Navigation – Plan du site
Dossier – Les mobilisations de 2013 au Brésil : vers une reconfiguration de la contestation

Les journées de(puis) juin 2013

As jornadas de(sde) junho de 2013
Following the 2013 June Journeys
Marco Antonio Perruso et Viviane Becker Narvaes
Traduction de David Yann Chaigne
p. 19-38

Résumés

Au sein de la trajectoire historique de la société brésilienne, on peut distinguer trois traditions politico-sociales : une première de droite libérale, une autre de centre-droit ou centre-gauche qui croit aux vertus de l’État-nation et la troisième, issue des courants politico-sociaux des classes populaires, et ancrée dans diverses luttes sociales. Dans les années 1970-1980, la CUT et le PT ont émergé pour défendre les classes travailleuses contre les libéraux et les étatistes, mais depuis les années 1990-2000, ils se sont convertis à la tradition centriste basée sur l’État-nation, provoquant ainsi un affaiblissement de la sphère des mouvements sociaux. Ceux-ci ont donc dû se reconstruire dans des conditions difficiles lors de ces dernières années pour revenir en force lors des journées de juin 2013, caractérisées par l’action directe et la lutte pour la démocratie participative.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en mai 2014 ; approuvé en février 2015.

Traduit du portugais

Texte intégral

  • 1 Le développementisme (desenvolvimentismo) est une orientation politique qui accorde un rôle central (...)

1Les grandes manifestations sociales et politiques qui se sont principalement déroulées au mois de juin 2013 constituent un défi auquel les sciences sociales brésiliennes (et internationales) ne sauraient se soustraire. Celles-ci se doivent, en effet, de dévoiler ce qui est en œuvre dans les « entrailles de la société » (Singer 2013, 24) et s’exprime fondamentalement dans les rues, c’est-à-dire en dehors d’une politique institutionnelle aujourd’hui réduite à la dualité entre le néo-développementisme1 du Parti des travailleurs (PT, à la tête du gouvernement fédéral depuis 2002) et le néolibéralisme du Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB, au pouvoir entre 1994 et 2002) – une dualité qui actualise le conflit historique entre l’État et le marché en leur qualité d’agents fondamentaux du développement capitaliste brésilien. Il se trouve que lors des deux dernières décennies, les sciences sociales nationales se sont le plus souvent consacrées à l’analyse des articulations politiques et sociales au sein des institutions de la démocratie représentative. Et c’est précisément pour cela qu’elles se sont laissées surprendre par l’éclosion d’importantes manifestations de rue, quant à elles emblématiques d’une démocratie participative (ici entendue de façon générique comme une participation citoyenne qui s’affiche hors du cadre de la démocratie représentative) qui ne cesse depuis lors de s’affermir.

2Les Journées de juin ont en effet constitué une explosion subite de révolte citoyenne autonome, dont les origines remontent néanmoins au début du XXIe siècle. Et des protestations de rue, certes de moindre ampleur et beaucoup plus fragmentées, persistent depuis juin et juillet 2013, apogée des manifestations initiées par le Movimento Passe Livre de São Paulo (MPL-SP), un mouvement pour la gratuité des transports publics. Les Journées de juin semblent avoir inauguré dans le pays une nouvelle conjoncture politique : des manifestations contre différents hommes politiques associés au statu quo ont en effet vu le jour ; diverses initiatives inspirées d’Occupy Wall Street, qui avaient surgi en 2011, ont été réactivées ; les manifestations contre le Mondial de football, en faveur de la gratuité des transports en commun, ou encore contre la violence policière, ont continué ; d’importants affrontements de rue ont eu lieu ; de grandes grèves ont éclaté (dans les usines hydroélectriques de Belo Monte, Jirau et Santo Antonio, dans de nouveaux complexes industriels et sur des chantiers d’infrastructure ou de construction des stades).

3Dans ce contexte, le présent article cherchera à interpréter les grandes manifestations de juin 2013 comme un moment d’intensification d’une reconstruction, lente mais continue, des mouvements sociaux autonomes et de la gauche anticapitaliste au Brésil, une reconstruction en œuvre au moins depuis le début des années 2000 et consacrée par ces Journées de juin. Nous ferons usage de diverses données appartenant au domaine public et nous nous appuierons également sur différentes analyses – menées aussi bien par des universitaires se consacrant à l’étude des mouvements sociaux que par des militants, sympathisants ou critiques des manifestations en question – se situant dans le cadre plus large de débats sur la conjoncture actuelle. Faute de temps et d’espace, la plupart des événements que nous mentionnerons ici se réfèrent aux manifestations ayant eu lieu dans les principaux centres urbains brésiliens, notamment Rio de Janeiro et São Paulo.

Les Journées de(puis) juin et quelques-unes de leurs caractéristiques

4Dès le début, ce qui a d’emblée sauté aux yeux des plus divers commentateurs sont certaines particularités présentées par les manifestations, ainsi que par les mouvements sociaux et organisations politiques qui en sont à l’origine. À titre de précaution, il convient de souligner qu’il ne s’agit pas des seules caractéristiques que l’on peut mettre en évidence, et qu’elles ne sont pas généralisables à l’ensemble des manifestations dont il est question. On peut même affirmer que ces caractéristiques ne s’appliquent pas à certaines des situations dont nous avons pu être témoins. Force est néanmoins de constater que les trois caractéristiques présentées ci-après occupent une place de choix dans la trajectoire historique des mouvements sociaux brésiliens et de notre culture politique.

5En premier lieu, on a vu s’exprimer un activisme aux multiples facettes, relativement horizontal et organisé en réseaux, selon des principes autonomistes et basistes. La démarche politique des manifestations organisées par le MPL de São Paulo a surgi « de bas en haut » et elle s’est maintenue dans cette voie, en évitant par exemple « l’usage traditionnel des véhicules sonorisés et autres tribunes », si habituels chez les syndicats et les mouvements sociaux les mieux implantés, construisant de cette façon « une nouvelle forme » de protestation politique (Secco 2013, 72). Le but était ainsi de s’exprimer publiquement en collant au plus près des délibérations de la base : « Ils ont développé de la sorte une pratique différente de celle à laquelle nous sommes habitués, où les représentants sont tellement distants des représentés que leur mandat peut sembler illimité. » (Singer 2013, 33)

6Une deuxième caractéristique des Journées de(puis) juin est l’usage significatif de l’action directe par nombre d’activistes, voire par la population elle-même, qui s’est parfois jointe aux manifestations de manière spontanée. Cette modalité d’action politique inclut l’occupation de bâtiments publics (assemblées législatives, mairies), la destruction de véhicules de police et de symboles esthétiques du pouvoir en place (drapeaux, sculptures et autres) et de la Coupe du Monde (mascottes et enseignes de sponsors), le saccage de banques et de boutiques de marque, sans oublier les performances artistiques et culturelles de rue et les activités de solidarité avec les populations sans-abri et des banlieues (Losekann 2014, 30 et 35).

7L’analyse minutieuse de cette action de confrontation directe montre bien que « les cibles ne sont pas aléatoires », puisqu’elles sont toutes censées représenter des « symboles du capitalisme », de « l’oppression de l’État » ou encore de « la culture dominante » :

[…] la fonction de la destruction en tant qu’acte symbolique est de montrer que le système de pouvoir, le capitalisme et la culture dominante ne sont pas inébranlables. En ressort une critique symbolique. (Losekann 2014, 34)

8L’un de ses éléments centraux est la confrontation avec les forces de l’ordre, et en particulier avec la police militaire dont la violence historique n’est plus à démontrer. C’est à cette occasion que l’usage de la tactique black bloc apparaît le plus nettement au Brésil. De fait, cette tactique d’affrontement, importée et massivement adoptée dans les manifestions depuis juin 2013, rejoint les pratiques traditionnelles de résistance des secteurs les plus subalternes de la société brésilienne, comme les habitants des favelas. Ce recours répété à la tactique black bloc résulte d’une réalité au sein de laquelle « il existe un décalage flagrant entre la politique et la répression » (Secco 2013, 73), c’est-à-dire où « la police a été désignée comme l’unique interlocuteur de l’État avec les manifestants, mettant ainsi en évidence l’incapacité de la classe politique à affronter la dissension et le conflit de manière pacifique et démocratique » (Losekann 2014, 29). Ainsi, l’action directe en général, et la tactique black bloc en particulier, attestent d’« un climat de rejet des politiques dans leur ensemble » (Singer 2013, 25).

9Une troisième caractéristique importante des manifestations est la jeunesse des activistes et des citoyens qui sont descendus dans la rue, ce qui nous montre que la socialisation politique massive d’une nouvelle génération militante est en cours. On doit se demander pourquoi une grande partie de la jeunesse n’a pas été politiquement initiée par l’entremise des secteurs populaires contrôlés par le PT, ou encore au moyen de la dynamique politico-institutionnelle, aujourd’hui réduite à la confrontation susmentionnée entre PT et PSDB. De fait, les mouvements populaires ont été relégués au second plan par le PT à partir de la deuxième moitié des années 1990 et, plus encore, depuis son accession au gouvernement fédéral en 2002. Depuis, le PT a clairement privilégié le jeu politico-institutionnel, ce qui a inévitablement éloigné la politique gouvernementale des véritables préoccupations d’une grande partie de la société brésilienne et brisé le lien entre démocratie représentative et démocratie participative.

  • 2 « O enigmático 2014. » Brasil de Fato, Éditorial, 7 janvier 2014. Disponible sur : http://www.brasi (...)

10On a en outre pu constater le « manque d’expérience organisationnelle des manifestants » (Braga 2013, 82) ou encore la « forte spontanéité du mouvement » (Boito Jr. 2013). Ces phénomènes doivent être minutieusement analysés, et non simplement faire l’objet de récriminations formelles comme c’est par exemple le cas de ceux qui attendent « plus de maturité politique » lors des prochaines manifestations2. Or, si autant d’individus se sont engagés en si peu de temps sans recourir aux valeurs, aux identités ou aux symboles de partis ou de syndicats déjà bien implantés comme le PT et la Centrale unique des travailleurs (CUT, un syndicat lié au PT), c’est qu’ils n’adhèrent pas aux classifications politico-idéologiques soutenues par des organisations incarnant aujourd’hui le statu quo politique brésilien. Nombreux sont les citoyens dont la socialisation politique ne remonte qu’à ce mois de juin 2013, qu’ils se définissent eux-mêmes comme de gauche, du centre ou de droite (et de leurs différents courants). En outre, l’expérience collective des manifestations de rue a quelque peu ébranlé les repères traditionnels de cette classification politico-idéologique.

11Dans le cadre de cette socialisation politique d’une partie de la jeunesse et de la société brésilienne, un rôle central a été joué par certains mouvements sociaux et organisations politiques. Parmi ceux-là, citons le MPL (créé en 2005) et le Mouvement des travailleurs sans toit (MTST, fondé en 1997), ainsi que des partis politiques marxistes constituant une opposition de gauche (le Parti socialisme et liberté – PSOL – et le Parti socialiste unifié des travailleurs – PSTU –, qui sont tous deux des scissions du PT, et le très ancien Parti communiste brésilien – PCB), diverses organisations anarchistes et autonomes, ou encore des syndicats non affiliés à la CUT.

12Cet engagement massif des rues, promu par des secteurs en cours de définition politico-idéologique au sein de la gauche, semble constituer une réponse populaire à l’enfer urbain brésilien où règnent des conditions de vie exécrables (logement, transport en commun, santé et éducation), la violence policière et institutionnelle, ainsi que l’absence de droits sociaux effectifs. Cette réponse implique la « transformation de la ville […] en espace d’expérimentation et de confrontation » (Losekann 2014, 26).

La rue est à double sens : quelques caractéristiques esthétiques des Journées de(puis) juin

13Les diverses formes d’expression employées lors des Journées de(puis) juin reflétait la multiplicité des revendications ; apparaissant initialement de façon fragmentée, elles ont gagné en force et en visibilité à mesure que les manifestations ont pris de l’ampleur. L’adhésion spontanée à certaines performances incite à penser qu’il y avait une organisation horizontale et autonome en rupture avec les pratiques plus structurées. La participation de collectifs de médias alternatifs et l’usage de nouvelles technologies de communication ont autant contribué à la convocation des manifestations et à leur couverture médiatique qu’au style de ces dernières.

14L’expression de l’indignation des manifestants est ainsi très hétérogène et elle favorise des lectures très variées du mouvement. Par exemple, les affiches en papier cartonné faites à la main et portant divers mots d’ordre évoquent les formes de communication observables sur les réseaux sociaux qui, à première vue, correspondent à l’individualisme fondateur des relations sociales contemporaines dans un contexte néolibéral. Néanmoins, on a pu voir de nombreux mouvements sociaux combatifs déjà bien implantés et qui jouent un rôle pédagogique dans les différents processus d’apprentissage en cours dans les manifestations de rue, s’approprier cette pratique et promouvoir des ateliers de confection d’affiches afin de donner un caractère collectif au phénomène.

15La réflexion sur la production esthétique des mouvements de rue doit donc être menée en tenant compte du background culturel d’une jeunesse en cours de socialisation politique et en le mettant en rapport avec les formes hégémoniques disséminées par l’industrie culturelle. Mais elle doit aussi considérer une éventuelle faillite de ces mêmes formes, étant donné que les valeurs qui mettent cette jeunesse en mouvement peuvent s’opposer aux types de sociabilité chers au capitalisme et mener à une quête collective de liberté à l’encontre de l’individualisme typique de la sphère de la consommation.

16Le sens de l’intention esthétique présente dans les manifestations, qui est mis en évidence par de nombreux symboles, chants et gestes, semble témoigner d’une certaine dépolitisation. Il peut néanmoins également être interprété comme une voie d’accès à des pratiques pour des sujets désireux de s’impliquer dans la lutte sociale et la citoyenneté active, des sujets qui rejettent les symboles institutionnels associés aux partis officiels (y compris le PT) et cherchent dans le quotidien des éléments pour interagir dans les rues.

17Une autre caractéristique aux contours esthétisants qui s’est développée de conserve avec l’action directe est l’usage d’équipements de protection ou de combat (lances et boucliers improvisés), de vêtements plus enveloppants, de foulards pour couvrir les visages, de masques, etc. Tous ces objets n’ont pas été choisis au hasard ; ils l’ont été pour créer une homogénéité au sein des groupes en action dans les rues et mettre en avant une posture de résistance face aux forces de répression et au quotidien urbain privatisé et oppresseur.

18Le débat théorique sur la forme et le contenu peut nous apporter de nouveaux éléments pour enrichir l’analyse esthétique des manifestations. Dans un contexte de crise sociale,

19[…] l’énoncé du contenu tend à entrer en contradiction avec la forme, car le contenu (nouveau) remet en question la forme (ancienne) dans la mesure où celui-ci se transforme en donnée problématique au sein d’un cadre qui ne l’est pas. (Costa 2012, 14)

20Cette assertion, qui se réfère aux crises formelles du domaine des arts, constitue certainement une analogie intéressante pour aborder les difficultés éprouvées par les secteurs les plus traditionnels des organisations populaires et des mouvements sociaux pour engager le dialogue avec les nouvelles formulations politiques et les nouvelles modalités et possibilités d’organisation qu’ont vu surgir les Journées de(puis) juin.

21Les formes classiques des manifestations de rue – le véhicule sonorisé, le discours des leaders, les mots d’ordre préétablis, les drapeaux des différents mouvements – ont été fortement contestées, voire attaquées, en ce qu’elles étaient identifiées au répertoire traditionnel d’une gauche souvent réduite au PT, c’est-à-dire au parti au pouvoir. Pour s’opposer à ces formes, on a vu apparaître des vêtements et des maquillages aux tons nationalistes (mais également noirs), des slogans insultants ou ironiques, la fragmentation des manifestions en différents parcours et même la violence. À ces éléments se sont également ajoutés les grandes projections (vidéos, images, mots d’ordre, etc.) sur les immeubles de la ville, le soutien d’employés et de professionnels libéraux faisant clignoter les lumières de leurs bureaux pour participer à l’indignation générale, ou encore les masques de tous styles, allant des symboles transgresseurs de la culture pop aux caricatures de personnalités publiques considérées comme responsables de la situation en vigueur.

22De nombreux militants moins jeunes se sont bien sûr laissés surprendre par cette nouvelle effervescence. Néanmoins, de la même manière que les mouvements plus anciennement implantés ont un rôle pédagogique à jouer, les expressions les plus récentes de la révolte sociale ont également beaucoup à enseigner. Depuis les Journées de juin, d’autres symboles se sont emparés des rues, comme la couleur orange des uniformes des agents de propreté urbaine en grève pendant le carnaval de Rio de Janeiro, remplaçant, encore que temporairement, le rouge traditionnel des tee-shirts et des drapeaux, et peuvent éventuellement être à l’origine de nouvelles synthèses. La rue est ainsi à double sens et l’interaction entre les différents répertoires politico-esthétiques poursuit son chemin.

Les Journées de(puis) juin dans la trajectoire historique des mouvements sociaux brésiliens

  • 3 Les néologismes cutisme, cutiste, pétisme et pétiste font référence à la CUT, un syndicat issu des (...)

23Ridenti (2006) a mis en perspective l’histoire de la gauche brésilienne, et son analyse nous est utile pour mener une réflexion sur les mouvements sociaux brésiliens en général et sur les grandes manifestations de 2013 en particulier. Selon lui, après être passé par un cycle anarchiste jusqu’en 1930, le Brésil a connu le cycle des avant-gardes de 1930 à 1970, puis le cycle des bases de 1970 à 2000, et enfin le cycle d’« institutionnalisation défensive » depuis 2000. Le cycle des bases a été « marqué par une organisation de bas en haut » (Ridenti 2006, 23-24) des syndicats et autres organisations populaires traditionnellement liés à la gauche : ascension du « nouveau syndicalisme » et de divers « nouveaux » mouvements sociaux (y compris urbains), création du PT (1980), de la CUT (1983) et du Mouvement des travailleurs sans terre (MST, 1984). De nombreux cadres politiques composant le statu quo politique actuel du pays et que nous appellerons la génération pétiste-cutiste3 sont issus de ce mouvement de rénovation du champ populaire.

24Dans une étude à propos des interprétations intellectuelles du « renouveau » du champ syndical et populaire des années 1970-80, et selon la même perspective que Ridenti, Perruso répertorie quelques-unes des caractéristiques – identifiées par les chercheurs s’intéressant aux mouvements syndicaux et sociaux d’alors – des mouvements initiés et formatés par la génération pétiste-cutiste, à savoir : souci de l’autonomie de la base et de la démocratie en son sein, accent mis sur les mobilisations de masse, usage de l’action directe, posture critique face aux structures bureaucratiques et aux « vieux » syndicats et mouvements sociaux taxés de populistes et de national-développementistes, pari sur l’organisation de la société civile par le bas et méfiance face à l’État (Perruso 2009, 180-182 et 204-206).

25Toujours selon Ridenti, le cycle des bases n’a pas survécu à l’institutionnalisation croissante des luttes des travailleurs et de leur nouveau parti, le PT : « Paradoxalement, le gouvernement fédéral du PT a enterré le cycle des bases qui avait donné la vie et sa raison d’être au parti. » Et, de manière définitive, « le PT s’est bureaucratisé et s’est majoritairement converti en un parti de l’ordre ». Ainsi, ses luttes sociales et politiques ne peuvent désormais être menées qu’« au sein de l’ordre établi, pour garantir et conquérir des droits » (Ridenti 2006, 34-36).

26D’autres auteurs ont émis un diagnostic proche de celui de Ridenti. Dans son analyse de la trajectoire historique des mouvements sociaux au Brésil depuis les années 1970, c’est-à-dire le début du cycle des bases de Ridenti, Bringel identifie ainsi une période ultérieure qu’on peut mettre en parallèle avec l’« institutionnalisation défensive » :

Le deuxième cycle émerge au début des années 1990 […] [et] est plus enclin à la coopération, à une action plus institutionnalisée et à un rapprochement plus marqué entre mouvements sociaux et État. (Bringel 2013, 48)

27Dans la même lignée, Losekann constate dans les mouvements sociaux brésiliens « la prédominance (lors des trente dernières années) de pratiques coopératives d’action collective au sein desquelles l’État a commencé à devenir plus partenaire qu’adversaire » (Losekann 2014, 27).

  • 4 Le lulisme fait référence à l’aura sociale de l’ex-président Lula, qui va de pair avec la conversio (...)

28Le passage du cycle des bases à celui de l’« institutionnalisation défensive » a également impliqué de réfréner les ardeurs les plus radicales et transformatrices de la génération pétiste-cutiste. Une fois que celle-ci est arrivée au pouvoir, et notamment au niveau fédéral, la perception diffuse que les transformations sociales devaient se faire « de bas en haut », grâce aux mobilisations d’une société civile d’origine populaire et organisée pour faire pression sur l’État et/ou le combattre, a rapidement cédé la place à l’idée que ce même État, essentiellement à travers les politiques publiques, devait être le lieu et l’instrument fondamental de la mise en œuvre des changements, cette fois-ci plus modérés et plus lents. Le « lulisme4 » (Singer 2012) est l’expression la plus claire de cette mutation historique.

29Un point capital pour aborder les manifestations de 2013 en s’appuyant sur les trajectoires parallèles des mouvements sociaux et de la gauche au Brésil réside précisément dans cette conversion de la génération pétiste-cutiste à l’État, contre lequel elle s’est pourtant formée et développée au cours des trois dernières décennies du XXe siècle. Cette conversion a impliqué l’abandon de la stratégie jusqu’alors privilégiée par la gauche brésilienne, qui consistait à s’appuyer sur l’action des mouvements sociaux et syndicaux. C’est la raison pour laquelle s’est installé un vide historique au sein des réseaux associatifs et politiques des organisations populaires, mais aussi de la société civile en général.

30Comme nous l’avons déjà dit, c’est pour cela qu’une bonne partie de la jeunesse actuelle s’est politiquement formée et socialisée en dehors de la sphère d’influence politique de la génération pétiste-cutiste qui s’est isolée dans les couloirs du pouvoir, mais également hors du cadre des politiques sociales mises en place par le gouvernement. Partant, les nouveaux activistes populaires des manifestations de 2013 – mais également de celles qui les ont précédées – ne partagent pas les mêmes valeurs ni les mêmes repères politico-idéologiques que la génération pétiste-cutiste, à laquelle ils n’accordent aucune crédibilité militante au sein des mouvements sociaux, ni même une quelconque autorité politique pour définir qui est de gauche ou de droite.

31Le cycle de l’« institutionnalisation défensive » a donc généré une réaction par le bas dans les rues, étant entendu que la conflictualité inhérente à une société aussi inégalitaire que la brésilienne ne peut être indéfiniment contenue par de simples politiques compensatoires de la part de l’État.

32Des réactions autonomes antérieures aux Journées de juin avaient déjà eu lieu, à l’instar de la grève des enseignants du Syndicat des professionnels de l’éducation de l’État de Rio de Janeiro (SEPE-RJ) de 2011, qui comportait des actions directes, telle que l’organisation d’un campement face au secrétariat d’État à l’Éducation. Citons aussi la grève nationale des professeurs universitaires de 2012 à l’appel du syndicat national ANDES (affilié à la centrale syndicale de combat CSP-Conlutas) qui a duré près de quatre mois et mis en évidence les conséquences du Programme de soutien aux plans de restructuration et d’expansion des universités fédérales brésiliennes (REUNI), l’une des principales politiques publiques du lulisme, c’est-à-dire une expansion universitaire renforçant la précarité. Cette situation s’est répétée encore lors des Journées de juin. Le MPL de São Paulo et d’autres États a su mobiliser dans les rues des pans entiers de la jeunesse. Mais où étaient donc les mouvements étudiants qui se voulaient jusque-là les porte-voix des luttes de la jeunesse ? L’Union nationale des étudiants (UNE) n’a de fait été qu’un figurant dans les mouvements de 2013. Ayant délaissé les mobilisations de masse pour une action politique institutionnelle axée sur l’État et ses politiques publiques, l’organisation incarne d’ailleurs bien la mutation de la génération pétiste-cutiste évoquée plus haut. Après les mois de juin et juillet 2013, la situation est restée identique. Une nouvelle grève du syndicat combatif SEPE-RJ (au sein duquel on trouve de nombreux militants marxistes et anarchistes), qui s’est étendue d’août à octobre de la même année, a su réunir dans la rue des milliers de professeurs et pu compter sur le soutien d’activistes s’inspirant de la tactique black bloc pour assurer leur défense contre la répression. En revanche, en septembre et octobre, la grève des employés de banque de Rio de Janeiro, dont le syndicat est affilié à la CUT, n’a pas su mobiliser dans les rues ni polariser le débat politique. L’espace public a été à nouveau occupé durant le carnaval de Rio de Janeiro de 2014, lors de la grève des agents de propreté urbaine de la ville, lancée à l’initiative de la base et contre l’avis de la direction syndicale.

33Quelques-uns de ces mouvements ont conquis des avancées, notamment salariales, mais la principale victoire est sans aucun doute l’annulation, en juin 2013, de l’augmentation du prix des transports en commun dans de nombreuses villes. Cette victoire de la citoyenneté brésilienne contre les gouvernements des États et des municipalités – qu’ils soient conduits par les néolibéraux du PSDB ou les néo-développementistes du PT – a consolidé les convictions de la nouvelle génération militante, pour laquelle les mobilisations autonomes venant de la base et les actions directes dans les rues peuvent mener à des victoires populaires, c’est-à-dire en suivant la voie opposée à celle empruntée par la génération pétiste-cutiste depuis les années 1990 et 2000.

34Comment répondre alors à la question de Fortes et French (2012, 203) : « Lula et le PT sont-ils encore attachés à leurs valeurs fondatrices d’expansion de la participation populaire ? ». Si à l’époque de la publication de leur article, la réponse de Fortes et French pouvait encore être affirmative, la nôtre, à la lumière de l’impact des Journées de juin, se doit aujourd’hui d’être négative. Étant donné que les manifestations se sont retournées contre les gouvernements lulistes (mais pas seulement) et que le PT ne place plus les mouvements sociaux au cœur de son action, on ne peut plus en effet parler d’« expansion de la participation populaire » en lien avec la génération pétiste-cutiste, mais plutôt malgré elle, voire contre elle.

35Il convient en outre de souligner qu’il existe une homologie de positions entre, d’un côté, le « nouveau syndicalisme » et certains « nouveaux » mouvements sociaux des années 1970-80 (la génération pétiste-cutiste), et de l’autre, les mouvements sociaux et syndicaux apparus avant et plus encore après les journées de juin 2013. Tous prétendaient/prétendent rénover le champ des mouvements sociaux à partir de quelques thèmes et mises en perspective caractéristiques : autonomie, syndicalisme de base, mobilisations de masse, action directe, priorité accordée à la société civile au détriment de l’État, critique de la bureaucratisation et de l’embourgeoisement de la génération militante immédiatement antérieure. Une chose change néanmoins : si, dans le cas de la génération pétiste-cutiste, le « vieux » auquel on s’opposait était le populisme des années 1950-60, dans celui des générations d’activistes du XXIe siècle, c’est cette même génération pétiste-cutiste – le « nouveau » devenu « vieux » – qui devient la cible des critiques.

Les Journées de(puis) juin dans la trajectoire historique de la société brésilienne

36La génération pétiste-cutiste, issue des expériences de lutte des travailleurs et autres secteurs populaires, est aujourd’hui la protagoniste d’une nouvelle incarnation de la tendance politico-socio-culturelle qui estime l’État-nation assez vertueux pour promouvoir un développement capitaliste capable de faire diminuer les persistantes inégalités sociales brésiliennes. Le néo-développementisme est vu par beaucoup comme un « moindre mal », comme la politique qu’il est possible de mener dans la conjoncture néolibérale mondiale. En outre, depuis 2002, les gouvernements lulistes comptent sur le soutien organique des grandes industries (qui précarisent le salariat urbain) et de l’agrobusiness (qui assassine les travailleurs sans terre, les Amérindiens ou encore les descendants des communautés d’esclaves fugitifs dans les divers conflits fonciers et environnementaux que connaît le pays), entre autres secteurs sociaux opposés à une véritable politique réformiste…

  • 5 « Conquista se garante com sabedoria. » In « Informe Direção Nacional FASUBRA », 16 mars, 2014. Doc (...)

37L’adhésion au néo-développementisme est parfois assumée par la génération pétiste-cutiste : en 2014, lorsque les personnels technico-administratifs des universités fédérales ont débattu, dans le cadre de leur organisation nationale (FASUBRA), de la suite à donner à la grève, le courant minoritaire lié à la CUT a proposé d’y mettre fin au motif qu’il s’agissait d’une année d’élection présidentielle et que la question centrale résidait dans « l’opposition entre les deux programmes : néolibéralisme vs. développementisme5 ». Ici, cette subordination de la lutte syndicale au calendrier électoral met à nouveau en évidence la priorité donnée à la politique institutionnelle au détriment de la dynamique propre aux mouvements sociaux.

38Les politiques menées actuellement par la génération pétiste-cutiste au pouvoir ont donc perdu leur caractéristique de classe. Il est ainsi difficile de justifier aujourd’hui que le lulisme permettrait « une augmentation de la confiance en soi de la part de la classe travailleuse brésilienne », comme l’auraient souhaité Fortes et French (2012, 208). D’ailleurs, ces mêmes auteurs reconnaissent que ce phénomène, à mettre en rapport avec le charisme de Lula, reflète un « désir de mobilité sociale individuelle » (2012, 214) qui doit selon nous être entendu comme une négation de l’identité de classe ou, au moins, comme une certaine indifférence à cet égard.

39Pour toutes ces raisons, il est courant de lire sur les blogs et dans les publications lulistes, mais aussi d’entendre dans le discours des militants du champ pétiste-cutiste, des attaques contre la classe moyenne conservatrice brésilienne. Étant donné que les représentants et les militants du PT, de la CUT, voire du MST, ne peuvent plus s’attaquer en priorité à la bourgeoisie, en ce qu’elle est organiquement présente dans les gouvernements de Lula et de Dilma Rousseff, il ne leur reste qu’à s’en prendre à un opposant moins influent. Mais cela ne fait que révéler un peu plus les alliances de classes actuellement en vigueur au Brésil sous l’égide du néo-développementisme.

40Pour la génération pétiste-cutiste, la conversion au néo-développementisme s’exprime principalement dans la mise en œuvre de politiques publiques qui confirme la confiance accordée à la capacité de l’État à répondre aux besoins de la Nation et, donc, à ceux du « peuple », terme qui perd ici sa caractéristique de classe dans une sorte de renoncement à la centralité du conflit social inhérent à la vie politique dans son ensemble. Une telle confiance peut se vérifier dans l’assertion de Fortes et French (2012, 204) quant à la capacité du PT à « diriger des gouvernements qui réorientent les politiques publiques en faveur des intérêts de la majorité ». Dans un dialogue critique avec le concept de « lulisme » de Singer (2012), les auteurs affirment en outre que

[la] politique d’identification et de reconnaissance [entre Lula et les classes populaires brésiliennes] est centrale dans le contrôle des masses, mais ne s’oppose pas pour autant à la mobilisation et aux luttes populaires, contrairement à ce que croient certains lorsqu’ils emploient le terme lulisme. (Fortes & French 2012, 215)

41Outre le fait que les Journées de(puis) juin ont catégoriquement invalidé ce diagnostic de Fortes et French, cette harmonie supposée entre les politiques publiques lulistes et les mouvements sociaux a été empiriquement démentie à maintes reprises. Citons un seul exemple. Fortes et French argumentent que dans les gouvernements considérés comme lulistes, il existe une interface constante avec les mouvements sociaux, à laquelle donne corps une « série de conférences nationales consacrées à un large éventail de politiques sectorielles impliquant des millions de personnes » (Fortes & French 2012, 215). Toutefois, en janvier 2014, le gouvernement fédéral reportait unilatéralement, sans consulter les mouvements sociaux, la Conférence nationale de l’Éducation (CONAE) prévue en février et reportée en novembre de la même année. Une telle décision provoqua l’indignation de différents mouvements de l’orbite pétiste-cutiste, à l’instar de la Confédération nationale des travailleurs agricoles (CONTAG) qui a exprimé dans une note datant de 2014 son « total désaccord » avec cet ajournement :

  • 6 « Nota pública da CONTAG sobre adiamento da II CONAE. » Brasília: CONTAG, document manuscrit.

Ainsi, en reportant la CONAE, le ministère de l’Éducation empêche la société brésilienne et, plus particulièrement les personnes exclues des processus éducatifs, comme c’est le cas des peuples des campagnes, d’œuvrer à la défense de leurs droits6.

  • 7 « Governo viu “ingratidão” nas manifestações de junho, diz ministro de Dilma. » Folha de S. Paulo, (...)

42Il faut souligner que privilégier une approche interventionniste de l’État au moyen de politiques publiques, plutôt que l’action des mouvements sociaux, occulte un présupposé économiciste selon lequel le « peuple » brésilien se satisferait automatiquement d’une amélioration objective de ses conditions de vie, hors de toute considération subjective. D’importants dirigeants du PT, comme Gilberto Carvalho (secrétaire général de la Présidence de la République de 2011 à 2014), ont ainsi réagi dans cette veine aux Journées de juin : « Nous [le gouvernement et tous nos mouvements traditionnels] sommes perplexes […]. [Il y a eu] une certaine douleur, une incompréhension, presque un sentiment d’ingratitude7. » Cette perplexité reflète bien l’inspiration populiste du néo-développementisme, au sein duquel les « avancées » sociales du lulisme sont envisagées comme des « faveurs » faites à ce « peuple »/clientèle de la part d’un leader charismatique qui se confond avec l’État.

43Les intellectuels engagés auprès de la génération pétiste-cutiste et du lulisme ont pour habitude de faire valoir que « l’amélioration des conditions de vie [de la population] est devenue une constante » (Fortes & French 2012, 217). Cette réalité « objective » semble néanmoins être démentie par la perception subjective des nombreux travailleurs et jeunes qui ont protesté dans les rues à partir de juin 2013, voire avant. Comme l’a bien synthétisé Nobre (2013, 9), il n’existe plus de certitude ingénue – pour peu qu’elle ait un jour existé en dehors du sens commun – « de ce que l’amélioration des conditions de vie suffit à garantir le soutien politique, de ce que la situation économique détermine complètement la décision politique ».

44La dissonance entre les institutions de la démocratie représentative et la citoyenneté active d’une démocratie participative en cours de réanimation constitue un phénomène mondialisé, au moins depuis l’éclosion d’Ocuppy Wall Street, des différents Indignés européens et du Printemps arabe : selon Bringel (2013, 46), « une bonne partie de la vague d’indignation globale qui a parcouru divers pays du monde ces dernières années » est liée à « un rejet des systèmes politiques, des partis traditionnels et des formes conventionnelles d’organisation politique (y compris ici certains mouvements sociaux et syndicaux hiérarchisés et liés à l’appareil d’État) ». Cela s’est très nettement manifesté dans le cas brésilien à partir de 2013, mais il s’agit certainement d’un processus en gestation depuis un certain nombre d’années.

45Si la démocratie représentative se trouve – dans sa dimension formelle et étatique – dans l’incapacité de répondre aux intérêts populaires, donnant ainsi la nette impression d’être soumise à l’oligarchie, il reste le chemin des bases de la société civile, sur lequel misent les mouvements sociaux. Il est clair que les institutions démocratiques brésiliennes ouvrent légalement de nombreuses brèches, dûment régulées, en faveur de la démocratie participative. D’ailleurs, la prise de l’appareil d’État par les secteurs populaires opérée par la génération pétiste-cutiste convertie au néo-développementisme a renforcé une telle participation (que méprisaient les néolibéraux du PSDB). Pourtant, sous les gouvernements lulistes, le fonctionnement de la démocratie participative institutionnellement régulée a souvent joué un rôle purement décoratif. Et lors des négociations autour des grèves, nombre de membres de la génération pétiste-cutiste s’autoproclament volontiers ultra-démocratiques en raison de leur passé syndical. On notera toutefois que lors de la grève de 2012 menée par le syndicat ANDES-SN, le gouvernement fédéral a attendu deux longs mois avant d’entamer des négociations. Et qui plus est, une grande partie d’entre elles a été sous-traitée à des « groupes de travail » supposément démocratiques composés de représentants de l’État et du mouvement gréviste, mais dont la capacité décisionnelle est dérisoire, pour ne pas dire illusoire.

46Ces faits mettent à nouveau en évidence la dissonance entre démocratie représentative et démocratie participative, où la première fonctionne de façon à paralyser et à miner le fonctionnement de la seconde. Une fois de plus, il nous est impossible de concevoir une quelconque relation harmonieuse entre l’État et les mouvements sociaux sous l’égide du néo-développementisme, comme les intellectuels lulistes voudraient nous le faire croire. C’est d’ailleurs l’accumulation de la conflictualité entre ces deux types de démocratie qui a mené aux Journées de(puis) juin, mais également au retour en force de l’action directe : « Si elles ne trouvent pas d’expression politique, les insatisfactions finissent simplement par exploser dans la rue, y compris de manière violente. » (Nobre 2013, 8)

47Le néo-développementisme ayant émergé en parallèle avec une démocratie de faible intensité, réduite à son versant représentatif, la génération pétiste-cutiste – dont la priorité n’est plus la démocratie participative et qui s’est habituée à une confrontation politique avec les néolibéralisme et la droite traditionnelle ne dépassant pas le cadre institutionnel – a commencé à identifier les Journées de(puis) juin à un mouvement lui-aussi de droite. On a pu ainsi voir les propagandistes du lulisme critiquer « les courants de la gauche et des mouvements sociaux » qui sont arrivés à la « fausse conclusion » de ce que les manifestations de 2013 représenteraient « l’ascension d’un mouvement de masse », alors qu’il ne s’agirait en vérité que d’une « démonstration de force de la droite et de l’extrême-droite fasciste » (Freire 2013). Rien n’est plus trompeur, car cette « étiquette hâtive et générique de "droite" semble plutôt dénoter la stupéfaction et la peur face à des masses qui n’ont pas eu l’opportunité d’une véritable formation politique démocratique » (Nobre 2013, 8).

48D’autres intellectuels du lulisme ont quant à eux choisi de criminaliser les manifestations de rue et la jeunesse travailleuse qui a dû affronter la violence policière d’État, en accusant les manifestants d’être des partisans de l’« anomie », du « nihilisme », du « négativisme militant » ou encore du « dénigrement des institutions démocratiques, des assemblées, des organisations syndicales, des associations de bénévoles, des partis politiques » (Santos 2013). Ce n’est pas par hasard qu’apparaissent ici des adjectifs caractéristiques de l’argumentation conservatrice et fonctionnaliste dont fait toujours plus usage le néo-développementisme brésilien face au renouveau des mouvements sociaux autonomes organisés par la base. Cette argumentation, au nom de la défense de la démocratie représentative, ne fait que préserver le statu quo d’une démocratie oligarchique qui immobilise et réprime les masses populaires en mouvement. Dans le cas de Santos, l’un des chercheurs les plus renommés des sciences sociales brésiliennes, sa critique virulente des Journées de(puis) juin est révélatrice, outre de sa conversion au lulisme, de l’adhésion de la génération pétiste-cutiste au néo-développementisme et au populisme, puisqu’il est lui-même issu de l’Institut supérieur d’études brésiliennes (ISEB), le principal appareil idéologique du national-développementisme populiste des années 1950-60.

Journées de(puis) juin, mouvements sociaux et sciences sociales au Brésil

  • 8 « O enigmático 2014. » Brasil de Fato, Éditorial, 7 janvier 2014. Disponible sur : http://www.brasi (...)

49Les analystes et les organes de presse liés à la génération pétiste-cutiste mettent un zèle particulier à pointer que la croissance économique brésilienne reprend en 2002 avec l’arrivée du lulisme au gouvernement fédéral : « La création de dix-sept millions d’emplois lors des dix dernières années a contribué à la recomposition de la classe travailleuse8. » Le renforcement du monde du travail serait ainsi le corollaire des vertus des politiques publiques promues par l’État, une orientation en opposition avec la défense néolibérale des marchés préconisée par le PSDB. Ce diagnostic a toutefois été violemment démenti à partir des Journées de(puis) juin, lorsque s’est manifestée l’insatisfaction de la population envers le lulisme.

50En guise de réponse à ces mouvements, le nouveau diagnostic des intellectuels de la génération pétiste-cutiste a consisté en une sorte de négation de la réalité : les travailleurs ayant bien été « traités » par les politiques publiques lulistes, ils ne peuvent être descendus dans la rue manifester contre tout ce qu’a construit le néo-développementisme. En conséquence, nombre de ces analystes ont prématurément décrété, avant même d’avoir mené une observation minutieuse des faits, que les manifestants appartenaient aux classes moyennes, ainsi que l’a déclaré Boito Jr. (2013). Cette lecture occulte également l’activisme des mouvements sociaux qui ont en partie préparées les Journées de juin, ce qui est cohérent avec la posture d’un observateur qui perçoit le cadre des politiques publiques mais pas ceux qui s’y opposent ou ne sont pas inclus.

51Malheureusement, même dans le monde du travail brésilien revigoré des années 2000, tout n’est pas aussi rose qu’on voudrait le laisser croire. Des intellectuels de l’opposition de gauche, comme Braga, l’ont bien montré en s’appuyant sur les recherches les plus récentes en sociologie du travail. Ils ont constaté la multiplication exponentielle des emplois précaires, comme les opérateurs de télémarketing, et d’un prolétariat qui, même s’il a accès à des emplois formels, aux droits sociaux et à une scolarisation en hausse, n’en subit pas moins la sous-traitance professionnelle, la privatisation néolibérale (préservée par le néo-développementisme), la financiarisation du travail, la croissance du secteur des services, le nivellement par le bas de la main-d’œuvre et la hausse de son taux de rotation, les bas salaires, la souffrance psychique, « les conditions de vie précaires des périphéries urbaines » et la « violence policière » (Braga 2013, 80-81).

52Sur la base d’enquêtes réalisées durant les manifestations de juin 2013, Singer (2013, 27) souligne que d’importants segments de la jeunesse, issus aussi bien des classes travailleuses que des classes moyennes, ont constitué le gros des manifestants. L’auteur constate que nombre d’entre eux sont pauvres, même s’ils fréquentent l’université : « il est raisonnable de penser à un nouveau prolétariat au niveau scolaire élevé » (Idem, 28-30). Cette dernière caractéristique est certainement à l’origine de l’idée erronée qu’ils appartenaient seulement aux classes moyennes. En réalité, on a là « la confirmation de ce que le nouveau prolétariat, ou précariat, […] est descendu dans les rues » (Ibid., 31).

53Singer nous offre une perception phénoménologiquement plus dense des Journées de juin, qui va bien au-delà des catégorisations simplistes opérées par les intellectuels lulistes. Il observe par exemple que les actions directes menées dans les rues (comme le franchissement frauduleux des points de contrôle des stations de métro et des gares) sont souvent parties, aux yeux des manifestants, de l’initiative des jeunes les plus pauvres, tandis que ceux de la classe moyenne criaient le slogan « sans vandalisme » (Ibid., 39). Cet état de fait décrédibilise le raisonnement économiciste typique du lulisme, où l’on imagine un travailleur comblé par les politiques publiques néo-développementistes, le véritable mécontentement ne pouvant émaner que des classes moyennes conservatrices. Le malaise des intellectuels et propagandistes de la génération pétiste-cutiste n’en est que plus évident, car ils n’arrivent pas à concevoir qu’il puisse exister un conflit social d’assise populaire contre le néo-développementisme. La quête de la conciliation des classes au nom du développement national, trouvant son origine dans le populisme du milieu du XXe siècle, est donc de retour avec le lulisme, et on le voit bien quand Boito Jr. (2013, 2) en appelle à la nécessité de « céder aux pressions des classes moyennes et des secteurs populaires sans pour autant faire fuir les autres parties prenantes du front néo-développementiste ».

54Malgré le court laps de temps qui nous sépare des manifestations de 2013, on a déjà pu constater les importantes difficultés que les sciences sociales brésiliennes rencontrent pour en rendre compte. Leur tendance à privilégier l’étude des segments sociaux concernés par les politiques publiques promues par l’État, au détriment des mouvements sociétaux plus autonomistes, conflictuels et radicalisés, peut s’expliquer par la trajectoire qu’elles ont suivie depuis les années 1970.

55À partir de cette décennie, la thématique des mouvements sociaux a occupé une place de choix dans les sciences sociales brésiliennes. Dans les années 1980, de nombreux groupes de travail et tables rondes se sont penchés sur le thème dans le cadre de diverses rencontres scientifiques. Puis, à partir des années 1990, l’intérêt pour les mouvements sociaux s’est émoussé dans les espaces universitaires nationaux à mesure qu’émergeaient de nouveaux thèmes parallèles et corrélés : parmi ceux-là, citons les politiques publiques et la participation régulée aux débats politico-institutionnels (Perruso 2009). L’étude de l’expression politique des secteurs populaires par l’intermédiaire des mouvements sociaux cédait ainsi la place à des travaux s’intéressant plutôt à la médiation entre l’État et la société civile par l’entremise des politiques publiques et de ladite participation régulée.

56Ce n’est donc pas par hasard que les Journées de juin ont à ce point surpris les sciences sociales brésiliennes. En effet, leurs expériences empiriques et leurs perspectives analytiques tournant autour de l’État ou encore de la participation politique dans le cadre institutionnel, de nombreux éléments de la lutte politique, de la conflictualité sociale et de la citoyenneté en général n’ont pour ainsi dire été que timidement abordés, voire négligés.

57Il est symptomatique de constater que tout ce processus a été accompagné par le glissement de la génération pétiste-cutiste d’une présence privilégiée au sein des mouvements sociaux et syndicaux vers une conversion à l’appareil d’État et à ses politiques publiques. De nombreux universitaires du domaine des sciences sociales brésiliennes formés durant les trois dernières décennies du XXe siècle l’ont été auprès de cette génération dont ils font également partie et qui a donné naissance au lulisme dans les années 2000.

58L’ambiguïté analytique la plus fréquente semble être la réduction des significations et des implications des manifestations de 2013 à des dimensions exclusivement liées à la politique institutionnelle (justement celle que la génération pétiste-cutiste a établie et qui est traduite, au plan académique, comme champ thématique des politiques publiques), « limitant ainsi les possibilités de compréhension de la réinvention de la politique et du politique à partir des pratiques sociales émergentes » (Bringel 2013, 44).

59On peut également lier cette question à deux autres commentaires récurrents à propos des Journées de juin. Le premier concerne l’absence d’un ensemble organisé de revendications de la part des manifestants. Ce genre d’observation oublie de prendre en considération que les nouvelles vagues de jeunes activistes ne peuvent évidemment pas proposer un programme en aussi peu de temps, et il convient par exemple de rappeler que la génération pétiste-cutiste avait mis au moins dix ans à le faire. Nous sommes donc d’accord avec Bringel (2013, 44) lorsqu’il affirme que « les significations de l’action collective ne sont pas toujours synthétisées en un programme bien défini ou en revendications bien structurées », mais également avec le diagnostic de Campos (2013) lorsqu’il constate que « ce type de vision ne considère comme "organisé" que ce qui entre dans le cadre des partis et des syndicats adaptés au jeu routinier des élections et des conventions collectives ». Le second commentaire est plus une inquiétude qu’une formulation proprement dite. De nombreux chercheurs en sciences sociales sont demeurés perplexes face à la violence des Journées de(puis) juin. On a pu constater une certaine difficulté à accepter que la conflictualité des rues était « une caractéristique du nouveau cycle » (Bringel 2013, 50). Cette difficulté implique une cécité analytique quant au retour de l’action directe dans le répertoire des mouvements sociaux brésiliens. Comment est-il possible que les générations intellectuelles qui, lors des trente dernières années du XXe siècle, ont accompagné, étudié, voire soutenu les occupations d’usines par les ouvriers d’une CUT alors combative, de terres improductives par le MST et de logements vides par les sans-abri, aient pu « oublier » l’importance de l’action directe dans les luttes sociales ? Il existe de notre point de vue une raison principale : les intellectuels estiment que cette modalité d’action se trouve invalidée par la capacité du néo-développementisme luliste à répondre aux besoins de la population par l’intermédiaire des politiques publiques. Les Journées de(puis) juin ont transformé cette analyse en vœu pieux enraciné dans une perception déformée des réalités objectives et subjectives des classes populaires.

60En conséquence de cette insuffisance des analyses, qui ont préféré se concentrer sur la participation populaire institutionnellement régulée par l’État dans la lignée de certaines politiques néo-développementistes du lulisme, le cadre participatif a été problématisé dans les termes suivants : alors qu’étaient soulignées les « articulations [qui] ont vu le jour avec les acteurs les plus proches [du lulisme et les] espaces institutionnels [qui] ont été créés (certains soi-disant ouverts à tous, mais dotés de cribles et de filtres subtils, symboliques et informels) », c’est une logique de « criminalisation croissante, de la violence et/ou de l’absence » qui a été adoptée pour « les acteurs les plus en rupture ou simplement "oubliés" » (Bringel 2013, 49).

61Pour toutes ces raisons, les militants marxistes, anarchistes et autonomistes, en accord avec le « point de vue natif » qu’ils développent dans leur « littérature militante », ont reçu de façon extrêmement critique certaines des premières impressions émises par les sciences sociales universitaires sur les manifestations auxquelles ils ont participé et continuent de participer : il existe « tant d’analyses hâtives et insensées de la part de personnes qui non seulement n’ont pas participé, mais qui ont également assumé une position quasi-hostile face aux soulèvements » (Campos 2013).

62Il ne fait aucun doute qu’une partie des « voix » qui se sont fait entendre à partir du milieu des années 1990 sont celles de sujets qui interviennent dans des mouvements et des espaces plus institutionnalisés. Toutefois, nous avons déjà des exemples prometteurs où les sciences sociales universitaires sont capables d’aller dans les rues en conflit pour observer les nouveaux mouvements et affrontements politiques, sociaux et culturels, et entendre ainsi d’autres voix, les plus souvent en désaccord total avec le statu quo. Ce n’est d’ailleurs que de cette manière que l’on pourra mener des recherches empiriquement dignes de confiance et phénoménologiquement innovantes. Il s’agit d’un véritable défi, car ces mouvements de la société brésilienne « ont un caractère et un contenu ouverts, qui se construisent au sein de l’action elle-même » (Losekann 2014, 34). Et comme le dit fort justement Bringel (2013, 46) :

Avant de critiquer les jeunes […], nous devons nous demander ce qui ne fonctionne pas (et pourquoi). Et saisir cette occasion de rupture de l’apathie et cette chute du mur du silence pour conquérir des droits et des avancées en termes de transformation sociale.

63De fait, certaines de ces avancées, incertaines mais possibles, sont déjà énoncées par ceux qui occupent les rues, depuis les Journées de juin et même avant, comme c’est le cas de Campos (2013) : « La peur d’affronter la police, si elle n’a pas disparu, s’est notablement affaiblie. C’est l’un des faits les plus significatifs de l’insurrection populaire de juin, un jalon dans la trajectoire des luttes populaires brésiliennes. »

Boito Jr., Armando. 2013. « O impacto das manifestações de junho na política nacional. » Brasil de Fato, 2 août. Disponible sur : http://www.brasildefato.com.br/​node/​15386. Consulté le 6 mars 2015.

Braga, Ruy. 2013. « Sob a sombra do precariado. » In Cidades Rebeldes – Passe Livre e as manifestações que tomaram as ruas do Brasil, 45-51. São Paulo : Boitempo/Carta Maior.

Bringel, Breno. 2013. « Miopias, sentidos e tendências do levante brasileiro de 2013. » Insight Inteligência 62: 42-51.

Campos, Maurício. 2013. « O longo ano que começou em junho. » Disponible sur : http://www.redecontraviolencia.org/​Artigos/​927.html. Consulté le 20 mars 2014.

Costa, Iná Camargo. 2012. Nem uma lágrima – teatro épico em perspectiva dialética. São Paulo: Expressão Popular/Nanquim.

Fortes, Alexandre & John French. 2012. « A “Era Lula”, as eleições presidenciais de 2010 e os desafios do pós-neoliberalismo. » Tempo Social 24, 1: 201-228.

Freire, Alípio. 2013. « Fortalecer a presidenta Dilma Rousseff e aprofundar a democracia. » Brasil de Fato, 24 juin. Disponible sur : http://www.brasildefato.com.br/​node/​13358. Consulté le 6 mars 2015.

Losekann, Cristiana. 2014. « Os protestos de 2013 na cidade de Vitória/ES: #resistir, resistir até o pedágio cair! » In País mudo não muda! as manifestações de junho de 2013 na visão de quem vê o mundo para além dos muros, dirigé par Soraia Mendes da Rosa, 26-38. Brasília: IDP.

Nobre, Marcos. 2013. Choque de Democracia – razões da revolta. São Paulo: Companhia das Letras.

Perruso, Marco Antonio. 2009. Em Busca do “Novo” – intelectuais brasileiros e movimentos populares nos anos 1970/80. São Paulo: Annablume.

Ridenti, Marcelo. 2006. « Trabalho, sociedade e os ciclos na história da esquerda brasileira. » In O Sindicalismo Equilibrista – entre o continuísmo e as novas práticas, dirigé par Silvia Maria de Araújo, Maria Aparecida Bridi & Marco Ferraz, 23-41. Curitiba: UFPR/SCHLA.

Santos, Wanderley Guilherme dos. 2013. « Democracia uma vírgula, anomia niilista. » Carta Maior, 5 novembre. Disponible sur : http://www.cartamaior.com.br/​?/​Editoria/​Politica/​Democracia-uma-virgula-anomia-niilista/​4/​29445. Consulté le 10 mars 2014.

Secco, Lincoln. 2013. « As Jornadas de Junho. » In Cidades Rebeldes – Passe Livre e as manifestações que tomaram as ruas do Brasil, 71-78. São Paulo: Boitempo/Carta Maior.

Singer, André. 2012. Os Sentidos do Lulismo – reforma gradual e pacto conservador. São Paulo: Cia. das Letras.

Singer, André. 2013. « Brasil, junho de 2013, classes e ideologias cruzadas. » Novos Estudos CEBRAP 97: 23-40.

Haut de page

Notes

1 Le développementisme (desenvolvimentismo) est une orientation politique qui accorde un rôle central à l’État-nation pour la mise en œuvre du développement économique et social.

2 « O enigmático 2014. » Brasil de Fato, Éditorial, 7 janvier 2014. Disponible sur : http://www.brasildefato.com.br/node/27015. Consulté le 6 mars 2015.

3 Les néologismes cutisme, cutiste, pétisme et pétiste font référence à la CUT, un syndicat issu des luttes syndicales brésiliennes des années 1970-80, et au PT, lui aussi issu des combats ouvriers et populaires de ces années-là.

4 Le lulisme fait référence à l’aura sociale de l’ex-président Lula, qui va de pair avec la conversion du PT, principalement à partir de 2002, à une politique développementiste en contraste avec les origines socialistes et ouvrières du parti.

5 « Conquista se garante com sabedoria. » In « Informe Direção Nacional FASUBRA », 16 mars, 2014. Document disponible sur : http://www.fasubra.org.br. Consulté le 6 mars 2015.

6 « Nota pública da CONTAG sobre adiamento da II CONAE. » Brasília: CONTAG, document manuscrit.

7 « Governo viu “ingratidão” nas manifestações de junho, diz ministro de Dilma. » Folha de S. Paulo, 24 janvier 2014. Disponible sur : http://www1.folha.uol.com.br/cotidiano/2014/01/1402311-governo-viu-ingratidao-nas-manifestacoes-de-junho-diz-ministro-de-dilma.shtml. Consulté le 1er avril 2014.

8 « O enigmático 2014. » Brasil de Fato, Éditorial, 7 janvier 2014. Disponible sur : http://www.brasildefato.com.br/node/27015. Consulté le 6 mars 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marco Antonio Perruso et Viviane Becker Narvaes, « Les journées de(puis) juin 2013 », Brésil(s), 7 | 2015, 19-38.

Référence électronique

Marco Antonio Perruso et Viviane Becker Narvaes, « Les journées de(puis) juin 2013 », Brésil(s) [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1420 ; DOI : 10.4000/bresils.1420

Haut de page

Auteurs

Marco Antonio Perruso

Marco Antonio Perruso est professeur de sociologie de l’Université fédérale rurale de Rio de Janeiro (UFRRJ).

Viviane Becker Narvaes

Viviane Becker Narvaes est mestre en arts de la scène et enseigne au département d’enseignement du théâtre (Centre de lettres et d’arts) de l’Université fédérale de l’État de Rio de Janeiro (UNIRIO).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals