Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Perspective. La revue de l’INHA. 2013, 2, « Le Brésil »

424 p.
Jacques Poloni-Simard
p. 209-211
Référence(s) :

Perspective. La revue de l’INHA. 2013, 2, « Le Brésil », 424 p.

Texte intégral

1L’initiative de Perspective de consacrer un numéro spécial à l’histoire de l’art au Brésil est heureuse car, comme l’écrit Marion Boudon-Machuel en ouverture : « Qui connaît en France l’histoire de l’art qui se fait au Brésil ou dont l’art brésilien est l’objet ? » (p. 205 – pour se repérer, il faut ajouter deux pages à la numérotation fautive du sommaire à partir de la section « Actualité »). Le spectre couvert par cette livraison est large : de l’archéologie à la muséographie, en passant par l’art baroque et quelques courants du xxe siècle (modernisme, art concret) ; de l’architecture à l’art populaire, sans oublier le xixe ou la Biennale de São Paulo. La nature des textes est variée : articles généraux, « débats », études ponctuelles ; les auteurs sont (à quelques exceptions près) brésiliens, ce qui a pour avantage, aussi, de faire connaître une historiographie peu diffusée en France – et en français.

2On peut s’étonner de la place accordée à la question : « Existe-t-il un art brésilien ? » (p. 251-268). D’une part, c’est le reflet d’une préoccupation qui a alimenté nombre de débats, parmi les intellectuels comme chez les artistes, tout au long d’une grande partie du xxe siècle ; d’autre part, aborder l’histoire d’un pays, c’est aussi entrer par son historiographie. Or celle-ci s’est construite en partie autour de la revendication qui sous-tend la question initiale (c’est moins le cas aujourd’hui, en contexte de mondialisation/globalisation), au risque de « crypter » la production textuelle. C’est donc aussi l’intérêt des contributions de cette livraison que de nous offrir un certain nombre de clés de compréhension sur l’histoire qui s’est écrite et continue de s’écrire, avec vigueur. Cette histoire est d’ailleurs mise en relation avec celle des institutions académiques, qui n’ont que récemment reconnu l’autonomie de l’histoire de l’art dans leur cursus (voir Philippe Sénéchal, p. 207-209). Et le dynamisme actuel de la recherche brésilienne est aussi l’un des moteurs de cette discipline, dans sa diversité, outre la traditionnelle ouverture internationale de ses chercheurs.

3Il est impossible de signaler tous les articles – et leur intérêt –, au nombre de seize. On ne prendra que deux exemples : « Le baroque colonisateur : principales orientations théoriques dans la production historiographique » (Jens Baumgarten et André Tavares, p. 288-307) et « Le modernisme brésilien, entre consécration et contestation » (Ana Paula Cavalcanti Simioni, p. 325-342).

4Entre le moment de l’« invention » de la figure du sculpteur des « Prophètes » de Congonhas, Aleijadinho, par Mário de Andrade et les modernistes dans les années 1920 – ainsi que par les tenants d’une architecture néocoloniale – ; celui des premiers travaux consacrés à l’art baroque par Hannah Levy dans les années 1940 ; celui des années 1990 et 2000, qui virent se multiplier les grandes expositions consacrées à l’art baroque ; et les années récentes, J. Baumgarten et A. Tavares soulignent plusieurs mouvements de fond : 1) le passage du local au national, puis au « global », avec la prise en compte des échanges transatlantiques avec la péninsule Ibérique, l’Italie, l’Afrique, mais aussi des liens avec l’Amérique espagnole ; 2) l’extension des recherches à d’autres territoires que le Minas Gerais, à d’autres objets que les seules œuvres religieuses (les arts décoratifs) ; 3) l’inscription, enfin, de l’étude des productions artistiques dans une perspective que l’on qualifiera de « totale », articulée à l’architecture, l’urbanisme, la culture populaire, l’histoire et l’anthropologie sociales, religieuses et culturelles.

5L’étude qu’A. P. Cavalcanti Simioni consacre au modernisme brésilien montre combien l’historiographie brésilienne sur cette avant-garde pauliste des années 1920 a « bougé » au cours du siècle écoulé. L’auteur retrace d’abord comment ce mouvement devint une valeur nationale et internationale, notamment sous le gouvernement de Getúlio Vargas (1937-1945), qui en fit une vitrine de son Estado Novo, en particulier dans le domaine architectural, avant que ce « canon national-moderne » ne soit supplanté par le « paradigme néoconcret », à partir de la première Biennale de São Paulo en 1951. La « légende » fut consolidée par la publication des témoignages des protagonistes de la première génération, et l’apogée de la consécration, dans les années 1970, fut l’entrée des collections modernistes dans les institutions muséographiques publiques, sous la dictature militaire. La révision critique suivit bientôt (avec Ronaldo Brito), pointant le caractère « non moderne » des œuvres modernistes et prenant ses distances avec les apories sur la « culture authentiquement nationale » qu’elles supportent, pour leur opposer un autre moment origine du véritable modernisme : le « concrétisme ». Dans l’un comme dans l’autre de ces deux « récits », on touche du doigt, se permettra-t-on d’ajouter, les limites des catégories plaquées sur les courants artistiques, et la nécessité de revenir aux sources – c’est un historien qui écrit cette note – et aux motivations et projets de leurs acteurs ; ce qui rejoint la diversité des logiques de rénovation artistique au Brésil, au tournant du xxe siècle, que signale l’auteure de la contribution ici commentée.

6La présentation plus que sélective de cette livraison de Perspective espère en avoir suggéré la richesse, car toutes les contributions se situent au niveau réflexif souligné à partir de deux d’entre elles. Nul doute que ce numéro « Brésil » servira de vade-mecum pour tous les étudiants qui se lanceront dans l’étude de l’art brésilien et, on l’espère aussi, de l’espace hispanophone de l’Amérique. Surtout, Perspective aura atteint son objectif, s’il convainc les spécialistes de tel ou tel des thèmes abordés – trop vite signalés ici – d’intégrer à leur agenda ce qui s’est fait – et s’écrit – sous cette latitude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Poloni-Simard, « Perspective. La revue de l’INHA. 2013, 2, « Le Brésil »  »Brésil(s), 6 | 2014, 209-211.

Référence électronique

Jacques Poloni-Simard, « Perspective. La revue de l’INHA. 2013, 2, « Le Brésil »  »Brésil(s) [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1384

Haut de page

Auteur

Jacques Poloni-Simard

CERMA/Mondes américains-EHESS

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals