Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Teisserenc, Pierre. 2013. L'Action publique dans ses nouveaux territoires en France et au Brésil

Paris, L’Harmattan, 286 p.
Nicolas Bautès
Référence(s) :

Teisserenc, Pierre. 2013. L'Action publique dans ses nouveaux territoires en France et au Brésil. Paris, L’Harmattan, 286 p.

Notes de la rédaction

Ce texte est exclusivement disponible dans la version électronique de Brésil(s).

Texte intégral

1Pierre Teisserenc, professeur émérite à l’Université Paris XIII et longtemps professeur invité à l’Université fédérale du Pará à Belém, cherche dans cet ouvrage à faire « converger » son regard de chercheur et sa longue expérience d’enseignement en France et au Brésil, expérience consacrée en grande partie à former des futurs professionnels du « développement des territoires ». Il présente un travail qui contribue à l’articulation des savoirs entre champ professionnel et champ académique, à une mise en regard de l’action publique en France et au Brésil, à un dialogue entre des mondes sociaux et des dispositifs institutionnels aussi distincts et éloignés que peuvent l’être les réserves extractivistes en Amazonie et les établissements publics à caractère intercommunal en France. Sur cette base, il suggère un retour sur les thèmes de l’action publique et du développement, attribuant une place de choix au « local ». L’ouvrage s’ajoute ainsi au vaste ensemble de publications, certaines récentes, sur des objets aussi transversaux que centraux pour les domaines que recouvrent la sociologie politique, l’aménagement ou la géographie.

2L’auteur engage une lecture ambitieuse de l’action publique dans ses « nouveaux » territoires, entendus ici comme des espaces ou des dispositifs en reconfigurations sous l’effet des mises en concurrence et des injonctions induites dans le cadre des « processus de globalisation » et de « la montée en puissance des exigences du développement durable » qui génère « un processus de rééquilibrage institutionnel par des transferts de compétences » (p 19). Partant de deux contextes sociaux et institutionnels progressivement et brièvement esquissés en introduction, Teisserenc questionne les « enjeux auxquels doivent répondre le territoire de l’action locale ». Il le fait d’une manière bien particulière : au lieu de prendre de front la question de la territorialisation de l’action publique, il opte pour une démarche comparative dont le but est de faire ressortir des tendances générales dans l’évolution de la construction et la gestion des territoires. Les deux cent quatre-vingt-deux pages (bibliographie incluse) que compte l’ouvrage sont organisées autour de neuf chapitres (l’action publique locale et le développement territorial ; l’acteur de développement du territoire ; espace public et action collective ; la mobilisation territoriale des acteurs par l’action ; etc.) qui, chacun à leur tour, proposent un retour sur un aspect de la « grande question ».

3Ce projet laisse cependant un sentiment d’inaboutissement. Le cadrage du livre, son objet, sa mobilisation des cas d’études, les itinéraires théoriques des notions mobilisées et les nombreux débats théoriques qui animent ces chapitres ne permettent pas vraiment au lecteur de dégager un propos précis permettant d’apprécier pleinement ce que la comparaison mobilisée apporte comme plus-value aux études territoriales.

4Certes, le livre est centré sur le changement des périmètres de l’action publique, à la fois du point de vue de l’espace et de son administration, des missions et des compétences des acteurs. Toutefois, on peut regretter que cela soit fait sans cadre invitant à analyser et mettre en regard les mécanismes de pensée et d’action, les solutions logiques et les attitudes mentales (Dias 2013), parmi d’autres champs qui conduiraient à proposer un regard transversal précis et affûté des problématiques transformatrices observées.

5À l’absence d’un cadre réflexif ferme correspond un objet difficile à cerner. L’auteur a situé son analyse en Amazonie car, dit-il, il est « intimement convaincu que ce qui s’y joue aujourd’hui sur la façon dont sont appréhendées les problématiques du développement territorial durable préfigure ce qui est en train de se jouer progressivement en Europe et dans d’autres parties du monde ». Pourtant, l’ambientalização, qui est au cœur de l’ouvrage, n’est abordée que dans le chapitre six et ne fait pas l’objet d’un examen critique approfondi, alors que la mobilisation de l’abondante littérature sur le thème aurait permis de le faire à moindre frais.

6Pierre Teisserenc insiste sur deux dimensions des débats qui animent les mondes intellectuels et politiques amazoniens (p. 164) : l’une porte sur « ce que l’idée d’ambientalização contient comme controverses au sujet de la protection de la biodiversité et de la socio-diversité, ainsi que sur les politiques y afférentes » ; l’autre sur « les différentes conceptions de l’ambientalização et sur l’appréciation des effets attendus de chacune d’entre elles en termes de développement économique, social et culturel du territoire » (p. 164). L’analyse de ces deux éléments, sur lesquels Teisserenc revient à partir de trois auteurs brésiliens (Alfredo Wagner de Almeida, Carlos Walter Porto Gonçalves et José Sergio Leite Lopes), mériterait d’être nourrie de plusieurs autres études récentes, en français notamment, où il est question tour à tour de la réception des injonctions au développent durable dans le milieu rural (Albaladejo et Arnauld de Sartre 2005), de l’appropriation des contextes institutionnels permettant aux populations locales amérindiennes d’envisager de nouvelles configurations territoriales (Le Tourneau, 2010) ou encore, de manière plus proche du propos de cet ouvrage, de l’innovation sociale et des politiques publiques du développement durable en Amazonie brésilienne (Le Tourneau & Droulers 2010).

7Si l’objet de l’ouvrage concerne les reconfigurations à l’œuvre dans des espaces locaux, aucun élément ne permet de nourrir la curiosité des lecteurs sur la vie dans ces espaces, sur les jeux et stratégies qui se trament au cœur du local pour appliquer ou anticiper les réformes, se positionner dans les nouvelles collectivités, prendre part aux mobilisations, aux discours, aux échanges et négociations qu’entraînent les nouveaux contextes décrits par l’auteur. De la vie dans ces espaces, on ne sait que très peu, seules sont restituées des bribes d’éléments glanés dans des sources de seconde main : et une restitution plus précise aurait nourrit le débat académique omniprésent dans le texte. La société tout comme le territoire semblent ainsi – à la fois par ces absences et par un usage mouvant des termes – réifiés ou absorbés par les notions d’acteurs, d’État, d’action publique, de gouvernance, ou encore de « communauté » qui, dans le sens brésilien, revêtent des significations qu’il aurait été utile de préciser pour les lecteurs non avertis. Ces catégories auraient pourtant pu être déconstruites pour éviter les abstractions souvent trop rapides.

8Pour donner un sens pratique à ces notions, suivant l’objectif de l’auteur, tout en leur conférant une profondeur sociologique et en contournant « la difficulté d’utiliser le concept de systèmes d’acteurs territorial » (p. 87), peut-être aurait-il été intéressant de les réintroduire dans un cadre plus clairement sociotechnique ? L’intérêt aurait été de saisir de manière plus précise et plus claire les formes effectives de ces réorganisations sociales et territoriales issues de « concurrences » et « d’interdépendances » (p. 27). Les questions posées par l’auteur à ce sujet, nombreuses et foisonnantes, font l’impasse sur ce qui relève de manière précise, dans chacun des contextes étudiés, des « débordements territoriaux qui bousculent parfois la mise en œuvre des politiques et sur les ‘cadrages’ sectoriels qui subsistent ou se ré-agencent » (Douillet et Faure 2005).

9Les différents chapitres, d’une utilité certaine pour les lecteurs en quête d’éléments synthétiques sur ces notions et processus, engagent un retour sur quelques travaux fondateurs, sans pour autant prétendre à une quelconque exhaustivité. De ces nombreuses références, souvent incontournables et justement mobilisées, il semble néanmoins délicat de tirer ce qui fait l’essence de l’argumentaire de l’auteur. À ce titre, les récentes publications d’A. Faure, dont seules malheureusement les plus anciennes sont référencées, auraient pu servir d’appui pour éviter de tomber dans le travers de micro-synthèses généralisantes, faute de pouvoir compter sur un matériau empirique rigoureux qui aurait permis, dans un style plus libre, de restituer la richesse de l’expérience de recherche de Pierre Teisserenc et des collègues qui l’ont accompagné sur les terrains amazoniens et français. Au lieu de cela, l’auteur s’attache à réécrire des pans entiers de l’histoire des concepts et des notions connexes à celle de développement local, à l’image d’un manuel de sociologie simplifié, exonéré de certaines lectures pourtant fondamentales pour comprendre ce qui fait le socle des systèmes sociaux étudiés. Cette lacune témoigne d’un positionnement dans le champ de la sociologie qui aurait dû être explicité.

10Le principal intérêt de ces chapitres demeure néanmoins de proposer, tour à tour, un ensemble de textes utiles permettant de reconstruire l’histoire de la pensée récente sur le « développement local » et de l’articuler aux nouveaux enjeux du développement durable. Pierre Teisserenc navigue dans cette histoire au moyen de la présentation de certains cas illustres restitués de manière synthétique (celui de Minerve notamment, p. 80-86). Utiles et appropriés, ils ne sont malheureusement pas réintroduits dans l’analyse des terrains d’étude censés figurer au cœur de l’ouvrage.

11La richesse illustrative et réflexive de cet ouvrage peut ainsi décevoir face au silence de l’auteur sur des questions qui, pourtant, animent le champ des études sur l’action publique locale, en Amazonie comme en France, ou plus largement celui du politique dans les sciences sociales (interrogations autour de l’invariance et de la contingence, tensions entre différenciations et standardisations, etc.). Dans le contexte amazonien, ces questions ont été analysées de manière particulièrement pertinente dans le cadre d’une critique de la mise en pratique du développement durable dans les politiques publiques (Arnauld de Sartre et Berdoulay 2011). Les auteurs y montrent la nécessité de dépasser le cadre d’analyses strictement scalaires pour proposer un regard sur l’action publique et le développement durable, les coalitions d’acteurs étant susceptibles d’articuler à leurs fins différents niveaux territoriaux. Sur de telles questions ou encore sur celle des territoires et des enjeux de développement à l’échelle locale, cette approche montre qu’il est possible de combiner entreprise théorique (notamment concernant la question du développement durable) et empirique, tout en proposant une clé de lecture ouverte dépassant les seules études brésilianistes.

Haut de page

Bibliographie

Arnauld de Sartre, Xavier & Vincent Berdoulay. 2011. Des politiques territoriales durables ? Leçons d’Amazonie. Versailles : Éditions Quæ.

Albaladejo, Christophe & Xavier Arnauld de Sartre. 2005. L'Amazonie brésilienne et le développement durable : expériences et enjeux en milieu rural. Paris : L’Harmattan.

Faure, Alain & Anne-Cécile Douillet, dir. 2005. L’Action publique et la question territoriale. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

Détienne, Marcel. 2000. Comparer l’incomparable. Paris : Seuil.

Dias, Amanda S. A. 2013. Aux marges de la ville et de l’État. Camps palestiniens au Liban et favelas cariocas. Paris : Karthala/IFPO.

Douillet, Anne Cécile, Alain Faure, Charlotte Halpern, Jean-Philippe Leresche, dir. 2012. L’Action publique locale dans tous ses états. Différenciation et standardisation. Paris : L’Harmattan.

Halpern, Charlotte, Pierre Lascoumes & Patrick Le Galès, dir. 2014. L'Instrumentation de l'action publique. Controverses, résistance, effets. Paris : Presses de Sciences Po.

Le Tourneau, François-Michel & Martine Droulers, dir. 2010. L’Amazonie Brésilienne et le développement durable. Paris : Belin.

Otsuki, Kei. 2013. Sustainable Development in Amazonia: Paradise in the Making. Londres/New York: Routledge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Bautès, « Teisserenc, Pierre. 2013. L'Action publique dans ses nouveaux territoires en France et au Brésil  », Brésil(s) [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 14 décembre 2014, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1398

Haut de page

Auteur

Nicolas Bautès

Université de Caen-Basse-Normandie et CEIAS

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals