Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Port, Mattijs van de. 2011. Ecstatic Encounters. Bahian Candomblé and the Quest for the Really Real

Amsterdam: Amsterdam University Press, 300 p.
Carly Barboza Machado
Traduction de Jérôme Souty
p. 205-207
Référence(s) :

Port, Mattijs van de. 2011. Ecstatic Encounters. Bahian Candomblé and the Quest for the Really Real. Amsterdam: Amsterdam University Press, 300 p.

Notes de la rédaction

Traduit du portugais

Texte intégral

1Ecstatic encounters est un livre de provocations. En suivant la problématique du Really Real, Mattijs van de Port nous invite à réfléchir à ce qui « compte vraiment » (really matters) dans la recherche anthropologique et, notamment, aux modèles scientifiques classiques, aux normes et aux catégories établies, à la manière de délimiter/découper la réalité et, surtout, de se situer par rapport aux terrains de recherche. Une des provocations faites à l’anthropologie dans cet ouvrage réside dans l’usage osé, bien que maîtrisé, d’une écriture qui intègre non seulement le rationnel mais aussi l’intensité du sensible, du sensuel et de l’imprévu : une manière anthropologique de penser, mais aussi – et inévitablement – de vivre. Ecstatic Encounters n’est pas seulement un livre sur le candomblé de Bahia, c’est un texte fondamental pour ceux qui, en faisant de l’anthropologie sur le terrain, cherchent aussi à « perdre pied ».

2L’auteur se présente en « chaire et en os », et même « la chaire à vif » pour ainsi dire, exigeant du lecteur qu’il assume l’évidence que l’on ne peut faire de l’anthropologie qu’« à découvert ». Van de Port présente son travail comme une expérience de « rencontres », en l’occurrence sa rencontre avec le candomblé et avec Salvador de Bahia. Cette rencontre passe par des échanges quotidiens avec divers personnages, des histoires et des images, une série d’événements, des sentiments et des émotions, des joies et des peines, des prises de risques. Cela remue l’observateur, le fait tressaillir. Et il me semble qu’un des objectifs de l’auteur est de remuer le lecteur en retour. Je ne suis moi-même pas sortie indemne de la rencontre avec ce livre.

3La question du Réel constitue un axe analytique central de cet essai. En des termes lacaniens, et tel que le pense Van de Port, le Réel représente une « négativité radicale », une impossibilité de capturer l’expérience vécue dans sa totalité et, dans un sens plus large, l’impossibilité de produire du sens de manière intègre et complète.

4Pour Van de Port, les recherches sur le candomblé ont toujours dû faire face au défi dialectique de saisir sa « réalité » et sa « totalité », ainsi que d’accéder à la « connaissance profonde ». Cette recherche d’une connaissance « plus complète » caractérise le champ des études sur le candomblé ; elle est aussi très présente dans les représentations publiques produites par ses propres responsables religieux. En analysant les stratégies d’authentification, les dichotomies entre le superficiel et le « profond », avec en arrière plan cette conception du Réel comme « négativité radicale », Van de Port développe ici une analyse très particulière non pas d’un candomblé en tant que tel, mais perçue à partir des relations qu’il établit.

5La relation du candomblé bahianais avec le baroque brésilien constitue ainsi un des points forts de cet ouvrage et les réflexions de Van de Port ouvrent sur un champ de recherche fécond jusque-là assez peu exploré. Selon l’auteur, cette relation est d’ordre esthétique et épistémologique. Van de Port présente le baroque, de même que le candomblé lui-même, comme une vision et une compréhension du monde basée sur le mystère, l’occulte, le mélange d’admiration et de crainte (awe), mais aussi sur l’excès, l’improbable, le détour et la courbe.

6Dans son analyse du candomblé à partir des « rencontres » qu’il suscite, l’auteur aborde des sujets aussi divers que la mode, la littérature, les médias de masse, la musique populaire, les mouvements LGTB et le mouvement Noir, la politique bahianaise, certains événements publics. Il met ainsi en évidence la centralité et l’omniprésence du candomblé à Bahia. Où se situe ce Really Real ? Dans les secrets bien gardés au sein des espaces sacrés des sanctuaires ou dans l’exposition massive et quotidienne dont le candomblé, bien au-delà du cercle de ses adeptes, est l’objet ?

7Les conséquences méthodologiques et épistémologiques que soulève ici l’usage du concept de Réel lacanien, sont importantes. L’idée d’une radicale négativité du Réel, et l’impossibilité de l’appréhender dans sa totalité, conduit l’auteur à s’intéresser à ce qui est « au-delà », à ce qui d’ordinaire n’est pas inclus dans les travaux scientifiques en raison d’un caractère a priori insaisissable. Pour Van de Port : « All these examples, I would say, hint at a continuous search for what I will call “the-rest-of-what-it-is”: the “surplus” of our reality definitions, the “beyond” of our horizons of meaning, that which needs to be excluded as “impossible”, “unknown”, “mere fantasy” or “absurd” for our worldview to make sense » (p. 18). Penser le candomblé « en relation avec » ouvre sur l’idée de « rencontre extatique » (comme le titre de l’ouvrage l’indique), ce qui correspond à un défi dans la mesure où « l’extatique » échappe le plus souvent à l’énonciation.

8Ce « saut à l’élastique » (bungee jump), métaphore que propose Van de Port pour essayer de rendre compte de ce dont « il n’est pas possible, par définition, de rendre compte », est un acte pour le moins périlleux. L’immersion ethnographique représente ici une gageure et un défi : se coltiner la dimension insaisissable du corps, des sens, des couleurs, des odeurs, des émotions, des désirs, des goûts et des dégoûts de l’expérience, pour produire une écriture et une analyse osées et innovantes.

9Le Really Real qui traverse ce livre me semble représenter une catégorie risquée. Il produit une « volonté d’autre chose » (encore selon le terme lacanien), un appel vers ce qui est en devenir, vers le non clos, vers l’insaisissable. Toutefois demeure le risque de fermeture, et l’illusion qu’« aller au-delà » peut effectivement nous amener à ce qui est « réellement » un lieu à partir duquel nous pourrions observer le candomblé, Bahia, le Brésil et aussi nous-mêmes. C’est un risque que Van de Port assume dans son travail, depuis ce lieu où il déclare se situer, où il ne garde pas complètement contrôle et où il est lui-même « écrit-par-le-monde » (written-by-the-world).

10Comme le bungee jumper qui, en sautant dans le vide, calcule les risques – même celui de mourir – Mattijs van de Port, en nous proposant ce travail provoquant, a mesuré le danger et, sans connaître pour autant vraiment l’issue, n’a pas hésité. L’« extatique » est à ce prix. Il n’y a pas de « rencontre » sans étincelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carly Barboza Machado, « Port, Mattijs van de. 2011. Ecstatic Encounters. Bahian Candomblé and the Quest for the Really Real  »Brésil(s), 6 | 2014, 205-207.

Référence électronique

Carly Barboza Machado, « Port, Mattijs van de. 2011. Ecstatic Encounters. Bahian Candomblé and the Quest for the Really Real  »Brésil(s) [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1376

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals