démocratique née du premier scandale de la « mafia des contrôleurs » et constituant un espace de négociation entre la mairie et les camelots. Pourtant, les représentants de ces derniers ont peu à peu cessé de fréquenter les réunions du Forum tout en maintenant la fiction de son existence formelle. Ils avaient en effet constaté que les décisions les plus importantes concernant le travail de rue ne passaient plus par ce lieu de délibérations et que le colonel-maire de la Mooca et ses adjoints eux-mêmes ne s’y rendaient plus. En effet, les interlocuteurs privilégiés de la mairie de quartier et des responsables qui réalisent les contrôles sont désormais les gérants de boutiques. Au cours de plusieurs entretiens consécutifs avec l’association Allo Brás qui les fédère, il a été possible de constater que ce sont eux qui prennent à huis-clos les décisions concernant le quartier. Cela a été le cas pour les travaux d’embellissement de la place de la Concórdia, dont le coût de deux millions de reais a été entièrement réglé par les fonds d’Allo Brás ou, encore, pour l’ambitieux projet de réaménagement de la rue Oriente dont la facture, désormais connue et prise en charge par les mêmes fonds, s’élève à cinq millions de reais. Les représentants des camelots se plaignent aussi que l’argent versé aux policiers militaires de l’Opération déléguée provienne des gérants de boutiques, ce qui révèle clairement leur rapprochement avec les pouvoirs publics. Cette nouvelle convergence a reconfiguré le champ des conflits entre les divers groupes souhaitant accéder au marché populaire du quartier du Brás.

  • 8 Il est remarquable que l’entreprise qui sera probablement le partenaire privilégié de la mairie pou (...)

11Le rapprochement a été formalisé par le projet Couloir d’achat (Corredor de compras) présenté à la fin de 2010 par la mairie du quartier à la suite de réunions tenues avec l’association des boutiquiers du Brás. Il s’agissait de confirmer la vocation commerciale des quartiers du Centre en mettant en réseau Bom Retiro, Santa Efigênia, Sé et Brás, où se trouvent les principales zones chalandes de la ville. Le terrain de la Feirinha est au cœur de ce nouveau circuit. Il y est prévu la construction, sous le régime des Partenariats public-privé (PPP), d’un complexe réunissant des bâtiments commerciaux et résidentiels, des stationnements pour les bus et les voitures, une zone réservée à l’alimentation et plusieurs bâtiments de services publics. L’association des boutiquiers et la mairie estiment que São Paulo doit se préparer à la compétition avec d’autres villes sud-américaines qu’ils considèrent comme de possibles concurrentes pour ces marchés populaires8.

12Ce projet d’aménagement de la Feirinha da madrugada révèle un changement d’échelle pour les acteurs qui en font désormais partie. Dans la nouvelle configuration des relations de pouvoir au sein du quartier, travailler dans la rue est devenu de plus en plus difficile et le nombre des espaces de vente fermés s’est accru. De moins en moins de camelots exercent leur activité et les deux dirigeants que nous connaissons déjà ont vu leur influence décliner. Dans le même temps, les nouveaux groupes de pouvoir qui émergent sont très différents de ceux créés par les syndicalistes formés au « droit au travail de rue ». Comme nous l’avons déjà évoqué, ce nouveau type de marché avait été organisé par une partie du groupe d’Afonso Camelô mais une nouvelle direction, liée à d’autres intérêts, s’est manifestée depuis. Ailton Vicente de Oliveira et l’association Novo Oriente ont gagné le devant de la scène. Grâce à une campagne publicitaire qui présentait la Feirinha comme « le plus grand projet social du Brésil », Ailton a pu prendre en mains la gestion de l’espace commercial en prélevant des « taxes » pour la sous-location, la sécurité privée, l’eau, l’électricité et les toilettes. Cette emprise jusqu’alors assurée par Afonso Camelô et dénoncée par Alemão comme une exploitation des vendeurs ambulants, exige désormais des sommes bien plus élevées et privilégie d’autres groupes au sein de la Feirinha. Avec la complicité d’Ailton, les camelots sont déplacés vers des sites plus défavorisés et les « avant-postes » des boutiquiers et des commerçants chinois occupent les meilleurs points de vente. À l’heure actuelle, les vendeurs que l’on trouve dans les baraques sont pour la plupart des employés des boutiques ou des grands distributeurs chinois mais il reste encore quelques commerçants autonomes qui revendent leurs marchandises comme le font les camelots.

13La diminution du nombre de marchands ambulants indépendants et leur éloignement des points de vente privilégiés au bénéfice des grands commerçants chinois et des boutiquiers établis sont la conséquence de l’accroissement exponentiel des « taxes » prélevées. Cette tendance met en lumière un double processus, essentiel pour la présente étude et qui sera détaillé plus loin. D’un côté, on assiste à une entrée massive de compagnies de dimensions internationales dans les projets municipaux et à une implication du négoce formel dans le marché informel, signes d’une concentration des ressources économiques du commerce populaire du quartier du Brás ; de l’autre, les participants aux marchés non-réglementés formellement par l’État sont soumis à des extorsions de plus en plus élevées qui révèlent une centralisation des moyens de coercition légaux et illégaux régulant le marché et assurant le prélèvement des recettes.

14Les anciens dirigeants syndicaux des camelots ont été désorientés par cette nouvelle dynamique qui associait une plus grande répression dans les rues et l’entrée en lice de nouveaux groupes de pouvoir dans la Feirinha da madrugada. En constatant que les manifestations devenaient de plus en plus difficiles à organiser dans le contexte de l’occupation policière du quartier, Alemão a adopté une nouvelle stratégie. Apprenant qu’au cours des mois qui avaient suivi l’Opération déléguée la mairie d’arrondissement avait arbitrairement annulé les TPU en vigueur pour les années 2010 et 2011, il a cherché à obtenir des mesures de protection pour continuer à défendre les intérêts des camelots dans les rues, obligeant la mairie à porter la question des TPU devant la justice. Pourtant, tout en ayant conscience de l’importance de son combat militant, Alemão estime qu’il n’a plus les moyens d’exercer de pression sur les pouvoirs municipaux et que son action est devenue un simple palliatif.

15Afonso Camelô, responsable d’un groupe de marchands ambulants divisés sur l’importance de travailler à l’intérieur ou à l’extérieur de la Feirinha, a dû de son côté affronter de fortes pressions internes. Ses hésitations entre l’une et l’autre option lui ont fait perdre une partie de son influence chez les camelots et l’ont incité à prendre en main les intérêts de nouveaux venus boliviens travaillant de nuit dans la rue Barão de Ladário. Cette tentative a été mal perçue par les autres dirigeants de son propre syndicat, qui envisageaient d’autres accords au niveau local. Pendant la nuit, hors de la Feirinha, les disputes les plus violentes peuvent éclater. D’innombrables petits groupes, ayant passé des accords avec les rares policiers qui se trouvent sur place, se disputent le territoire et le contrôle des points de vente en lien avec des organisations criminelles. Cette situation s’explique par le monopole que l’intervention de la mairie a encouragé à l’intérieur de la Feirinha en confiant aux plus grands groupes le contrôle du marché fermé. Les tensions croissantes ont abouti à l’assassinat d’Afonso Camelô au siège de son syndicat en décembre 2010. La division s’est encore accrue après sa mort, une partie de son groupe continuant à se disputer l’espace de la rue pendant la nuit.

  • 9 Ces dénonciations ont conduit à la démission du ministre Alfredo Nascimento et ont mis en cause les (...)

16C’est alors que d’autres marchands ambulants du groupe d’Afonso Camelô ont décidé de se retourner vers la Feirinha. Ils ont déposé des plaintes contre l’administration du marché, aussitôt transmises à la presse, et ont émis des critiques sévères à son égard. Ils ont notamment dénoncé le prélèvement de « taxes » par les gestionnaires. À la fin de l’année 2010, après avoir obtenu la destitution d’Ailton de son poste de gérant de la Feirinha, ils étaient sur le point de conquérir la gestion du marché. La municipalité a alors nommé un nouveau colonel de réserve de la Police militaire après avoir remercié l’ancien. Les dénonciations dans les grands journaux du système d’extorsion régnant sur la Feirinha ont repris de plus belle. Elles ont conduit au limogeage de deux colonels en charge du groupe de gestion et au transfert du maire d’arrondissement – le colonel Rubens Casado – vers une autre mairie de quartier. Par une conjonction imprévue d’évènements, comme c’est souvent le cas dans ce genre de dénonciations, le rapport de forces issu de ces conflits a trouvé un dénouement inattendu lorsque les plaintes sont arrivées à Brasília et ont conduit à la démission du ministre des Transports. L’argent des extorsions était utilisé pour le financement des campagnes du Parti républicain national et l’enrichissement personnel de certains de ses dirigeants9.

Rio de Janeiro : le marché populaire de la rue Uruguaiana

  • 10 Ce travail de description de l’histoire du Marché populaire de la rue Uruguaiana s’appuie sur certa (...)

17Le marché populaire de la rue Uruguaiana est le plus vieux et le plus grand de la ville de Rio de Janeiro10. Son histoire est intimement liée aux conflits entre les groupes qui, en son sein, s’organisent en associations de commerçants ambulants. Leur histoire politique n’est peut-être pas plus ancienne qu’à São Paulo mais, à Rio, elle est tributaire du long passé de l’ancienne capitale du pays. L’Association des commerçants ambulants du centre (ACAC) a été créée dans les années 1970 et, du haut de ses quarante ans, reste vaillamment l’une des plus importantes du marché de la rue Uruguaiana. João Pires, l’un des fondateurs de l’ACAC et son premier président, organisait des mobilisations pour la « régularisation » au début des années 1980. L’objectif, d’après les témoignages des anciens, a toujours été l’actuel terrain du marché de la rue Uruguaiana, un espace qui était à l’époque un parc de stationnement couvrant les quatre pâtés de maisons qu’il occupe aujourd’hui. Les vendeurs ambulants s’installaient autour de ce parking, principalement dans la rue Uruguaiana, lieu de passage très important pour traverser le centre-ville d’où que l’on vienne. Les camelots évoquent la première gestion municipale de Marcelo Alencar (1983-1986) comme une époque très difficile car les conflits avec les contrôleurs de la mairie étaient permanents. João Pires et Antônio Perez, un autre dirigeant syndical et futur président de l’ACAC, organisaient les camelots de la rue Uruguaiana lors de leurs affrontements avec les contrôleurs, mais ils cherchaient également des alternatives au travail de rue et une régularisation du commerce ambulant.

18Il y a eu des tentatives d’installation des camelots dans des lieux fermés à Rio bien avant São Paulo. En 1984, vingt ans avant la création de la Feirinha da madrugada, la mairie de Rio a voulu créer un espace pour abriter les vendeurs de la rue Uruguaiana. Antônio Perez et João Pires ont participé au recensement des commerçants ambulants qui allaient être transférés vers le futur « camelodrome » qui serait aménagé sur la place Onze (décret municipal 4615/84). Mais cette tentative ne fut pas bien accueillie car ce point de vente était bien moins attractif que la rue Uruguaiana. La place Onze était perçue comme un lieu désert et isolé. On craignait que le maire n’ait cherché qu’à débloquer la rue Uruguaiana et non pas à installer convenablement les vendeurs ambulants qui y travaillaient. Bien que certains camelots aient tenté de s’établir sur la place Onze pour pouvoir jouir d’un travail régularisé, leur faible activité a poussé nombre d’entre eux à retourner sur leur lieu de départ. Ceux qui ne s’étaient pas déplacés, la majorité des commerçants ambulants de la rua Uruguaiana, étaient entrés dans une escalade de conflits avec les agents de contrôle qui, sur ordre du maire, exerçaient une surveillance de plus en plus sévère, considérant que les pouvoirs municipaux avaient déjà pris les mesures nécessaires pour satisfaire leurs revendications. La tentative d’installation du marché populaire sur la place Onze a été si maladroitement gérée qu’elle s’est révélée un échec et n’a contribué qu’à l’accroissement de la tension entre les commerçants ambulants et la mairie.

19Conséquence de cette désastreuse opération, c’est seulement en 1994 qu’une deuxième tentative de réorganisation du commerce ambulant de la rue Uruguaiana a vu le jour. La ville était alors sous l’autorité de César Maia (1993-1997) dont la gestion a été marquée par d’incessants conflits entre les camelots et la toute récente Garde municipale. À la tête de l’ACAC, Antônio Perez, élabore le projet d’établir un marché populaire sur l’ancienne aire de stationnement située devant la rue Uruguaiana. Dans cette perspective, les dirigeants de l’association recherchent l’appui du gouverneur, Nilo Batista. Par cette manœuvre ils espèrent contourner la négociation avec la mairie, perçue comme hostile au projet. Ils s’appuient sur le fait que le terrain utilisé par la compagnie de chemin-de-fer Riotrilhos appartient au gouvernement de l’État. Après une réunion avec Leonel Brizola, qualifiée d’historique par les membres les plus anciens de la direction de l’ACAC, le projet est ratifié par Nilo Batista. L’association effectue aussitôt le recensement des commerçants ambulants qui pourront être réintégrés dans l’espace interne du marché.

20Le maire, César Maia, d’abord hostile à cette idée, prit alors sa défense. Il organisa une grande cérémonie d’inauguration dans le sambódromo de Rio. Cette célébration, organisée le jour de la fête des pères de 1994, en présence du maire de la ville, devait être l’occasion d’un tirage au sort pour le choix des camelots qui seraient acceptés. On raconte pourtant que l’ACAC avait déjà fait son propre choix. On se contenta donc d’attribuer les points de vente selon les critères publiés par la loi 1876/92 réglementant le travail des commerçants ambulants sans choisir qui serait sélectionné pour les occuper. En fait, ce projet fut conduit de manière très confuse. Installé sur un terrain de l’État mais réglementé par une législation municipale – les Délais de permission d’utilisation des espaces publics (TUAP) élaborées pour encadrer des travaux réalisés sur la voie publique – le marché ne pouvait que générer de nouveaux problèmes. Cette situation qui persiste encore aujourd’hui a rendu impossible la moindre régularisation de l’espace, en reléguant une fois encore les camelots établis à la condition de travailleurs informels. De plus, elle a facilité le prélèvement de « taxes » de divers ordres. En tant qu’entité de gestion, l’ACAC perçoit une prétendue « contribution sociale » qui est en réalité une rétribution pour la sous-location des emplacements qu’elle s’autorise à faire, à laquelle s’ajoutent des taxes relatives à l’eau, à l’air conditionné et à la sécurité. Cette dernière était assurée par une entreprise privée mais relevait en fait des quatre policiers civils qui touchaient une partie de l’argent prélevé. Certains témoins rapportent que le non-paiement des taxes était sanctionné par des vols de marchandises entreposées dans l’allée C par ces mêmes agents. Ces extorsions dont l’ACAC était l’un des acteurs ont créé des tensions engendrant des conflits entre les commerçants et jusqu’au sein même de la direction de l’association.

21C’est dans ces conditions que, en 1998, des dirigeants dissidents de l’ACAC ont fondé une nouvelle association qu’ils ont baptisée l’Union des commerçants du marché populaire de la rue Uruguaiana. L’Union a eu beaucoup de succès du fait de l’alliance, à sa tête, de deux figures importantes de l’ACAC : le policier civil Ernesto et Alexandre Farias. Le premier faisait partie du petit groupe de quatre agents qui monnayaient leur protection à la direction de l’ACAC, il était considéré comme le plus courageux d’entre eux et, à la fois, le plus solidaire car il avait l’habitude de prêter de l’argent aux camelots qui en avaient besoin. Le second était un dirigeant charismatique car il avait toujours gardé une position d’indépendance face aux instances dirigeantes de l’ACAC et il s’opposait de plus en plus à Antônio Perez. Leur rapprochement a été crucial et a marqué l’histoire du marché populaire notamment lors d’un épisode resté connu comme « le coup d’État ».

22Un jour, Ernesto et Alexandre, côte à côte, envahissent le siège de l’ACAC et expulsent les membres de la direction, agressant Antônio Perez et le jetant sur le trottoir de l’autre côté de la rue. Ils font condamner et sceller l’entrée du local et transfèrent la direction du marché à l’Union. Ernesto étant un officier de la police civile et Alexandre étant connu pour ses lourds antécédents judiciaires, antérieurs à son travail de commerçant ambulant, la peur a dissuadé les dirigeants de l’ACAC d’essayer de récupérer le contrôle du marché.

23Dans un premier temps, le « coup d’État » fut apparemment bien accueilli par la majorité des camelots, mécontents de la direction de l’ACAC. On raconte que le jour de l’expulsion de grandes festivités ont été spontanément organisées et qu’Alexandre Farias et Ernesto ont été chaleureusement applaudis pour leur geste. Le prélèvement des taxes ne s’est pas arrêté pour autant, il a simplement changé de mains. Le nouveau président de l’Union, Farias, s’est comporté de manière plus agressive encore que ses prédécesseurs. Les contrevenants se faisaient confisquer leur point de vente qui était revendu à d’autres camelots. Pendant les dix années de sa présidence, les timides tentatives d’opposition ont été très violemment réprimées aussi bien par Ernesto que par Farias lui-même. Ce dernier n’a pas hésité, par exemple, à tirer sur João Pires, au cours d’une altercation au cœur même du marché, comme plusieurs témoins en attestent. Il a aussi eu des mots avec Jorge, un autre dirigeant important et futur président de l’ACAC. Cela n’empêchait pas l’Union d’organiser des barbecues gratuits pour ses associés le vendredi soir afin de soigner son image.

24Dans un ultime recours pour reconquérir le pouvoir, l’ACAC a commencé à dénoncer dans les journaux les irrégularités de gestion du marché. On a ainsi appris qu’Alexandre Farias avait, sans explication, confisqué leurs points de vente à 291 commerçants avant de les revendre à de nouveaux arrivants. On a aussi su que des marchandises détournées étaient écoulées sur le marché. Ces dénonciations, en particulier celle qui concernait les produits détournés, ont conduit à l’incarcération du président de l’Union en 2006. Lors de son arrestation, il a promis de se venger des dirigeants de l’ACAC. La tension a monté les mois suivants et a culminé avec l’assassinat d’Alexandre Farias, le 18 mai 2007. Ce meurtre est entouré de mystères et de controverses, mais personne ne doute que le motif réside dans les conflits qui ont émaillé sa gestion. Quatre jours après cet événement, Rosalice Oliveira a pris la direction de l’Union.

25Cela ne signifie pourtant pas que les accords de protection aient été moins solides. En 2008, l’ACAC a organisé une élection pour investir Jorge Nepomuceno comme nouveau président. Celui-ci a aussitôt décidé de réoccuper le siège de l’association, sous scellé depuis le « coup d’État » d’Alexandre. Au moment où les dirigeants de l’ACAC ont pénétré dans l’espace du marché populaire, les agents de sécurité de l’Union les ont encerclés, les policiers civils sont arrivés et ont empêché l’ouverture des portes. L’ACAC a alors porté plainte et demandé de retrouver la propriété de son siège. L’année suivante, escortés de gardes de sécurité engagés pour l’occasion, et forts de la décision favorable prononcée par le juge, les dirigeants ont essayé à nouveau de forcer les portes du local. Les policiers se sont interposés une fois encore et l’affaire s’est terminée au commissariat mais, cette fois, grâce au document officiel en sa faveur, c’est l’ACAC qui a eu le dernier mot.

26La réouverture du siège de la première association a marqué le début de l’ultime chapitre de l’histoire récente des conflits entre les différents groupes de pouvoir sur le marché populaire. En reprenant ses fonctions, l’ACAC a, pour l’essentiel, offert les mêmes services que l’Union et est donc entrée en concurrence avec elle. On estime actuellement que l’Union réunit approximativement mille associés contre six cents pour l’ACAC. Depuis l’entrée en fonction de son nouveau président, cette dernière semble pourtant se démarquer de la manière dont les conflits avaient été gérés jusqu’à présent. Le nouveau dirigeant, Jorge, prétend ne plus vouloir faire reconnaître « par la force » son influence face à l’Union mais plutôt grâce à des projets en partenariat avec la mairie.

  • 11 Cette distinction est établie et analysée dans le remarquable texte de Nacif : « Si nous observions (...)

27Du côté de la municipalité, les choses ont aussi changé. Dès le premier jour du mandat du maire Eduardo Paes (2009-2012), a été créé le secrétariat spécial de l’Ordre public (SEOP). Institué par un décret (30.339/09), sans aucune consultation législative ni aucune participation de la population, cet acte normatif a réorganisé une grande partie de l’architecture institutionnelle du pouvoir administratif municipal, au nom de son caractère « exceptionnel ». Ce secrétariat est constitué d’organes qui existaient préalablement au sein de la structure municipale mais qui agissaient traditionnellement de manière autonome et isolée : les Sous-Secrétariats de la supervision (Compagnie des permis et de la supervision – CLF, Compagnie de supervision du stationnement et de la fourrière – CFER), du contrôle urbain (Compagnie de contrôle urbain – CCU), et la Garde municipale. Le SEOP se démarque de l’organisation de type « vente au détail » de la gestion de César Maia (actions ponctuelles effectuées par des institutions isolées), et tend, sous la présidence d’Eduardo Paes, à une gestion de type « vente en gros » avec une coordination encore jamais vue jusqu’alors11. Il serait intéressant de décrire minutieusement le fonctionnement de cette nouvelle manière d’assurer l’ordre urbain, mais cet article se limite à souligner que ce changement semble aller dans le sens des intérêts de l’ACAC. Jorge ne se contente pas de saluer les nouvelles actions municipales, il fait également remonter au SEOP des revendications spécifiques concernant le contrôle des vendeurs du salto [saut], ceux qui travaillent à l’extérieur du terrain des camelots.

28L’alliance stratégique de Jorge avec la mairie couvre également d’autres domaines, notamment grâce au modèle pratique et discursif qualifié plus haut d’« opportunités entrepreneuriales ». Jorge considère que les commerçants installés sur le marché populaire ne sont pas des marchands mais des micro-entrepreneurs individuels, en les différenciant ainsi des vendeurs ambulants qui travaillent dans la rue. Il a mis en œuvre deux grands projets : la réforme du marché populaire et la création d’un centre d’approvisionnement.

29Le premier de ces projets a déjà coûté à l’ACAC la quasi-totalité de l’argent qu’elle avait réussi à rassembler et a contraint l’association à faire des emprunts afin de parvenir à régler les coûts générés par les cabinets de conseil et les consultants contractés. Il s’agit d’agrandir les surfaces disponibles pour le marché en y ajoutant de nouveaux bâtiments plus hauts. La structure à quatre étages prévoit d’accueillir un grand parc de stationnement et un dépôt pour tous les commerçants du marché et de ses environs, une zone dédiée à l’alimentation, des services publics dont un ensemble de guichets prioritaires, un théâtre et un centre de conventions, outre l’accroissement du nombre de commerçants sur le site. Le président de l’ACAC montre avec fierté un croquis élaboré par un grand atelier d’architectes qui prévoit une façade rendant hommage aux arcs du quartier de Lapa : « Nous allons devenir un point touristique ». D’après Jorge, la quasi-totalité de l’argent qui sera utilisé pour réaliser les travaux a déjà été promise par de grandes entreprises qui préfèrent ne pas révéler leur nom. Leurs interlocuteurs à la mairie et au gouvernement de l’État se sont engagés à créer une taxe spéciale pour le site, à céder à l’ACAC la concession définitive du terrain et à renouveler individuellement le bail de chaque commerçant d’après le régime locatif de l’autorisation spéciale émise par la Coordination des permis et de la supervision.

30Le second projet vise à créer un centre d’approvisionnement du marché populaire. Il s’agit d’organiser une sorte de coopérative afin que l’achat des marchandises ne passe plus par les intermédiaires actuels, des importateurs de la Société des amis des environs de la rue de l’Alfândega (SAARA) et des policiers civils. Les commerçants se sont associés afin de pouvoir acheter directement leurs marchandises au Paraguay et en Chine à un prix bien inférieur à celui pratiqué par les intermédiaires actuels. Pour rendre ce projet possible, une Chambre de commerce des petites et moyennes entreprises du Brésil et du marché international (CCEB) a été fondée et, à cette occasion, une fête luxueuse a été organisée au siège de l’Association commerciale de Rio de Janeiro (ACRJ) en présence, notamment, du secrétaire spécial au Développement économique solidaire de la mairie, du représentant du ministère des Affaires étrangères, de la secrétaire d’État aux Transports, du président de l’ACRJ et de représentants des chambres de commerces bilatérales Brésil-Chine et Brésil-Paraguay.

31Il est toujours possible de mettre en doute les promesses de la direction d’une association qui dispute ses adhérents à une association concurrente, mais il est important de bien voir quel est l’horizon de possibilités qu’elle cherche à atteindre. Ces deux grands projets, ainsi que la création du SEOP, semblent ouvrir la voie à un changement dans la manière de gérer les conflits autour du site du marché populaire, en cherchant à contourner « par le haut » les jeux de pouvoir qui se structurent dans un cadre essentiellement local. Cela ne garantit pas pour autant, comme nous avons pu le voir ici à partir des exemples de Rio et de São Paulo, une nécessaire régularisation. Il est difficile d’imaginer une rupture avec le marché des « biens politiques » même si des mutations ouvrant la possibilité d’autres types d’accords mis en œuvre d’autres manières ne semblent pas impossibles.

Conclusion

32Du point de vue analytique, on pourrait rapprocher les situations de Rio et de São Paulo. Certes, les collectifs sont toujours des associations et des syndicats, composés de petits commerçants autonomes, comme les camelots ou les micro-entrepreneurs, de grands commerçants et même de grossistes. Toutefois, les partis politiques agissent chacun selon leurs propres méthodes ; les policiers (civils ou militaires), les gardes municipaux et contrôleurs de la mairie voient leurs attributions modifiées continuellement ; parfois interviennent des groupes criminels dont les méthodes obscures n’ont rien à envier à celles des autres acteurs.

  • 12 Le processus d’« accumulation sociale de la violence » dont parle Michel Misse s’inscrit dans une p (...)

33Les dynamiques de la composition de ces groupes de pouvoir qui négocient et se disputent l’extraction des richesses circulant dans la ville évoluent dans le temps de façon imprévisible, au gré des conjonctures propres à chaque moment. Le pouvoir d’instituer propre à l’État est cause et conséquence de ces conjonctures : chaque fois qu’une ordonnance, une loi ou un décret sont arrêtés par les pouvoirs au niveau municipal, de l’État, ou de la Fédération, les relations de conflits entre les groupes concernés se transforment ; dans le même temps, chacune de ces entités essaie d’agir sur la manière dont l’encadrement légal doit être ordonné. L’histoire sociale de ces groupes et celle de leurs relations avec les instances de gouvernement se confond souvent avec l’histoire même du développement de São Paulo et de Rio de Janeiro : les deux villes connaissant une forme d’« accumulation sociale » qui leur est propre12.

34Il est toutefois possible d’identifier des processus sociaux communs, qui transforment les manières de gouverner et les groupes de pouvoir eux-mêmes. Les brèves descriptions que nous avons proposées ici mettent en lumière certains des moments de ces évolutions historiques. Dans un premier temps, on trouve peu de politiques élaborées spécifiquement pour ce type de marché. Elles relèvent le plus souvent de la municipalité par l’intermédiaire des contrôleurs et par le recours à des méthodes coercitives. La vente des marchandises se fait presque toujours au détail, assurée par de petits commerçants, à l’image des « marchandises politiques », ce qui caractérise le clientélisme politique traditionnel.

35Dans un second temps, apparaissent des politiques d’encouragement à rejoindre des environnements fermés, un contrôle municipal ou fédéral sur les espaces intérieurs, et par les municipalités sur les extérieurs où l’usage de la coercition devient une attribution des gardes municipaux. En même temps, on assiste à une internationalisation du commerce et de la vente de marchandises en gros par les syndicats eux-mêmes, les « marchandises politiques » connaissant la même évolution. Cette situation correspond à la domination actuelle du syndicalisme des commerçants ambulants. Enfin, l’on constate aujourd’hui une incitation à la forme entrepreneuriale et au crédit, avec des contrôles occasionnels de la Fédération, de l’État ou de la municipalité sur les environnements fermés, et un sévère contrôle municipal sur les environnements extérieurs avec un recours extrême à la coercition au moyen d’occupations de territoires et de contrôles confiés à la Police militaire dans le cas de São Paulo, ou occasionnellement à la Police fédérale.

36On est entré ainsi dans le cycle de l’internationalisation et de la vente en gros ; les « marchandises politiques » sont négociées au détail avec une organisation verticale du système politique des partis à l’échelle municipale, de l’État et de la Fédération. L’heure est à la domination des grands commerçants adossés au grand capital commercial et financier national et transnational.

37À Rio de Janeiro comme à São Paulo, le processus le plus important est le changement d’échelle des phénomènes observés : transformation des moyens d’intervention des différentes instances gouvernementales et des groupes de pouvoir qui participent à ces marchés, tendance à la concentration des ressources économiques et à la centralisation des moyens de coercition. Cette évolution vers la concentration économique et la centralisation politique peut s’expliquer à la lumière des modes d’organisation des responsables des camelots, comme nous l’avons annoncé au début de ce texte, c’est-à-dire d’une manière de gouverner qui mobilise différentes méthodes ne s’excluant pas mutuellement, comme l’incitation à l’entrepreneuriat, l’accès au microcrédit, à la militarisation et à la sécurisation des politiques d’aménagement social et spatial. Ce qui se superpose et dynamise les objectifs de ce programme, ce sont justement les jeux de pouvoir entre les collectifs qui participent à ce marché. Si l’on ne tient pas compte de cette dynamique dans notre analyse, on ne peut comprendre comment se concrétise effectivement cette manière de gouverner. Cela signifie que la tendance à la concentration et à la centralisation existe dans la mesure où une certaine conduite du processus de formalisation et d’encouragement des espaces fermés est suivie au gré des conflits et des négociations de ces collectifs. Il serait exagéré, et erroné, de dire que cette transformation existe pour permettre aux marchés de fonctionner de cette manière, car toutes les dimensions sont affectées simultanément par la même tendance au changement d’échelle, mais il existe en effet des affinités et des points de convergence qui donnent lieu à un type spécifique de gestion produisant des effets qui vont dans ce sens. Dans le cas des groupes qui se disputent le commerce populaire, ces conflits ont été marqués par une sélectivité structurale, possédant une forme spatialisée, entre les commerçants ambulants qui travaillent dans des espaces fermés et ceux qui travaillent dans la rue. Cette situation a fini par délimiter les espaces dans lesquels les vendeurs ambulants seraient autorisés et encouragés, ceux où ils seraient seulement tolérés, et ceux où ils subiraient une répression extrêmement rigoureuse.

38La question soulevée est celle des changements de la gestion différentielle des illégalismes (Foucault 1975), c’est-à-dire de l’équilibre entre la tolérance et la répression qui règne sur ces marchés selon une vision sélective de la loi. Selon Foucault, pour comprendre comment opère cette sélectivité, il faut suivre les jeux de pouvoirs qui ponctuent la définition de ses seuils (Telles & Hirata 2010). Dans le cas du commerce ambulant, le référent de démarcation du seuil entre le légal et l’illégal se déplace du terrain conflictuel des autorisations de vente sur des lieux publics à celui des politiques de partenariat, convergeant vers l’encouragement de la forme entrepreneuriale et l’incitation au crédit qui incluent désormais une partie des commerçants ambulants régularisés. Dès lors, la militarisation et la sécurisation de l’aménagement urbain radicalisent l’incrimination de la grande majorité restée en marge de cette délimitation. Si, dans un premier temps, la vente ambulante semblait impliquer nécessairement une relation conflictuelle entre la ville et le travail, dès lors que les camelots étaient perçus comme une fraction de la population tiraillée entre le chômage, le vagabondage et les activités de subsistance, l’équation, dans un second temps, parait différente, entre le maintien de l’ordre public et la forme entrepreneuriale, et des vendeurs ambulants qui, désormais, sont à la fois incriminés dans la rue ou métamorphosés en entreprises partenaires dans les environnements fermés. Pour autant, les disputes pour l’occupation du pavé n’ont pas disparu, mais les termes dans lesquelles elles se déroulent ont complètement changé, avec une partie des camelots qui agissent de manière convergente pour une gestion empêchant l’activité sur les lieux publics.

39Selon le point de vue cynique d’un important « conseiller » de la municipalité et président d’une grande banque d’investissements, ces effets sont bénéfiques pour tout le monde. La régularisation est garantie (de manière coercitive) par le biais de l’entrepreneuriat, la parcelle la plus pauvre de la population ne grève plus le système de protection sociale, la dévalorisation de l’immobilier que produisent la peur ou le désordre disparaît en même temps qu’augmente le volume des investissements et que s’accroît la valeur des immeubles dans les quartiers du centre-ville. La métamorphose d’un camelot en micro-entrepreneur signifie toutefois que son autonomie face à la vente au détail des marchandises et des passe-droits, extorqués par les contrôleurs, est minime, la police encaissant ses excédents par la médiation d’une association ou d’un syndicat qui centralise la gestion d’un environnement fermé en coopération avec les puissants groupes liés directement aux formations politiques d’État et aux grandes entreprises intéressées par la promotion d’une revitalisation des quartiers de centre-ville. Cela signifie aussi que le marchand ambulant se transforme dorénavant en vendeur. Il n’est plus un commerçant autonome, mais un opérateur prolétarisé de circuits internationalisés qui rendent la vente de plus en plus dépendante du marché de gros et des nécessaires emprunts qu’il implique.

40Ce rapide survol historique entendait décrire de manière ethnographique les groupes en conflit dans le commerce populaire de deux grandes villes et évoquer, dans leurs grandes lignes, les changements de méthodes dans les interventions gouvernementales les concernant. Guidés par cette approche descriptive, nous avons cherché à marquer les limites, les seuils et les référents qui séparent et mettent en relation les pratiques à l’intérieur ou à l’extérieur de l’aménagement de l’État, qui construisent et suscitent des modes de gestion de la richesse circulant dans la ville. Il reste à savoir si le champ des conflits se remodèlera encore dans cette nouvelle étape de l’histoire du commerce ambulant à São Paulo et à Rio de Janeiro, ou si ce sont les termes eux-mêmes de ces antagonismes qui seront remis en question.

Haut de page

Bibliographie

Boullier, Dominique, Stéphane Chevrier & Stéphane Juguet. 2012. Évènements et sécurité : les professionnels des climats urbains. Paris : Presses de l’École de Mines.

Canellas, Lidia. 2010. « Camelô no Camelódromo não fica na pista. Uma etnografia acerca da construção e desconstrução de regras no Mercado Popular da Uruguaiana – RJ. » Dissertation de mestrado en anthropologie sociale. Rio de Janeiro : Université fédérale Fluminense.

Cardozo, José Eduardo. 2000. A Máfia das Propinas. São Paulo: Fundação Perseu Abramo.

Das, Veena & Deborah Poole. 2004. Anthropology in the Margins of the State. Oxford & Santa Fé: James Currey & School of American Research Press.

Desrosières, Alain. 2003. « Historiciser l´action publique : L´État, le marché et les statistiques. » In Historicités de l´action publique, dirigé par Pascal Laborier & Danny Trom, 207-221. Paris : PUF.

Desrosières, Alain. 2008. Gouverner par les nombres. Paris : Presses de l´École de Mines.

Foucault, Michel 1975. Surveiller et punir. Paris : Gallimard.

Foucault, Michel. 2001. Dits et Écrits. Paris : Gallimard.

Foucault, Michel. 2004. Sécurité, Territoire. Population. Paris : Seuil.

Freire, Carlos. 2008. « Trabalho informal e redes de subcontratação: dinâmicas urbanas da indústria de confecção em São Paulo. » Dissertation de mestrado. São Paulo : Université de São Paulo.

Graham, Stephan. 2011. Cities Under Siege: the New Military Urbanism. Londres: Verso.

Gupta, Akhil & Aradhana Sharma. 2006. The Anthropology of the State. Oxford: Blackwell Publishing.

Hibou, Beatrice. 1998. « Retrait ou redéploiement de l´État. » Critique Internationale 1 : 151-168.

Hibou, Beatrice. 2013. La bureaucratisation néolibérale. Paris : La Découverte.

Hirata, Daniel. 2010. « Sobreviver na Adversidade: entre o mercado e a vida. » Thèse de doctorat en sociologie. São Paulo : Université de São Paulo.

Lascoumes, Pierre & Patrick Le Galès. 2005. Gouverner par les instruments. Paris : Presses de Sciences Po.

Lefebvre, Henri. 1965. Le Droit à la ville. Paris : Anthropos.

Machado da Silva, Luiz Antônio. 2002. « Da Informalidade a Empregabilidade (reorganizando a dominação no mundo do trabalho). » Cadernos CRH 37: 81-109.

Mafra, Patrícia. 2005. « A Pista e o Camelódromo. Camelôs no centro do Rio de Janeiro. » Dissertation de mestrado en anthropologie sociale. Rio de Janeiro : Musée national/Université fédérale de Rio de Janeiro.

Misse, Michel. 2006. Crime e Violência no Brasil Contemporâneo. Rio de Janeiro: Editora Lumen Júris.

Nacif, Cristina Lontra. 2011. « Estado de Choque: Legislação e conflito no espaço público da cidade do Rio de Janeiro – Brasil (1993-2010). » Communication présentée aux XIV Rencontres nationales de l’ANPUR. Rio de Janeiro, 23 au 27 mai, manuscrit.

Oblet, Thierry. 2008. Défendre la ville : la police, l’urbanisme et les habitants. Paris : PUF.

Rabossi, Fernando. 2011. « Negociações, associações e monopólio: a política de rua em Ciudad del Este (Paraguai) ». Etnográfica 15 (1): 83-107.

Rose, Nicolas & Peter Miller. 2008. Governing the Present. Cambridge: Polity Press.

Senellart, Michel. 1995. Les arts de gouverner. Paris : Seuil.

Telles, Vera & Daniel Hirata. 2007. « Cidade e práticas urbanas: nas fronteiras incertas entre o ilegal, informal e o ilícito. » Revista Estudos Avançados 21 (61): 171-191.

Telles, Vera & Daniel Hirata. 2010. « Ilegalismos e jogos de poder em São Paulo. » Tempo Social 22 (2): 39-59.

Tilly, Charles. 1996. Coerção, Capital e Estados Europeus. São Paulo: Edusp.

Tilly, Charles. 2008. Politique(s) du conflit : de la grève à la révolution. Paris : Presses de Science Po.

Velloso, Natalia. 2012. « Políticas da ordem: poder e imaginação na criação da cidade olímpica. » Dissertation de mestrado. Rio de Janeiro: IPPUR.

Autres sources

Rapport du projet « Trabalho informal e direito à cidade. » Centre Gaspar Garcia des Droits de l’homme, 2011.

Moncau, Gabriela. 2011. « Kassab reforça o Estado Policial em São Paulo. » Magazine Caros Amigos, juillet.

Haut de page

Notes

1 Le concept de « bien politique » ou « marchandise politique », fondamental pour l’analyse des groupes qui composent le champ des forces politiques, a été proposé par Michel Misse comme une alternative au débat moralisateur et peu analytique sur la « corruption ». Selon Misse, le marché des « biens politiques » est un marché parasite qui régule les marchés informels, illégaux et illicites, quelque part entre le clientélisme et l’extorsion, en échangeant des services dont le prix ne dépend pas seulement des lois du marché mais aussi « d’évaluations stratégiques du pouvoir, du recours potentiel à la violence et de l’équilibre des forces » (Misse 2006).

2 Cette partie doit beaucoup à la réflexion minutieuse du groupe de recherches du professeur Vera Telles, en particulier de Carlos Freire avec qui j’ai partagé le travail de terrain et l’assemblage du puzzle des jeux de pouvoir à l’œuvre sur ce site. Mes conversations avec Robert Cabanes qui a également participé aux recherches de terrain, ont été décisives, notamment au cours de nombreux entretiens. Enfin, il est important d’évoquer les idées échangées avec Luciana Itikawa du Centre Gaspar Garcia.

3 Au cours de la Commission d’enquête parlementaire, plusieurs dirigeants des camelots ont été assassinés, comme Reinaldo Ferreira de Santana, Daniel Ferreira de Farias et Gilberto Monteiro da Silva. D’autres ont été victimes d’attentats, comme José Ricardo Alemão et Afonso Camelô (Cardozo 2000).

4 Cette différence, que ce texte ne pourra pas étudier en détail, renvoie directement aux considérations que Machado da Silva a proposées dans son travail sur les conséquences sociales et politiques de l’entrepreneuriat en Amérique latine (Machado da Silva 2002).

5 Se fondant sur l’article 146 de la Constitution fédérale, qui établit « les normes générales en matière de législation fiscale (legislação tributária) », en favorisant les micro-entreprises et les PME aux régimes spéciaux ou bénéficiant de simplifications d’impôts, la loi complémentaire 123/06 a été adoptée pour instaurer le statut national de la micro-entreprise et des PME (Loi générale sur les micro-entreprises et les petites entreprises), ainsi que la loi complémentaire 128/08 qui crée le statut de « micro-entrepreneur individuel ».

6 La gestion territoriale et politique brésilienne se situe à trois niveaux : celui de la fédération, de l’État (régional) et de la municipalité. Dans la ville de São Paulo, le maire de la ville assume les fonctions de préfet en raison de sa taille.

7 Le colonel Rubens Casado a été le premier d’une série de colonels de réserve de la Police militaire ayant dirigé les mairies d’arrondissement de la ville de São Paulo. Actuellement, plus de 80 % (25 sur 31) de ces mairies sont dirigées par des officiers de réserve de la Police militaire qui ont nommé d’autres agents hiérarchiquement inférieurs à d’autres postes administratifs. En conséquence, 55 policiers militaires occupent des postes importants dans les mairies d’arrondissement. En outre, plusieurs policiers militaires sont en charge du secrétariat des Transports, de la Compagnie d’ingénierie de la circulation, du Service funéraire, du Service ambulancier, de la Protection civile et du secrétariat de la Sûreté dont la direction est aussi assurée par un officier de la Police militaire. D’après le reportage de Gabriela Moncau pour le magazine Caros Amigos de juillet 2011 intitulée « Kassab reforça o Estado Policial em São Paulo » [« Kassab renforce l’État policier à São Paulo »].

8 Il est remarquable que l’entreprise qui sera probablement le partenaire privilégié de la mairie pour ce projet compte parmi ses actionnaires un consortium de banques comme Banco do Brasil, Banco do Espírito Santo, Banco Votorantim, Bradesco, Citibank, Itaú et Santander, et qu’elle a comme partenaires privilégiés de grandes entreprises de conseil nationales et internationales travaillant dans les domaines de la logistique (LOGIT), du juridique (SUNDFELD), de l’urbanisme (URBAN SYSTEMS), des finances (ACCENTURE), de la communication (BURSTON MARSTELLER) et de l’informatique (DBI). Cf. Rapport du projet « Trabalho informal e direito à cidade » [« Travail informel et droit à la ville »], Centre Gaspar Garcia des droits de l’homme, 2011.

9 Ces dénonciations ont conduit à la démission du ministre Alfredo Nascimento et ont mis en cause les hautes instances du Parti républicain national, notamment son président, Valdemar Costa Neto. L’affaire a échappé au contrôle des dénonciateurs, de telle façon que le Parti républicain, s’estimant trahi par le Parti des travailleurs, a dénoncé son alliance avec le gouvernement. À São Paulo, une sous-commission a été instaurée pour examiner les accusations, mais Geraldo Amorim, alors en charge du comité de gestion de la Feirinha da madrugada a été assassiné, ce qui a interrompu les investigations.

10 Ce travail de description de l’histoire du Marché populaire de la rue Uruguaiana s’appuie sur certaines des recherches déjà menées sur le terrain, bien que, pour les besoins de notre texte, nous n’avons pas pu citer chaque référence ponctuelle. Lênin Pires a accompagné une partie du travail de terrain et Fernando Rabossi a été un précieux interlocuteur sur les questions évoquées dans cette partie, mais également sur l’ensemble du texte. Parmi nos références importantes, il convient de citer les travaux ethnographiques de Patrícia Mafra (Mafra 2005). La confrontation des données de la recherche de terrain à la lecture des recherches de Lídia Canellas aura été éclairante (Canellas 2010). Même lorsque les données s’opposent, l’approche descriptive, c’est-à-dire celle des jeux de pouvoir liés à la constitution du marché et de ses associations, aura prévalu.

11 Cette distinction est établie et analysée dans le remarquable texte de Nacif : « Si nous observions auparavant des attitudes isolées (choisies par décret) orchestrées par des entités agissant séparément, nous constatons aujourd’hui l’existence d’un plan et d’actions coordonnées par des agents réunis en un secrétariat spécial » (Nacif 2011).

12 Le processus d’« accumulation sociale de la violence » dont parle Michel Misse s’inscrit dans une perspective cherchant à étudier un ensemble complexe de facteurs qui implique des « circularités causales accumulatives », en premier lieu grâce aux spécificités propres à l’histoire politique des cycles économiques de Rio de Janeiro, mais qui pourraient également être envisagées à partir de processus en œuvre dans d’autres villes (Misse 2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Veloso Hirata, « Commerce ambulant à São Paulo et à Rio de Janeiro : groupes de pouvoir et instruments de gouvernement », Brésil(s), 6 | 2014, 35-54.

Référence électronique

Daniel Veloso Hirata, « Commerce ambulant à São Paulo et à Rio de Janeiro : groupes de pouvoir et instruments de gouvernement », Brésil(s) [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1256 ; DOI : 10.4000/bresils.1256

Haut de page

Auteur

Daniel Veloso Hirata

Daniel Veloso Hirata est docteur en sociologie de l’Université de São Paulo (USP). Il est actuellement chercheur au Núcleo de Estudos da Cidadania, Conflito e Violência Urbana [Centre d’études de la citoyenneté, des conflits et de la violence urbaine], Université fédérale de Rio de Janeiro (NECVU-UFRJ) où il étudie les marchés informels, illégaux et illicites à São Paulo et à Rio de Janeiro.

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals