Navigation – Plan du site
Dossier : Les années Lula : politiques sociales ou néolibéralisme ?

Action entrepreneuriale et planification privée sociale : une étude de cas sur les relations entre entreprise et société

Ação empresarial e planejamento privado social: um estudo de caso sobre relações empresa-sociedade
Entrepreneurial Action and Private Social Planning: a Case Study on Relations Between Business and Society
Igor Pantoja
Traduction de Marlène Monteiro
p. 119-140

Résumés

Cet article se propose de mettre en lumière les différents mécanismes de pouvoir et les pratiques de domination exercées par la compagnie minière Companhia Vale do Rio Doce (connue sous le nom de Vale S.A.) dans des municipalités de l’État du Maranhão, dans la région de l’Amazonie brésilienne. Après trente ans d’activité, le pouvoir de l’entreprise s’est étendu au cours des dernières années, tout en ayant évolué dans ses modalités. Un des principaux éléments de l’analyse porte sur l’imbrication de l’action de l’entreprise et de sa Fondation (Fundação Vale) avec les politiques publiques locales de trois municipalités de cet État (Açailândia, Alto Alegre do Pindaré et Arari) constituant un processus de planification privée sociale de la part de l’entreprise.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en avril 2013 ; approuvé en février 2014.

Traduit du portugais

Texte intégral

  • 1 Voir notamment la récente recherche menée par Ana Garcia (Garcia 2012).

1Depuis au moins 2003, au début du gouvernement Lula, on a assisté à la mise en place d’une politique économique qui pariait, entre autres choses, sur la montée en puissance de grandes entreprises brésiliennes de manière à augmenter leur compétitivité sur le marché international, en particulier par l’ouverture de lignes de crédit spécifiques pour leur internationalisation. La mondialisation de ces groupes était considérée comme une condition préalable au développement national mais cette orientation a eu des effets imprévus sur la scène brésilienne, notamment d’ordre financier. Les critiques des prêts conséquents accordés par la Banque nationale de développement économique et social (Banco Nacional de Desenvolvimento Econômico e Social – BNDES) en témoignent. La stratégie agressive adoptée par ces entreprises et l’augmentation des impacts environnementaux et sociaux résultant de l’expansion de leurs affaires visant « la reprise du développement » ont été d’autres conséquences importantes de cette politique. Comme en attestent des travaux récents1, le rôle de la BNDES dans ce processus a été fondamental. Il ne s’est pas simplement traduit par des crédits, mais a également consisté en une participation par action directe de la banque publique dans ces entreprises, à travers sa filiale, la Société par actions de gestion des participations détenues par la BNDES – BNDESPAR (Garcia 2012).

2La société d’exploitation minière Vale S.A. est l’une des entreprises ayant le plus bénéficié de cette aide, étant très directement contrôlée par le gouvernement brésilien. Elle totalise les plus gros bénéfices dans le pays et se situe au troisième rang des plus grandes sociétés minières au monde (Gianini 2012). Outre la présence de la BNDES parmi ses actionnaires, on compte également celle de fonds de pension d’entreprises publiques, comme la Previ (caisse de prévoyance des fonctionnaires du Banco do Brasil), ce qui implique une large intervention de l’État dans son administration. La Vale était une entreprise publique jusqu’en 1997, date de sa privatisation qui s’est faite en dépit des protestations, des mouvements sociaux et des critiques d’une partie de l’opinion publique. Depuis, la société est passée par des périodes de nette croissance, suivies de moments de contraction dus à la fragilité du marché mondial des matières premières (son principal produit d’exportation est le minerai de fer). Toutefois, ses projets au Brésil – parce qu’ils sont les plus anciens et les plus stables – se sont intensifiés et développés. À tel point qu’en 2010, la BNDES lui a accordé un prêt de 7 milliards de reais (environ 3,2 milliards de dollars US au taux de 2014) pour lui permettre de doubler l’une de ses voies ferrées et d’agrandir son terminal portuaire à São Luís, dans l’État du Maranhão. C’était à l’époque le prêt le plus important de l’histoire accordé par la banque à une entreprise (Machado 2010).

3Malgré ses activités dans plusieurs États du pays et dans de nombreuses branches (minerais pour fertilisants dans le Nordeste, projets d’hydroélectricité comme l’usine de Belo Monte au milieu de la forêt amazonienne, etc.), l’entreprise se concentre sur l’exploitation du minerai de fer dans l’État de Minas Gerais, dans la région Sud-Est et dans l’État du Pará, au Nord. C’est dans ce dernier que se trouve la montagne de Carajás qui devrait devenir la principale zone d’exploitation minière dans les années à venir. D’après les recherches menées à partir des années 1980 (Gistelinck 1988) et jusqu’à une période récente (Gazoni & Mota 2010), c’est également dans cette région, l’Amazonie orientale (qui, outre l’État du Pará, inclut aussi celui du Maranhão), que l’exploitation minière a eu le plus d’impacts et a été la plus nuisible pour l’environnement et les populations locales. Dès le début de ses activités (dans les années 1980), l’entreprise a connu un nombre croissant de conflits mais a toujours pris soin, du moins dans son discours, de se montrer « impliquée dans le développement de la région » et, donc, d’atténuer la critique sociale à son encontre. Dans cette perspective, surtout après sa privatisation et sa forte croissance des années 2000, elle a amplifié ses « actions sociales » et ses « relations publiques » avec les municipalités, non seulement dans ses zones d’exploitation minière mais également dans celles situées le long de son réseau ferroviaire comme, par exemple, la voie ferrée Carajás (Estrada de Ferro Carajás) qui s’étend sur 890 km du sud-est de l’État du Pará jusqu’à São Luís (Maranhão) où le minerai de fer est chargé sur des navires pour être exporté. C’est l’influence exercée par l’entreprise auprès des municipalités où passe cette voie ferrée qui est analysée dans cet article, sur la base de trois études de cas.

Figure 1 - Carte de la voie ferrée Carajás (Estrada de Ferro Carajás – EFC)

Figure 1 - Carte de la voie ferrée Carajás (Estrada de Ferro Carajás – EFC)

Source : Base de données et cartes ferroviaires, ministère des Transports (Banco de Informações e Mapas
Ferroviários,Ministério dos Transportes).http://www2.transportes.gov.br/​bit/​03-ferro/​mapas-ferro.html (consulté le 28 juillet 2013)

  • 2 Cet article est le résultat d’une recherche de mestrado développée à l’IPPUR-UFRJ. Voir Pantoja (20 (...)

4Outre la création d’un Département de relations avec les communautés des populations locales, chargé de « faire le lien » avec vingt-cinq municipalités, des centaines de communautés traditionnelles et des populations indigènes vivant le long de l’axe ferroviaire, la Vale a considérablement augmenté son « investissement social » dans la région en restructurant la Fondation Vale qui constitue son « bras social ». Nous tenterons ici de mettre en évidence ses différents mécanismes et ses modes de fonctionnement à partir de ses « actions sociales » et non de ses seules activités économiques directes. La Vale est donc prise dans cette étude comme l’exemple d’un nouveau modèle d’influence et d’action entrepreneuriale dans la société brésilienne contemporaine, ne se limitant pas au champ de sa responsabilité sociale mais s’appropriant également divers mécanismes politiques et, surtout, des ressources publiques pour mener à bien une « politique d’entreprise » dans la région dans laquelle elle est implantée2.

Extension des activités de l’entreprise : les débordements de l’action entrepreneuriale

  • 3 Une des principales « situations de crise » pour l’entreprise est le blocage du trafic ferroviaire, (...)

5La Fondation Vale a été créée en 1968 pour venir en aide aux employés de l’entreprise (surtout dans les domaines du logement et du crédit). Dès 1998, l’année qui a suivi celle de la privatisation de la Vale, la fondation a cherché, grâce à ses « projets sociaux », à devenir le « maillon » obligé entre l’entreprise et les régions dans lesquelles cette dernière opère. Elle concentre ainsi les activités de l’entrepreneur minéralier dans le domaine du « social » par le biais de sa relation avec les acteurs non commerciaux (stakeholders). Grâce à son Département des relations avec les communautés, qui représente directement la Vale auprès des instances politiques locales et se charge des négociations en cas de crise ou de conflit social (dans la mesure où les activités de l’entreprise risquent d’en pâtir3), la Fondation procède à une série de diagnostics et de projets. Elle les met en œuvre avec différents degrés d’engagement et divers statuts dans la totalité des vingt-cinq municipalités de la voie ferrée Carajás.

6L’accroissement du volume des ventes et la volonté d’étendre l’infrastructure extractrice et logistique ont poussé la Vale, ces dernières années, à augmenter ses « investissements sociaux », principal mécanisme de relation avec les municipalités que traverse sa ligne de chemin de fer. De plus, selon ses propres termes, la Fondation Vale s’est « professionnalisée » dans le domaine de la responsabilité sociale. En effet, à en croire son président (de l’époque), Roger Agnelli, cette activité joue un rôle « stratégique » dans les affaires de l’entreprise :

La responsabilité sociale pour la société Vale do Rio Doce est une question stratégique. Parce que vous ne gardez pas une entreprise de ressources naturelles très longtemps si vous êtes mal accepté par la communauté, si vous n’êtes pas bien perçu et si vous n’influez pas de manière déterminante sur le destin de la communauté dans laquelle vous vous trouvez [...]. (Pillar 2006, 47 apud. Kirschner 2009, 114)

7Le « champ » d’action de l’entreprise s’est ainsi considérablement étendu. Il touche non seulement les personnes qui subissent les impacts de ses activités mais aussi celles qui vivent près de sa voie ferrée, ou qui ont migré dans la région dans l’espoir (généralement vain) de trouver un emploi dans le domaine d’activités de la Vale. L’entreprise et sa fondation en viennent à interférer directement avec la vie de tous les « bénéficiaires » (par opposition à ceux qui détiennent des droits caractéristiques d’un régime républicain basé sur la citoyenneté) de leurs projets sociaux tout en parvenant à conjuguer leurs intérêts et leur vision de la société avec les politiques publiques de nombreuses municipalités.

8La Fondation Vale prend en charge la planification des actions sociales de l’entreprise mais toutes ses actions et ses programmes sont exécutés par des ONG et les cabinets de conseil qu’elle contracte. Ces derniers assurent l’articulation entre les pouvoirs publics, l’ONG (ou la société retenue) et la Vale elle-même. Les programmes sont élaborés par les institutions « partenaires » mais leur attribution se fait en fonction des études et analyses de l’entreprise.

9Même si l’action de la Vale dépasse de toute façon le cadre des frontières municipales, la relation avec les municipalités est centrale pour le développement de ses projets, y compris d’un point de vue productif. C’est dans les municipalités que sont passés les accords pour la mise en œuvre de chantiers de construction, l’embauche de personnels, etc. Et c’est dans ces localités que l’on est en train de doubler la voie ferrée Carajás (EFC) sur plus de 600 km, reliant ainsi les cinquante-six sites de manœuvre de l’EFC. Grâce à ces travaux, le volume de la charge transportée (et exportée) sera plus que doublé, passant de 100 à 230 millions de tonnes/an. Il s’agit donc d’un projet stratégique pour l’entreprise qui a investi, comme mentionné plus haut, environ 7 milliards de reais (3,2 milliards de dollars US valeur 2014) jusqu’en 2015. Par ailleurs, c’est dans les villes que les effets de la voie ferrée se font le plus sentir au quotidien pour la population, que ce soit à travers le commerce local ou les flux migratoires liés à la circulation des trains de passagers, ou à cause des nombreux accidents (notamment collisions) que génère la ligne.

  • 4 Organisme qui dépend du ministère de l’Environnement.
  • 5 Voir les reportages disponibles sur : http://www.estadao.com.br/noticias/economia,ibama-multa-vale- (...)

10En se positionnant ainsi comme celle qui aurait la mission de promouvoir un « développement » dans ces localités, aussi bien sur la base de ses activités productives (économiques) que de son « action sociale », la Vale et, du coup, sa Fondation cherchent à diffuser des valeurs qui seraient le moteur de ce « développement humain et économique ». Ainsi en va-t-il de la « stimulation des atouts productifs locaux » ou du « soutien à la gestion publique », pour ne citer que deux exemples de domaines d’action de la Fondation. Ces expressions, en soi quelque peu vides de sens, relèvent de la stratégie discursive de l’entreprise qui entend mener à bien « ses » projets sociaux au nom d’une prétendue compétence technique qui lui permettrait de réaliser ses politiques de « développement social ». L’idée consensuelle de « développement » est reprise dans différents documents de l’entreprise. Elle est toujours associée à un mouvement vertueux qui vise à renforcer son action afin de promouvoir un « développement économique », celui-ci entraînant à son tour, grâce aux programmes de la Fondation Vale, un « développement social et humain ». Ce « soutien à la gestion publique » relève cependant de la stratégie de l’entreprise qui, par ailleurs, a cumulé depuis seulement 1997 – date de privatisation de la compagnie – plus de 40 millions de reais (environ 18 millions de dollars US 2014) en pénalités impayées à l’Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables (Instituto Brasileiro do Meio Ambiente e dos Recursos Naturais Renováveis – IBAMA)4. Étaient concernées des pratiques comme l’exploitation illégale de bois, le déclanchement provocation d’incendies dans des zones de conservation environnementale ou le maintien en service de parties de la production potentiellement polluante5.

Tableau 1 - Valeurs spécifiées comme « investissement social » de la Vale (y compris Fondation Vale et parrainages) et bénéfice net de 2005 à 2010, en dollars US 2014 (millions)

2005

2007

2009

2010

Investissements sociaux

69

231

200,9

398,5

Bénéfices nets

4 841

11 825

5 300

17 300

% sur les bénéfices nets

1,42

1,95

3,79

2,3

Source : Rapports annuels de durabilité, CVRD (Vale).

L’entreprise et ses instruments de planification

11En 2010, le Maranhão était l’État qui avait reçu le plus d’investissements directs de la Fondation dans le domaine du « soutien à la gestion publique » pour la réalisation de projets divers en lien avec des politiques publiques en matière, entre autres, d’éducation et de santé. Les sommes allouées se chiffraient à 8 millions de reais (3,6 millions de dollars US 2014). Ces investissements avaient été définis sur la base d’instruments de planification de la Fondation, comme le Diagnostic socioéconomique de la voie ferrée Carajás (Diagnóstico socioeconômico da Estrada de Ferro Carajás) et le Plan de gestion intégrée en socio-économie (Plano de Gestão Integrada em Socioeconomia – PGIS).

12Le diagnostic consiste en une vaste collecte de données sur les municipalités et leur population menée par une équipe technique pluridisciplinaire. Il établit également une cartographie des situations présentant tout type de « risque » face au développement des affaires de l’entreprise le long de la voie ferrée. Dans ce contexte, ce que l’on appelle les « conflits de cohabitation », expression qu’emploie l’entreprise pour désigner tout agent susceptible de dénoncer publiquement ses agissements, constituent un élément central du discours de la planification entrepreneuriale de « gestion intégrée en socio-économie ». En plus des informations urbanistiques, des données sociales et économiques, ce diagnostic vise aussi à collecter, afin de les définir, des informations sur la façon dont les associations fonctionnent dans les différentes municipalités.

13Dans un document publié par la Fondation, le diagnostic est présenté à partir de trois objectifs précis : améliorer la compréhension du territoire, orienter la planification et les actions de la Fondation Vale et de ses partenaires (pouvoirs publics et acteurs sociaux), partager la connaissance même si elle n’est pas accessible, pas même aux chercheurs. Toujours selon ce document :

Le diagnostic socioéconomique remplit une fonction tout à fait pratique. C’est grâce à lui que le Plan de gestion intégrée en socio-économie (PGIS) sera efficace et répondra aux nécessités réelles des gens. C’est sur la base des données collectées au cours de notre recherche que nous pouvons comprendre, par exemple, qu’une municipalité prévoit une croissance rapide de sa population. Partant de là, en partenariat avec les pouvoirs publics et la société, nous soutenons la planification de travaux d’infrastructure et le développement des services afin d’anticiper les difficultés à venir. En travaillant côte à côte avec la mairie, nous pouvons concevoir les projets qui permettront à la région de recevoir l’argent du Programme d’accélération de la croissance (PAC) pour répondre aux nécessités relevées. (Fundação Vale 2009, 17)

14À partir du diagnostic effectué par la Fondation et les cabinets de conseil retenus, et au vu des informations collectées dans les municipalités, un Plan de gestion intégrée en socio-économie (PGIS) a été élaboré :

Il indique des voies pour travailler sur le développement du territoire sur la base des résultats du diagnostic socioéconomique. Le PGIS oriente l’élaboration de projets exécutifs qui permettent au gouvernement local de remplir les conditions pour recevoir les aides du gouvernement fédéral en vue d’améliorer son infrastructure, la santé et l’éducation. La planification est très importante. (Fundação Vale 2009, 120)

15Pour reprendre les termes de la Fondation, le PGIS est le document « structurant » de ses actions, et il est appliqué par le biais des actions sociales. La stratégie générale du Plan est de « positionner la Vale comme une entreprise impliquée dans le développement durable dans les territoires où elle opère » en vue de « respecter le rôle des pouvoirs publics locaux et d’agir en partenariat pour le bien du développement territorial ».

Politique sans politisation

  • 6 Au Brésil, la Casa Civil est l’organe gouvernemental qui dépend du chef du pouvoir exécutif dont le (...)
  • 7 Principal projet d’infrastructure du pays qui, dans sa première phase, entre 2007 et 2010, a invest (...)

16En 2009, des représentants de la Fondation Vale auraient participé à une audience avec la ministre de la Casa Civil6, à l’époque Dilma Rousseff, lors de laquelle ils auraient sollicité la garantie d’inclure les municipalités situées le long de la voie ferrée Carajás dans les investissements du PAC (Plan d’accélération de la croissance) du gouvernement fédéral7. Dans un entretien, une analyste de la Fondation Vale explique que plusieurs des municipalités concernées ne pouvaient recevoir les financements du programme parce qu’elles ne répondaient pas aux critères démographiques minimaux (au moins 50 000 habitants). Cependant, cette audience aurait permis de garantir leur inclusion à titre exceptionnel, dans la mesure où elles subissaient les impacts d’un grand projet, en l’occurrence, la voie ferrée. Avec cette concession, à compter de ce moment-là et jusqu’en 2010, la Fondation Vale a financé l’élaboration de dix projets d’assainissement et d’infrastructure dans l’État du Maranhão, pour un coût de 564 000 reais mais permettant de capter plus de 131 millions de reais provenant de ressources fédérales (Fundação Vale 2011).

17Ce type d’action est facilité par le déséquilibre des forces et la faible capacité d’autonomie des petites municipalités (beaucoup ayant été créées depuis peu), dont l’économie repose principalement sur des transferts constitutionnels fédéraux. Au Brésil, depuis les années 1980, après la fin de la dictature militaire, les municipalités ont vu augmenter leurs responsabilités en matière de politiques publiques dans un processus de décentralisation administrative devenue effective avec la Constitution fédérale de 1988. Cependant, cette décentralisation ne s’est pas accompagnée d’une augmentation de leur capacité exécutive dans la mesure où le gouvernement fédéral a peu à peu recommencé à concentrer les fonds de mise en œuvre, et rendu difficile l’accès aux financements par leur bureaucratisation :

La décentralisation exige des gouvernements locaux qu’ils développent la capacité de générer des ressources, développer des plans rentables et améliorer la qualité et la disponibilité des services publics locaux. Ainsi, au Brésil, à mesure que les villes gagnent en pouvoir grâce au processus de décentralisation, la tendance est à une collaboration plus étroite des gouvernements municipaux avec les industries implantées dans leurs communautés. (Griesse 2007, 33)

  • 8 À l’époque, le gouvernement de l’État était représenté par le secrétaire de la Planification, qui é (...)

18Pour renforcer l’action des municipalités et accroître leur visibilité, la Fondation Vale a proposé de rédiger une Lettre d’intention pour le développement des municipalités de la voie ferrée Carajás dans le Maranhão. Elle a été signée le 9 juillet 2009 par douze des maires concernés. Dans le document, la Fondation, l’entreprise, les mairies et le gouvernement de l’État du Maranhão se disent « engagés » dans la construction d’un « modèle structurant de développement », dans une « action intégrée, au-dessus des partis et intersectorielle » qui vise à corroborer les axes d’activités du PGIS (également cités dans la lettre). De futurs Accords de coopération sont aussi présentés8. Cet effort a été précédé durant les mois antérieurs, d’une série de visites aux maires de l’État au cours desquelles le directeur-président de la Fondation a tenté d’identifier les priorités d’investissements définies par les municipalités afin de débloquer, ou non, les ressources de la Fondation et, grâce à celles-ci, les ressources fédérales déjà mentionnées (Fundação Vale 2009).

19La sélection des municipalités dans lesquelles les études de cas présentées ici ont été effectuées repose sur un découpage établi à partir de caractéristiques socioéconomiques et de différents modèles de relation avec la Vale et son chemin de fer, sur la base de l’histoire récente de la région. L’idée était de choisir des municipalités qui variaient selon leur population, leur localisation (zones plus ou moins proches de la voie ferrée) ainsi que leur profil et leurs caractéristiques socioéconomiques. Comme l’objectif est de comprendre le mode opératoire de l’entreprise et de sa Fondation, nous avons opté pour des municipalités qui concentrent les projets sociaux de la Vale et délimité la recherche de façon à analyser les raisons pour lesquelles il y a concentration d’actions dans des lieux déterminés ou, encore, pour comprendre ce qui favorise (ou rend difficile) la mise en œuvre de celles-ci dans une localité donnée. En conséquence, la recherche de terrain a été effectuée à Açailândia, Alto Alegre do Pindaré et Arari, dont les caractéristiques principales sont indiquées dans le tableau ci-dessous :

Tableau 2 - Date de création, superficie, localisation, nombre de projets de la Fondation Vale. Indice de développement humain (IDH), population (1991, 2000, 2010) et produit intérieur brut (PIB) par habitant des municipalités analysées.

Date de création

Superficie de la municipalité (km2)

Localisation sur l’EFC (en km) (*)

Nombre de projets de la Fondation Vale

IDH

Population (1991)

Population (2000)

Population (2010)

PIB par habitant en reais (2008)

Açailândia

1981

5 806,3

475

8

0,666

63 626

88 320

104 113

17 621,52

Alto Alegre do Pindaré

1997

1 932,3

286

7

0,542

25 726

30 177

31 028

4 068,29

Arari

1864

1 100,3

128

8

0,617

24 826

26 366

28 477

1 222,31

(*) au départ de São Luís-MA.

Source : Institut brésilien de géographie et statistiques (IBGE) et Fundação Vale (2010)

Le cas d’Açailândia

  • 9 Créé par décret en 1980, le PGC couvrait une superficie d’environ 900 000 km2 (c’est-à-dire trois f (...)

20Açailândia résume en quelque sorte l’histoire des projets de développement lancés par le gouvernement militaire dans l’Amazonie brésilienne. Le noyau de la municipalité apparaît dans les années 1960 avec les travaux de construction de la route fédérale BR-010 (route Belém-Brasília) qui relie la capitale fédérale (alors récente) à la principale ville de la région nord, à environ 2 000  km de distance. Depuis, Açailândia a connu plusieurs « bonds » de croissance économique et urbaine, notamment lorsque s’installe l’industrie d’exploitation du bois et des scieries, puis lors de la consolidation du pôle sidérurgique (production de fonte brute) avec l’implantation du Programme Grand Carajás (PGC)9.

  • 10 La noix de coco babaçu (Orbignya phalerata) est le fruit oléagineux d’une espèce de palmier très ab (...)

21Différents conflits sociaux y ont alors vu le jour à cause de désaccords liés à l’appropriation des ressources naturelles de la région. La Vale, propriétaire de plusieurs hauts fourneaux dans la municipalité depuis les années 1980, est au cœur de ces litiges, opposée à de nombreuses communautés traditionnelles et populations urbaines appauvries qui y vivent et luttent pour l’appropriation collective des ressources naturelles existantes comme, par exemple, l’agriculture ou la cueillette de la noix de coco babaçu10. Par ailleurs, l’entreprise a pris en charge une grande partie de l’urbanisation des villes, construisant non seulement des trottoirs, des réseaux d’assainissement ou des chaussées mais aussi promouvant un certain niveau d’urbanisme (surtout dans les quartiers construits pour loger ses employés). Par la suite, cependant, elle a également été impliquée dans l’émergence de problèmes caractéristiques des zones urbaines, comme la pollution, les dommages environnementaux et la marginalité sociale, processus qui ont contribué à augmenter la pauvreté urbaine.

22Les relations de l’entreprise et de sa Fondation avec les municipalités passent par une série de financements ponctuels, comme des donations pour le Fonds de l’enfance et de l’adolescence (Fundo da Infância e Adolescência – FIA) ou pour la construction d’un gymnase polyvalent (en partenariat avec la mairie). Récemment, toutefois, la Fondation Vale à Açailândia s’est recentrée sur le financement de ses propres projets (comme Action éducation) ou sur la captation de fonds fédéraux pour la municipalité. Dans ce dernier cas, la Fondation contracte des professionnels pour concevoir des programmes dans les domaines de l’éducation et de l’assainissement de base, par exemple, et assume ainsi des fonctions importantes dans l’administration publique.

23Ces négociations entre l’entreprise et les pouvoirs publics se font par le biais de relations politiques personnalisées. Ainsi, à l’époque de l’enquête, l’homme fort de la Vale à la mairie s’est trouvé être le secrétaire de l’Environnement de la municipalité. Ancien employé de l’entreprise où il a travaillé plus de vingt ans, il était le gérant de l’une des principales sociétés de location de véhicules pour la Vale. Pendant un entretien, il a souligné que l’entreprise est un grand partenaire de la mairie et a fait plusieurs fois l’éloge de son action dans la municipalité ainsi que de l’importance de ses activités de production pour l’économie locale. Cependant, tout comme le maire dans ses discours, il affirme que c’est peu pour les vingt-cinq ans et plus d’activité de l’entreprise dans la région et cite une série de revendications auxquelles la Fondation pourrait répondre comme elle l’a fait dans d’autres localités :

C’est pour ça que je vous dis qu’elle est timide [la participation de l’entreprise]. Sur vingt-six ans, la participation est timide. Laissez-moi vous donner un exemple : à Parauapebas [ville où est située la mine de la Vale, au sud-est de l’État du Pará], ils ont déjà une décharge qui fonctionne avec la participation de la Vale. Tout le goudronnage de la ville, tout le réseau d’évacuation des eaux, se sont faits avec la participation de la Vale. Prenez Marabá [ville voisine de Parauapebas] : une bonne partie du pavage et du goudronnage a été faite. Pourquoi ? Parce que la Vale a participé. Et là, on parle de millions et de millions, et ici, on reçoit très peu [...] il faudrait que ça arrive plus souvent. (Entretien avec le secrétaire municipal de l’Environnement d’Açailândia – MA)

24Toutefois, des groupes de pression comme ceux qui sont à l’origine de la campagne Justice sur les rails (Justiça nos Trilhos), critiquent frontalement les actions de la Vale dans la région du Pará et du Maranhão. Pour Dário Bossi, l’un des coordinateurs de cette campagne, l’entreprise recourt à une « politique d’image » avec laquelle elle fait naître chez les jeunes le rêve d’y travailler un jour. Cependant, vu la faible qualification de ces derniers et le haut niveau de spécialisation requis (en plus de l’expérience exigée), ce rêve ne se réalise jamais :

En réalité, on n’a jamais vu d’investissement continu, je pense que c’est important de révéler ça. Autrement dit, il y a eu des événements, des financements ponctuels, des opérations précises qui peuvent être intéressantes parce qu’elles font du bruit et facilitent la visibilité de la Vale, mais il manque un accompagnement permanent. Ce type de projets n’a pas beaucoup d’avenir s’il est mené de cette manière. Je connais même des cas d’autres municipalités dans lesquelles ça a fonctionné comme tactique de chantage de la part de la Vale, dans la mesure où elle choisit de financer des projets dans les municipalités qui connaissent les conflits les plus importants. Entre-temps, avec ces financements, elle gagne naturellement la sympathie et le soutien des dirigeants locaux, mais elle laisse implicitement planer la menace d’interrompre le financement à tout moment si on recommence à critiquer ses activités. (Entretien avec le père Dário Bossi, coordinateur de la campagne Justice sur les rails.)

25C’est peut-être pour garantir une plus grande pérennité à ses actions dans les municipalités (ou obtenir un meilleur résultat avec un moindre investissement…) que la Fondation Vale cherche à accroître son influence sur les politiques publiques municipales. Elle tente en particulier de former les fonctionnaires sur la base de ses valeurs et de ses modèles de gestion, comme dans le cas du programme Action éducation.

  • 11 Le Mouvement Tous pour l’éducation rassemble des groupes de la sphère privée qui se mobilisent auto (...)

26Ce projet de la Fondation Vale est exécuté par une ONG basée à São Paulo (le Centre d’actions communautaires – CEDAC) liée à la famille de l’ancien président Fernando Henrique Cardoso. Il vise les gestionnaires publics dans le domaine de l’éducation, en particulier les directeurs d’école et les fonctionnaires des secrétariats municipaux de l’Éducation. Le programme se propose de suivre et d’évaluer l’application des directives du Plan d’actions articulées (Plano de Ações Articuladas – PAR) du ministère de l’Éducation. Pour cela, ces gestionnaires sont réunis en « communautés » avec des fonctionnaires d’autres municipalités afin d’échanger leurs expériences et de comparer les statistiques des réseaux municipaux. Les directives d’action font, quant à elles, partie d’une initiative d’organisations de la société civile et d’une série de groupes entrepreneuriaux, dénommée Mouvement Tous pour l’éducation (Movimento Todos pela Educação), qui a réussi à transformer ses orientations en décret présidentiel en 200711. La mise en œuvre de ces directives est la condition sine qua non pour que les municipalités aient accès à des fonds complémentaires et à de petits projets ministériels.

27Ainsi, le programme Action éducation touche-t-il les 90 écoles et les 23 000 élèves du réseau municipal d’Açailândia engagé dans un objectif « de modernisation », extrêmement focalisé sur des aspects de gestion. La logique de l’efficacité et de l’importance de l’action individuelle, chacun « faisant sa part », imprègne le discours des coordinatrices du programme. Enseignantes du réseau, elles ont rejoint l’équipe du secrétariat et sont désormais « consultantes » de l’ONG qui applique le programme ; elles sont aussi habilitées à qualifier les professeurs et fonctionnaires d’autres secrétariats municipaux d’Éducation de la région. Le CEDAC a déjà été contacté par d’autres municipalités du Maranhão pour des programmes ponctuels en plus de ceux financés par la Fondation Vale. Ainsi, la logique d’action de la Fondation et de l’entreprise, relayée par une ONG, se perpétue dans la formation des responsables de la politique d’éducation municipale qui récoltent ainsi les fruits des résultats des professeurs. La relation entre le secrétariat de l’Éducation et les écoles se définit alors en termes de surveillance et est axée sur l’accomplissement des stricts objectifs assignés à chaque unité.

Le cas d’Alto Alegre do Pindaré

28Sur le territoire de la municipalité d’Alto Alegre, on trouve quatre des quinze gares de passagers desservies par la voie ferrée Carajás. Les trois quarts de la population (31 000 habitants) vivent en zone rurale (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística 2010). Les relations entre le siège de la municipalité et les dizaines de localités secondaires dépendent de la voie ferrée qui les relie (et en même temps les sépare) et, aussi et de plus en plus, de la route parallèle construite par la Vale pour la maintenance de son axe ferroviaire. Cet axe n’est pas goudronné mais, à cause des constantes revendications, des manifestations et des protestations des habitants et, compte tenu de la nécessité pour les populations locales de se déplacer vers le centre, la mairie a bitumé un tronçon reliant le siège municipal à la localité d’Altamira, en passant par six autres communautés, sur une distance d’environ 22 km. Actuellement, une de ces villes, Auzilândia, qui compte environ 8 000 habitants (d’après les estimations de la mairie d’Alto Alegre) cherche à se constituer en municipalité à cause de sa croissance démographique récente et de la possibilité de consolider le groupe politique qui est aujourd’hui dans l’opposition face au gouvernement municipal.

29La Vale s’inscrit fortement dans la vie quotidienne : les habitants sont confrontés tous les jours au passage de plus de vingt trains de l’entreprise, chacun faisant près de 3,5 km de longueur. L’importance de ce trafic explique le grand nombre d’accidents dont les riverains disent qu’ils sont fréquents. L’exposition à des risques découlant des opérations de l’entreprise et les constantes revendications et critiques qui lui sont faites par des militants pour les droits humains sont perçues par la Vale comme des « conflits de cohabitation » et pourraient présenter, de son point de vue, un risque pour ses opérations.

Tableau 3. Nombre d’accidents sur l’EFC, blessures graves ou décès inclus (de 2006 à 2010)

2006

2007

2008

2009

2010

Nombre d’accidents

62

40

48

34

34

Accidents avec blessures graves ou décès

20

12

4

11

7

Source : Rapports annuels de l’Agence nationale des transports terrestres (ANTT)

Tableau 4. Moyenne annuelle des accidents sur l’EFC, blessures graves ou décès inclus (de 2006 à 2010)

Moyenne annuelle des accidents durant cette période

43,6

Moyenne annuelle d’accidents avec blessures graves ou décès

10,8

Source : Rapports annuels de l’Agence nationale des transports terrestres (ANTT)

30C’est pour cette raison que les différents gestionnaires publics interrogés voient dans l’intensification de l’action de la Fondation une espèce de palliatif des opérations de l’entreprise. Jusqu’en 2011, sept projets étaient en cours dans la municipalité, les programmes les plus développés étant centrés sur l’éducation (en partenariat avec la gestion publique comme à Açailândia) et la « défense des droits », comme le programme Nouvelles alliances (Novas Alianças).

31Ce dernier est un projet d’intervention plus directe sur la société civile locale. On y offre des cours et un soutien (par le biais d’une ONG sous contrat avec la Fondation) pour l’institutionnalisation de « conseils juridiques », en particulier le Conseil municipal des droits de l’enfant et de l’adolescent (Conselho Municipal dos Direitos da Criança e do Adolescente – CMDCA) et le Conseil des tutelles. Le but, en principe, serait de renforcer et permettre, là où elle fait défaut, l’influence de la société civile locale organisée sur le budget public pour ce qui touche à l’enfance et à l’adolescence. À Alto Alegre do Pindaré, cependant, le Conseil municipal a pratiquement été créé par la Fondation Vale, dans la mesure où ce n’est que depuis la mise en place du programme Nouvelles alliances qu’il existe formellement. La présidente du CMDCA d’Alto Alegre do Pindaré, également secrétaire municipale de la Culture, explique que le programme a procédé à une sorte de « restructuration » du Conseil qu’elle préside. En effet, en 2010, des études auraient été lancées, la rédaction de comptes rendus systématisée et les questions de l’enfance et de l’adolescence mises au premier plan. La même année, la Vale a fait une donation au Conseil tutélaire et au Fonds de l’enfance et de l’adolescence (Fundo da Infância e da Adolescência – FIA), et a « effectué un suivi des dépenses » (en accord avec la présidente du CMDCA). En outre, plusieurs petits financements pour des événements et projets dans la municipalité ont été accordés au CMDCA directement par l’entreprise : « Ils ont dit que c’était pour que la municipalité envoie jusqu’à trois projets à la Vale et, maintenant, ils m’ont dit que ça pouvait aller jusqu’à dix, mais je n’ai que jusqu’à après-demain pour les envoyer » (Entretien avec la présidente du CMDCA d’Alto Alegre do Pindaré).

  • 12 D’après les informations données sur le site : http://www.justicanostrilhos.org/nota/792, du 02/09/ (...)

32Dernièrement, le financement d’actions semblables et la promotion d’événements par l’entreprise sont devenus chose courante dans la municipalité. Il est intéressant de souligner qu’en même temps, la Vale S.A. a fait l’objet d’une action civile publique (Ação Civil Pública) du Ministère public de l’État du Maranhão, pour n’avoir pas respecté le Statut de l’enfant et de l’adolescent (Estatuto da Criança e do Adolescente – ECA) dans le cadre de ces projets. En effet, les Conseils de tutelle reçoivent fréquemment des jeunes qui voyagent seuls dans les trains de passagers ou même de marchandise de l’entreprise, ce qui est interdit12. Ce phénomène relève de ce qui est déjà connu sous le nom des « enfants du train » (Meninos do Trem) dans plusieurs municipalités de la voie ferrée, comme à Açailândia, où il existe même une Maison relais (Casa de Passagem) qui accueille les mineurs pour une courte durée, jusqu’à ce qu’ils soient reconduits chez eux. Après avoir été condamnée à une amende de 40 mille reais, l’entreprise a été à nouveau condamnée pour un montant de 20 mille reais pour chaque enfant ou adolescent présenté devant les Conseils de tutelle d’Alto Alegre do Pindaré et de Santa Luzia (municipalité voisine d’Alto Alegre).

33Que l’entreprise finance des projets dans le domaine de l’enfance et de l’adolescence dans la localité même où une action en justice est intentée contre elle pour des questions du même ordre n’est pas une contradiction, mais révèle plutôt l’ambigüité (inexorable) de sa présence dans cette localité. La Vale cherche précisément à renverser l’image que les agents publics ont de sa relation avec les problèmes de l’enfance et de l’adolescence. Le programme Nouvelles alliances a une incidence directe sur les acteurs sociaux de la sphère publique des municipalités, ceux-là mêmes qui, pour la plupart, participent déjà aux discussions politiques locales et, souvent, se mobilisent pour des questions de droits. Ainsi, en finançant des cours à des conseillers juridiques ou de tutelle, l’entreprise cherche à réorienter l’attention vers un domaine le plus restreint possible de ses activités. Autrement dit, vers les Conseils et l’institutionnalisation de son fonctionnement, et non vers les relations éventuelles et chaînes de responsabilité que l’entreprise pourrait avoir vis-à-vis des problèmes sociaux qui touchent enfants et adolescents de la municipalité. La démarche passe donc par une redéfinition de l’idée que l’opinion publique locale se fait de cette thématique, de manière à ce qu’elle colle aux actions de l’entreprise pour cette tranche d’âge.

Le cas d’Arari

34La troisième municipalité dans laquelle a été effectuée la recherche de terrain sur les actions de la Vale et de sa Fondation dans l’État du Maranhão est Arari, située à 165 km de São Luís. Contrairement à Açailândia et Alto Alegre, Arari n’a pas connu de conflits avec l’entreprise et il n’y a pas de rapport entre la croissance de la ville et les activités de la Vale. Néanmoins, huit projets de la Fondation y étaient en cours en 2011, autant qu’à Açailândia par exemple. Même si l’objectif de cette recherche n’est pas d’expliquer les raisons de l’investissement de l’entreprise dans chaque lieu, de nombreux éléments indiquent une forte relation politique entre la Vale, le gouvernement de l’État et la mairie d’Arari.

  • 13 Roseana Sarney est la fille de l’ancien président de la République et ancien gouverneur de l’État, (...)

35La gouverneur de l’État, Roseana Sarney13, était présente au lancement de l’un des projets de l’entreprise dans la municipalité. De plus, le maire de l’époque, Leão Santos, était alors également président d’un consortium inter-municipal qui réunissait 21 municipalités de l’État, ce qui faisait de lui un dirigeant politique important dans la région. Face à une telle situation, la Fondation Vale et l’entreprise ont fortement investi dans la municipalité. Leurs projets sociaux, en plus des programmes d’éducation déjà mentionnés, recouvrent également les programmes Nouvelles alliances (qui fonctionne dans le cadre des Conseils municipaux de l’enfance et de l’adolescence), Action santé (Ação Saúde) et Station connaissances (Estação Conhecimento), le projet le plus avancé de la Fondation, aussi bien parce qu’il regroupe ses différentes activités en un seul lieu et répond à plusieurs publics-cibles que parce qu’il mobilise plus explicitement les ressources publiques pour son application.

  • 14 Disponibilité des ressources du Pacte pour la réduction de la mortalité infantile Nordeste-Amazonie (...)
  • 15 Selon le ministère de la Santé, il s’agit d’une « stratégie de réorientation du modèle d’assistance (...)

36Arari a été la municipalité pionnière du programme Action santé qui s’efforce d’être, selon la Fondation Vale, «  une expérience d’articulation entre professionnels de santé et dirigeants locaux […] de façon à promouvoir la planification par des opérations ciblées et une action intégrée des pouvoirs publics et de la société civile autour du thème de la santé ». Ici, la cible est la santé maternelle et infantile qu’il s’agit d’améliorer grâce à des supports audiovisuels, élaborés par des cabinets de conseil retenus par la Fondation Vale ainsi que des situations d’écoute des acteurs prises en charge par l’équipe du programme. D’après nos entretiens avec quelques participants, le domaine de la santé maternelle et infantile n’était pas une priorité pour la population locale qui se souciait plutôt de la population âgée et souffrant de maladies chroniques. Toutefois, la thématique initiale a été conservée à la fois parce que « c’était ce que la Fondation Vale avait à offrir » et du fait de l’existence d’argent fédéral disponible dans ce cadre14. De plus, les participants au programme (des bénévoles) sont en majorité des employés de la mairie qui travaillent déjà dans le domaine de la santé en tant qu’agents communautaires de santé (Agentes Comunitários de Saúde) et agents d’éducation et de santé (Agentes de Educação e Saúde). Ils sont éventuellement mobilisés pour les activités du programme grâce à une dispense de travail. D’après les entretiens, beaucoup des interventions que propose le programme étaient déjà pratiquées couramment dans le cadre de la Stratégie santé famille (Estratégia Saúde Família)15, par exemple, même si le matériel multimédia mis à disposition contribue à améliorer la dynamique des présentations à la population des sujets traités.

37À Arari, le « partenariat social public-privé », qui est la proposition majeure de la Vale et de sa Fondation pour les municipalités dans lesquelles elle opère, a pu compter sur les investissements du secrétariat municipal de la Santé pour employer des professionnels et étendre le réseau d’accueil afin que le programme Action santé soit bien reçu par la population. Cela a ainsi permis une certaine complémentarité, même s’il ne s’agit pas exactement d’un partenariat dans les investissements. Bien que la participation de la « société civile » et son « autonomie » soient citées plusieurs fois durant les entretiens, et même dans la documentation du programme, l’initiative dépend de la politique publique et se sert de ses ressources (depuis celles, financières, du ministère de la Santé jusqu’aux ressources humaines de la municipalité) pour mener à bien l’action proposée par l’entreprise et sa Fondation.

38La forme la plus aboutie de l’intervention de la Fondation Vale auprès des municipalités dans lesquelles elle opère est la Station connaissances – Noyau de développement humain et économique, à travers laquelle elle cherche à réunir des activités culturelles, éducatives, économiques et sportives. Avec un projet semblable à celui déjà en place dans la localité de Tucumã, dans l’État du Pará (région du site minier de Carajás d’où la Vale extrait une partie de son minerai), la Station connaissances d’Arari a été inaugurée en décembre 2010 et comprend une piste d’athlétisme, des salles polyvalentes, un terrain de football et une structure de soutien à la production agricole. Elle devrait abriter une école technique pour enseigner aux jeunes « à développer les atouts de la région » comme la riziculture, l’aviculture et la pisciculture dans une perspective « entrepreneuriale ». Il y aurait déjà, en l’occurrence, un « partenariat social public-privé » en cours suivant la stratégie habituelle de l’entreprise. En effet, pour chaque real investi dans le projet, la BNDES ajoute un real. En outre, il est prévu qu’une quarantaine de fonctionnaires de la mairie (la plupart des professeurs) soient détachés pour enseigner dans la Station.

  • 16 Loi fédérale nº 11.438/06 qui garantit l’exemption de 1 % de l’impôt sur le revenu de la personne j (...)

39Le statut juridique de la Station connaissances est celui d’une Organisation de la société civile d’intérêt public (OSCIP), ce qui lui garantit l’accès à des ressources du Fonds municipal pour l’enfance et l’adolescence ou aux lois d’incitation (Leis de Incentivo), en plus de permettre, du moins en théorie, une participation sociale et un contrôle public vis-à-vis des dépenses (étant donné que l’organe de surveillance est le Ministère public de l’État). Les ressources de la loi d’incitation au sport16, par exemple, sont déjà utilisées et l’objectif de la Fondation est d’y avoir recours dans la totalité des quinze stations prévues (dans une présentation en ligne datée de 2010, la prévision était de trente unités d’ici 2015). Dans le cas d’Arari, la gestion de la Station connaissances a été directement confiée par la Fondation Vale au directeur-général du port de la Vale à São Luís, à partir duquel l’entreprise exporte son minerai. Ce geste montre parfaitement comment la Vale entend gérer son partenariat avec les pouvoirs publics : selon ses méthodes.

Conclusions

40Le but de cet article était de montrer le développement de l’activité entrepreneuriale dans l’espace social grâce aux « actions sociale  » mises en œuvre par la Fondation Vale qui fait partie de la structure de la société minière du même nom. Ces actions sont comprises ici comme des expressions du pouvoir de l’entreprise dans ce qui est défini dans la littérature comme sa « sphère d’influence ». Dans cette perspective, l’entreprise et sa Fondation ont recours à divers mécanismes de liaison avec les différentes sphères de la société. La fluidité de la circulation parmi les sphères gouvernementales s’appuie, par exemple, sur le financement des campagnes électorales. Celle de Roseana Sarney (pour les élections au gouvernement de l’État du Maranhão en 2006), avec près de 565 000 dollars US investis, représentait à l’époque la plus grosse donation de l’entreprise à un candidat aux élections du gouvernement de l’État. Ces financements politiques se conjuguent avec un travail auprès des autorités locales, l’entreprise fonctionnant alors comme un intermédiaire entre la sphère fédérale et les municipalités avec lesquelles elle a des relations. L’inclusion de plusieurs municipalités situées le long de la voie ferrée dans le programme de travaux relevant du Plan d’accélération de la croissance (PAC), à la suite de la réunion entre les représentants de la Fondation Vale et la ministre de la Casa Civil, Dilma Rousseff, en 2009, est en ce sens illustrative. Il en va de même pour l’élaboration de la lettre d’intention pour le développement des municipalités de la voie ferrée Carajás, rédigée et conçue par l’entreprise et signée par douze maires de localités du Maranhão, ce qui montre l’implication de la Vale S.A. et son pouvoir sur la politique locale, ainsi que la relative dépendance de ces municipalités vis-à-vis des ressources de cette dernière.

41C’est à partir de ces mécanismes que se construit le prestige de la Fondation Vale dans la « région de l’EFC », précisément par le biais de son action politique. Sa vision du « partenariat social public-privé » s’élabore ainsi dans la pratique en conjuguant son action gouvernementale (parmi les affaires publiques) avec les projets qu’elle exécute dans les municipalités, grâce à différentes ressources publiques, comme le montre notre recherche.

  • 17 Entretien avec l’agent du programme Nouvelles alliances en décembre 2010.

42L’entreprise tient un discours qui tente de « s’éloigner » de ce que seraient les conflits politiques locaux comme en témoignent des propos tels que : « Je ne sais pas qui est le maire ici, peu importe… ici la politique est très compliquée. Ça n’a rien à voir avec la politique. Nous voulons travailler à des améliorations dans le domaine de l’enfance17 ». Malgré tout, son action est très proche de la dynamique politico-électorale dans les différentes sphères. Elle vise à influencer le mode opératoire de l’État, de la société civile locale, ainsi que le marché, tout en promouvant des modes de vie basés sur toute une stratégie d’éducation, de santé et de sport, mise en pratique dans les projets proposés. La production de jeunes consommateurs, de champions de sports individuels de haut niveau suivis jusque dans leur hygiène de santé, illustre l’objectif concret de la Fondation Vale.

43Ce qui se joue sous cette action globale et complexe de la Vale S.A. et de sa Fondation dans les municipalités du Maranhão, ce sont des pratiques de « planification privée sociale » qui recourent à des méthodes caractéristiques de planification : collecte de données, construction d’indicateurs et diagnostics conjugués à un effort d’élaboration de plans d’action (comme le Plan de gestion intégrée en socio-économie – PGIS) allant de pair avec le développement et l’exécution de projets (décrits dans chacun des cas étudiés). Cependant, tout ceci relève d’une initiative privée et est appliqué à la population de différentes municipalités sur la base des politiques publiques municipales dont l’exécution repose donc sur d’abondantes ressources publiques.

44C’est dans le brouillage des frontières du conflit publico-politique autour de la distribution sociale des biens publics que l’on constate les conséquences de cette domination privée et la perte de sens qui en découle de la notion de citoyenneté (concept bien éloigné de l’idée « d’efficacité » qui oriente les actions de la Fondation). Pour suivre Rancière, ce consensus sur la distribution des parts aux diverses parties de la société et sur le régime de compte des parties entraîne la disparition de tout écart entre partie d’un litige et partie de la société, de sorte que, dans le cas analysé, les publics engagés dans les actions sociales se trouvent déjà dans une communauté déterminée, dont on connaît les offres et les demandes et où ne subsistent plus que l’objectivation des problèmes et leur solution par le consensus (Rancière 1995, 143-144).

45Pour la Fondation, la réalité objectivée dans les diagnostics est celle sur laquelle elle a le « devoir » d’agir, suivant la devise de la responsabilité sociale de la Vale S.A. Elle offre alors ses programmes et son « efficacité » aux populations dans le besoin et aux mairies « peu qualifiées ». Il semble que cette asymétrie du pouvoir entre l’entreprise (à travers sa Fondation) et les conditions sociales précaires des municipalités de la région, conforte la domination de la première sur ces dernières, et ne crée pas d’espaces publics de discussion sur les actions (de l’entreprise) et les politiques à adopter. Auparavant, elle aura assujetti les habitants en tant que bénéficiaires d’un système qui n’est pas de droit, mais de transferts, de clientèle (terme de plus en plus courant chez les ONG et prestataires d’assistance sociale).

46L’« action sociale » de l’entreprise dépasse les pratiques (re)connues dans la littérature comme caractéristiques de la responsabilité sociale ou de l’investissement social privé, comme les donations, le soutien de projets sociaux ou l’offre de conditions de bien-être social aux employés. Dans la présente analyse, la Fondation Vale ne se contente pas de trouver des consensus, dans le sens où l’entend Rancière, elle se sert aussi de ressources publiques dans ce but, gouvernant ainsi les populations qui vivent dans des dizaines de municipalités le long de la voie ferrée dans l’État du Maranhão.

47Si la planification socio-territoriale est un processus immédiatement politique, c’est alors que disparaît toute possibilité pour la politique d’exister, du moins si l’on s’en remet à la perspective de Francisco de Oliveira lorsqu’il évoque de façon générale les efforts de classe dans le capitalisme mondialisé pour saper la démocratie et constituer une « domination sans politique » grâce aux instruments économico-financiers et à la dégradation des institutions politiques traditionnelles (Oliveira 2006, 287). Pour Rancière, la présentification à tout instant du peuple, de la population (Rancière 1995, 144), sert à instaurer une identité entre le régime d’opinion et celui de droit, caractéristique d’un système consensuel. On peut entrevoir les effets de cette distinction dans l’imposition constante, par les acteurs privés concernés, du type et du nombre « de personnes impliquées » : quelle sera la population ciblée et quelles parts lui reviennent dans cet ordre policier, non-politique, dans lequel il reste tout juste une distribution de places et de fonctions ? Pourtant, cela ne dément en rien l’existence du conflit, comme nous l’avons exposé ici à plusieurs reprises. Pour ceux qui détiennent le plus grand pouvoir, comme ici la Vale S.A., celui-ci doit être escamoté, géré de manière à ne pas échapper à leur contrôle et, en ce sens, les pratiques de « responsabilité sociale » analysées ici apparaissent de plus en plus larges et globalisantes, traversent les frontières des relations privées et se rapprochent des espaces publics de formulation et de délibération sur les politiques publiques.

Haut de page

Bibliographie

Fundação Vale. 2009. « Apresentação eletrônica – PGI. » Rio de Janeiro, manuscrit.

Fundação Vale. 2010. « Lista de projetos por município e Estado. » Rio de Janeiro, manuscrit.

Fundação Vale. 2011. « Relatório da Fundação Vale e Área de Responsabilidade Social Corporativa para Conselho de Curadores da Fundação e Diretores. » Rio de Janeiro, dépliant.

Garcia, Ana. E. Saggioro. 2012. « A internacionalização de empresas brasileiras durante o governo Lula: uma análise crítica da relação entre capital e Estado no Brasil contemporâneo. » Thèse de doctorat en relations internationales. Rio de Janeiro : Université catholioque de Rio de Janeiro (PUC-RJ).

Gazoni, Jefferson Lorencini & José Aroudo Mota. 2010. « Fatores Político-Econômicos do Desmatamento na Amazônia Oriental. » Sustentabilidade em Debate 1 (1): 25-42.

Gianini, Flávia. 2012. « Vale perde 2º lugar de maior mineradora para Rio Tinto. » IstoÉ Dinheiro, 10 décembre. http://guilhermebarros.istoedinheiro.com.br/2012/12/10/vale-perde-2o-lugar-de-maior-mineradora-para-rio-tinto/ (consulté le 26 juillet 2013).

Gistelinck, Franz. 1988. Carajás: usinas e favelas. São Luis: Minerva.

Glucksmann, André. 1977. Les Maîtres penseurs. Paris : Grasset.

Godeiro, Nazareno. 2007. Vale do Rio Doce: nem tudo o que reluz é ouro – da privatização à luta pela reestatização. São Paulo: Sundermann.

Griesse, Margaret Ann. 2007. « The Geographic, Political, and Economic Context for Corporate Social Responsibility in Brazil. » Journal of Business Ethics 73: 21-37.

Haesbaert, Rogério. 2004. O mito da desterritorialização: do « fim dos territórios » à multiterritorialidade. Rio de Janeiro: Bertrand Brasil.

Hall, Anthony. 1991. Amazônia: desenvolvimento para quem? Desmatamento e conflito social no Programa Grande Carajás. Rio de Janeiro: Jorge Zahar.

Harvey, David. 1996. « Do Gerenciamento ao Empresariamento: a transformação da administração urbana no capitalismo tardio. » Espaço & Debates 39: 48-64.

Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE). 2010. « Censo Demográfico 2010. » Disponível em http://www.ibge.gov.br/home/estatistica/populacao/censo2010/sinopse/default_sinopse.shtm (consulté le 25 février 2014).

Kirschner, Ana Maria. 2009. « Considerações sobre a responsabilidade social das empresas em contextos de desigualdade e exclusão. » Política & Sociedade 8 (15): 99-116.

Machado, Ana Paula. 2010. « Ferrovia de Carajás receberá R$ 7 bi. » Brasil Econômico, 2 mars.

Oliveira, Francisco de. 2006. « A dominação globalizada: estrutura e dinâmica da dominação burguesa no Brasil. » In Neoliberalismo y sectores dominantes tendencias globales e experiências nacionales, dirigé par Eduardo Basualdo & Enrique Arcei, 265-291. Buenos Aires: CLACSO.

Organizações integrantes do I Encontro Internacional dos atingidos pela Vale. 2010. « Dossiê dos impactos e violações da Vale no mundo. » https://atingidospelavale.wordpress.com (consulté le 17 mai 2010).

Pantoja, Igor. 2012. « Planejamento Privado-Social: práticas da CVRD (Vale S.A.) em municípios do Maranhão. » Dissertation de mestrado. Rio de Janeiro : IPPUR – Université fédérale de Rio de Janeiro.

Paoli, Maria Célia. 2002. « Empresas e Responsabilidade social: os enredamentos da cidadania no Brasil. » In Democratizar a Democracia: os caminhos da democracia participativa, dirigé par Boaventura de Souza Santos, 373-418. Rio de Janeiro: Civilização Brasileira.

Pillar, Iara. 2006. « Responsabilidade social empresarial: análise da experiência brasileira a partir de casos selecionados. » mémoire de fin d’études en économie. Rio de Janeiro : Université fédérale de Rio de Janeiro.

Rancière, Jacques. 1995. La Mésentente : politique et philosophie. Paris : Éditions Galilée.

Stourdzé, Yves. 1973. Organisation, anti-organisation. Paris : Repères-Mame.

Vale S.A. 2009. « Relatório de sustentabilidade 2008. » Rio de Janeiro, manuscrit.

Vale S.A. 2011a. « Relatório da Fundação Vale e Área de Responsabilidade Social Corporativa para Conselho de Curadores da Fundação e Diretores. » Rio de Janeiro, manuscrit.

Vale S.A. 2011b. « Relatório de sustentabilidade 2010. » Rio de Janeiro. www.vale.com/pt-br/sustentabilidade/relatorio-de-sustentabilidade/paginas/default.aspx (consulté le 14 juillet 2012).

Haut de page

Notes

1 Voir notamment la récente recherche menée par Ana Garcia (Garcia 2012).

2 Cet article est le résultat d’une recherche de mestrado développée à l’IPPUR-UFRJ. Voir Pantoja (2012).

3 Une des principales « situations de crise » pour l’entreprise est le blocage du trafic ferroviaire, souvent dû à des conflits avec les mouvements sociaux et/ou indigènes qui se sentent agressés par les activités de la Vale. On assiste à de nombreuses manifestations conflictuelles, mais leur fréquence a baissé ces dernières années (avec l’intensification de l’action de la Fondation et la mise en place d’accords avec les populations indigènes qui vivent près de la voie ferrée).

4 Organisme qui dépend du ministère de l’Environnement.

5 Voir les reportages disponibles sur : http://www.estadao.com.br/noticias/economia,ibama-multa-vale-em-mais-de-r-5-mi-por-madeira-ilegal,203696,0.htm et http://revistapiaui.estadao.com.br/edicao-6/esquina/a-vale-e-verde (consultés le 1er août 2013).

6 Au Brésil, la Casa Civil est l’organe gouvernemental qui dépend du chef du pouvoir exécutif dont le statut est comparable à celui du Premier ministre en France.

7 Principal projet d’infrastructure du pays qui, dans sa première phase, entre 2007 et 2010, a investi environ 219 milliards de dollars US dans le pays, dans les domaines du transport, de l’assainissement, de la logistique et de la création d’infrastructures telles que les aéroports.

8 À l’époque, le gouvernement de l’État était représenté par le secrétaire de la Planification, qui était alors Gastão Vieira, député fédéral (PMDB/MA) et actuel ministre du Tourisme. Gastão Vieira a également été superintendant du programme Grand Carajás (Grande Carajás) dans les années 1980.

9 Créé par décret en 1980, le PGC couvrait une superficie d’environ 900 000 km2 (c’est-à-dire trois fois la superficie de l’Italie) et concédait des avantages fiscaux aux entreprises, principalement des secteurs primaire et secondaire. L’objectif était de tirer profit des routes, voies ferrées, usines hydroélectriques et autres structures construites pendant les années 1970, pour créer dans la région amazonienne la principale plateforme d’exploitation et d’exportation de ressources naturelles du pays.

10 La noix de coco babaçu (Orbignya phalerata) est le fruit oléagineux d’une espèce de palmier très abondante dans la région, qui permet des utilisations diverses, de la fabrication d’huiles (à usage alimentaire ou industriel) à celle de farines, en passant par celle de combustible sans parler des utilisations du bois et des feuilles pour la toiture des maisons par exemple.

11 Le Mouvement Tous pour l’éducation rassemble des groupes de la sphère privée qui se mobilisent autour de ce qu’ils considèrent comme l’« amélioration de l’éducation de base » ; il définit des critères et suit les performances des réseaux d’éducation sur la base d’indices économétriques des résultats des élèves dans des évaluations nationales. Le Plan d’actions articulées du ministère de l’Éducation est une des politiques développées par le gouvernement sur la base des discussions conduites par ce « mouvement ». Même si la fonction de ce dernier n’est pas spécifiée dans le décret présidentiel, il est très présent dans sa formulation étant donné la légitimité qui lui est conférée dans l’en-tête.

12 D’après les informations données sur le site : http://www.justicanostrilhos.org/nota/792, du 02/09/2011 (consulté le 1er août 2013).

13 Roseana Sarney est la fille de l’ancien président de la République et ancien gouverneur de l’État, José Sarney, et représentante du groupe politique au pouvoir dans l’État depuis plus de cinquante ans.

14 Disponibilité des ressources du Pacte pour la réduction de la mortalité infantile Nordeste-Amazonie Légale (Pacto pela Redução da Mortalidade Infantil Nordeste-Amazônia Legal) du ministère de la Santé.

15 Selon le ministère de la Santé, il s’agit d’une « stratégie de réorientation du modèle d’assistance, qui fonctionne grâce à la mise en place d’équipes de travail pluridisciplinaires dans des unités sanitaires de base. Ces équipes sont chargées d’accompagner un certain nombre de familles dans une aire géographique donnée. Leurs activités consistent en actions de promotion de la santé, prévention, guérison, soin des maladies et blessures plus fréquentes, et dans le maintien de la santé au sein de cette communauté ». Extrait de : http://portal.saude.gov.br/portal/saude/cidadao/area.cfm?id_area=149 (consulté le 1er août 2013).

16 Loi fédérale nº 11.438/06 qui garantit l’exemption de 1 % de l’impôt sur le revenu de la personne juridique de l’entreprise, et de 6 % sur celui des employés, ce qui représente près de 23 millions de reais (soit environ 10 millions de dollars US en 2014), d’après une présentation de l’entreprise, rien que pour l’année 2010.

17 Entretien avec l’agent du programme Nouvelles alliances en décembre 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte de la voie ferrée Carajás (Estrada de Ferro Carajás – EFC)
Crédits Source : Base de données et cartes ferroviaires, ministère des Transports (Banco de Informações e Mapas Ferroviários,Ministério dos Transportes).http://www2.transportes.gov.br/​bit/​03-ferro/​mapas-ferro.html (consulté le 28 juillet 2013)
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/1313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Igor Pantoja, « Action entrepreneuriale et planification privée sociale : une étude de cas sur les relations entre entreprise et société », Brésil(s), 6 | 2014, 119-140.

Référence électronique

Igor Pantoja, « Action entrepreneuriale et planification privée sociale : une étude de cas sur les relations entre entreprise et société », Brésil(s) [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1313 ; DOI : 10.4000/bresils.1313

Haut de page

Auteur

Igor Pantoja

Igor Pantoja est diplômé (mestrado) en urbanisme et planification urbaine de l’Institut de recherche en urbanisme et planification urbaine de l’Université fédérale de Rio de Janeiro (IPPUR-UFRJ).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals