Navigation – Plan du site
Dossier : Les années Lula : politiques sociales ou néolibéralisme ?

Les femmes dans les nouvelles politiques sociales et l’assistance néopentecôtiste. Possibilités d’émancipation ou reproduction des inégalités ?

As mulheres nas novas políticas sociais e a assistência neopentecostal. Possibilidades de emancipação ou reprodução das desigualdades?
Women in the New Social Politics and Neo-Pentecostal Support. Possibilities for Emancipation or Reproduction of Inequalities?
Yumi Garcia dos Santos et Nina Rosas
Traduction de Marlène Monteiro
p. 75-97

Résumés

L’analyse des domaines des politiques publiques sociales et de l’assistance religieuse au Brésil permet de montrer des situations qui tendent vers une rupture des frontières normatives entre les sexes. À partir de recherches de terrain, nous avons toutefois constaté que les opportunités d’émancipation pour les femmes se présentent essentiellement dans la sphère privée, sans qu’il y ait de changement substantiel dans la sphère publique/politique et professionnelle, où la reproduction de la division sociale et sexuelle du travail hiérarchisé reste patente.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en avril 2013 ; approuvé en février 2014.

Traduit du portugais

Texte intégral

  • 1 Les évangélistes constituent la tendance religieuse qui se développe le plus dans le pays, ayant at (...)

1Cet article tente de mettre en évidence la double dynamique qui a affecté les catégories de classe et de genre dans le contexte des politiques publiques et de la religion au Brésil. Nous prenons comme référence des situations qui, d’un côté, tendent à une rupture des frontières normatives entre les sexes, ce qui permet une certaine émancipation des femmes pauvres, mais qui, d’un autre côté, ne leur permettent pas d’accéder au plein exercice de leur citoyenneté, ce qui perpétue la division sociale et sexuelle du travail. En arrière-plan de notre discussion figurent deux faits nouveaux apparus dans les années 1990 : la professionnalisation des femmes pauvres dans les domaines de l’assistance sociale et de la santé publique ; la croissance vertigineuse des groupes évangéliques, marquée par une adhésion massive des femmes1. Il nous semble que la clé du succès de ces deux phénomènes est la participation volontaire ou quasi-volontaire des femmes pauvres.

  • 2 La première partie de l’article est basée sur la recherche postdoctorale de Yumi Garcia dos Santos, (...)
  • 3 La seconde partie du texte présente des données issues de la recherche de mestrado de Nina Rosas, r (...)
  • 4 Dans ce texte, nous avons choisi de substituer les noms et d’omettre les données qui auraient trop (...)

2Les données présentées ici proviennent d’études sur le travail social des femmes dans les programmes suivants : Stratégie santé famille (Estratégia Saúde Família−ESF) du ministère de la Santé ; Programme action famille (Programa Ação Família−PAF) du secrétariat municipal d’Aide sociale de São Paulo2 ; Les gens de la communauté (A Gente da Comunidade−AGC), mené par l’Église universelle du royaume de Dieu (Igreja Universal do Reino de Deus−IURD) de Belo Horizonte3. Des recherches de terrain ont été réalisées dans certains quartiers de São Paulo et de Belo Horizonte, à partir d’observations participantes et d’entretiens semi-directifs4.

  • 5 Bien qu’il soit important de décrire la trajectoire socio-professionnelle des femmes pour mieux com (...)

3L’ensemble des initiatives sociales étudiées ici revêt, directement ou indirectement, un caractère religieux et philanthropique. Si c’est une évidence pour l’activité d’assistance de l’Église universelle du royaume de Dieu (dorénavant EURD), c’est aussi le cas pour les programmes gouvernementaux étudiés qui sont gérés par des institutions religieuses conventionnées : catholique, dans le cas du programme de santé et pentecôtiste dans le cas de l’assistance aux familles. Les initiatives sociales de l’EURD n’ont par contre pas de relation directe avec les instances gouvernementales. Les activités développées s’adressent aux membres de l’Église. Cependant, ce qui nous intéresse, c’est que les trois initiatives traitées dessinent des espaces dans lesquels les femmes jouent un rôle de « protagonistes » hors du foyer5.

4En Europe, depuis le XIXe siècle, la philanthropie a eu une fonction émancipatrice pour les femmes. Comme le montre Donzelot (2005), pour garantir la « gouvernementalité », il était nécessaire de libérer la mère de famille assistée et de la valoriser. Le conseil aux mères a alors fonctionné comme un nouveau mécanisme d’adhésion de la population pauvre à l’ordre libéral qui se mettait en place. Les contrôles de l’État étaient supportés parce que s’offrait la possibilité d’une plus grande autonomie face à l’autorité patriarcale alors que n’existait pas d’alternative à l’obéissance au chef de famille. Cette situation a également ouvert le marché du travail à des femmes, souvent peu instruites, qui pouvaient légitimer leur présence dans la sphère publique en tant que travailleuses sociales puisqu’il n’y avait pas de rupture des sphères féminines de la reproduction et de la religion (Simões 2005).

  • 6 D’après l’Institut de recherche économique appliquée (Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada−IPEA (...)

5D’après Rossi-Doria (1995), l’exclusion des femmes de la sphère publique serait un élément constitutif des catégories de « citoyen » et de « politique » dont on trouve les racines dans la société patriarcale de la Grèce antique. Dans ce contexte, seuls les hommes libres circulaient dans la polis, réservée à l’exercice de l’individualité et de la liberté. Les femmes étaient confinées à la sphère privée du foyer (oikos), centre de l’inégalité la plus sévère (Rossi-Doria 1995, Arendt 1958). Malgré l’affirmation des droits fondamentaux et universels développée par les Lumières, la domination masculine a continué puisque le contrat social s’est construit sur la base du patriarcat (Rossi-Doria 1995, Pateman 1993). Le rôle des féministes au XIXe siècle n’a été accepté que du fait de la reconnaissance d’une « supériorité morale » des femmes en raison de leur capacité à être mères. Dans la mesure où la philanthropie est considérée, dans la société libérale, comme extérieure à la politique (Donzelot 2005, 55), c’est dans cette sphère du social que les femmes ont fait quelques conquêtes (Rossi-Doria 1995). On peut considérer que, dans le Brésil contemporain, le « dispositif de la moralité féminine » a permis la participation des plus pauvres aux activités jusque-là réservées aux femmes issues des classes moyennes. Ces dernières se différenciaient ainsi de celles qui, assignées au travail domestique, appartenaient pour la plupart au segment économiquement inférieur6.

  • 7 Nous faisons principalement référence aux assistantes sociales et membres volontaires de l’Église c (...)

6À partir des années 1990, de nouveaux programmes sociaux ont été peu à peu introduits au Brésil pour mettre en œuvre l’accès universel aux droits prévus par la Constitution de 1988. Ils ont été conduits par des équipes de professionnels hiérarchiquement structurées. Aux postes inférieurs, on trouve les travailleurs sociaux installés sur le terrain, des femmes dans la grande majorité. Celles-ci vivent dans les quartiers qui bénéficient des services d’assistance, tout comme la population cible. Disposant d’un revenu de travail et d’une certaine reconnaissance, elles voient se transformer les relations sociales inégales dans lesquelles elles sont insérées, en particulier avec les hommes. Avec ces nouvelles initiatives, les sujets de l’action sont devenus les femmes pauvres des banlieues et non plus les membres des classes supérieures qu’elles soient professionnalisées ou non7. Les agents d’exécution féminins ont commencé à jouir d’une visibilité parce qu’elles travaillent dans leur propre milieu social et parce qu’elles sont notées par des hommes (et des femmes) qui sont leurs supérieurs hiérarchiques. Elles constituent actuellement les « nouveaux personnages » (Sader 1988) de l’offre d’aide sociale, par opposition à la situation antérieure, lorsqu’elles étaient simplement assistées.

  • 8 Nous employons le terme d’agentes (ou d’agents féminins) quand il s’agit essentiellement de femmes.
  • 9 La hiérarchie entre les genres qui privilégie les hommes est très valorisée par les évangélistes. D (...)

7Il s’est produit quelque chose de semblable avec les fidèles femmes de l’EURD. Cette Église a développé un ensemble de pratiques en direction des pauvres et, de ce fait, à l’instar des programmes gouvernementaux et même si ce n’était pas intentionnel, a permis à certains membres féminins d’assumer un rôle de leader. Dans l’action intitulée Les gens de la communauté, ces femmes – en tant qu’« agentes8 de prédilection des donations » (Machado & Mariz 2008) – dirigent des projets et conseillent des pasteurs hommes. Dès lors, elles ne sont pas loin d’une forme de transgression sociale. Cela vaut la peine d’être souligné dans la mesure où le cadre ecclésiastique de l’EURD repose sur une domination hétéro-patriarcale, une situation largement prédominante chez les évangélistes9. Ces femmes offrent aussi des cours de formation, une aide juridique et des orientations diverses, sur la base des connaissances dont elles disposent grâce à la profession qu’elles exercent par ailleurs.

  • 10 Les revendications des mouvements sociaux se sont concrétisées sous forme de politiques publiques e (...)
  • 11 Mouvement catholique originaire d’Amérique latine et mu par la volonté de promouvoir une société pl (...)

8Même s’il est impossible de décrire en détail dans ce texte le processus d’institutionnalisation des nouveaux programmes gouvernementaux ainsi que l’impact de l’EURD dans les banlieues, il est important d’affirmer que les deux initiatives se sont consolidées au Brésil pendant les années 1990 et 2000, dans l’ère de l’après-Constitution de 1988. Cela a coïncidé avec l’institutionnalisation des mouvements sociaux10 et le déclin de la Théologie de la libération (Teologia da Libertação)11 ainsi que des Communautés ecclésiastiques de base (Comunidades Eclesiais de Base−CEB) qui occupaient une position centrale dans le catholicisme brésilien jusqu’au début des années 1990. Cette transformation semble s’entrelacer avec le parcours des femmes des périphéries urbaines, en particulier celui qui s’est dessiné entre la seconde moitié des années 1970 et le début des années 1990. En tant que militantes pour la santé et les crèches, ainsi que contre la hausse des prix, elles ont découvert la politique, souvent avec l’aide des CEB. Longtemps marginalisées, les habitantes des périphéries urbaines sont ainsi devenues le sujet des revendications de leurs droits (Sader 1988).

9Cependant, dans la seconde moitié des années 1990, le rôle de ces Églises, ainsi que celui de ces femmes a été marqué par une certaine dispersion et une fragilisation, dans une apparente confluence entre l’institutionnalisation des mouvements sociaux, la crise due à la restructuration productive au cours des années 1990 et la façon dont le néopentecôtisme est parvenu à obtenir l’adhésion de la couche la plus pauvre de la population (Sader 1988 ; Guimarães 2004 ; Mariano 2011, 22-23). Ce dernier est devenu la nouvelle institution de référence pour la population pauvre, non seulement parce qu’il a su s’occuper de la réorganisation de la vie et de la survie des travailleurs, mais aussi parce qu’il traite de questions d’ordre privé liées aux vices, aux relations conjugales et à la sexualité (Mariano idem ; Machado 2005 ; Couto 2002, 359). Ainsi, la religion qui a connu le plus grand essor parmi les couches populaires n’est pas celle qui s’attaquait à des thèmes relevant de la sphère publique/politique, mais plutôt celle qui proposait de résoudre les problèmes individuels et/ou familiaux.

  • 12 C’est pour cette raison que la sociologie du genre au Brésil s’est d’abord attaquée au statut du tr (...)

10Face à ce nouveau scénario social, au Brésil, la question que nous nous posons porte sur la possibilité d’une citoyenneté pour les femmes, autrement dit, sur la construction de l’individualité des femmes s’émancipant des rôles qui leur sont attribués sur la base du déterminisme biologique. L’égalité des droits entre les sexes en matière d’accès à l’éducation et l’insertion dans le marché du travail ont été à la base de la lutte féministe pour l’émancipation des femmes. Comme l’a soutenu Beauvoir (1949), on ne peut y parvenir que par l’autonomie économique, indépendamment du lien du mariage et de la maternité12. Étant donné les nouvelles possibilités d’agir qui s’ouvrent pour les habitantes des quartiers pauvres en qualité de travailleuses, nous nous demandons si ces actions pourraient mener à une transformation des relations inégales de genre. Ce nouveau contexte social conduirait-il de fait à une émancipation des femmes ?

11On peut d’une part penser que les femmes pauvres jouissent d’une certaine autonomie économique et d’une élévation de leur statut social et religieux à travers l’offre d’aide. De l’autre, on peut aussi concevoir que la croyance en la supériorité morale des femmes, qui explique la concentration de ces dernières dans les fonctions d’assistance, continue à reproduire une division sexuelle du travail, puisque ces activités sont liées à celles de reproduction dotées d’une faible valeur sur le plan symbolique.

Les « nouveaux programmes d’assistance » et les travailleuses de base

12Le terme « assistance » employé ici doit être entendu à la lumière du processus de formation de l’aide sociale au Brésil. Historiquement, il recouvre les initiatives publiques de l’État et des activités privées du secteur religieux (principalement catholique) qualifiées par Sposati (1988) de « gestion de la pauvreté ». Depuis l’Empire (1822-1889), les politiques sociales au Brésil ont opéré à deux niveaux : celui des initiatives s’adressant aux travailleurs actifs (formels) et celui des actions concernant les pauvres c’est-à-dire les individus sans emploi régulier. C’était à ces derniers qu’était destinée l’assistance, dans ce cas, philanthropique. Elle était « déplacée hors de la relation de travail » (Sposati 1988, 85). En effet, dans la société esclavagiste, les esclaves étaient protégés par les maîtres, et la main-d’œuvre libre mais sans qualifications n’avait pas de perspectives d’emploi. Même après la transformation de cette main-d’œuvre en force de travail capitaliste, le dualisme aurait perduré jusqu’à nos jours. Ainsi, on considère que les travailleurs formels n’étaient pas sujets à des risques sociaux, ces derniers étant l’apanage des individus marginalisés. Cela semble être la raison pour laquelle l’assistance a été traitée dans ce pays comme un sujet secondaire – les « pauvres finissent encore plus misérables à cause de la déficience des services sur lesquels ils comptent » (Sposati 1988, 23) – et placée sous la responsabilité des femmes. C’est seulement à partir de la Constitution de 1988 que l’assistance commence à être défendue comme un droit sur tout le territoire, bien qu’il ne se soit pas complètement concrétisé.

13Depuis l’adoption de la nouvelle Constitution, la population historiquement exclue a fait l’objet d’interventions de plus en plus importantes de l’État à travers des programmes d’inclusion sociale visant à garantir aux démunis les droits prévus. C’est dans le cadre de ce scénario politique et social que nous qualifions les initiatives publiques étudiées ici de « nouveaux programmes sociaux ». Au cours des années 1990, les programmes d’assistance à la santé comme le Programme agent communautaire de santé (Programa Agente Comunitário de Saúde–1991) et le Programme santé famille (Programa Saúde Família−PSF, 1994) ont été introduits par le ministère de la Santé comme une partie intégrante du service public de santé, le Système unique de santé (Sistema Único de Saúde−SUS). Ont suivi des programmes de transfert de revenu conditionnel, avec pour objectif de combattre le travail infantile et la faim, regroupés dans le Programme bourse famille (Programa Bolsa Família) en 2003. Peu après, allant de pair avec la consolidation du Système unique d’assistance sociale (Sistema Único de Assistência Social−SUAS), le ministère du Développement et du Combat contre la faim (Ministério do Desenvolvimento e Combate à Fome−MDS) a lui-même introduit des services d’assistance. L’un d’entre eux, destiné aux familles socialement vulnérables, est le Service de protection et de soin intégral pour les familles (Serviço de Proteção e Atenção Integral às Famílias–PAIF).

14Comme le montrent les dénominations, que ce soit le PSF ou le PAIF, ce sont des initiatives centrées sur la famille ; l’objet du bien-être porte spécifiquement sur la nouvelle génération, les enfants et les adolescents (Jenson 2011 ; Santos 2012). C’est là une caractéristique des nouveaux programmes sociaux latino-américains qui mettent l’accent sur la famille et visent à combattre la reproduction de la pauvreté. Ils s’appuient fondamentalement sur la division sexuelle du travail dans la mesure où ils comptent sur la disposition des femmes à prendre soin d’autrui. À São Paulo, la tertiarisation des services d’assistance fait que les valeurs conservatrices sur le genre et la famille, inhérentes aux confessions religieuses de chaque organisation conventionnée, coïncident avec le fait que la proposition soit axée sur la famille. Ces valeurs sont structurantes : elles concrétisent des relations sociales tissées entre les acteurs et actrices engagés dans le domaine du social dans la ville, et qui sont redéfinies au fur et à mesure de l’interaction permanente et de proximité entre les agents de terrain et les titulaires du programme qui représentent leur famille (Georges & Santos 2013).

  • 13 Le PSF s’est basé sur les expériences internationales (cubaine et chinoise) du « médecin de famille (...)
  • 14 Voir le site du ministère de la Santé. L’enquête de terrain de Yumi Garcia dos Santos dans le secte (...)

15Le PSF, rebaptisé Stratégie santé famille (Estratégia Saúde Família−ESF), est un service décentralisé au niveau municipal qui promeut la prévention et l’identification des maladies ainsi que l’éducation sanitaire (Oliveira 2004, 47)13. À São Paulo, sa gestion a été confiée à des organisations sociales. Dans la banlieue Est, par exemple, c’est une importante organisation catholique liée à la plus grande entité philanthropique du pays qui en a été chargée. Le service est offert dans des dispensaires de santé locaux, les Unités de base de santé (Unidades Básicas de Saúde−UBS) par des équipes composées d’un médecin (homme ou femme), d’un(e) infirmier(/ière), de deux aides-soignant(e)s et de cinq agents communautaires de santé. Chaque équipe a sous sa responsabilité environ mille familles14.

  • 15 Bien que le PSF fasse partie du Système unique de santé (SUS) depuis 1994, ce n’est que depuis 2002 (...)

16Les agents communautaires de santé (Agentes Comunitários de Saúde−ACS)15 doivent s’occuper individuellement d’environ deux cents familles à travers des visites mensuelles à domicile (Oliveira 2004, idem). Dans la plupart des cas, ces travailleurs n’ont pas de formation technique, ils possèdent tout au plus un diplôme d’études secondaires complètes. Cependant, la principale condition requise est d’habiter dans la même « micro-zone » que la population ciblée, puisqu’ils représentent le « dernier maillon » de la chaîne de prestation des services de santé. Les agents passent la plupart de leur temps de travail dans la rue, activité qu’ils conjuguent avec des réunions quotidiennes avec l’équipe médicale pluridisciplinaire afin de définir les priorités de soin en fonction des critères établis par le service, et avec l’accompagnement des usagers aux spécialistes les mieux adaptés à leurs cas (Georges & Santos 2013). À cette occasion, ils exposent les problèmes spécifiques des familles qui sont sous leur responsabilité. Ils organisent également des réunions par groupe sectoriel : enfants, personnes âgées, femmes enceintes, diabétiques, personnes souffrant d’hypertension (idem).

  • 16 Pour se conformer aux directives du ministère, le PAF fonctionne depuis mai 2011 en tant que Servic (...)

17Quant au Service de protection et de soin intégral pour les familles (PAIF), il a pour but d’intégrer les personnes « en situation de haute vulnérabilité sociale » au réseau d’assistance dans des espaces locaux nommés Centres de référence d’assistance sociale (Centros de Referência de Assistência Social−CRAS). Dans la municipalité de São Paulo et, en particulier, pendant la période où a été effectuée la recherche, l’opérationnalisation de la politique de protection sociale adoptait un format qui lui était propre. Sous prétexte de ne pas disposer du nombre d’équipements suffisant, il a été décidé de s’appuyer sur des entités à but non lucratif. C’est ainsi qu’a été mis en place en 2006 le Programme action, famille, vivre en communauté (Programa Ação Família Viver em Comunidade), rebaptisé par la suite Programme action famille (Programa Ação Família−PAF), qui prenait pour modèle opérationnel principal le programme chilien Chili solidaire (Chile Solidario). En 2011, le PAF a été remplacé à son tour afin que l’assistance dans la ville de São Paulo fonctionne conformément aux directives du PAIF, c’est-à-dire sous forme d’un service permanent16.

18La recherche dans le domaine de l’assistance aux familles a été effectuée auprès d’une organisation non gouvernementale conventionnée par la mairie, proche d’une église pentecôtiste influente de la banlieue Est de la métropole. L’organisation possédait deux unités locales où les équipes de travailleurs sociaux étaient réparties. Nous avons suivi l’une d’entre elles. Les équipes du PAF se composaient d’une gérante, de quatre techniciens qualifiés (assistants sociaux, psychologues et pédagogues) et de huit agents de protection sociale (APS). Les familles étaient suivies deux ans et devaient recevoir les APS à domicile. De même, elles devaient participer à des réunions socioéducatives organisées chaque mois par les techniciens responsables (Georges & Santos 2012).

  • 17 Le travail des agents féminins en question va au-delà du soin, ce que le mot en anglais care peut e (...)

19En ce qui concerne le travail des agents communautaires de santé et des agents de protection sociale, il s’agit bien d’un emploi salarié, mais faiblement rémunéré, qui s’accompagne d’un fort appel aux valeurs religieuses et philanthropiques (Georges & Santos 2013). Ces caractéristiques peuvent justifier la haute concentration de personnes de sexe féminin dans cette branche. Il ne s’agit pas d’accompagnement physique, comme la plupart des recherches sur le care le laisse supposer, mais essentiellement de la construction d’un lien émotionnel qui se développe au fil des visites régulières à domicile. De cette manière, les activités dépassent les objectifs d’information et d’éducation, et revêtent une dimension affective (Hochschild 1983) qui n’était pas prévue dans les statuts professionnels, mais qui est inhérente au travail du care 17.

20Définir ce que serait la tâche précise des agents de protection sociale (APS) reste plus ambigu dans la mesure où ne leur a pas été attribuée une fonction précise comme cela a été le cas dans le secteur de la santé (prévention, contrôle des maladies, etc.). Lorsque ces agents parlent de la nature de leur travail, ils affirment qu’il s’agit de « transmettre des informations » aux personnes inscrites et de « faire remonter » les problèmes concrets vers les techniciens compétents. Des « questions sociales » se posent, telles que la pauvreté, le chômage, l’alcoolisme, la drogue, les déficiences physiques et mentales, la solitude (Deleuze 2005). Le rôle qu’ils jouent semble consister à maîtriser les préoccupations de la population dont émanent des demandes croissantes dans un contexte d’essor des services sociaux inégalement répartis. Pourtant, ils ne permettent pas aux individus de comprendre les critères d’éligibilité (par exemple, pourquoi certains reçoivent l’allocation Bolsa Família et d’autres non, ou pourquoi une rue bénéficie du programme Stratégie santé famille et la rue adjacente, non). On peut également considérer que les agents sont confrontés à la souffrance des usagers avec pour arme leur simple présence. Comme le confirme une APS : « Il y a même une dame qui m’a dit : “Quand vous venez, ma journée s’améliore, si ça ne tenait qu’à moi, je voudrais que vous veniez me voir tous les jours, c’est une telle joie” » (Taís, APS, 2010).

21Un autre aspect du travail de ces agents est la possibilité d’exercer un pouvoir discrétionnaire caractéristique, selon Michael Lipsky (1980), des « bureaucrates de la rue » (street level bureaucrats). Ces travailleurs sont en effet des agents de l’État en interaction directe et personnelle avec les usagers qui se trouvent fréquemment dans des situations exigeant de la flexibilité. Dans certaines circonstances, ils sont confrontés à des dimensions humaines qui incluent des éléments de grande incertitude (Lipsky 1980). Cet aspect constitue la réalité du travail des agents féminins observés dont on attend en permanence des réponses immédiates et, par conséquent, improvisées. En dépit de cette indépendance inhérente à leur fonction de bureaucrates de la rue, leur emploi est loin d’être un privilège. Elles sont en effet à l’interface de situations conflictuelles : d’un côté, elles souffrent de la pression institutionnelle pour augmenter l’efficacité et le résultat ; de l’autre, elles subissent les pressions des usagers pour que les pouvoirs publics augmentent l’efficience de leurs interventions.

22En général, les relations avec les bénéficiaires des programmes sont construites avec précaution dès le premier contact. C’est alors que le travailleur est « testé » par ses supérieurs qui s’assurent qu’il possède bien le profil pour ce type de travail. Cela peut inclure des situations plus extrêmes comme être au contact de trafiquants de drogue, situations dans lesquelles il faut respecter le principe de neutralité : « Dans ce cas, on ne peut pas se permettre de devenir des ennemis, mais on ne peut pas être leur allié non plus. Vous ne pouvez pas non plus montrer que vous avez peur (Beth, APS, 2010) ». Comme le travail de bureaucrate de la rue consiste, dans une large mesure, à garantir la réalisation du service, les travailleuses s’efforcent de maintenir une bonne relation avec les usagers. « Si je me comporte de façon brusque, je cours le risque d’être rejetée », explique Noemi (2010). Les plus attachées à la religion, par exemple les pentecôtistes, non seulement établissent des relations étroites avec les familles chrétiennes mais aussi les présentent comme de « bonnes usagères ». Elles échangent des termes religieux (« amen », « gloire à Dieu », etc.) et instaurent ainsi une sociabilité spécifique qui semble faciliter le rapprochement et la continuité de certaines des relations.

  • 18 Compagnie métropolitaine d’habitation (Companhia Metropolitana de Habitação−COHAB). Il s’agit d’un (...)

23Les agentes doivent aussi révéler la réalité des déficiences des services et gérer les frustrations des usagers : « J’ai l’habitude de tout justifier. Pourquoi est-ce que la prise de rendez-vous prend du temps ? Parce que le système est lent, [...] ce n’est pas de la faute des filles qui travaillent à l’accueil. Pourquoi est-ce qu’on attend aussi longtemps pour passer en consultation ? Je réponds aux gens : vous habitez dans la plus grande COHAB18 d’Amérique latine, ça fait beaucoup de monde ici » (Noemi, APS, 2010). Inversement, lorsqu’elles retournent à l’unité de santé, elles se font les porte-parole des usagers et transmettent leurs réclamations à l’équipe médicale. Même si les priorités sont établies objectivement, il y a une marge de liberté permettant de définir des critères propres à être appliqués. Ainsi, la régulation et l’apaisement des frustrations de la population qui assiste à l’expansion des services publics sont un aspect important de l’occupation des APS : elles compensent les lacunes du système (Georges & Santos 2012).

24Quant au cadre privé, on peut dire que grâce à l’autonomie économique, les agentes mariées connaissent une réelle et nouvelle émancipation matérielle et symbolique vis-à-vis de leur conjoint. Telma qui a quatre ans d’expérience en tant qu’agente communautaire de santé a constaté l’importance de recevoir son propre salaire pour se sentir citoyenne. Comme elle l’explique :

Quand je regarde en arrière, je trouve que cet emploi m’a bel et bien épargné une future dépression, parce que cette situation, avec mon mari qui prenait tout en main, je me sentais déprimée sans comprendre, parce que c’était toujours lui, c’était lui qui réglait les choses, c’était tout le temps lui. Et après que j’ai commencé à travailler, vous vous réveillez à la vie, vous voyez ? [...] Je me sens moi, je suis quelqu’un, je travaille, je suis une citoyenne (Telma, ACS).

  • 19 Département intersyndical de statistiques et études socio-économiques (Departamento intersindical d (...)

25Noemi, également mariée et restée inactive pendant dix ans, fait écho à Telma. Quant à Ruth, agente communautaire de santé depuis plus de dix ans, cheffe de famille monoparentale et « sympathisante » du spiritisme, elle considère son travail comme une activité précaire ne réunissant pas nécessairement les conditions apportant la dignité. Elle se plaint que son salaire brut soit passé de 430,36 à seulement 783,64 reais après dix ans d’expérience, soit une augmentation de 82 %. En comparaison, le salaire minimum durant cette période a subi une hausse de plus de 300 %, passant de 180,00 à 545,00 reais (DIEESE)19. Elle a parfois tenté de passer des examens pour devenir aide-soignante auprès de l’institution de gestion du programme Stratégie santé famille (ESF) dont elle dépend, mais jusqu’à notre dernière rencontre, elle n’avait pas réussi à atteindre son objectif.

26À travers cet examen rapide des travailleuses sociales de base exerçant dans les services d’aide dans le domaine sanitaire et assistantiel, nous avons pu identifier deux dynamiques concomitantes quoique dissemblables : une émancipation dans le champ privé et une subordination dans le champ public. D’un côté, les facteurs qui apportent des avantages aux agentes, dans le sens où celles-ci s’émancipent au point de voir se transformer les relations de genre et leur statut social notamment dans les sphères familiales et communautaires, contrastent avec la position des assistées bénéficiaires des services, en majorité inactives ou se consacrant au travail domestique. De l’autre, bien que les agentes subissent une subordination moins importante dans la sphère privée, ce qui leur permet de s’émanciper de l’autorité masculine, leur statut social dans la sphère publique reste bas puisque, dans les programmes centrés sur la famille, renforcés par la moralité religieuse des organisations exécutantes, on attend des femmes un rôle médiateur et pacificateur. On recourt ainsi au capital social de ces femmes suivant une naturalisation et une disqualification de leur disposition au care et de leur connaissance de la vie en banlieue, ce qui se traduit par un faible niveau de salaire qui n’atteint même pas l’augmentation réelle de base. Avec un tel revenu, elles sont exposées au travail pénible et risqué, et souffrent d’une limitation de leur mobilité professionnelle et géographique (elles sont licenciées si elles déménagent).

27Le fait que ces personnes acceptent ces occupations dans des conditions précaires semble aller de pair avec la construction d’une identité altruiste associée à ce qui serait considéré comme convenable pour des femmes dans la sphère publique (Rossi-Doria 1995, 121). En même temps, cela peut servir de porte d’entrée à une carrière professionnelle pour ces personnes de la périphérie urbaine, même si c’est dans un domaine traditionnellement féminin.

Assistance sociale religieuse : un regard à partir de l’action des femmes dans l’Église universelle du règne de Dieu de Belo Horizonte

  • 20 Voir, pour plus de détails, Conrado (2006) et Fernandes (1998).
  • 21 Le pentecôtisme se distingue surtout par la croyance en la contemporanéité des dons du Saint Esprit (...)

28Bien que l’on n’ait pas constaté d’accès à une autonomie économique pour les femmes impliquées dans l’action évangélique décrite ci-dessous, l’étude de cet exemple nous permettra de montrer le pouvoir symbolique acquis par celles qui travaillent dans le domaine de l’assistance. Rappelons que les aides développées par les évangélistes au Brésil étaient associées à la formation religieuse et individuelle. Cela a contribué à associer aux fidèles de ces Églises le stéréotype de pureté, d’honnêteté, de vertu et d’absence de vices20. Une tendance différente est apparue, surtout avec le groupe des églises pentecôtistes21 qui ont émergé au milieu des années 1970. Leurs fidèles, en théorie moins actifs dans la pratique fraternelle (Silva 2009), mettent les maléfices et infortunes de la vie sur le compte des démons et des créatures malines. Enivrés par une fièvre émotive focalisée sur le pouvoir d’intervention, sur la cure et l’apaisement que seul le Saint Esprit procure, ils considèrent que le plus grand bénéfice que l’on pourrait apporter à l’autre serait de l’amener à la rencontre de Dieu et de l’Église (Mariano 1996).

29L’EURD, l’Église la plus représentative de l’univers néopentecôtiste a été fondée en 1977 par Edir Macedo. Elle explique que Dieu ne ménage pas ses efforts pour garantir des bénéfices matériels à ses enfants. Cependant, la clé de la prospérité prêchée passe par le don monétaire du fidèle. Pendant les offices, il est fortement fait appel aux croyants pour qu’ils paient une dîme et fassent de généreuses offrandes. Cet acte est présenté comme un exercice de foi et de libération. D’un côté, l’Église prêche que pour inciter Dieu à rétribuer ce qui lui est donné en offrande, le croyant doit se détacher de ce qui peut lui faire défaut. De l’autre, elle ne manque pas de prodiguer une assistance assez diversifiée. Les aides « d’urgence », les travaux de nature éducative et les actions conduites par des leaders religieux qui poursuivent une carrière dans les partis politiques, composent le vaste répertoire proposé par l’EURD (Rosas 2011). Ces œuvres ne sont pas des mécanismes effectifs de combat contre la pauvreté. Tout au plus, elles sont associées à un fort prosélytisme de masse et à des tentatives d’enrayer les critiques faites dans les années 1990. C’est également une forme de publicité et un moyen de faire de la politique, méthode partagée par de nombreux groupes évangéliques qui tentent de s’aligner sur les dynamiques propres au bénévolat laïc (Machado 2003 ; Mariano 2005 ; Novaes 2007 ; Rosas 2012 ; Souza 2011).

  • 22 Il est très difficile d’avoir accès à l’EURD si l’on n’y appartient pas. L’Église a déjà été et est (...)
  • 23 Pour un bilan sur les changements dans l’action sociale de l’EURD, voir Rosas (2012).
  • 24 À São Paulo, par exemple, l’AGC effectue surtout des activités de soins de beauté, d’aide juridique (...)

30Pendant longtemps, l’institution philanthropique la plus représentative de l’action sociale de l’EURD a été l’Association bénévole chrétienne (Associação Beneficente Cristã−ABC). Celle-ci a été dissoute en 2008 à cause, entre autres, de l’implication de ses dirigeants dans des scandales financiers (Souza 2011). Elle était le bras social de candidats politiques proches de l’EURD. Lorsqu’elle a été démantelée, de nouvelles pratiques d’assistance ont vu le jour, surtout dans le cadre régional, comme l’Institut Ressoar (lié au réseau Rede Record de télévision, propriété de l’Église universelle) et le programme Les gens de la communauté (A Gente da Comunidade−AGC), qui fait l’objet de cet article22. Il en a résulté une réorientation de l’action sociale de l’EURD et la mise en place d’un système d’assistance plus durable (Machado 2003)23. D’après Scheliga (2010), le programme AGC a été créé pour « tenter d’implanter dans chaque municipalité un siège local, même si des marges significatives sont maintenues pour le développement d’actions d’assistance qui n’étaient pas prévues » (Scheliga 2010, 130)24. L’AGC n’a aucun lien direct avec les instances gouvernementales, ce qui le distingue fondamentalement des programmes présentés plus haut. Il ne s’inscrit pas non plus dans la tendance à la tertiarisation du service social qui compte sur l’activisme d’organisations catholiques et évangéliques.

  • 25 Cette aide se traduit aussi bien par le soutien aux familles des détenus que par les visites dans l (...)

31Le siège du programme AGC de l’État de Minas Gerais (dorénavant AGC/BH) se trouve à Belo Horizonte. Il englobe toutes les actions sociales organisées par l’EURD dans la région. Il s’associe rarement avec les autres groupes ecclésiastiques évangélistes et, de plus, il accueille uniquement les membres de l’EURD. Le programme apporte un soutien à un nombre très restreint de personnes (en comparaison avec l’audience des offices). Ce n’est pas à la famille que s’adressent ses aides mais à l’individu converti. Il offre des cours (alphabétisation, coiffure, artisanat, informatique ou, de temps à autres, anglais et espagnol), une assistance juridique, une aide sociale (qui permet éventuellement d’accéder à des consultations, des médicaments et des traitements), un soutien aux détenus25 et un projet de santé qui, à l’époque de la recherche, était assez rudimentaire.

32L’action sociale du programme n’a pas de prétentions au prosélytisme comme c’est le cas de nombre des aides de l’EURD. Elle ne joue pas un rôle social pertinent, ni ne vise à influencer les medias locaux et nationaux. Cependant, sa conséquence non préméditée est qu’elle constitue un espace ouvrant la voie à une certaine émancipation de ses acteurs, celle-ci permettant à son tour à quelques individus de circuler au sein d’une structure religieuse relativement hiérarchisée (Rosas 2012). En ce sens, la présence de femmes attire plutôt l’attention. Leur nombre ainsi que leur rôle, crucial dans la transmission de valeurs, est chose commune dans le milieu pentecôtiste : elles composent la grande majorité de l’effectif des bénévoles religieux (Machado & Mariz 2008). Toutefois, il est rare que les membres féminins de l’EURD occupent des positions hiérarchiques plus élevées que celle de serviteur. Pourtant, dans le cadre de l’AGC/BH, même si elles sont inférieures aux hommes sur le plan hiérarchique, elles ont une position de choix, puisqu’elles coordonnent des activités et la logistique, prennent des contacts externes et conseillent les pasteurs. L’Église accapare leur vie quotidienne mais, avec l’activité d’assistance, elles gagnent un espace auquel elles n’auraient pas accès, pas même dans le cadre des offices et des rites.

33Les leaders gèrent les activités : préparation d’un plan, supervision des autres bénévoles, organisation et participation à des réunions, élaboration du bilan du travail effectué. Elles sont pour la plupart métisses (pardas) et ont entre 30 et 55 ans. Sur la dizaine de coordinatrices, cinq ont fait des études supérieures et sont formées en droit, travail social ou sciences biologiques. L’une a obtenu un master (mestrado). Elles travaillent à temps partiel dans le domaine de la formation mais soulignent que leur revenu ne correspond pas à leur niveau d’éducation. En d’autres termes, elles sont qualifiées, sont insérées dans le marché du travail, mais elles n’accèdent pas au capital économique auquel elles pourraient prétendre parce que, pour participer aux activités de l’Église, elles renoncent à s’investir plus avant dans le marché formel. La première, par exemple, dit qu’elle a réduit son temps de travail en tant qu’enseignante en biologie pour se consacrer à l’EURD. La deuxième, retraitée, a cessé de travailler pour compléter sa retraite, de façon à pouvoir assumer deux charges de leader dans le cadre des actions d’assistance. Deux autres ont réduit leur activité juridique pour se consacrer au programme Les gens de la communauté. Enfin, la dernière organise son emploi du temps professionnel de façon à avoir du temps libre tous les soirs.

34Les femmes ne reçoivent aucune rémunération financière de l’Église et, de plus, sont occupées comme serviteurs pendant les jours de la semaine où elles ne le sont pas par l’AGC/BH. Les conditions de travail sont épuisantes car l’assistance implique une journée double et ne procure pas d’indemnités d’emploi. Elles justifient leur dévouement par la gratification personnelle et émotionnelle/spirituelle qu’elles en retirent. La prestation des activités n’est pas claire, autrement dit, certaines tâches simples comme faire des photocopies de matériel didactique sont très disputées. Elles prennent les transports publics régulièrement ; presque aucune ne possède son propre véhicule. Elles utilisent un langage caractéristique des milieux populaires, portent des vêtements bon marché et utilisent fréquemment des T-shirts des campagnes politiques de l’EURD sur lesquels sont inscrits des slogans religieux. Elles sont pour la plupart célibataires.

  • 26 Dans les pages suivantes, nous traiterons de l’alphabétisation, de l’assistance juridique et de l’a (...)

35Dans l’AGC/BH, le cours qui a le plus de prestige et est le plus connu des membres de l’Église est celui de l’alphabétisation pour adultes, intitulé Lire et écrire (Ler e Escrever)26, en place dans la région depuis 1997. Il est coordonné par deux femmes et emploie cinq enseignantes qui sont également considérées comme des leaders et, bien qu’elles aient des comptes à rendre aux coordinatrices, jouissent d’une grande marge de manœuvre pour mettre à exécution leur projets et leurs idées. Lorsque le programme a été instauré, à l’époque où l’Association bénévole chrétienne existait encore, il a reçu le soutien du ministère de l’Éducation et se servait de cahiers fournis par le gouvernement de l’État pour la pré-alphabétisation, l’alphabétisation de base et l’enseignement primaire. Au fil du temps et avec l’émergence de l’AGC, la relation avec le gouvernement a cessé. Le programme Lire et écrire ne compte plus à présent que deux classes, l’une l’après-midi et l’autre le soir. Les cours proposés du lundi au vendredi (excepté le mercredi) durent deux heures et regroupent des élèves aux besoins d’apprentissage les plus divers.

36Les enseignantes se sont mises à produire elles-mêmes le matériel didactique. D’après ce que raconte Vera (diplôme de master) : « Il vaut mieux utiliser des matériels auxquels les élèves ont accès et avec lesquels ils sont familiers au quotidien, comme les prospectus, les publicités de supermarché et même les journaux de l’Église » (Vera 2009). Cette autonomie des enseignantes et coordinatrices leur a donné un sentiment de créativité et la capacité d’enseigner et de diriger. C’est ce que montre un des dialogues entre Ana (bénévole) et une élève :

Élève : J’ai du mal à apprendre, ça, là, c’est très difficile.
Ana : Mais tu vas apprendre, au nom de Jésus.
Élève : Vraiment ? [pause] Mais c’est ce que je veux.
Ana : Tu vois, c’est ça. Dieu voit ton intention et ta volonté, et Il va t’honorer en nous donnant plus de créativité pour mieux t’enseigner et pour que tu apprennes (Ana 2010).

37Le discours de Carmen (enseignante dans l’AGC et auxiliaire de services généraux en dehors de l’Église) illustre également une telle vision. Elle raconte avoir eu une « révélation » selon laquelle les élèves devraient participer à l’« enterrement des nons ». Il lui est venu à l’esprit une scène dans laquelle Dieu parle et dit : « Vous le pouvez, vous en êtes capables, vous allez y arriver ». Elle a alors envisagé d’amener un sac de terre en classe et de demander aux élèves d’écrire sur un morceau de papier leurs pensées négatives, jusque-là courantes et exprimées régulièrement : « Je ne peux pas », « Je ne comprends pas », « Je n’y arrive pas ». Les « nons » seraient alors enterrés, et désormais, seules des phrases de victoire seraient prononcées. La bénévole n’a pas eu l’occasion de venir avec la terre préparée, mais elle a tout de même fait l’exercice d’expulsion des idées négatives. Composée en majorité de personnes âgées et de femmes, la classe est parvenue à partager des mots d’encouragement et d’affirmation. Lorsque surgissaient des commentaires sur l’échec et les difficultés de l’apprentissage, Carmen rappelait ce moment où ils avaient définitivement « enterré les nons ». Grâce à cette expérience, Carmen était encore mieux vue au sein de l’AGC.

38Tout comme l’ensemble des participants du programme Les gens de la communauté, les coordinatrices et enseignantes du programme Lire et écrire étaient sous les ordres du pasteur responsable des œuvres sociales. Cependant, comme l’EURD mute les pasteurs pour éviter qu’ils ne s’attachent à une localité et ne tirent un profit personnel de leur charisme, l’autorité du dirigeant finit par s’atténuer pour laisser place à celle des femmes leaders, à leurs connaissances pratiques et à leur maîtrise de l’information. Il ne faut pas non plus sous-estimer le fait que certaines d’entre elles ont une éducation formelle qui renforce leur position. Leur âge réduit également l’impact de l’autorité masculine : beaucoup d’entre elles avaient atteint la quarantaine alors que le pasteur responsable de l’assistance n’avait pas trente ans. Ce dernier se réunissait plusieurs fois avec les bénévoles. Il en appelait une en particulier et demandait des informations sur les projets. Souvent, il sollicitait aussi des suggestions sur ce qui pourrait être fait pour innover. Il partageait les mécontentements, les difficultés administratives et les frustrations quant à certaines stratégies. Toutefois, il n’y a pas là une véritable émancipation vis-à-vis de l’autorité masculine, puisqu’en haut de la hiérarchie religieuse se trouvent les pasteurs et les évêques.

39Dans le programme AGC, on trouve aussi une activité connue sous le nom d’« orientation », « assistance sociale » ou simplement « acheminement », organisée par Sônia, assistante sociale qui, en collaboration avec Vera, coordonne le programme Lire et Écrire. Dans l’« acheminement », il y a aussi un homme, un bénévole qui travaille sous les ordres des femmes. Le projet consiste simplement à recevoir des personnes les jours d’alphabétisation dans l’espace où travaillent les avocates en charge de l’aide juridique. L’idée est de partager des informations sur la livraison de médicaments par le Système unique de santé (SUS), sur l’obtention de matériel scolaire, l’aide pour les hospitalisations et interventions chirurgicales avec, parfois, quelques dons alimentaires. Le projet oriente aussi les individus sur les lieux où ils peuvent obtenir documents d’identité, carte de travail, carte d’électeur et certificats divers. Il apporte également une aide aux personnes sans emploi qui doivent rédiger leur curriculum vitae.

  • 27 Ceux qui rendraient les « services » seraient les politiques et membres les plus aisés de l’EURD. I (...)

40Même si, lorsqu’elle décrit le projet, Sônia laisse échapper qu’elle a parfois du mal à trouver des aides régulières avec les partenaires du programme27, elle souligne l’importance de l’activité qu’elle effectue. Elle dit réussir à obtenir des prises en charge chirurgicales, des consultations médicales gratuites avec des médecins spécialistes, des médicaments à usage contrôlé. Elle oriente vers des offres d’emploi et ajoute : « Tout, tout ce que les personnes viennent demander ici, n’est-ce pas, tout ce dont elles ont besoin » (Sônia 2009). Elle se plaint que beaucoup de ceux qu’elle assiste ne s’investissent pas et renoncent à recevoir ce qu’ils demandent. Sa tâche n’en est pas moins efficace pour autant puisque, comme elle le dit : « Les problèmes financiers, émotionnels, spirituels, sentimentaux, familiaux ou de vices sont liés aux problèmes spirituels » (idem). Sônia bénéficie du statut d’intermédiaire dans des relations d’aide qui, autrement, n’existeraient pas. Ce faisant, elle occulte l’identité des auxiliaires, se réservant pour elle-même une information qui la distingue des autres bénévoles. On note un comportement discrétionnaire semblable à celui des agentes communautaires mais, dans le cas de l’AGC/BH, cela porte aussi bien sur la sélection des personnes aidées que sur l’effacement de ceux qui se présentent comme bienfaiteurs.

41L’autre activité qui génère un assez grand prestige pour les bénévoles engagées est ce que l’on appelle « l’aide juridique ». Cette assistance est gratuite et est effectuée par deux femmes désignées sous le nom de « docteures », particulièrement actives sur le marché du travail à temps partiel. Elles ont plus de quarante ans et se relaient chaque jour de la semaine pour recevoir, par ordre d’arrivée, un nombre conséquent de personnes souhaitant les consulter principalement pour des problèmes conjugaux et de pension alimentaire. On vient aussi couramment pour s’informer sur des questions liées au travail. Bien que certaines instances de conciliation demandent que l’individu se présente à l’audience avec un avocat, l’absence d’instruction des personnes assistées fait que l’orientation de l’EURD est vue comme quelque chose d’indispensable pour le déroulement du processus judiciaire. Cette fonction confère un statut prestigieux aux bénévoles qui, étant donné leur qualification et leur âge, sont toujours proches du pasteur coordinateur de l’assistance, soit en l’aidant dans ses tâches, soit en lui prodiguant leurs conseils et en prenant des notes pendant les réunions.

42L’imbrication entre la religion, l’assistance et la féminité dans le contexte de l’Église universelle est un thème peu abordé. Cet article vise à combler une lacune de la littérature spécialisée. Certains auteurs féminins défendent l’idée selon laquelle les femmes pentecôtistes sont devenues des protagonistes dans la sphère religieuse sans contrevenir aux relations traditionnelles de genre, puisqu’elles ont assumé le rôle de « soignantes spirituelles du foyer » (Birman 1996 ; Boyer-Araújo 1995). Ainsi, elles sont restées soumises, que ce soit au mari, au leader religieux ou à tout autre type d’entité spirituelle. Dans le contexte étudié ici, bien qu’il y ait soumission, nous n’avons pas constaté de discours faisant de ces femmes des « soignantes spirituelles », ni de l’Église ni de la société. On ne perçoit pas dans l’AGC/BH la construction d’une identité altruiste, puisque le présupposé est de devoir donner à Dieu (de l’argent, des biens ou du temps de travail bénévole), comme dans une sorte de contrat dans lequel c’est la divinité qui rétribue celui qui fait un sacrifice.

43Même s’il est impossible d’interpréter la participation des femmes comme une rupture avec l’autorité masculine dans la mesure où la soumission patriarcale persiste en termes formels, la direction des pasteurs (coordinateur et autres auxiliaires) est plus faible dans cet espace. L’assistance permet aux femmes qui travaillent comme coordinatrices, enseignantes, assistantes sociales et avocates, d’occuper un espace de visibilité ; en d’autres termes, elle leur procure un capital symbolique. Ces femmes entrevoient des « avantages » dans le fait de se consacrer à ce travail. Elles y reçoivent la reconnaissance liée à la fonction de direction, de conseil, de capacité de création et d’entente avec des partenaires auxquels elles seules ont accès. Ainsi, elles ont la chance de transgresser/négocier une partie de la frontière patriarcale présente dans la religion.

44Machado & Mariz (2008) ont abordé le gain d’autonomie des femmes dans le cas de la relation aux parents, maris et enfants. Ils montrent que la conversion au pentecôtisme facilite la participation à des activités d’assistance dans le domaine religieux et procure une meilleure insertion des femmes pauvres dans le marché du travail. Même si elles soutiennent que les gains pourraient participer d’un processus plus ample de réarrangement des prescriptions traditionnelles de genre, les auteurs soulignent l’importance de la représentation féminine dans les expériences de bénévolat pour « modeler la conduite des sujets sociaux face à la pauvreté » (Machado & Mariz 2008, 324). Dans l’AGC/BH, on constate une certaine valorisation du féminin, encore qu’il soit impossible de dire que l’on a là un instrument effectif de combat contre la pauvreté et/ou l’inégalité de genre. Finalement, puisque la majorité des agentes sacrifient bien une partie de leur temps à la réalisation de ces activités non-rémunérées, ce qui réduit leur gains financiers potentiels en termes de salaire, cette pratique aurait donc un impact négatif sur leur autonomie économique et, par conséquent, sur la promotion de leur citoyenneté.

45Comme l’a souligné Machado (2005), l’engagement des femmes est certainement lié à la large offre de main d’œuvre féminine au sein de l’EURD. Par ailleurs, l’assistance est depuis longtemps un espace où se concentrent les femmes (Machado & Mariz 2008 ; Simões 2004 ; Rossi-Doria 1995). Cette expérience révèle l’importance centrale de ces agentes dans le maintien et la distribution de l’action sociale évangélique, mais il serait trop optimiste de penser que ces accès restreints à la hiérarchie religieuse pourraient favoriser un gain social significatif. Comme l’a montré Mafra (1998), la religion demeure d’une certaine manière hermétique aux conquêtes féministes.

Conclusion

46Nous avons vu dans cet article que les femmes que nous avons suivies sont aujourd’hui celles qui offrent l’aide sociale tout en faisant l’objet de services d’assistance parce qu’elles sont issues des classes populaires. Dans ce nouveau paysage, que ce soit dans les politiques gouvernementales ou dans l’aide religieuse, s’ouvrent des opportunités pour occuper des positions d’influence. Les gains, toutefois, se font essentiellement dans la sphère privée et spirituelle, et ne changent pas substantiellement les relations sociales de genre dans la sphère publique/politique et professionnelle. La reproduction de la division sociale et sexuelle du travail hiérarchisé est patente. Cela confirme l’ancienne préoccupation de Simone de Beauvoir qui constatait dans son ouvrage classique, Le Deuxième Sexe, que, malgré les progrès effectués sur le marché du travail, les femmes demeuraient prisonnières du « monde féminin traditionnel » (Beauvoir 1949). Comme l’affirment Hirata et Kergoat (2007), si les modalités de la division sociale et sexuelle du travail se modifient dans le temps et dans l’espace, la distance entre les sexes reste stable et se perpétue.

47Par ailleurs, en dépit du gain constaté, l’avantage qu’en tirent les femmes est moins important que celui qu’en tirent les institutions, le gouvernement et l’Église qui doivent leur succès à une mobilisation féminine à coût réduit ou nul. La clé de ce succès est précisément le « rôle » des actrices sociales en question qui semble bien s’adapter au « système de gouvernement néolibéral » (Hamann 2012, 101). Conformément à l’esprit du temps des sociétés néolibérales contemporaines, la formation du sujet reste tributaire des besoins du marché et de sa capacité à réunir le capital humain le plus adéquat.

Haut de page

Bibliographie

Arendt, Hanna. 1958. The Human Condition. Chicago: The University of Chicago Press.

Beauvoir, Simone de. 1949. Le Deuxième Sexe, II. L’expérience vécue. Paris : Gallimard.

Birman, Patrícia. 1996. « Mediação feminina e identidades pentecostais. » Cadernos Pagu 6-7: 201-226.

Blay, Eva. 1978. Trabalho domesticado: a mulher na indústria paulista. São Paulo: Editora Ática.

Boyer-Araújo, Véronique. 1995. « “Macumbeiras” e “crentes”: as mulheres vêem os homens. » Horizontes Antropológicos 1 (1): 131-142.

Camurça, Marcelo. 2001. « Fora da caridade não há religião. Breve história da competição religiosa entre catolicismo e espiritismo kardecista e de suas obras sociais na cidade de Juiz de Fora: 1900-1960. » Revista Locus 7 (1): 131-154.

Conrado, Flávio. 2006. « Religião e cultura cívica: um estudo sobre modalidades, oposições e complementariedades presentes nas ações sociais evangélicas no Brasil. » Thèse de doctorat en anthropologie culturelle. Rio de Janeiro : Université fédérale de Rio de Janeiro.

Couto, Maria Thereza. 2002. « Na trilha do gênero: pentecostalismo e CEBs. » Revista de Estudos Feministas 10: 357-369.

DATASUS. Atenção básica e saúde da família: os números. http://dab.saude.gov.br/abnumeros.php#numeros (consulté le 12 février 2012).

Deleuze, Gilles. 2005. « Postface. L’ascension du social. » In La police des familles, Jacques Donzelot, 213-220. Paris : Les Éditions de Minuit.

DIEESE. http://www.dieese.org.br/analisecestabasica/salarioMinimo.html#2001 (consulté le 14 septembre 2013).

Donzelot, Jacques. 2005. La Police des familles. Paris : Les Éditions de Minuit.

Fernandes, Rúbem César. 1998. Novo nascimento: os evangélicos em casa, na política e na igreja. Rio de Janeiro: Muad.

Freston, Paul. 1994. « Breve história do pentecostalismo brasileiro. » In Nem anjos nem demônios: interpretações sociológicas do pentecostalismo, dirigé par Alberto Antoniazzi, 67-162. Petrópolis: Vozes.

Georges, Isabel. 2012. « Des “street-level bureaucrats” féminins. Le cas des agents communautaires de santé et des agents de protection sociale de la région métropolitaine de São Paulo. » In La démocratie participative au Brésil : Promesses tenues et dynamiques ouvertes, organisé par Isabel Georges & Pierre Tripier, 161-178. Bruxelles : Éd. Peter Lang.

Georges, Isabel & Yumi Garcia dos Santos. 2012. « Care e políticas públicas. O caso das agentes comunitárias de saúde e das agentes de proteção social. » In Cuidado e cuidadoras: as várias faces do trabalho do care, dirigé par Helena Hirata & Nadya Araujo Guimarães, 166-182. São Paulo: Atlas.

Georges, Isabel & Yumi Garcia dos Santos. 2013. « A produção da “demanda”: viés institucional e implicações políticas da terceirização do trabalho social na periferia de São Paulo. » In Sobre Periferias: novos conflitos no espaço público, dirigé par Gabriel Feltran & Neiva Vieira, 159-177. Rio de Janeiro: UFRJ/Lamparina.

Guimarães, Nadya Araujo. 2004. Caminhos cruzados: estratégias de empresas e trajetórias de trabalhadores. São Paulo: Editora 34.

Hamann, Trent. 2012. « Neoliberalismo, governamentalidade e ética. » Ecopolítica 3: 99-133.

Hirata, Helena & John Humphrey. 1984. « Crise économique et emploi des femmes : une étude de cas dans l’industrie brésilienne. » Sociologie du Travail 3 (84) : 278-289.

Hirata, Helena & Daniele Kergoat. 2007. « Novas configurações da divisão sexual do trabalho. » Cadernos de Pesquisa 37 (132): 595-609.

Hirata, Helena & Nadya Araujo Guimarães. 2012. « Introdução. » In Cuidado e cuidadoras: as várias faces do trabalho do care, dirigé par Helena Hirata & Nadya Araujo Guimarães, 1-11. São Paulo: Atlas.

Hochschild, Arlie Russell. 1983. The Managed Heart: Commercialization of Human Feeling. Berkeley/Los Angeles: University of California Press.

Jenson, Jane. 2011. « Politiques publiques et investissement social : quelles conséquences pour la citoyenneté sociale des femmes ?» Cahiers du Genre hors-série: 21-43.

Lima, Jacob Carlos & Maria do Carmo Moura. 2005. « Trabalho atípico e capital social: os agentes comunitários de saúde na Paraíba. » Sociedade e Estado 20 (1): 103-133.

Lipsky, Michael. 1980. Street-Level Bureaucracy: Dilemmas of the Individual in Public Services. New York: Russell Sage Foundation.

Löwy, Michael. 2000. A guerra dos deuses: religião e política na América Latina. Petrópolis: Vozes.

Machado, Maria das Dores Campos. 2003. « Igreja Universal: uma organização providência. » In Igreja Universal do Reino de Deus: os novos conquistadores da fé, dirigé par Ari Pedro Oro & André Corten, 303-320. São Paulo: Paulinas.

Machado, Maria das Dores Campos. 2005. « Representações e relações de gênero nos grupos pentecostais. » Revista de Estudos Feministas 13 (2): 387-396.

Machado, Maria das Dores Campos & Cecília Loreto Mariz. 2008. « Religião, trabalho voluntário e gênero. » Interseções 9: 309-326.

Mafra, Clara. 1998. « Gênero e estilo eclesial entre os evangélicos ». In Novo nascimento: os evangélicos em casa, na política e na igreja, dirigé par Rúbem César Fernandes, 224-250. Rio de Janeiro: Muad.

Mariano, Ricardo. 1996. « Os neopentecostais e a Teologia da Prosperidade. » Novos Estudos CEBRAP 44: 24-44.

Mariano, Ricardo. 1999. « O futuro não será protestante. » Ciencias Sociales y Religión/Ciências Sociais e Religião 1 (1): 89-114.

Mariano, Ricardo. 2004. « Expansão pentecostal no Brasil: o caso da Igreja Universal. » Estudos Avançados 18 (52): 121-138.

Mariano, Ricardo. 2005. Neopentecostais: sociologia do novo pentecostalismo no Brasil. São Paulo: Loyola.

Mariano, Ricardo. 2011. « Sociologia do crescimento pentecostal no Brasil: um balanço. » Perspectiva Teológica 43 (119): 11-36.

Ministério da Saúde. http://portalsaude.saude.gov.br (consulté le 15 janvier 2012).

Montero, Paula. 2006. « Religião, pluralismo e esfera pública no Brasil. » Novos Estudos CEBRAP 74: 47-65.

Novaes, Regina. 2007. « Hábitos de doar: motivações pessoais e as múltiplas versões do “espírito da dádiva”. » In Hábitos de doar e captar recursos no Brasil, dirigé par Márcia Brito & Maria Emília Melo, 15-56. São Paulo: Peirópolis.

Oliveira, Carlos Alonso Barbosa de. 2004. Políticas de combate à pobreza no município de São Paulo. São Paulo: Publisher Brasil.

Oro, Ari Pedro. 2001. « Neopentecostalismo, dinheiro e magia. » Ilha 3 (1): 71-85.

Pateman, Carole. 1993. O contrato sexual. São Paulo: Paz e Terra.

Rosas, Nina. 2011. « Representações e desdobramentos da caridade da Igreja Universal do Reino de Deus. » Dissertation de mestrado en sociologie. Belo Horizonte: Université fédérale de Minas Gerais.

Rosas, Nina. 2012. « As ações sociais da Igreja Universal: recrutamento e empreendedorismo no A Gente da Comunidade de Belo Horizonte. » Ciencias Sociales y Religión/Ciências Sociais e Religião 14 (17): 27-51.

Rosas, Nina. 2013. « Religião, mídia e produção fonográfica: o Diante do Trono e as disputas com a Igreja Universal. » Religião e Sociedade 33 (1): 167-194.

Rossi-Doria, Anna. 1995. « Representar um corpo. Individualidade e “alma coletiva” nas lutas pelo sufrágio. » In O dilema da cidadania: direitos e deveres das mulheres, dirigé par Gabriella Bonacchi & Angela Groppi, 109-128. São Paulo: Unesp.

Sader, Eder. 1988. Quando Novos Personagens Entraram em Cena: experiências e lutas dos trabalhadores da Grande São Paulo, 1970-1980. São Paulo: Paz e Terra.

Saffioti, Heleieth. 1976. A mulher na sociedade de classes: mito e realidade. Petrópolis: Vozes.

Santos, Yumi Garcia dos. 2012. « A gestão sexuada do social: os novos programas sociais na saúde e na assistência e reprodução das relações tradicionais de gênero. » Rapport de recherche. São Paulo: Centro de Estudos da Metrópole-CEM/Fapesp, manuscrit.

Scheliga, Eva Lenita. 2010. « Educando sentidos, orientando uma práxis: etnografia das práticas assistenciais de evangélicos brasileiros. » Thèse de doctorat en anthropologie. São Paulo : Université de São Paulo.

Silva, Cláudia Neves da. 2009. « As ações sociais promovidas pelas igrejas pentecostais: motivações e dificuldades. » Estudos de Religião 23 (36): 35-60.

Simões, Pedro. 2004. « Ajuda social: das relações entre religião e serviço social Brasil/Inglaterra. » Thèse de doctorat en sociologie. Rio de Janeiro : IUPERJ.

Simões, Pedro. 2005. Assistentes sociais e religião: um estudo Brasil/Inglaterra. São Paulo: Cortez Editora.

Souza, André Ricardo. 2011. « Abrangência e controvérsia do terceiro setor cristão. ». GT Religião e Modernidade. Communication présentée au XV Congresso Brasileiro de Sociologia. Curitiba, 26-29 juillet, manuscrit.

Souza-Lobo, Elizabeth de. 1991. A classe operária tem dois sexos: trabalho, dominação e resistência. São Paulo: Brasiliense.

Sposati, Aldaíza de Oliveira. 1988. Vida urbana e gestão da pobreza. São Paulo: Cortez Editora.

Haut de page

Notes

1 Les évangélistes constituent la tendance religieuse qui se développe le plus dans le pays, ayant atteint un taux de 22,2 % de la population en 2010 d’après le recensement démographique national.

2 La première partie de l’article est basée sur la recherche postdoctorale de Yumi Garcia dos Santos, au Centre d’études de la métropole (Centro de Estudos da Metrópole−CEM), avec le financement de la Fondation pour le soutien à la recherche de l’État de São Paulo (Fundação de Amparo à Pesquisa do Estado de São Paulo − Fapesp) pour la période 2009-2011. La recherche a été réalisée entre avril 2010 et juin 2011, en collaboration avec Isabel Georges (Institut de recherche pour le développement, IRD−UMR 201 DEVSOC/Université fédérale de São Carlos, UFSCar), dans le cadre du projet ANR Latinassist – Les Suds II et du projet de coopération bilatérale « La nouvelle gestion de la question sociale au Brésil : entre participation et mercantilisation » (IRD−CNPq). L’enquête de terrain, fondée sur l’observation participante et sur des entretiens approfondis, s’est déroulée dans la banlieue de la ville de São Paulo, loin du centre (le terrain le plus éloigné se trouvant à 30 km du kilomètre zéro de la ville). C’est là que se regroupent les personnes que les pouvoirs publics considèrent comme étant touchées par une « haute vulnérabilité sociale ». Aujourd’hui, divers programmes d’assistance (publics, privés, semi-publics) se concentrent sur ces territoires afin de répondre aux besoins d’une population composée en majorité de migrants internes et de leurs descendants, ainsi que de Noirs et de Métis (pardos).

3 La seconde partie du texte présente des données issues de la recherche de mestrado de Nina Rosas, réalisée à l’Université fédérale de Minas Gerais (UFMG), et qui a bénéficié du financement du Conseil national de développement scientifique et technologique (Conselho Nacional de Desenvolvimento Científico e Tecnológico − CNPq) en 2009-2010. La collecte de données provient d’une intense observation participative effectuée entre août 2009 et juin 2010, au sein du programme Les gens de la communauté de Belo Horizonte. Presque toute l’assistance effectuée par l’EURD se fait dans une maison d’environ 250 m², située dans un beau quartier, près de l’EURD principale de la ville. Ce lieu, où circule un grand nombre de personnes parce qu’il est proche des axes centraux et est très bien desservi par les transports publics, est caractéristique du type de localités sélectionnées par les Églises qui s’intéressent à la population pauvre. La majeure partie de l’audience de l’Église universelle est métisse (parda) et noire, et dispose d’un taux de scolarité et d’un revenu en-dessous de la moyenne. La présence des femmes est fortement mise en avant. Selon les régions, elles représentent parfois 80 % du public.

4 Dans ce texte, nous avons choisi de substituer les noms et d’omettre les données qui auraient trop facilement permis d’identifier les personnes interrogées et de retrouver leur trace.

5 Bien qu’il soit important de décrire la trajectoire socio-professionnelle des femmes pour mieux comprendre la situation actuelle des figures féminines, nous ne disposons pas de données pour les deux cas analysés permettant de procéder à un exercice comparatif.

6 D’après l’Institut de recherche économique appliquée (Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada−IPEA, 2011), sur l’ensemble des femmes actives en 2009, 17  % – soit 6,7 million – exerçaient un travail domestique comme principale source de revenus, et 61,6 % étaient Noires. En dépit des progrès récents en termes de droits du travail, les conditions d’emploi demeurent précaires. Environ 26 % disposent d’un travail formel (idem).

7 Nous faisons principalement référence aux assistantes sociales et membres volontaires de l’Église catholique.

8 Nous employons le terme d’agentes (ou d’agents féminins) quand il s’agit essentiellement de femmes.

9 La hiérarchie entre les genres qui privilégie les hommes est très valorisée par les évangélistes. Dans l’Église universelle, bien que de nombreuses femmes occupent le poste de serviteur (le plus bas au niveau de la direction) et aident dans les cultes et dans les œuvres d’évangélisation, elles sont rarement pasteures. En effet, on constate une résistance à l’ordination des femmes et à la révision des rôles attribués en fonction du genre (Machado 2005). Le fort principe hiérarchique que crée une congrégation composée d’un petit nombre d’individus lorsqu’il oriente une masse de fidèles ne peut s’apparenter à un « modèle de relation de genre qui se distingue du modèle traditionnel » (Mafra 1998, 248).

10 Les revendications des mouvements sociaux se sont concrétisées sous forme de politiques publiques et une partie des militants a composé les organismes gouvernementaux spécialisés.

11 Mouvement catholique originaire d’Amérique latine et mu par la volonté de promouvoir une société plus juste selon des modèles égalitaires.

12 C’est pour cette raison que la sociologie du genre au Brésil s’est d’abord attaquée au statut du travail des femmes, comme le montrent entre autres les analyses pionnières de Saffioti (1976), Blay (1978), Hirata & Humphrey (1984) et Souza-Lobo (1991).

13 Le PSF s’est basé sur les expériences internationales (cubaine et chinoise) du « médecin de famille », ainsi que sur des actions locales, comme celles de l’État du Ceará et celles des villes de Niterói/Rio de Janeiro (Lima & Moura 2005). Les agents pastoraux de l’Église catholique ont également servi d’exemple, de même que les initiatives hygiénistes des années 1970-1980.

14 Voir le site du ministère de la Santé. L’enquête de terrain de Yumi Garcia dos Santos dans le secteur de la santé a été réalisée dans une des UBS de la banlieue Est de São Paulo, dont l’organisation sociale mentionnée assure la gestion.

15 Bien que le PSF fasse partie du Système unique de santé (SUS) depuis 1994, ce n’est que depuis 2002 que la loi fédérale reconnaît la catégorie professionnelle des agents communautaires de santé (Georges 2012).

16 Pour se conformer aux directives du ministère, le PAF fonctionne depuis mai 2011 en tant que Service de soin intégral aux familles (Serviço de Atenção Integral às Famílias-SASF).

17 Le travail des agents féminins en question va au-delà du soin, ce que le mot en anglais care peut exprimer dans son aspect polysémique, s’étendant y compris à l’aide et à la prise en charge (Hirata & Guimarães 2012).

18 Compagnie métropolitaine d’habitation (Companhia Metropolitana de Habitação−COHAB). Il s’agit d’un programme social d’habitation de la municipalité de São Paulo. Le district de Cidade Tiradentes, où la recherche a été effectuée, est occupé en majorité par ce type de logements.

19 Département intersyndical de statistiques et études socio-économiques (Departamento intersindical de Estatística e Estudos Socio-Econômicos-DIEESE).

20 Voir, pour plus de détails, Conrado (2006) et Fernandes (1998).

21 Le pentecôtisme se distingue surtout par la croyance en la contemporanéité des dons du Saint Esprit, comme celui de parler d’autres langues, de soigner, d’avoir des révélations, etc. Depuis ces quarante dernières années en particulier, certaines Églises ont exacerbé la guerre contre le diable, prêché la prospérité, se sont structurées sur le mode entrepreneurial, ont augmenté leur participation à la politique partisane et se sont mises à utiliser la télévision et la radio comme jamais auparavant les évangélistes ne l’avaient fait dans le pays. Ces changements caractérisent ce qui est désigné sous le terme de « néopentecôtisme » (Freston 1994 ; Mariano 1999, 2004, 2005 ; Oro 2001).

22 Il est très difficile d’avoir accès à l’EURD si l’on n’y appartient pas. L’Église a déjà été et est encore la cible d’accusations les plus diverses (Rosas 2013) ; elle a souvent renvoyé des chercheurs à cause du supposé complot qui existerait entre chercheurs en sciences sociales, journalistes et media de masse. L’objectif des opposants serait de dénigrer l’image de l’institution. Les entretiens ne peuvent pas être enregistrés et, dans le cas contraire, ils durent rarement plus de quinze minutes. Grâce à l’introduction d’une amie membre de l’EURD qui a attesté de la pertinence de la recherche, Nina Rosas a pu participer au travail d’assistance et aux réunions administratives pendant presque un an. Elle a également discuté de manière informelle avec les membres (dirigeants et bénéficiaires de l’assistance) et avec le pasteur chargé du programme Les gens de la communauté.

23 Pour un bilan sur les changements dans l’action sociale de l’EURD, voir Rosas (2012).

24 À São Paulo, par exemple, l’AGC effectue surtout des activités de soins de beauté, d’aide juridique, de soutien médical et dentaire (idem). D’après le journal de l’EURD, dans la ville de João Pessoa, il n’y a pas d’initiatives éducatives ; les bénévoles s’occupent surtout de la distribution de soupe, d’hébergement et de nourriture pour les personnes qui vivent dans la rue. L’AGC, du moins jusqu’à maintenant, contrairement à l’Association bénévole chrétienne déjà mentionnée, ne s’organise pas de manière à recevoir des fonds à travers des partenariats avec le gouvernement (par le biais de budgets parlementaires par exemple). Il est impossible d’identifier un type particulier d’action sociale développée. Le programme peut présenter, ou non, des actions de soins physique, d’éducation, d’information ou de réinsertion sociale. Dans l’EURD, il n’y a pas de discours élaboré sur ce qu’est l’assistance ou sur la façon dont elle doit être exécutée. Il s’agit d’un espace de liberté majeur pour que soient développées différentes initiatives qui échappent au style trop standardisé des pasteurs, aux rituels, aux oraisons, aux uniformes, etc.

25 Cette aide se traduit aussi bien par le soutien aux familles des détenus que par les visites dans les établissements pénitentiaires. Il n’a pas été possible d’observer ces visites parce que l’accès était limité aux hommes.

26 Dans les pages suivantes, nous traiterons de l’alphabétisation, de l’assistance juridique et de l’aide sociale, puisque ce sont les initiatives les plus importantes de l’AGC/BH.

27 Ceux qui rendraient les « services » seraient les politiques et membres les plus aisés de l’EURD. Il convient de souligner que le dispositif pour obtenir une aide ne reçoit aucun soutien de l’État ; il dépend uniquement du réseau mobilisé par la bénévole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yumi Garcia dos Santos et Nina Rosas, « Les femmes dans les nouvelles politiques sociales et l’assistance néopentecôtiste. Possibilités d’émancipation ou reproduction des inégalités ? », Brésil(s), 6 | 2014, 75-97.

Référence électronique

Yumi Garcia dos Santos et Nina Rosas, « Les femmes dans les nouvelles politiques sociales et l’assistance néopentecôtiste. Possibilités d’émancipation ou reproduction des inégalités ? », Brésil(s) [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1279 ; DOI : 10.4000/bresils.1279

Haut de page

Auteurs

Yumi Garcia dos Santos

Yumi Garcia dos Santos est docteure en sociologie de l’Université de São Paulo et de l’Université Paris 8-Saint-Denis et enseignante-chercheure au Département de sociologie de l’Université fédérale de Minas Gerais (UFMG).

Nina Rosas

Nina Rosas est doctorante en sociologie à l’Université fédérale de Minas Gerais (UFMG).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals