Navigation – Plan du site
Dossier – Les mobilisations de 2013 au Brésil : vers une reconfiguration de la contestation

Du Brésil au monde et retour : mouvements sociaux localisés et en résonance

Do Brasil para o mundo e vice-versa: movimentos sociais localizados e em mútua repercussão
From Brazil to the World and Back: Social Movements in Isolation and in Unison
Yves Cohen et Marco Santana
p. 103-122

Résumés

Cet article tente de brosser quelques traits d’un paysage socio-politique élargi au monde dans lequel les Journées de juin pourraient prendre place. Certaines caractéristiques importantes des mouvements de plusieurs pays dans le monde depuis 2010 sont partagées avec les mouvements brésiliens (de quelque ville qu’ils soient, bien que Rio de Janeiro et São Paulo soient surtout évoqués) : la volonté d’être sans leaders, la présence obstinée dans la rue, l’adresse directe aux gouvernements pour exiger qu’ils gouvernent dans le bon sens, le non désir de révolution au sens que ce mot avait dans les siècles précédents. Le Juin brésilien est une critique en acte des formes historiques de la politique, qui en propose de nouvelles. Du Brésil au monde, il semble qu’un processus s’amorce d’affirmation de formes inédites de légitimité démocratique qui visent non pas à détruire mais à interpeller la démocratie représentative ou même à l’instaurer quand elle n’existe pas.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en août 2014 ; approuvé en février 2015.

Texte intégral

1Ce texte traite des mouvements brésiliens dans une perspective comparative. Il procède d’une forme d’enquête particulière. Il est le fruit de la rencontre entre un sociologue des mouvements sociaux brésiliens et un historien comparatiste des pratiques d’autorité au XXe siècle. Ce sociologue a participé aux événements de juin 2013 et des mois suivants à la fois comme acteur et comme ethnographe. Travaillant dans un institut de l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ) au cœur de la ville, devenu le centre des réunions et de l’accueil des manifestations, il a pu observer discussions et organisations. Il a participé à toutes les protestations. Il a compté parmi les lanceurs d’un manifeste des professeurs de l’enseignement supérieur pour le droit de manifestation et a été l’un des organisateurs d’une action publique à l’UFRJ pour cette même cause et contre les interpellations de manifestants. L’historien mobilise de son côté, dans cette réflexion sur un événement au présent, une connaissance à la fois personnelle et historique des mouvements sociaux, une longue recherche d’histoire comparée des pratiques et des cultures de l’autorité au XXe siècle et une enquête de terrain de trois mois au Brésil après juin 2013 (observation participante de manifestations et occupations ; entretiens avec des militants) à laquelle s’ajoutent de moins systématiques observations sur d’autres pays. L’échange entre les auteurs tente de saisir quelques particularités du mouvement brésilien resitué parmi ceux d’après 2010. En général, les sciences sociales sont peu équipées pour comprendre instantanément ce qui survient. Ceci est d’autant plus vrai pour ces événements qui brouillent leurs modes d’interprétation. Ils se confrontent en effet au socle qui les constitue au moment de leur naissance moderne avec Max Weber et Émile Durkheim et qui est leur rapport au XXe siècle comme siècle hiérarchique par excellence. C’est donc sur la base d’une inscription empirique forte dans les mouvements de 2013 qu’une série d’hypothèses est construite, dans une posture qui cherche à rester modeste en évitant la supériorité académique fréquente face à l’événement (Sewell 1996 ; Farge 2002). Cette position n’est pas hagiographique et elle se garde plus encore d’être normative et de prescrire ce que les mouvements devraient faire.

  • 1 Nous accentuons quelques traits de la conclusion de Pleyers & Glasius (2013).

2Les points les plus saillants nous semblent moins les caractéristiques sociologiques que les traits politiques des mouvements. Ces derniers paraissent se faire la critique en acte de ceux du siècle précédent jusqu'aux années 68. Le Mai 68 français pris sur sa durée a été un mouvement sans chef. Sous un autre angle, les années 68, en France et ailleurs, conservaient l'horizon révolutionnaire, celui d'une révolution meilleure que celles dont le XXe siècle fournissait l'expérience dramatique1. Les mouvements des années 2010 au contraire paraissent engager un processus qui soit à la fois le renoncement à la destruction de la démocratie représentative parlementaire et la recherche d’une démocratie directe et non institutionnalisée. Le rejet des foules sans maître était presque généralisé jusqu’aux années 68, il laisse la place à la reconnaissance de foules raisonnables et qui s’orientent elles-mêmes.

3L’article souhaite donc insérer le moment brésilien de juin 2013 et les mouvements tous singuliers qui le composent, en particulier ceux de Rio de Janeiro et de São Paulo, dans cette période qui semble se dessiner à l’échelle du monde depuis 2010. De nombreux travaux, dont ce numéro témoigne, les inscrivent à juste titre dans l’histoire du Brésil comme l’a fait récemment Marcos Nobre (2013). Mais on peut comprendre les Journées de juin et les mouvements qui les ont suivies comme une composante d’une dynamique beaucoup plus large à l’échelle mondiale et qui porte des enjeux d’importance : la critique des hiérarchies, la recherche de nouvelles formes de légitimité démocratique et, plus profondément encore, un renouvellement de la politique. Cet élargissement géographique de la réflexion suppose d’esquisser aussi une extension historique en inscrivant les mouvements des années 2010 dans une temporalité longue et en particulier dans leur rapport au XXe siècle. Une inventivité de portée historique qui n’est pas seulement une intervention dans le paysage politique mais aussi dans celui des sciences sociales.

4Autant dire que cet article fait un choix interprétatif, celui de donner la priorité à l’analyse des formes prises par les pratiques de lutte et leurs résonances avec d’autres dans le monde plutôt qu’à une analyse socio-économique qui ne sera pourtant pas négligée. En effet, des forces sociales précises sont engagées, forces du travail, urbaines et universitaires, souvent composites et mêlées. Ce texte a pour seule ambition de contribuer à une réflexion scientifique qui s’amorce sur un processus qui s’amorce aussi.

La présence, la rue, la place

  • 2 Sur les actes spatiaux, voir Lévy & Lussault (2003) et Lussault (2014).

5Les mouvements brésiliens de juin 2013 ont donné au plus haut point l’exemple d’une caractéristique majeure des mouvements sociaux depuis au moins 2010 avec Tunis, premier grand marqueur, sans même remonter à la séquence qui a traversé le monde sous le nom d’Occupy à la fin de la décennie 2000 : la présence obstinée. Cette présence se manifeste dans les rues et ces mouvements ont d’abord une dimension spatiale. Ils sont des actes spatiaux collectifs dont une partie du sens est dans cette présence même. Ce caractère est bien noté par l’air de famille qu’on leur a rapidement trouvé en les nommant les mouvements des places2.

  • 3 Cette considération de la société comme magma est proposée par Castoriadis (1975).

6Or c’est par cette présence que le mouvement qui a saisi le Brésil dans le cours du mois de juin 2013 est sans aucun doute l’un des plus larges, des plus brefs et néanmoins des plus chargés d’effet de l’histoire politique de ce pays. Comme un magma social qui s’échauffe, il est entré en éruption et s’est répandu dans presque toutes les parties du pays, atteignant jusqu’à de nombreuses villes de petite taille. Puis, comme le magma va se refroidissant après l’éruption et le débordement, il a laissé de nouveaux continents et des espaces qu’il a créés, qu’il crée et qu’il créera encore, couche nouvelle du magma constituant la société3. La rue a été réinvestie comme lieu de la politique, ce qu’elle n’avait pas été au Brésil depuis vingt-deux ans et les manifestations pour l’impeachment de Fernando Collor de Mello (Mische 2007), tandis que dans un pays comme la France elle a été constamment pratiquée depuis plus de deux siècles, y compris ces dernières années, avec parfois des échecs mais aussi des succès dont ont bénéficié aussi bien des mouvements qu’on pourrait dire de gauche que des mouvements de droite (Tartakowsky 2013).

  • 4 L’enjeu politique de la place comme point de fixation d’actes spatiaux collectifs ne relève pas seu (...)

7Par ailleurs, la « place » – Tahrir, Taksim, Maïdan (mot d’origine arabe qui signifie justement place, adopté par de nombreuses langues européennes et asiatiques) – renvoie au sens de l’agora et du forum. Ce trait permet, parmi plusieurs autres, de relier et de comparer les mouvements qui se sont opposés à des dictatures et ceux qui se sont développés dans des démocraties, alors que nombre d’observateurs tendent à les séparer (ce que ne fait pas Camau 2011). On y trouve une forme de poursuite du mouvement Reclaim the streets des années 1990 qui joignait la dénonciation des usages de la ville à une critique politique. Les rues et les places brésiliennes qui, d’une certaine manière, ont été abandonnées durant près de vingt ans par les manifestations générales, ont été de nouveau investies4. Depuis Juin, des protestations ont eu lieu presque toutes les semaines à Rio de Janeiro. Les anciennes Mecque des manifestations depuis toujours, comme l’avenue Rio Branco, les places de Candelária ou Cinelândia, y ont été de nouveau occupées par d’énormes contingents de contestataires. L’avenue Président Vargas, percée sous la dictature de ce dernier, est devenue le théâtre de l’occupation par la célèbre manifestation des « Un million » le 20 juin.

La leaderlessness, l’adresse et le sens

8Un autre trait partagé par presque tous les mouvements depuis 2010 est la déclaration d’être sans leader. C’était déjà le cas de la révolution tunisienne de décembre 2010 qui s’est découverte sans chef et puis s’est revendiquée telle, mais c’est aussi le cas de l’Égypte, d’Istanbul, de Maïdan, de la Bulgarie en été 2013 et, bien entendu, du Brésil, et d’autres encore. On assiste à un rejet clair de la direction par des organisations traditionnelles, syndicats ou partis politiques, qui est en même temps une affirmation d’horizontalité. Tandis qu’il est le plus souvent spontané à travers le monde, ce trait est l’un des principaux de la charte du Mouvement pour le ticket gratuit (Movimento Passe Livre – MPL) créé en 2005 et issu de divers courants de gauche et d’extrême gauche. Il s’est focalisé sur le prix des transports publics et a lancé à São Paulo les premières manifestations qui ont été à l’origine des Journées de juin. Il se présente comme une fédération de groupes locaux. Sa charte, dont la première rédaction date de 2005, précise que le mouvement est « horizontal, autonome, indépendant et apartidaire, mais non antipartidaire », au sens où il accepte les membres de partis s’ils n’agissent pas comme leurs représentants5. Ces principes, formulés à partir de l’expérience des forums sociaux mondiaux, ont beaucoup contribué à donner force et efficacité à cette dynamique qui s’est développée dans diverses villes brésiliennes. Le MPL est au Brésil celui des mouvements qui porte le plus loin cette affirmation.

  • 6 MPL – São Paulo 2013, 17. Comme la plupart des textes du MPL, celui-ci n’est pas signé d’un nom pro (...)
  • 7 Entretien avec Caio Martins Ferreira le 19 septembre 2013 à São Paulo et Martins & Cordeiro (2014).
  • 8 C’est ce que dit Pierre Clastres dans La Société contre l’État (1974) et qui subsiste chez un certa (...)

9C’est un point pourtant qui a suscité l’interrogation du mouvement lui-même. On peut se demander, en bonne sociologie, si la proclamation d’être sans chef ne relève pas seulement d’une pratique discursive mais se vérifie effectivement dans les pratiques opératoires. Le MPL proclame le refus des chefs et aussi, comme il l’a formulé dans le cours des manifestations de São Paulo, le refus de chercher à contrôler tout ce qui se produit, ce qui est un principe important de retenue, constitutif d’un nouveau mode d’action en politique6. Pourtant, la nécessité de décider dans le cours de l’action même s’est révélée une pierre d’achoppement pour la règle de s’en tenir à la leaderlessness. Des militants du MPL racontent le conflit avec les principes qui a éclaté sur place quand il a fallu décider en urgence de la direction de la grande manifestation du 20 juin : fallait-il aller vers le centre de São Paulo, où poussait une partie des dizaines de milliers de manifestants, ou vers l'un des périphériques pour le bloquer ? Si l'on refuse les chefs, peut-on prendre la décision seul ou à deux ou trois, sans consulter l'assemblée générale – même quand il est impossible de la réunir sur place ? Telle était la question que les membres du MPL se posaient en pleine rue. Ils ont finalement pris une décision, provoquant en eux un doute sur leur propre conviction horizontaliste7. Ce doute aurait pu être apaisé par la référence aux peuples qui ne laissent agir que des « chefs » révocables et pour des tâches définies préalablement par l’assemblée, temporaires et clairement délimitées8.

10La portée de la volonté d’être sans leader ne saurait être minimisée. Elle est une critique en acte de la sociologie ordinaire du leadership. En 2004 encore, l’article « Leadership in social movements » du Blackwell Companion to Social Movements (Morris & Staggenborg 2004) ne s’interroge en rien sur la dynamique des mouvements sociaux vis-à-vis du leadership. Il ne fait aucun doute pour lui que « les leaders sont essentiels pour les mouvements sociaux : ils suscitent l’engagement, ils mobilisent les ressources, ils créent et identifient les occasions, conçoivent les stratégies, formulent les revendications et influencent les résultats ». Les dirigeants des mouvements sociaux ne se distinguent dès lors en rien de ceux qu’on trouve dans l’entreprise ou dans l’armée ou dans tout autre lieu institutionnel. Toutefois, la critique de cette sociologie est secondaire au regard du fait que la revendication d’être sans leader, de plus en plus audible, est en soi un événement historique qui a aussi un retentissement sur les sciences sociales.

  • 9 En contraste avec le court XXe siècle d’Eric J. Hobsbawm (1999) qui commence avec la guerre de 1914 (...)
  • 10 Première traduction en portugais (1908) : Psycologia das multidões. Lisbonne : Almanach Encyclopedi (...)
  • 11 Émile Durkheim, selon lequel les puissances morales parlent à l’homme « sur le ton du commandement  (...)

11Sous un autre angle, dans ce qui peut être considéré comme un « long XXe siècle »9, on disait, de tous les côtés du spectre politique, que les foules avaient besoin de leaders. C’était ce qu’avait posé le livre de Gustave Le Bon publié en 1895, Psychologie des foules, qui a rencontré instantanément un succès mondial. Son propos n’était pas seulement diagnostique. Il disait aux foules : vous avez besoin de chefs, d’organisation, de hiérarchie, sinon, vous irez au pire10. La plupart des foules des manifestations du XXIe siècle rejettent cette obsession comme propre au XXe siècle. Elles établissent de façon autonome leurs demandes qui sont précises et réfléchies, comme celles de la foule de la révolte frumentaire anglaise au XVIIIe siècle qu’évoque magnifiquement E. P. Thompson (1988). Il semble que nous soyons passés à une ère où les foules raisonnables sont reconnues. Elles adressent des exigences précises à leur gouvernement : leur démission comme en Égypte et en Tunisie, mais aussi le maintien d’un parc, comme à Istanbul, ou l’annulation de 20 centimes d’augmentation du ticket de bus (alors que le prix est de 3 reais) à São Paulo. Au Brésil, cette revendication claire a emporté l’assentiment général et, aux manifestations les plus larges depuis plus de vingt ans, s’est jointe une claire victoire, limitée à ce point précis, qui a bloqué partout les augmentations de tarif et qui est historique par son ampleur. C’est ce que montre le fait qu’elle soit devenue depuis une référence incontournable et partagée de toute controverse politique ou sociale. La raison n’est plus l’apanage des savants. Elle ne l’est plus non plus des professionnels ou des chefs en titre. Les sciences sociales se sont largement construites non seulement dans l’ambiance de la « nécessité des chefs » dont l’affirmation prévalait dans le XXe siècle des années 1890 aux années 1960, mais par leur contribution à cette ambiance. En attestent l’histoire des psychologies expérimentale et sociale et celle de la sociologie à travers la sociologie de la domination de Max Weber et celle de l’autorité morale d’Émile Durkheim11.

12À la présence obstinée et à l’affirmation d’être sans chef s’ajoute l’adresse depuis la rue pour contribuer à redéfinir la politique. Comme le MPL le disait, la revendication des 20 centimes était politique. Elle était une adresse lancée au gouvernement, poussé non pas à disparaître, mais à bien gouverner. Cette adresse, tout en en étant distincte, allait de pair avec la présence de rue (la dernière est un acte spatial, la première un acte discursif collectif). On appelle parfois les mouvements des années 2010 « révolutions » mais, un peu comme le dit à propos de l’Ukraine Adam Michnik, l’intellectuel polonais animateur du moment Solidarnosc des années 1980, on a affaire à « une révolution d’un nouveau type » menée par des mouvements précurseurs de nouvelles formes de légitimité démocratique et d’une nouvelle forme de politique (Michnik 2014). La rue criait, dans de nombreuses villes du Brésil : « Nous ne sommes pas représentés. » C’était dire que le gouvernement ne la représentait pas et aussi qu’elle ne voulait pas être représentée. Elle voulait que le gouvernement gouverne. Mais cette adresse depuis la rue était radicale, irrécusable et, en cela, elle était politique et porteuse de plus qu’elle-même, ce qui a contribué à provoquer la violence policière et, par ce fait, l’extension des manifestations (Carlotto 2013).

13Les Journées de juin ont connu dans leur durée une repolitisation du quotidien. En 2013, beaucoup des améliorations urbaines de Rio devaient être centrées sur la Coupe des confédérations (le premier de la succession des événements globaux qui doivent passer par la ville). De nombreuses manifestations depuis Juin proclament que si le modèle FIFA, avec ses fleuves d’argent, est bon pour le football, alors il pourrait l’être aussi pour la santé, l’éducation, les transports et pour la vie quotidienne en général. Durant les manifestations de juin, de nombreux mots d’ordre étaient criés au son des chansons de stades. Or la population a été exclue des rencontres par des billets d’entrée très chers et forcée de regarder les matchs sur les écrans des cafés. La rue, comme le disait une publicité de télévision, était devenue la plus grande tribune du Brésil. Le sentiment d’injustice, celui-là même qui a mis en action de nombreux mouvements populaires tout au long de l’histoire, comme Barrington Moore l’a montré, était très grand (Moore 1978). De plus, des traits régionaux se sont manifestés fortement, par exemple à Rio où le gouverneur de l’État, Sergio Cabral, condensait l’arrogance, l’autoritarisme, la corruption, des liens solides et évidents avec des groupes économiques privés et puissants et l’obstination dans la violence répressive.

  • 12 Observations de Marco Aurélio Santana.

14Dans les rues, les files d’attente, les bus, les taxis, tous se positionnaient pour ou contre les mouvements et la violence répressive. Un homme du peuple déclarait vouloir emmener sa petite fille à une manifestation « pour qu’elle apprenne toute petite » ; un conducteur de bus disait des manifestations au cours desquelles rien n’était cassé qu’elles étaient comme une « marche pour Jésus » et ajoutait : « Les autorités ne se bougent que lorsque le peuple se révolte » ; ou encore, dans une famille, le fils de huit ans et ses camarades, après avoir reçu un cadeau qu’ils n’avaient pas aimé lors d’une fête de leur école, se sont réunis autour du père pour lui promettre qu’il y aurait une manifestation à l’école le lendemain12. À la suite de Juin, en même temps qu’elle occupait la rue, la politique a nourri le quotidien, comme la montée des luttes à l’approche de la Coupe du Monde l’a montré. Elle était à la fois productrice de pratiques et transformatrice du langage.

  • 13 Ce point est repris aux États-Unis par des penseurs libéraux célèbres comme Walter Lippmann, selon (...)

15La présence, l’adresse, l’insistance sur le leaderless et le partage du politique sont des traits d’un mode particulier d’existence de la politique. Si celle-ci se manifeste instantanément dans la protestation de rue, nous sommes bien hors du schéma léniniste de la foule qui, laissée à elle-même sans parti d’avant-garde ni chefs, ne saurait aller que vers « l’économisme » (Lénine 1948). Nous ne sommes pas non plus dans le schéma démocratique classique par lequel, comme Tocqueville le disait bien, « les citoyens sortent un moment de la dépendance pour indiquer leur maître, et y rentrent » (1986, 649)13. La politique affirme un caractère direct, distinct de la politique électorale et parlementaire, ce qui n’est pas non plus une variante de la démocratie participative, puisque celle-ci est institutionnalisée.

16Le refus du leadership trouble les gouvernants. Ceux-ci éprouvent le besoin de parler à quelqu’un, dirigeants ou porte-parole. On a proposé à des militants du MPL de participer à une redéfinition des transports en commun, mais ils ont récusé la demande en affirmant que leur place était dans la rue, refusant ainsi une tradition déjà affirmée de démocratie participative au Brésil. Cette recherche d’interlocuteurs s’est aussi produite à Istanbul où le premier ministre, Erdoğan, a tenté en vain d’inventer lui-même des partenaires avec lesquels parler du parc Gezi : ils se dérobaient au fur et à mesure.

17Les médias ne sont pas moins troublés que les gouvernements par ce mode d’existence du politique. Déjà au moment mondial des Occupy, les participants refusaient de porter la parole de tous. Il en a été de même sur Maïdan et les medias y ont inventé les porte-parole dont ils avaient besoin. Ce furent trois représentants déjà connus de l’opposition politique, mais non pas des « maïdanistes » qui, par ailleurs, ont laissé faire tout en continuant à s’orienter de façon autonome (Kourkov 2014, 32-33, 94, 132, 136).

  • 14 Cette « intervention médiatique » pour créer le sens n’est pas propre au cas brésilien, comme le di (...)

18Ce trouble des règles habituelles de la confrontation socio-politique engendre celui de la signification des événements en cours. Dans leur déroulement, se produit une bataille pour le sens, une bataille de « perception » comme les communicateurs du gouvernement turc le formulent (Göle 2014). Les bureaux gouvernementaux de communication (les cellules « éléments de langage » dont les ministères sont dotés en France) et les médias en sont les protagonistes d’un côté, les réseaux sociaux et la presse alternative de l’autre. Ce n’est pas tant là une question d'information que d'orientation de la « perception » même des événements à la fois par leurs participants et par le grand public. Au Brésil, les médias ont été opératoires dans le passage à la deuxième phase des Journées de juin, une fois que la revendication qui avait tout lancé, les 20 centimes, a remporté son succès dans le pays entier avec l'annulation des augmentations. Ils ont affirmé que les manifestations visaient la corruption des élites et celle-ci est devenue l’une des réclamations principales, à côté de celles qui se formulaient par ailleurs pour une plus grande participation de l'État aux dépenses de santé et d'éducation. En manque de leaders et de porte-parole, les médias cherchent à imposer le sens et, de ce fait, à créer la réalité politique14. Un « contre-sens » ou plutôt un « anti-sens » se forme aussi.

  • 15 Ainsi à Istanbul, le fondateur d’un média alternatif affirme la priorité de la communication par Fa (...)
  • 16 Voir le blog de l’écrivaine bulgare Rouja Lazarova : http://roujainsofia.wordpress.com/ (consulté l (...)

19Au début des années 2000, il semblait évident à nombre de personnes, participantes ou observatrices, que les nouvelles techniques de communication étaient la cause des nouvelles formes de mobilisation qui se faisaient jour, sous la forme de « flash-mob » par exemple, par la seule vertu, pensait-on, du lien horizontal offert par ces techniques. Les années 2010 montrent que ce qui prime sur les techniques est la critique historique des formes de mobilisation et de manifestation que réalisent sur place les foules elles-mêmes par leur récusation des partis et des leaders. Les techniques ne sont pas des causes, même si elles sont plus que des auxiliaires de ces refus. Elles ont une agency. Par leur plasticité, elles facilitent magistralement une horizontalité qui n'est pas dans leur nature, pas plus qu'elle n'était dans celle du téléphone (Cohen 2003). Elles permettent la communication et l'échange rapides, mais aussi, plus fondamentalement encore, la délibération collective. Un des exemples les plus frappants est l'usage du blog par le MPL. Un post est devenu célèbre, daté du moment où le MPL s’est retiré des manifestations de São Paulo le 22 juin. Il a été publié sur le site « Passa Palavra » sous le titre « Le peuple nous a-t-il réveillés ? La perplexité de la gauche face aux révoltes ». L'auteur s'y interroge publiquement sur l'orientation des manifestations et sur ce qui serait à poursuivre : « La situation nous place devant l’urgence de reformuler notre posture dans la lutte de rue et réaffirme la centralité du travail de base. Nous tenons comme cruciale l’importance des mouvements sociaux enracinés dans la périphérie. » Le post est suivi par trente-et-un commentaires substantiels. Ce qui aurait été discuté auparavant dans le secret d'une réunion du bureau politique est devenu public, au mépris de la surveillance policière. La publicité des opinions et l’ouverture des échanges sont plus importantes que les dangers du contrôle15. Il s'est produit un phénomène comparable en Bulgarie. À Sofia, la police a fini par user de violence après plusieurs jours de manifestations quotidiennes non partidaires et sans leadership réclamant la démission du Premier ministre au centre de la ville en juillet 2013. Les manifestants ont alors délibéré sur blog pour décider de passer ou non à la violence. Le résultat a été la décision de ne pas franchir ce pas16. Il se constitue là, sur le terrain même, une nouvelle forme de délibération collective, de pensée ensemble, d’élaboration publique, vérifiable par tous.

  • 17 Ne citons que Turkle (1984, 1995 et 2011).

20Ces pratiques se situent tout autant dans la rue que dans les domiciles ou les lieux de rencontre d’où chaque personne ou chaque groupe se connecte à l’autre. Là se forment le politique et le social – qui ne relèvent pas de structures susceptibles d’être définies préalablement et auxquelles réduire l’événement. Il ne s’agit pas seulement de nouveaux laboratoires de l’individualisme et du moi, comme la sociologie l’a beaucoup étudié à propos d’Internet depuis une trentaine d’années17, mais aussi de l’élaboration de nouvelles formes de collectivité. Les groupes sociaux existent, se définissent et (se) manifestent par leur présence, l'adresse directe et la fabrique collective du sens et de la décision en s'orientant par une délibération ouverte sur les réseaux sociaux. La politique devient l’être-là de groupes porteurs d’une adresse au gouvernement formulée de manière autonome (Cefaï & Terzi 2012).

La ville comme enjeu

21La ville réinvestie comme lieu par excellence du politique était aussi un enjeu – à divers titres selon les localisations.

22Rio de Janeiro est une ville que l’on dit dotée d’immenses possibilités et elle a produit une image merveilleuse d’elle-même. Or elle est l’enjeu de projets de transformation profonde. Leur élément moteur est formé par les « méga-événements » de la Coupe du Monde et des Jeux olympiques. L'État de Rio de Janeiro a été l’un de ceux qui a le plus reçu d’investissements fédéraux à travers un dispositif passant par le maire, le gouverneur de l’État et le gouvernement fédéral. La ville a aussi attiré un grand nombre d’investissements privés. Il s’en est suivi l’explosion du marché immobilier et un fort renchérissement de la vie. De nombreuses études ont été financées pour trouver comment ménager des espaces sur lesquels asseoir le développement de la ville. Elles ont conduit à orienter les investissements contre les favelas du centre : des expulsions massives ont commencé (Faria 2013). Cibles de ce que l’on a nommé des « revitalisations », différentes parties de la ville ont subi un processus rapide de valorisation qui a écarté du centre un grand nombre d’habitants. Le phénomène est clairement une « accumulation par la dépossession », comme l’a nommé David Harvey (2012).

23À São Paulo, l’enjeu urbain était d’un ordre différent. La revendication du passe livre [ticket gratuit] comportait toute une conception du droit à la ville qui procédait d’Henri Lefebvre et de David Harvey lui-même (Lefebvre 1968 ; Harvey 2011). Le MPL n’avait pas seulement pour objectif, une fois celui des 20 centimes atteints, d’abolir les 3 reais qui restaient pour parvenir à la gratuité. Il militait dans la périphérie pour aider la population à faire rétablir les lignes jugées non rentables par les compagnies privées concessionnaires de contrats publics ou à tracer de nouvelles lignes quand ces compagnies ne voulaient pas aller dans des quartiers trop éloignés. Le mouvement s’est appuyé sur des études économiques qui montrent que le transport en commun gratuit serait économiquement viable justement parce qu’il permettrait à de vastes populations un autre usage de la ville. Celle-ci en serait rendue plus accessible, plus perméable, plus démocratique, tout en restant animée par un dynamisme garant de rentabilité. La conception vaut pour d’autres cités brésiliennes. L’urbain était donc au centre des enjeux de Juin, au Brésil comme à Istanbul où Erdoğan a enjoint aux manifestants d’évacuer leurs tentes du parc Gezi pour que le public puisse de nouveau en jouir, alors qu’il soutenait le projet d’installer un grand centre commercial dans ce qui est le dernier parc boisé de la ville (Duclert 2014).

Violence et mémoire

24Invariablement, et de quelque lieu qu’il s’agisse, la violence est venue du pouvoir et c’est à cause d’elle que les manifestations ont pris l’ampleur qu’elles ont connue.

25Le gouvernement brésilien et ceux des différents États fédérés réussirent conjoncturellement à contenir le possible débordement des manifestations. On tenta de vaincre la rue par la fatigue, qui n’arrivait pas, ou par l’annonce de mesures palliatives. Des lois à caractère urgent furent votées, d’autres retirées de l’ordre du jour. La police s’est rendu compte de sa propre impréparation face aux manifestations de rue. On se souvient que la ministre française de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie avait proposé l’assistance technique des CRS au président tunisien Ben Ali quelques jours avant sa chute en 2011. Au Brésil, sous le gouvernement de Jean-Marc Ayrault qui avait vivement protesté à la suite de cet épisode, les corps de police de « choc » ont reçu en novembre 2013, au moins à São Paulo et à Rio de Janeiro, une formation à la répression des manifestations de la part des CRS, le ministre de l’Intérieur étant alors Manuel Valls. L’opinion française a eu à peine connaissance de ce phénomène de circulation transnationale s’il en est18.

26L’action policière au Brésil comporte deux particularités liées l’une à l’autre. La première est la forme de la violence. Rio de Janeiro est une ville où la police agit militairement dans les favelas et les manifestants se sont vus traités comme des ennemis. De façon très symptomatique, dans la nuit du 20 juin, celle de la plus grande manifestation, le « jeudi sans loi », le caveirão, ce véhicule blindé utilisé dans les invasions des favelas pour faire « la guerre au trafic », a sillonné les rues. La « police de pacification » des favelas a été utilisée pour la « politique de pacification de la ville ». Cette logique a prévalu tout au long de 2013. En octobre-novembre 2013, les professeurs des écoles publiques en grève, organisés par le Syndicat des professionnels d’éducation de Rio de Janeiro (Sindicato Estadual dos Professionais de Educação do RJ – SEPE-RJ), furent violemment réprimés par la police chargée de quadriller le centre-ville de Rio de Janeiro et d’encercler le parlement de l’État, empêchant l’entrée et la sortie du bâtiment durant le vote du plan de carrière et des salaires pour l’école publique municipale.

  • 19 Observations personnelles à partir de juin 2013 (Yves Cohen et Marco Santana) ; Santos & Pedrosa (2 (...)

27Les circulations transnationales n’étaient pas non plus absentes, au moins pour une partie du mouvement. L’apparition et la croissance vertigineuse des black blocs ont apporté une autre dimension aux manifestations, en les articulant à une histoire qui remonte au moins à Seattle, en 1999, durant les manifestations contre la réunion de l’Organisation mondiale du commerce. Ces commandos tout en noir, spécialisés dans l’action violente contre les banques et la police, avec une notable composante féminine et d’origine sociale certainement plus populaire que celle de la moyenne des manifestants, ne sont pas des corps étrangers à ces derniers. Ils incarnent, de façon apparemment réfléchie, une manière de gérer la violence au nom des manifestants, parfois dans la gêne, sinon le rejet, et parfois dans le consensus avec la majorité19.

28La seconde particularité de la violence brésilienne provient de l’héritage de la dictature. Une articulation à la fois opératoire et narrative entre le passé et le présent à travers la mémoire s’est développée. Les travaux de la Commission de la vérité créée par Dilma Rousseff en 2011 et toutes les commissions plus locales ou sectorielles qui l’ont suivie ont remis la question du régime des généraux dans le débat public et posé celle de la dimension militaire de la démocratie. Ils ont aidé à comprendre de nombreuses pratiques répressives utilisées par l’État démocratique face aux manifestations. Dans la nuit du 20 juin, au sommet de la répression policière de la manifestation des « Un million » à Rio de Janeiro, dans le nouveau centre de contrôle des images du secrétaire à la sécurité de l’État, un mur a été tagué avec l’inscription « Non à la dictature ! ». De plus, de nombreux montages photographiques ont circulé, rapprochant les manifestations et la répression de celles des années de plomb (1968). Dans la matinée qui a suivi la grande arrestation de près de cent manifestants sur les marches de la chambre du conseil municipal de Rio de Janeiro, beaucoup de personnes reçurent des messages sur leur téléphone portable disant « Bonne année 1968 ». On a crié régulièrement « Cabral dictateur ».

  • 20 Observation d’un des auteurs à São Paulo en 2013.

29Le lien a été fait, par exemple, à l’occasion de la politique quotidienne de répression des travailleurs ambulants dans le centre-ville qui a conduit à de véritables batailles rangées avec la garde municipale. Or celle-ci, du fait que ses membres ont été recrutés et promus par d’anciens officiers de la police militaire, a agi de façon très dure dans une logique de tolérance zéro. La violence subie par les manifestants appelle l’évocation ouverte de la dictature et pointe la relation entre l’absence d’un travail de mémoire pendant près de trente ans et le meurtre gratuit et fréquent de jeunes noirs dans les favelas par la police. Les coups eux-mêmes créaient un lien historique, social et racial entre les répressions. Du côté militant, de nombreux membres de tel ou tel groupe orienté vers le logement ou le transport ont participé à telle ou telle commission locale de « vérité » ou à telle ou telle action publique contre un tortionnaire ou un médecin ayant collaboré à la torture et dont le nom n’avait pas encore été prononcé20. La violence multiple d’aujourd’hui s’entrelace avec celle d’hier, rendant plus vive l’exigence du travail de mémoire au sein même des mouvements sociaux. Le travail de mémoire s’entrelace de son côté avec l’engagement en tous domaines.

Sociologie des mouvements

  • 21 De PMDB (Partido do Movimento Democrático Brasileiro).

30Il faudrait certes – programme pour les années à venir – mener une comparaison étroite entre les mouvements de différents pays non seulement sous les angles du rapport entre traditions politiques et formes de mobilisation, du rapport entre recherche démocratique et formes du pouvoir (autoritaire, dictatorial ou démocratique ; vieille ou jeune démocratie) mais sous celui de leur composition sociale. Il n’y a en tout cas pas, à notre sens, de détermination univoque entre cette composition sociale et la mobilisation socio-politique de rue. L’analyse strictement sociale pourrait faire dire a posteriori à certains que les mouvements étaient prévisibles. Il est plus difficile d’interpréter et de comprendre le moment de leur irruption. Au Brésil, la période de la re-démocratisation est achevée et un « péemdébisme21» (défini comme l’appui sur des coalitions très larges) de gauche s’est installé (Nobre 2014). La perspective d’une année électorale et de grands événements sportifs se profilait et a paru devoir attirer l’essentiel des financements publics. Rien ne verrouillait l’espace potentiel de l’action publique, d’autant plus que des mouvements populaires existaient depuis de longues années, ce qui est entre autres le cas du MPL qui a commencé à être actif dans plusieurs cités à partir de 2003. Le déclenchement et le déploiement des mouvements de juin ont manifesté sur la place publique une critique populaire et largement partagée des formes de représentation et du pouvoir, en particulier celle des formes de l’autorité dans les organisations hiérarchisées, y compris les plus à gauche. Cette critique, enracinée dans une longue histoire, est venue s’inscrire dans les modes de présence et d’adresse au pouvoir.

  • 22 Sur la mortalité de la hiérarchie, voir Graeber (2014).
  • 23 Voir, par exemple, Marcelo Ridenti, « Que juventude é essa », Folha de S. Paulo, 23 juin 2013. http (...)

31On peut faire l’hypothèse que les mêmes groupes sociaux relevant des classes moyennes qui mettaient des formes hiérarchiques en place au XXe siècle (dans des entreprises, des organisations civiques ou politiques) recherchent plus aujourd’hui une coopération égalitaire22. Au Brésil, de nombreuses enquêtes ont montré que, dans leur large majorité, ceux qui sont dans la rue sont des jeunes et que ces jeunes sont allés à l’université, ont un emploi et gagnent entre un et trois salaires minimaux23. Ce sont, pour nombre d’entre eux, de jeunes employés qui travaillent une partie de la journée et étudient le reste du temps. Ils ont une entrée subalterne sur le marché du travail et de faibles revenus. Sans prendre d’autre exemple comparatif, on est frappé du parallélisme avec la population manifestante tunisienne de décembre 2010 et des mois suivants. « Les acteurs protestataires » de Tunisie sont entre autres des diplômés des universités qui font face à la précarité de leur travail et de jeunes travailleurs des quartiers populaires, chômeurs ou qui occupent des métiers jugés dévalorisants et pénibles (Allal & Geisser 2011). Au Brésil, ce sont en grande partie ces jeunes qui ont mis en question le prix des transports qui pèse fortement sur leurs revenus, les services publics de santé parce que les mutuelles privées sont très chères, l’éducation puisque la majorité doit étudier dans des universités privées. Les forces du travail étaient donc là. La « génération néolibérale » assumait sur le terrain ses revendications en tant que « génération précaire », à l’instar de celle de 2005-06 en France. Ces constats rejoignent en partie la sociologie du précariat. Celle-ci est plutôt fondée sur des enquêtes socio-économiques tandis que les événements invitent à considérer la dimension politique de façon privilégiée, d’autant plus qu’ils contribuent à des processus de formation de classe auxquels ils confèrent une part d’inattendu (Guimarães, Hirata & Sugita 2010 ; Braga 2012 ; Cingolani 2014).

  • 24 Témoignage recueilli par Marco Santana.

32Aujourd’hui, cette même génération – un terme utilisé ici librement – parle fièrement d’elle-même. Une histoire a circulé au Brésil sur Internet. En pleine dictature, en 1968, il y avait eu à Rio une manifestation de 100 000 personnes qui avait frappé tout le monde et qui reste présente dans l’imagination des mouvements d’aujourd’hui. La plaisanterie rapporte la rencontre d’un jeune avec un ancien qui demande au premier : « Et toi, tu y étais, à la manifestation des 100 000 ? » ; et le jeune de répondre : « Laquelle24 ? »

Les foules raisonnables et la dualité démocratique

33Peut-être est-ce du fait que le Brésil est un pays démocratique qui vient d’achever une redémocratisation après plus de vingt ans de dictature que l’on peut y voir plus clairement qu’ailleurs en quoi les mouvements qui s’y développent font signe non seulement de la recherche insistante de nouvelles formes de légitimité démocratique mais du début d’un processus sûrement prolongé, incertain, mais transnational et connecté, de réinvention de la politique. Nombre des caractéristiques qu’on peut relever dans les mouvements brésiliens de 2013 et aussi de 2014 font écho à ou ont leur écho dans des mouvements d’autres pays. La démocratie représentative est jugée insuffisante. Mais au lieu de sa destruction révolutionnaire, le mouvement cherche le développement d’une autre démocratie, directe, sans parti, sans hiérarchie, leaderless, qui harcèle la première par la présence de rue et par l’adresse directe de demandes précises et différenciées formulées par des foules dont et à qui on disait au XXe siècle qu’elles « ne sauraient se passer de maître », selon la formule de Le Bon si généralement admise (1963, 115). Cette démocratie directe utilise massivement les virtualités des réseaux sociaux, mais ne s’y confine pas.

34Le rapport au parti politique, au syndicat et même à l’association s’est considérablement transformé et les forces traditionnelles du travail ont eu beaucoup de difficulté à réagir face au débordement du magma déjà évoqué. Certes les situations nationales sont à chaque fois singulières. Par exemple, en Tunisie, l’UGTT (Union générale tunisienne du travail) a joué un rôle incontestable dans le « dégagement » de Ben Ali par le mouvement sans leader qui l’a emporté en quelques semaines. Au Brésil, les forces du travail, partis de gauche et syndicats, n’ont pas eu la masse avec elles depuis longtemps mais elles n’en tentèrent pas moins de l’accompagner, tout en le faisant de leur façon traditionnelle. Cette « masse » avait été par ailleurs rendue fortement horizontale par la multiplication de groupements thématiques reliés par des réseaux échangeant en leur sein et avec l’extérieur par des moyens de communication indépendants. La concurrence ne pouvait pas être plus manifeste entre l’horizontalité et la représentation, la première ne cherchant toutefois pas la mort de la seconde, tandis qu’elle est brutalement attaquée par des pouvoirs dictatoriaux comme en Chine.

35Un mouvement comme celui des Journées de juin a des effets profonds et durables. L’expérience, articulant l’être et la structure sociale, comme l’indiquait E. P. Thomson (1988), a été incorporée aux programmes des luttes sociales. Pour une génération qui avait grandi dans une période de faible mobilisation, cette expérience marquante promet beaucoup de nouveaux développements. 2014 en a montré l’attente, mais a aussi confirmé que les mouvements sociaux n’ont pas de traduction directe sur la sphère électorale. L’élection présidentielle d’octobre 2014 a illustré ce phénomène comme les élections législatives de juin 1968 en France qui avaient vu une très large victoire de la droite.

  • 25 « Un peuple, dit Grotius, peut se donner à un roi. Selon Grotius, un peuple est donc un peuple avan (...)
  • 26 Les vieilles démocraties sont peut-être également touchées. À propos des manifestations des 10 et 1 (...)
  • 27 L’ancien président sociologue du Brésil, Fernando Henrique Cardoso qui diagnostique dans de nombreu (...)

36Pour conclure cet article de sciences politiques plus que de sociologie ou d’histoire, nous dirions que l’analyse des pratiques effectives des foules brésiliennes et autres foules des années 2010 renvoie à la réflexion de Jean-Jacques Rousseau dans Le Contrat social sur « l’acte par lequel un peuple est un peuple », fondateur à la fois de la société et de la politique25. Il semble que nous assistions à l’auto-institution démocratique de peuples qui ne figurent pas parmi les fondateurs de la démocratie moderne dans les bordures de l’Europe en Espagne, Grèce, Turquie, Ukraine, Bulgarie, Bosnie, Hongrie, comme dans le reste du monde au Brésil et récemment à Taïwan, Hong Kong et au Burkina Faso, parmi d’autres. L’Égypte, mais aussi la Tunisie à un moindre titre, le payent très cher car les plus actifs de leurs révolutionnaires ont été persécutés, arrêtés, sinon assassinés, tandis que cette foule raisonnable est venue une première fois, puis est revenue une seconde fois dire leur fait à des gouvernements militaires ou islamistes26. Dès lors, on a une vision plus claire d’un processus qui s’amorce au cours des présentes années, celui de la formation d’une sorte de dualité démocratique (Monod 2012, 254). D’un côté, malgré sa crise dont se plaignent ses plus brillantes figures27, une démocratie représentative, une démocratie à chef comme la pensait Max Weber (1959, 1971, 2013). En face, une démocratie directe, sans parti ni leader, qui existe par sa présence dans la rue et ne cherche pas à renverser la première mais, dût-il lui en coûter cher du fait des répressions, exige qu’elle gouverne dans le bon sens (Cohen 2014).

37« Il n’y aura pas de paix pour les politiques », disait en juin 2013 une pancarte de Rio, en un concentré philosophique (post-tocquevillien, si l’on peut dire) de cette nouvelle présence démocratique et politique. Est-ce que ce ne serait plus les foules qui auraient besoin de chefs pour mieux les orienter mais les gouvernements qui auraient besoin de foules qui les orientent ?

Manifestation du mercredi 17 juillet 2013 à Rio de Janeiro

Manifestation du mercredi 17 juillet 2013 à Rio de Janeiro

Photo : Mario Rocha/Mídia NINJA

Haut de page

Bibliographie

Allal, Amin & Vincent Geisser. 2011. « Tunisie : "Révolution de jasmin" ou Intifada ? » Mouvements 66 : 62-68.

Boidy, Maxime. 2014. « Une iconologie politique du voilement. Sociologie et culture visuelle du black bloc. » Thèse de sociologie. Strasbourg : Université de Strasbourg.

Boltanski, Luc & Ève Chiapello. 1999. Le Nouvel Esprit du capitalisme. Paris : Gallimard.

Braga, Ruy. 2012. A política do precariado. Do populismo à hegemonia Lulista. São Paulo: Boitempo.

Camau, Michel. 2011. « La disgrâce du chef. Mobilisations populaires arabes et crise du leadership. » Mouvements 66 : 22-29.

Carlotto, Maria Caramez. 2013. « Está em pauta, agora, que modelo de cidade queremos. » Interview de Lucas Oliveira, Fevereiro 6, septembre. http://www.revistafevereiro.com/pag.php?r=06&t=10 (consulté le 12 juin 2014).

Castoriadis, Cornelius. 1975. L'Institution imaginaire de la société. Paris : Éditions du Seuil.

Cefaï, Daniel & Cédric Terzi, dir. 2012. L'Expérience des problèmes publics. Perspectives pragmatistes. Paris : Éditions de l’EHESS.

Cingolani, Patrick. 2014. Révolutions précaires. Essai sur l’avenir de l’émancipation. Paris : La Découverte.

Clastres, Pierre. 1974. La Société contre l’État. Paris : Éditions de Minuit.

Cohen, Yves. 2003. « Administration, politique et techniques : réflexions sur la matérialité des pratiques administratives dans la Russie stalinienne (1922-1940). » Cahiers du monde russe 44 (2-3) : 269-307.

Cohen, Yves. 2013. Le Siècle des chefs. Une histoire transnationale du commandement et de l’autorité (1890-1940). Paris : Éditions Amsterdam.

Cohen, Yves. 2014. « Crowds Without a Master: a Transnational Approach Between Past and Present. » FocaalBlog, 10 novembre. http://www.focaalblog.com/2014/11/10/yves-cohen-crowds-without-a-master-a-transnational-approach-between-past-and-present (consulté le 11 février 2015).

Duclert, Vincent. 2014. Occupy Gezi. Un récit de résistance à Istanbul. Paris : Demopolis.

Durkheim, Émile. 1990 [1912]. Les Formes élémentaires de la vie religieuse. Le Système totémique en Australie. Paris : PUF.

Farge, Arlette. 2002. « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux. » Terrain 38 : 67-78.

Faria, Teresa de Jesus Peixoto. 2013. « Políticas públicas e (in)justiça socioespacial nas favelas do Rio de Janeiro, no contexto da organização dos mega-eventos esportivos. » Revista Brasileira de Estudos Urbanos e Regionais 15: 1-11.

Göle, Nilüfer. 2013. « Public space democracy. » Eurozine, 27 juillet. http://www.eurozine.com/articles/2013-07-29-gole-en.html (consulté le 12 juin 2014).

Graeber, David. 2014. Des fins du capitalisme. Possibilités I. Hiérarchie, rébellion, désir. Paris : Payot.

Guimarães, Nadya, Helena Hirata & Kurumi Sugita, dir. 2010. Trabalho flexível, empregos precários? Uma comparação Brasil, França, Japão. São Paulo: Edusp.

Harvey, David. 2011. Le Capitalisme contre le droit à la ville. Néolibéralisme, urbanisation, résistances. Paris : Éditions Amsterdam.

Harvey, David. 2012. Rebel Cities. From the Right to the City to the Urban Revolution. New York: Verso.

Hervé, Caroline. 2013. « "On ne fait que s’entraider". Dynamique des relations de pouvoir et construction de la figure du leader chez les Inuit du Nunavik (XXe siècle-2011). » Thèse d’anthropologie. Paris/Québec : EHESS/Université Laval.

Hobsbawm, Eric J. 1999. L’Âge des extrêmes. Histoire du Court XXe Siècle. Bruxelles : Éditions Complexe. [Éd. originale (1994) : The Age of Extremes: The Short Twentieth Century, 1914-1991, London and New York, Michael Joseph and Vintage Books].

Judensnaider, Elena, Luciana Piazzon & Pablo Ortellado. 2013. Vinte Centavos: a luta contro o aumento. São Paulo: Veneta.

Kourkov, Andreï. 2014. Journal de Maïdan. Paris : Liana Levi.

Le Bon, Gustave. 1963 [1895]. Psychologie des foules. Paris : PUF.

Lefebvre, Henri. 1968. Le Droit à la ville. Paris : Anthropos.

Lénine, Vladimir Ilitch. 1948 [1902]. Que faire ? In Œuvres choisies en deux volumes, vol. 1, 74-137. Moscou : Éditions en langues étrangères.

Lévy, Jacques & Michel Lussault. 2013 [2003]. Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés. Paris : Belin.

Lussault, Michel. 2014. « Compétences de spatialité. » EspacesTemps.net, 15 juillet. http://www.espacestemps.net/articles/competences-de-spatialite/ (consulté le 9 février 2015).

Lippmann, Walter. 2008 [1925]. Le Public fantôme. Paris : Demopolis.

Martins, Caio & Leonardo Cordeiro. 2014. « Revolta popular: o limite da tática. » Passa Palavra, 27 mai. http://passapalavra.info/2014/05/95701 (consulté le 21 décembre 2014).

Michnik, Adam. 2014. « L’Ukraine, "c’est une révolution d’un nouveau type". » Le Monde, 26 février.

Mische, Ann. 2007. Partisan Publics: Communication and Contention across Brazilian Youth Activist Networks. Princeton: Princeton University Press.

Monod, Jean-Claude. 2012. Qu'est-ce qu'un chef en démocratie ? Politiques du charisme. Paris : Seuil.

Moore, Barrington. 1978. Injustice. The Social Bases of Obedience and Revolt. New York: M. E. Sharpe.

Morris, Aldon D. & Suzanne Staggenborg. 2004. « Leadership in Social Movements. » In The Blackwell Companion to Social Movements, dirigé par David A. Snow, Sarah A. Soule & Hanspeter Kriesi, 171-196. Oxford: Blackwell.

MPL/SP. 2013. « Não començou em Salvador, não vai terminar em São Paulo. » In Cidades rebeldes. Passe Livre e as manifestações que tomaram as ruas do Brasil, 13-18. São Paulo: Boitempo/Carta Maior.

Nobre, Marcos. 2013. Imobilismo em movimento. Da abertura democrática ao governo Dilma. São Paulo: Companhia das Letras.

Nobre, Marcos. 2014. « La redémocratisation est terminée, la démocratisation commence. » Les Temps Modernes 678 : 129-147.

Nunes, Rodrigo. 2014. « Juin n’est pas fini. » Les Temps Modernes 678 : 4-23.

Pleyers, Goeffrey & Marlies Glasius. 2013. « La résonance des "mouvements des places" : connexions, émotions, valeurs. » Socio 2 : 59-79.

Rosemberg, André. 2010. De chumbo e festim. Uma história da Polícia Paulista no final do Império. São Paulo: Edusp.

Rousseau, Jean-Jacques. 1762. Du Contrat Social ou Principes du droit politique. Amsterdam : Marc Michel Rey.

Santos, Mariana Corrêa dos & Silvio Pedrosa. 2014. « Corps en mouvement. Les black blocs à Rio et les représentations de la résistance. » Les Temps Modernes 678 : 72-92.

Scott, James C. 2013. Zomia ou l'art de ne pas être gouverné. Paris : Seuil.

Sewell, William H. 1996. « Three Temporalities: Toward an Eventful Sociology. » In The Historic Turn in the Human Sciences, dirigé par Terrence J. McDonald, 245-280. Ann Arbor: The University of Michigan Press.

Tartakowsky, Danielle. 2013. Les Droites et la rue. Histoire d'une ambivalence, de 1880 à nos jours. Paris : La Découverte.

Thompson, Edward P. 1988 [1971]. « L’économie morale de la foule dans l’Angleterre du XVIIIe siècle. » In La Guerre du blé au XVIIIe siècle, dirigé par Florence Gauthier & Guy-Robert Ikni, 31-92. Paris : Les Éditions de la Passion [Éd. Originale (1971) : « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century. » Past & Present 50: 76-136].

Thompson, Edward P. 1988. La Formation de la classe ouvrière anglaise. Paris : Seuil. [Éd. Originale (1963) : The Formation of the English Working Class. Londres: Victor Gollancz].

Tocqueville, Alexis de. 1986 [1835-1840]. De la Démocratie en Amérique. Paris : R. Laffont.

Turkle, Sherry. 1984. The Second Self: Computers and Human Spirit. Londres: Grenada.

Turkle, Sherry. 1995. Life on the Screen: Identity in the Age of the Internet. New York: Simon & Schuster.

Turkle, Sherry. 2011. Alone Together: Why We Expect More from Technology and Less from Each Other. New York: Basic Books.

Van Deusen, David & Xavier Massot. 2010. The Black Bloc papers: An Anthology of Primary Texts from the North American Anarchist Black Bloc, 1988-2005. Shawnee Mission: Breaking Glass Press (en ligne). http://www.inventati.org/anarhizam/pdf/BlackBlockPapers2.pdf.

Vinogradoff, Luc. « Comment échapper à l’œil de la NSA ? » Le Monde, 13 mars.

Weber, Max. 1959 [1919]. Le Savant et le politique. Paris : Plon.

Weber, Max. 2013 [1919-1922]. La Domination. Paris : La Découverte.

Weber, Max. 1971 [1922]. Économie et société. Paris : Plon.

Haut de page

Notes

1 Nous accentuons quelques traits de la conclusion de Pleyers & Glasius (2013).

2 Sur les actes spatiaux, voir Lévy & Lussault (2003) et Lussault (2014).

3 Cette considération de la société comme magma est proposée par Castoriadis (1975).

4 L’enjeu politique de la place comme point de fixation d’actes spatiaux collectifs ne relève pas seulement des mouvements sociaux, comme l’exemple de l’esplanade des Mosquées à Jérusalem le montre. L’acte spatial d’investir la place porte un sens manifeste et il n’est nul besoin, pour les Israéliens qui s’y livrent, d’un discours d’explication pour l’accompagner.

5 http://saopaulo.mpl.org.br/apresentacao/carta-de-principios/ (consulté le 12 juin 2014). Voir Judensnaider, Piazzon & Ortellado (2013).

6 MPL – São Paulo 2013, 17. Comme la plupart des textes du MPL, celui-ci n’est pas signé d’un nom propre.

7 Entretien avec Caio Martins Ferreira le 19 septembre 2013 à São Paulo et Martins & Cordeiro (2014).

8 C’est ce que dit Pierre Clastres dans La Société contre l’État (1974) et qui subsiste chez un certain nombre de peuples (voir Scott 2013 et, sur les Inuit du Canada, Hervé 2013).

9 En contraste avec le court XXe siècle d’Eric J. Hobsbawm (1999) qui commence avec la guerre de 1914-1918.

10 Première traduction en portugais (1908) : Psycologia das multidões. Lisbonne : Almanach Encyclopedico Ilustrado.

11 Émile Durkheim, selon lequel les puissances morales parlent à l’homme « sur le ton du commandement » (1990, 298) ; Max Weber (2013). Voir aussi Boltanski & Chiapello (1999) ; Cohen (2013).

12 Observations de Marco Aurélio Santana.

13 Ce point est repris aux États-Unis par des penseurs libéraux célèbres comme Walter Lippmann, selon qui « la volonté populaire ne dirige pas les affaires publiques en continu, elle se contente d’intervenir occasionnellement » (2008, 81).

14 Cette « intervention médiatique » pour créer le sens n’est pas propre au cas brésilien, comme le dit Rodrigo Nunes, qui identifie par ailleurs parfaitement le jeu des médias (Nunes 2014, 15). Il n’y a pas un espace de l’action et un de l’interprétation : celle-ci est action et dans l’action même.

15 Ainsi à Istanbul, le fondateur d’un média alternatif affirme la priorité de la communication par Facebook et Twitter au risque de « facilit(er) en même temps (leur) surveillance » (Luc Vinogradoff 2014).

16 Voir le blog de l’écrivaine bulgare Rouja Lazarova : http://roujainsofia.wordpress.com/ (consulté le 14 décembre 2014).

17 Ne citons que Turkle (1984, 1995 et 2011).

18 « Batalhão de Choque é instruído sobre como agir nas manifestações ». http://oglobo.globo.com/rio/policiais-franceses-chegam-para-treinar-militares-do-rio-de-janeiro-10788301 (consulté le 11 février 2015). Sur la police militaire, qui était au premier rang de la répression, formée par des missions militaires françaises à la fin du XIXe siècle, voir dans Rosemberg (2010) ce qui n’est que le début du modèle français de répression au Brésil. L’histoire devrait en être écrite systématiquement, en y comprenant l’épisode des officiers spécialistes qui ont exporté et accompagné la torture française et ses instruments pendant la dictature militaire.

19 Observations personnelles à partir de juin 2013 (Yves Cohen et Marco Santana) ; Santos & Pedrosa (2014). Voir l’anthologie de Van Deusen & Massot (2010) et Boidy (2014).

20 Observation d’un des auteurs à São Paulo en 2013.

21 De PMDB (Partido do Movimento Democrático Brasileiro).

22 Sur la mortalité de la hiérarchie, voir Graeber (2014).

23 Voir, par exemple, Marcelo Ridenti, « Que juventude é essa », Folha de S. Paulo, 23 juin 2013. http://www1.folha.uol.com.br/opiniao/2013/06/1299690-marcelo-ridenti-que-juventude-e-essa.shtml (consulté le 13 octobre 2014) ; ou encore Marcelo Ridenti, « Ce sont les jeunes Brésiliens éduqués qui sont dans la rue », Le Monde, 6 juillet 2013. [Un salaire minimum vaut actuellement 788 reais, équivalent à environ 228 euros 2015 (Ndt).]

24 Témoignage recueilli par Marco Santana.

25 « Un peuple, dit Grotius, peut se donner à un roi. Selon Grotius, un peuple est donc un peuple avant de se donner à un roi. Ce don même est un acte civil, il suppose une délibération publique. Avant donc que d’examiner l’acte par lequel un peuple élit un roi, il serait bon d’examiner l’acte par lequel un peuple est un peuple. Car cet acte étant nécessairement antérieur à l’autre est le vrai fondement de la société » (Rousseau 1762, livre I, chap. V, 24).

26 Les vieilles démocraties sont peut-être également touchées. À propos des manifestations des 10 et 11 janvier 2015 en France, le quotidien Libération titrait en une : « Nous sommes un peuple » (12 janvier 2015).

27 L’ancien président sociologue du Brésil, Fernando Henrique Cardoso qui diagnostique dans de nombreux pays une « crise de la démocratie représentative », Folha de S. Paulo, 11 septembre 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Manifestation du mercredi 17 juillet 2013 à Rio de Janeiro
Crédits Photo : Mario Rocha/Mídia NINJA
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/1477/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Cohen et Marco Santana, « Du Brésil au monde et retour : mouvements sociaux localisés et en résonance », Brésil(s), 7 | 2015, 103-122.

Référence électronique

Yves Cohen et Marco Santana, « Du Brésil au monde et retour : mouvements sociaux localisés et en résonance », Brésil(s) [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/1477 ; DOI : 10.4000/bresils.1477

Haut de page

Auteurs

Yves Cohen

Yves Cohen est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Articles du même auteur

Marco Santana

Marco Santana est professeur de sociologie à l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals