Navigation – Plan du site
Varia

Le genre biographique comme histoire sociale : la famille Ferreira Gomes dans l’Atlantique sud du xixe siècle

Biografia como história social: o clã Ferreira Gomes no Atlântico Sul do século XIX
Biography as Social History: the Ferreira Gomes Clan in the 19th Century South Atlantic World
Roquinaldo Ferreira
Traduction de Jean Hébrard
p. 143-163

Résumés

Cet article analyse les connexions économiques et sociales engendrées par le trafic des esclaves entre l’Angola et le Brésil ainsi que par le processus abolitionniste portugais dans la première moitié du XIXe siècle. L’étude repose sur la trajectoire personnelle de José Ferreira Gomes, un homme noir né à Benguela, dont la mère, Florinda José Gaspar, était la fille d’un chef africain de Catumbela et dont le père, Francisco Ferreira Gomes, était un Noir né au Brésil qui avait été un des trafiquants d’esclaves les plus actifs à Benguela. En prenant pour base la biographie de Gomes Júnior, l’article aborde les liens sociaux et culturels que les marchands d’esclaves angolais maintenaient avec le Brésil et avec les populations africaines, la transition du trafic des esclaves vers le commerce licite, ainsi que les modifications apportées par les Portugais dans leur politique vis-à-vis de la traite dans la décennie 1840. Pour comprendre la recrudescence du colonialisme en Angola, l’article examine les accusations lancées contre la famille Ferreira Gomes qui aurait participé à une sédition, raciale et anticoloniale, contre les Portugais.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en novembre 2013 ; approuvé en juin 2014.

Traduit du portugais

Texte intégral

  • 1 Arquivo Nacional do Rio de Janeiro (dorénavant ANRJ), n. 1085, cx. 4089, gal. A, « Inventário de Fl (...)

1En 1863, à Rio de Janeiro, un Brésilien nommé José Francisco de Mesquita intente un procès à son grand-père Francisco Ferreira Gomes. Il déclare qu’un inventaire des biens de sa grand-mère, récemment décédée, n’a toujours pas été établi et qu’en conséquence il n’a pu recevoir sa part d’héritage. Son aïeule s’appelait Florinda Josefa Gaspar et était la fille d’un chef africain de Catumbela (province de Benguela) en Angola. Elle avait suivi son mari au Brésil près de trente ans plus tôt. Après la mort de sa propre mère, en 1843, José Francisco de Mesquita avait été recueilli par son grand-père que, vingt ans plus tard, il n’hésitait pas à accuser de coupables négligences. Le climat se détériora tellement qu’après le procès, la famille dut engager un avocat pour jouer les intermédiaires entre les deux hommes1.

2L’intérêt de Mesquita pour le patrimoine de ses grands-parents est facile à comprendre. Né à Rio de Janeiro en 1785, Francisco Ferreira Gomes était un homme noir libre qui, en 1800, avait été envoyé à Benguela – le deuxième port de traite en Angola – pour y purger une peine de bannissement. Après quelques années, il avait réussi à s’y installer économiquement et à devenir un très important marchand d’esclaves. Entre 1809 et 1831, Gomes avait expédié près de sept mille captifs de Benguela au Brésil, soit 7 % du nombre total des personnes acheminées à partir de ce port durant cette période. Cette « réussite » lui avait permis de faire partie de l’élite de la ville : il dirigeait la trésorerie royale, il était devenu juge et commandait la milice locale. En 1834, il était revenu à Rio de Janeiro avec toute sa famille africaine (Ferreira 2012, 203-244).

  • 2 Pour un examen de ce courant historiographique, voir Michael Zeuske (2012).

3Des 3,8 millions de captifs transportés vers les Amériques durant la première moitié du xixe siècle, environ 2 millions provenaient d’Afrique centrale et, plus particulièrement, d’Angola et des régions situées près du fleuve Congo comme Ambriz et Cabinda. La plupart d’entre eux furent mis en esclavage au Brésil, de très loin la plus importante destination de la traite à cette époque. Les chercheurs ont longtemps essayé d’expliquer les raisons de nombres aussi élevés en mettant l’accent sur les déterminismes géographiques et la proximité entre l’Angola et le Brésil. David Eltis, par exemple, soutient que ces facteurs expliquent l’accroissement des échanges maritimes entre les deux régions et la création d’un second système Atlantique, différent de celui qui avait structuré les circulations dans l’hémisphère nord (Eltis 2009, 718 ; Candido 2013, 153). L’augmentation de la traite pendant le xixe siècle, selon les tenants de l’école du « Second Esclavage », aurait aussi été liée à l’accroissement des besoins de main d’œuvre durant la révolution industrielle du fait de l’explosion de la demande en produits agricoles et manufacturés (Tomich & Zeuske2008 ; Parron 2011 ; Marquese & Parron 2011)2.

4En fait, le trafic angolais des esclaves s’est accru malgré les reconfigurations géopolitiques de l’Atlantique sud survenues au moment où les Portugais ont reconsidéré leur politique coloniale en Angola après l’indépendance du Brésil en 1822. Les chercheurs débattent depuis longtemps de la nature des liens que le Portugal entretenait avec l’Afrique à cette époque. D’un côté, Richard James Hammond (1966) et João Pedro Marques (2006, 199) soutiennent que la dynamique coloniale portugaise soit a manqué d’ambitions économiques, soit n’est pas parvenue à mettre en œuvre ses projets du fait de la faiblesse de ses moyens financiers et de son manque de continuité politique. D’un autre côté, Valentim Alexandre (2004) et William Gervase Clarence-Smith (1979 et 1985) prétendent que les choix économiques faits par les Portugais ont été les supports de leur premier colonialisme. Récemment, Miguel Bandeira Jerónimo (2012) et, plus encore, Gabriel Paquette (2010 et 2013) ont mis l’accent sur les géopolitiques de l’Atlantique sud pour expliquer la manière dont Lisbonne envisageait l’Angola. Selon Paquette (2013, 364), « la décision portugaise de supprimer la traite à la suite de l’indépendance du Brésil provient moins d’une crise de conscience que de nécessités économiques et géopolitiques ».

5Cet article propose une approche de type biographique pour analyser l’impact de l’abolition de la traite sur l’Atlantique sud et la manière dont cette décision se combine avec la naissance d’un nouveau colonialisme portugais en Angola. En situant ces questions dans le cadre du paradigme des études atlantiques qui donnent à l’Afrique une meilleure visibilité analytique, il vise à élargir la portée de l’enquête. En premier lieu, il dépeint l’Atlantique sud comme un tissu d’interconnections sociales, économiques et familiales intégrées et multidirectionnelles. En second lieu, il montre comment les réseaux sociaux et familiaux transatlantiques qui soutiennent le trafic esclavagiste minent les politiques abolitionnistes visant à mettre un terme à l’embarquement des captifs en Angola. En troisième lieu, il souligne comment la circulation des idéologies raciales nées au Brésil procure la matrice nécessaire au développement des politiques coloniales portugaises en Angola. Sur le plan méthodologique, il se déplace constamment de la micro à la macroanalyse, reconstruisant minutieusement les relations individuelles et familiales pour comprendre la « densité des situations de vie » et, au-delà, les processus de large échelle qui restructurent l’Atlantique (Lüdtke 2005, 21 ; Zuñiga 2007).

Une famille dans le monde Atlantique

  • 3 ANRJ, « Inventário de Florinda Josefa Gaspar », n. 1085, cx. 4089, gal. A, Lettre de Francisco Ferr (...)
  • 4 Arquivo do Itamarati, Rio de Janeiro (dorénavant AI), maço 252-4-6 (parte 1), « Ofício para o Futur (...)

6Pour justifier le retard pris pour inventorier la succession, le patriarche du clan Gomes affirma qu’il n’avait pas été en mesure de joindre son fils aîné, José Ferreira Gomes, qui vivait encore à Benguela où il administrait les propriétés et les affaires familiales3. Toujours selon lui, une commission rogatoire aurait dû être envoyée là-bas, mais la démarche aurait pu prendre six mois du fait du déclin des échanges maritimes entre l’Angola et le Brésil depuis l’interdiction de la traite de 1850. Et, de fait, en 1855, en rétablissant le consulat brésilien de Luanda, un diplomate affirmait : « Jusqu’à maintenant ce commerce [entre le Brésil et l’Angola] a été très limité et presque seulement indirect4. »

  • 5 Tribunal da Comarca de Benguela (dorénavant TCB), maço 7, num. 348, « Autos Cíveis de Justificação  (...)
  • 6 TCB, maço 1, num. 40, « Requerimento de José Ferreira Gomes », 17 août 1857.

7En considérant comme allant de soi qu’il devait consulter son fils à Benguela, Francisco Ferreira Gomes montrait que, en dépit de son retour à Rio de Janeiro en 1834, il était resté étroitement lié à la côte africaine. En fait, vingt ans après avoir quitté Benguela, il possédait toujours des propriétés et des esclaves là-bas, comme le montrent des actes établis par un juge au cours des années 1850 qui précisent : « La femme noire Dionísia, aussi connue sous le nom de Juamutango, est l’esclave du déclarant [Francisco Ferreira Gomes] depuis qu’il réside dans cette ville [Benguela], elle a été achetée à feu Francisco Joaquim Coelho Santiago, du sertão [hinterland] de Galangue5. » Un autre document décrit le fils aîné, José Ferreira Gomes, comme le propriétaire de deux esclaves dont il avait hérité : un homme appelé Quipaca et une femme du nom de Quirombo6.

  • 7 Arquivo Histórico de Angola, Luanda (dorénavant AHA), cód. 468, folios 5v.-6, « Ofício do Secretári (...)
  • 8 AHA, cód. 2310, folios 84v.-85v., « Ofício da Junta Governativa de Benguela », 22 janvier 1835.
  • 9 TCB, maço 2, num. 85, « Auto de Sentença Cível », 1858.

8Après s’être réinstallé à Rio de Janeiro, Gomes père n’est retourné qu’une fois à Benguela, en 18557. Les propriétés et les affaires que la famille y possédait étaient effectivement dirigées par l’aîné de ses fils, José Ferreira Gomes. En 1834, par exemple, José était désigné dans un document comme « le représentant juridique de son père Francisco Ferreira Gomes » alors que ce dernier avait quitté l’Afrique8. En 1855, Francisco déclarait qu’après être « retourné à Rio de Janeiro [en 1834], il avait laissé sa maison commerciale et ses propriétés aux soins de sa femme, étant donné l’absence de ses fils, José Ferreira Gomes et Joannes Ferreira Gomes, le dernier étant décédé. Dans un deuxième temps, après le départ de sa femme pour Rio de Janeiro, son fils José Ferreira Gomes était devenu le directeur de sa maison commerciale et de ses propriétés9 ».

9Depuis son plus jeune âge, le jeune homme avait été élevé pour diriger les affaires de la famille. À beaucoup d’égards, son origine culturelle et sociale en avait fait la personne idéale pour cette tâche. Né à Benguela en 1805, il avait des liens avec le Brésil par son père et avec l’Angola par sa mère, Florinda Josefa Gaspar. Son cousin maternel, Johannes José Gaspar, était un chef africain (soba) de Catumbela, une région qui jouait un rôle essentiel dans l’approvisionnement de Benguela. Johannes José avait été un allié sûr pour José Ferreira Gomes quand les autorités de Benguela s’étaient retournées contre lui au cours des années 1840 à cause de ses activités politiques et de son implication dans le commerce des esclaves. Comme son père, José s’était marié au sein de la population africaine, d’abord à une femme appelée Maria Nunes Romão et ensuite à Gertrudes Ferreira Gomes.

  • 10 AHA, cód. 7182, folio 144v., « Despacho do Requerimento de Justiniano José dos Reis », 19 mai 1829.
  • 11 AHA, cód. 7182, folio 169, « Despacho do Requerimento de Jácomo Felipe Torres », 23 septembre 1829. (...)

10À l’âge de treize ans, José avait été envoyé à Rio de Janeiro pour y faire ses études. En faisant donner à son fils une éducation brésilienne, Francisco avait suivi l’exemple d’autres marchands de Benguela. En 1829 par exemple, un négociant brésilien, Justiniano José dos Reis, avait « demandé l’autorisation d’envoyer son filleul de dix ans appelé Justiniano da Costa Covello à Rio de Janeiro pour son éducation10 ». La même année, un autre marchand, Jácomo Felipe Torres, avait sollicité une permission analogue pour deux orphelins qui devaient « être instruits charitablement11 ». Ces démarches manifestent les limites de l’accès à une éducation occidentale à Benguela mais montrent aussi comment on pouvait s’en affranchir. Le jeune Gomes avait certainement acquis des compétences intellectuelles solides. Tout autant, il avait pu accéder à des réseaux sociaux qui se sont avérés particulièrement utiles quand le mouvement pour mettre fin à la traite des esclaves a pris de l’ampleur au cours des années 1840.

  • 12 AHA, cód. 519, folio 90v., « Portaria do Governador de Benguela », 16 novembre 1811.
  • 13 AHA, cód. 448, folios 22v.-23, « Ofício do Governo Provisório de Benguela », 27 mai 1822.

11À son retour à Benguela, en 1821, José s’était marié avec Maria Nunes Romão, une orpheline âgée de douze ans, héritière d’une grande fortune12. Cette union avait été arrangée par son père qui, à cette époque, était devenu magistrat. Par décisions de justice, il avait été nommé tuteur de la jeune fille dont le père avait servi dans la milice locale. Ce dernier possédait une importante maison commerciale à Benguela, dont l’activité principale était la traite des esclaves entre le port angolais et l’hinterland (sertões). Il avait auparavant occupé la charge de « procureur des libertés » (Inquiridor das Liberdades) et, à ce titre, avait eu à statuer sur la situation des Africains amenés à Benguela comme esclaves et sur la légalité de leur asservissement. Gomes père avait été accusé par ses détracteurs d’avoir utilisé sa position de juge pour manipuler la famille de la nouvelle mariée afin de tirer profit de l’héritage13.

  • 14 AHA, cód. 449, folio 59, « Ofício do Governador de Benguela », 27 octobre 1825 ; AHA, cx. 138, foli (...)
  • 15 AHA, cx. 138, folio 163v., « Petição de José Ferreira Gomes », 4 février 1826 ; AHA, cód. 7182, fol (...)
  • 16 AHA, cód. 7182, folio 73v., « Requerimento de João Pedro de Andrade », 20 novembre 1827.
  • 17 Arquivo Histórico Ultramarino, Lisbonne (dorénavant AHU), Angola, cx. 142, doc. 44, « Conferência d (...)
  • 18 AHU, Angola, cx. 167, doc. 45, « Informação Semestral da Companhia de Henriques de Benguela », 1er (...)
  • 19 AHU, segunda seção de Angola, pasta 2, « Ofício de Justiniano José dos Reis », 18 décembre 1836 ; A (...)

12Le retour de José à Benguela a coïncidé avec le début de sa carrière d’associé dans les affaires familiales. Cela impliquait une grande variété de tâches. En 1825, par exemple, un document le désigne comme « légalement associé dans un partenariat commercial [avec Francisco Ferreira Gomes] » et ajoute : « Il est nécessaire qu’un des partenaires se rende à Rio de Janeiro14. » Effectivement, il est allé dans la capitale brésilienne en cette qualité en 1826, 1827 et 1830 et est devenu le copropriétaire des navires de son père15. Lorsqu’il s’engage dans des transactions financières avec des négociants de Benguela grâce à des prêts de marchandises, c’est aussi très probablement au nom de son père16. Comme ce dernier, il a occupé des postes dans l’administration civile et militaire de la ville et y a joué un rôle politique actif, bien que controversé. En 1823, quand, après l’indépendance du Brésil, Benguela a été en proie à une crise sérieuse, il a juré loyauté au Portugal aux côtés d’autres riches marchands17. En 1830, il a été décrit comme un officier du bataillon des Henriques « très diligent et très apprécié18 ». En 1835, pourtant, les autorités municipales ont accusés les deux fils Gomes de comploter contre l’administration coloniale et d’utiliser leurs esclaves pour terroriser les habitants19.

  • 20 AHA, cód. 3440, folio 183-183v., « Ofício do Secretário Geral da Província de Angola », 23 novembre (...)
  • 21 AHA, cód. 521, folio 48 ; AHA, cód. 522, folio 70v. ; AHA, cód. 462, folio 9v., « Ofício do Governa (...)

13La carrière de José Gomes, notamment ses liens avec le Brésil et ses fréquents voyages à l’étranger, est-elle représentative du mode de vie de la communauté marchande de Benguela dans son ensemble ? Comme lui, d’autres négociants du port avaient des liens étroits avec le Brésil du fait de leurs affaires ou des relations familiales qu’ils y entretenaient. Nombreux étaient aussi ceux qui régulièrement faisaient la traversée. José Joaquim Teixeira, un négociant portugais, en est un bon exemple. C’était un Blanc, né à Porto, qui s’était engagé dans un projet de compagnie agricole en Angola et avait été nommé commandant d’un des forts de Benguela20. Comme Gomes, il avait maintenu des liens forts avec Rio de Janeiro où il avait envoyé sa fille pour y être instruite et où, dans les années 1840, il était allé se faire soigner21.

  • 22 TCB, num. 215, « Autos de Inventário de Manuel Vidal Cesar », 1858.
  • 23 TCB, maço 7, numéro 313, « Testemunho de Veríssimo Lopes Moura », 1855. Gaspar a eu plusieurs conta (...)
  • 24 TCB, non numéroté, « Inventário de Veríssimo Lopes de Moura », 1858.

14D’autres, parmi ces négociants, étaient d’origine brésilienne ou avaient des liens familiaux étendus dans le monde atlantique. Né au Brésil, Manoel Vidal Cesar, par exemple, écrivait en 1858 : « [Deux de] mes frères vivent dans cette ville [Benguela], un [autre] à Rio de Janeiro et une sœur à Rio de Janeiro22. » José Gaspar Lobo, lui, était né à Rio mais avait fait du commerce à Benguela au nom de son frère João Gaspar Lobo qui était installé dans la capitale. Entre 1850 et 1853, il avait envoyé des marchandises dans le port angolais sur huit navires différents23. Veríssimo Lopes de Moura avait fait les mêmes choix. Né au Brésil, il était devenu juge à Benguela. Il déclarait en 1858 : « Antonio Leite Ribeiro, qui vit à Rio de Janeiro et qui était le comptable d’un négociant de cette ville, dont le nom est Francisco José Pacheco, me doit une facture de huit contos [millions] de réis, et 901 070 réis d’une [autre] facture24 ».

  • 25 AHA, cód. 522, folios 34-35, « Ordem do Governador de Benguela », 21 novembre 1839 ; AHA, cx. 1602, (...)
  • 26 AHA, cód. 455, folio 51, « Ofício do Governador de Benguela », 26 mars 1844.
  • 27 Cette question sera discutée un peu plus loin.
  • 28 AHA, cód. 461, « Ofício do Secretário do Governo de Benguela », 24 juillet 1846.
  • 29 AHA, cód. 722, folios 253-254, « Ofício do Governador de Benguela », 5 juillet 1848. Pour d’autres (...)
  • 30 AHA, cód. 459, folios 22v.-25v., « Ofício do Governador de Benguela », 5 décembre 1853.

15Ces liens transatlantiques étaient importants à plus d’un titre. Ils ont fourni aux familles de négociants la culture écrite marchande dont elles avaient besoin pour leurs affaires, ils ont aussi rendu plus difficile l’éradication de la traite des esclaves en Angola. La trajectoire de Manoel Joaquim Teixeira Barbosa, décrit comme l’un des plus riches négociants de Benguela (aux côtés de José Ferreira Gomes), en apporte la preuve. En 1839, il reçoit cent esclaves des sertões 25. En 1844, il est nommé gouverneur provisoire de Benguela mais, trois jours plus tard, demande l’autorisation de s’embarquer pour Rio de Janeiro26. Revenu dans le port angolais, il repart pour Rio en 1846, très probablement du fait de la répression croissante du commerce des esclaves à Benguela27. Pendant son séjour dans la capitale brésilienne, il conserve des liens étroits avec sa ville d’origine et, par exemple, ne néglige pas de contribuer financièrement aux besoins de l’hôpital28. C’est de Rio de Janeiro qu’il continue à investir dans la traite en Angola grâce à un réseau d’associés dont un Brésilien du nom de Bento Pacheco dos Santos29. Après avoir été expulsé du Brésil en raison de ses activités, Teixeira revient en Afrique et reprend ses affaires. Durant la décennie 1850, on le voit organiser des chargements de captifs pour Cuba. En 1853, les autorités déclarent que Teixeira est « un négociant de longue date à Benguela, mais qu’il était parti pour Rio de Janeiro en 1846, où il avait amassé une fortune considérable grâce à des spéculations illicites sur le commerce des esclaves jusqu’au moment où le gouvernement impérial [brésilien] l’avait forcé à quitter le pays30 ».

Vers l’abolition de la traite atlantique

  • 31 Pour situer le déplacement de la cour portugaise au Brésil dans son contexte historique large, voir (...)
  • 32 La dimension diplomatique de cette relation entre les deux pays est analysée dans Black (2005).

16C’est au Brésil que se manifeste le premier impact des politiques abolitionnistes dans l’Atlantique sud. Il faut en chercher les raisons dans le rôle joué par les Britanniques dans la crise qui affecta le Portugal lorsque les troupes françaises l’envahirent en 1807. Pour éviter de devenir les otages de l’armée napoléonienne, le roi et la cour s’enfuirent vers leur colonie américaine qui, dès lors, fut promue à un rôle capital dans l’empire portugais31. Ils n’auraient pu y parvenir sans l’aide directe des Britanniques qui allèrent jusqu’à escorter la flotte amenant la famille royale à Rio de Janeiro. Lorsque, quelques années plus tard, les Portugais parvinrent à expulser les Français de leur territoire européen, la Grande-Bretagne leur apporta une aide décisive (Robson 2004, 23-47)32. La dépendance des Portugais à l’égard des Britanniques n’était pas seulement militaire. S’ils ne pouvaient se soustraire à la pression de Londres, c’était aussi parce les produits brésiliens y trouvaient l’un de leurs principaux débouchés (Manchester 1973a).

  • 33 AHNA, cód. 96, folios 74v.-75, « Carta do Governador de Angola », 21 octobre 1826.

17Le Brésil était le véritable défi pour la politique abolitionniste britannique à ses débuts. En effet, c’était depuis ce territoire américain du Portugal, et non depuis sa métropole, que la traite sud-atlantique était contrôlée. La colonie portugaise apportait les capitaux mais aussi l’organisation logistique de l’approvisionnement en esclaves et de leur transport depuis l’Angola ou le golfe du Bénin. En 1814, par exemple, la plupart des vaisseaux amenant les captifs de Benguela à Rio ou dans les ports voisins avaient des propriétaires brésiliens. En 1827, un consul récemment installé à Luanda estimait que la majorité des vaisseaux de traite du port appartenaient à des marchands brésiliens. Eltis a expliqué la vigueur de la traite brésilienne en Angola par le régime des vents et des courants de l’Atlantique sud, mais il y a en fait bien d’autres raisons à cette « réussite ». Les deux anciennes colonies portugaises avaient développé de fortes relations sociales et culturelles qui, dans le contexte de la politique abolitionniste, ont permis aux négociants de renforcer leurs positions en jouant sur la flexibilité de leurs stratégies. Les intérêts géopolitiques du Brésil en Angola étaient si forts que, peu de temps après son indépendance, le gouvernement du nouvel État a envoyé trois frégates en Angola pour protéger les navires de traites de ses nationaux33.

  • 34 Voyages Database. 2009. Voyages : The Trans-Atlantic Slave Trade Database. http://www.slavevoyages. (...)

18Toutefois, au début des années 1830, l’application des mesures visant à empêcher le commerce des esclaves dans l’Atlantique sud a progressivement affecté le commerce de la région. En 1831, les importations de captifs ont été interdites au Brésil, provoquant une crise financière à Luanda, principale place marchande d’Angola où, dès le milieu de la décennie suivante, on n’a plus chargé aucun esclave. Néanmoins, en déplaçant les lieux d’embarquement vers d’autres régions comme, par exemple, à Ambriz ou près du fleuve Congo, la traite à en fait pu continuer jusque dans les années 1850 (Ferreira 2008, 313-334). À Benguela, par contre, immédiatement après 1831 les départs pour les Amériques ont fortement diminué. Alors que 25 097 captifs avaient été expédiés entre 1826 et 1830, il n’y en a plus eu que 2 684 entre 1831 et 183534.

  • 35 AHA, cód. 12, folios 39-41, « Ofício do Governador de Angola », 11 octobre 1830.
  • 36 José Joaquim Lopes de Lima, Ensaios sobre a Statistica das Possessões Portuguezas na Africa Occiden (...)
  • 37 AHA, cód. 13, folios 1-3, « Ofício do Governador de Angola », 8 avril 1836 ; Bibliothèque nationale (...)
  • 38 AHU, segunda seção de Angola, pasta 16, « Rendimentos da Alfândega de Luanda em 1850 ».
  • 39 Carlos José Caldeira, Apontamentos d’Uma Viagem de Lisboa à China. Lisboa: Typographia de Castro & (...)

19Mettre fin à la traite était, pour le Portugal, une manière de résoudre deux problèmes liés à l’indépendance du Brésil. En premier lieu, le renforcement des liens avec la colonie africaine était devenu une priorité pour Lisbonne. Il reposait sur une reconfiguration des échanges mettant en jeu de nouveaux produits coloniaux. De plus, tout ce qui pouvait gêner le jeune État des Amériques était particulièrement bienvenu (Ferreira 2013 ; Alexandre 2004, 110-132 ; Marques 2006 ; Paquette 2010). Toutefois, en 1830, les autorités angolaises constataient : « Les relations commerciales avec la métropole sont très réduites35. » Alors que plus de 90 navires en provenance du Brésil étaient entrés dans le port de la ville entre 1830 et 1832, seulement onze été arrivés du Portugal36. En 1836, l’administration déclarait : « Aujourd’hui ce royaume [d’Angola] a des relations commerciales plus actives avec le Brésil, un pays étranger [qu’avec le Portugal] » et ajoutait : « [Il reçoit du Brésil] toutes les marchandises produites en Europe37. » À partir du milieu des années 1840, pourtant, cette situation a commencé à changer. En février 1850, en rade de Luanda, seulement huit navires sur 45 n’étaient pas portugais38. Deux ans plus tard, un voyageur déclarait que plus de la moitié des 80 bateaux entrant dans le port étaient en provenance de Lisbonne39.

  • 40 AHU, segunda seção de Angola, pasta 2, « Ofício do Governador de Angola », 8 avril 1836.
  • 41 AHU, segunda seção de Angola, pasta 3, « Relatório do Governador de Angola », 6 août 1838.

20En second lieu, les Portugais craignaient que les Britanniques puissent utiliser le prétexte de la lutte contre la traite atlantique pour revendiquer des territoires en Angola qu’il était hors de question de leur céder. Les navires anglais avaient commencé à croiser dans les eaux angolaises et à y chercher les bateaux chargés d’esclaves avant même 1844, date de la signature du traité avec le Portugal. En 1836, par exemple, le gouverneur Domingos de Saldanha Oliveira Daun avait ordonné d’ouvrir le feu contre un cuirassé de l’escadre britannique basée à Luanda40. Deux ans plus tard, le nouveau gouverneur, Antonio Manoel de Noronha, soulignait : « La poursuite de ce commerce est maintenant inappropriée si nous ne voulons pas exposer ces provinces aux insultes des navires britanniques et leur donner prétexte à entrer en négociation directe avec nos voisins [africains] sur la côte […] ce qui créerait un doute quant à la souveraineté portugaise sur ces régions et affaiblirait celle-ci41. »

  • 42 AHA, cód. 15, folio 55v., « Ofício do Governador de Angola », 12 juin 1841. Le gouvernement de l’An (...)
  • 43 AHA, cód. 261, folio 12-12v., « Portaria da Secretaria de Governo da Marinha e Ultramar », 20 juin (...)
  • 44 AHA, cód. 454, folio 76-76v., « Ofício do Secretário de Governo de Benguela », 18 octobre 1843.

21Les Portugais étaient particulièrement inquiets des ambitions de Londres à Ambriz et Cabinda, régions situées au nord de Luanda, où leur propre contrôle avait toujours été précaire. Évidemment, ils se sentaient aussi menacés par la présence de croiseurs britanniques à Benguela. En 1841, par exemple, le gouverneur Manoel Eleutério Malheiro avait ordonné à l’administration de cette ville d’enquêter sur les informations qui lui étaient parvenues selon lesquelles les Britanniques se seraient établis tout près, à Lobito42. Les craintes portugaises ont été confirmées en 1842, quand le port de Benguela fut bloqué par une escadre qui s’empara, en outre, d’un navire brésilien, l’Eliza, avec 392 esclaves à bord43. Un peu plus tard, l’administration de la même ville signala qu’un croiseur avait essayé de contrôler des bateaux portugais et que cela nuisait à la souveraineté portugaise44.

  • 45 AHA, cód. 13, folios 28v.-29v., « Ofício do Governador de Angola », 11 juin 1836.
  • 46 AHU, papéis de Sá da Bandeira, maço 824, « Ofício de Sá da Bandeira para o Governador de Angola », (...)
  • 47 George Tams, Visita às Possessões Portuguesas na Costa Ocidental da África. Porto: Typographia da R (...)
  • 48 AHA, cód. 260, folios 53v.-54v., « Portaria da Secretaria de Estado da Marinha do Ultramar », 26 ma (...)

22Malgré un décret royal de 1836 interdisant le chargement illégal des esclaves dans les colonies portugaises d’Afrique, la traite a de nouveau augmenté à Benguela entre 1836 et 1840 : près de trente mille personnes ont été déportées vers les Amériques durant cette période. Le gouverneur de l’Angola, Domingos Saldanha d’Oliveira Daun, avait signalé, dès 1836, qu’en dépit de l’arrêt de la traite à Luanda, Benguela continuait le trafic45. Sans surprise, les neuf navires chargés d’esclaves saisis sur la côte de Rio de Janeiro entre mai et juillet 1837 étaient tous partis de Benguela46. George Tams, un voyageur allemand qui avait visité l’Angola au début des années 1840, écrivait que vingt mille captifs avaient été expédiés de Benguela en 183847. Selon les sources britanniques, au moins cinq navires y avaient chargé des esclaves au cours du même mois de l’année 184148.

  • 49 AHI, Coleções Especiais, lata 15, maço 4, pasta 1, « Processo do Navio Feliz (1838-1839) ».
  • 50 Les autorités portugaises ont soutenu que le gouverneur avait voyagé au Brésil pour des raisons méd (...)
  • 51 AHA, cód. 15, folios 45v.-46v., « Ofício do Governador de Angola », 4 avril 1841 ; AHA, cód. 15, fo (...)
  • 52 AHA, cód. 15, folio 60-60v., « Ofício do Governador de Angola », 20 juillet 1841.
  • 53 AHA, cód. 452, folio 74-74v., « Ofício do Comandante da Corveta Oito de Julho », 21 octobre 1841.

23Cette situation ne peut s’expliquer que par la complicité de l’administration en dépit des lois existantes. En 1839, par exemple, un marchand d’esclaves avait déclaré à Rio de Janeiro que les captifs qu’il recevait avaient été embarqués « à Benguela, en plein jour, au vu et au su des autorités du pays49 ». En 1841, un gouverneur de Benguela avait été renvoyé après avoir été accusé par les Britanniques de faire du commerce d’esclaves avec le Brésil50. La ville avait alors été successivement dirigée par deux gouverneurs provisoires. Tous deux étaient des négociants locaux qui allaient subir le même sort51. Craignant que les Britanniques puissent envahir la ville, l’administration de Luanda avait choisi José Fortunato da Costa, un militaire, pour occuper le poste52. Au bout de seulement deux mois, il avait été remercié pour les mêmes raisons53.

  • 54 AHA, cód. 521, folios 12v.-13, « Passaporte da Sumaca Rio Tâmega », 31 octobre 1835 ; AHI, Coleções (...)
  • 55 AHA, cód. 521.

24L’accroissement des chargements d’esclaves à Benguela était aussi dû à l’introduction de nouvelles stratégies permettant aux marchands d’expédier des captifs à travers l’Atlantique en évitant de se faire arraisonner par les croiseurs britanniques. Par exemple, les bateaux étaient enregistrés comme naviguant entre Benguela et Montevideo avec des escales dans plusieurs ports africains54. Entre octobre 1835 et août 1838, 46 navires de traite ont déclaré une fausse destination au départ de Benguela, le plus souvent Montevideo ou le Mozambique55. En fait, jusqu’en 1842, le Portugal n’avait pas signé de traité commercial sur le commerce transatlantique des esclaves avec la Grande-Bretagne. Naviguer sous pavillon portugais permettait d’échapper aux Britanniques. Après 1842, lorsque la traite maritime a été interdite aux bateaux luso-portugais, les marchands se sont retournés vers le drapeau américain pour continuer à vaquer à leurs affaires en toute impunité (Graden 2007 ; Fehrenbacher 2002, 176-177).

  • 56 AHA, cx. 15, « Registro de Requerimentos », 1843-1846. Voir aussi E. [Louis Édouard] Bouët-Willaume (...)
  • 57 AHU, segunda seção de Angola, pasta 16 A, « Ofício do Governador de Benguela », 2 avril 1850.

25La plupart de ces vaisseaux partaient d’endroits situés aux environs de Benguela comme Hanha, Egito, Catumbela ou Lobito56. Ainsi, ils évitaient les poursuites qu’ils auraient pu encourir en travaillant à découvert dans le port principal de la province. Comme un gouverneur de Benguela l’exposait en 1850 : « Ces [chargements] sont devenus de plus en plus fréquents dans les ports au nord de ce district comme Egito, Quicombo, Novo Redondo et Benguela Velha. »57

  • 58 Reis avait ordonné une enquête sur deux navires de traite entrés dans le port parce qu’ils étaient (...)
  • 59 AHA, cód. 7183, « Ofício do Governador Interino de Benguela », 9 février 1847. Voir aussi Tams, Vis (...)

26On peut aussi expliquer l’inefficacité des autorités portugaises dans leur lutte contre le trafic illégal par le rôle joué par des individus qui, comme José Ferreira Gomes, usaient de leur influence pour saper les mesures que Lisbonne tentait de faire appliquer. Justiniano José dos Reis, un marchand d’esclaves né au Brésil qui était copropriétaire d’un navire de traite avec le père de José, en fournit un bon exemple. En tant que gouverneur provisoire de Benguela, Reis était chargé de faire respecter le décret portugais de 1836 contre le commerce des esclaves. Au moment même où, en conséquence, il ordonnait une enquête sur les bateaux entrés dans le port de la ville, l’un de ses propres navires, le brick Nova Sorte, venait de débarquer 444 captifs à Rio de Janeiro58. Plus de dix ans plus tard, quand les autorités avaient saisi un petit bateau de traite, Jose Luis da Silva Viana, un homme qui allait devenir gouverneur de Benguela, avait obtenu que le navire soit libéré59.

  • 60 AHA, cód. 522, folio 63-63v., « Portaria do Governador de Benguela », 7 juillet 1840.
  • 61 Les propriétaires d’esclaves qui ne se conformeraient pas à cette disposition perdraient leurs capt (...)
  • 62 AHA, cód. 522, folios 125v.-126, « Bando sobre a Pólvora em Benguela », 11 octobre 1841 ; AHA, cód. (...)

27Au début des années 1840, cependant, les mesures contre la traite ont commencé à s’imposer. Certes, elles n’ont pas mis fin au commerce des esclaves (environ 30 mille captifs africains ont été expédiés de Benguela aux Amériques entre 1841 et 1845) mais elles ont réussi à transformer le contexte général dans lequel les marchands opéraient. La répression d’autorités trop indulgentes, par exemple, est devenue beaucoup plus sévère, entrainant l’arrestation de plusieurs individus dont le secrétaire du gouverneur de Benguela60. Ces mesures incluaient des restrictions sur l’entrée des esclaves à Benguela : une taxe devait être payée pour chaque captif arrivant dans la ville61. Le commerce de la poudre à canon avait aussi été plus strictement réglementé, ce qui avait limité l’accès à l’un des principaux articles utilisés pour acheter des esclaves dans les sertões 62.

  • 63 AHA, cód. 459, folios 1v.-2, « Ofício do Governador de Benguela », 5 juin 1845.
  • 64 AHA, cód. 8-1-59, folio 103-103v., « Ofício da Junta Governativa de Angola », 5 décembre 1835.
  • 65 AHA, cx. 1602, folio 51v., « Registro de Requerimentos », 16 juillet 1839 ; AHA, cx. 1602, « Requer (...)
  • 66 AHA, cód. 522, folio 203, « Passaporte », 30 août 1844 ; AHA, cód. 326, folio 197-197v., « Ofício d (...)
  • 67 TCB, non numéroté, « Inventário de Veríssimo Lopes de Moura », 1858.

28Comment José Ferreira Gomes a-t-il réagi à cette nouvelle donne ? Sa première réponse a été de se lancer dans le commerce de l’orseille (urzela), une pâte rouge fabriquée à partir de lichens, utilisée pour teindre les textiles et très demandée en Europe. Il établit des établissements (feitorias) le long de la côte, où il faisait collecter la plante et fabriquer la teinture. En 1845, le gouverneur de Benguela déclarait : « [José] Ferreira Gomes était établi dans cette ville [de Benguela] avec une maison commerciale et il avait des feitorias sur la côte au nord de la ville63. » Gomes n’a fait ainsi que suivre l’exemple de plusieurs autres négociants angolais. En 1835, par exemple, la célèbre propriétaire et trafiquante d’esclaves, Ana Joaquina dos Santos Silva, avait, elle aussi, une feitoria 64. Quatre ans plus tard, dans des réclamations (requerimentos) formulées par Felipe Torres Jácomo, un négociant de Benguela, on apprend qu’il était le propriétaire de plusieurs de ces établissements65. Il en était de même pour le Brésilien Raimundo Lapinberg, un commerçant de niveau moyen amené à voyager à Salem, aux États-Unis66. Veríssimo Lopes de Moura, Brésilien déjà mentionné, s’était lui aussi intéressé à la plante tinctoriale comme en atteste son testament où il écrivait : « Je déclare que je possède une feitoria pour extraire de l’orseille à Lucira67. »

  • 68 AHU, segunda seção de Angola, pasta 4 B, « Representação de José Ribeiro dos Santos », novembre 184 (...)
  • 69 AHA, cód. 259, folios 135v.-136v., « Portaria do Ministro da Marinha e Ultramar », 28 mars 1840.
  • 70 AHA, cód. 455, folio 64, « Ofício do Governador Interino de Benguela », 17 août 1844.

29Pour investir dans cette culture et ce commerce, les négociants devaient contrevenir à un monopole royal réservant la vente de toute l’orseille récoltée et préparée en Angola aux seuls Portugais. Cette politique monopolistique profitait aux importateurs de la métropole qui offraient ce produit à un tarif très modique. Par deux fois, des marchands angolais avaient rédigé des pétitions pour tenter de faire lever l’interdiction qui les concernait68. Faute d’un changement de politique de la part du Portugal, la contrebande d’orseille était devenue endémique. En 1840, par exemple, trois navires (deux en partance pour Rio de Janeiro et un pour Londres) avaient quitté Benguela avec des chargements de cette teinture69. Plus tard, les autorités déclaraient : « Les feitorias de la côte, tant au sud qu’au nord de ce district [de Benguela], ont causé de lourdes pertes au trésor national parce qu’elles étaient des lieux de contrebande [d’orseille]70. »

  • 71 AHNA, cód. 2856, folios 110-112, « Ata da Sessão do Conselho de Governo », 25 octobre 1848 ; AHU, s (...)
  • 72 AHU, segunda seção de Angola, pasta 17 A, « Ofício do Governador de Angola », 9 décembre 1850.

30Pour augmenter le volume de ses revenus, l’administration de Luanda avait permis aux négociants angolais de vendre librement trente mille arrobas d’orseille, soit presque la moitié des exportations déclarées de l’époque71. Il est significatif que ce changement de politique ait été décidé à Luanda et non à Lisbonne. De nouvelles feitorias ont immédiatement été créées sur le littoral angolais. Selon les autorités locales, « partout, le long de la côte, même là où il n’y avait aucune administration portugaise, il y avait des feitorias qui appartenaient aux négociants de cette ville [Luanda] et de Benguela, toutes étant consacrées au commerce licite ; on y collecte l’orseille, le copal de gomme et d’autres marchandises de ce pays72. »

  • 73 AHA, cód. 459, folios 6-7v., « Ofício do Governador de Benguela », 27 mars 1850.
  • 74 AHA, cód. 511, folio 218-218v., « Ofício do Secretário Geral do Governo de Angola », 24 avril 1850.
  • 75 AHA, cód. 465, folios 54v.-55, « Ofício do Governador de Benguela », 15 avril 1852.
  • 76 AHA, cód. 461, folios 22v.-23v., « Circular aos Negociantes de Benguela », 19 mars 1850.
  • 77 AHU, segunda seção de Angola, pasta 26.1, « Ofício do Governador de Mossamedes », 19 novembre 1860.

31Les feitorias d’orseille dépendaient de la main d’œuvre servile. En 1850, environ deux cents esclaves travaillaient dans les installations du sud de Benguela73. Un résident de la ville avait à lui seul cent neuf Africains exploités comme esclaves dans l’une de ses feitorias 74. Cette dépendance à l’égard de la main d’œuvre non libre avait induit une augmentation du volume des captifs traités à Benguela. Par exemple, le Brésilien Joaquim Raimundo Lapinberg avait acheté en une seule fois 70 esclaves pour ses établissements75. En fait, les feitorias avaient une double fonction : on y faisait le commerce légal de l’orseille, certes, mais on y embarquait aussi des captifs pour la traite atlantique. La dispersion de ces établissements sur un territoire côtier peu surveillé facilitait grandement les opérations (Wissenbach 2011). Les esclaves amenés dans les installations pour travailler finissaient par être expédiés à l’étranger. Pour déjouer ces stratagèmes, les propriétaires avaient été contraints de les enregistrer et de payer des pénalités si certains disparaissaient76. En 1860 encore, les feitorias d’orseille continuaient à être utilisées comme bases de la traite transatlantique77.

Politique raciale et déroute financière

  • 78 AHA, cx. 1602, « Petição de José Ferreira Gomes », 10 juin 1840 ; AHA, cx. 1602, « Requerimento de (...)
  • 79 AHA, cx. 1602, « Requerimento de José Ferreira Gomes », 13 août 1842. La même décision a été appliq (...)
  • 80 AHA, cód. 456, folio 112v., « Ofício do Secretário de Governo de Benguela », 7 novembre 1844.

32En fait, les réglementations imposées aux feitorias d’orseille n’avaient pas mis fin à leur utilisation en vue du commerce illégal des esclaves. Toutefois, les affaires de José Gomes en ont été affectées. En 1840, par exemple, quand il a demandé la permission de se rendre à Egito pour conclure la vente d’un chargement de teinture à un navire américain, les autorités l’ont averti que ce serait la dernière fois qu’on lui permettrait de s’y rendre78. En 1842, en renouvelant une autorisation pour aller à Equimina, l’un de ses autres établissements, José Gomes a été informé qu’il serait tenu personnellement pour responsable si l’emplacement était utilisé pour la traite79. Deux ans plus tard, en cherchant à se défendre contre des accusations l’impliquant dans ce trafic, il proposa d’être accompagné par un employé des douanes de Benguela au moment de visiter sa feitoria d’Egito80.

  • 81 Tams, Visita às Possessões Portuguesas…, op. cit., p. 111.
  • 82 AHU, segunda seção de Angola, pasta 10 A, « Notas dos crimes cometidos por José Ferreira Gomes ».
  • 83 AHU, pasta 10 A, « Ofício do Governador de Angola », 14 novembre 1846.

33C’était encore peu de choses en comparaison des problèmes auxquels il allait devoir faire face en 1845, quand il fut arrêté et accusé de complot contre le gouvernement colonial et d’activités séditieuses racistes contre la population blanche de Benguela. Selon le voyageur allemand George Tams, il y avait trois cents Blancs dans Benguela au début des années 184081. La plupart de ces personnes vivaient apparemment dans la ville comme le suggère un recensement plus tardif (1860) qui dénombre 78 Blancs à Benguela même. José Ferreira Gomes et son frère Joannes furent accusés d’avoir encouragé « le peuple de Catumbela à assassiner un regente [fonctionnaire de l’administration coloniale] et à aller à Benguela tuer les Blancs sous prétexte qu’ils s’emparaient des terres82 ». Selon le gouverneur de l’Angola, Pedro Alexandrino da Cunha, ces « Noirs de Ferreira Gomes sont des ennemis féroces des Blancs et ont toujours et constamment conspiré contre eux83 ».

  • 84 AHA, cód. 455, folio 132-132v., « Ofício do Governador de Benguela », 11 décembre 1845.
  • 85 AHA, cód. 7183, folio 84, « Ofício do Comandante da Escuna Ninfa », 26 décembre 1845.
  • 86 AHA, cód. 3440, folio 183v.-184, « Ofício do Secretário Geral da Província de Angola », 23 septembr (...)
  • 87 AHA, cód. 523, folio 8v., « Passaporte de José Ferreira Gomes », 23 janvier 1849.

34Pour échapper aux forces de l’ordre, José Gomes chercha un refuge sur le territoire de son cousin maternel, le soba Johannes José Gaspar84. Toutefois, alors que son frère Joannes mourrait (ou se suicidait) sur un navire de guerre portugais, les autorités l’arrêtèrent et l’amenèrent à Luanda craignant, s’il était retenu à Benguela, qu’il en profite pour s’enfuir85. Maintenu en détention pendant trois mois, il fut condamné au bannissement (degredo) et assigné au poste colonial oriental de Pungo Andongo mais, finalement, on l’autorisa à revenir à Benguela86. Conformément aux conditions de sa libération, il s’engagea à se rendre régulièrement à Luanda. En 1849, un passeport émis par le gouvernement angolais le décrit comme un homme noir de 44 ans, voyageant alors de Benguela à Luanda avec six domestiques, la femme noire libre Joana Fernandes da Silva et son fils aîné Francisco Ferreira Gomes Neto87.

  • 88 AHU, segunda seção de Angola, pasta 4, « Ofício do Governador de Angola », 12 avril 1839.
  • 89 AHU, segunda seção de Angola, pasta 16 A, « Ofício do Sub-Delegado Antonio Tavares da Silva Castelo (...)

35Des tensions raciales étaient apparues non seulement à Benguela mais aussi à Luanda à la suite de l’effort du Portugal pour stopper la traite et du fait du renforcement du contrôle colonial. Comme l’a montré Jill Dias, dans certains cas il ne s’agissait que de rumeurs liées à la peur des Portugais blancs que les Noirs deviennent beaucoup plus nombreux qu’eux (Dias 1998, 377). Ces tensions s’expliquent aussi par le fait que de plus en plus d’Européens venaient occuper des postes jusqu’ici tenus par des gens du pays. À Luanda, les craintes se sont accrues après l’arrestation d’un mulâtre, Nicolau Castelobranco, accusé d’encourager l’insubordination parmi les ouvriers noirs et de comploter pour faire assassiner des Européens blancs88. À Benguela, ce climat était « alimenté par des mulâtres excités qui appelaient publiquement les Portugais européens “Galegos” et ajoutaient que l’Afrique était seulement faite pour eux [les métis]89 ».

36Les inquiétudes des Portugais à l’égard de l’instabilité et des tensions raciales à Benguela étaient aussi entretenues par des événements survenant au Brésil. Les sentiments anti-portugais n’avaient cessé d’y marquer la vie politique dans les décennies qui avaient suivi l’indépendance. Cette situation n’avait pourtant pas empêché que les émigrants portugais continuent à affluer au Brésil, attisant les rivalités pour le contrôle du commerce entre les nationaux d’un pays et de l’autre. De plus, ils étaient toujours considérés comme une menace pour la viabilité du nouvel empire. « L’animosité brésilienne visait tous les étrangers qui semblaient mettre en danger la souveraineté de l’empire brésilien, mais les Portugais étaient ceux qui en souffraient le plus » (Barbosa 2009, 74). Ce sentiment devint plus fort encore après les révoltes pro-portugaises du Ceará et du Pernambuco. Comme le constate Paquette (2013, 379) : « Les Brésiliens nés au Portugal et les résidents portugais étaient battus et tués, leurs magasins pillés, saccagés et incendiés ».

37Il est impossible de savoir si José Gomes a effectivement contribué à enflammer les tensions raciales visant la population blanche de Benguela et s’il a conspiré contre l’administration coloniale. Toutefois, ce n’était pas la première fois qu’un membre du clan Ferreira Gomes était accusé de complot racial séditieux. En 1824, des charges tout à fait semblables avaient conduit en prison le patriarche de la famille, Francisco Ferreira Gomes. À cette époque, le Brésil – premier partenaire commercial de Benguela et patrie de plusieurs membres de l’élite marchande de la ville – venait de se séparer du Portugal et le port angolais plongeait dans une crise politique aigüe. Gomes père avait été accusé de comploter pour le rattachement de Benguela au Brésil afin d’en finir avec le contrôle portugais sur le port. De plus, comme son fils vingt ans plus tard, il avait aussi été accusé de projeter d’anéantir la population blanche de la ville. Toutefois, après avoir été emprisonné à Luanda, il avait été réhabilité et était revenu chez lui (Alencastro 2004).

  • 90 AHU, segunda seção de Angola, pasta 5, « Carta de Jácomo Felipe Torres », 6 novembre 1835.
  • 91 AHA, cód. 521, folios 4v.-5, « Bando contra o Uso de Armas de Fogo em Benguela », 20 août 1835.
  • 92 AHA, cód. 163, folio 10-10v., « Carta para o Juiz do Crime Interino e Relator da Alçada », 11 août (...)
  • 93 AHA, cód. 722, « Informação do Delegado », 1839 ; AHA, cód. 522, folios 34-35, « Ordem do Governado (...)

38Ce sont les mêmes charges qui renaissent contre le clan en 1835, alors que Francisco Ferrera Gomes vit déjà à Rio de Janeiro. Ses deux fils sont arrêtés pour avoir fomenté une « révolution qui, peut-être, si elle n’avait pas été réprimée, aurait compté parmi ses victimes la race blanche [de Benguela] tout entière ». Selon les autorités, en cas de succès, le vieux Francisco aurait quitté Rio de Janeiro pour rejoindre ses enfants en Angola90. Pour prévenir les troubles à Benguela, les autorités coloniales avaient décidé : « Aucun noir, libre ou asservi, ainsi que d’autres individus, indépendamment de leur situation juridique, ne pourront porter des armes de nuit comme de jour91. » Les frères Ferreira Gomes avaient été emprisonnés à Luanda et Johannes condamné à l’exil à São Tomé92. Quant à José, contrairement à l’épisode de 1845, il avait finalement été réhabilité et nommé juiz de paz [juge régulier élu] et commandant de l’un des forts de Benguela93.

  • 94 AHA, cód. 722, folio 195v., « Ofício do Governador de Benguela », 27 septembre 1847.
  • 95 AHA, cód. 2788, folio 135v., « Requerimento de José Ferreira Gomes », 20 août 1847.
  • 96 Même si elles ont autorisé le voyage, les autorités de Luanda ont exigé que Gomes Junior revienne e (...)

39L’incident de 1845 a eu des implications plus importantes. Bien que libéré, José Gomes a vu ses activités économiques sérieusement limitées. Cela ne se perçoit pas immédiatement dans les archives mais s’impose rapidement avec une lecture plus attentive. En 1847, par exemple, il a été autorisé à faire naviguer un de ses voiliers le long de la côte de Benguela sous prétexte de faire du commerce d’orseille94. Cependant, pour l’empêcher de participer à la traite illégale, les autorités l’ont forcé à payer des fianças [cautions] sur les esclaves transportés de Benguela à Luanda95. Pour être remboursé, il devait rendre des comptes de tous ses déplacements. En 1848, il a demandé la permission de se rendre à Egito pour mettre fin aux affaires qu’il y avait96.

  • 97 AHA, cx. 1602, « Requerimento de José Gomes Ferreira », 20 octobre 1840.

40Les conséquences financières de ces tracasseries se firent rapidement sentir. On en prend la mesure dans un procès qui est intenté à José en 1858 et qui ressemble de manière frappante à celui subi par son père à Rio de Janeiro en 1863. Dans les deux cas, les litiges financiers conduisent à des conflits familiaux particulièrement amers. En Angola, c’est à propos de la rétrocession d’une dot que l’on se déchire. Domingos Rodrigues Vianna qui avait épousé Feliciana Ferreira Gomes Vianna, la fille de José, poursuit ce dernier pour des dettes impayées. Celles-ci provenaient d’une dot d’une valeur de quatre contos [millions] de réis que la femme de José avait payés à Manoel Joannes Dias de Oliveira, le premier mari de Feliciana. Oliveira était un ancien soldat de Benguela qui avait travaillé à la feitoria de Francisco Gomes à Egito97.

  • 98 TCB, Autos Cíveis de Embargo ou Arresto, maço 7, num. 309, « Ofício do Delegado do Procurador Régio (...)
  • 99 TCB, maço 2, num. 85, « Auto de Sentença Cível », 1858.
  • 100 TCB, maço 1, num. 47, « Autos Cíveis de Embargo ou Arresto », 1858.

41À la suite du procès, un juge de Benguela avait ordonné la confiscation des esclaves de José et l’avait empêché de recevoir le paiement de la vente de deux esclaves98. Pour éviter la saisie de ses biens, il avait prétendu qu’ils appartenaient à son père installé à Rio de Janeiro99. Cette affaire avait révélé que José Ferreira Gomes n’avait plus qu’un esclave, six « établissements ruraux (arimos) et six petites habitations nommées cubatas. ». Comme l’avait exposé Francisco Geraldo Ferreira de Souza Guimarães : « Il connaissait le défendeur [José Ferreira Gomes] à une époque où il était une personne riche, mais depuis il avait sombré dans la déchéance [financière]100. »

Conclusion

42En s’attachant ainsi à deux générations successives de la famille Ferreira Gomes, il est possible de mieux comprendre le fonctionnement des réseaux transatlantiques qui ont soutenu le commerce des esclaves entre Angola et Brésil durant les décennies 1830, 1840 et 1850. L’analyse des données biographiques de cette famille permet de montrer comment les marchands d’esclaves ont constitué de puissantes communautés et, plus largement, se sont intégrés au monde Atlantique, au moment où le Portugal, dans le contexte d’un abandon généralisé de la traite en Afrique, tentait de contenir les commerçants angolais tout en renforçant les liens avec sa colonie. Les dernières années de la carrière de José Ferreira Gomes permettent en outre d’examiner les tensions raciales qui ont surgit dans ce contexte spécifique.

43Les liens sociaux, économiques et culturels du type de ceux construits par la famille Ferreira Gomes et d’autres négociants de Benguela se trouvaient au cœur des relations complexes entre l’Angola et le Brésil. Dans un premier temps, ces réseaux avaient permis aux marchands d’esclaves de contourner les mesures mises en place par le Portugal contre la traite mais, en définitive, ils n’avaient pas été suffisants. Les décisions portugaises s’inscrivaient dans de plus larges projets visant à détourner l’économie angolaise du commerce d’esclave et à renforcer les liens économiques de la colonie avec sa métropole. Il s’agissait aussi de contenir les menaces britanniques sur la côte de l’Angola. La lutte pour mettre fin à la traite des esclaves opposait les administrateurs coloniaux portugais aux groupes blancs, noirs et métis qui contrôlaient la traite angolaise, produisant une instabilité politique et des tensions raciales à Luanda et à Benguela.

44La biographie familiale analysée ici incarne les influences réciproques en jeu dans l’Atlantique sud, reflétant les multiples dimensions des vies de ces hommes qui circulaient dans ce monde, entre Angola et Brésil, à l’ère de la traite esclavagiste. L’interprétation qui en est proposée s’installe dans une histoire inscrite hors des frontières nationales et vise à la comprendre dans sa complexité à partir de perspectives contrastées. Elle montre comment les circuits connectés des échanges sociaux, culturels et familiaux au travers de l’Atlantique soutiennent cette traite, instaurant entre l’Angola et le Brésil une relation bilatérale aux multiples facettes qui limite efficacement les volontés abolitionnistes. L’étude de cas confirme que des captifs continuent à être embarqués en Angola malgré l’adoption par le Portugal, dans les années 1830, d’une législation contre la traite. Elle confirme aussi que ce coup d’arrêt au commerce des esclaves est inséparable d’un accroissement de la présence coloniale en Angola, qui donne naissance à des tensions politiques et raciales entre les autorités portugaises et les élites locales.

Haut de page

Bibliographie

Adelman, Jeremy. 2006. Sovereignty and Revolution in the Iberian Atlantic. Princeton: Princeton University Press.

Alencastro, Luiz Felipe de. 2004. « Continental Drift: The Independence of Brazil (1822), Portugal and Africa. » In From Slave Trade to Empire: Europe and the Colonization of Black Africa, 1780s-1880s, dirigé par Olivier Pétré-Grenouilleau, 98-109. London & New York: Routledge.

Alexandre, Valentim. 2004. « The Portuguese Empire, 1825-1890: Ideology and Economies. » In From Slave Trade to Empire: Europe and the Colonization of Black Africa, 1780s-1880s, dirigé par Olivier Pétré-Grenouilleau, 110-132. London & New York: Routledge.

Barbosa, Rosana. 2009. Immigration and Xenophobia: Portuguese Immigrants in Early 19th Century Rio de Janeiro. Lanham: University Press of America.

Black, Frederick H. 2005. « Diplomatic Struggles: British Support in Spain and Portugal, 1800-1810. » Thèse de PhD. Tallahassee: Florida State University.

Borucki, Alex. 2009. « The “African Colonists” of Montevideo: New Light on the Slave Trade to Rio de Janeiro and Rio de la Plata (1830-1842). » Slavery and Abolition 30 (3): 427-444.

Candido, Mariana. 2013. An African Slaving Port and the Atlantic World: Benguela and its Hinterland. New York: Cambridge University Press.

Clarence-Smith, William Gervase. 1979. « The Myth of Uneconomic Imperialism: The Portuguese in Angola, 1836-1926. » Journal of Southern African Studies 5 (2): 165-180.

Clarence-Smith, William Gervase. 1985. The Third Portuguese Empire, 1825-1975: A Study in Economic Imperialism. Manchester (UK) & Dover (NH): Manchester University Press.

Dias, Jill. 1998. « Angola. ». In Nova História da Expansão Portuguesa: O Império Africano, dirigé par Valentim Alexandre & Jill Dias, 319-556. Lisboa: Editorial Estampa, vol. X.

Eltis, David. 1987. Economic Growth and the Ending of the Transatlantic Slave Trade. New York: Oxford University Press.

Eltis, David. 2009. « Was the Abolition of the U.S. and British Slave Trade Significant in the Broader Atlantic Context? » William and Mary Quarterly 66 (4): 715-736.

Fehrenbacher, Don Edward. 2002. The Slaveholding Republic: An Account of the United States Government’s Relations to Slavery. Oxford & New York: Oxford University Press.

Ferreira, Roquinaldo. 2007. « Atlantic Microhistories: Slaving, Mobility, and Personal Ties in the Black Atlantic World (Angola and Brazil). » In Cultures of the Lusophone Black Atlantic, dirigé par Nancy Naro, Roger Sansi & David Treece, 99-128. New York: Palgrave Macmillan.

Ferreira, Roquinaldo. 2008. « The Suppression of the Slave Trade and Slave Departures from Angola, 1830s-1860s. » In Extending the Frontiers: Essays on the New Transatlantic Slave Trade Database, dirigé par David Eltis & David Richardson, 313-334. New Haven: Yale University Press.

Ferreira, Roquinaldo. 2012. Cross-Cultural Exchange in the Atlantic World: Angola and Brazil during the Era of the Slave Trade. New York: Cambridge University Press.

Ferreira, Roquinaldo. 2013. « Agricultural Enterprise and Unfree Labor in Nineteenth-Century Angola. » In Commercial Agriculture, the Slave Trade, and Slavery in Atlantic Africa, dirigé par Robin Law, Suzanne Schwarz & Silke Strickrodt, 225-243. Woodbridge: James Currey.

Graden, Dale T. 2007. « O Envolvimento dos Estados Unidos no Comércio Atlântico de Escravos para o Brasil, 1840-1858. » Afro-Ásia 35: 9-35.

Hammond, Richard James. 1966. Portugal and Africa 1815-1910: A Study in Uneconomic Imperialism. Stanford: Stanford University Press.

Jerónimo, Miguel Bandeira. 2012. A diplomacia do império: política e religião na partilha de África, 1820-1890. Lisbonne: Edições 70.

Lüdtke, Alf. 2005. « Introduction: What is the History of Everyday Life and who are its Practitioners? » In The History of Everyday Life: Reconstructing Historical Experiences and Ways of Life, dirigé par Alf Lüdtke, 3-40. Princeton: Princeton University Press.

Manchester, Alan. 1973a. « The Transfer of the Portuguese Court to Rio de Janeiro. » In Conflict and Continuity in Brazilian Society, dirigé par Dauril Alden, 148-183. Berkeley: University of California Press.

Manchester, Alan. 1973b. British Pre-eminence in Brazil, its Rise and Decline: A Study in European Expansion. New York: Octagon Books.

Marques, João Pedro. 2006. The Sounds of Silence: Nineteenth-Century Portugal and the Abolition of the Slave Trade. New York: Berghahn.

Marquese, Rafael de Bivar & Tâmis Peixoto Parron. 2011. « Internacional Escravista: a Política da Segunda Escravidão. » Topoi 12 (23): 97-117.

Paquette, Gabriel. 2010. « After Brazil: Portuguese Debates on Empire, c. 1820-1850. » Journal of Colonialism and Colonial History 11 (2). DOI 10.1353/cch.2010.0005 (consulté le 30 octobre 2013).

Paquette, Gabriel. 2013. Imperial Portugal in the Age of Atlantic Revolutions: The Luso-Brazilian World, c. 1770-1850. New York: Cambridge University Press.

Parron, Tamis. 2011. A Política da Escravidão no Império do Brasil, 1826-1865. Rio de Janeiro: Civilização Brasileira.

Robson, Martin. 2004. « The Royal Navy and Lisbon, 1807-1808. » In Lord Beresford e a Intervenção Britânica em Portugal, 1807-1820, dirigé par Malyn Newitt & Martin Robson, 23-47. Lisbonne: Instituto de Ciências Sociais.

Schultz, Kirsten. 2005. « The Crisis of Empire and the Problem of Slavery: Portugal and Brazil, c. 1700-c. 1820. » Common Knowledge 11: 262-282.

Schultz, Kirsten. 2007. « The Transfer of the Portuguese Court and Ideas of Empire. » Portuguese Studies Review 15 (1-2): 367-391.

Tomich, Dale & Michael Zeuske. 2008. « The Second Slavery: Mass Slavery, World Economy, and Comparative Microhistories. » Review: A Journal of the Fernand Braudel Center 31 (3): 91-100.

Wilcken, Patrick. 2005. « A Colony of a Colony: The Portuguese Royal Family in Brazil. » Common Knowledge 11: 249-263.

Wissenbach, Maria Cristina. 2011. « As Feitorias de Urzela e o Tráfico de Escravos: Georg Tams, José Ribeiro dos Santos e os Negócios da África Centro-Ocidental na Décade de 1840. » Afro-Ásia 43: 43-90.

Zeuske, Michael. 2012. « Historiography and Research Problems of Slavery and the Slave Trade in a Global-Historical Perspective. » International Review of Social History 57 (1): 87-111.

Zuñiga, Jean-Paul. 2007. « L’histoire impériale à l´heure de l’histoire globale : problèmes et approches. » Revue d’histoire moderne et contemporaine 54 (4 bis) : 54-68.

Haut de page

Notes

1 Arquivo Nacional do Rio de Janeiro (dorénavant ANRJ), n. 1085, cx. 4089, gal. A, « Inventário de Florinda Josefa Gaspar », 1863.

2 Pour un examen de ce courant historiographique, voir Michael Zeuske (2012).

3 ANRJ, « Inventário de Florinda Josefa Gaspar », n. 1085, cx. 4089, gal. A, Lettre de Francisco Ferreira Gomes, 5 octobre 1863.

4 Arquivo do Itamarati, Rio de Janeiro (dorénavant AI), maço 252-4-6 (parte 1), « Ofício para o Futuro Cônsul do Brasil em Luanda », c. 1855.

5 Tribunal da Comarca de Benguela (dorénavant TCB), maço 7, num. 348, « Autos Cíveis de Justificação », 17 octobre 1855.

6 TCB, maço 1, num. 40, « Requerimento de José Ferreira Gomes », 17 août 1857.

7 Arquivo Histórico de Angola, Luanda (dorénavant AHA), cód. 468, folios 5v.-6, « Ofício do Secretário do Governo de Benguela », 11 décembre 1855.

8 AHA, cód. 2310, folios 84v.-85v., « Ofício da Junta Governativa de Benguela », 22 janvier 1835.

9 TCB, maço 2, num. 85, « Auto de Sentença Cível », 1858.

10 AHA, cód. 7182, folio 144v., « Despacho do Requerimento de Justiniano José dos Reis », 19 mai 1829.

11 AHA, cód. 7182, folio 169, « Despacho do Requerimento de Jácomo Felipe Torres », 23 septembre 1829. Voir aussi Ferreira (2007).

12 AHA, cód. 519, folio 90v., « Portaria do Governador de Benguela », 16 novembre 1811.

13 AHA, cód. 448, folios 22v.-23, « Ofício do Governo Provisório de Benguela », 27 mai 1822.

14 AHA, cód. 449, folio 59, « Ofício do Governador de Benguela », 27 octobre 1825 ; AHA, cx. 138, folio 163v., « Requerimento de José Ferreira Gomes », 4 février 1826.

15 AHA, cx. 138, folio 163v., « Petição de José Ferreira Gomes », 4 février 1826 ; AHA, cód. 7182, folio 35, « Requerimento de Francisco Ferreira Gomes and José Ferreira Gomes », 24 janvier 1827 ; ANRJ, « Movimentação de Portugueses no Brasil, 1808-1842 » ; AHA, cx. 1602, « Petição de José Ferreira Gomes », 11 avril 1839.

16 AHA, cód. 7182, folio 73v., « Requerimento de João Pedro de Andrade », 20 novembre 1827.

17 Arquivo Histórico Ultramarino, Lisbonne (dorénavant AHU), Angola, cx. 142, doc. 44, « Conferência da Câmara de Benguela », 3 janvier 1823.

18 AHU, Angola, cx. 167, doc. 45, « Informação Semestral da Companhia de Henriques de Benguela », 1er juillet 1830.

19 AHU, segunda seção de Angola, pasta 2, « Ofício de Justiniano José dos Reis », 18 décembre 1836 ; AHA, cód. 2310, folios 85v.-86, « Ofício da Junta Governativa de Benguela », 17 février 1835 ; AHA, cód. 163, folio 10-10v., « Carta para o Juiz do Crime Interino », 11 août 1835 ; AHA, cód. 2310, folios 85v.-86, « Ofício da Junta Governativa de Benguela », 17 février 1835.

20 AHA, cód. 3440, folio 183-183v., « Ofício do Secretário Geral da Província de Angola », 23 novembre 1846 ; AHA, cód. 462, folio 134-134v., « Ofício do Governador de Benguela », 4 octobre 1848.

21 AHA, cód. 521, folio 48 ; AHA, cód. 522, folio 70v. ; AHA, cód. 462, folio 9v., « Ofício do Governador de Benguela », 28 août 1847.

22 TCB, num. 215, « Autos de Inventário de Manuel Vidal Cesar », 1858.

23 TCB, maço 7, numéro 313, « Testemunho de Veríssimo Lopes Moura », 1855. Gaspar a eu plusieurs contacts à Benguela, y compris avec des marchands d’esclaves comme Manoel Antonio Teixeira Barboza ou José Luis Vianna da Silva. Cependant, son principal partenaire était son frère José Gaspar Lobo. Voir TCB, num. 38, « Translado de Autos Cíveis de Libelo Comercial », 1855.

24 TCB, non numéroté, « Inventário de Veríssimo Lopes de Moura », 1858.

25 AHA, cód. 522, folios 34-35, « Ordem do Governador de Benguela », 21 novembre 1839 ; AHA, cx. 1602, « Requerimento de Manoel Joaquim Teixeira Barboza », 29 mai 1839.

26 AHA, cód. 455, folio 51, « Ofício do Governador de Benguela », 26 mars 1844.

27 Cette question sera discutée un peu plus loin.

28 AHA, cód. 461, « Ofício do Secretário do Governo de Benguela », 24 juillet 1846.

29 AHA, cód. 722, folios 253-254, « Ofício do Governador de Benguela », 5 juillet 1848. Pour d’autres preuves de l’activité de Barbosa à Benguela, pendant qu’il était à Rio, ainsi que sur ses liens avec Bento dos Santos Pacheco, voir AHA, cód. 722, folio 261, « Ofício do Governador de Benguela », 14 août 1848 ; AHA, cód. 459, folios 20-22, « Ofício do Secretário de Governo de Benguela », 3 décembre 1853 ; Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Lisbonne (dorénavant ANTT), MNE, cx. 374, « Manifesto de Carga do Bergatim Americano Susan », 1 février 1849.

30 AHA, cód. 459, folios 22v.-25v., « Ofício do Governador de Benguela », 5 décembre 1853.

31 Pour situer le déplacement de la cour portugaise au Brésil dans son contexte historique large, voir Manchester (1973b), Schultz (2005 et 2007), Adelman (2006, 220-257), Wilcken (2005).

32 La dimension diplomatique de cette relation entre les deux pays est analysée dans Black (2005).

33 AHNA, cód. 96, folios 74v.-75, « Carta do Governador de Angola », 21 octobre 1826.

34 Voyages Database. 2009. Voyages : The Trans-Atlantic Slave Trade Database. http://www.slavevoyages.org (consulté le 1er janvier 2014).

35 AHA, cód. 12, folios 39-41, « Ofício do Governador de Angola », 11 octobre 1830.

36 José Joaquim Lopes de Lima, Ensaios sobre a Statistica das Possessões Portuguezas na Africa Occidental e Oriental; na Asia Occidental; na China e na Oceania. Lisboa: Imprensa Nacional, 1846, p. 74.

37 AHA, cód. 13, folios 1-3, « Ofício do Governador de Angola », 8 avril 1836 ; Bibliothèque nationale de Lisbonne (dorénavant BNL), cód. 600, « Carta de Manoel da Cruz », 20 octobre 1837.

38 AHU, segunda seção de Angola, pasta 16, « Rendimentos da Alfândega de Luanda em 1850 ».

39 Carlos José Caldeira, Apontamentos d’Uma Viagem de Lisboa à China. Lisboa: Typographia de Castro & Irmão, 1853, p. 214-215.

40 AHU, segunda seção de Angola, pasta 2, « Ofício do Governador de Angola », 8 avril 1836.

41 AHU, segunda seção de Angola, pasta 3, « Relatório do Governador de Angola », 6 août 1838.

42 AHA, cód. 15, folio 55v., « Ofício do Governador de Angola », 12 juin 1841. Le gouvernement de l’Angola a fini par envoyer un navire de guerre à Benguela et Mossamedes pour enquêter sur ces rumeurs. Voir AHA, cód. 15, folio 120v., « Ofício do Conselho de Governo de Angola », 4 septembre 1842.

43 AHA, cód. 261, folio 12-12v., « Portaria da Secretaria de Governo da Marinha e Ultramar », 20 juin 1843 ; AHA, cód. 522, folios 172v.-174, « Edital do Governador Interino de Benguela », 25 mai 1843 ; AHA, cód. 261, folios 38v.-39, « Portaria da Secretaria de Governo da Marinha e Ultramar », 6 septembre 1843.

44 AHA, cód. 454, folio 76-76v., « Ofício do Secretário de Governo de Benguela », 18 octobre 1843.

45 AHA, cód. 13, folios 28v.-29v., « Ofício do Governador de Angola », 11 juin 1836.

46 AHU, papéis de Sá da Bandeira, maço 824, « Ofício de Sá da Bandeira para o Governador de Angola », 1837.

47 George Tams, Visita às Possessões Portuguesas na Costa Ocidental da África. Porto: Typographia da Revista, 1850, p. 110.

48 AHA, cód. 260, folios 53v.-54v., « Portaria da Secretaria de Estado da Marinha do Ultramar », 26 mai 1841.

49 AHI, Coleções Especiais, lata 15, maço 4, pasta 1, « Processo do Navio Feliz (1838-1839) ».

50 Les autorités portugaises ont soutenu que le gouverneur avait voyagé au Brésil pour des raisons médicales et non pour faire le commerce des esclaves. Voir AHA, cód. 15, folios 31v.-32v., « Ofício do Governador de Angola », 17 janvier 1841. Toutefois, elles ont rapidement décidé de licencier le gouverneur. Voir AHA, cód. 260, folios 17v.-18, « Decreto Régio », 2 mars 1841.

51 AHA, cód. 15, folios 45v.-46v., « Ofício do Governador de Angola », 4 avril 1841 ; AHA, cód. 15, folio 55-55v., « Ofício do Governador de Angola », 12 juin 1841.

52 AHA, cód. 15, folio 60-60v., « Ofício do Governador de Angola », 20 juillet 1841.

53 AHA, cód. 452, folio 74-74v., « Ofício do Comandante da Corveta Oito de Julho », 21 octobre 1841.

54 AHA, cód. 521, folios 12v.-13, « Passaporte da Sumaca Rio Tâmega », 31 octobre 1835 ; AHI, Coleções Especiais, lata 25, maço 4, pasta 1, 1833-1834, « Processo do Paquete do Sul ». Voir Eltis (1987) et Borucki (2009).

55 AHA, cód. 521.

56 AHA, cx. 15, « Registro de Requerimentos », 1843-1846. Voir aussi E. [Louis Édouard] Bouët-Willaumez, Commerce et traite des Noirs aux côtes occidentales d’Afrique. Paris : Imprimerie Nationale, 1848, p. 177-178.

57 AHU, segunda seção de Angola, pasta 16 A, « Ofício do Governador de Benguela », 2 avril 1850.

58 Reis avait ordonné une enquête sur deux navires de traite entrés dans le port parce qu’ils étaient des navires étrangers et représentaient une menace pour les intérêts commerciaux des marchands de Benguela. Voir AHA, cód. 521, folio 34, « Ordem do Governador de Benguela », 12 juin 1836. Pour le brick Nova Sorte, voir AHA, cód. 521, folio 24-24v.

59 AHA, cód. 7183, « Ofício do Governador Interino de Benguela », 9 février 1847. Voir aussi Tams, Visita às Possessões Portuguesas…, op. cit., p. 145.

60 AHA, cód. 522, folio 63-63v., « Portaria do Governador de Benguela », 7 juillet 1840.

61 Les propriétaires d’esclaves qui ne se conformeraient pas à cette disposition perdraient leurs captifs. Voir AHA, cód. 522, folios 83v.-84, « Bando sobre os Escravos Novos », 7 janvier 1841 ; AHA, cód. 522, folios 128v.-129, « Bando sobre os Escravos entrados em Benguela », 16 décembre 1841.

62 AHA, cód. 522, folios 125v.-126, « Bando sobre a Pólvora em Benguela », 11 octobre 1841 ; AHA, cód. 1602, « Requerimento de Antonio Xavier Vandunem », 4 mai 1842.

63 AHA, cód. 459, folios 1v.-2, « Ofício do Governador de Benguela », 5 juin 1845.

64 AHA, cód. 8-1-59, folio 103-103v., « Ofício da Junta Governativa de Angola », 5 décembre 1835.

65 AHA, cx. 1602, folio 51v., « Registro de Requerimentos », 16 juillet 1839 ; AHA, cx. 1602, « Requerimento de Jácomo Felipe Torres », 3 septembre 1839 ; AHA, cód. 259, folios 102v.-103, « Portaria do Ministro da Marinha e Ultramar », 12 décembre 1839 ; AHA, cx. 151, « Despacho do Requerimento de Jácomo Felipe Torres », 31 juin 1845.

66 AHA, cód. 522, folio 203, « Passaporte », 30 août 1844 ; AHA, cód. 326, folio 197-197v., « Ofício do Secretário de Governo de Angola », 28 octobre 1851.

67 TCB, non numéroté, « Inventário de Veríssimo Lopes de Moura », 1858.

68 AHU, segunda seção de Angola, pasta 4 B, « Representação de José Ribeiro dos Santos », novembre 1841 ; AHA, cód. 16, folio 77-77v., « Ofício do Governador de Angola », 23 décembre 1844.

69 AHA, cód. 259, folios 135v.-136v., « Portaria do Ministro da Marinha e Ultramar », 28 mars 1840.

70 AHA, cód. 455, folio 64, « Ofício do Governador Interino de Benguela », 17 août 1844.

71 AHNA, cód. 2856, folios 110-112, « Ata da Sessão do Conselho de Governo », 25 octobre 1848 ; AHU, segunda seção de Angola, pasta 14, « Decreto do Governo de Angola », 2 novembre 1848.

72 AHU, segunda seção de Angola, pasta 17 A, « Ofício do Governador de Angola », 9 décembre 1850.

73 AHA, cód. 459, folios 6-7v., « Ofício do Governador de Benguela », 27 mars 1850.

74 AHA, cód. 511, folio 218-218v., « Ofício do Secretário Geral do Governo de Angola », 24 avril 1850.

75 AHA, cód. 465, folios 54v.-55, « Ofício do Governador de Benguela », 15 avril 1852.

76 AHA, cód. 461, folios 22v.-23v., « Circular aos Negociantes de Benguela », 19 mars 1850.

77 AHU, segunda seção de Angola, pasta 26.1, « Ofício do Governador de Mossamedes », 19 novembre 1860.

78 AHA, cx. 1602, « Petição de José Ferreira Gomes », 10 juin 1840 ; AHA, cx. 1602, « Requerimento de José Ferreira Gomes », 17 juillet 1840.

79 AHA, cx. 1602, « Requerimento de José Ferreira Gomes », 13 août 1842. La même décision a été appliquée à Alexandre José da Cruz qui a demandé un permis de voyager de Benguela à Egito la même année. Voir AHA, cx. 1602, « Requerimento de Alexandre José da Cruz », 28 août 1842.

80 AHA, cód. 456, folio 112v., « Ofício do Secretário de Governo de Benguela », 7 novembre 1844.

81 Tams, Visita às Possessões Portuguesas…, op. cit., p. 111.

82 AHU, segunda seção de Angola, pasta 10 A, « Notas dos crimes cometidos por José Ferreira Gomes ».

83 AHU, pasta 10 A, « Ofício do Governador de Angola », 14 novembre 1846.

84 AHA, cód. 455, folio 132-132v., « Ofício do Governador de Benguela », 11 décembre 1845.

85 AHA, cód. 7183, folio 84, « Ofício do Comandante da Escuna Ninfa », 26 décembre 1845.

86 AHA, cód. 3440, folio 183v.-184, « Ofício do Secretário Geral da Província de Angola », 23 septembre 1846 ; AHA, cód. 2788, folio 85, « Ofício do Delegado do Procurador da Coroa e Fazenda », 16 avril 1847 ; AHA, cód. 2788, folio 94, « Requerimento de José Ferreira Gomes », 8 mai 1847 ; AHA, cód. 2788, folio 127v., « Requerimento de José Ferreira Gomes », 3 août 1847.

87 AHA, cód. 523, folio 8v., « Passaporte de José Ferreira Gomes », 23 janvier 1849.

88 AHU, segunda seção de Angola, pasta 4, « Ofício do Governador de Angola », 12 avril 1839.

89 AHU, segunda seção de Angola, pasta 16 A, « Ofício do Sub-Delegado Antonio Tavares da Silva Castelo Branco », 26 décembre 1849.

90 AHU, segunda seção de Angola, pasta 5, « Carta de Jácomo Felipe Torres », 6 novembre 1835.

91 AHA, cód. 521, folios 4v.-5, « Bando contra o Uso de Armas de Fogo em Benguela », 20 août 1835.

92 AHA, cód. 163, folio 10-10v., « Carta para o Juiz do Crime Interino e Relator da Alçada », 11 août 1835. En fait, Johannes Gomes Ferreira n’est jamais allé à São Tomé. Il a été emprisonné pendant trois ans à Luanda. Voir AHA, cód. 260, folio 9-9v., « Portaria da Secretaria de Estado da Marinha do Ultramar », 1er février 1841.

93 AHA, cód. 722, « Informação do Delegado », 1839 ; AHA, cód. 522, folios 34-35, « Ordem do Governador de Benguela », 21 novembre 1839 ; AHA, cód. 462, folio 134-134v., « Ofício do Governador de Benguela », 4 octobre 1848.

94 AHA, cód. 722, folio 195v., « Ofício do Governador de Benguela », 27 septembre 1847.

95 AHA, cód. 2788, folio 135v., « Requerimento de José Ferreira Gomes », 20 août 1847.

96 Même si elles ont autorisé le voyage, les autorités de Luanda ont exigé que Gomes Junior revienne ensuite à Luanda. Voir AHA, cód. 326, folio 38, « Ofício do Secretário do Governo de Angola », 14 mars 1848 ; AHA, cód. 510, folio 70, « Ofício do Governador de Angola », 14 mars 1848.

97 AHA, cx. 1602, « Requerimento de José Gomes Ferreira », 20 octobre 1840.

98 TCB, Autos Cíveis de Embargo ou Arresto, maço 7, num. 309, « Ofício do Delegado do Procurador Régio da Fazenda », 28 août 1855 ; TCB, maço 1, num. 40, « Autuação de Requerimento de José Ferreira Gomes », 17 août 1857.

99 TCB, maço 2, num. 85, « Auto de Sentença Cível », 1858.

100 TCB, maço 1, num. 47, « Autos Cíveis de Embargo ou Arresto », 1858.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roquinaldo Ferreira, « Le genre biographique comme histoire sociale : la famille Ferreira Gomes dans l’Atlantique sud du xixe siècle », Brésil(s), 6 | 2014, 143-163.

Référence électronique

Roquinaldo Ferreira, « Le genre biographique comme histoire sociale : la famille Ferreira Gomes dans l’Atlantique sud du xixe siècle », Brésil(s) [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1334 ; DOI : 10.4000/bresils.1334

Haut de page

Auteur

Roquinaldo Ferreira

Roquinaldo Ferreira, historien, est professeur au département de Portugais et d’Études brésiliennes ainsi qu’au département d’Histoire à Brown University (Providence, Rhode Island, USA).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals