Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jardim, Maria Chaves. 2013. Syndicats et fonds de pension durant le gouvernement Lula

Paris : L’Harmattan. 256 p.
Frédéric Lebaron
p. 207-209
Référence(s) :

Jardim, Maria Chaves. 2013. Syndicats et fonds de pension durant le gouvernement Lula. Paris : L’Harmattan. 256 p.

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat menée à l’EHESS sous la direction de Robert Castel, l’ouvrage de Maria Chaves Jardim est une contribution importante à la connaissance socio-historique des caractéristiques particulières de l’expérience politique et économique du gouvernement Lula.

2En particulier, cet ouvrage permet de bien comprendre l’articulation, au premier abord surprenante si ce n’est paradoxale, entre le rôle important, quoique redéfini, des organisations syndicales et une stratégie d’intégration au capitalisme financier mondial qui caractérisent les « années Lula » (2003-2010). Pour cela, le recours à la comparaison internationale, avec notamment le cas français de l’épargne salariale en contrepoint, permet de dégager certains des mécanismes sous-jacents aux processus politico-économiques observés.

3Comme l’indique dans sa préface Monique de Saint-Martin, l’ouvrage de Maria Jardim décrit une « conversion » qui voit des dirigeants syndicaux prendre les commandes de fonds de pension tout en essayant d’en infléchir le fonctionnement au profit d’un projet politique de développement et de réduction des inégalités : une sorte de « moralisation du capitalisme », au moins partiellement réussie selon l’auteure.

4Le premier chapitre expose les transformations de la protection sociale au Brésil en mettant en évidence les conséquences du développement des fonds de pension à partir de 1977 : faibles jusqu’à la présidence de Lula, ceux-ci ne prennent de l’importance qu’avec l’arrivée du Parti des travailleurs (PT) et d’une stratégie articulant finance et « inclusion sociale ». Un examen des différentes législations successives, combiné à diverses données quantitatives, permet ainsi de faire apparaître les modalités de construction d’un espace social complexe de la finance brésilienne, où interagissent des acteurs hétérogènes.

5Le deuxième chapitre, plus classique dans la littérature (notamment régulationniste) sur les fonds de pension, rappelle la contribution de ceux-ci à l’évolution vers le capitalisme actionnarial dans les différents pays du monde. L’apparition de la « gouvernance d’entreprise », qui leur est associée, a pour but de modifier le fonctionnement des entreprises, notamment en accroissant théoriquement la transparence et, en pratique, en renouvelant les marges de jeux des acteurs financiers.

6Le troisième chapitre montre que, dans différentes configurations nationales (États-Unis, Canada, France), des modèles nationaux ont mis en place diverses formes de liaison entre syndicats et fonds de pension. C’est aux États-Unis que la situation est la moins favorable aux organisations syndicales. En France, cela a pris la forme de l’épargne salariale, similaire à la logique des fonds de pension sans en posséder tous les attributs symboliques (en particulier le nom même de « fonds de pension »). La CFDT a eu un rôle-clé dans cette innovation institutionnelle, portée notamment par la loi Fabius de 2001. On retrouve donc le rôle de la gauche politique et des franges les plus gestionnaires des organisations syndicales, CGT comprise (laquelle requalifie l’épargne salariale en revenu différé).

7Le quatrième chapitre présente le cœur de la stratégie luliste, celle d’un syndicaliste initialement « ennemi de la finance » qui rend visite à la Bovespa (Bourse des valeurs de São Paulo) en août 2002 et entreprend une stratégie de gestion sociale de la financiarisation : cela commence par les partenariats public-privé qui devaient mobiliser les ressources des fonds de pension pour des projets d’infrastructure et ont surtout eu un rôle symbolique, en permettant à Lula de légitimer l’idée de « moralisation du marché » ; vient ensuite le développement du micro-crédit (2005) et la Banque populaire du Brésil qui finance des matériaux de construction à taux réduit, la Bourse populaire et le Fonds de garantie pour le temps de service, qui légitiment et développent ce que l’on appelle en France le « capitalisme populaire ». La réforme de la protection sociale va accélérer la montée en puissance de l’implication des syndicalistes dans la gestion des fonds de pension, lesquels doivent servir à fournir des retraites complémentaires à différents types d’agents. Le cœur de cette stratégie est la bancarisation des classes populaires et la subordination partielle de la finance à des objectifs productifs voire sociaux.

8Le chapitre V propose une interprétation sociologique de ce processus de prise de contrôle partiel de la finance, à travers les fonds de pension, par des cadres syndicaux en insistant sur le rôle moteur des croyances des acteurs, qui sont décrites de façon très fine. On voit ainsi naître la conviction qu’il est possible de détourner les fonds de leurs fonctions spéculatives pour leur faire servir des objectifs qui les dépassent. La naturalisation et la sacralisation de la retraite complémentaire font partie des composantes de ce processus qui redéfinit profondément l’identité syndicale.

9Le chapitre VI revient plus en détail sur les limites et ambiguïtés de cette conversion apparemment facile et très large, en développant des analyses inspirées par Mary Douglas sur la dimension cognitive des conventions sociales. Le cœur de cette nouvelle convention est la « moralisation du capitalisme », fondée sur un répertoire cohérent, celui du « développement durable » et de la « responsabilité sociale de l’entreprise ». Mais cette « moralisation » correspond aussi à une domestication du syndicalisme, qui abandonne la défense d’un système de protection sociale jugé peu légitime au Brésil, au profit d’une articulation « social-marché » d’un type nouveau, fondée sur une forme de magie sociale et des rituels spécifiques.

10Le chapitre VII enfin conduit l’auteure à revenir sur un thème important de la sociologie des élites, en montrant que le processus décrit correspond à l’ascension d’un nouveau groupe social. L’élite syndicale reconvertie met ainsi en place un modèle de fonds de pension hybride, qui emprunte beaucoup aux « philosophies » des dispositifs canadiens et français, en limitant sa subordination aux activités spéculatives. Elle tend à associer développement du syndicalisme et mise en place de fonds de pension, au risque de s’éloigner toujours plus des revendications syndicales classiques : salaires, durée du travail, conditions de travail, etc. L’opposition entre la nouvelle élite et les dirigeants plus traditionnels structure dès lors profondément le champ syndical brésilien.

11L’ouvrage se conclut par une réflexion sur l’originalité d’une situation où un gouvernement de gauche, et l’élite syndicale qui lui est associée, deviennent des acteurs majeurs d’un espace financier complexe à travers l’outil des fonds de pension repensé dans un nouveau cadre cognitif. Il donne ainsi à voir un succès paradoxal, puisque la reconversion n’a pas conduit jusqu’ici à l’abandon des objectifs d’inclusion sociale affichés mais à leur réagencement dans le contexte de domination des marchés financiers globalisés.

12Cet ouvrage riche ne peut donc qu’inciter les chercheurs à mieux prendre en compte la spécificité historique de l’expérience Lula. Cela nécessite de rapprocher la stratégie de domestication de la finance qui le caractérise d’une stratégie parallèle d’émergence internationale, laquelle a été adossée à un développement progressif du marché intérieur fondé sur l’accès de nouvelles catégories sociales à la consommation de masse et au système bancaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Lebaron, « Jardim, Maria Chaves. 2013. Syndicats et fonds de pension durant le gouvernement Lula  »Brésil(s), 6 | 2014, 207-209.

Référence électronique

Frédéric Lebaron, « Jardim, Maria Chaves. 2013. Syndicats et fonds de pension durant le gouvernement Lula  »Brésil(s) [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1380

Haut de page

Auteur

Frédéric Lebaron

Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals